Profitez des offres Memoirevive.ch!
Word 2011, plutôt pas mal, faut avouer

J'aime toujours découvrir un nouveau traitement de texte.

J'ai bien évidemment tout testé sur Mac, de TextEdit à Word, en passant par Pages, Nisus ou encore Mellel sans oublier Claris (Apple) Works et RagTime.

Non non, je n'ai pas utilisé Latex, je sais, je ne suis pas curieux, allez savoir pourquoi.

J'utilise depuis quelque temps en particulier Pages, le traitement de texte metteur en page d'Apple. En particulier parce que c'est le logiciel que j'enseigne à mes élèves, et celui que je conseille (parce que nous avons la licence d'État) à mes collègues.

Mais malgré toute ma bonne volonté, lorsque je dois rapidement faire un document avec un tableau, ou deux ou trois sophistications d'usage, j’ai toujours une violente envie de retourner vers… le bon vieux Word de Microsoft.

Allez, avouons-le.

Word est le traitement de texte qui depuis des années a tout prévu, a pensé à tout.

On peut tout faire avec Word.

Dommage que ça ne fonctionne pas toujours.

Le nombre de pépins rencontrés avec ce programme est assez impressionnant. Utiliser Word, c'est  savoir utiliser les Workarounds, c'est-à-dire les trucs divers pour tourner autour des bugs.

Cela dit, au niveau interface, Word est vraiment très bien foutu depuis des années.

Jusqu'à la version 2008 et depuis la 2001 (ou la X, je ne sais plus), cette interface reposait en particulier sur la palette de mise en forme.

image

La palette de mise en forme, véritable centrale névralgique de toutes les anciennes versions depuis des années.

Cette dernière centralisait à peu près tout ce que l'on pouvait piloter comme fonctions dans une boîte relativement ergonomique, faisant penser à ce que d'autres, comme Pages, appellent l'inspecteur.

Or, dans la nouvelle version de Word, eh bien plus de palette de mise en forme!

Supprimée la palette de mise en forme, ou alors, disons que je ne l'ai pas trouvée.

On revient aux sources, et aux différents rubans d'icônes, tout en haut de l'écran.

Regardez d'abord l'interface générale de la version 2008:

image

Voici maintenant celle proposée par la version 2011:

image

Tout est donc dans les rubans du haut, et il faut avouer que tout est hyper bien pensé.

Vous pouvez choisir les onglets des domaines qui vous intéressent, ou alors le programme se cale lui-même sur celui dans lequel vous êtes en train de travailler.

Voici par exemple l'onglet du domaine des tableaux:

image

Dans ce domaine (celui du tableau), au niveau ergonomie, Pages par exemple, mais d'autres aussi peuvent aller se recoucher. Le confort offert par Microsoft est sans égal. Et bonjour la puissance!

Voici l'onglet des SmartArt. Une des fonctions incroyables de Word que je ne connaissais pas encore…

image

image

La puissance de ce module me semble phénoménale, il faut que je m'y mette!

L'onglet "Disposition":

image

L'onglet "Elements de page":

image

L'onglet "Graphiques":

image

L'onglet "Révisions":

image

Ce qui est vraiment bien fichu dans cette interface, c'est que l'on a tout ce dont on a besoin, là où on est, automatiquement sous la main.

image

Enfin, l'onglet que vous utiliserez le plus souvent, celui dénommé "Accueil":

image

Dans le ruban principal, le nouveau champ de recherche.

image

  1. Le champ de recherche dans lequel vous entrez la chaîne à rechercher;
  2. Les chaînes trouvées dans le texte
  3. Le volet "Rechercher-remplacer" tout à fait révolutionnaire et pratique par rapport à ce que l'on connaissait jusqu'alors.

Autre nouveauté sympathique présente chez d'autres concurrents, le mode plein-écran qui ne vous affiche que votre texte, pour que vous ne soyez pas distrait par autre chose.

image

Si vous approchez votre souris du haut de l'écran, les outils principaux apparaissent.

image

J'ai remarqué quelques petites choses étranges dans ce mode plein-écran: d'abord, la barre d'outils n'est pas contextuelle. Ensuite, le menu contextuel ne permet pas de fusionner les cellules d'un tableau, alors qu'en mode normal, bien évidemment que oui.

Ah! Parlons vite de la bibliothèque de documents que je trouve très pratique.

Elle est bien pensée cette bibliothèque:

  1. Les catégories de documents
  2. Les derniers documents ouverts ou créés, par époque (tous, aujourd'hui, hier, la semaine dernière,…)
  3. Les documents correspondant à la ligne sélectionnée en 1 ou 2
  4. La prévisualisation du document sélectionné en 3

Notez que certains documents n'affichent pas d'aperçu, mais juste une icône générique. Ici, des documents issus de… Word XP. Bizarre tout de même…

Là encore, rien de vraiment nouveau par rapport à l'ancienne version, si ce n'est une bien plus jolie apparence.

Ah si (à moins que ça n'aie déjà été possible à l'époque, mais je ne l'avais jamais vu): il est possible depuis cette nouvelle bibliothèque d'attaquer des modèles en ligne, sur Internet donc, aussi facilement que s'ils étaient sur votre machine.

image

Ah, j'allais oublier: certains modèles peuvent être modifiés au niveau des paramètres généraux avant leur affichage en vrai:

image

En conclusion très provisoire

Le programme de Microsoft se lance rapidement, et se trouve être rapide à l'usage, même sur des documents longs. J'ai fait quelques essais sur des documents de plus de 120 pages, la recherche est instantanée, la navigation et l'édition le sont tout autant..

Magnifiquement confortable, il permet de tout faire normalement avec beaucoup de facilité. Certes, il ne révolutionne rien, mais est-il encore possible de le faire à notre époque?

Ce n'est pas aujourd'hui que je peux vous dire si les finitions sont meilleures que par le passé. C'est à l'usage que l'éditeur va à nouveau m'énerver ou pas.

Pour l'instant, je n'ai pas découvert de dysfonctionnement majeur, ni même de bug gênant (ni même de bug tout court).

Mais encore une fois, c'est dans deux ou trois mois que je pourrai en dire plus.

Et encore deux ou trois petites remarques

Microsoft Office version éducation ou famille coûte moins de 200 francs suisses, pour trois licences.

C'est cher?

Pas trop non…

Pour ce prix, vous avez l'un des meilleurs traitements de texte, quoi qu'on en dise.

Certainement le meilleur tableur, Excel, ce d'autant plus que les macros (langage Visual Basic) est enfin de retour, après avoir été le grand absent de la version 2008.

Quel pied de pouvoir ouvrir à nouveau des documents créés sur PC! Je me réjouis de tester tout ça.

Vous avez encore PowerPoint, qui vous permet de faire des présentations professionnelles aussi facilement que Keynote.

Et Microsoft Outlook (qui remplace entourage pour peut-être une meilleure compatibilité avec le monde PC) qui est un excellent programme de Mail (que je n'utiliserai pas, trop habitué maintenant à Mail).

Un prix tout à fait acceptable donc à mon avis.

Ah, dernière chose: Word 2011 fonctionne correctement avec le correcteur ProLexis, en tout cas en mode "Page" (pas toujours en mode "Publication". Par contre, Antidote n'est pas disponible pour l'instant sur cette nouvelle version. Il faudra attendre une mise à jour qui sera certainement gratuite.

71 commentaires
1)
huguesh
, le 05.11.2010 à 00:29
[modifier]

office 2011, beaucoup plus réactif à l’utilisation. Le ruban c’est bien et ça sera pas dépaysant pour les personnes qui utilisent les dernières versions d’Office PC. Un seul désaccord, Keynote est beaucoup plus puissant, ergonomique et simple d’utilisation que Powerpoint. Word Excel yes, Powerpoint no

2)
Guillôme
, le 05.11.2010 à 00:38
[modifier]

Word est le traitement de texte qui depuis des années a tout prévu, a pensé à tout.

Et le pire, c’est que la majorité des gens le pensent…

Alignement des opérateurs, dimensions des parenthèses… pour les formules mathématiques sont impossibles avec Word.

Gestion des espacements, des blancs, des alignements… très très limité dans Word.

