Profitez des offres Memoirevive.ch!
Flashcards, bis ! Anki en détail… (2/3)

1. Introduction

En ce qui concerne la théorie à proprement parler, je tiens à vous renvoyer au premier article de la série, ce qui m’évite de me fondre en redondances inutiles. Le système de Leitner, la mémorisation par répétition espacée, ainsi que l’objet de cette revue (certes, non exhaustive) des principaux logiciels à disposition, tout cela est très bien expliqué là-bas...

À la suite des différentes réactions soulevées lors du premier article, je tiens à noter quelques points importants.

(a) la sélection des logiciels

Différents autres noms ont été évoqués dans vos commentaires, je pense notamment à ProVoc (testé ici par David Klaus) et iVocabulary (testé ici par François) ; j’ai essayé ProVoc. Et même si j’adore l’interface, je pense qu’il est assez limité dans le sens où l’insertion d’images ou de formules (LaTeX) me semble impossible. 

Ebbinghaus, dont l’interface est très soignée également, me paraît intéressant car il gère très bien l’insertion de formules “latexiennes” ; pour les photos, cependant, il faut aller voir ailleurs. Et il coûte 20 $ (à peu près vingt francs et nonante centimes ;-) ).

(b) la gestion des langues dans Mnemosyne

Compliquée. C’est vrai. Pour ce faire, il est en effet nécessaire d’ouvrir le fichier config.py dans le répertoire : Maison/Bibliothèque/Mnemosyne. Ensuite, à la ligne où il y a écrit “locale = None”, vous remplacer le None par ‘fr’ (avec les apostrophes). Ce qui indique au programme que vous n’êtes pas nonne, mais bien francophone. Vous enregistrez, et vous redémarrez le programme. Voilà.

La nonne que vous n'êtes sans doute pas.

La nonne que vous n'êtes sans doute pas.

Aujourd’hui, nous allons donc étudier Anki.

2. Anki en détail

2.1 Généralités

Anki (qui signifie "mémorisation" en japonais) est un logiciel de mémorisation par répétition espacée qui présente une algorithme basée sur celle de SuperMemo.

"Mémorisation", en japonais. À prononcer "Anki"."Mémorisation" en japonais. À prononcer "anki".

Tout comme Mnemosyne, Anki est un logiciel libre, multiplateforme et gratuit. Il fonctionne donc sous Windows, Mac OS et Linux ; des versions existent également pour l’iPhone et Android. AnkiOnline (voir ci-après) vous permet en outre de synchroniser votre compte et de travailler partout où vous vous trouvez. Pas mal, non ?

Le site du logiciel propose de nombreuses fiches d’information très complètes et très complexes (en anglais) qui permettent, pour celles et ceux qui ne seront pas rassasiés à la fin de cet article, de pousser la lecture plus loin. Une vidéo de présentation est également disponible, en angliche uniquement.

2.2 Interface

L’interface d’Anki est, en général, assez soignée ; bien adaptée à Mac OS X, celle-ci présente cependant des erreurs d’affichage de texte sur les boutons à cliquer ; ceci sur la version francophone en tout cas.

Lorsque que vous lancez le programme, une première fenêtre de démarrage s’ouvre ; elle contient un aperçu des différents paquets de cartes que vous avez déjà créés. Ainsi, lorsque vous ouvrez Anki pour la première fois, celle-ci est vierge.

Fenêtre d'aperçu des paquets de cartes

La fenêtre d'aperçu des paquets de cartes.

Remarquez que, en bas de la fenêtre ci-dessus, vous avez la possibilités de télécharger des paquets créés par d’autres utilisateur (similaire à Mnemosyne) ou de créer les vôtres.

Créons maintenant un nouveau paquet...

