Profitez des offres Memoirevive.ch!
Apple, Google et Nokia sont sur un bateau…

Il y a quelques temps sur le forum de Cuk, il était question du choix entre l’achat d’un iPhone et d’un Nokia N97. A n’en pas douter, nombreux sont celles et ceux qui hésitent entre plusieurs modèles à l’heure où les smartphones sont devenus une réelle option pour le grand public, aidés notamment par la popularité de l’iPhone.

Si je suis l’heureux possesseur d’un iPhone 3G depuis une année, j’ai depuis peu l’occasion de découvrir et tester trois appareils afin de réaliser une application sur chacune des plates-formes correspondantes: un iPhone 3GS, basé sur iPhone OS, un HTC Magic, un des premiers appareils faisant tourner le système Android de Google, et le Nokia N97 fonctionnant grâce au système Symbian S60.

Au risque de faire des déçus, mon idée aujourd’hui n’est pas de vous faire un test détaillé de chaque appareil et une comparaison des caractéristiques techniques, mais plutôt de partager mes premières impressions au travers de cette humeur. Celles-ci sont donc basées en grande partie sur l’interface utilisateur, et pas forcément sur la taille du capteur APN ou la possibilité d’accéder directement à un tuner FM. Je vous parlerai également en fin d’article des différences que cela implique pour le développeur lorsqu’il aborde ces trois plates-formes différentes.

Introduction

Si je me contente de traiter du « ressenti », des premières impressions que peuvent laisser paraître ces trois mobiles, c’est que j’accorde une certaine importance à l’interface homme-machine. Et je ne pense d’ailleurs pas être le seul ! Autant dire qu’une grande partie de la facilité de maniement et donc de la qualité du smartphone dépend directement de la qualité de cette interface. Qui dit interface utilisateur dit interface tactile lorsque l’on parle de l’iPhone, du HTC Magic ou du Nokia N97. Une sensation relativement nouvelle pour le l’utilisateur lambda, qui demande une certaine adaptation et dont les lacunes se font encore plus rapidement remarquées qu’avec une interface telle que sur nos ordinateurs d’aujourd’hui. La petite taille de ces appareils n’est d’ailleurs pas là pour faciliter les choses.

Qu’en est-il donc de nos trois smartphones ? Assez vite, on se rend compte d’une différence assez flagrante lorsque l’on regarde l’iPhone et le Nokia N97. D’un côté, un appareil aux caractéristiques techniques plutôt bonnes, sans être incroyables, dont quelques d’utilisateurs déploreront un éventuel manque de possibilités, mais où chaque fonctionnalité présente aura été pensée pour être utilisée de manière simple et intuitive. De l’autre, un mobile certes rempli de fonctionnalités et options en tout genre, mais qui ne sont franchement pas des plus agréables à utiliser. Quelque part entre ces deux approches, un système Android qui laisse envisager de belles choses, se rapprochant de l’iPhone tout en offrant plus de souplesse à l’utilisateur que le smartphone d’Apple.

L’iPhone

Qui a déjà utilisé un iPhone (ou un iPod Touch) sait avec quelle facilité l’utilisateur se laisse prendre dans cet « univers tactile ». Tout n’est pas parfait, loin de là, mais il devient très vite naturel de glisser son doit pour naviguer dans une liste, effacer un élément ou manipuler une photo. L’exemple de la photo est d’ailleurs assez bon, tant on a l’impression de guider l’image du bout de ses doigts: le défilement des images laisserait presque croire que l’on ne manipule pas un écran, mais directement une photo papier sur une surface glissante, et le zoom semble tout de suite naturel.

Bien entendu, les boutons sont toujours là, mais la main n’est pas un bête substitut du stylet: des gestes ont été élaborés spécialement pour profiter de cette nouvelle façon d’interagir et il ne s’agit plus simplement d’avoir un simple pointeur. Ces gestes contribuent donc largement à ce sentiment d’être plongé dans un univers tactile.

HTC Magic et Android

Le HTC Magic est assez plaisant à utiliser et se rapproche de ce que l’on a sur l’iPhone, même si j’avoue être resté quelque peu sur ma faim. En effet, alors que l’on aimerait plonger dans l’univers du tactile, on se retrouve parfois frustré de ne pas pouvoir l’utiliser à fond. L’exemple de la manipulation des images montre bien les limites de l’appareil: alors que l’on tapote ici et là pour afficher une photo, on aimerait ensuite pouvoir faire défiler les images d’un geste vers la gauche ou la droite, ou encore pouvoir zoomer facilement. Malheureusement il en va autrement: le défilement des images se fait en tapotant un bouton, de même pour le zoom, où il faut appuyer sur un signe plus ou moins. La main redevient donc simple pointeur le temps de quelques fonctionnalités.

Cependant, ce manque sera sans doute vite comblé. En effet, Android est fait pour supporter plusieurs modèles, tous n’étant pas multi-touch (permettant le zoom à deux doigts, par exemple): tel est le cas du modèle HTC Magic actuel (bien qu’apparemment un hack débloque cette fonction). Mais la base est donc là, et Google n’a plus qu’à construire dessus; des gestes supplémentaires viendront avec le temps et combleront les lacunes actuelles.

Car pour le reste, le HTC Magic a une ergonomie réussie qui n’a pas grand-chose à envier à l’iPhone, même si Apple reste maître en la matière. Il est probable que certains utilisateurs exigeants préfèrent les plus grandes possibilités de personnalisation d’Android, alors que l’iPhone semble de son côté plus intuitif. J’ajouterais que l’écran me semble un poil plus « réactif » sur l’iPhone.

Nokia N97 et Symbian

Tant l’iPhone et iPhone OS que le HTC Magic et Android me semblent donc aboutis et promis à un bel avenir. Qu’en est-il donc du Nokia N97 ? Vous l’avez compris, j’ai été plutôt déçu, ce qui m’a d’ailleurs surpris moi-même d’après l’idée que je me faisais d’un téléphone de ce calibre. Vous me direz que cet appareil a d’autres atouts à faire valoir que son interface, et je vous l’accorde: le Nokia N97 n’a rien à envier à ses concurrents lorsque l’on compare les caractéristiques techniques, au contraire. D’autres diront peut-être que je suis trop habitué aux produits Apple, réputée pour sa qualité dans ce domaine.

Oui, mais… mais mais mais… je ne pense pas qu’il faille à tout prix s’appeler Apple pour prendre conscience que l’interaction homme-machine est importante et réaliser des produits qui en tiennent compte ! Comme je l’ai déjà mentionné, une mauvaise interface peut à elle seule éclipser les qualités techniques d’un appareil.