Une gestion typographique de haut niveau (tirets, ligatures…) quasi inexistante dans Word.

Un algorithme de césure qui, s’il existe, est pitoyable.

Références croisées dynamiques très limitées.

Impossibilités de générer des illustrations, graphiques, tableaux, dynamiquement à partir des données dans le corps du texte pour s’assurer de la validité des données et de leur cohérence avec l’illustration.

Je pourrai faire une liste sans fin!

Pour ce prix, vous avez l’un des meilleurs traitements de texte, quoi qu’on en dise.

Pour ce prix, vous avez la solution quasi incontournable dans le monde professionnel (et encore, un certain environnement professionnel) pour l’échange de documents, cela me parait objectif.

Après sur l’aspect subjectif de meilleur traitement de texte, je trouve personnellement que c’est le pire traitement de texte sur l’aspect fonctionnel :

  • celui qui m’a fait perdre des documents de plus de 100 pages,
  • celui qui n’est pas compatible avec lui-même,
  • celui qui bug subitement (pas grave, on quitte, on relance, ça marche),
  • celui qui ne sait pas gérer un mailing de 1000 adresses (nécessité de splitter en 3 lots de 300 adresses)

Après, Word est parfait pour des documents simples de quelques pages et du courrier. Mais du coup, ça fait cher payé…

Maintenant, je suis conscient qu’il y a des mutants qui travaillent quotidiennement avec Word sur des documents de milliers de pages et qui n’ont aucun problème… Et peut-être même que c’est la majorité et qu’au final, c’est moi le mutant ;)

3)
Franck Pastor
, le 05.11.2010 à 00:48
[modifier]

Non non, je n’ai pas utilisé Latex, je sais, je ne suis pas curieux, allez savoir pourquoi.

Pas trop grave, tu permets la publication de nos articles sur LaTeX, ça compense un peu ! :-)

Pour ce que je pense de Word, Guillôme a tout dit pour moi…

4)
Felisse
, le 05.11.2010 à 01:09
[modifier]

Bonsoir,

Il y a quand même quelquechose que je ne comprends pas avec cette histoire de rubans.

Actuellement les écrans “s’allongent” de plus en plus (passages du 4/3 -> 16/10 -> 16/9), pour différentes raisons, bonnes ou mauvaises. Donc on a à notre disposition de la place en largeur, mais proportionnellement moins en hauteur.

Quelle est donc cette idée de mettre les bandeaux en haut de la fenêtre ? Les palettes ou inspecteurs sont mobiles et peuvent se placer sur le côté, ce qui est beaucoup plus efficace dans la gestion de l’espace.

5)
Smop
, le 05.11.2010 à 02:39
[modifier]

François, as-tu testé la synchronisation de la partie agenda / listes d’Outlook avec iCal (afin de pouvoir la répercuter sur les autres Mac, iPhone, iPad via MobileMe) ? Et la question qui tue : si tu ne pouvais en garder qu’un, entre Office et iWork, lequel serait-ce ?

6)
iker
, le 05.11.2010 à 03:01
[modifier]

Je me joins à Guillôme et à Franck… pour dire que les versions précédentes étaient ce qu’il pouvait y avoir de pire en matière d’ergonomie, avec une étonnante capacité pour chaque nouvelle version, de faire perdre encore plus de temps que la précédente pour écrire du texte avec un minimum de mise en forme.

Le premier traitement de texte que j’ai utilisé était Mac Write, en 1984, qui était une véritable révolution. Je venais de terminer mes études, et j’aurais rêvé d’un tel outil, alors que je m’échinais sur des machines à écrire, d’abord manuelles, et ensuite à marguerites.

La première thèse que j’ai mise en page, n’utilisaient pas de programmes de PAO, mais le logiciel Writer plus, qui apportait des petits plus très utiles à l’époque, comme la fonction “permuter”, lorsque, en tapant trop vite, on inversait deux lettres.

L’auteur de ce logiciel était le fameux Roger Rainero, auteur de Pro-Lexis. Mais la politique de protection d’ACI, et la difficulté à produire des mises à jours capable d’épouser l’évolution des systèmes du Mac, en ont fait un logiciel de plus en plus plantogène. L’arrêt du développement de ce logiciel m’a fait basculer, à mon corps défendant dans Word.

Word III pour commencer… le premier à ressemblre à quelque chose, et le dernier à n’être pas encore une usine à gaz. Mais plus on avançait dans les usages, plus on tombait de Charybde en Scylla. Les auto-corrections qui générait des fautes là ou il n’y en avait pas, les appellations les plus bizarroïdes au grès des humeurs de Microsoft, de fonctions qui portaient un nom dans la typographie (comme “coupure” à la place de “césure”, comme en témoigne encore une de tes copies d’écran)… mille et un détail qui te pourrissait la vie, là où tu attendais qu’on te la simplifie.

Les travaux devenant de plus en plus complexes, notamment en terme d’ergonomie et de design, je renonçais au traitement de texte.

Nisus, Write Now, Mellel n’ayant jamais provoqué chez moi le même enthousiasme que j’avais eu avec Mac Write et Writer plus. J’ai pourtant plusieurs fois essayé… mais je n’y arrivais pas, d’autant que mes exigences en matière d’ingénierie éditoriale mettaient la barre de plus en plus haut, en terme de design.

Un simple éditeur de texte, pour la saisie, et le recours systèmatique à Pagemaker puis Xpress, et parfois inDesign ont signé l’arrêt définitif de Word… et lorsque je devais enseigner les bases de traitements de textes à des étudiants à l’université, dans des écoles de journalisme ou d’ingénieur, les démonstrations de Word étaient un véritable calvaire, tant il fallait apprendre aux gens les fameux “workaround” que tu citais, François. Ces bidouilles d’utilisateurs, pour prévenir les emmerdements générés par le programme lui même.

Mais autant ces outils sont puissants et performant, autant leur “courbe d’apprentissage”, à commencer par les toutes premières chose a faire avant de pouvoir taper du texte, faisait qu’un néophyte, non initié, pouvait se retrouver démuni, comme une poule devant un couteau.

Autant dire que pour des étudiants, je l’ai attendu, pendant quinze ans, l’arrivée de Pages, sa simplicité, et quelques fonctionnalités bien pensées m’ont aidé à produire des documents à la fois simples et avec un certain style, ces dernières années…

Un bon compromis pour ne pas avoir à développer des feuilles de styles et des gabarits très élaborés. Sans les contraindre à mettre les mains dans le cambouis comme seuls les outils de mises en page professionnel savent le faire.

Et puis le prix de iWork (79 €)ne représentait pas l’équivalent de deux mois de salaire minimum ( 2 000 € pour Quark Xpress Passport devenu Quark Xpress 8 par exemple — qu’un étudiant, un enseignant ou un formateur peut acheter au demeurant au tarif éducation de 75 € chez ICLG actuellement, j’en profite pour le dire au passage).

Et puis parfaitement intégré au système, la suite iWork offrait le très remarquable Keynote… what else comme dirait l’autre. Et aussi Numbers, qui convient parfaitement pour l’usage que la plupart des étudiants ont d’un tableur.

Mais je dois reconnaître que les lacunes typographiques de Pages , comme la gestion des espaces protégés et des césures optionnelles, des interlignages et des fonctions opentype, l’usage ésotérique de ses gabarits pré-établis par les designers d’Apple, et quelques défauts majeurs d’ergonomie ont souvent eu raison de ma bonne volonté.

Alors faut-il à nouveau que j’incite des étudiants à tourner leurs regards vers Word ?…

Echaudé par l’experience, il me faudra plus qu’une première impression favorable, même si je n’ai pratiquement jamais eu à regretter les choix logiciels que tu nous suggérais François. Cette fois, je pense qu’avec les produits microsoft, la rupture est consommée depuis l’apparition de Keynote, Pages et Numbers… comme désormais avec les produits Adobe… dont les comportements, les tarifs, et le côté usine à gaz, me donnent envie de fuir depuis le passage à système X.

Et pourtant… mais chut… c’est prématuré d’en parler, embargo exige, et c’est pour un tout autre usage ;-)

7)
Inconnu
, le 05.11.2010 à 06:22
[modifier]

Je me sers de Word au quotidien sur Windows depuis à peu près une vingtaine d’années. Hé ben c’est une grosse daube. On peut pas dire que la nouvelle version est meilleure que les précédentes, mais qu’elle est juste moins mauvaise.

