Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le rangement par le vide, c’est questionnant…

Ces temps, je résous un certain nombre de problèmes par un désir vertigineux de besoin de vide…

Donc je fous tout loin.

Et si vous connaissiez ma maison, ses deux caves, sa buanderie, son hangar dans lequel on peut parquer 3 tracteurs, pour autant que l'on leur fasse la place, vous comprendriez à quel point ce vide peut représenter de dizaines de sacs poubelles 110 L.

C'est tout de même questionnant, ce besoin de faire de la place…

Par exemple, j'ai jeté ce dernier week-end 4 sacs 110 L de cassettes vidéo, que nous n'avions bien entendu jamais regardées, mais que nous stockions avec amour depuis plus de quinze ans, je n'ai pas encore trop bien compris pourquoi…

Bon, j'ai rempli un carton complet d'au moins 50 cassettes originales représentant je ne sais combien de centaines (milliers?) de francs que j'ai donné (le carton, c'est pour ça que je n'ai pas mis de "es" à "donné", j'explique, sinon je reçois des mails m'expliquant que je fais des fautes d'orthographe), mais j'ai jeté au moins le quintuple de cassettes que nous avions pris soin de copier, d'étiqueter, et de ranger, certains que cela allait nous être utile un jour ou l'autre…

Sauf que le VHS, eh bien ça fait au moins deux ans qu'on ne peut plus le lire, faute de lecteur ad hoc.

C'est fou tout de même, ce besoin de garder des traces de ce que l'on a vu, entendu, lu…

Comme si le souvenir ne pouvait pas suffire.

Pourquoi ai-je gardé pendant 20 ans tous mes exemplaires de "Chasseur d'images"?

Et fait tout pareil pendant je ne sais combien d'années avec "Réponses Photo"?

Je ne vous dis pas… J'ai tout ça foutu loin (on dit comme ça dans le pays de Vaud, une vieille réminiscence de l'occupation bernoise, "du muss es machen") avec un bonheur dépassant l'entendement…

OK, j'ai mis le vieux papier dans le local "vieux papiers".

J'ai mis les vieux appareils électroniques dans la benne "vieux appareils électroniques", mais les cassettes vidéo? Je les trie comment?

Allez, à la poubelle! Persuadé que mes 4 sacs 110 L permettront aux fours de chauffer un peu comme il faut, puisque certains responsables se plaignent de manquer de matière plastique depuis que l'on a instauré le tri drastique à la Suisse (je veux dire par là que lorsqu'on décide de trier en Suisse, eh bien l'on trie, on n'est pas des rigolos comme en France, où l'on trie en deux ou au mieux trois catégories de déchets, je sais , j'ai vu, j'y vais au moins trois fois par année, dans ce beau pays).

Bref, je me rends compte que depuis deux mois, je jette tout ce que je peux jeter.

Ça me fait du bien, et en même temps, je me rends compte à la fois de ce temps perdu à avoir à tout prix vouloir tout garder, de l'argent que tout cela représente, et du gaspillage au final lorsqu'il s'agit de mettre tout cela dans une benne…

Là, c'est le VHS que je jette.

Il y a 20 ans, c'était les vinyles.

Demain, ce sera quoi?

Mes CD?

Mes DVD?

Le passage d'un standard à un nouveau est tout de même assez difficile à gérer.

Si j'avais voulu sauvegarder mes VSH en DVD, cela m'aurait coûté pas mal d'argent, mais aussi un temps qui aurait été totalement disproportionné avec le "risque" d'avoir envie un jour ou l'autre de regarder l'un de ces documents.

Alors finalement ouste, on fout tout à la poubelle, et le pire, c'est que l'on n'a même pas envie de verser une larme…

55 commentaires
1)
moadeeb
, le 22.09.2010 à 00:55
[modifier]

Nouveau, mais je te lis (les articles et surtout les commentaires ), depuis mon premier mac! Et ça fait des années.

Concernant ton article d’aujourd’hui, je réagis car je suis dans le même cas, et pas seulement concernant les VHS, mais aussi pour les revues, les livres et tant d’autres choses; et ça va du boulon ou de la vis, en passant par des clefs ou des câbles et … et … c’est à l’infini!

Faut-il se débarrasser de tout ce mic-mac ?

Différentes raisons qui peuvent nous pousser à le faire :

1. manque de place ?! 2. …

Je vous laisse compléter la liste.

Ou, les raisons qui nous poussent à les garder, à tord ou à raison.

2)
iker
, le 22.09.2010 à 02:10
[modifier]

Je me sens moins seul tout d’un coup. ;-)

Chacun de mes déménagements ce fut l’occasion de me débarasser :

• de tonnes de journaux (quatre ans du Monde, Liberation, El Pais…) quand j’ai quitté mon appart d’étudiant

• vingt ans d’archives de toutes les revues Mac depuis les tous premiers numéros de Mic Mac, Mac User, Macworld, svm mac, Mac univers,Iicônes, Mac week, Mac plus, décision micro, j’en passe et des meilleures, lorsque j’ai dû, à regret, quitter mon loft, en les distribuant à des clubs informatiques.

Ainsi que trois à quatre cent cassettes videos, qu’il a fallu déposer à la dechetterie en sachant comme tu le dis si bien qu’elles ne seront même pas recyclées faute d’infrastructure suffisante, comme la Suisse semble avoirs pris la mesure ;

• puis l’an dernier, 1 500 de mes 4 000 derniers livres distribués au fil des mois à des bibliothèques, des associations de quartier, des ikastola (écoles en langue basque), maisons de retraites, centre d’alphabétisation … lorsque sentant venir mon départ a la fois précipité et forcé, je m’inquiétais encore plus de ce qu’allaient devenir mes 180 cartons de livres restant, ceux dont je n’arrivais en aucun cas à me séparer, que de savoir si je ne finirais pas à la rue, avant qu’in extremis… mais c’est une autre histoire.

