Profitez des offres Memoirevive.ch!
SRS iWow 3.0 et iTunes devient plus riche, même sur un MacBook

Oh la la, quelle folie ces jours…

Je ne vous raconte pas le travail à la Commune, et la fusion de notre établissement scolaire avec un autre, avec tellement de choses à penser que ça en devient assez prise de tête à tous les niveaux.

Heureusement qu'il y a à la fois Evernote (je note sur ce logiciel génial testé ici, encore meilleur depuis cette semaine, tous les entretiens que je peux avoir, toutes les idées qui me passent par la tête, enfin, tout quoi), Omnifocus, pour mes tâches à faire, et Contactizer, pour les voir d'une autre manière et gérer des projets, le tout se synchronisant avec iCal et mon iPhone, parce que sinon…

Et il y a par-dessus tout ça, Cuk.ch, avec un gros gros problème: où trouver le temps d'écrire encore des articles dans ces moments un peu difficiles.

Attention hein, je ne me plains pas, j'explique simplement que les choses ne sont pas simples, tout en étant, soi dit en passant, véritablement passionnantes.

Bref, heureusement qu'il y a de petits utilitaires en réserve dans ma besace, petits utilitaires que je garde au cas où, pour le vendredi.

Alors en voici un, de ces utilitaires, dont j'aimerais vous parler.

Lorsque j'ai acheté je ne sais plus quel bundle, du même type que celui proposé ici par Warrik dimanche, j'ai reçu comme cadeau final, même pas annoncé, SRS iWow 2, qui est un logiciel qui n'a l'air de rien comme ça, mais qui est pourtant bien pratique.

Soyons très clairs (ça évitera de me faire passer un peu plus pour un nul qui se laisse tromper par des artifices): chez moi, sur ma chaîne, par défaut, je ne change ni les aiguës, ni les basses, et jamais au grand jamais, je ne fais usage d'un quelconque equilizer.

Non mais dites, ça sert à quoi que les ingénieurs se décarcassent pour arriver à un son impeccable, si c'est pour tout fiche en l'air à la maison?

Seulement voilà, quand je ne suis pas sur ma petite B&O chérie (dont j'ai parlé ici), je suis soit dans ma voiture (et là, tout va bien, surtout depuis que j'ai installé une mediabox dans ma clio, c'est impeccable), soit à mon bureau, soit en vadrouille.

Et dès que je peux écouter de la musique (c'est-à-dire dès que je n'embête personne) sur mon ordinateur, je le fais. Je précise que je déteste écouter de la musique au casque, sauf en tondant mon gazon.

Au bureau, j'ai un système Harman/Kardon pas trop mauvais (un caisson et deux satellites que je relie à mon Mac), mais bon, rien à voir avec une chaîne un tant soit peu Hi-Fi, et sinon, j'ai bêtement les petits haut-parleurs du MacBook Pro.

Ils ne sont pas extraordinaires, mais bon, justement, le but de SRS iView est de les rendre tout à fait écoutables.

Est-ce le cas?

SRS iWow 3, les bases

SRS iWow 3 est sorti il y a peu, et est édité par SRS Labs, un spécialiste de l'amélioration du son émanant d'un ou de plusieurs haut-parleurs (j'ai dit un parce que le fabricant nous propose même un système physique pour améliorer le son d'un iPod).

Alors, ne me demandez pas trop la technique qui est derrière, elle est expliquée ici, et voici un des petits dessins explicatifs tirée de la page liée:

image

Les technologies mises en oeuvre sont les suivantes:

image

Dans le cas qui nous intéresse, il s'agit d'un plug-in pour iTunes, que l'on ouvre depuis le menu "Fenêtre"

image

La fenêtre s'affiche alors:

image

Ensuite, c'est d'une simplicité:

  1. Vous "allumez" l'appareil (c'est déjà fait par défaut). Ce bouton est surtout sympa pour voir ce que cela donne sans et avec iWow; 
  2. Vous choisissez le type de source: film ou musique;
  3. Vous choisissez le style de musique (en v2, il y avait un mode automatique, disparu de la v3)
     
    image
     
  4. Vous choisissez le type d'installation que vous avez à disposition (casque, HP ou ordinateur seul)

Il reste encore les vumètres ainsi que le curseur de gain.

C'est tout, c'est aussi simple que ça.

Bon, si vous cliquez sur "Option" dans le coin en haut à gauche de la fenêtre, vous aurez accès aux réglages avancés, qui vous montrent les réglages particuliers d'iWow.

image

À vous de voir si vous arrivez à faire mieux que les réglages par défaut proposés.

Le but est-il atteint niveau qualité?

Encore une fois, normalement, je ne suis normalement pas chaud avec ce genre de petites choses type "loudness" ou au contraire "je te rajoute des aiguës pour te plaire".

Mais là, très franchement, j'utilise iWow depuis des mois (en v2 puis en v3, aussi bien sur mes petites colonnes au bureau que sur mon ordinateur pur et dur lorsque je ne suis connecté à rien, et force m'est de constater que je ne peux simplement plus m'en passer.

Le son est beaucoup plus plein, prend de l'ampleur que les deux petits haut-parleurs de mon MacBook Pro sont bien incapables de rendre tout seuls.

Je ne vous dis pas combien de fois j'ai cliqué sur le bouton ON-OFF pour être sûr.

Il n'y a pas photo, le son AVEC iWow est pour moi meilleur.

Ce logiciel me plaît, c'est clair.

Il n'a qu'un très gros défaut cet iWow: il coûte cher hors bundle!

39 $, ce n'est pas rien.

Maintenant, quand on pense à ce que certains sont prêts à mettre pour avoir un bon son dans leur salon (à un autre niveau bien sûr), on se dit que pour profiter partout d'un son amélioré au quotidien, où que l'on soit, 39 $, c'est beaucoup, mais ce n'est pas si insupportable selon vos moyens.

Enfin, à vous de voir. Et si vous arrivez à faire tout aussi bien avec les outils fournis en standard par iTunes

47 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 13.03.2009 à 00:32
[modifier]

Il y a 2 ou 3 mois, on m’a aussi parlé de ce truc… on m’a recommandé de l’essayer.. le tester, ce n’est plus pouvoir s’en passer m’a-t-on dit.