Le Nokia N97 est annoncé comme touch, mais cela nécessite l’utilisation d’un stylet; le même mot lancé quelques années plus tôt n’aurait pas choqué, mais à l’heure actuelle, on s’attend à autre chose. Lancer une application en tapotant son icône est faisable à la main, mais essayez de scroller dans une liste et vous comprendrez vite la présence du stylet. Vous le perdrez sans doute plus vite que vous n’aurez appris à vous en passer ! Au revoir donc l’un des points forts de l’iPhone et d’Android: l’impression d’être plongé dans un univers tactile.

Plus on l’utilise, plus on s’y fait, mais plus on se rend compte également que cet appareil n’a pas été réellement pensé pour être tactile. Techniquement il l’est, soyons d’accord, mais le stylet n’est finalement qu’une sorte de pointeur, et l’interface a été adaptée pour tirer partie de cette couche tactile. Adaptée, dis-je, et non repensée. Voilà un des points forts d’Apple, que Google a bien saisi également. Ce n’est pas tout de s’adapter au marché en faisant un peu mieux chaque jour; cela fonctionne, certes, mais pour réellement améliorer le quotidien de l’utilisateur, il faut être capable de repenser une fonctionnalité, un système ou un appareil. Le tactile ne doit pas être une simple caractéristique marketing, mais réellement apporter quelque chose. Et Nokia n’en est pas encore là.

Tout le monde ne sera pas forcément d’accord avec moi, mais Nokia elle-même (disons que Nokia est féminine) n’y va pas par quatre chemins: Symbian, le système faisant tourner le Nokia N97, n’est pas du tout adapté au tactile et il n’y a guère espoir de faire mieux à moyen et long terme. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que pour son prochain modèle devant concurrencer réellement l’iPhone, le N900, Nokia a choisi de se baser sur Maemo, le système utilisé jusqu’ici pour les tablettes Internet. La rumeur disait même que Nokia s’intéressait à Palm, qui refait quelque peu surface avec son système WebOS…

J’ai par contre apprécié le fait de pouvoir écrire du texte avec le stylet (c’est un de ses avantages), chose assez agréable. Le clavier physique comblera celles et ceux qui n’aiment pas les claviers virtuels directement sur l’écran, par contre il est alors obligatoire d’ouvrir le Nokia et de le tenir en mode paysage. Un clavier virtuel offre de nombreux avantages mais ne renvoie aucune sensation tactile, rendant la frappe un peu plus approximative et moins rapide. Mais au final, cette histoire de clavier me semble plus être une histoire de goûts.

L’aspect développement

Comme il est question pour ma part de développer sur ces trois plates-formes, j’en profite pour aborder quelque peu cet aspect, même s’il n’a pas une incidence directe pour l’utilisateur final. Reste que la qualité de la plate-forme et des outils de développement permettront ou non la bonne réalisation d’applications.

Ma première impression ne redorera malheureusement pas le blason de Nokia: autant il est simple et agréable d’installer et utiliser l’iPhone SDK et Android, autant il faut du temps pour plonger dans la plateforme Symbian.

Pour concevoir un traditionnel Hello world” sur iPhone, la première application de découverte, il suffit d’installer et télécharger les outils de développement d’Apple ainsi que l’iPhone SDK. Le tout se trouve dans un dossier bien rangé, et le lancement d’Xcode, l’application permettant de coder, propose directement un aperçu de la documentation faite par Apple. Un petit tutoriel d’introduction plus tard et le tour est joué, notre Hello World tourne dans le simulateur. Google n’a pas fait plus compliqué pour Android et le procédé est relativement similaire. Pour profiter de la plateforme Symbian S60, il faut passer par diverses installations et la réalisation d’une première application totalement basique n’est pas forcément des plus simples. Ou en tout cas moins simple que pour les deux concurrents.

La documentation est plutôt claire et abondante tant chez Apple que Google. Tutoriels, exemples, documents explicatifs, API, tout y est. Concernant Nokia, c’est un peu plus laborieux puisqu’il faut creuser pour trouver ce que l’on cherche et que tout n’est pas centralisé. En effet, l’avantage d’iPhone OS et d’Android est que toute l’API est rassemblée en un unique endroit, alors que pour Nokia, il faut jongler entre les caractéristiques du système (Symbian) et l’API Java ME (microédition), qui se présente sous formes d’extensions pour de nombreuses fonctionnalités (ceci étant dû notamment au fait que Java ME est prévu pour tourner sur de très nombreux appareils).

Concernant le langage de programmation, si j’ai mentionné Java pour Symbian (ce n’est pas l’unique possibilité), Android utilise le même langage, mais avec sa propre API, alors qu’une application iPhone sera essentiellement développé en Objective-C. L’appréciation de ces divers langages varie quant à elle d’un individu à l’autre, l’Objective-C paraissant effrayant aux non initiés, même si pour ma part j’ai beaucoup de plaisir à l’utiliser.

Les reproches concernant une certaine fermeture de l’univers Apple côté utilisateur se retrouvent également du côté développeur. En effet, si dans la plupart des cas Apple simplifie la vie en imposant ses choix, il arrive que le développeur désire plus d’options. Un exemple est l’accès au système de localisation: sur iPhone, Apple ne laisse pas le choix au développeur concernant la façon d’obtenir ces données; tout se fait sous le capot. Impossible donc de choisir entre le GPS, la localisation par GSM ou par hot-spot Wi-Fi, ni même de savoir quel système utilise l’iPhone a un moment donné. Ceci n’est pas le cas avec Android ou Java ME, puisqu’il est tout à fait possible de définir plusieurs critères et d’obtenir de nombreuses informations sur le système de localisation.

Et encore ?

Il y aurait encore largement de quoi débattre et discuter tant sur les aspects de développement que sur les appareils et les systèmes eux-mêmes, ce que je ferai volontiers en commentaires (si j’en ai le temps). J’espère donc que cette humeur vous aura donné un aperçu du contact que l’on peut avoir avec ces trois appareils au travers d’une première impression qui n’est finalement qu’une opinion parmi tant d’autres.

Alors je vous le demande: à votre avis, qui tombe à l’eau ?

43 commentaires
1)
pter
, le 15.10.2009 à 02:00
[modifier]

Merci 6ix. On a aussi le “nouveau” WM 6.5. Mon fils me taquinne pour un smartphone, j’ai donc essaye un pre (pour moi), je suis revenu a l’iphone et il aura aussi un iphone. Une interface et une fluidité inégalée a mon sens aujourd’hui, avec un eco-system (quoi que fermé coté Apple) relativement complet. Dommage que Symbian ne se développe pas plus rapidement sur le “touch”.