Les cassettes, reportages, films, documentaires, j’ai passé des années à les numériser, les archiver précieusement sur des disques durs.Dans la préparation d’un reportage aussi, pouvoir revisionner tout ce qui est nécessaires pour être au top sur ton sujet, avec les magazines et les bouquins, ils étaient de précieux auxiliaires. Et puis, il y a des circonstances de la vie, où l’on ne regrrette pas cette forme d’archivage (une longue hospitalisation-série d’opérations-rééducation par exemple, ça aide à occuper les longues soirées d’hiver, de printemps, d’été et d’automne… en transformant ta chambre dans un ancien sanatorium, avec vue sur la Rhune, en annexe de ton bureau).

Tu te crois à l’abris, lorsque enfin debarassé de ces supports matériels livres, journaux, cassettes… Lorsque tout d’un coup tout ce travail précieux s’évanouit en fumée parce qu’en faisant une sauvegarde, non seulement ton disque dur par en vrille… Mais sa sauvegarde s’ingénie a reproduire la vrille. C’est alors que tu réinstalle un nouveau driver qui va bien avec le nouveau système, d’autant que tu as pris soin de choisir tous tes disques (sauf un, le plus ancien et forcément plus petit) chez le même fournisseur réputé pour sa qualité.

Et c’est alors que tout ce que tu enregistré, numérisé, organisé et documenté avec la patience d’un moine archiviste, devient innaccessible parce que plus aucun de tes disques (sauf le plus ancien, le plus petit toujours, qui lui se porte comme un charme) n’accepte de monter, et que les alimentations poussives font semblant de te faire croire qu’elles vont y arriver, mais non, elles y renoncent, avec une agonie emphysématique, pour nous rappeler que la technologie, c’est comme le souffle, cela ne tient qu’à peu de choses.

Ça fait deux ans que je ne décolère pas après La Cie, leur service après vente, et leur reputation totalement imméritée. D’autant que 25 ans de travail, de maquettes, de livres, de thèses, d’enquêtes, de musique et de vidéo y sont enfouis, comme des trésors coulé au fin fond du triangle des Bermudes.

Autant dire qu’une nouvelle stratégie se met en place, avec plusieurs sauvegardes en des lieux différents, et l’entrée de nombreux bouquins sous forme numérique, archivés tant en ligne que sur l’iPad.

Entre notre mémoire, parfois mise à mal, tout ce que l’on retrouve et on peut rconstituer grâce à l’Internet, le stockage sur le cloud computing, bref le passage à une information et une connaissance dematerialisée, nous sommes en train de changer de monde, mais devenons encore plus dépendant de la plus ou moins grande fiabilité de la technologie.

Mais plein de questions demeurent, n’y a-t-il pas des risques majeurs d’elzheimerisation de l’humanité ?

3)
Okazou
, le 22.09.2010 à 04:12
[modifier]

Et, après ça, on continue ? On reprend ses mauvaises habitudes de surconsommateur archiviste accumulateur d’inutile ? On ne retient pas la leçon ? On n’a rien compris ?

Pensons un instant à ce qu’il restera vraiment de nous-mêmes et envisageons peut-être un autre mode de vie humainement plus riche et tellement plus satisfaisant. Ces errements compulsifs ont des conséquences infiniment graves sur d’autres hommes et sur cette belle planète qui nous reçoit le temps d’une courte vie, qu’il ne faut pas gâcher par des comportements somme toute puérils.

Le bonheur ne se trouve ni dans la consommation ni dans l’accumulation ni dans la possession. On ne le trouve pas dans le monde marchand.

Mais c’est de l’origine de ces funestes manies qu’il faudrait parler, pas de leurs conséquences ni de ces grands ménages dont on se voudrait le héros et qui ne sont pourtant que de fallacieuses victoires. Quel est donc ce mode de vie assez aberrant et absurde qui peut mener à ces grands nettoyages ? Comment en arrive-t-on là sans s’être rendu compte, à un moment ou l’autre du parcours, que l’on est en plein dérapage ?

Pour vivre vraiment, pour ne pas passer à côté de sa vie, il faut avancer léger. Sobre, sans surpoids.

––
C’est la connerie, qu’il faut traiter en urgence, alzheimer peut attendre…

6)
isell
, le 22.09.2010 à 07:28
[modifier]

Là, c’est le VHS que je jette. Il y a 20 ans, c’était les vinyles. Demain, ce sera quoi?

=> Ton iPhone 4 ? Ah non je suis bête : tu ne l’auras pas encore reçu ! ;-)

iS

7)
Inconnu
, le 22.09.2010 à 08:11
[modifier]

J’ai fait la même chose l’an dernier avec les VHS. Pour les magazines, je numérise les pages intéressantes. Un PDF est moins encombrant qu une pile de livres :)

8)
djtrance
, le 22.09.2010 à 09:12
[modifier]

J’ai horreur de garder les choses, pour les garder!!!

Ma cave pourrait être propre, en ordre, rangée avec le nécessaire “vital”, mais non, il faut que ma femme garde tout, tout, tout et comme toi, il y a des trucs qui datent de 20 ans, voir plus!!