Alors j’ai testé et c’est vrai, ce truc “améliore” un peu les choses mais fondamentalement, j’ai surtout l’impression d’avoir un equalizer sur lequel on a tout poussé à fond…

Je suis loin d’être un ingénieur du son… mais je me suis dit que cet utilitaire “tordait” un peu trop les sons… et puis le prix… en période de crise, ce n’est pas raisonnable!!! ahahaha…

T

2)
ysengrain
, le 13.03.2009 à 07:27
[modifier]

Je sens que je vais peut-être me rabâcher, François, mais ton essai d’aujourd’hui ne conduit-il pas à “encore bidouiller” ce qui l’est déjà (trop) amplement ? À savoir qu’à travers iTunes qui “MP3-ise” à qui mieux mieux, donc nivelle les niveaux, compresse et le message sorti et la dynamique, tu vas de surcroît ajouter encore une autre distorsion !!

Ai-je bien compris ?

Le risque que j’ai toujours dénoncé avec ces “saletés” est celui de remodeler la capacité d’écoute, le niveau de vigilance qui va traquer le défaut de reproduction rhédibitoire; en clair, à force d’iTuniser, l’oreille est déformée, non pas extérieurement ;-))), mais beaucoup plus grave, à l’intérieur.

“On” me répondra que je défends des valeurs surannées, mais j’ai l’habitude, entre la viole de gambe dont les débuts datent du XVI ème siècle et la musique baroque, je sais où sont mes références.

Je sais !! tout ça est provoc, mais j’assume.

3)
Fabien Conus
, le 13.03.2009 à 07:27
[modifier]

BOYCOTT !!!!!!

Jamais je ne débourserai plus un kopek pour ces arnaqueurs !!!!

Cette saloperie de logiciel est l’exmple typique de la protection qui pousse au piratage.

J’explique:

J’ai acheté la version 1.0 du logiciel il y a quelques temps. Comme je change souvent d’ordi, j’ai traimbalé le logiciel d’un ordi à un autre jusqu’au jour où mon numéro de série n’était plus valable (nombre d’activations dépassé).

On m’invite alors à me rendre sur la page contact du site web pour demander de réactiver mon logiciel. J’envoie un message et je reçois en retour un message automatique du serveur mail comme quoi l’adresse email du destinataire n’est pas valable (je rapelle que j’ai écrit mon message sur la site web directement, je n’ai donc pas donné d’adresse email) !!

J’ai réessayé au moins vingt fois, en Europe, aux US, via la version Windows, via différentes options de contact, je n’ai JAMAIS reçu de réponse de ces arnaqueurs.

Au final, après de long mois d’essais répétés, j’ai une magnifique version de iWow qui ne fonctionne plus, malgré que je l’ai payée et SRS s’en fout complètement.

Méfiez-vous si vous changez souvent d’ordi ou si vous devez réinstaler votre système, vous risquez fort de vous faire entuber comme moi.

Franchement, je suis dégoûté par cette boîte, et même si ce logiciel est plutôt bon, je ne peux que vous conseiller de le BOYCOTTER !

4)
ysengrain
, le 13.03.2009 à 07:45
[modifier]

Malgré ce que j’ai écrit en – 2, j’ai téléchargé une version d’essai, et l’ai installée. J’ai branché un iMic sur une des prises USB de mon MBP, et y ai connecté un casque Senheiser HD 430. J’ai inséré un CD d’un enregistrement de très très haute qualité d’enregistrement et ai écouté un seul instrument: Paolo Pandolfo seul, à la viole de gambe (et je connais cet instrument par coeur), dans un concert privé “at home”.

et c’est …. ÉPOUVANTABLE, pourtant, il n’y pas de MP3. Tout le spectre sonore traîne derrière lui une sorte de chuintement (j’ai réglé iWow sur “Classical”, sans toucher le moindre réglage). Les registres medium et aigu sont empreints d’un son métallique, en clair une totale distorsion. Seul le registre grave, dans cette configuration échappe au massacre.

Autre essai: un clavicorde seul: mêmes constatations.

Un dernier mot, les applaudissements sont d’une sécheresse tellement fausse !!

Et le tout, comme vous pouvez le voir, “vite vu”.

Tout ça confirme ce que je disais en -2

Désolé, François.

5)
Marc2004
, le 13.03.2009 à 07:51
[modifier]

je l’ai depuis longtemps déjà et c’est vrai qu’on ne peut plus s’en passer ensuite! Il suffit de clicquer sur OFF pour devenir un inconditionnel.

J’espère que la mésaventure de Fabien restera un cas isolé et malheureux car je vais changer mon ordi cette année…

6)
Roger Baudet
, le 13.03.2009 à 08:17
[modifier]

Il y a belle lurette que les “enhancer stereo” existent sur tout bon logiciel sonore pro !

Leur utilisation dépend de ce que l’on veut obtenir. Par définition, il s’agit toujours d’une distorsion de la source sonore. Cela peut plaire à certains alors que d’autres partent en courant !

La “spatialisation ” du son a souvent un aspect agréable à la première écoute. Mais c’est vrai que si on recherche la pureté du son d’origine, il y a alors un sérieux problème.

Donc, à chacun de décider ce qui lui plaît !

7)
François Cuneo
, le 13.03.2009 à 08:19
[modifier]

ysengrain, je n’ai pas essayé de musique classique, donc je ne sais pas.

Fabien: lorsque la version 3 est sortie, il y avait une mise à jour à payer normalement.

Je l’aurais fait, sauf que je n’ai pas trouvé où payer cette mise à jour.

J’ai donc écrit à SRS (sans parler de Cuk ou de quoi que ce soit, sans parler d’article à écrire sur la chose ni rien, client strictement normal), eh bien les gars m’ont répondu le lendemain en me donnant un numéro de série gratuit pour la 3.

Et j’ai utilisé le même formulaire que toi j’imagine.

Comme quoi…

8)
François Cuneo
, le 13.03.2009 à 08:21
[modifier]

A part ça, ysengrain, je ne pense pas que le but d’iWow est d’améliorer les installations de haute qualité, mais au contraire d’améliorer ce qui doit l’être, comme des HP de portables, ou des casques médiocres. Si tu as déjà un truc tellement bon, à ta place, en effet, je n’utiliserais pas iWow.