Je travaille régulièrement sur des documents de 50 à 300 pages (réponses à appels d’offre). La gestion des styles est au petit bonheur la chance.

Mais je n’ai pas le choix, je ne peux pas me servir d’autre chose dans le cadre professionnel.

8)
Migui
, le 05.11.2010 à 06:35
[modifier]

Je suis assez en phase avec ton opinion, François: Word est globalement un bon logiciel, et sa récente mouture ne contredit en rien cette assertion.

Au boulot, c’est Office 2007 que j’utilise: au début, il a fallu s’habituer au “ruban”, mais après 2-3 semaines d’utilisation, je n’aurais pas voulu revenir en arrière. Et les plantages sont rarissimes.

D’autre part, avec Word 2008, j’ai édité deux livres de 350 pages et je n’ai regretté en rien ce choix. Et la version 2011 est effectivement plus réactive, son ouverture étant quasiment instantanée sur un nouvel iMac.

Mes deux grands regrets néanmoins concernant cette nouvelle version:

1) L’absence du logiciel OneNote pour Mac. C’est selon moi le meilleur produit PC de Microsoft.

2) Le bug persistant depuis Office 2008 et qui est très embarrassant notamment pour les chimistes et les mathématiciens: lorsqu’on colle dans Word une formule éditée avec un logiciel tiers (ChemDraw ou MathCad par exemple), il n’est plus possible de la récupérer en tant que telle, car elle est devenue pour Word une simple image. Il semble que la fonction “Copier” comporte un bug que Microsoft n’a toujours pas daigné corriger!

9)
ysengrain
, le 05.11.2010 à 07:37
[modifier]

Mon premier traitement de texte Applewriter en 1979. Word, comme dit François est ce «machin» dont tout le,monde pense qu’il le maitrise au prétexte qu’il est utilisé, que 99,999999% des traitement-de-texte-users n’en ont pas besoin, que pour faire une mise en page précise Word est archi nul et compliqué, et enfin last but not least que dépenser autant d’argent revient à choisir une Rolls pour faire taxi à Paris.

Word: pas b’soin !!

10)
Franck Pastor
, le 05.11.2010 à 07:47
[modifier]

Tiens, au juste, puisque Migui m’y fait penser, tu n’as pas parlé du traitement des maths par Word, François. J’ai justement reproduit hier soir avec LaTeX un test de mathématiques initialement écrit avec Word… Ça n’a fait que confirmer ce que je savais depuis longtemps, que question qualité, c’est le jour et la nuit ! Avec Word, la gestion des espaces est tout bonnement catastrophique. Aussi bien entre le texte et la formule (défaut spécifique à Word) qu’entre les symboles de maths (qu’un bon éditeur d’équations, genre LaTeXit ;-) pourrait pourtant améliorer).

11)
ftql
, le 05.11.2010 à 07:57
[modifier]

Commentaire très pertinent de Felisse (4). Les écrans étant de plus en plus larges et les documents généralement en orientation portrait, utiliser 20% du Real Estate vertical pour des barres de menu est vraiment dommage. Il n’y a qu’à voir toutes les captures d’écran. Les trois quarts sont vides sur les cotés et totalement fouilli par ailleurs. Dommage, surtout après tous les affrontements qu’il y’a eu dans les browsers pour diminuer la taille de tout ce qui entoure le texte.

Sur les MacBook air 13” et MacBookPro 15” et leurs 900 pixels de haut on pourrait travailler sur page entière tout en gardant la lisibilité des fonts en taille 10 sur un document A4. Avec le document sur toute la hauteur et deux fois sa taille autour pour mettre toutes les interfaces dont on a besoin. Pouvoir travailler confortablement sur un document pleine-page tout en maintenant une bonne lisibilité du texte, ça ce serait de l’ergonomie. Jongler entre les niveaux de zoom pour travailler son document, quel gachis

12)
Tom25
, le 05.11.2010 à 08:13
[modifier]

J’ai eu, peu de temps avant la sorti officielle, une version « tombée d’un camion » d’Office 2011. Ca m’a permis de la tester, j’ai acheté la version famille pour 3 machines le jour du lancement d’Office 20111. Mais moi c’est plutôt Excel et ses macros qui me botte.

Sinon, effectivement, la palette qu’on pouvait personnaliser et placer n’importe où sur l’écran me manque un peu.

Autre détail, comme je crée des macros à utiliser depuis des boutons, je personnalise l’image de mes boutons, et ça merde. Copiez l’image d’un bouton, et collez la sur un bouton macro, elle sera retaillée et toute moche.

13)
Titov
, le 05.11.2010 à 08:49
[modifier]

Moi aussi je trouve qu’Office 2011 est une réussite.

Obligé d’utiliser Word pour un problème de compatibilité avec les clients qui sont sur PC (quoique depuis un certain temps je vois de plus en plus de Mac…) je suis ravi de cette nouvelle version. Ce qui m’a fait le plus plaisir c’est d’avoir enfin un Word qui s’ouvre rapidement (aussi rapide que Pages).

Le seul problème est l’affichage du “à” où l’accent grave se trouve avant le A avec la police Time. A l’impression, il est à sa place.

Pages 11 a intérêt à être une mise à jour majeure car il risque d’y avoir de la défection. De la vrai mise à jour, pas simplement de la compatibilité avec le nouveau Mac Store et tous les trucs et fantasmes d’Apple et son chef.

L’utilisateur lambda n’en n’a que faire des présentations plein écran, des Lion’s like et autres ouistitis d’Apple. On veut être aidé par une application qui soit une amie sincère et non intéressée.

14)
fxc
, le 05.11.2010 à 08:52
[modifier]

Word 2011, plutôt pas mal, faut avouer

faute avouée est à moitié pardonnée….

15)
cerock
, le 05.11.2010 à 08:57
[modifier]

Je rejoint Felisse et ftql… Quel drôle d’idée de mettre des menu au sommet du document. A force, il ne restera bientôt plus de place pour le documents.

Vive l’inspecteur de iWork ou les palette de photoshop ;)

16)
cerock
, le 05.11.2010 à 09:00
[modifier]

Pages 11 a intérêt à être une mise à jour majeure car il risque d’y avoir de la défection. De la vrai mise à jour, pas simplement de la compatibilité avec le nouveau Mac Store et tous les trucs et fantasmes d’Apple et son chef.

L’utilisateur lambda n’en n’a que faire des présentations plein écran, des Lion’s like et autres ouistitis d’Apple. On veut être aidé par une application qui soit une amie sincère et non intéressée.

Heuuu j’adore le mode plein écran, et personnellement, je passe beaucoup moins de temps a faire un petit doc familiale (mise en page) sur Pages que sur word (que je n’ai plus mis a jour depuis trois ou quatre version)

17)
ftql
, le 05.11.2010 à 09:07
[modifier]

Cela dit, pour rebondir sur les différents commentaires sur la disposition des menus, palettes et autres interfaces qui mangent du document, je n’ai jamais supporté non plus les palettes flottantes et autres inspecteurs. Quelle drôle d’idée que d’obliger les utilisateurs à bouger des palettes à l’écran en fonction de la disposition de son document. Et quelle place perdue par ces petits rectangles qui se baladent au milieu de nulle part sans optimiser leur forme et disposition à l’écran et aux documents.

Le meilleur modèle de ce point de vue, je trouve que c’est Lightroom : Menu latéraux escamotables, sous menus en mode Solo, et optimisation de l’espace occupé tout en conservant la lisibilité. Je rêve que cette interface se retrouve ailleurs.

18)
zit
, le 05.11.2010 à 09:14
[modifier]

TextEdit, OOO, pour ce que j’en fait, me conviennent parfaitement, et c’est gratuit…

z (qui ne traite pas le texte, je répêêêêêêêêêêête : il pourrait répondre !)

19)
quark
, le 05.11.2010 à 09:33
[modifier]

Pour ma part, j’utilise InDesign dans le cadre de mon travail, et je dois dire que je m’en sers aussi pour créer une simple lettre. Parce que chaque fois que je dois me servir de Word, je me retrouve à pester face à son comportement bizarre et aléatoire, que ce soit en matière de typographie, de mise en forme, etc. Evidemment, ce n’est pas le même prix. Et certaines choses sont impossibles avec InDesign (le publipostage, par ex.).