Nous sommes d’accord, les hommes et les femmes accordent une importance différentes aux choses, mais il ne faut pas abuser tout de même!

Je plussoie Renaud! Totalement! Ce que j’ai besoin, je le garde, à portée de mains, et pas dans un carton dans de la poussière, à la cave…

Les souvenirs… Les souvenirs…!

9)
nic
, le 22.09.2010 à 09:15
[modifier]

tu as foutu loin tes vinyles?? TU AS FOUTU LOIN TES VINYLES?? sacrilège… surtout en connaissant tes gouts

dommage… ça aurait fait des heureux

ciao, n

10)
Caplan
, le 22.09.2010 à 09:45
[modifier]

J’ai gardé 10% des vinyls 33T. Et je ne les écoute pas! Ce que j’aime vraiment, je l’ai racheté en CD. Pour les 45T, c’est différent: je les garde tous car j’ai un juke-box en parfait état de fonctionnement.

Les VHS: ouste!

Le critère pour jeter: avoir regardé ou écouté le document durant les 5 dernières années. Si oui: on garde. Si non: on débarrasse!

11)
Anne Cuneo
, le 22.09.2010 à 09:46
[modifier]

OUAIS, tu as foutu loin tes vinyles!!! TU ES FOU, OU QUOI??? T’AURAIS PAS PU DIRE UN MOT? Non, franchement.

Je plussoie sur jeter. Et jeter par ex. les VHS d’émissions qu’on a enregistrées, les livres qu’on n’a plus touchés depuis X et qui ne sont pas les bibles de son intellect (je ne les lis pas tous les jours, mais jamais je ne jetterais Le Voleur de Darien, les Oeuvres d’Alphonse Allais et autres Gatsby le Magnifique), c’est OK. Garder des collections de revues, j’en suis revenue depuis longtemps. Mais jamais je ne jetterais un vinyl. Pour tout dire, je n’en ai pas acheté beaucoup de vinyls, la plupart de ceux que j’ai, 150-200, je dirais, j’y tiens, et parfois je les écoute encore. Les plus précieux, je les ai passés en mp3 grâce à mon tourne-disques magique. Non, jeter les vinyls au lieu d’au moins les apporter à un de ces magasins qui les revendent avec ferveur à des gens qui les achètent dans la fébrilité, je trouve ça à côté de la plaque.

A part ça, se faire de l’espace, c’est la santé! Je te félicite – vinyls exclus.

12)
François Cuneo
, le 22.09.2010 à 09:49
[modifier]

En fait, je ne sais plus ce que j’ai fait de mes vinyles. Je les ai donnés je crois, et en ai gardé certains, dans mon hangar!:-)

Okazou, quel plaisir de te relire (les autres aussi hein, mais Okazou, c’était tout de même un pilier des commentaires sur Cuk, j’explique pour les nouveaux, et ça me faisait tout drôle de ne plus le voir depuis des années)! Ben justement, le fait de garder des livres, des films, des disques, je trouve plutôt cela non compulsif… Ce qui le devient, c’est d’un coup décider de faire table rase, mais ça fait du bien.

C’est vrai qu’il y a des appareils que l’on jette, mais parce qu’ils sont tombés en panne en général… “On” a compris certaines leçons Okazou, mais pas toutes… “On” ne peut pas devenir parfait du jour au lendemain!:-)

Sinon, tu vas bien?

13)
Anne Cuneo
, le 22.09.2010 à 09:53
[modifier]

J’ai gardé 10% des vinyls. Et je ne les écoute pas! Ce que j’aime vraiment, je l’ai racheté en CD

Un musicien de jazz m’a fait la démonstration de la différence de qualité entre un vinyl bien entretenu (et de qualité au départ, bien sûr) et un CD. Il m’a convaincu qu’un vinyl de qualité est très supérieur au même enregistrement sur CD. J’ai acheté le CD d’un des vinyls que j’aimais, et j’ai compris. Depuis lors, j’ai décidé de ne pas jeter les vinyls, que j’ai toujours soignés scrupuleusement.

14)
Anne Cuneo
, le 22.09.2010 à 10:00
[modifier]

C’est la connerie, qu’il faut traiter en urgence, alzheimer peut attendre…

Okazou, salut! Si tu savais comme tu nous manques! Qui mieux que toi contre la connerie? Oui, je sais, parfois tes interventions suscitent des réactions violentes, mais tant mieux! Allez, manifeste-toi un peu plus souvent.

Je t’embrasse.

15)
dpesch
, le 22.09.2010 à 10:03
[modifier]

Oh la la la vie en rose

Le rose qu’on nous propose

D’avoir les quantités d’choses

Qui donnent envie d’autre chose

Aïe, on nous fait croire

Que le bonheur c’est d’avoir

De l’avoir plein nos armoires

Dérisions de nous dérisoires car

Foule sentimentale

On a soif d’idéal

Attirée par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

Il se dégage

De ces cartons d’emballage

Des gens lavés, hors d’usage

Et tristes et sans aucun avantage

On nous inflige

Des désirs qui nous affligent

On nous prend faut pas déconner dès qu’on est né

Pour des cons alors qu’on est Des

Foules sentimentales

Avec soif d’idéal

Attirées par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

On nous Claudia Schieffer

On nous Paul-Loup Sulitzer

Oh le mal qu’on peut nous faire

Et qui ravagea la moukère

Du ciel dévale

Un désir qui nous emballe

Pour demain nos enfants pâles

Un mieux, un rêve, un cheval

Foule sentimentale

On a soif d’idéal

Attirée par les étoiles, les voiles

Que des choses pas commerciales

Foule sentimentale

Il faut voir comme on nous parle

Comme on nous parle

Paroles et Musique: Alain Souchon 1993 © BMG Music

16)
Marc2004
, le 22.09.2010 à 10:05
[modifier]

2. iker Je plussoie: les seules données que j’ai perdues (et 2 fois à 3 ans de distance), c’était sur des disques LaCie. Les choses finissent donc par se dire…

17)
iker
, le 22.09.2010 à 10:17
[modifier]

Okazou

“Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes. N’est-ce pas un sanglot que la déconvenue ?”