Comme je l’ai dit, il ne me viendrait pas à l’idée d’installer la chose sur ma chaîne.

9)
djtrance
, le 13.03.2009 à 08:53
[modifier]

Faites comme moi, branchez votre ordinateur sur votre chaîne hi-fi (Pioneer, 2000 W, enceintes de studio Tannoy) et tout ira bien!

OK, le transport, c’est pas facile, mais au moins, j’ai partout un son d’excellente qualité!!

Je déconne, le message 8 du boss d’ici résume très bien ce logiciel: “améliorer ce qui doit l’être…” :)

11)
Alain Le Gallou
, le 13.03.2009 à 10:06
[modifier]

Je n’ai pas relu deux fois l’article pour vérifier, mais si c’est vrai, j’ai un gros reproche à te faire François. Tu n’as pas indiqué à quel type technique de source tu appliques.

Une technique de dé-compression, car c’est grosso modo ce que doit être ce logiciel, doit logiquement avoir en premier un algorithme inverse de la compression. Après il peut pour faire plaisir augmenter les basses, les aigus, faire un son cathédrale, et tout bricolage qui te fera plaisir.

La compression détruit, mais pas de la même manière en AAC, MP3, AIFF, etc. Il faut donc que le logiciel adapte son algorithme. Ton article SRS iWow ne donne aucune information. (Est-ce que le site de SRS iWow en donne  ?).

Car le pire serai qu’il applique une décompression à un enregistrement non compressé option « Loseless » de iTunes.

Cela dit, étant persuadé que nous vivons une fin de civilisation, marquée en musique par la majorité de l’écoute en MP3, et que le MP3 étant compressé à outrance, pas étonnant qu’un logiciel de ce genre qui tente de faire l’inverse, donc de tenter, sans pouvoir, de rétablir le son normal, te donne l’impression d’un peu de qualité.

C’est comme en cuisine, tu auras beau améliorer la qualité du surimi, cela ne te donnera jamais le goût du crabe. Pire au bout de dix ans de surimi, tu trouveras le goût du crabe, mangé une heure après avoir été péché, pas à ton goût.

12)
ysengrain
, le 13.03.2009 à 10:17
[modifier]

C’est comme en cuisine, tu auras beau améliorer la qualité du surimi, cela ne te donnera jamais le goût du crabe. Pire au bout de dix ans de surimi, tu trouveras le goût du crabe, mangé une heure après avoir été péché, pas à ton goût.

et je me cite

Le risque que j’ai toujours dénoncé avec ces “saletés” est celui de remodeler la capacité d’écoute, le niveau de vigilance qui va traquer le défaut de reproduction rhédibitoire; en clair, à force d’iTuniser, l’oreille est déformée, non pas extérieurement ;-))), mais beaucoup plus grave, à l’intérieur.

J’approuve pleinement ce qu’écrit Alain Le Gallou

13)
ElGeko
, le 13.03.2009 à 10:25
[modifier]

En même temps, tout ça est bien joli, mais vous oubliez juste un truc: la musicalité, c’est subjectif.

Perso, je n’aime pas du tout le son des enceintes B&O, je suis beaucoup plus JBL (par exemple).

Tout ça pour dire que le rendu sonore, on se fout qu’il soit “pur”, ou pas: même la meilleure cellule, sur la meilleure platine, dans la meilleure chaîne du monde, transformera le son d’une façon ou d’une autre, de toutes façons.

Du coup, ce qui compte, c’est simplement le rendu sonore que l’on apprécie soi-même, sur son matos d’écoute. C’est du MP3, et alors? Un bon réglage d’equalizer et zou, tu arriveras bien à trouver un son qui te plaira, et c’est ce qui compte.

A cet égard, SRS iWOW fait bien son boulot, je trouve.

Après, tout le débat sur “le son comme il faudrait qu’il soit”, ça a le don de vite me gonfler je dois dire.

};>

14)
Marcolivier
, le 13.03.2009 à 12:08
[modifier]

ElGeko a raison d’insister sur le fait que l’appréciation sonore est d’ordre subjective.

Cependant, ça m’empêche pas qu’il y a des éléments objectifs. Par exemple on mesure très bien la différence de qualité entre un mp3 en 32 khs par rapport à un autre à 320 khs. Un son infect versus un bon son. Ce gap de qualité s’entend certainement aussi entre du mp3 et du son CD (pourtant tous deux numériques), particulièrement si on a une installation hifi de haute qualité.

A ce propos, une étude intéressante d’un professeur de musique aux Etats-Unis montre exactement ce que souligne Alain Le Gallou et Ysengrain. A savoir que la génération mp3 préfère cette qualité de musique, simplement parce qu’elle y est habituée. Point. L’instinct grégaire, encore une fois…

On pourrait également rajouter une autre dimension, sociologique: en grossissant le trait, la musique qui défonce, tant que la défonce est bonne, qu’importe la qualité, la pureté, etc. Bref, sans vouloir (trop) faire le puriste, je me demande si la sensibilité personnelle à la “qualité” matérielle de la musique n’est pas liée à la manière dont cette dernière est écoutée, et ce qui est recherché par cette musique (entre le recueillement et la défonce).

Pour revenir sur terre, ce qui me dérange sans doute encore plus au niveau de la qualité d’un son, c’est la qualité de l’enregistrement. Combien de fois tombons-nous sur des pièces magnifiques, mais atrocement enregistrées. Si c’est de la musique d’ambiance ou fun, on s’en fiche un peu, mais lorsque c’est du classique, ça gâche le plaisir, comme les fausses notes dans un concert.

Bon, encore une fois j’ai été plus long que je pensais…

15)
pioum
, le 13.03.2009 à 12:21
[modifier]

une simple question : j’aimerais bien tester le plugin mais je voudrais savoir si sa desintallation est facile.