Sinon, petit détail pour iker: on dit bien «coupure» des mots, et non «césure».

20)
Guillôme
, le 05.11.2010 à 09:44
[modifier]

Pages 11 a intérêt à être une mise à jour majeure car il risque d’y avoir de la défection.

En même temps, Pages me semble être un produit mort-né :

  • nouveau format de fichier au lieu de se baser sur un standard (.rtf, .odt voire même .docx)
  • Mono-plateforme (ce point pourrait être résolu automatiquement avec un format de fichier standard)

Si on ajoute à cela que le logiciel à des manques fonctionnels, que le soutien indéfectible d’Apple est sujet à caution et que la politique d’incompatibilité ascendante/descendante complexifie le tout, je ne conseille pas d’investir du temps et de l’argent dans iWork…

22)
dadschib
, le 05.11.2010 à 10:16
[modifier]

Info intéressante pour votre porte-feuille :

La version “étudiant – famille – 3 licenses” est à CHF 149.- c/o MediaMarkt (en Suisse ;-) )!

Et même que j’ai réussi à l’acheter 149.- à la Fnac (normalement 199.-) en leur montrant la preuve qu’il était moins cher ailleurs (photo).

Bon à savoir !

23)
Emilou
, le 05.11.2010 à 10:21
[modifier]

Outlook n’est PAS inclus dans la version Home and Student, il faut pour cela passer à la version “Famille et Petite Entreprise” qui coûte bien plus cher ! http://www.microsoft.com/france/mac/products/why-office2011

Bien d’accord avec dessimages,, il est bien regrettable qu’il faille débourser 379 € pour avoir la suite office avec Outlook. C’est cher payé ce dernier. Il avait été annoncé une version intermédiaire à ±200 € outlook inclus, qu’en est-l ? Peut-on obtenir Outlook seul ? Bref il me semble que de nouveau microsoft a joué dans le mesquin…

24)
Anne Cuneo
, le 05.11.2010 à 10:31
[modifier]

En ce qui me concerne, Guillôme a tout dit, et les quelques ajouts dans les commentaires précédents complètent le tableau. Je dois être mutante aussi, parce que ce n’est pas qu’on perd TOUS les documents de plus de 100 pages, bien sûr. Sauf que quand on en perd un (et on en perd), il fait immanquablement plus de 100 pages. La copie qu’on pourrait par chance en avoir serait de toute façon incomplète.

Je vais bientôt fêter mes 20 ans avec Nisus. Je n’ai jamais perdu une ligne.

Cela dit, moi j’achète un traitement de texte pour écrire du texte, y mettre des tableaux, éventuellement placer quelques photos dans une mise en page qui ne nécessite pas un XPress ou autre mise en page hyper-professionnelle. La fascination du peut tout faire – un peu moins mal cette fois, comme dit quelqu’un plus haut – cette nostalgie de pouvoir demander n’importe quoi, quel que soit le résultat, cela me dépasse.

25)
Jean Claude
, le 05.11.2010 à 10:50
[modifier]

Sur un macbook pro d’il y a trois ans Word s’ouvre plus vite c’est vrai mais ce qui me réjouit le plus c’est que Pomme Q pour “quitter” est instantané !

Sur le précédent j’étais souvent obligé de passer par “forcer à quitter”, très énervant.

Iker, comment se fait-il qu’un même fournisseur puisse fournir Xpress d’un côté à 1549 € et de l’autre à 75 € ?

26)
Guillôme
, le 05.11.2010 à 11:36
[modifier]

cette nostalgie de pouvoir demander n’importe quoi, quel que soit le résultat, cela me dépasse.

Tout à fait d’accord avec toi, on est bien plus productif avec un outil spécialisé adapté pour chaque usage!

Pour le texte au quotidien, j’utilise le superbe TextEdit.

Pour le traitement de texte au sens de traiter des chaines de caractères et pour le html, j’utilise le fabuleux TextWrangler

Pour les rapports, livres ou documents complexes, j’utilise TeXShop qui repose sur LaTeX.

Pour les formules mathématiques hors LaTeX, j’utilise LaTeXit !

Et enfin, pour mes courriers et mes tableaux, j’utilise OpenOffice qui, bien qu’il soit très critiquable, m’évite de donner des sous à Microsoft.

Pour la réalisation de fanzine ou de mise en page type PAO, ce sera l’occasion d’un prochain test ;)

Et tout ça gratuitement!

27)
Caplan
, le 05.11.2010 à 12:02
[modifier]

Pour les formules mathématiques hors LaTeX, j’utilise LaTeXit !

LaTeXit ma curiosité!

29)
yl
, le 05.11.2010 à 12:55
[modifier]

Pour les nostalgiques des barres d’outils flottantes, il est possible d’en créer des personnalisées et de masquer le ruban. (Affichage -> Barres d’outils -> Personnaliser les barres d’outils et les menus…)

Je trouve que cette version de l’Office 2011 est assez réussie et rien qu’Excel vaut le prix demandé.

@Zit + Guillôme : TextEdit n’est pas vraiment gratuit…

30)
flup
, le 05.11.2010 à 13:03
[modifier]

Pareil que d’autres ici: je ne produis pas de documents Word, mais je dois (rarement) pouvoir les ouvrir. Pour ça, il y a Textedit ou Open(ou Neo)Office. Pour le reste (syllabus de cours, questionnaire d’examens, rapports divers, correspondance), c’est LaTeX.

Mais je suis admiratif des gens qui arrivent à produire des documents lourds (dizaines de pdf A4 intégrés dans la mise en page, bibliographies, index, références croisées etc.) avec Word.

Pour la petite histoire, j’ai commencé le traitement de texte avec Locoscript (sur Amstrad) puis WordPerfect (à partir de la version 4.2) avant de passer par Word ou Nisus en arrivant sur mac.

31)
JeMaMuse
, le 05.11.2010 à 13:56
[modifier]

La version “étudiant – famille – 3 licenses” est à CHF 149.- c/o MediaMarkt (en Suisse ;-) )!

J’ai acheté la même distribution (Famille et étudiant – 3 licences) à Fr. 219.- à MediaMarkt Crissier ??

Est-ce bien la même version dont tu parles ?

Merci.

32)
Guillôme
, le 05.11.2010 à 13:59
[modifier]

TextEdit n’est pas vraiment gratuit…

Si, si, TextEdit est totalement gratuit et il est même plus que cela, il est libre (code source disponible en licence bsd si tu télécharges les Dev tools d’Apple) et il existe sur d’autres OS!

TextEdit est en plus très puissant et ses fonctionnalités sont souvent ignorées!

33)
Matkinson
, le 05.11.2010 à 14:00
[modifier]

En dehors de la réactivité nettement améliorée d’Office 2011, pour moi sa grande force, c’est d’à nouveau proposer… VB! Eh oui les macros.

Si Word je ne m’en sers quasiment pas, étant latexien convaincu, Excel, c’est tout autre chose. Et Excel sans les macros VB, ben… c’était un sacré manque.

Pour les tarifs, moi c’était le pack famille 3 licences, sans Outlook, pour CHF 199.- à Manor Morges.

34)
ReReX
, le 05.11.2010 à 14:47
[modifier]

Je ne peux que rejoindre Guillôme. Un logiciel de traitement de texte qui ne sait pas gérer les règles de typographie, n’est pas un logiciel qui traite du texte. Il traite tout au mieux le bricolage épistolaire, et moi je le traite de tous les noms.