Ceci dit, la direction de conscience, c’est une quête de bonheur aussi non ? et elle a fait autant de dégâts que le consumérisme, et depuis beaucoup plus longtemps !

18)
dpesch
, le 22.09.2010 à 10:25
[modifier]

Ça fait deux ans que je ne décolère pas après La Cie, leur service après vente, et leur reputation totalement imméritée.

Je plussoie: les seules données que j’ai perdues (et 2 fois à 3 ans de distance), c’était sur des disques LaCie. Les choses finissent donc par se dire…

Je plussoie également…

Iker : je suppose que tu as essayé de déplacer le DD dans un autre boîter et utilisé Diskwarrior pour tenter une récupération de données.

Si non, essaie ce coup-là. Les disques durs utlisés par La Cie sont des Seagate ou Hitachi ou Western Digtal standards (ils achètent les moins chers en fonction du marché!) qui fonctionnent plutôt bien. Ce sont les alimentations et la connectique La Cie qui sont de très mauvaise qualité (on trouve parfois des soudures sèches !) et très fragiles.

Quant au SAV, c’est une catastrophe. Contrairement à WD qui, à ma grande surprise, m’a remplacé un disque dur sans sourciller.

19)
Philob
, le 22.09.2010 à 10:29
[modifier]

Déjà enfant, ça me prenait de faire de “l’ordre”, je vidais au milieu de ma chambre tous mes tiroirs et je faisais ensuite un tri assez drastique; ces dernières années j’ai déménagé 3 fois et un déménagement c’est l’idéal pour trier. Maintenant, je fais très attention de ne pas trop garder de chose (j’ai plus de place qu’avant).

Mais mon épouse collectionne tout, alors nous avons délimité des espaces et je surveille qu’elle n’envahisse pas mon espace et je trie moi-même les espaces communs pour essayer de garder un 50/50.

Okazou à raison, il faudrait “trier” avant d’acheter, mais las, je ne suis pas un saint.

20)
cerock
, le 22.09.2010 à 10:38
[modifier]

Comme je te comprend… nous allons déménager fin octobre et j’en suis aussi aux gros sac poubelle, par contre j’ai une longueur d’avance… les VHS et les K7 audio sont loin depuis des années… la je viens de trier les CD et les DVD ;)

Par contre depuis l’iPod, je n’utilisais les CD qu’une fois, maintenant j’achète par internet, la je viens de jeter toute les boite pour qu’il ne reste que les CD comme preuve d’achat… CD que je vais stocker à la cave dans un petit carton, je vais me retrouver avec 5 immenses étagère ikéa a CD/DVD maintenant vide à me débarrasser lol

A part ça, heureusement que je n’ai qu’une cave de 5m2 et pas deux caves et un hangard a tracteur lol

21)
Caplan
, le 22.09.2010 à 10:40
[modifier]

Un musicien de jazz m’a fait la démonstration de la différence de qualité entre un vinyl bien entretenu (et de qualité au départ, bien sûr) et un CD. Il m’a convaincu qu’un vinyl de qualité est très supérieur au même enregistrement sur CD. J’ai acheté le CD d’un des vinyls que j’aimais, et j’ai compris.

Hé ben moi, je dois être à moitié sourdingue, mais je ne perçois pas la différence. En plus, le confort d’utilisation du CD est tellement meilleur. Et le dernier avantage du CD, c’est qu’il ne s’use pas à l’écoute. Quand j’aime un disque, je l’écoute de nombreuses fois et on pourra dire ce qu’on veut: la qualité d’un vinyl se péjore à l’usage.

Note que j’ai gardé tous les 78T de jazz de mes parents et que je les réécoute avec grand plaisir!

22)
nic
, le 22.09.2010 à 10:44
[modifier]

c’est triste une maison sans musique pour les yeux ;-)

quand je vais chez quelqu’un j’aime regarder les étagères à cd (ou à vinyles, mieux encore!), ça ne me viendrait pas à l’idée de regarder dans son itunes…

23)
ysengrain
, le 22.09.2010 à 10:45
[modifier]

A propos de CD et de Vinyls, je la ferme depuis que j’ai passé très récemment un audiogramme, parce quant à “l’objectivité” ….

24)
Soheil
, le 22.09.2010 à 11:13
[modifier]

Okazou a raison, sans doute. Nous nous entourons de tas de choses inutiles. C’est Paul Klee, je crois, qui disait “Quand j’arrive quelque part je n’ai qu’une valise, quand j’en repars il me faudrait un camion.”

Mais le problème n’est pas tant dans les objets que nous conservons pour un éventuel usage futur — le marché aux puces ou les boutiques d’antiquaires sont remplis d’objets de ce genre — le problème c’est que ces objets ont une durée de vie de plus en plus courte. Or ces objets sont, ne l’oublions pas, des témoins de notre vie et de notre culture, des supports de notre mémoire — de notre mémoire personnelle mais, plus encore, de celle de notre civilisation.