2.3 Création d'une carte mémoire

Lorsque que vous cliquez sur “Créer”, une nouvelle fenêtre s’ouvre. Vous venez de créer un paquet qui, pour l’instant, ne comporte aucune carte et se nomme simplement “eunetitleude” (mais où vont-ils donc chercher des noms pareils ?). Si vous cliquez ensuite sur "Ajouter du contenu" (c’est à dire des cartes), la boîte d'édition suivante s'affiche à l'écran :

Boîte d'édition des cartes

La boîte d'édition des cartes.

Vous remarquez tout d'abord la présence de nombreux outils intéressants ; il est ainsi possible de choisir la couleur de la police ou son style (gras, italique, souligné). Il est aussi possible d’introduire une image, une vidéo ou encore une formule LaTeX. Le programme reconnaît également le langage HTML. Donc si vous aimez, ne vous en privez pas...

Introduisez alors la question que vous souhaitez sur le "front" de la carte (comprenez la face qui vous sera montrée en premier) et la réponse correspondante sur le “back” (la face qui vous sera montrée en deuxième). Pour du vocabulaire suisse-allemand, par exemple, cela donne :

Exemple pour une carte de vocabulaire suisse-allemand.

Un exemple pour une carte de vocabulaire suisse-allemand.

Notez également la fonction “Texte à trous” (dans la barre d’outils), très pratique pour retenir des phrases un peu folles de philosophes un peu fous :

Cogito ergo sum.

Cogito ergo sum.

Finalement, vous avez la possibilité d’introduire des marqueurs pour vos cartes ; ainsi, si vous apprenez un cours de botanique, vous pouvez annoter chaque plante avec un marqueur "Famille" (Renonculacées, par exemple) et apprendre les cartes selon par famille. Un outil très pratique, déjà présent sur Mnemosyne, cela dit. 

2.4 Apprentissage

L’apprentissage est assez similaire à celui de Mnemosyne : les cartes vous sont présentées (par le "front") et, après avoir réfléchi à la réponse, vous cliquez pour que le logiciel vous montre la réponse correcte (le "back" de la carte). En fonction de la justesse de votre réponse ainsi que la rapidité à laquelle vous avez su y répondre (tout cela se passe bien sûr mentalement), vous vous attribuez une note (de 1 à 4).

Anki, en mode "Apprentissage".

Anki, en mode "Apprentissage".

En fonction des notes que vous attribuez à vos cartes, Anki vous les montrera de manière plus ou moins espacée, fréquemment ou plus rarement. 

Lorsque vous êtes en mode d’apprentissage, vous remarquez que la fenêtre (voir ci-dessus) comporte une nouvelle barre d’outils : elle vous permet notamment de définir les options d’apprentissage, d’afficher les statistiques, ou encore d’éditer une carte en cours de lecture. 

En ce qui concerne les marqueurs, il est possible des les activer en mode "Apprentissage". Pour ce faire, il suffit de le spécifier dans le menu du logiciel (Marqueurs : Activer/désactiver les marqueurs...).

2.5 Autres fonctionnalités 

Le site du logiciel vous permet de télécharger des paquets de cartes édités par d’autres utilisateurs ; il regroupe aussi une série de pleuguinnes utiles, si, par hasard, vous vous mettiez à apprendre japonais. Si, si. Avec les "Hara-kiri" et tout et tout. 

Un autre intérêt particulier du logiciel est, à mon avis, la possibilité de créer un compte sur internet vous permettant d’utiliser AnkiOnline. Ce service, gratuit, vous permet de travailler depuis plusieurs supports (un ordinateur portable et un fixe, par exemple) et de synchroniser vos répétitions entre les ordinateurs. Je n'ai malheureusement pas eu le temps de tester AnkiOnline ; impossible de vous en dire plus pour l'instant...

3. Conclusion 

Parmi les points positifs du logiciel, relevons notamment les outils d’édition qui sont, à mon avis, très complets. La fonction “Texte à trous”, même si je ne l’utilise pas, me paraît utile dans certains cas. L’insertion d’image est quant à elle aisée, et la possibilité de faire varier le style de police et d’insérer de la couleur est un avantage. Tout ceci n’est pas possible avec Mnemosyne.