16)
Kermorvan
, le 13.03.2009 à 12:58
[modifier]

La compression, c’est quoi ? Soit une belle longue suite (éventuellement infinie) constituée de zéros et de uns. Si elle est périodique, vous donnez la période, et basta. Si elle est vraiment ‘aléatoire’ (notion pas évidente), vous ne pouvez pas faire grand chose sans perdre de l’information (notion pas si évidente non plus). Entre ces deux extrêmes, si elle est produite par un automate, vous donnez l’automate, qui la reproduira à volonté. Tout ça, c’est de la compression sans perte, qui tire parti d’éventuelles propriétés particulières de la suite considérée. C’est ainsi que l’on comprime très bien des fichiers divers (texte, par exemple) sans perte. Certaines méthodes sont très célèbres

Et la compression avec perte ? Quelle est la compression maximale avec perte ? eh ben vous dites s’il y a plus de zéro que de un, ou le contraire ; à moins de ne rien dire du tout, vous ne pouvez pas tomber plus bas ; évidemment, l’information n’est pas très riche. La compression avec perte, comme son nom l’indique, perd la suite initiale, elle la remplace par une suite plus simple, comportant moins d’information (notion à préciser) ou, si vous voulez, remplace la suite de départ par une suite la moins éloignée possible, prise dans une collection restreinte.

Pour le son, il faut bien distinguer compression (avec ou sans perte) et échantillonnage. Un signal sonore n’est rien d’autre qu’une fonction numérique, l’échantillonnage digitalisé se fait dans deux directions, d’une part en niveaux d’intensité du signal et d’autre part dans le temps, la fréquence d’échantillonnage. Vous pouvez diminuer l’information en diminuant les niveaux d’intensité et la fréquence d’échantillonnage.

Pour le reste, privilégier ou non, à la restitution, telle zone de fréquence, aigus ou graves, c’est une autre affaire.

17)
unna
, le 13.03.2009 à 13:19
[modifier]

Pareil que Fabien: Après avoir acheté ce logiciel j’ai du réinstaller plusieurs fois mon système (pour d’autres raisons) et donc ma clef n’était plus valide. IMPOSSBLE d’avoir une réponse aux nombreux mails que j’ai envoyé.

18)
Timekeeper
, le 13.03.2009 à 23:34
[modifier]

Quand j’avais mon iMac tournsol et ses Apple Pro Speakers, j’activais l’équalizer d’iTunes réglé sur “Rock”. Je trouvais les basses plus profondes sans ressentir de gènes. Depuis que j’utilises mon MacBook, impossible, c’est pire que tous avec ses min HP.

Le risque que j’ai toujours dénoncé avec ces “saletés” est celui de remodeler la capacité d’écoute, le niveau de vigilance qui va traquer le défaut de reproduction rhédibitoire; en clair, à force d’iTuniser, l’oreille est déformée, non pas extérieurement ;-))), mais beaucoup plus grave, à l’intérieur.

J’entendais la semaine dernière, je ne sais plus ou (net, radio, télé, …) qu’une étude récente concluait que les jeunes habitués aux MP3 à qui on faisait écouter différents morceaux, préféraient la sonorité des MP3 à ceux de morceaux de meilleur qualité (sans doute des CD, je n’ai pas les détails). Par ce qu’ils y sont habitués.

Mais merde, entre écouter un CD directement sur la chaîne, et écouter le même morceau, toujours sur la chaîne, mais lu depuis iTunes et encodé en AAC 192, la différence s’entend. Sur le CD les basses sont profondes et le son enveloppant, semblant provenir de tous les côtés. (ça dépend des morceaux ensuite, mais là je pense particulièrement à la Marche de l’Empereur d’Emilie Simon).

19)
François Cuneo
, le 14.03.2009 à 07:04
[modifier]

Eh bien moi, je vais vous dire…

Vous êtes formidables avec vos différences d’écoute, avec le détails que vous entendez et n’entendez pas.

Je suis parfaitement d’accord sur un point bien précis:

Sur une chaîne Hi-Fi, on entend parfaitement bien la différence entre un MP3 (AAC aussi, et il faudra que je fasse le test avec iTunes Plus sur ma chaîne) et un CD.

D’ailleurs jamais chez moi je n’écouterais un CD rempli de ces trucs sur ma chaîne, ni même mon iPod.

Mais dès qu’on est en extérieur, on se rend compte pendant quelques secondes que le son est moins bon que sur le même CD qu’on écoutait à la maison, mais après: on s’adapte, et l’on entend plus!

De tout temps, l’oreille a été déformée, en particulier par certaines chaînes japonaises, qui chauffaient le son, pour plaire.

Tout ça n’est pas venu avec le MP3!

Moi, il y a une chose que j’adore avec ces MP3 et autres AAC: on peut écouter de la musique facilement, partout, démocratiquement.

Pas besoin d’avoir dix mille francs pour se dire qu’on écoute de la musique de grande qualité.

On écoute de la musique, et merde, on a du PLAISIR!

Je n’ai jamais écouté autant de musique que depuis que j’ai iTunes, un iPod (iPhone).

Et encore, si je ne me sentais pas enfermé dans mon monde quand j’écoute au casque, en m’empêchant de travailler, ce serait de la musique tout le temps.

Ils ont du bol, ceux qui peuvent écouter de la musique comme ça.

Et personnellement, sincèrement, et dit sans aucune agressivité, je plains tous ceux qui ne peuvent profiter de ces petits plaisirs simples, devant écouter la musique dans des conditions strictes, pour éprouver de l’émotion.

Et comme disait Jean-Luc, un Municipal de chez moi après un discours bien senti, j’ajouterai: “J’ai dit”!:-)

20)
ysengrain
, le 14.03.2009 à 07:39
[modifier]

On pourra à juste titre dire que je fais partie du club des vieux cons, si si, mais je défendrai toujours le parti de ceux qui refusent ce qu’on peut appeler le “nivellement des valeurs” et surtout quand cette pratique a une tendance systématique à détruire des symboles de qualité.

“The surest way to corrupt a youth is to instruct him to hold in higher regard those who think alike than those who think differently.”*

Sous prétexte de nous faire “bouffer” de la musique, et donc dans la configuration sociétale qui est la nôtre de la mettre au plus vite à notre disposition, elle a été compressée. L’équation MP3+ Internet = donne moi ton fric fonctionne à plein.