Un vieux livre découvert dans un grenier peut être lu tout de suite sans problème. Un auteur méconnu peut être ainsi “ressuscité” des années après sa mort, comme Lautréamont dont André Breton allait recopier Les Chants de Maldoror à la bibliothèque nationale. Un livre peut (pouvait?) se conserver des siècles, voire des millénaires. On ne peut malheureusement pas en dire autant des nouveaux supports de notre culture qui ne passent même pas une génération.

Le numérique a sans doute beaucoup d’avantages, mais le prix à payer (en recyclages successifs) sera très élevé, si on ne veut pas que notre société finisse amnésique.

25)
yore
, le 22.09.2010 à 11:51
[modifier]

Après avoir lu le livre de Dominique Loreau l’Art de la simplicité, il y a quelques années, j’ai aussi fait un rangement radical. Cela m’a alléger l’appartement mais surtout alléger l’esprit. Plus je jetais plus je me sentais bien et depuis je pratique chaque année une semaine d’”allégement”. De plus, maintenant avec internet une grande partie des livres, magazines et revues deviennent obsolètes. Je pratique aussi le Kufu (l’art de faire avec ce que l’on a) en cuisine ou dans la vie tout court. Allez hop, une grande respiration de bien-être.

27)
Roger Baudet
, le 22.09.2010 à 13:15
[modifier]

yasengrain à tout juste !

Avant de parler du son “merveilleux” du vinyle par rapport à du “vulgaire” MP3, il faut d’abord savoir les différentier. Je m’occupe de la formation de musiciens et d’ingénieurs du son. Il leur faut pas mal de temps pour qu’ils arrivent “à l’aveugle” (sans en connaître la source) à différencier l’un de l’autre. Une fois pour toutes, le son d’un vinyle n’est techniquement pas “bon”, mais il est plaisant pour un tas de critères (chaleur, rondeur, effet “souvenir”) et je respecte les amoureux de vieilles galettes.

Quant à l’aspect “vide-grenier” de l’Humeur, le rapport que l’on a envers les objets est assez personnel. J’ai cette chance de ne pas être attiré par les objets (je n’achète jamais de “souvenirs”). C’est une mentalité qui m’évite de devoir remplir des rouleaux de sacs-poubelle 110 litres !

28)
Smop
, le 22.09.2010 à 13:47
[modifier]

… Le bonheur ne se trouve ni dans la consommation ni dans l’accumulation ni dans la possession. On ne le trouve pas dans le monde marchand … Pour vivre vraiment, pour ne pas passer à côté de sa vie, il faut avancer léger. Sobre, sans surpoids.

Henri-David Thoreau est ton ami, mais comme l’écrivait Arnaud de la Hougue, “la reconnaissance sociale s’obtient grâce à l’exhibition de ce que l’on achète… faute d’être, on se tourne vers l’avoir, qui procure le paraître.

J’en profite aussi pour souligner que le “ça peut servir” de ceux qui recyclent les pousse à accumuler généralement bien plus que ceux qui consomment.

29)
pat3
, le 22.09.2010 à 17:05
[modifier]

Ben chapeau François, je n’ai pas encore passé le cap psychologique que tu viens de franchir, même si j’accumule beaucoup moins que toi. Ma ta réflexion m’amène à former enfin l’idée que la solution est du côté de l’allègement radical. C’est ma cave qui va y gagner!

Pour ce qui est des nourritures intellectuelles, je milite pour le tout numérique; je n’achète plus que rarement des DVD, et un CD par an (vieux réflexe qui parfois remonte à la surface).

Mais jeter, pour moi, ça s’assimile à du gaspillage, et j’ai vraiment horreur de ça, ça me fend le cœur, parce que je connais et j’ai connu des gens qui manquent de tout.

Du coup, avant de jeter, je me demande toujours: est-ce que ça ne pourrait pas servir à quelqu’un? En revanche, tu viens de m’aider radicalement à quelque chose: je peux jeter allègrement tout ce que je garde en me disant que je pourrais peut-être m’en servir. Le critère de Caplan me paraît une bonne chose (pas utilisé depuis 5 ans: tu vires).

Je sens que mes placards et caves vont me dire merci.

L’autre point qui me semble à creuser, c’est le principe à utiliser pour ne pas garder. Je crois enfin avoir trouvé, fortuitement, la solution pour les films: je regarde, et le stock se limite au disque interne de ma freebox. Dès qu’il est plein, je vide. Si j’ai vraiment aimé, et donc que je regarderais à nouveau (cas de la plupart de mes DVD: j’achète ceux des films que j’ai vraiment aimé, et je regarde plusieurs fois – parfois dix, parfois plus!).

Pour la musique, c’est clair depuis quelques années: je n’achète plus de CD, je n’écoute que sur iTunes + AirTunes + chaîne hifi, et ça fait longtemps que ma bibliothèque iTunes excède ma CDThèque; mais… ma femme est très peu branchée ibidules…

La solution est peut-être l’iPad (je l’avais prédit!), le premier iTruc qu’elle regarde en se disant: ça pourrait bien me simplifier la vie: lire mes mails, surfer sur le web, regarder mes photos, écouter la musique (avec l’Airtunes généralisé d’iOS 4.2, en plus, ça devrait lui permettre d’écouter la musique sur la chaîne HI-FI).