35)
Migui
, le 05.11.2010 à 17:35
[modifier]

En même temps, Pages me semble être un produit mort-né :

nouveau format de fichier au lieu de se baser sur un standard (.rtf, .odt voire même .docx) Mono-plateforme (ce point pourrait être résolu automatiquement avec un format de fichier standard) Si on ajoute à cela que le logiciel à des manques fonctionnels, que le soutien indéfectible d’Apple est sujet à caution et que la politique d’incompatibilité ascendante/descendante complexifie le tout, je ne conseille pas d’investir du temps et de l’argent dans iWork…

Pas d’accord avec toi:

1) Le format est de Pages est pour l’instant mono-plateforme, mais les choses pourraient changer très rapidement si Apple porte iWork sur Windows. Par ailleurs, il est aisé d’exporter les documents “Pages” vers des formats plus standardisés: pdf, word, rtf, standard, sans oublier le format ePub, qui permet de sortir un document qu’on peut redimensionner à souhait pour la lecture sur un support de type iPad. Jusqu’ici, à part InDesign, pratiquement aucun logiciel ne permettait cette exportation.

2) Il ne faut pas oublier que iWork est compatible Mac et iPad, cette combinaison peut faire des merveilles! Pour l’anecdote, je viens de donner un cours à Gand: une de mes étudiantes a passé les deux heures à prendre des notes sur son iPad (avec clavier externe). Je lui ai demandé avec quel logiciel elle écrivait. Réponse: Pages.

Pour Office 2011, rien de tout cela!…

36)
languedoc
, le 05.11.2010 à 17:39
[modifier]

Vous avez encore PowerPoint, qui vous permet de faire des présentations professionnelles aussi facilement que Keynote.

Alors, là, chapeau ! Non, non et mille fois non. PPT n’arrive pas à la cheville de KN en matière d’ergonomie et de rendement visuel. C’est mon avis que je partage ;)

37)
Smop
, le 05.11.2010 à 18:22
[modifier]

Mais j’aimerais surtout poser une question (certainement sotte et grenue) : pourquoi Office pour Mac n’offre-t-il aucun équivalent d’Access, le gestionnaire de base de données présent dans la suite pour PC ?

Je n’ai pas de réponse à cette question, mais je trouve que l’alternative Bento est acceptable, d’autant plus qu’elle n’est pas chère et disponible ainsi que synchronisable, entre Mac, iPhone et iPad.

Pour ma part, j’utilise l’excellentissime Textmate pour les documents texte et je me force à utiliser Pages pour le reste. J’emploie le mot forcer car des années de Word laissent des séquelles et je me sens toujours aussi mal à l’aise avec l’ergonomie radicalement différente de la suite bureautique d’Apple. Sans oublier les contraintes liées à l’échange de documents avec la suite Microsoft Office. Cela dit, j’ai très brièvement essayé Office 2011 pour Mac et j’ai eu l’impression que de gros progrès ont été faits, ce serait-ce que par sa rapidité et l’abandon d’Entourage au profit d’Outlook.

38)
Alain Le Gallou
, le 05.11.2010 à 18:46
[modifier]

Si on ajoute à cela que le logiciel à des manques fonctionnels, que le soutien indéfectible d’Apple est sujet à caution et que la politique d’incompatibilité ascendante/descendante complexifie le tout, je ne conseille pas d’investir du temps et de l’argent dans iWork…

J’ai tendance de plus en plus à réagir comme Guillôme, et même globalement pour tous les logiciels Apple. En ce moment je bascule de iWeb vers WebAcapella qui est multi-plateforme. iPhoto11 j’y pense même pas, il n’est pas capable de synchroniser en WiFi vers mon iPad. Je reste avec iPhoto9 pour l’ipad, et Lightroom pour la gestion sérieuse de mes photos. J’ai peu de courrier une vieille version de Pages me suffit. Numbers pas besoin de faire du beau, j’ai Tables de Daniel Schwill pur tableur de calcul. Et en plus je suis heureux de supporter un petit développeur, qui lui ne fait pas payer ses mises à jour comme iWork. Dès que Songbird gérera mieux les imagettes, je largue iTunes pour la musique. Quand à Word, m’a dernière version fut Word5. Il est interdit de séjour sur mon iMac.

39)
pat3
, le 05.11.2010 à 19:24
[modifier]

Word…

Une habitude difficile à perdre… mais depuis que mon environnement se met à d’autres outils, j’ai de moins en moins d’obligation à l’utiliser…

– il y a de plus en plus de PDF (rapports, mémoires, thèses, etc.) en circulation, et beaucoup de mes étudiants me rendent leurs travaux dans ce format (j’utilise Skim pour corriger du PDF, assez confortable, sauf quand il faut écrire du texte un peu long dans la marge). Faut dire aussi que les outils de publications en ligne se sont bien développés dans le monde universitaire, et qu’on lit de plus en plus les articles dans un navigateur, dans une interfaec qui génère des pdf au téléchargement ;
– il y aussi de plus en plus de monde sous Ooo; faut dire que je tanne mes étudiants à l’utiliser plutôt qu’un word piraté, et qu’ils arrivent à la fac soit quasiment vierge de tout traitement de texte, soit formé au B2i , où ils apprennent qu’une suite logicielle gratuite existe (mon fils a d’ailleurs eu une présentation à faire sous Ooo en 3e). Et Ooo (sur Mac, je lui préfère NeoOffice, depuis le début, sans vraiment avoir creusé ce qui faisait la préférence, du moins depuis qu’Ooo s’est affranchi d’X11) ;
– je fais de plus en plus (c’est même quasi systématique) mes cours et mes confs sous Keynote, sans passer par la case Word pour la préparation du papier ; en plus, j’échange depuis cette année les présentations de cours avec mes collègues via iWorks.com, qui semble taillé pour mon usage!
– toute l’écriture préalable au document final, passe maintenant pour moi par MacJournal (et, précédemment, Journler), dans lequel je stocke les appels à communication, les prises de note (de conf, de réunion, de bouquin, d’entretien), je prépare les mails longs et/ou importants, et duquel j’envoie en général le résultat directement dans mail, ou au format rtf ;
– je conçois les nouveaux cours, les nouvelles architectures d’enseignements, les nouveaux sites web, en bref, tout ce qui peut se présenter sous une forme arborescente avec un logiciel de mindmapping (Freemind, en l’occurrence, auquel je me suis habitué ;
– je n’ouvre presque plus les pièces jointes, je les lis directement avec Coup d’œil, idée franchement géniale d’Apple et gagne temps incroyable.

Bref, plus besoin de Word, dont je ne regrette qu’une fonctionnalité: les corrections, qui me permettent d’annoter proprement les travaux lus. Et, dans ce cadre, j’en garde un sur mon ordi, pour tous les travaux de lecture et de correction.

En revanche, PowerPoint, connaît pas, depuis la première fois où j’ai ouvert Keynote. Excel, m’en sert pas, j’utilisais déjà AppleWorks quand j’avais besoin d’un tableur, d’autant que des centaines de modèles existaient dans la communauté enseignante pour couvrir mes besoins; et Numbers permet de faire ce dont j’ai besoin (tableaux de notes avec moyenne pondérée et coefficient) de manière plus élégante…

C’est simple: on m’a fourni Office 2011, je ne l’ai pas encore ouvert…

40)
JeMaMuse
, le 05.11.2010 à 19:31
[modifier]

En ce qui me concerne, c’est d’abord pour Excel que j’ai acquis la version 2011. J’ai aussi eu la beta anglaise (pas très officielle). Et dommage : je trouve des bugs dans la version finale française, alors qu’ils n’existaient pas dans la beta.

Par exemple : pas de menu d’impression dans le menu “Fichier”. Ou alors, pas de libellé pour “documents récents” :-(

Suis-je le seul à en être victime ?

Au sujet de Word : définitivement pas adapté pour faire du travail sérieux de mise en page.

41)
Inconnu
, le 05.11.2010 à 19:59
[modifier]

Qu’on ne me chauffe pas sur Outlook, cette grosse daube. Le gars qui a fait le design des menus déroulants est un sado maso……

42)
Anne Cuneo
, le 05.11.2010 à 20:28
[modifier]

Et dommage : je trouve des bugs dans la version finale française, alors qu’ils n’existaient pas dans la beta.

C’est la raison pour laquelle sur mon mac, j’ai tout en anglais, j’ai constaté tout au début de ma vie informatique que j’avais moins d’ennuis avec les programmes originaux qu’avec les mêmes traduits.