Et donc

Et personnellement, sincèrement, et dit sans aucune agressivité, je plains tous ceux qui ne peuvent profiter de ces petits plaisirs simples, devant écouter la musique dans des conditions strictes, pour éprouver de l’émotion.

Et il écrit ça avec raison et justesse, et ceci dit au premier degré et sans intention dissimulée.

Sauf que, sauf que, déjà que la reproduction sonore avant l’ère de la compression souffrait de pas mal de maux, aujourd’hui, elle détruit la discrimination qualitative au profit de la consommation quantitative. Et c’est ça le péril, là le danger (en plus du fait que cette consommation là est entrain de tuer une industrie, celle de la hifi), elle institue le niveau de base dans une médiocrité insupportable.

Et je te réponds François, sans aucune agressivité, ni détour, qu’on peut profiter de ces petits plaisirs musicaux simples en se donnant un peu de mal, et en prenant encore plus de bonheur par une bonne reproduction sonore; quant à l’émotion elle est toute dirigée vers la musique et non vers la peste envahissant nos oreilles et nos cerveaux, qui déforme les sons.

Une dernière chose: je sais que la partie est perdue au plan de la société et que désormais l’écoute musicale = MP3. Mais j’en suis navré.

21)
François Cuneo
, le 14.03.2009 à 09:59
[modifier]

Mais le MP3 a beaucoup progressé! L’air de rien, iTunes Plus transmet des fichiers de meilleure qualité, donc tout n’est pas perdu.

Et loin de moi de penser que ceux qui pensent comme toi sont des vieux cons!

22)
Caplan
, le 14.03.2009 à 10:04
[modifier]

Sous prétexte de nous faire “bouffer” de la musique, et donc dans la configuration sociétale qui est la nôtre de la mettre au plus vite à notre disposition, elle a été compressée. L’équation MP3+ Internet = donne moi ton fric fonctionne à plein.

Désolé, Ysengrain, mais moi j’appelle ça de la paranoïa.

Et personnellement, sincèrement, et dit sans aucune agressivité, je plains tous ceux qui ne peuvent profiter de ces petits plaisirs simples, devant écouter la musique dans des conditions strictes, pour éprouver de l’émotion.

Et si on parlait du déploiement de moyens de certains pour faire de la photo? ;-)

Milsabor!

23)
Kermorvan
, le 14.03.2009 à 10:10
[modifier]

Un exemple : si vous échantillonnez k fois par seconde, pas question de rendre compte d’oscillations de fréquence supérieure. Si l’oreille humaine veut percevoir du 20.000 hertz, il faut échantillonner bien plus de 20.000 fois par seconde. Comme ça fait longtemps que je n’entends plus rien au dessus de 10.000, les compressions usuelles me gênent moins que d’autres, puisque perdre, c’est d’abord perdre dans les aigus. De même, pour conserver de la dynamique (rapport entre les sons les plus intenses et les plus faibles), il faut échantillonner suffisamment en intensité. Tout se paie, pas de miracle. À un signal dégradé, vous ne pourrez qu’ajoutez des « effets », des artifices. Les enfants qui s’abîment l’oreille en écoutant à un niveau trop élevé pourront bien toujours se contenter de signaux dégradés.

24)
THG
, le 14.03.2009 à 10:16
[modifier]

Eh bien moi je pense qu’il ne faut pas mélanger les torchons et les serviettes. Le MP3 et toutes les technologies associées ont été conçues pour la portabilité. Le côté pratique est évident et le son de qualité suffisante pour des oreilles peu éduquées (dont les miennes) ou pour reproduire la musique commerciale qu’on nous vend aujourd’hui. Maintenant, je comprends parfaitement les aspirations des mélomanes qui, tout naturellement, se tourneront vers des moyens de qualité.

Faire une comparaison entre ces deux mondes n’a pas de sens : chacun utilisera ce qui lui conviendra le mieux.

Depuis peu, j’utilise une borne WiFi qui relie ma bibliothèque iTunes à ma petite chaîne hifi. J’écoute uniquement en sourdine, les qualités intrinsèques de cette installation me suffisent. Par contre, si je gagnais au loto, je ne cracherais pas sur un ampli à lampes et des HP de qualité, ainsi qu’une bonne source numérique et une autre analogique (pour écouter des vinyles de derrière les fagots).

Par analogie, la photo est dans la même situation. Habitué aux images fines et modelées de mon 5D, celles de mon G10 ou même de mon tout nouveau 50D me filent presque la gerbe…

25)
ToTheEnd
, le 14.03.2009 à 10:31
[modifier]

Je pense que beaucoup oublie un aspet important: le MP3 et d’autres formats ont été créés car il fallait améliorer le ratio qualité/volume de données. Il y a seulement quelques années, un lecteur MP3 avait une capacité de stockage de 5GB… de quoi mettre 5 à 6 albums maximum au format AIFF.

J’ose espérer qu’avec le temps et la mise à disposition de mémoires plus importantes, la qualité sera de retour pour ceux qui le veulent car je rappelle que tous les iPod et iTunes lisent de l’AIFF!

Ça veut donc dire que pour ceux qui veulent de la qualité, ils peuvent l’avoir sur leur Mac ou en se baladant.

T

26)
ysengrain
, le 14.03.2009 à 10:34
[modifier]

Et loin de moi de penser que ceux qui pensent comme toi sont des vieux cons

Camarade, j’avais très bien compris. Me ranger dans le camp des vieux cons était utile à l’argumentation.

@ Kermorvan: ce n’est pas qu’un problème de fréquence d’échantillonnage liée aux capacités auditives, pour 2 raisons.

1- J’ai eu l’occasion d’entendre des enregistrements échantillonés à 192KhZ, soit presque 5 fois “mieux” qu’un CD; le résultat donnait un “modelé” sonore incomparable

2- la répartition du spectre sonore du MP3 est modifiée pour renforcer les basses, et “égaliser” les reste. Ce qui fait l’essence sonore est grandement lié à la dynamique que les compressions, quelles qu’elles soient, nivellent.

Le propos de Gilles est intéressant car il implique l’image. On pourrait effectivement comparer les JPEG avec les autres formats-images non destructifs. Et pourtant, en ce domaine, la “perte” occasionnée par le JPEG est perçue, à ce qu’il me semble, moindre. Finalement, je suis sans doute plus auditif que visuel.