2)
ysengrain
, le 15.10.2009 à 09:34
[modifier]

Mon premier appareil à stylet a été le Psion 5 mx il y a maintenant 10 ans. Bon, je sais qu’en ce qui concerne l’interface utilisateur on en est encore au clavier avec les ordinateurs, mais il me parait comme semble le dire et le regretter 6ix qu’avec un smartphone, on devrait avoir constaté une progression.

Faut il voir dans l’attachement de Nokia (est-ce de l’attachement ?) au stylet le fait que leur clientèle pour ce type de matériel est faite de pro utilisant un PC Win (aucune polémique dans ce que j’écris)

Je dirais volontiers en complément du titre que tant Apple que Google sont challengers de Nokia. Quant à dire qui tombera à l’eau, il faudrait déjà être sûr qu’ils naviguent de concert dans un même bateau (ce que ne dit pas le titre, et qui ne me parait pas évident du tout, du tout.

3)
Saluki
, le 15.10.2009 à 09:48
[modifier]

Merci 6x pour cette vision « sous le capot ».

En conclusion: Kitombalo ? Ce me semble simple, c’est le dinosaure, le mastodonte qui pensait dominer le marché et se retrouve distancé. Pour défendre Symbian, ils font face au même problèmr que M$, devoir tourner sous bon nombre de machines différentes.

Comme quoi, la “fermeture” a du bon aussi pour les développeurs.

4)
6ix
, le 15.10.2009 à 10:04
[modifier]

Je dirais volontiers en complément du titre que tant Apple que Google sont challengers de Nokia. Quant à dire qui tombera à l’eau, il faudrait déjà être sûr qu’ils naviguent de concert dans un même bateau (ce que ne dit pas le titre, et qui ne me parait pas évident du tout, du tout).

Tout à fait, d’ailleurs le titre est à prendre plutôt avec humour. Personnellement, je vois Android venir se placer en concurrent de Windows Mobile, notamment du fait que ces deux systèmes sont ouverts à plusieurs terminaux. Je pense donc qu’Android va gagner des parts de marché, mais pas forcément au détriment de l’iPhone, et que les deux risquent de se partager une jolie part du gâteau.

Nokia a une grosse avance en terme de PDM en Europe, mais pas forcément sur les smartphones. Et cette avance fond, donc ils doivent bouger pour ne pas plonger. Et il ne faudrait pas oublier RIM qui a une bonne réputation chez les pros et Palm qui refait surface, mais pour qui ce sera dur.

Bref, tout n’est pas simple ;-)

5)
Cesium133x
, le 15.10.2009 à 11:35
[modifier]

J’ai rencontré un utilisateur de N97 la semaine dernière. Sa conclusion: n’achetez pas cette “chose”, c’est lent et buggué. Et il était finlandais, donc s’il est biaisé, c’est en faveur de Nokia :-)

6)
ElGeko
, le 15.10.2009 à 11:51
[modifier]

Mon 1er smartphone a été un P900 (Sony Ericsson, sous Symbian) et j’ai été extrêmement déçu du rapport qualité/prix/usabilité, surtout que je suis sous MacOS en ce qui concerne mes données et qu’interfacer le P900 et le Mac a été une vraie galère en son temps (y’avait pas d’IntelMac alors, et les syncros étaient donc juste des expériences frustrantes de stupidité génétique informatique).

Je m’étais dit que l’on ne m’y reprendrait plus… jusqu’à… avant hier (!) où je me suis offert un HTC Hero (sous Androïd donc).

Alors comme tous mes potes ont un iPhone, eux, je peux comparer facile, et honnêtement, au niveau de la fluidité de l’interface, de la qualité écran, et de la fabrication du matos, c’est équivalent. Le Hero est entièrement “sense” (multitouch), pas de boutons si ‘lon ne veut pas en utiliser. Bon, je ne vais pas faire un test complet, ce n’est pas le lieu (et je ne l’ai pas depuis assez longtemps pour en faire un test exhaustif), mais pourquoi ai-je prix un “Androïd” plutôt qu’un “OSX” alors que je suis sous Mac depuis 1984?

Parce que je pense qu’Androïd sera plus près des ses users, alors qu’Apple a tendance à les mépriser de plus en plus, selon moi. L’iPhone n’est qu’une cash-machine par iTunes, et ça, ça me débecte au plus haut point. (je ne suis pas contre les profits des entreprises, et je ne suis pas naïf au point de croire que Google en veut moins qu’Apple, mais je suis pour être le vrai proprio d’un matos quand je l’achète, par contre). Je pense que Google sera plus créatif (via Androïd) et en tous cas, plus souple avec les users. En plus, je suis user des Gmails et autres services Google, déjà, donc, ça va impec avec un Androïd Phone.

Je pense que Symbian a du soucis à se faire (je crois que Nokia vient de rejoindre le monde Androïd justement, ils vont laisser Symbian) et que demain, Apple, Google et Windows seront les maîtres des smartphones, clairement.

7)
Guillôme
, le 15.10.2009 à 20:02
[modifier]

Pour concevoir un traditionnel Hello world” sur iPhone, la première application de découverte, il suffit d’installer et télécharger les outils de développement d’Apple ainsi que l’iPhone SDK. Le tout se trouve dans un dossier bien rangé, et le lancement d’Xcode, l’application permettant de coder, propose directement un aperçu de la documentation faite par Apple. Un petit tutoriel d’introduction plus tard et le tour est joué, notre Hello World tourne dans le simulateur.

Si l’on veut faire du simulateur avec le SDK iPhone, effectivement c’est facile, mais si on veut développer une application réelle, point de salut sans développement direct sur l’iPhone.

Et là, le cauchemar commence! Et vas-y qu’il te faut un certificat iphone, et encore un certificat profile et un bidule profile… Je ne parle même pas de la distribution ad hoc où il faut encore un certificat supplémentaire (j’ai abandonné en route).

Une fois les problèmes de certificat franchit, tout roule? Non, car il faut un profile par application développé, chaque certificat généré est limité en durée et nécessite bien souvent de le renouveler pendant le cycle de développement…

Bref, de ce côté là, c’est vraiment l’horreur je trouve.

alors qu’une application iPhone sera essentiellement développé en Objective-C.

Est-ce un avis personnel? Intuitivement, j’aurai tendance à penser qu’une application iPhone (un minimum sophistiquée) sera développé essentiellement en C et/ou en C++ pour des raisons de performance, d’optimisation, de maintenance et de portage. L’objective-C n’étant là que pour faire la colle entre les appels de l’interface et l’accès à Cocoa.

Alors je vous le demande: à votre avis, qui tombe à l’eau ?

Sans hésiter, Palm…

9)
ppgc
, le 15.10.2009 à 22:18
[modifier]

Nokia dans le rouge pour la première fois de la décennie ici

on leur demande pourtant pas de faire des ordinateurs, juste de faire ce qu’ils sont sensés faire, des téléphones..

