Profitez des offres Memoirevive.ch!
Summer Streets à la Grande Pomme

Si vous étiez de passage à New York durant ce dernier mois d’août, vous aurez peut-être eu la chance de tomber sur un événement tout à fait inhabituel pour la ville : une avenue libérée de tout véhicule et prise d’assaut par cyclistes, patineurs à roulettes et autres piétons. Alors en vacances chez des amis habitant la région, l’occasion était trop belle pour que nous la manquions. Welcome to Summer Streets !

Trois samedis d’août par année, et ce depuis 2008, sous l’impulsion notamment du maire de la ville Michael Bloomberg, New York fête l’été à sa manière. Le festival envahit Manhattan (ou plus modestement Park Avenue et Lafayette Street depuis Central Park) où sont fermées à la circulation automobile plus de onze kilomètres de rues, laissant place à la promenade, au footing et au cyclisme. Quatre aires sont aménagées le long du parcours où il est possible de retirer gratuitement des vélos ou même de participer à des cours de gym.

image

La fête ne durant que jusqu’à 13 heures, nous arrivons sur place en milieu de matinée, prêt comme jamais à enfourcher un vélo et déferler dans New York sous un soleil radieux.

Ce serait pourtant oublier que New York n’est pas Morat. Ou la Gruyère. Ou toute autre région organisant régulièrement l’un des quinze slowUp en helvétie. Pas que New York soit immensément plus grand et draine un monde fou à pareille manifestation, puisque la foule n’est pas plus nombreuse que pour un tour de lac dans nos contrées. Il s’agirait plutôt d’organisation, tout simplement.

image

A la recherche de vélos, donc, nous nous plaçons à l’arrière d’une petite file établie devant l’un des stands de location. Après un quart d’heure mais sans avoir avancé d’un pas, voilà qu’un jeune homme vient annoncer la bonne nouvelle: il faudra encore patienter plus d’une heure pour avoir une chance de trouver une bicyclette. Ce qui n’émeut pas le moins du monde les quelques américains devant nous. Mais qui déclenche de notre côté des réactions diverses et variées.

La première est de faire un rapide calcul pour se rendre compte que le vélo sur Park Avenue sera pour une prochaine fois, manque de temps oblige. La déception fait ensuite place à un sentiment de colère, ou plutôt de désespoir: l’organisation américaine n’est franchement pas folichone.

Parce qu’après tout, inviter une ville de plus de huit millions d’habitant à oublier sa voiture un instant pour venir faire les fous dans la rue, c’est tout à fait louable. Mais peut-être aurait-il fallu prévoir un peu plus de dix vélos et demi. Et surtout, était-il vraiment nécessaire de n’employer qu’une seule personne par stand, remplissant tranquillement l’incommensurable formulaire certifiant que le cycliste allait prendre soin du vélo qu’on lui prêtait et n’envisageait pas de l’utiliser comme une arme de destruction massive ?

image

C’est finalement heureux et dans une ambiance bon enfant que nous avons continué notre chemin en direction dur nord, à pied, observant tantôt des gymnastes pas toujours très en rythme, tantôt des personnes se jetant à l’eau dans des containers transformés en piscine. Et vélo ou pas, les Summer Streets au milieu des buildings valaient le détour.

Et toi mon ami, t’aimes ça les slowUp, là ?

9 commentaires
1)
Smop
, le 09.09.2010 à 02:28
[modifier]

Et toi mon ami, t’aimes ça les slowUp, là ?

Au risque de faire tâche au millieu de la bien-pensance écolo, ma réponse est NON ! Je commence à être très agacé par ce lobbyisme vert qui cherche des boucs-émissaires. Non pas que je sois par nature contre une vie plus “cool” où les gens seraient moins pressés et moins stressés, bien au contraire. Mais je pense que l’aliénation sociale des grandes métropoles ne se prête absolument pas à ça. La voiture (ou la moto dans mon cas) est l’un des derniers espaces de liberté face au nivellement de la vie urbaine. Le jour où l’on cessera d’agglutiner les gens, je réviserai peut-être ma position. D’ici là, le verdâtre peut toujours courir après mon soutien, ou même ma sympathie.

2)
Philob
, le 09.09.2010 à 07:24
[modifier]

J’étais écolo avant que ce mot n’existe, ou avant qu’il ne soit devenu un terme politique. Par contre je hais l’extrémisme.