Reste mon dernier souci, et il est professionnel: je suis prof de fac, et s’il y a un métier où on stocke des bouquins, c’est celui-là!! On soigne le futur: toutes les revues passent en ligne les unes après les autres, faute de moyens, et les anciennes sont numérisées et recensées sur des portails de plus en plus fournis. On devrait arriver très bientôt à écrire un article avec des sources entièrement en ligne.

J’ai commencé à résoudre le problème pour les bouquins de philo et pour la littérature: les plus anciennes sources (souvent encore valides pour nos travaux) sont libres de droit, et on les trouve en masse sur le projet Gutenberg.

Mais il y a quand même énormément de bouquins qui demeurent utiles; et il s’en écrit encore tous les jours que nous devons lire et citer (on pourrait discuter de ce devoir, certes). Ce n’est pas encore entré dans les mœurs, et surtout pas chez les éditeurs, de permettre une édition numérique des bouquins qui sortent…

30)
nic
, le 22.09.2010 à 17:39
[modifier]

Un vieux livre découvert dans un grenier peut être lu tout de suite sans problème. (…) Le numérique a sans doute beaucoup d’avantages, mais le prix à payer (en recyclages successifs) sera très élevé, si on ne veut pas que notre société finisse amnésique.

et si on pense aux cartons de negatifs qu’on trouve au grenier… j’imagine quelqu’un qui va retrouver un mac et son lot de disques durs dans une cinquantaine d’années… :-(

Quant à l’aspect “vide-grenier” de l’Humeur (…)

si c’etait au vide-grenier, mais jeter au sac poubelles des disques, c’est “triste”…

je prefere le concept vide-grenier (ou ricardo, ou alors galetas, emmaüs, etc.): je n’ai plus besoin d’un objet, il y a par contre surement quelqu’un qui en a besoin.

ciao, n

31)
François Cuneo
, le 22.09.2010 à 20:11
[modifier]

Oui oui, évidemment, vide-grenier, c’est mieux.

Mais quand tu te mets à attaquer le plein pour obtenir le vide, s’il faut en plus commencer à gérer les 3 we suivants pour vendre ou donner ce qui resterait éventuellement utilisable (chez moi, franchement, il n’y avait rien), c’est encore plus pénible.

32)
Alias
, le 22.09.2010 à 20:17
[modifier]

Juste pour dire que le vinyle est incommensurablement supérieur à tous les formats modernes ! Hormis le live évidemment! Jeter ses vinyles c’est abominable. On peut à la limite les donner et encore, y’a pas de quoi être fier! Moi c’est pas compliqué plus je vieillis plus je m’éprend de l’analogique, l’émotion s’y transmet à merveille, à l’inverse, on ne trouve plus rien dans la mortadelle digitale si fine soit-elle! En fait, rien ne vaut le VHS et la cassette audio, ça semble certes médiocre mais l’esprit s’en imprègne comment dire plus bénéfiquement! Vous iriez voir Monet sur des plasmas si bons soient-ils ?

33)
François Cuneo
, le 22.09.2010 à 21:29
[modifier]

Ah mais ça n’a rien à voir!

Une VHS est une reproduction d’un film lui-même cent fois meilleur.

Non, franchement, le VHS, c’est de la merde. C’était bien pratique à l’époque lorsqu’on n’avait rien d’autre, mais personne n’a utilisé le support en tant que tel pour faire passer un message.

Tandis qu’un peintre utilise la matière, le toile, qui font partie intégrante de son oeuvre.

Là franchement Alias, je trouve que tu dérapes dans ta comparaison.

34)
patbus
, le 22.09.2010 à 21:34
[modifier]

Pff, vieil amoureux du papier, j’ai déjà, de voyage en déménagements, liquidé une ou deux bibliothèques… avec du déchirement à l’âme, (pas au papier)… Là, lorsque je vois ce que je peux trimbaler dans mon Ipad, je suis perplexe… 800 gr avec l’étui, au lieu de deux malles intransportables… me dis que le projet Gutenberg, qui envoie le vieux Johannes ad patres, n’a pas que du mauvais… oui mais voilà… les notes, les commentaires, les annotations, c’est où…?

J’ai lu un ou deux polar e-pubé avec plaisir, mais sans fétichisme aucun, mon Ipad est moins beau que les livres de chez Bernard Campiche, de chez Actes-Sud ou encore Le Dilettante. Et lire encore une fois Chessex ou Buhler sans l’odeur de l’encre ou du papier?

Oui, mais ça prend moins de place!!!

Bref, y aura bientôt plus de place dans ma bibliothèque numérique et un grand trou dans mon p’tit coeur… si je vide des bouquins…

Quelle Chienlit…

35)
nic
, le 22.09.2010 à 21:43
[modifier]

Non, franchement, le VHS, c’est de la merde. C’était bien pratique à l’époque lorsqu’on n’avait rien d’autre, mais personne n’a utilisé le support en tant que tel pour faire passer un message.

d’accord que le vhs c’est (c’était) de la merde (d’ailleurs à l’époque il y avait un autre format, de meilleure qualité, mais que commercialement n’a pas marché), mais la deuxième partie de ta phrase n’est pas correcte. jamais entendu parler de video-art ?

ciao, n

36)
Okazou
, le 23.09.2010 à 05:54
[modifier]

« Okazou, quel plaisir de te relire… »

Je suis moi-même surpris du plaisir de participer à nouveau à la grande saga de cuk.ch. Mais j’ai toujours lu articles et commentaires.