10)
6ix
, le 15.10.2009 à 22:43
[modifier]

Est-ce un avis personnel? Intuitivement, j’aurai tendance à penser qu’une application iPhone (un minimum sophistiquée) sera développé essentiellement en C et/ou en C++ pour des raisons de performance, d’optimisation, de maintenance et de portage. L’objective-C n’étant là que pour faire la colle entre les appels de l’interface et l’accès à Cocoa.

Non, je ne pense pas. Le C si l’on a besoin de performance ou de certaines libertés. Le C++? Objective-C fait très bien l’affaire, ça complique plus que ça n’arrange. Non seulement toute linterface est en obj-c, mais également NSFoundation, ce qui est bien plus que de la “colle”. Donc obj-c est vraiment le langage principal.

Pour les tests sur device ou distribution, c’est effectivement plus laborieux. Mais une fois qu’on a compris le principe, ça roule. La distribution ad-hoc n’est pas plus compliquée que faire du test, et il est inutile de refaire un profil par application; un profil “wildcard” suffit.

11)
Migui
, le 15.10.2009 à 23:25
[modifier]

Quel malheur (je pèse mes mots) de s’appeler Nokia et d’avoir été aussi longtemps le leader incontesté dans leur segment, puis de se faire distancer comme ça par Apple.

Ceci conforte ma conviction qu’il y a dans de nombreuses entreprises un conservatisme affligeant. Typiquement, le fait que toutes les grandes entreprises soient sous Windows est pour moi symbolique: il semble plus important d’effectuer le même choix que son voisin, que de choisir le meilleur. C’est fou, non?

Regardez ce qui s’est passé avec Sony il y a dix ans: leader incontesté avec son Walkman, elle s’est fait voler la vedette par l’iPod.

A l’époque où ces gens étaient au sommet, eut-il pourtant été si difficile de “voir” quels types d’appareils se profileraient à l’horizon?… Ou doit-on repenser le système managérial actuel qui privilégie des gens bardés de diplômes style MBA, mais qui n’ont peut-être jamais écouté un morceau de musique de leur vie?…

Ne croyons pas cependant qu’Apple est à l’abri de ce type de conservatisme, je constate à la lecture du très intéressant article de 6ix que l’Androïd progresse lentement, mais sûrement. Sans parler de la concurrence potentielle de ce système pour Windows, embourbé, lui aussi, dans un conservatisme certain.

12)
ToTheEnd
, le 16.10.2009 à 09:58
[modifier]

Avec quelques % de PDM, Apple reste un outsider… y compris dans le smartphone market. Pour vraiment “couler” Nokia et les autres, il faudra que la marque sorte d’autres iPhone comme l’iPhone Light, l’iPhone Extended, etc.

Ceci conforte ma conviction qu’il y a dans de nombreuses entreprises un conservatisme affligeant. Typiquement, le fait que toutes les grandes entreprises soient sous Windows est pour moi symbolique: il semble plus important d’effectuer le même choix que son voisin, que de choisir le meilleur. C’est fou, non?

Contrairement aux apparences, ce n’est pas si fou que ça. La plupart des succès dont nous entendons parler sont un résultat… une réussite. Combien sont morts sur la route en essayant une autre voix? Ça personne n’en parle… et pour cause.

L’innovation est certainement la clé du succès… néanmoins, ça ne rime pas toujours avec révolution.

Dans les faits, si une boîte est leader dans un secteur avec 10’000 employés et que tu arrivais à faire le même produit avec une nouvelle boîte de 100 personnes, tu serais certainement beaucoup plus rentable, dynamique et performant que ton gros concurrent… tout en gardant les mêmes processus ou presque que la boîte à 10’000 personnes.

T

13)
Divoli
, le 18.10.2009 à 10:28
[modifier]

C’était un article de 6ix, ou comment d’une manière à peine voilée descendre Nokia.

Aucun “ne tombe à l’eau”, malgré votre article orienté. Ce sont des appareils qui présentent des caractéristiques répondant à des attentes et à des exigences qui sont pas les mêmes pour tout le monde. Vous avez également omis de dire que Nokia fournit des appareils tactiles, dont un N97 version tactile qui va bientôt être commercialisé (et qui est déjà présenté sur le site de Nokia). Bref, vous partez d’un cas particulier, et ensuite vous vous laissez aller à des généralités. Je vais finir par croire que ceux qui possèdent un iPhone finissent par perdre tout sens critique.

Ce qui se passe, c’est que depuis un an ou deux, Nokia se fait piquer des pdm sur le marché des smartphones, devenu beaucoup plus concurrentiel, notamment à cause l’apparition de l’iPhone, de la plus grande ouverture de RIM au grand public, et de la percée d’Android qui intéresse de plus en plus de constructeurs. Mais Nokia a encore largement les moyens de réagir, elle a les épaules suffisamment solides. Et de toute façon la concurrence ne peut faire que du bien, surtout vis-à-vis de mastodontes comme Nokia qui se reposaient un peu sur leur laurier…

14)
Divoli
, le 18.10.2009 à 10:37
[modifier]

“500 millions de dollars perdus” dixit François Cuneo (qui, après que 6ix ait placé Nokia dans son cerceuil, essaye de refermer le couvercle).

Si ce n’est que comme certains l’ont à juste titre précisé (et contrairement à ce que l’article que vous citez essaye de faire croire), cette perte n’est pas due à la branche téléphonie de Nokia (qui globalement marche plutôt bien), mais à un amortissement de plus de 900 millions de dollars sur la branche Nokia Siemens Networks, qui fait de l’équipement réseau.

15)
6ix
, le 18.10.2009 à 11:57
[modifier]

C’était un article de 6ix, ou comment d’une manière à peine voilée descendre Nokia.

Si ce n’est que je n’ai absolument aucune raison de descendre Nokia (ni qui que ce soit d’autre d’ailleurs). Comme je l’ai dit en commentaires, mon titre et la question finale sont là plus par humour, afin de demander l’avis des utilisateurs, que pour imager la situation.

Il s’avère que j’ai pu comparer ces trois appareils, et que je donne mon impression. Je ne dis pas que Nokia va mourir et fait n’importe quoi, mais qu’elle ferait bien de bouger un peu plus vu la concurrence qui arrive à grands coups de pieds sur un marché qui leur était pourtant inconnu (la téléphonie mobile).

Donc encore une fois, et je pense le dire assez clairement dans l’article, il s’agit d’impressions concernant surtout l’interface et non un test approfondi, et il se trouve simplement que cet appareil, qui est quand même le haut de gamme Nokia, est en retrait selon moi.

Pas de quoi en faire un drame…

16)
Divoli
, le 18.10.2009 à 12:27
[modifier]

Mais Nokia “se bouge”, comme vous dites, par l’apparition d’appareils de nouvelle génération, et en mettant de plus en plus en avant son OVI Store.