43)
Smop
, le 05.11.2010 à 20:48
[modifier]

Qu’on ne me chauffe pas sur Outlook, cette grosse daube. Le gars qui a fait le design des menus déroulants est un sado maso……

Tu as raison, mais il serait grand temps que nos amis de chez Apple fassent un réel effort sur les outils de planification et de communication, sans oublier des fonctionnalités GroupWare Microsoft. Certes, le support Exchange et Active Directory est là, mais encore bien timide et limité. La client Mail est trop basique, ce serait-ce que pour la gestion des accusés de réception/lecture. Sans parler de iCal et du carnet d’adresses qui ne sont d’un niveau d’outils d’entreprise. Heureusement que l’usine à gaz Contactizer Pro permet de faire mieux, mais son ergonomie est une catastrophe.

44)
François Cuneo
, le 05.11.2010 à 21:00
[modifier]

JeMaMuse, j’ai bien la commande Imprimer dans le menu Fichier, et les documents récents s’affichent…

Etrange.

Je précise que j’ai acheté Office en ligne pour 219 francs et qu’il inclut Outlook.

Cela dit, je vous trouve dur avec Word.

Pages est plus simple certes, mais bogué aussi, je peux vous l’assurer, moi qui l’enseigne à mes élèves.

45)
monmac
, le 05.11.2010 à 23:44
[modifier]

Que reste-t-il pour ceux qui utilisent un traitement de texte pour faire de la correspondance? Un truc simple qui permet rapidement d’insérer une adresse de son carnet, de réaliser un modèle conforme à son papier à en-tête? Sur Word, c’est la galère: insérer une en-tête et un pied de page au millimètre près reste très approximatif et prend du temps. Et jamais trouvé comment insérer un contact simplement. Sur Pages on est mieux loti pour la mise en page, mais reste que pour le destinataire, il faut ouvrir le carnet d’Adresses, glisser-déposer le contact en déplaçant les fenêtres pour avoir la place. C’est pourtant une des fonctions premières d’un traitement de texte. Ecrire ses lettres au quotidien.

Je n’ai trouvé qu’une application qui fait tout cela le plus simplement: Letter Star . On fait un PDF de son en-tête de lettre qu’on glisse en arrière-plan de son modèle. Pour le destinataire, un bête tiroir à droite et il suffit de cliquer sur le contact pour qu’il s’insère à l’endroit voulu. Absolument génial. Pourquoi aucun éditeur n’a pensé à des fonctions aussi simples et conviviales? (sauf Grand Total qui permet aussi de choisir un PDF comme fond d’un modèle, mais il est orienté facturation.Malheureusement, Letter Star n’est plus développé. Et j’ai jamais retrouvé ces fonctions dans les traitements de texte “for the rest of us” (Nisus, Mellel, Mariner Write, etc.)

46)
Inconnu
, le 06.11.2010 à 09:10
[modifier]

Quelle est donc cette idée de mettre les bandeaux en haut de la fenêtre ? Les palettes ou inspecteurs sont mobiles et peuvent se placer sur le côté, ce qui est beaucoup plus efficace dans la gestion de l’espace.

L’argument de Microsoft: l’avantage ergonomique des écrans larges est d’avoir deux fenêtres côte à côte …donc si on part de cette idée, c’est la largeur qui devient la “dimension limitante” et plus la hauteur. Mais bon c’est comme tous les choix ergonomiques: il y en a toujours qui ne vont pas aimer (et dans ce cas, ceux qui bossent dans une seule application).

Les palettes flottantes sont bien dans le cas où on reste toujours dans la même application (pas de perte d’espace du à la répétition des boutons dans chaque fenêtre). Mais quand on bosse avec plusieurs applications différentes en même temps, il y a toujours une palette qui va masquer du contenu de l’autre application.

Mais j’aimerais surtout poser une question (certainement sotte et grenue) : pourquoi Office pour Mac n’offre-t-il aucun équivalent d’Access, le gestionnaire de base de données présent dans la suite pour PC ?

La réponse que j’avais lu à l’époque: les utilisateurs Mac préfèrent FileMaker, donc la division Mac de Microsoft a préféré améliorer l’intégration avec FileMaker que de porter Access. Mais cette réponse date d’avant l’iPhone et de l’afflux de switchers qui sont venus à ce moment.

En même temps, Pages me semble être un produit mort-né :

nouveau format de fichier au lieu de se baser sur un standard (.rtf, .odt voire même .docx) Mono-plateforme (ce point pourrait être résolu automatiquement avec un format de fichier standard) Si on ajoute à cela que le logiciel à des manques fonctionnels, que le soutien indéfectible d’Apple est sujet à caution et que la politique d’incompatibilité ascendante/descendante complexifie le tout, je ne conseille pas d’investir du temps et de l’argent dans iWork…

Le nouveau format de fichier a aussi un avantage, on n’hérite pas des limites des formats existants. Pages a quand même pris une optique assez différente de ce que les autres permettent, avec la manière dont les sections sont gérées (et qui est pour moi une de ses grandes qualités) et le mélange traitement de texte/PAO est aussi une de ses forces. Je doute que les formats que tu mentionnes soient prévus pour cela. Et à partir du moment où les possibilités d’export existent, cela permet de pouvoir échanger les documents.

Il y a aussi beaucoup de cas où les documents produits ne sont plus nécessaires une fois qu’ils sont sortis (rapports pour les étudiants), donc dans ce cas la rétro-compatibilité n’est pas une nécessité. Quand j’étais étudiant, j’utilisais un mix Word/Pages/LaTeX (oui, on peut utiliser LaTeX sans détester Word). Une fois que j’avais remis un rapport, je gardais une version PDF pour “les archives”. Ça permettait aussi de s’assurer que la mise en page ne changerait pas avec les mises à jour du soft (cela vaut aussi pour LaTeX, j’avais un .sty que je modifiais régulièrement).

Mais il y a un point sur lequel je te rejoins: Apple a déjà par le passé (et de manière assez récurrente) laissé tombé des technologies maison sans offrir d’alternative. C’est une raison suffisante que pour ne pas se reposer pour des technos propres à Apple si les documents produits par iWork doivent être consultables par la suite.

Et en plus je suis heureux de supporter un petit développeur, qui lui ne fait pas payer ses mises à jour comme iWork.

C’était un peu ma politique avant. Mais j’ai eu le coup à quelques reprises de voir le développement de ces produits arrêté, donc j’ai arrêté de me baser sur des sharewares pour des documents. Sauf s’ils utilisent un format de document standardisé.

47)
JeMaMuse
, le 06.11.2010 à 10:14
[modifier]

Je précise que j’ai acheté Office en ligne pour 219 francs et qu’il inclut Outlook.

Avec Outlook ? Je suis allé sur http://www.microsoft.com/mac, mais je ne vois pas Outlook dans la distribution en téléchargement. Est-ce bien la version “Famille et Etudiant” avec 3 licenses / 3 installations ?

Mise à jour du commentaire : Je viens de voir que l’application Outlook est installée, mais on peut pas l’utiliser sans faire une mise à jour du produit. Cette mise à jour coûte Fr. 229.- pour 1 licence / 1 installation. Pour arriver à 3 utilisateurs, il va falloir payer cher…

48)
JeMaMuse
, le 06.11.2010 à 11:05
[modifier]

JeMaMuse, j’ai bien la commande Imprimer dans le menu Fichier, et les documents récents s’affichent…

Les documents récents s’affichent, mais le libellé du menu n’est pas affiché.

Voici le menu qui est affiché dans Excel :

51)
THG
, le 06.11.2010 à 15:36
[modifier]

Perdre des documents ? Je suis très étonné de lire ça. La perte de documents avec un logiciel me fait plutôt penser que le bug se situe bien entre l’écran et la chaise…

J’ai personnellement écrit des milliers de pages avec Word, sans jamais perdre une ligne…

52)
JeMaMuse
, le 06.11.2010 à 17:52
[modifier]

Tout d’abord merci à ceux qui ont répondu à ma question sur les problèmes de menu.

Je me suis résolu à complètement effacer les versions antérieurs d’Office. (J’avais la 2008 en français, et la 2011 en beta 2, en anglais). A noter que l’outil de désinstallation fourni avec la version 2008 n’efface de loin pas tout. Il y a des fichiers un peu partout, alors la patience est de mise. Une petite recherche sur Google donne rapidement des informations sur “quoi effacer”.

Ensuite, réinstallation de la version 2011. Et là, tout semble en ordre.

