Profitez des offres Memoirevive.ch!
Dixit

Comme l’année passée avec Marrakech, je vais vous présenter cette année l’As d’Or de l’année. Rappelons que l’As d’Or est un prix français décerné l’or du Festival de Cannes des jeux.

Introduction

J’avais décidé bien avant que le jeu ne gagne le prix de vous en parler, car Dixit est tout simplement génial. Comme je l’ai lu ici ou là sur le net, Dixit est un OLNI (objet ludique non-identifié) qui ne peut être classé dans aucune catégorie de jeux.

image

Photo fournie par la maison d’édition du jeu Libellud

Les règles sont très vites expliquées et même des personnes ne jouant pas du tout tomberont sous le charme de Dixit. Un exemple parmi d’autres, mes parents qui ne sont pas joueurs, me demandent à présent d’amener “le jeu avec les images” (Dixit donc) ! Lors des soirées jeux que nous organisons avec Joca, il n’est pas rare de voir plusieurs parties de Dixit en parallèle et ce tout au long de la soirée.

Le principe est très simple, mais il vous faudra de l’imagination pour pouvoir gagner (mais en fin de compte, gagner ou perdre dans ce jeu, on s’en fiche royalement).

Vous avez donc en main des cartes représentant des illustrations, toutes différentes. Il vous faut trouver un mot, une phrase, une expression, un mime qui vous permettra de faire deviner aux autres joueurs quelle est votre carte parmi les autres.

image

© Joca.ch

Vous vous doutez à présent que c’est bien les illustrations qui tiennent un rôle primordial dans la réussite de ce jeu. Les dessins sont simplement splendides et regorgent de tellement de détails qu’il est possible de décrire sa carte à chaque partie en donnant des indications différentes.

Tout d’abord, pour le plaisir des yeux, voici quelques exemples de cartes. Je vous expliquerai ensuite exactement comment fonctionne le jeu.

image

N’hésitez pas à cliquer sur l’image pour voir les cartes en grand

Mise en place

Les 84 cartes sont mélangées et 6 cartes sont distribuées à chacun des joueurs. Ceux-ci reçoivent également des cartons de votes numérotés. Par exemple, s’il y a 4 joueurs, chaque joueur recevra les cartons de votes numérotés de 1 à 4 d’une couleur différente pour chacun des joueurs. Tous les pions “lapin” qui servent à marquer les points sont placés sur la case 0 de la piste des scores (le seul défaut du jeu d’ailleurs : un plateau de score très peu pratique!)

image

En arrière-plan, on voit la boîte où les lapins tiennent miraculeusement debout pour une fois :-)
© Joca.ch

Les règles

Un joueur observe ses 6 cartes et en choisit une qu’il pose face cachée devant lui. Il donne ensuite une indication sur sa carte aux autres joueurs (un mot, une phrase, une onomatopée… ce qu’il veut).

image

© Joca.ch

Les autres joueurs regardent les 6 cartes qu’ils ont dans leurs mains et choisissent la carte qui se rapproche le plus possible de la définition donnée par le premier joueur. Quand ils ont choisi, ils posent la carte face cachée au centre de la table.

image

© Joca.ch

Le premier joueur ramasse toutes les cartes, les mélange et les dispose sur une ligne face visible (la première carte étant la numéro 1, la deuxième carte la numéro 2, etc.).

image

© Joca.ch

Les autres joueurs doivent à présent essayer de deviner quelle est la carte du premier joueur. Pour cela, ils prennent leurs cartons de vote et posent devant eux face cachée le numéro de la carte qu’ils pensent être celle du premier joueur.

image

© Joca.ch

On retourne ensuite les cartons de vote et on regarde qui a trouvé.

image

© Joca.ch

On distribue à nouveau une carte face cachée à tous les joueurs et c’est le joueur suivant qui devient “premier joueur”.

Le jeu se termine lorsque la pioche de cartes est épuisée.

Comptage des points et subtilité du jeu

Toute la subtilité du jeu se trouve dans le comptage des points car le but du jeu n’est pas seulement de faire deviner sa carte. En effet, si tout le monde trouve la carte du premier joueur, le premier joueur ne marque pas de points !