Juger une société en se basant sur la critique d’un seul de ses produits n’est pas digne d’un esprit sensé.

Il n’est pas question d’en faire un drame, on en est pas là, mais ça devient de plus en plus difficile de trouver des avis objectifs sur les sites Mac dès que l’on parle de l’iPhone ou que l’on le compare avec d’autres smartphones.

17)
MarcelPahud
, le 18.10.2009 à 12:46
[modifier]

Pour ma part je n’ai pas testé ni le Nokia, ni le HTC et je possède un 3GS, donc forcément subjectif je suis…

J’ai tout de même l’impression que d’un point de vue marketing, c’est clairement Apple qui est au dessus du lot, il suffit de voir le nombre de jeunes qui sortent leur iPhone en rue dans n’importe quelle ville de Suisse notamment. J’ai pas encore vu grand monde avec un N97 ou un HTC…

Apple joue énormément sur l’image branchée et classe de sa marque et ça semble fonctionner pas mal du tout… Même si l’iPhone ne correspond pas tout à fait à mes besoins, j’en prends un parce que c’est cool.

C’est vrai qu’on aimerait voir plus de capacité techniques sur l’iPhone (rien qu’une batterie qui tient plus qu’une journée, ça serait le paradis…) mais on s’en accommode très vite et de toute façon, un tas de truc qu’il est capable de faire nous est parfaitement inutile…

Après, ça reste une question de goût mais je comprends aussi que celui qui recherche un accessoire professionnel performant face le difficile.

18)
Divoli
, le 18.10.2009 à 13:52
[modifier]

En même temps, l’iPhone bénéficie d’une campagne publicitaire (pour ne pas parler de matraquage publicitaire) hors du commun. Sur une grande chaine française, il n’y a pas un jour où l’on ne voit pas une pub pour ce smartphone (je n’en ai vu aucune depuis longtemps concernant Nokia et jamais concernant HTC). Et dans la presse c’est la même chose, donc il ne faut pas trop s’étonner…

19)
Migui
, le 18.10.2009 à 15:19
[modifier]

Je ne travaille pas dans le secteur des Telecom, je n’ai donc moi non plus aucun intérêt à défendre l’un ou descendre l’autre. Je viens simplement de regarder le prix de vente du Nokia: 599€. On est bien dans la même gamme que l’iPhone. Et le fait d’obliger encore les gens à travailler avec un stylet me paraît insensé à l’ère du touch screen.

J’ai compris également son message du programmeur qu’est 6ix, la facilité et le confort sont clairement au rendez-vous pour les systèmes iPhone et Androïd, ce qui n’est pas le cas pour le système Nokia. On peut donc s’attendre pour ce dernier à moins d’applications agréables et intelligentes.

Encore une fois, j’espère que ceci sera l’occasion pour le géant finlandais de sortir de sa torpeur pour nous proposer à nouveau des produits innovants comme ils l’ont fait depuis plusieurs décennies.

20)
pat3
, le 18.10.2009 à 17:47
[modifier]

Réaction d’utilisateur lambda (de téléphone) mais macophile: jusqu’à l’iPhone, et au métier que j’ai exercé un an et demi et qui m’oblige à utiliser très régulièrement un téléphone portable, je n’avais regardé les smartphones que de loin, et ils étaient soit loin de mon usage, soit hors de prix (j’avais un palm, un Tungsten E; à côté, les smartphones de Palm coûtaient un bras, à l’époque).

J’ai eu la chance d’avoir un iPhone par le boulot, et sachant que je vais le quitter (le boulot), je suis dans l’expectative quant à reprendre un iPhone, un smartphone, ou un téléphone lambda.

Et bien je trouve qu’on a trop tendance, sur tous les sites, à reprendre à son compte les arguments marketing des fabricants ou “stratégiques” des analystes, sans vraiment se soucier de ce qu’est l’expérience utilisateur, ni de la segmentation en types d’utilisateurs du secteur de la téléphonie mobile.

Si l’on compare le prix d’un terminal, avec ou hors abonnement, les smartphones sont dans la même catégorie; en terme d’usage, seuls les blackberry se distinguaient par des fonctions orientées entreprise, tandis que tous les gadgets fournis dans les téléphones avant les smartphones étaient plutôt destinés au grand public (lecteur mp3, voire mp4, radio, appareil photo 2, 3 ou plus mégapixels, fonction vidéo – mais clairement bas de gamme, espace disque ou autre support oblige).

Qu’a apporté l’iPhone, sur un marché très concurrentiel et qu’on entrevoyait comme saturé? L’innovation technologique (la “multitouch”) au service de l’expérience utilisateur… grand public.

La très grande partie des usages de l’iPhone, proposé par Apple, puis par la pléthore d’applications de l’iPhone sont des usages ludiques; qui dessine professionnellement avec son iPhone? Qui, pour son boulot, a besoin de savoir quels films passent dans le cinéma à proximité? Qui utilise dans son boulot des polaroïds recréés pour le fun nostalgique? Qui regarde des photos, des bandes-annonces, le programme télé, les fils RSS professionnellement?

C’est sur ce plan que les autres téléphones sont pour l’instant à la traîne, et c’est ce qui fait l’attrait de l’iPhone en usage courant: le tactile intégré aux usages (photo, encore et toujours, BD, dessin, vidéo et montage avec le 3GS), l’inventivité des interfaces (converbot, par exemple), l’intégration au mac (remote pour iTunes et remote pour Keynote). Mais c’est aussi l’incroyable éco-système qu’Apple a su créer autour du terminal: la facilité d’accès à l’AppStore, la facilité de mise à jour, et un prix plancher des applications qui rend l’achat presque indolore; on achète (ou on charge gratuitement) sans se soucier du portefeuille (que valent les 0,79€ dépensés pour tester tel iMachin ou iTruc?). Qui d’autre peut aujourd’hui peut se prévaloir d’un tel environnement?

Seuls les usages basiques du téléphone (connexion avec le carnet d’adresses, agenda) et quelques autres options ont un usage professionnel (dictaphone, to do lists, notes…).

En résumé? Une très bonne ergonomie, un système d’achat facile et très peu onéreux, des applications agréables et ludiques pour des usages grand public, et un plus indéniable côté intégration avec l’environnement Mac.

C’est déjà ce qui a permis à l’iPod de s’imposer dans un marché qui était ultra-concurrentiel, et malgré un prix plus élevé que la moyenne, voire que le haut de gamme des produits. C’est aussi ce qui a toujours différencié le mac, non?