27)
pilote.ka
, le 14.03.2009 à 10:57
[modifier]

Et personnellement, sincèrement, et dit sans aucune agressivité, je plains tous ceux qui ne peuvent profiter de ces petits plaisirs simples, devant écouter la musique dans des conditions strictes, pour éprouver de l’émotion.

Mais écouter de la bonne musique cela exige une préparation des conditions d’écoute! C’est la différence avec une écoute comme fond sonore, en voiture ou dans les ascenseurs.

Personnellement j’adore la musique au casque. Être isolé du monde pour être totalement tourné vers l’émotion c’est le plus grand pied. Un jour j’ai acheté un iPod pensant que je retrouverais cette émotion avec des MP3. Patatras, ce fut la catastrophe et j’ai vendu mon ipod dans la semaine à une personne qui trouvait que le son était très bon. c’était un manque d’exigence.

Moralité: les morceaux chargés sur iTunes ont un mauvais son dans la dynamique et aussi dans la bande passante.

Pour écouter de la bonne musique rien de mieux qu’une platine CD, un bon ampli, et une bonne paire d’enceintes. La spacialisation à outrance du son c’est bon pour la télé.

29)
jdmuys
, le 14.03.2009 à 11:36
[modifier]

1- J’ai eu l’occasion d’entendre des enregistrements échantillonés à 192KhZ, soit presque 5 fois “mieux” qu’un CD; le résultat donnait un “modelé” sonore incomparable

Pour être certain que ce n’est pas du “wishful thinking”, il faudrait une étude sérieuse de cela. Une telle étude a-t-elle déjà été conduite? Pour qu’elle soit significative, il y a au moins deux conditions:

– quantitative: un nombre d’écoutes et d’auditeurs suffisant (au moins 30, et de préférence un peu plus)

– qualitative: absence de biais, et au minimum, en double aveugle.

Si une telle étude existe, ça m’intéresse grandement.

30)
Kermorvan
, le 14.03.2009 à 12:03
[modifier]

Ysengrain 26. Il me semble que vous dites exactement ce que j’ai écrit en 23 sur l’échantillonnage, le sacrifice des aigus et de la dynamique par les compressions avec perte. Merci de confirmer. Il a même été parfois affirmé qu’il est utile d’échantillonner au delà de l’audible (et c’est ce que vous dites) ; en tout cas, ça permet aux chiens d’entendre les ultrasons. Par ailleurs, je répêêête, il existe des compressions qui ne dégradent pas, comme expliqué en 16 (il y a même le lien…), ce sont historiquement les premières utilisées ; comme le dit TTE, pour gagner de la place, évidemment.

(edit) Pour enregistrer du 20.000 hertz, échantillonner à 200.000 hertz, ce n’est pas trop.

31)
jdmuys
, le 14.03.2009 à 12:22
[modifier]

Il faut bien dire que les méthodes de type Lempel Ziv ne sont pas applicables à la musique. Pour la musique il y a aussi des méthodes sans perte. La plus connue est probablement FLAC . iTunes propose la sienne. Elles permettent en gros de gagner un facteur 2 en taille.

La nécessité de compresser devient moins pressante de jour en jour. Déjà, il devient possible de s’en abstenir avec un gros disque dur à la maison. Bientôt, on peut imaginer ne plus en avoir besoin sur un portable, et un jour cette nécessité disparaitra même pour les mobiles et les baladeurs.

Au passage, j’ai acheté la MaJ de SRS iWow 3.0 pour $5.00 par MacUpdate. Non que je l’utilise, mais un peu comme au poker, quand on paie “pour voir”

32)
Fabien Conus
, le 14.03.2009 à 13:47
[modifier]

Merci unna, je me sens moins seul.

En tout cas, si vous achetez ce logiciel c’est à vos risques et périls.

33)
Didier
, le 14.03.2009 à 15:15
[modifier]

vous êtes un peu hors sujet ysengrain. Comme cela a été relevé, le logiciel présenté s’applique à enrichir des fichiers déjà compressé que l’on écoute sur du matériel disons limité. Donc ne comparons pas l’incomparable, perso iWow m’accompagne depuis longtemps et ce sera difficile de revenir en arrière. De la même manière que je n’utilise aucun artifice lorsque j’écoute un CD sur ma châine hifi

34)
Didier
, le 14.03.2009 à 15:21
[modifier]

à part cela je suis encore sous la version 2, qu’apporte de plus cette nouvelle version ?

merci

35)
François Cuneo
, le 14.03.2009 à 16:28
[modifier]

Et si on parlait du déploiement de moyens de certains pour faire de la photo? ;-)

J’y pensais en écrivant le commentaire.

Mais attention, je ne reproche rien à ceux qui adorent la Hi-Fi (d’ailleurs j’en ai été longtemps à l’époque)!

Jamais je dis moi par exemple qu’il est impossible de prendre des bonnes photos avec un crouille appareil!

Qui n’arrête pas de dire que les photos d’Iris (ta femme donc) sont extraordinaires, alors qu’elle a un appareil qui date et qui ne correspond pas à mes minima actuellement?

Jamais je ne dirai que tout ceux qui font des photos avec des compacts sont déformés du viseur! Par contre, j’ai un peu l’impression qu’on passe pour un petit demeuré si on apprécie l’AAC!:-)

36)
François Cuneo
, le 14.03.2009 à 16:32
[modifier]

Didier, je ne sais pas vraiment ce qu’il y a de plus à part une interface agréable, et la certitude que les updates seront sur cette version.

Par contre, il y a le mode “Auto” qui a disparu, et qui doit être remplacé par “Général”. Je ne sais pas si ce dernier était déjà présent dans la v2, je ne me rappelle plus.

37)
François Cuneo
, le 14.03.2009 à 18:38
[modifier]

Je pense aussi…

Pour écouter de la musique au casque, pour écouter de la musique en se concentrant devant une belle chaîne Hi-Fi, avec un beau triangle entre nos oreilles et les HP, il faut déjà ne pas avoir d’enfants…

Quand on en a, eh bien on et bien content de pouvoir écouter de la musique en bagnole! Ou au bureau, ou je ne sais pas, n’importe où, mais pas à la maison.