Ce qui veut dire que l’indication qu’il aura donné pour décrire sa carte ne doit pas être trop évidente. Si la carte représente un chevalier en armure et que le joueur dit : “chevalier en armure”, tous les autres joueurs vont certainement trouver de quelle carte il s’agit et ainsi le premier joueur ne marquera pas de points.

Il faut être plus subtile… mais pas trop quand même ! Car évidemment, si personne ne trouve la carte, le premier joueur ne marque pas de points non plus !

Du coup, voici comment se fait le comptage des points :

  • Si tout le monde a trouvé la carte du premier joueur, ce dernier ne marque pas de points. Tous les autres joueurs marquent 2 points.
  • Si personne ne trouve la carte du premier joueur, ce dernier ne marque pas de points. Tous les autres joueurs marquent 2 points.
  • Si un joueur au moins (mais pas tous) trouve la carte du premier joueur, ce dernier marque 3 points ainsi que celui (ou ceux) qui a trouvé.
  • De plus, si un joueur vote pour ma carte, je gagne 1 point.

Évidemment, il est interdit de voter pour sa propre carte.

Exemple (spéciale dédicace à mon beau-père)

Nous nous sommes retrouvés dans la situation suivante : mon beau-père nous dit “Théodore Roosevelt, président des Etats-Unis et chasseur”.

Voici (à peu près) les cartes qui sont apparues.

image

Au final, une personne avait voté pour la bonne carte, la troisième (les nounours aux USA s’appelant Teddy en hommage à Théodore Roosevelt). C’était donc suffisant pour lui pour gagner 3 points, ainsi que pour la personne qui avait trouvé.

Tous les autres joueurs avaient voté pour la carte numéro 2 car ils avaient croché sur le mot chasseur plutôt que sur le nom du président !

Le joueur qui avait placé la carte 2 a gagné 3 points car 3 joueurs avaient voté pour sa carte.

Conclusion

En résumé, Dixit est un jeu où il vous faudra avoir de l’imagination pour faire trouver votre carte, mais il faudra également savoir jouer de subtilité et ne pas donner un mot trop compliqué afin de ne pas se trouver dans la situation où personne ne trouve la bonne carte.

Même si le jeu peut sembler très simple, il n’est à mon avis pas conseillé aux enfants de moins de 8 ans (et encore c’est limite). En effet, ils risquent de donner des mots trop terre-à-terre et de donner des indications trop évidentes.

Les règles complètes en français

Didacticiel sur un tour de jeu

Dossier de presse du jeu

Fonds d’écran basés sur les illustrations des cartes

3 à 6 joueurs, 30 à 45 minutes, à partir de 8 ans, environ 26 €

13 commentaires
1)
Franck Pastor
, le 19.02.2009 à 08:56
[modifier]

Voilà le type même de jeu dont je raffole : de ceux qui garantissent l’ambiance lors des soirées en groupe d’amis. Adopté ! Merci !

En ce moment, ma dulcinée tient à me faire jouer à Citadelle. Un autre genre. Qui connait ?

3)
François Cuneo
, le 19.02.2009 à 10:20
[modifier]

J’avais un peu peur que l’on commence à se trouver avec des mots types pour chaque carte, que l’on connaîtrait très vite (et vive un supplément de cartes dans ce cas).

Mais le système de comptage nous oblige presque à devenir de plus en plus inventif il me semble.

Superbe système de comptage de points!

4)
Fabien Conus
, le 19.02.2009 à 10:55
[modifier]

C’est pas pour me lancer des fleurs, mais le seul à avoir trouvé le nounours de mon papa c’était moi !

5)
zit
, le 19.02.2009 à 11:21
[modifier]

Ah, oui, ça a l’air bien, ce jeu là. Ni trop compliqué, ni trop facile. Et puis c’est vrai que les illustrations sont jolies…

z (y z’ont l’air de bien s’amuser sur la photo en tout cas, je répêêêêêêête : moi aussi, j’aime bien m’amuser)

6)
rolando
, le 19.02.2009 à 12:07
[modifier]

La règle du comptage est proprement géniale. Elle induit toute la richesse du jeu et force l’imagination. Je cours le chercher.