En conclusion, l’installation de différentes versions d’Office n’est pas recommandée…

53)
MarcelPahud
, le 06.11.2010 à 17:54
[modifier]

Pour ma part, si j’utilise Word c’est que mes collègues n’utilisent que ça… et qu’ouvrir un .docx avec OOo, ça reste très pourri… Mes collègues (et j’en ai potentiellement beaucoup… je suis enseignant) ne savent pas créer facilement des PDF (ils n’ont pas de Mac…) ni utiliser un autre logiciel de “traitement” de texte. Du coup pas tellement le choix d’utiliser le fameux W bleu… C’est buggé, c’est pas très intuitif, c’est windowsien en tout… mais tout le monde utilise ça (‘fin quand je dis tout le monde, je parle du citoyen lambda qui n’est pas au courant qu’il existe d’autres choses). Et finalement au niveau du grand public, c’est une solution qui fonctionne pas si mal que ça (à part la version 2008 sur mac… ultra-pourrie). Parce que OOo, c’est bien joli mais dès qu’il faut un tantinet de complexité, il abandonne. LaTex n’est pas franchement accessible facilement. Pages ne tourne que sur Mac et encore, la version 09 que sur Snow Leopard et n’est pas rétrocompatible (à moins d’exporter certes…). Alors j’ai tendance à être compréhensif envers les utilisateurs qui donnent des sous à M$ même quand ils sont sur Mac.

Jusqu’à maintenant j’utilisais une version piratée (eh oui…) de Word sur mon mac. Mais au vu des critiques plutôt positives au sujet de cette dernière version et que maintenant j’ai un salaire, je vais l’acheter, même si c’est pas de gaité de coeur.

Mais j’ai quand même réussi à faire passer mon collègue principal (celui avec qui nous nous partageons la classe) à Pages 09 (et Snow Leopard par la même occasion) alors qu’il s’évertuait à utiliser Word sur son MBP :-)

Ah tiens, je reçois un mail à l’instant avec un…. .docx en attaché… bonheur !

54)
M.G.
, le 06.11.2010 à 19:49
[modifier]

C’est la raison pour laquelle sur mon mac, j’ai tout en anglais, j’ai constaté tout au début de ma vie informatique que j’avais moins d’ennuis avec les programmes originaux qu’avec les mêmes traduits.

Personnellement, j’ai toujours utilisé la version US de FileMaker Pro pour créer mes bases de données car je ne comprends rien aux commandes en français. Réminiscences du Basic AppleSoft de l’Apple II ?

55)
M.G.
, le 06.11.2010 à 19:55
[modifier]

Ah tiens, je reçois un mail à l’instant avec un…. .docx en attaché… bonheur !

Pour moi, quand ça m’arrive, bonheur ineffable, aussi :-(

Ma solution : les ouvrir avec OpenOffice.org. Ça n’a rien de drôle mais je peux au moins en prendre connaissance sans râler auprès de l’expéditeur.

56)
Anne Cuneo
, le 06.11.2010 à 20:09
[modifier]

Cela dit, je vous trouve dur avec Word.

Pages est plus simple certes, mais bogué aussi, je peux vous l’assurer, moi qui l’enseigne à mes élèves.

CQFD. Employez Nisus, Family pack trois licences (chacune installable sur tous les ordinateurs d’une personne) $99 pour la version Pro (qui offre tous les outils pour des textes complexes), 79$ (Family pack) pour la version Express, parfaite pour écrire des textes sans complications – j’écris tous les livres en Express. Des gens qui confessent être nuls en informatique comprennent en 10 minutes.

Avec les deux versions, on peut faire des tableaux (mais sans fonctions mathématiques), des tableaux de textes, car Nisus le dit clairement: il est un traitement DE TEXTE, pas un fourre-tout.

C’est plus simple et mieux pensé que Pages, que j’ai aussi, et que j’utilise finalement très peu. Mais bien entendu, c’est moins tape-à-l’oeil que que Pages.

57)
MarcelPahud
, le 07.11.2010 à 10:03
[modifier]

Pour moi, quand ça m’arrive, bonheur ineffable, aussi :-(

Ma solution : les ouvrir avec OpenOffice.org. Ça n’a rien de drôle mais je peux au moins en prendre connaissance sans râler auprès de l’expéditeur.

Oui, sauf que lorsqu’il s’agit d’un document à imprimer (document pour les élèves ou document officiel pour les autorités), OOo n’est pas suffisant car la mise en page n’est pas toujours conservée… D’où l’obligation d’utiliser Word… :-(

PS : c’est un peu complexe la citation… c’est le moins pire que j’aie réussi à faire, mais ça apparait en gras, je sais pas pourquoi ;-)

58)
Franck Pastor
, le 07.11.2010 à 14:54
[modifier]

PS : c’est un peu complexe la citation… c’est le moins pire que j’aie réussi à faire, mais ça apparait en gras, je sais pas pourquoi ;-)

Je me suis permis de lire le code de ton message (privilège d’un rédacteur du site ;-)). Pourquoi y as-tu mis ces @ ? Tu n’as pas de caractères spéciaux dans ton message que tu voudrais préserver ?

59)
languedoc
, le 07.11.2010 à 20:42
[modifier]

Ah tiens, je reçois un mail à l’instant avec un…. .docx en attaché… bonheur !

Tiens donc, Pages les ouvrent sans coup férir ;-)

60)
pat3
, le 07.11.2010 à 23:31
[modifier]

Citation de M.G.

Pour moi, quand ça m’arrive, bonheur ineffable, aussi :(

Ma solution : les ouvrir avec OpenOffice.org. Ça n’a rien de drôle mais je peux au moins en prendre connaissance sans râler auprès de l’expéditeur.Oui, sauf que lorsqu’il s’agit d’un document à imprimer (document pour les élèves ou document officiel pour les autorités), OOo n’est pas suffisant car la mise en page n’est pas toujours conservée… D’où l’obligation d’utiliser Word… :(

Si vraiment on ne veut pas de Word, il y a des solutions en ligne (donc multiplateforme):
GoogleDocs
Online Convert

D’autre part, je me demande si on peut toujours imprimer un document word sans l’avoir sur sa bécane?

Quant aux documents très élaborés, j’en reçois franchement 1 sur 20, je crois que c’est une excuse qu’on se donne (moi le premier) pour garder Word (toujours, à mon sens, le syndrome de l’habitude difficile à perdre). La majeure partie de mes collègues ne savent pas utiliser Word à 5% de ses possibilités (je ne crois pas non plus l’utiliser à 20% de ses possibilités, mais je sais n’avoir pas besoin de 50% d’entres elles non plus).
Par exemple, vous n’imaginez pas le nombre de document dont les retraits de ligne sont faits par des espaces les uns derrière les autres, soigneusement copiés-collés.

Enfin, j’aimerais votre avis sur deux difficultés que j’ai avec Word (si vous avez réussi à les résoudre, ou si le traitement de texte que vous utilisez ne les a pas).

En premier lieu, Word gère certaines fonctions correctement, tant qu’on ne les “retouche” pas: les tableaux, les sauts de section, parfois même les sauts de page. Si vous en créer un, c’est parfait; si vous voulez revenir dessus après l’avoir créé, les problèmes commencent; autrement dit, on n’a droit ni à l’erreur, ni au tatônnement.

Deuxièmement, dans Word, la galère est aussi de copier du texte d’un document à l’autre sans importer le style du document source (ça, c’est pour la mineure partie de mes collègues qui utilisent les feuilles de style); on se retrouve avec des tas de styles hyper-complexes qu’on n’a jamais créés et dont on a le plus grand mal à se débarrasser.
Pages (et Keynote, pas essayé dans Numbers mais ça devrait aussi marcher) le résolve élégamment, avec une fonction que j’utilise tous les jours: “coller et appliquer le style”, dans le menu Edition.

Edit: je ne comprends pas pourquoi le texte est barré dans la citation…

61)
François Cuneo
, le 08.11.2010 à 05:57
[modifier]

Il n’est plus barré!

Tes smilies étaient pris pour des balises de texte barré justement.

Quant au point deux de tes problèmes, il me semble que la capture d’écran donne la solution:

L’icône du petit presse-papier apparaît après chaque “collé”. On clique dessus et paf, cette figure apparaît!