« Ben justement, le fait de garder des livres, des films, des disques, je trouve plutôt cela non compulsif… »

C’est moins conserver qu’acheter qui est compulsif. À moins de recycler en donnant, en revendant, etc. Qu’est-ce que ce besoin qui semble quasiment impérieux de s’approprier un CD, un livre ou je ne sais quoi pour en profiter un peu avant d’en faire des conserves ? Comment surgit dans une cervelle ce qui apparaît comme une injonction derrière laquelle semble transparaître une sanction ? Et de quelle nature serait cette sanction ? De quelle façon serait-on puni lorsqu’on résiste à un réflexe de consommateur bien formaté ? Je ne peux croire que ce n’est qu’une question de pouvoir d’achat, c’est-à-dire que si un consommateur avait les moyens de s’approprier la planète il se la paierait.

38)
Okazou
, le 23.09.2010 à 05:56
[modifier]

« “Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes. N’est-ce pas un sanglot que la déconvenue ?” »

Parole de curé ! (à moustaches)

« Ceci dit, la direction de conscience, c’est une quête de bonheur aussi non ? et elle a fait autant de dégâts que le consumérisme, et depuis beaucoup plus longtemps ! »

Parole de défroqué !

39)
Okazou
, le 23.09.2010 à 05:59
[modifier]

« il faudrait “trier” avant d’acheter, mais las, je ne suis pas un saint. »

Ça tombe bien, moi non plus.

40)
Okazou
, le 23.09.2010 à 06:00
[modifier]

« Le numérique a sans doute beaucoup d’avantages, mais le prix à payer (en recyclages successifs) sera très élevé, si on ne veut pas que notre société finisse amnésique. »

Ne pourrait-on déduire de ce constat sur la difficulté d’archiver qu’il faut laisser les professionnels (bibliothèques, vidéothèques, ludothèques et autres …tèques) s’en dépatouiller pour nous ? Ne nous resterait que l’exigence de contrôler ces professionnels chez qui nous pourrions emprunter ou louer. Pas d’amnésie et accès pour tous, même les fauchés. Que demander de plus ?

41)
Okazou
, le 23.09.2010 à 06:01
[modifier]

« Henri-David Thoreau est ton ami, mais comme l’écrivait Arnaud de la Hougue, “la reconnaissance sociale s’obtient grâce à l’exhibition de ce que l’on achète… faute d’être, on se tourne vers l’avoir, qui procure le paraître.“ »

La reconnaissance sociale ne peut être une quête. Elle est ou elle n’est pas. Et qu’importe d’ailleurs qu’elle nous concerne ou pas. L’important est d’exister. L’être, on n’a vraiment que ça.

Thoreau est bien mon ami. Un bonhomme hors du commun, spécial mais attachant.

42)
Okazou
, le 23.09.2010 à 06:03
[modifier]

« Ce n’est pas encore entré dans les mœurs, et surtout pas chez les éditeurs, de permettre une édition numérique des bouquins qui sortent… »

Voilà bien le hic ! Le fric. « Il faut d’abord tirer du profit d’un créateur », au lieu de « il faut d’abord que le lecteur, auditeur, etc. dispose de la création. »

43)
zit
, le 23.09.2010 à 08:45
[modifier]

Voilà un article qui tombe à pic : je fais partie des amasseurs féroces et impénitents si justement vilipendés plus haut. Mais, à l’instar de pat3, si j’amasse, c’est surtout pour ne pas gâcher, dans un souci d’économie, ayant en partie été éduqué par des grands parents qui consommaient très peu (par manque de moyens et autre état d’esprit) et qui ne jetaient que quand on ne pouvait vraiment plus réparer… Le problème, c’est que j’ai quand même une tendance de con–sommateur aussi, loin d’être frénétique, mais quand même, j’aime bien acheter un livre ou un disque, ne serais–ce que pour rétribuer autant que faire se peut un auteur que j’apprécie, et je n’ai aucune confiance dans le stockage numérique…

Ça tombe à pic car je viens de prendre en colocation avec deux autres voisins un appartement de l’immeuble où j’ai la chance d’habiter, pour y installer un atelier, où je vais enfin pouvoir fixer mon étau de 17 kg sur un établis, et ainsi libérer la micro–pièce que je destinais à un usage de labo photo de tout un fatras d’outils et de matériaux divers accumulés en six ans de chine acharnée, pour lui donner enfin sa destination première (et mon fils de 22 ans est ravi de l’aubaine : bien qu’il s’adonne à la photo numérique, il est impatient de se mettre à l’analogique !), je vous prie de m’excuser pour la longueur inusitée de cette phrase, mais c’était une tentative malheureuse de battre le record du maître de céans.

Je vais donc déménager une pièce de moins de quatre mètres carrés dans laquelle il ne reste plus que la place pour y mettre les deux pieds (c’est vraiment grave !) pour une qui sera au moins trois fois plus grande, et je vais donc en profiter pour dégager ce dont je n’ai pas « vraiment » besoin…

Quand aux vinyles, je les ai tous gardés ! Et pour ce qui est des VHS et tous ces extraordinaires « vieux » films magnétoscopés avec amour pendant deux décennies, c’est mon fils (encore lui) qui s’en délecte, par contre, je n’ai pour ainsi dire jamais acheté de K7 préenregistrées (à part peut–être des Buster Keaton et des Marx Brothers, de passage à l’antenne trop peu fréquents).

z (qui va tenter d’alléger, je répêêêêêêêêêêêête : mais c’est pas gagné !)