Côté lecture de cartes (mode apprentissage), les options sont là aussi très développées ; il est en effet possible de paramétrer de nombreuses variables, comme le temps d’apprentissage par session ou le nombre de nouvelles cartes à apprendre par jour. 

Si l’on relève à présent les points négatifs du logiciel, je trouve que le mode statistique est trop complexe pour être vraiment utile. Une ou deux simples valeurs numériques vraiment utiles (comme par exemple la durée moyenne d’apprentissage d’une carte, le nombre de cartes oubliées) suffiraient amplement à mon avis. 

De même, le nombre de valeurs que vous pouvez attribuer à votre réponse me semble un peu faible. Quatre valeurs (Anki), c’est pas mal ; mais six (Mnemosyne), c’est quand même mieux. S'attribuer un 6, est pour nous autres Suisses, toujours plus valorisant qu'un 4 !

L’interface du logiciel, même si elle est bien finie, comporte de nombreuses erreurs de traduction ou bugs d’affichage. Mais bon, avec les versions traduites, on commence à avoir l’habitude. Et pour un logiciel gratuit, ça reste tolérable.

Dans l’ensemble et après plusieurs mois d’utilisation, je trouve ce logiciel assez concluant. D’ailleurs, je le préfère finalement à Mnemosyne pour les nombreux points positifs énoncés plus haut. Je testerai encore Cram dans le courant du mois de septembre, afin d’avoir un comparatif avec un logiciel qui, cette fois-ci, sera payant.  

Merci pour votre lecture et à bientôt,

4 commentaires
1)
lisanne83
, le 03.09.2010 à 13:41
[modifier]

Merci pour cette présentation ! En cette période de rentrée, cela m’a rappelé que les flashcards avec mes étudiants étaient un de mes objectifs et qu’il fallait que je le fasse remonter dans mes priorités…

Je vais essayer de me lancer avec Woonoz, développé par une petite boîte aux alentours de Lyon. Le logiciel est gratuit, on peut faire des cartes très élaborées (cf démo ), à condition que les piles de cartes (qu’ils appellent bloz) soient stockées sur internet. Si on veut les avoir en local, le logiciel est payant. On peut créer et partager un bloz gratuitement. Certains bloz, créés par des éditeurs, sont payants (fiches de révisions). Ils ont aussi participé à un système de perfectionnement en orthographe, basé sur leur logiciel (Projet Voltaire ). On va peut-être se lancer dans mon établissement pour voir si ça peut être utile aux étudiants.

Sinon, je m’étais intéressée il y a quelques années à Flash my brain, payant, mais super interface en mode apprentissage, avec un mode apprentissage par jeu, pour les plus jeunes : memory où il faut apparier les 2 côtés d’une même carte, par exemple. Autre avantage : application iPhone. Ca manque pour Woonoz, pour les révisions dans le métro… J’espère que ça viendra !

2)
AdMem
, le 03.09.2010 à 16:30
[modifier]

Woonoz a l’air sympa en effet ! J’ai vu la présentation, faudra que je m’y intéresse… Flash my brain aussi. Pour 29.95 USD.

3)
François Cuneo
, le 03.09.2010 à 22:19
[modifier]

Je ne suis pas tout à fait convaincu par les flash cards.

Mais ce logiciel me semble très bien réalisé.

Merci de nous les présenter, c’est super pour des enseignants d’avoir toutes ces possibilités en tête.

4)
isell
, le 04.09.2010 à 09:01
[modifier]

Je profite de ce fil pour poster ce lien, pas grand-chose à voir avec Anki (que j’utilise pour l’apprentissage du chinois, EXCELLENT logiciel), au cas où des sinophiles comme moi n’auraient pas encore vu cet excellent plugin pour cette excellente application (Pleco) :

Pleco OCR Demo

… ça devrait être dispo encore en septembre selon le fondateur de Pleco, Michael Love.

iS