Pour moi, les villes (en tout cas leurs centres) doivent revenir aux piétons, aux cyclistes et à certains petits véhicules électriques pour les personnes qui ont de la difficulté à se mouvoir; je peux comprendre que l’on ouvre certaines rues aux véhicules à moteur, avec une fourchette horaire très courte pour permettre la livraison des marchandises, et encore. Je peux aussi concevoir que certaines rues soient à circulations mixtes, c’est à dire avec une limitation à 30 kmh (nous avons beaucoup de chance en Suisse, car ce n’est pas la voiture qui a la priorité, c’est le piéton, si un piéton se trouve au bord d’un passage, la voiture a l’obligation de s’arrêter).

Mais la voiture reine (comme dans les années 70), cela ne doit plus exister; par contre, il faut être conséquent, il faut des transports publics denses et très bon marché et aussi des voies rapides pour les véhicules à moteur, car le but n’est pas de revenir en “arrière”, mais au contraire d’aller en avant, c’est à dire avec des solutions gagnantes pour les transports doux sans exclure le transit des véhicules rapides.

Je pense que la vraie liberté, c’est de pouvoir tous vivre ensemble, et cela demande un peu moins de liberté individuelle peut-être, haro à l’égocentrisme.

SlowUp, c’est aussi vivre, partager quelque chose ensemble, comme à une fête de lutte.

3)
Chichille
, le 09.09.2010 à 08:12
[modifier]

incommensurable formulaire

On ne le dira jamais assez : l’Amérique “libérale” est mesquine, méfiante, bureaucratique et paperassière, bref haïssable.

@ Smop

C’est vrai que tu fais tache (sans accent). La bagnole comme espace de liberté, il faut oser ! Mais je suppose qu’il vaut mieux lire ça que d’être aveugle.

4)
Franck Pastor
, le 09.09.2010 à 09:03
[modifier]

La voiture (ou la moto dans mon cas) est l’un des derniers espaces de liberté face au nivellement de la vie urbaine.

C’est peut-être vrai, mais surtout pour en sortir, de la ville !

5)
Smop
, le 09.09.2010 à 13:43
[modifier]

Je ne voudrais pas que mon propos soit détourné, alors entendons-nous bien : je ne suis pas un forcené de la voiture. D’ailleurs, pour ce qui me concerne, il s’agit de moto, même si je me sens dans une certaine mesure solidaire des automobilistes. J’aurais pu scinder mon commentaire en deux parties, l’une dédiée aux véhicules à moteur en général, et l’autre à leur utilisation en milieu urbain. Car c’est sur ce dernier point que je m’insurge contre la mouvance verdâtre – et son prosélytisme démagogique à la “Summer Streets”. A mon sens, la taille des grandes métropoles impose de fait une organisation peu compatible avec les déplacements non motorisés. Qu’il soit question de distance à parcourir, de volume à transporter ou d’autonomie. De plus, la cohabitation forcée bus-taxis-voitures-motos-vélos-piétons, telle qu’elle a été mise en place à Paris par exemple, est un véritable cauchemar. Cependant, mon discours irait à l’opposé dans les agglomérations à taille humaine, comme elles devraient toutes l’être. Si tous les déplacements quotidiens n’impliquaient pas plus de quinze minutes de marche, je serais le premier à militer pour la transformation des villes en zones piétonnes.

Pour le reste, oui, je suis aussi fatigué du discours dans l’air du temps contre l’automobile, devenue en vingt ans bouc-émissaire des travers de la modernité. Certes elle pollue – mais de moins en moins -, certes elle tue parfois – et encore, en faucheuse, on sait bien mieux faire dans l’indifférence quasi générale -. Elle n’en est pas moins un fantastique objet de plaisir aux limites de la transgression. Philob-2 fustige à raison l’égocentrisme, mais la poursuite de l’intérêt particulier est aussi l’expression de l’unicité et de la différence de chacun. L’individualisme est, par bien des aspects, un ode à la liberté et un combat contre le nivellement par l’uniformité. Il n’implique pas pour autant le manque de respect d’autrui.

6)
Chichille
, le 09.09.2010 à 16:52
[modifier]

Désolé Smop, mais tu ne prends pas le problème à la base. La voiture est un excellent moyen de transport individuel interurbain et surtout rural qui a l’avantage d’être très souple en terme d’organisation : liaison point à point, horaire libre… En ville, grande ou petite, c’est un non-sens, à la fois par la place qu’elle prend pour déplacer une personne et par la débauche d’énergie qu’elle exige pour fonctionner.