44)
guru
, le 23.09.2010 à 10:09
[modifier]

Tiens dans le même style, j’ai encore une centaine de cassettes contenant des films introuvables. Malheureusement si je peux encore lire des VHS, je ne peux plus lire ces cassettes V2000 de Philips. J’ai tous essayé, jusque chez Philips en Hollande… plus personne ne possède plus de lecteur en état. Mais j’espère toujours et je garde jalousement ma collection… quelle horreur!

45)
Blues
, le 23.09.2010 à 13:24
[modifier]

Et, après ça, on continue ? On reprend ses mauvaises habitudes de surconsommateur archiviste accumulateur d’inutile ? On ne retient pas la leçon ? On n’a rien compris ?

excellent commentaire !

Perso ce “vidage” je l’ai fais il y a 4 ans (mais je conserve tous mes vinyle et toutes mes bd) c’est donc derrière … par contre depuis pour éviter “l’inutile”, je vis et j’achète “moins imbécile”, j’ai corrigé mon fonctionnement et plus ou moins celui de mon épouse ;-)

Une des règles que j’ai adoptée : tout achat devient réfléchi (plus de “compulsif”)… avant de débarquer dans un magasin, si j’ai plus d’un “produit” j’ai une liste bien précise à laquelle je me tiens quoi qu’il y ait et rare sont les fois ou j’y ai dérogé !

Comme l’ai déjà dit ici, depuis cette période de “vidage” mon choix a été de me tenir loin des nouveautés qu’elles soient technologiques ou autres, en privilégiant mes rares achats d’occasion (et tant pis pour le “has beeen”).

46)
ToTheEnd
, le 23.09.2010 à 13:34
[modifier]

Jeter… tout jeter… et tout mettre sur des GB… qui iront eux-mêmes finir sur des TB… qui finiront sur des PB… et EB… et EZ… sans parler du Yota Byte.

Je suis sentimental et en venant à Paris… j’ai fait un sacré rangement à l’exception d’un carton… je le garde pour plus tard… plus loin…

47)
zatsmie
, le 23.09.2010 à 14:05
[modifier]

Guru

Malheureusement si je peux encore lire des VHS, je ne peux plus lire ces cassettes V2000 de Philips. J’ai tous essayé, jusque chez Philips en Hollande… plus personne ne possède plus de lecteur en état. Mais j’espère toujours et je garde jalousement ma collection… quelle horreur!

J’ai trouvé cette annonce sur eBay, pourrait-il s’agir du lecteur dont tu parles : http://cgi.ebay.fr/PHILIPS-Video-2000-VCC-stereo-V2000-PAL-SECAM-2×4h-/320593040375?pt=FR_JG_Image_Home_Cinema_Magnetoscope&hash=item4aa4d593f7#ht_749wt_1139

48)
Blues
, le 23.09.2010 à 19:59
[modifier]

Guru, pour tes cassettes V2000 de Philips… je connais un gars qui fait du transfert analogique vers numérique (c’est son job), il me semble qu’il a une collection de vieux appareils encore d’attaque, essaye de le contacter (c’est à Ecublens près de Lausanne).

49)
Anne Cuneo
, le 23.09.2010 à 20:24
[modifier]

ces cassettes V2000 de Philips

Keskeséksa? Quel format? De quand? Moi aussi, je connais des gens qui font des transferts, si c’est vraiment des films introuvables… (C’est peut-être les même gens que Blues).

PS. C’est les mêmes.

50)
drazam
, le 24.09.2010 à 00:09
[modifier]

J’aime ton billet François, c’est profond comme réflexion…

Et aux zautres, eh ouais, drazam is baaack!

51)
zit
, le 24.09.2010 à 07:26
[modifier]

Drazam, quelle bonne surprise !

z (je te croyais avalé par une vague de la sea, happé par un sex ou brûlé par le sun, je répêêêêêêêêête : voire les trois en même temps… ;o)

PS : Okazou et Drazam qui se manifestent dans les commentaires du même article, c’est quand même diiiingue ! rev’nez souvent les gars…

52)
coacoa
, le 24.09.2010 à 09:08
[modifier]

Okazou et Drazam qui se manifestent dans les commentaires du même article, c’est quand même diiiingue !

C’est signe que seul le superflu est passé à la poubelle…

53)
guru
, le 24.09.2010 à 09:38
[modifier]

Merci de vos conseils, j’ai effectivement trouvé un lecteur sur ebay et je vais essayer de l’acheter.
Anne, le format V2000 a été créé par Philips dans les années 80. Il était bien supérieur au VHS et au ßetamax mais n’a jamais réussi a convaincre le grand public. J’en ai quelques 200 cassettes dont des films dont j’avais commis le son et qui n’existent plus nulle part ailleurs.

54)
Madame Poppins
, le 24.09.2010 à 18:53
[modifier]

Du musst, du musst, pas muss :-)))))) L’allemand a un bel avenir dans notre canton…

Bravo pour le rangement, ça fait un bien fou, comme l’a dit si justement Ysengrain !

55)
jesopog
, le 27.09.2010 à 08:23
[modifier]

Je me permet une (petite) recension : Téléviseur analogique + magnétoscope (lecteur/enregistreur VHS) existant ; Adaptateur TNT installé il y a quelques mois (avant le “passage au numérique” sous peu dans ma région) ; Branchement d’un magnétoscope (lecteur/enregistreur) numérique au téléviseur.

L’évolution technologique est réalisée…

Néanmoins, je conserve la possibilité de me servir du magnétoscope VHS – en lecture seulement.

Mes cassettes VHS sont donc “en sursis” pour quelques temps… et je m’en réjouis !