Profitez des offres Memoirevive.ch!
TweetDeck pour iPhone

 

Peut-être me mets-je le doigt dans l'œil jusqu'au coude, mais j'espère ne pas trop me tromper en affirmant que tout le monde ici a au moins une fois entendu parler de Twitter.

Ah, il y a des profanes… Bon, alors je cite Wikipedia, c'est quand même plus simple : Twitter est un outil de réseau social et de microblogging qui permet à l'utilisateur d'envoyer gratuitement des messages brefs, appelés tweets (« gazouillis »), par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS. […] La principale différence entre Twitter et un blog traditionnel réside dans le fait que Twitter n'invite pas les lecteurs à commenter les messages postés. Le principe de Twitter est de relater ce qu'on fait au moment où on le fait. Grosso modo, on écrit pour dire des choses généralement insignifiantes, parfois utiles, rarement intéressantes. Voilà. Mais c'est très populaire, très "in".

Plutôt que d'utiliser l'interface web via un navigateur, il est souvent plus pratique d'utiliser une application pour gazouiller. Personnellement, je gazouille plus facilement de cette manière. Il existe beaucoup d'applications sur Mac et PC. Sur iPhone, par contre, même s'il en existe plusieurs, il y en a deux qui se démarquent des autres : Tweetie, et TweetDeck. C'est au sujet de cette dernière que je vais gazouiller aujourd'hui.

TweetDeck est une application pour iPhone, gratuite et développée par TweetDeck Inc. Elle a d'ailleurs son homonyme sur Windows, Mac OS et Linux. L'inconvénient de ces versions est qu'il faut installer un autre logiciel (Adobe AIR) pour pouvoir les utiliser – bien que ça facilite le développement, je crois. Le principal avantage d'utiliser une application dédiée pour gazouiller un peu, c'est qu'il est possible de gérer plusieurs comptes Twitter, alors que sur l'interface web, il vous faudrait vous déconnecter et reconnecter sans cesse de vos comptes.

Revenons à TweetDeck pour iPhone. Voilà à quoi ressemble l'écran de démarrage de l'application.

image

Je ne me souviens plus exactement comment tout se passe la première fois qu'on lance TweetDeck. Pardonnez ma flemmardise, je ne me sens pas l'âme de désinstaller, réinstaller et reconfigurer mon application. Je vous ferai toutefois une visite guidée dans l'ordre chronologique des étapes de la configuration.

 

Commençons par l'ajout d'un compte Twitter. Cela se fait en appuyant sur "Settings" dans la partie basse de l'écran. Voilà comment cela se présente ensuite.

image

Vous avez la possibilité d'ajouter un ou plusieurs comptes Twitter en saisissant uniquement votre nom d'utilisateur Twitter et le mot de passe associé, mais aussi celle d'ajouter/configurer votre compte TweetDeck (si vous en avez un) pour la synchronisation et la sauvegarde avec l'application TweetDeck pour ordinateur. Enfin, vous pourrez configurer les réglages généraux de l'application dans la partie "Settings". Notez que ceux-ci sont également accessibles dans les "Réglages" de l'iPhone.

Ces réglages concernent essentiellement le comportement de l'application, sans que cela n'affecte votre compte Twitter d'une quelconque façon. Dans l'ordre, il est possible d'activer l'autocorrection des mots ainsi que la correction des majuscules, d'activer les sons, une fonction Growl, d'afficher les noms réels des autres personnes qui gazouillent, et d'activer la fonction du "rafraîchissement des données en secouant l'iPhone" (vous permettant ainsi de tester vos talents de barman/barmaid pour servir à ce cher 007 un Martini au shaker, et pas à la cuillère). Une autre option concerne le service de stockage des images en ligne, au cas où une image serait indispensable pour illustrer votre dernier gazouillis. TweetDeck vous propose TwitPic ou yfrog, à vous de choisir lequel vous conviendra le mieux. (Il faudra peut-être vous inscrire chez ces services avant de pouvoir les utiliser.)

image

Après avoir configuré l'application et votre compte Twitter, l'interface TweetDeck s'ouvrira à vous. L'affichage se fait sous forme de colonnes, qu'il suffit de faire glisser avec le doigt pour les faire défiler. 

image

En haut à droite de chaque colonne se trouve un petit rouage qui vous permet de supprimer la colonne, de configurer sa fréquence de rafraîchissement automatique ou de la déplacer.

image

Dans l'interface principale, en bas, se trouve une barre de statut. Elle vous permettra de rafraîchir manuellement l'affichage, d'accéder aux réglages, de suivre un autre gazouilleur, d'ajouter des colonnes supplémentaires (en fonction de vos différents compte, par exemple) ou elle vous notifiera les dernières mises à jour.

image

image

Concernant ces mises à jour, elles apparaîtront de deux manières. Si la fonction "Growl" est activée, des petites infobulles apparaîtront en haut à gauche, et disparaîtront après quelques instants si vous n'appuyez pas dessus. L'autre moyen d'affichage (mais les deux ne s'annulent pas l'un l'autre) se trouve dans la barre de statut, tout à gauche. Lorsque vous appuyez dessus, il apparaîtra un menu vous permettant d'aller rapidement à la colonne contenant la nouveauté. A moins de quitter l'application, tant que vous n'aurez pas marqué les nouveautés comme lues ou bien cliqué dessus, la barre de statut vous indiquera toujours le nombre de nouveautés restantes, cumulées avec les toutes dernières si un rafraîchissement a eu lieu entre-temps.

