Profitez des offres Memoirevive.ch!
Je ne crois plus au Père Noël…
Il était une fois une petite fille d'environ cinq ans qui croyait au Père Noël, aux baisers qui transforment les crapauds en princes, à la magie des fées, aux bébés qui naissent dans des roses à condition d'avoir un jardin, aux lutins et aux licornes.

Un soir, la mère de cette petite fille, soucieuse de ne pas mentir plus longtemps à cette enfant, s'est assise en face d'elle et lui a expliquée que le St-Nicolas, "il existe pas, c'est un papa qui se déguise mais c'est pas un vrai St-Nicolas".

La petite fille a écouté attentivement, a opiné du chef pour montrer qu'elle avait bien compris les propos maternels et est retournée jouer dans sa chambre.

De laquelle elle est sortie en trombe quelques minutes plus tard en hurlant "maman, t'es rien qu'une menteuse !"

Il faut dire que la maman, peut-être fine éducatrice, n'était pas aussi bonne stratège : elle avait choisi le soir du 6 décembre pour révéler à la petite fille une des grandes vérités de l'existence ! Et la jeune demoiselle venait de voir, par la fenêtre, un St-Nicolas traverser la pelouse du jardin des voisins, preuve qu'il existait bel et bien !

Au fil des années qui ont suivi, la petite fille a petit à petit cessé de croire aux lutins, aux licornes mais jamais totalement aux baisers qui peuvent transformer un crapaud en prince charmant.

Vous l'aurez compris, j'ai été cette petite fille, cette jeune fille; un jour, j'ai cessé de lutter contre le sommeil pour tenter de voir le Père Noël déposer des cadeaux à mon intention sous le sapin : je suis devenue adulte.

Remarquez, même lorsque le traîneau et ses rênes ont définitivement été relégués au rang de jolie légende, j'ai continué à recevoir des cadeaux, plein même : de membres de ma famille souvent, d'amis fréquemment, d'amours, éphémère ou durable, chaque année.

J'ai beau être consciente de ma chance, je dois avouer que... je n'ai presque aucun souvenir de ces cadeaux de fin d'année !

Bien sûr, j'ai encore en mémoire la bague que Diego m'a offerte le Noël avant notre mariage, je me souviens de l'ordinateur qu'il m'a remis l'année passée à la même date mais je n'ai plus aucune idée de ce que ma mère a choisi pour moi il y a cinq ans, je ne pourrais pas vous dire si mon meilleur ami m'a fait une surprise à Noël au cours des dix dernières années : j'ai oublié (presque) tous les cadeaux. Et pourtant, je sais qu'ils m'ont fait plaisir, je sais que je les ai ouverts avec bonheur et que j'ai toujours été épargnée par les collections de mouchoirs, de vases et de coupes à fruits.

Pourtant, il y a d'autres cadeaux dont je me souviens parfaitement, presque comme si je les avais reçus hier alors que certains de ces gestes ont vingt ans; d'ailleurs, ces cadeaux ont tous un autre point commun : aucun ne m'a été offert à l'occasion d'un anniversaire, aucun ne m'a été remis à Noël.

Et parce que la seule évocation de ces cadeaux me remplit encore et toujours d'émotion, j'ai aujourd'hui envie de dire "merci" une nouvelle fois.

Tenez, oui, par exemple à Sandra pour être venue durant des semaines et des semaines chez moi tous les samedis matins très tôt, "on pourrait faire la lessive ensemble, c'est plus sympa"; j'ai mis longtemps à comprendre qu'elle venait en réalité pour s'assurer que je me levais, que je mangeais à peu près correctement, moi qui, envahie par le chagrin d'avoir perdu ma soeur, avais surtout le réflexe de me recroqueviller sous ma couette.

Tenez, oui, par exemple à Caroline qui m'a déposé un jour où le blues était au rendez-vous de ma vie un énorme bouquet de tournesols derrière ma porte : il a été comme un soleil dans cette phase dépressive.

Tenez, oui, par exemple à Diego qui, un jour, a eu suffisamment confiance en nous pour accepter de fonder une famille, contre laquelle je "peste" bien entendu tous les jours depuis lors mais qui est aussi mon plus grand bonheur.

Et j'ai ainsi au fond du coeur tout plein de "merci", beaucoup de souvenirs de cadeaux que je ne pourrai jamais perdre, que je ne pourrai jamais acheter non plus, qui sont pour moi bien davantage que des présents : des trésors.

Finalement, si je ne crois plus au Père Noël, j'ai la grande chance de pouvoir croire en une chose encore bien plus magique : la bonté et l'amour de l'être humain.

Et vous, à qui avez-vous envie de dire "merci" aujourd'hui ?

Joyeux Noël !