38)
CHD
, le 14.03.2009 à 18:44
[modifier]

Pour répondre au post 30 de Kermorvan, oui il y a de nombreuse raisons pour échantillonner largement au delà de 40 kHz (soit 2×20 kHz comme spécifié par le théorème de Shannon pour un signal limité à 20 kHz en fréquence).

Pour commencer, cette limite de 20 kHz est arbitraire et finalement pas très adapté pour une bonne oreille. Car, en réalité, cette “limite” dépend fortement du paysage sonore, tout comme le pouvoir séparateur de l’œil dépend fortement du contraste de la scène (e.g. il est possible de repérer à plusieurs mètres un cheveu sur un fond blanc lumineux).

L’oreille ainsi que le reste du corps offre une perception consciente mais aussi inconsciente du son… cette dernière ne doit pas être négligée au nom de la première et d’un théorème mathématique aussi puissant et élégant soit-il. Par exemple, les bandes son des films a suspens arrivent très bien à contrôler en douce le rythme cardiaque du spectateur afin de préparer les effets de surprise (en sémiologie on parle de stimuli subliminaux).

Comme précisé dans les interventions précédentes, pour être numérisé le son doit être discrétisé, c’est-à-dire échantillonné à la fréquence de Nyquist-Shannon (et c’est un minimum car sinon on retrouve un artefact équivalent à celui du moirage en photographie). Donc pour pouvoir être échantillonné à 40 kHz un instrument tel qu’un piano devra être préalablement limité à 20 kHz par un filtre passe-bas. Or un tel filtre n’est jamais parfait et altère inévitablement les hautes fréquences. Travailler au delà de 20 kHz permet donc de repousser ce problème dans l’inaudible.

En plus d’être discrétisé, le son doit aussi être quantifié… or cette étape revient à bruiter l’ensemble du spectre (un peu comme un bruit blanc). Une fois encore, échantillonner au delà de la limite théorique est une astuce qui permet de diluer une grande partie de l’énergie de ce bruit dans des fréquences inaudibles, sachant que plus la résolution de quantification est élevé et moins ce bruit est fort (i.e. principalement confiné aux hautes fréquences).

Si l’on veut travailler l’enregistrement en post-production, il faut aussi se donner de la marge car à chaque manipulation d’un signal numérique il peut se produire des erreurs d’arrondi, des rotations de phase, etc. C’est d’ailleurs exactement la même chose en photographie puisque, avant toute autre manipulation, on passe l’image en 16 bits ou 32 bits par canal de couleur afin de retarder la postérisation des aplats. De même, cette image aura idéalement la meilleur résolution spatiale possible avec comme limite pratique le fait que de trop petits sensels produisent plus de bruit et risquent ainsi de ruiner les efforts fait du coté de la quantification. Ce compromis entre la fréquence d’échantillonnage et la résolution de quantification se retrouve bien évidement avec le son.

Enfin – et surtout – l’objet du théorème de Shannon est le signal à enregistrer. Or le gamut d’un piano est-il limité a 20 kHz ? Bien sur que non ! Donc il est normal d’échantillonner beaucoup plus en production et, comme on vient de le voir, de monter encore d’un cran en post-production. Donc cette limite de 20 kHz ne concerne finalement que le signal finalisé et à restituer via… un CD. Sauf que dans l’absolu, le CD (format PCM à 44,1 kHz et 16 bits) n’a pas suffisamment de marge pour pouvoir garantir que tout signal “audible” soit fidèlement restitué (i.e. sans compression de dynamique, bruit de quantification, rotation de phase, …). En ce sens le CD est déjà un format avec perte. Comme en plus, le CD est totalement dépassé en terme de spatialisation, il serait même temps d’échanger ce vénérable ancêtre pour un de ces nombreux formats, tel que le DVD-Audio (format PCM à 192 kHz et 24 bits) ou le Super Audio CD (format DSD à 2,8244 MHz), qui partagent tous une bonne résolution, une bonne dynamique, etc, etc, etc. On est bien au 21e siècle, non ?

Et pour ajouter ma pierre au débat, disons que tout dépend de la qualité de la restitution (qui est un problème tout aussi complexe et délicat que celui de l’acquisition). Pour les i-bidules, un MP3 ou un AAC de bonne facture sera très bien adapté (avec cependant un effet pervers sur la production musicale qui épouse de plus en plus les limites de ce type de média). Par contre, le mettre dans du matériel très haute fidélité mettra en évidence tout les artéfacts (parfois violent) induit par le filtrage, la compression, etc. A l’image d’un furoncle sur le nez d’un top-model, vous ne “verrez” plus que ça.

Sinon une ch’tite remarque par rapport aux posts précédent, la dynamique et la résolution sont deux notions à ne pas mélanger même si, bien sûr, l’une ne va pas sans l’autre pour avoir un signal numérique de qualité.

De manière générale, faire le parallèle entre le traitement du son et celui de l’image est une très bonne idée, puisque cela permet de “visualiser” les choses. Ce n’est pas par hasard que l’on parle de bruit blanc, rouge, rose, etc.

39)
ysengrain
, le 14.03.2009 à 19:58
[modifier]

@ François: Tu vois, on est parti de “musique” diffusé via iTunes. J’ai un peu (beaucoup) forcé la note concernant les formats de reproduction sonore, et nous voici complètement ailleurs, dans le théorème de Nyquist-Shannon .

Madame Poppins, tu suis ?

C’est super cuk, on se laisse aller dans le courant des commentaires et ça devient une encyclopédie.

Bon, c’est pas tout ça, on parle de quoi maintenant ? ;-DDDDD)))

40)
CHD
, le 14.03.2009 à 21:09
[modifier]

Oui, mes efforts de pédagogue sont généralement vains, même si je m’arrête toujours aux premiers signes de migraine dans l’auditoire :-)))

42)
CHD
, le 15.03.2009 à 12:45
[modifier]

Un lien sur la compression dynamique dont l’analyse va dans le sens de ceux qui affirme que la production musicale s’adapte pernicieusement (?) aux limites des formats couramment utilisés.

Bon c’est sûr que le DVD-Audio (format PCM à 192 kHz et 24 bits) ou le Super Audio CD (format DSD à 2,8244 MHz) ne sont peut-être pas très utile pour écouter de la ‘zic formaté pour le web.