image

En appuyant sur une colonne, vous la sélectionnerez et pourrez la faire défiler verticalement. (Vous pouvez aussi changer de colonne dans ce mode, ce qui est particulièrement pratique.) Appuyer ensuite sur un gazouillis pour l'afficher, obtenir quelques informations supplémentaires sur son auteur, lui répondre ou lui envoyer un message privé (ou "message direct"), ajouter son gazouillis à vos favoris, etc.

image

En répondant à un gazouillis ou en gazouillant vous-même, vous pourrez non seulement taper du texte mais aussi joindre un lien Internet (ou plutôt, le réduire), une image ou une position GPS (la vôtre ou un endroit spécifique) via les trois petites icônes au dessus du clavier virtuel de l'iPhone. L'image pourra d'ailleurs être prise directement avec votre iPhone ou vous pourrez la choisir dans votre photothèque.

image

 

Conclusion

Pour ma part, TweetDeck est une application formidable pour ceux qui utilisent Twitter. Non seulement elle est gratuite, mais elle est aussi très stable (aucun plantage en plusieurs mois d'utilisation) et diablement efficace. Chaque colonne permet d'afficher un grand nombre d'informations très rapidement. Son ergonomie rend totalement intuitif l'utilisation de cette application. Son concurrent direct, Tweetie, est aussi une bonne application. Toutefois, elle est payante et se révèle moins pratique à l'utilisation après avoir essayé TweetDeck et ses colonnes. Bref, TweetDeck est un must.

Et pour ceux qui voudraient me suivre sur Twitter, cherchez @KHannibal !

9 commentaires
1)
François Cuneo
, le 22.09.2009 à 06:42
[modifier]

L’application me semble parfaite.

Par contre, je ne croche pas à Twitter.

En fait, je n’aime pas tous ces réseaux sociaux sur Internet.

Merci pour le test.

2)
Sanji
, le 22.09.2009 à 06:47
[modifier]

Je suis d’accord avec tout : Tweetdeck est une très bonne application. Mais… Mais c’est trop lourd sur un iPhone. Je trouve ça merveilleux sur micro, mais sur l’iPhone, je ne passe pas 3 heures à Twitter, mais 52 fois 30 secondes. Je préfère utiliser Twitterfon (et surement d’autres qui pourraient correspondre) parce que légère, plus rapide, plus simple, et largement suffisante pour l’usage iPhone. Ha oui, pardon, ça n’est plus Twitterfon mais Echofon maintenant…

3)
ysengrain
, le 22.09.2009 à 08:40
[modifier]

Oui, je suis un rabat-joie: déjà que je percevais les SMS tels qu’ils sont majoritairement utilisés comme la quintessence de la sublimation du rien, je ne trouve pas de concept pour décrire ce que Twitter m’inspire. Entre Facebook et Myspace j’avais décidé de ne pas insister, vis-à-vis de Twitter, je suis activement contre.

4)
Kotek
, le 22.09.2009 à 08:50
[modifier]

Tout à fait d’accord avec Sanji. Twitterfon, pardon Echofon est plus léger et il a surtout ce petit plus que d’autres clients Twitter n’ont pas en même temps : les nouveaux tweets sont colorés et on peut cliquer directement un lien sans passer par une fenêtre supplémentaire.

5)
Caplan
, le 22.09.2009 à 17:16
[modifier]

Oui, je suis un rabat-joie: déjà que je percevais les SMS tels qu’ils sont majoritairement utilisés comme la quintessence de la sublimation du rien, je ne trouve pas de concept pour décrire ce que Twitter m’inspire.

+1! Entièrement d’accord avec toi, Ysengrain! Sur ce Twitter, il n’y a RIEN, sinon des liens qui pointent sur des articles qui ne sont pas rédigés sur Twitter. Ça donne juste une idéee de l’infini, s’il fallait lui trouver une seule qualité…

Milsabor!

6)
Patjay68
, le 22.09.2009 à 22:59
[modifier]

l’Internet regorge de ces petits riens qui forment un tout. Twitter est un mode d’expression qui sert à certains, et pas à d’autres.

L’avantage de celui-ci, c’est que même ceux qui n’ont rien à dire sont limités en nombre de caractères ;-) .

Au fait, j’utilise Twitterific Premium, léger mais complet.

7)
Hervé
, le 22.09.2009 à 23:38
[modifier]

+2 Je vais même plus loin : je ne me suis jamais connecté ni à Facebook ou autre, ni à Twitter.

8)
Madame Poppins
, le 23.09.2009 à 07:21
[modifier]

je ne me suis jamais connecté ni à Facebook ou autre, ni à Twitter

Moi non plus mais je commence à me demander si ce n’est pas une question de génération : Hervé, je ne sais pas quel âge tu as mais je sais que F. Charlet est très nettement plus jeune que moi. Si j’avais eu 20 ans de moins, peut-être que j’aurais franchi le pas de Twitter ou autres (supposition, supposition n’est pas certitude).

9)
Inconnu
, le 23.09.2009 à 10:18
[modifier]

Tout est question de l’utilisation qu’on fait de Twitter et Facebook. Pour ma part, je me sers de Facebook pour créer un réseau et communiquer, en cas de besoin, avec des personnes dont je n’ai pas forcément le numéro de téléphone ou l’adresse e-mail.

Quant à Twitter, ça permet de partager des liens ou des situations. Parfaitement futile, quand on y consacre quelques minutes par jour.

Et oui, c’est peut-être une question de génération. Pour ma part, j’utilise ces réseaux de façon plutôt raisonnable. Pas de photos ou d’infos privées, limitation des accès à tout le monde, pas d’application tierces, etc. Adhérer à ces réseaux, je veux bien, mais pas au détriment total de mes données personnelles.