À côté de ça, vous avez remarqué comme moi le minimum syndical pour les usages pro ou avancé de téléphonie (même si ça a tendance à s’améliorer, du côté de l’interfaçage avec Exchange)? C’est, à mon avis, que ces usages comptent beaucoup moins dans l’achat d’un téléphone sophistiqué, qui est moins un téléphone qu’une console portable multifonction, que tous les autres usages grand public.

Androïd pourra être un système génial côté développeur, s’il ne permet pas cette facilité et cet agrément, à mon avis, il restera lettre morte.

Le seul vrai concurrent de l’iPhone actuellement, pour moi, c’est l’iPod Touch (oui, je provoque); quiconque se rend compte qu’il n’a pas besoin d’un téléphone sophistiqué au forfait onéreux devrait pouvoir se dire qu’il remplira les fonctions téléphoniques avec le premier venu, et pour le reste, pourra retrouver l’expérience utilisateur avec un iPod Touch; heureusement pour Apple, le discours marketing de la convergence totale a fait le travail sur lequel repose l’engouement pour l’iPhone… Et la marque se garde bien de lui donner toutes les fonctionnalités qui permettrait de se passer de son “grand frère”: pourquoi la vidéo sur le 3GS et sur l’iPod Nano, mais pas sur le Touch,sinon?

21)
Migui
, le 18.10.2009 à 20:44
[modifier]

Dans le mille, pat3: je possède comme téléphone mobile un simple Nokia 6300 et… un iPod Touch pour la musique. Et les iTrucs et iMachin, très peu pour moi!

En ce sens, je n’ai un intérêt que limité pour l’iPhone, du moins tant que le seul créneau des prix se situe vers 5-700 EUR. Si un iPhone Mini voit le jour, on verra, mais je suis maintenant servi pour plusieurs années!

22)
ToTheEnd
, le 19.10.2009 à 00:22
[modifier]

Divoli: je n’avais pas trop vu 6ix descendre Nokia… mais je peux partager un avis tout personnel sur cette marque: elle se cassera la gueule!

Pourtant, je ne suis pas un génie et encore moins un voyant… Comme tous les leaders d’un secteur, Nokia sera détrôné. Cite-moi un constructeur, éditeur, fabriquant, etc. qui soit resté leader dans son secteur 1, 10 ou 100 ans sans jamais perdre sa position? Si tu m’en cites 3, c’est que des milliers d’autres sont passés à la trappe.

C’est dans l’ordre des choses. Microsoft se cassera la gueule tout leader qu’il est et tous les milliards qu’il génère (est-ce que le bourreau sera Apple? c’est une autre question). GM s’est cassée la gueule et n’est pas prête de retrouver ses lauriers (premier constructeur automobile au monde pendant des décennies). Etc.

La liste est longue et les mauvais résultats affichés à cause d’un Balance Sheet défavorable n’y feront rien; Nokia perdra sa couronne… tôt ou tard.

T

23)
Claude Mouginé
, le 20.10.2009 à 00:56
[modifier]

Bonsoir à tous,

Deux infos à ajoute : – le Gartner Group voit Apple et Google en tête du marché des smartphones en 2011. Je n’ai pas le lien, hélas ! – je viens d’acquérir un HTC Dream chez Orange; prix de la bête : 14€ avec 2400 points.. Oui oui, 14€, je n’ai pas oublié de zéro. Ca va, les acheteurs d’iPhone ?

24)
ToTheEnd
, le 20.10.2009 à 08:54
[modifier]

Claude: un pote vient de prendre un iPhone pour 2 ans à 0 balle… et il en a déjà dépensé 30 dans des applications… ça va, je te rassure.

Divoli: je me suis amusé à décortiquer un peu les chiffres puisque tu as attisé ma curiosité avec les 908 millions de “write-off”. Le problème n’est pas réellement là même si ça explique le déficit. Le réel problème en tant qu’analyste à la petite semaine de ce secteur c’est ça:

1. Le CA est en baisse de 20% par rapport au même trimestre de l’année dernière.
2. Les PDM sont passées de 41% à 35% en 3 mois… à ce rythme, dans 3 trimestres, il ne restera pas grand chose de Nokia…

Je sais, Nokia va probablement réagir avec plein de N214, U2341, YF129… mais bon… c’est le trend qui compte et il n’est pas bon.

T

25)
Divoli
, le 21.10.2009 à 16:28
[modifier]

Sauf que depuis le début de l’année 2009, les pdm de Nokia sont légèrement reparties à la hausse, après avoir dégringolées l’année précédente, pour arriver à 38 % de pdm (je me demande d’ailleurs bien où tu as vu ses pdm passer de 41 à 35 % en trois mois). C’est surtout sur le secteur des smartphones que Nokia perd des pdm; la concurrence notamment de RIM, de Apple, et maintenant des marques équipées d’Android risque de la mettre en difficulté…

26)
ToTheEnd
, le 21.10.2009 à 17:40
[modifier]

Et le CA?

Le problème, c’est que le marché de demain, ce n’est plus le téléphone basique à 2 balles qui est vendu avec zéro marge par palettes entières et où Nokia affiche encore une bonne performance (forcément, les autres renoncent les uns après les autres)…

Demain, les revenus et la marge proviendront du marché Smartphone ainsi que des services associés et c’est là, malgré toute l’artillerie Nokia, qu’ils sont en train de perdre la partie.

Donc je te rassure, ce n’est pas un risque… c’est ce qui est en train d’arriver et je n’aimerais pas être à la place du CEO quand je vois que tous les jours, ce marché lui glisse entre les doigts…

Et le monstre Google qui est sur le point d’annoncer son propre store… il ne restera rien à Nokia.

T

27)
Divoli
, le 22.10.2009 à 12:00
[modifier]

Je suis bien d’accord, c’est à Nokia de faire évoluer ses produits en ce sens, et elle a nettement les moyens de le faire, elle est justement engagée dans cette voie là. Préjuger qu’elle sera incapable de le faire, et qu’elle va couler à moyen terme, ce n’est pas digne d’un esprit sensé, mais plutôt d’un esprit partisan pour telle ou telle autre marque (Apple, au hasard). C’est d’ailleurs essentiellement sur les sites Mac que l’on voit ce genre de prédiction, beaucoup moins ailleurs.

Personne, à part toi et les traditionnels fanboys, ne prévoit une déconfiture pour Nokia, et même sur le moyen terme (quand bien même l’on puisse raisonnablement faire des prévisions sur le moyen terme). Mais la concurrence va être rude, c’est certain, notamment avec les smartphones équipés d’Android… Lire par exemple cet article du journal Le Monde.

On peut avoir des inquiétudes concernant l’emprise de Google, c’est vrai, et pas seulement dans le cadre de la téléphonie mobile avec Android…

28)
ToTheEnd
, le 22.10.2009 à 13:25
[modifier]

Divoli: tu as déjà démontré une certaine dextérité à interpréter les propos des intervenants comme bon il te semblait dans le passé et je vois que ça continue.