C’est pour la même raison que je trouve (sans jamais y avoir joué) que le rugby est le jeu collectif le plus ou un des plus passionnants. La règle qui dit que pour aller de l’avant on ne peut passer le ballon que vers l’arrière est aussi un trait de génie. ça conditionne tout.

7)
Nouwanda
, le 19.02.2009 à 14:08
[modifier]

Ça à l’air bien sympa effectivement. A essayer

Nouwanda

8)
Fabien Conus
, le 19.02.2009 à 14:22
[modifier]

Je cite ma douce Puzzo qui ne peut pas commenter depuis le boulot:

Caplan : tu peux acheter les peintures originales de l’illustratice Marie Cardouat. Le lien est sur le site de l’éditeur. Par là http://www.libellud.com/commander.htm

Et si tu ne veux pas dépenser d’argent, tu peux toujours te rabattre sur les quelques fonds d’écran à disposition.

François, Rolando : c’est effectivement le système du comptage de points qui fait toute la richesse de ce jeu (avec les illustrations évidemment). Du coup, si on joue toujours avec les mêmes joueurs, on devra redoubler d’imagination de partie en partie.

Fabien : ça va, la tête est pas trop grosse ? ;-)

Franck : J’aime beaucoup Citadelles. A chaque début de tour, tu choisis un rôle parmi des personnes qui ont chacun un pouvoir différent. Le reproche que j’entends souvent sur ce jeu c’est justement que lorsque tu choisis, si tu tombes sur un joueur qui est très lent, ça devient vite ennuyeux. Perso, j’ai toujours beaucoup de plaisir avec Citadelles. D’autant plus qu’il se joue jusqu’à 8 personnes ce qui est bien pratique..

9)
Zallag
, le 19.02.2009 à 18:38
[modifier]

Très joli, j’aurais aussi dit l’ours… Mais tout le monde ne connaît pas l’histoire du président qui demanda qu’on libère l’ours qui lui avait été pratiquement offert par ses hôtes au bout de son fusil.

On peut même, on dirait, calibrer ses indications pour favoriser tel ou tel joueur uniquement. Dixit est très fin, vraiment.

Ce genre de jeux devrait entrer dans le domaine scolaire. J’ai toujours imaginé que de telles activités, tout comme les mots-croisés, stimulent de manière gigantesque la réflexion, la subtilité de tous. J’ai l’impression que chacun pourrait y jouer, avec sa culture, sa curiosité, sa tournure d’esprit, en fin de compte avec sa manière de s’en tirer selon ses propres ressources.

11)
JérômeC
, le 19.02.2009 à 21:35
[modifier]

il a l’air très bien ce jeu. En quel honneur n’y ai-je encore jamais joué ?

Rontudju ! Trahison !

12)
JFC
, le 19.02.2009 à 22:51
[modifier]

À propos de l’

.Exemple (spéciale dédicace à mon beau-père)

Il s’agit là de l’aperçu d’un moment intense de la vie de notre famille (!). Mais l’intérêt de cet exemple c’est qu’il souligne combien le choix de l’indice caractérisant la carte et son «efficacité» dépendent des joueurs en présence et de ce qu’ils peuvent avoir comme références communes. Cela se renouvelle et change à chaque partie. C’est là, à mon sens, que se trouve cachée la richesse essentielle de ce jeu.

…jusque (Attention, voici un nouvel aperçu de cette fameuse partie) dans les situation où deux joueurs (les mêmes que ci-dessus, donc) font en même temps la même confusion (Reality Show au lieu de Truman Show) et parviennent donc ainsi à se comprendre… et à marquer !

Le dit-beau-père :

JFC

13)
Puzzo
, le 20.02.2009 à 07:07
[modifier]

En quel honneur n’y ai-je encore jamais joué ?

Promis, on l’amène le 14 mars avec Dominion :-)