Il ne s’agit pas de mettre tout le monde à pied, mais de substituer le plus vite possible les transports en commun aux transports individuels. Ce n’est pas facile (le métro parisien est quasiment à saturation), d’autant que nous nous héritons de décennies de « laissez-faire, laissez-passer la bagnole ». Les responsables politiques des villes qui sont conscients du problème se retrouvent piégés parce que le passage d’un système à l’autre ne peut se faire sans douleur. Il leur arrive d’ailleurs de jouer volontairement sur le découragement des automobilistes pour les dissuader d’utiliser leur voiture en circulation urbaine, c’est plus ou moins la politique de Delanoë à Paris.

Je précise par ailleurs que je suis attaché à cette idée rationnelle depuis… une époque où l’on ne parlait pas des Verts. On pourrait d’ailleurs très bien imaginer un système de transport efficace, sans véhicule privé, dans un environnement totalement artificiel et minéral.

Enfin, un aspect du problème encore plus difficile à résoudre : réduire le besoin en transport quotidien. Il n’est absolument pas normal que l’on passe une à deux heures pour aller de son domicile à son travail et autant pour revenir. Je ne développe pas les pourquoi et les comments de cette situation, mais elle est totalement irrationnelle. Mais, bien entendu, réduire ce besoin artificiel de déplacements améliorerait considérablement les flux.

7)
Smop
, le 09.09.2010 à 18:01
[modifier]

… substituer le plus vite possible les transports en commun aux transports individuels …

Le problème des transports en commun se résume dans son titre : transports en commun.

Transports… : Un véhicule n’est pas qu’un moyen de transport, mais également – je me répète – un élément de plaisir. La douzaine de kilomètres que je fais quotidiennement à moto entre mon domicile (Tour Eiffel) et mon lieu de travail (Bourse) sont une soupape. Ce sont actuellement mes vingt minutes de “liberté” de la journée. Quant aux week-ends, je les passe quasiment tous sur la route, été comme hiver, pour des balades de 100 à 1000 kilomètres. Je n’ai encore rien trouvé de mieux pour me vider la tête après une semaine stressante, surtout en moto, où le rapport à l’environnement est très différent de celui de la voiture.

… en commun : Je n’ai pour ainsi dire plus mis les pieds dans le métro ou dans le bus depuis une vingtaine d’années (dont, il est vrai, les deux tiers hors de Paris / France). Les bus sont trop lents, quant au métro, c’est une horreur de promiscuité, de puanteur, d’absence de lumière, de cour des miracles. Il me fait penser à un convoi de bestiaux bien disciplinés. Et ne parlons pas des heures de pointe…

… On pourrait d’ailleurs très bien imaginer un système de transport efficace …

De nombreuses pistes existent déjà : inciter fiscalement une meilleure répartition des centres d’activité, restreindre les livraisons et le ramassage d’ordures la nuit, supprimer les bus, multiplier les parkings, mettre en place un service public de taxis à bas coût, privilégier les deux-roues et autres petits véhicules tels que les Smart (peu polluants, peu bruyants et pourquoi pas électriques), instaurer une “super-vignette” pour les 4×4 et autres mastodontes inutiles, etc.

Bref, les grandes villes sont là et il faut faire avec. La solution de facilité choisie par les pouvoirs publics est de jeter l’opprobre sur les véhicules à moteur, de réprimer et de vouloir à tout prix sceller un mariage contre nature entre piétons / cyclistes et structures conçues pour un autre usage.

… réduire le besoin en transport quotidien …

Sur ce point, je ne peux que te rejoindre. L’avenir me paraît être dans la décentralisation et la macroéconomie locale. Malheureusement, nous sommes bien loin d’en prendre le chemin…

Il est clair que je ne compte pas faire de vieux os à Paris. A peine revenu de Polynésie, il y a quinze mois, j’avais déjà envie de m’enfuir de cette ville que je déteste, comme toutes les autres métropoles.

8)
Chichille
, le 10.09.2010 à 08:05
[modifier]

La fin de ta dernière intervention est bien meilleure que son début ;-)) !

Cela dit, si ton trajet domicile-travail est le seul moment agréable de ta journée, je comprends mieux tes réactions.

Pour terminer sur l’aspect confort et plaisir, j’ai, pendant très longtemps, fait le trajet Gif-sur-Yvette / Paris (soit dans les 25 km), tous les jours ouvrables, aller-retour, dans le RER. Mon plaisir sadique était de contempler les automobilistes en train de bouchonner comme des bêtes sur les voies “rapides”, pendant que je lisais tranquillement un livre ou mon journal… (le train passe au-dessus de l’une des “voie rapides” en question).

9)
ColonelMoutarde
, le 11.09.2010 à 21:47
[modifier]

Un big merci ! J’étais précisément à New York à cette période, et je ne me souvenais plus du nom de cet événement.