Nokia perdra sa place… comme tout leader perd sa place. C’est ça que j’ai dit. Le fait qu’ils fermeront, se feront racheter ou deviendront microscopique, c’est de la voyance et je ne suis pas doté de ce pouvoir.

Par contre, qu’ils vont encore perdre du terrain et leur place de numéro 1, ça j’en suis certain puisque tous les indicateurs vont dans ce sens… c’est dans l’ordre des choses et c’est ce qui se passe pour tous les leaders d’un marché sur cette planète.

T

29)
ToTheEnd
, le 22.10.2009 à 18:02
[modifier]

Un élément de plus qui vient conforter ma théorie… comme tous les loosers, Nokia ne sait plus où trouver de l’argent donc ils lancent des poursuites contre Apple pour violation d’une dizaine de brevets.

Donc, je te fais un résumé de quand ça va mal: d’abord le titre perd 70% de sa valeur en 2 ans, ensuite il perd des parts de marché, ensuite les revenus sont en baisse et enfin, on fout un procès à la concurrence.

Pour combien? Pas de montant articulé pour le moment mais Nokia précise qu’ils ont investi USD 60 milliards dans le R&D et qu’ils veulent donc retrouver leurs billes… mais bien sûr.

Je me fous complètement de Nokia mais je suis intervenu pour préciser que le problème de Nokia, ce n’est pas juste 900 millions de write off comme tu le mentionnais.

S’ils s’en sortent tant mieux. S’ils crèvent ou quelque chose dans ce genre, tant pis.

A ce stade, je donne 80% de chances à la seconde option… mais le temps dira si j’ai tord ou raison.

T

30)
Divoli
, le 22.10.2009 à 22:17
[modifier]

Là c’est bel et bien toi qui interprète comme ça t’arrange. Nokia ne fait que protéger ses brevets en faisant valoir son droit à la propriété intellectuelle et Apple en aurait violé une dizaine concernant le développement de l’iPhone. Apple est toute aussi procédurière quand il s’agit de protéger ses propres brevets (par exemple concernant le multitouch), je ne vois pas où est l’attitude de “looser” là-dedans, ton argument ne tient pas, il est totalement ridicule.

Si Apple et Nokia ne trouve pas d’arrangement, Apple risque de se retrouver avec une amende record, vu le nombre de brevets violés et le nombre d’iPhone vendus depuis 2007.

Pour le reste, ce sont tes analyses et tes pronostics, ils n’engagent que toi et en valent bien d’autres…

31)
ToTheEnd
, le 22.10.2009 à 23:15
[modifier]

Résumons: mes réflexions ne sont pas dignes d’un esprit sensé, je suis ridicule et mes réflexions n’engagent que (alors que quelques millions d’actionnaires ont vendus).

Apple a eu 35 procès ces 5 dernières années et 2 uniquement ont fait l’objet d’un accord alamiable… Les autres plaignants ont perdu.

J’ai autre chose à branler que d’essayer de faire comprendre quelques fondamentaux a un âne (tu remarqueras, ça ne fait que 3-1). Mais dans un an – c’est noté – je repasserai et mettrai à jour ce post sur les derniers chiffres et faits…

T

32)
6ix
, le 22.10.2009 à 23:53
[modifier]

Nokia ne fait que protéger ses brevets en faisant valoir son droit à la propriété intellectuelle et Apple en aurait violé une dizaine concernant le développement de l’iPhone.

Peut-être… Mais alors, pourquoi attendre aussi longtemps avant de réagir ? J’avoue que j’ai toujours du mal avec ces plaintes qui arrivent comme par magie au moment où le plaignant se retrouve en moins bonne posture. L’iPhone a fait assez de bruit dès sa 1e sortie pour que Nokia y jette un oeil…

Quoi qu’il en soit, le marché bouge beaucoup ces temps et cela va continuer. Et si le résultat est que chaque boîte tente d’offrir un appareil/(éco-)système toujours plus intéressant, ne nous en plaignons pas.

Nokia ne pas sans doute pas s’éteindre de la sorte, reste qu’il faudra bouger vite pour ne pas passer à côté du train des smartphones. Sony avait réussi avec le walkman, Apple a pris la relève avec l’iPod; Nokia dominait le marché traditionnel des téléphones portables, rien ne dit qu’elle soit aux avants-postes avec les smartphones.

Cela dit Nokia, bien qu’en baisse, reste devant pour l’instant. Que dire de Palm, qui n’a plus vraiment le droit à l’erreur…

33)
Divoli
, le 23.10.2009 à 01:47
[modifier]

@ ToTheEnd;

Je te retourne le compliment, on ne force jamais à boire un âne qui n’a pas soif. Restons-en là.

Au plaisir de ne plus te lire.

@ 6ix;

Il semblerait que des discussions ont lieu entre Nokia et Apple depuis plus d’un an, et que contrairement à d’autres fabricants (une quarantaine) Apple a refusé de payer les royalties auxquelles Nokia a droit. Le préjudice serait estimé à 200 millions de dollars. Je ne crois guère en la théorie simpliste qui se répand sur les sites Mac, de la part d’utilisateurs d’iPhone peu enclin à l’impartialité, et qui voudrait que Nokia fasse une telle demande motivée par ses relatives difficultés financières. Il faut également comprendre qui est Nokia et l’ensemble de ses activités, qui ne se résument pas à la seule téléphonie mobile.

Le communiqué officiel de Nokia est ici. Plus qu’à attendre le version d’Apple.

Il ne fait aucun doute que ni l’une ni l’autre ne lâcheront le morceau, et que cela finira soit devant les tribunaux, soit (plus probablement) par un accord à l’amiable. Il est d’ailleurs vraisemblable que Nokia se sert de cette plainte pour mettre la pression sur Apple et trouver un accord, et ainsi mettre fin à des discussions qui s’éternisent.

Pour le reste, personne n’avait prévu le succès phénoménal de l’iPhone il y a deux ans. Donc il me parait tout autant difficile de prévoir quel sera le paysage de la téléphonie mobile dans deux ans.

34)
ToTheEnd
, le 02.12.2009 à 14:29
[modifier]

Nokia vient d’annoncer à sa conférence annuel avec des investisseurs que ses objectifs concernant les parts de marché pour l’année prochaine sont identiques à celles de cette année… alors qu’ils pensent que le marché, d’un point de vue global, va croître de 10%.

En d’autres mots, Nokia ne s’attend par à conquérir de nouvelles parts de marché mais à préserver ses acquis qui sont en fonte libre.