Quant au point 1, c’est vrai qu’après certaines fusions de cellules, les tableaux deviennent plus difficilement éditables. Mais franchement, de tous les traitements de texte que je connais, et Dieu sait si j’en connais, c’est tout de même Word qui fait le meilleur travail à ce niveau. Va retoucher certains tableaux Pages après fusion de cellule, c’est l’horreur!

62)
Guillôme
, le 08.11.2010 à 10:26
[modifier]

Certainement le meilleur tableur, Excel, ce d’autant plus que les macros (langage Visual Basic) est enfin de retour, après avoir été le grand absent de la version 2008.

Ne te réjouis pas trop vite!

On vient de m’annoncer que la macro date converter n’était pas compatible avec Excel Mac Office 2011 alors qu’elle fonctionne depuis 5 ans sur toutes les versions d’Office incluant VB sans problème…

De là à dire que le VB inclut dans Office Mac 2011 est incompatible avec le VB d’Office X et d’office 2004 et/ou qu’il introduit des modifications spécifiques au Mac source de problème, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai que quand Microsoft proposera une version de test de son Office…

Perdre des documents ? Je suis très étonné de lire ça. La perte de documents avec un logiciel me fait plutôt penser que le bug se situe bien entre l’écran et la chaise…

Oui, c’est l’une des grandes réussites de Microsoft d’avoir réussi à convaincre le grand public que les bugs étaient un mal nécessaire et que les dysfonctionnements incombaient à l’utilisateur et non à la machine qui est, par essence, infaillible.

Concernant Word, je noterai juste que Microsoft semble aussi convaincu que toi de la robustesse de leur logiciel puisqu’ils intègrent systématiquement deux mécanismes inutiles :

  • la récupération automatique d’un document en cours d’édition après un plantage imprévu d’Office via un fichier temporaire de secours
  • la récupération des données textes à partir d’un fichier office corrompu (les fichiers Office binaires sont par nature très sensible à toute modification d’un bit, ce qui ne devrait plus être le cas avec les nouveaux formats textuels en xhtml : .docx…) ou, du moins, une tentative de récupération devrais-je dire vu les résultats obtenus…
63)
Dan DT
, le 08.11.2010 à 15:12
[modifier]

@ Scribe

Parce que Accès (qui date de Windows 98 je crois) n’est plus suivi par Microsoft Mais FileMakerPro fonctionne bien sur les 2 plate-formes + iBidules

64)
pat3
, le 08.11.2010 à 16:11
[modifier]

Il n’est plus barré!

Tes smilies étaient pris pour des balises de texte barré justement.

Quant au point deux de tes problèmes, il me semble que la capture d’écran donne la solution:L’icône du petit presse-papier apparaît après chaque “collé”. On clique dessus et paf, cette figure apparaît!

Ah, il y a donc une réponse dans Word 2011 (ou bien cette copie d’écran date d’une version précédente – je ne le crois pas mais sait-on jamais?).
Et quand tu dis après le collé, c’est qu’il faut donc d’abord coller, puis attendre que la fenêtre s’ouvre et faire son choix? Dans ce cas, les styles du texte collé ne sont-ils pas déjà intégré à ta feuille de style?

Merci en tout cas de ton éclairage; pas sûr que je garde Word pour ça, mais c’est un bon point. De toute façon, la question va vite bientôt se poser: à n’en garder qu’un, ne serait-ce que pour ouvrir de temps en temps un fichier à la mise en page ésotérique qui ne soit correctement lisible qu’avec word, autant ne garder que la dernière version, non?

Quant au point 1, c’est vrai qu’après certaines fusions de cellules, les tableaux deviennent plus difficilement éditables. Mais franchement, de tous les traitements de texte que je connais, et Dieu sait si j’en connais, c’est tout de même Word qui fait le meilleur travail à ce niveau. Va retoucher certains tableaux Pages après fusion de cellule, c’est l’horreur!

Pas utilisé Pages en situation de travail, donc pas encore rencontré le problème; en revanche, sur Keynote dont je me sers tous les jours, je n’ai jamais rencontré de problème de gestion des tableaux – certes, ces derniers sont moins complexes (tout au moins en nombre de cellules) que les tableaux que j’ai pu faire sous Word.

65)
MarcelPahud
, le 08.11.2010 à 21:06
[modifier]

Tiens donc, Pages les ouvrent sans coup férir

Oui mais, à nouveau, la mise en page n’est pas respectée pour peu que des images ou des tableaux soient utilisés… D’où l’utilisation de Word. Parce que Pages, Ooo ou autres Googledocs ne permettent pas de conserver la mise en page (souvent pourrie et bidouillée à souhait) de word…

Je me suis permis de lire le code de ton message (privilège d’un rédacteur du site ;-)). Pourquoi y as-tu mis ces @ ? Tu n’as pas de caractères spéciaux dans ton message que tu voudrais préserver ?

Ben parce que j’ai vu que les smyleys provoquaient du texte barré et c’est le seul moyen que j’ai trouvé en allant lire le tutoriel sur le site de cuk qqpart… :-S

Quant au point 1, c’est vrai qu’après certaines fusions de cellules, les tableaux deviennent plus difficilement éditables. Mais franchement, de tous les traitements de texte que je connais, et Dieu sait si j’en connais, c’est tout de même Word qui fait le meilleur travail à ce niveau. Va retoucher certains tableaux Pages après fusion de cellule, c’est l’horreur!

Je ne suis pas d’accord avec toi !! Je trouve Pages nettement plus agréable avant tout et surtout pour la gestion des tableaux que j’utilise sans cesse. C’est vachement mieux foutu notamment au niveau des raccourcis clavier et la gestion des fusions est très bien chez moi… Si on réfléchit bien avant comment on veut construire son tableau, certes ;-)

66)
Franck Pastor
, le 08.11.2010 à 21:14
[modifier]

Ben parce que j’ai vu que les smyleys provoquaient du texte barré et c’est le seul moyen que j’ai trouvé en allant lire le tutoriel sur le site de cuk qqpart… :-S

D’expérience, encadrer le texte par des balises HTML « notextile » (c’est aussi dans le tutoriel de Guillôme) marche mieux.

69)
POG
, le 09.11.2010 à 20:37
[modifier]

Attention au niveau de la politique de licences.

Avec 2008, une version pouvait s’installer sur 3 machines différentes et être utiliser simultanément par 3 utilisateurs différents.

Avec Office 2011, tu peux l’installer sur 3 machines, mais c’est limité à un seul utilisateur. Grosse nuance…

Pas génial tout de même.

PO

70)
Guillôme
, le 10.11.2010 à 10:12
[modifier]

Avec 2008, une version pouvait s’installer sur 3 machines différentes et être utiliser simultanément par 3 utilisateurs différents.

Avec Office 2011, tu peux l’installer sur 3 machines, mais c’est limité à un seul utilisateur. Grosse nuance…

Augmentation du prix, licence plus restrictive, moins de logiciel (Entourage disparait du pack de base, seul le pack pro ajoute Outlook…).

Microsoft n’est pas fou et démontre son savoir faire sur sa capacité à maximiser le prix en fonction de la concurrence…

En 2008 :

  • Open Office est de plus en plus menaçant (du moins en Europe),
  • Apple se positionne en concurrent sérieux avec iWork,
  • Microsoft est dépassé par la charge de travail pour passer à Cocoa et doit sacrifier Visual Basic,
  • les solutions de virtualisation permettent de faire tourner Office PC sur un Mac confortablement…

Résultat, Office 2008 à prix attractif et conditions souples.

En 2010 :

  • Sun est racheté par Oracle, l’avenir d’Open Office s’assombrit et la scission avec la document fondation rajoute le boxon,
  • Apple est sous l’eau avec son iOS, son iPhone et son iPad, la suite iWork n’est clairement plus sa priorité en n’étant plus mis à jour sur un rythme annuel,
  • Microsoft est enfin sorti de ses procés anti-trust en Europe (condamné de 2004 à 2008), a pu changer le format de sa suite en open xml et le faire reconnaitre comme un standard

Résultat, augmentation du prix d’Office 2011, durcissement des conditions.

CQFD