9 commentaires
2)
ysengrain
, le 25.12.2010 à 17:12
[modifier]

Oui, MP, chère, si chère Madame Poppins, il y a le Père Noël qui est censé apporter des cadeaux aux petits, parce que c’est sans doute … comment dire … structurant ? On montre aux enfants qu’il y a un jour de l’année où ils sont tellement … sages que la récompense vient. Très dans la tradition de la gestion du bien et du mal…. dans laquelle nous sommes élevés ..

Et puis, il y a les occasions que tu évoques, sans date précise, mais qui marquent, qui se vissent dans tes neurones, «qui t’empreinte» (et il n’ya pas de faute d’orthographe), tu sais bien, les trésors dont tu parles. Un certain bracelet indien ne quitte jamais mon poignet gauche, il est représentatif d’un événement, lui-même indéfectiblement connecté à un lien

Pour répondre à ta question du jour, je dirais que la réponse n’est pas liée à aujourd’hui, mais à un demain proche quand je vais quitter d’une part, «mon» équipe dans quelques semaines. Bien sûr, nous ne sommes pas autrement qu’en fraternité autour d’une même préoccupation: la mise en oeuvre des soins aux patients, mais il est des moments, plutôt des instants où la nature du lien me parait si dense, si forte, si charpentée, que la perspective de perdre «ça» ….

Et puis, il y a aussi les gens que je soigne, que je vois 3 fois par semaine, certains depuis plus de 25 ans. Sont-ils des amis ? je ne dirais pas ça, quoique certains le sont, mais ils font partie de cette union quasi sacrée que nous, soignants mettons en oeuvre. Mais ici, la situation n’est plus seulement professionnelle.

Alors, merci à eux, merci à la manière d’être de chacun, merci à celui qui est mon associé dans cette histoire, un certain OS, homme magnifique, calme, droit comme personne.

Et aussi merci à celle qui est ma chère et tendre depuis 35 ans, qui me supporte …Et ma fille, qui nous a donné 2 petites filles blondes à yeux bleus.

Je citerais aussi, les musiciens, luthiers, musicologues rencontrés dont je tiens tellement tant de connaissances et d’émotions.

Enfin, il y a quelques temps, une comète a traversé mon ciel. Qu’elle soit aussi grandement et chèrement remerciée.

J’avais été tout à fait marqué par les réponses au fameux questionnaire auquel Bernard Pivot soumettait ses invités. À la question « qu’aimeriez vous que Dieu vous dise quand vous comparaitrez devant lui », Jacques Attali m’avait sidéré par sa réponse: « Ne t’inquiète pas, je prends soin de tout ceux que tu aimes ». Je sais que je m’éloigne de la question du jour, mais si ça n’est pas l’expression de l’amour de l’autre ….

4)
Guillôme
, le 25.12.2010 à 23:31
[modifier]

Moi aussi, ma nièce de 5 ans se demande si le Père Noël existe vraiment…

Le Père Noël existe, c’est le vrai sens du cadeau, celui où l’on offre sans attendre en retour ni même faire savoir que l’on est à l’origine du cadeau!

Joyeux Noël à tous les lecteurs de Cuk.ch :)

5)
Zallag
, le 26.12.2010 à 01:20
[modifier]

Les rênes des rennes du traîneau, sans doute ? Bon, comme dit l’autre, je sors…

6)
Saluki
, le 26.12.2010 à 11:35
[modifier]

Les rênes des rennes du traîneau

Pas exactement:

Les rênes des rennes de la reine du traîneau d’Arren dans l’arène, sans Ar Ren.

Bon, comme dit si bien Zallag, je sors…

7)
Tom25
, le 26.12.2010 à 23:11
[modifier]

Je n’offre plus de cadeau à Noël depuis quelques temps, sauf si je sais que la personne a besoin ou envi de quelque. Et dans ce cas, il est rare que j’attende Noël.

Tes amis sont sympas Mme Poppins, je ne sais pas si c’est si courant. Savoir quoi faire en pareil cas, puis prendre le temps de le faire …

8)
Sylphide
, le 27.12.2010 à 17:59
[modifier]

J’essaye de dire merci au moins une fois par jour. Je sais ça parait peut-être trop sage, mais je pense que c’est tellement important de reconnaitre. Mon mari, mes enfants, mes amies et tous les autres m’apportent quelques choses au moins une fois par jour. Je les remercie d’être ce qu’ils sont avec les défauts et leurs qualités.

9)
Pierre.G.
, le 27.12.2010 à 18:47
[modifier]

Une très belle histoire que tu nous rapporte si bien, moi je suis un peu comme Tom, de temps en temps je fais un cadeau pour le plaisir, rarement pour une occasion particulière, et pour dire à Ysengrain qu’il est dans le vrai, j’offre aussi aux personnes qui me soignent, ce sont elles (avec mon épouse) qui me permettent d’avancer encore.