Sur le plan financier, encore une fois, Nokia pense à peine améliorer sa marge de 11% à 12% ou 14%… mais pas faire beaucoup mieux qu’en 2009.

La marque a aussi annoncé qu’elle sortirait un produit majeur en 2011… qui générera pour EUR 2 milliards de revenus dans sa branche service. Quelle prédiction enthousiasmante quand on sait que cette année, cette somme devrait être inférieure à 1 milliard…

Suite à ces déclarations, le titre perd car du point de vue général des analystes, Nokia n’a pas un discours de leader mais défend tout simplement ses positions et c’est décevant.

Encore quelques trimestres et on verra bien où ils arriveront.

T

35)
ToTheEnd
, le 12.12.2009 à 09:51
[modifier]

Tient, Apple vient de porter plainte contre Nokia sur 13 brevets… et explique le fond de ce procès qui s’annonce.

Visiblement, Nokia voulait utiliser des technologies Apple mais ce dernier ne cédait pas. Alors comme tout bon tocard, Nokia lance lance une plainte/procès pour forcer Apple à s’assoir à la table des négociations. Ce qui n’était probablement pas prévu, c’est qu’Apple se lance à son tour dans un procès contre Nokia.

Le plus drôle serait que la plainte Nokia soit rejetée ou conduise à une amende minime et qu’Apple touche un pactole si la justice donne raison à Apple… ça serait drôle!

T

36)
Migui
, le 12.12.2009 à 13:42
[modifier]

J’ai tendance à me ranger du côté de l’analyse de ToTheEnd.

D’accord, il est possible que Nokia sorte quelque chose d’ici 1-2 ans, mais ce qu’on voit MAINTENANT n’est en rien prometteur. En supposant même qu’ils sortent quelque chose de révolutionnaire, disons, dans 6 mois, il faudra de toute façon du temps avant d’avoir envahi le marché. Et dans la situation actuelle, il est toujours loisible aux autres (Apple, HTC,…) d’améliorer LEUR système.

Je pense donc que la révolution Nokia n’aura pas lieu!

37)
ToTheEnd
, le 05.01.2010 à 18:05
[modifier]

Nokia continue son cirque en demandant à ce que plusieurs produits Apple soient retirés de la vente… y compris des laptops du type MacBook.

T

38)
ToTheEnd
, le 15.02.2010 à 16:50
[modifier]

Procès mis à part… ça bouge!

Microsoft annonce son système Mobile 7.0 en coopération avec quelques constructeurs. Sorti il y a quelques mois seulement, le 6.5 n’était qu’une sorte de patch en attendant cette version 7. Comme d’habitude, MS lance une “révolution”… on verra bien si les résultats financiers seront au rendez-vous. Les premiers phones avec ce machin devraient arriver vers Noël 2010.

Sur un autre front, Nokia annonce qu’il a réalisé un partenariat avec Intel afin de lancer un nouveau système d’exploitation pour Smartphone, Netbook, tablettes, etc. Nom de la bête: MeeGo…

Visiblement, Symbian va continer sa vie mais sur des téléphones plus “simples”. Donc deux systèmes qui seront développés en parallèle pour des appareils communs…

Note: quand on ne sait pas quoi faire, il vaut mieux avoir 2 stratégies… dès fois qu’une ou l’autre fonctionne.

T

39)
ToTheEnd
, le 23.04.2010 à 13:26
[modifier]

Les aventures (lire mésaventures) de Nokia continuent… hier le titre a dégringolé de 15% en une seule séance à cause de deux choses:

1. Les résultats financiers sont inférieurs aux attentes…
2. Le nouveau super/génial/délirant/extraordinaire nouveau système a du retard. Pire, aucune date de sortie pour le Symbian 3…

Pendant ce temps, Microsoft, Apple, RIM et Google continue d’envahir le juteux marché du smartphone au détriment de Nokia:

T

40)
ToTheEnd
, le 11.07.2010 à 19:36
[modifier]

Bon… la descente continue pour nos camarades Nokia… pour le plus grand bonheur de Divoli j’imagine.

Tombé sur un article intéressant de Mikael Ricknäs

Je vous l’a fait courte: “Mikael Ricknäs reports how Nokia can turn around its three-year slide in the mobile market — one that has transformed the company’s iconic N95 into a distant memory given the pace of innovation at Apple and around Android. Completely underestimating the impact of the iPhone, Nokia took too long to realize that Symbian’s lack of touch capabilities would hinder its ability to compete in the smartphone market. Moreover, the company’s move to open source the OS has significantly slowed down Symbian’s development, according to analysts, leaving Nokia with both a lack of support from other vendors and a platform on which competitors can keep a close eye. Meanwhile, developer interest in Nokia’s Ovi app store is nearly nonexistent. ‘Nokia’s problems are still fixable but the window is closing. I am not optimistic that they will be fixed in 2010 because there isn’t much time left; if they aren’t fixed in 2011, Nokia will be in big trouble.’”

Quand le titre Nokia sera à 1 dollar, qu’ils auront viré 40k personnes et que la PDM sera de 5%… on reverra peut être l’ami D revenir nous tenir des théories?

Et dire que j’ai tenu mes théories il y a moins de 9 mois… me réjouis de repasser en octobre!

T

41)
ToTheEnd
, le 23.07.2010 à 11:23
[modifier]

Bénéfice en baisse de 40%… la boîte espère que le N8 se vendra à 50 millions d’exemplaires. PDM en baisse à 33%…

Pour arriver à ces chiffres, faudrait déjà le sortir…

T

42)
ToTheEnd
, le 09.02.2011 à 13:44
[modifier]

Bon… je suggère une excellente lecture de la part du nouveau patron de Nokia, Stephen Elop. Il a débarqué de Microsoft il y a quelques mois et a passé en revue les forces et surtout faiblesses de l’entreprise Nokia. Résultat: cette excellente note interne qu’il a mis sur l’Intranet de l’entreprise.

Pour fréquenter quelques CEO et, d’une façon générale, après avoir lu beaucoup de commentaires de CEO, je trouve que cette lecture est très très très intéressante. C’est rare d’avoir un CEO qui s’exprime aussi clairement sur les problèmes de sa compagnie et qui est aussi transparent dans ses réflexions.

Le 11 février prochain, Nokia doit révéler sa nouvelle stratégie pour inverser la tendance… s’il y aura certainement un volet “technique”, ça ne se fera pas sans mal pour les employés.

Divoli est silencieux depuis 1 an et 4 mois…

43)
ToTheEnd
, le 26.03.2011 à 11:46
[modifier]

Dans le cadre des poursuites de Nokia à l’encontre d’Apple pour des brevets qui auraient été violés, et bien ITC vient de rendre un verdict négatif à l’attention de Nokia.

Je pense que Nokia devrait se concentrer sur sa stratégie…