43)
pat3
, le 15.03.2009 à 16:24
[modifier]

J’ai déjà eu ce débat sur les bonnes conditions d’écoute de la musique, qui dérive immanquablement sur la bonne musique, terrain mouvant de la doxa esthétique. Il m’énerve à chaque fois, et j’aimerais apporter ma contribution à ce que cesse les faux-semblants pseudo-techniques.

D’abord, l’illusion des bonnes conditions techniques d’écoute est grande: les morceaux de classique qu’on écoute en se délectant dans son home auditorium silencieux n’ont pas été conçu pour ce genre d’écoute. Ni les requiems, ni les pièces de chambre n’étaient jouées dans des pièces absolument prévues pour, et tout ingénieur du son vous dira le cauchemar en quoi consiste la sonorisation et/ou la prise de son d’un château ou d’une église. La première exploitation du téléphone a été de permettre d’écouter à distance les opéras auxquels les riches abonnés ne pouvaient pas se rendre: je ne vous dis pas le rendu acoustique! Et pourtant, le service était exclusivement réservé aux amateurs éclairés :-)

Un débat identique a eu lieu à l’avènement du CD, vous vous souvenez? Que l’échantillonnage allait tuer les bons enregistrements que permettait le vinyl (oui, les petits craquements de nos chers vieux disques étaient même un argument d’humanité sonore). Certains vantaient même les qualités des retransmissions d’opéra de radio-france, jusqu’à ce qu’on ait l’explication technique qu’en radio, à l’époque, on était très en deçà de la qualité du plus mauvais des CD.

Quand on a éliminé le pseudo-débat technique (que je veux bien entendre d’ingénieurs du son, mais après…), que reste-t-il? l’élitisme… Il n’y a pas, et il n’y a jamais eu d’autre débat sur la qualité d’écoute de la musique, que celui-là: quelle est la musique à écouter qui me distingue de la musique populaire, et fait de moi une élite, férue d’esthétique jusqu’au fond des oreilles?

Je ne fait pas partie de cette élite, et n’en ai pas la moindre envie: cette élite n’a ni voisin, ni enfant, ni terrain d’aviation pas trop loin, et n’habite sans doute pas en ville, si ce n’est à l’abri derrières ses quadruples vitrages. Déjà, ça sélectionne, au niveau de l’environnement familial, social et économique. Ou alors, et j’en connais, il faut être un tyran familial pour bénéficier du confort d’écoute minimal pour apprécier LA musique qui nous mène aux cieux (enfants et bobonne réduits au silence religieux: Papa ÉCOUTE de la musique). Pourtant, les musiciens de mon entourage bossent au casque, parfois sur leur Mac, et se passent entre eux des enregistrements MP3 pour se faire écouter leurs dernières interprétations, quel que soit le genre. Bref, cessons-là avec ces arguments spécieux.

Pour finir, j’ai iWow 2 et suis d’accord avec François, ça donne vraiment une bonne impression sonore, par rapport au pauvre son d’origine de nos macs. Mais comme la question a été posée: quel intérêt de passer d’iWow 2 a iWow 3? Y a-t-il une amélioration dans le traitement du son? Et aussi: le mode auto d’iWow 2 fonctionnait très bien, et après avoir bidouillé beaucoup pour essayer de créer mes propres réglages, j’ai abandonné. D’un morceau à l’autre, il faut recommencer, ce qu’iWow 2 fait automatiquement. Du coup, je doute, pour iWow 3…

44)
levri
, le 15.03.2009 à 16:54
[modifier]

@ CHD : depuis quelques années la majorité des “remasters” est encore plus compressée que les pressages originaux et leur niveau est plus élevé. Musicalement ce n’est pas très agréable et c’est très mauvais pour la santé des oreilles. L’oreille peut supporter des sons de niveau très élevé pendant une très courte période, mais peut être irrémédiablement endommagée par des sons à un niveau constant beaucoup plus faible, ce qui est caractéristique des procédés de compression dont il est question ici.

45)
fabricepsb
, le 15.03.2009 à 17:37
[modifier]

au diable les usines à gaz inutiles et faites place à iTunes Volume Logic. Ce n’est pas un logiciel mais un plugin qui ne nécessite quasiment aucun réglage. Ce plugin est très efficace et booste les MP3 sans déformer le son d’origine. C’est très dure de s’en passer quand on l’a utilisé. Le seul hic : le support technique est quasi inexistant et les mises à jour peu fréquentes. En tout cas il marche avec iTunes 8.1 sous Leopard 10.5.6

46)
denisbalibouse
, le 15.03.2009 à 18:31
[modifier]

Perso j’utilise Volume Logic var je suis en 10.4 et je note une “amélioration” du bruit qui sort de mes mini colonnes … ;-)

47)
CHD
, le 15.03.2009 à 19:51
[modifier]

@ Levri : c’est vrai cela peut finir par créer un problème de santé publique, exactement comme il y a de plus en plus de jeune en surpoid. Et difficile d’y échapper, la dernière fois que je suis allez au cinéma, je me suis senti agressé par le niveau sonore à chaque scène d’action, dommage que je n’avais pas de télécommande ;-). Bon c’est sur on est loin de l’onde de choc produite par une grosse fusée pyrotechnique capable de déclencher les alarmes des voitures à plusieurs centaines de mètres (ça ne rate jamais à Cannes pendant le festival pyrotechnique), mais après pour avoir vu le montage de la scène des Eurockéennes de Belfort, j’imagine sans mal l’énergie que les spectateurs du premier rang doivent se prendre dans les poumons et accessoirement dans les oreilles (mais vraiment accessoirement car à se stade on peut tout aussi bien écouter la musique par les pieds). Personnellement, je n’ai jamais testé, mais à l’époque j’habitais à plus de 30 km et je pouvais reconnaitre les morceaux joués ! Ceci dit, dernièrement j’ai été agréablement surpris de trouver sur Deezer une campagne de prévention informant des dangers d’une telle écoute.

@ pat3 : tu peux donner des exemples de “faux-semblants pseudo-techniques” ? C’est assez fort comme terme, non ?