Profitez des offres Memoirevive.ch!
Encyclopaedia Universalis 2009 ou Wikipedia?

Encyclopædia Universalis est sortie en version 2009 il y a quelques semaines. J'ai reçu ma mise à jour juste avant Noël, pour une centaine de francs suisses.

J'ai déjà parlé à plusieurs reprises d'Encylopaedia Universalis (faites une recherche sur "Universalis" dans le champ de recherche), de la v4 à la v8. Et puis, je n'ai jamais réécrit d'article à propos de cette encyclopédie qui changeait à chaque fois d'interface, qui posait pas mal de problèmes sur Mac, et qui, dans sa version 2008, était toujours fournie en application PowerPC.

Un comble tout de même non?

Je me suis dit que j'allais arrêter de donner chaque année cent francs à l'éditeur de cette œuvre tout de même assez grandiose, un peu lassé de ses lenteurs, et du fait que tout compte fait, cette encyclopédie n'était pas tellement mise à jour, au niveau du contenu, sur les articles qui m'intéressaient (j'ai toujours eu des points de repère que je regarde à chaque fois, comme certains écrivains contemporains, des textes sur la création de l'univers, et quelques autres).

Il faut dire que pendant ce temps, une autre œuvre pour le moins étonnante avait vu le jour, je veux parler de Wikipedia, totalement gratuite (même si l'on insiste un peu ces jours pour que l'on fasse un don, ce que je me suis empressé de faire, soit dit en passant).

Vous le savez, Wikipedia, c'est, selon l'appel lancé par Jimmy Wales, fondateur de Wikipedia, et qui explique ici pourquoi il est nécessaire de trouver 6 millions de dollars par année pour faire tourner le système:

image

Jimmy Wales

  • 150'000 bénévoles
  • 11 millions d'articles rédigés en huit ans et dans 256 langues (dont 745 706 en français!, à l'heure où j'écris ces lignes)
  • 275 millions de personnes qui consultent le site par année

Tout cela sans la moindre publicité.

Or il faut bien payer les serveurs, l'infrastructure, et les 23 employés (seulement!) qui permettent à l'aventure de continuer, à l'œuvre de grandir.

Mais bref, mon but n'est pas ici de faire en sorte que vous donniez de l'argent à Wikipedia, vous êtes assez grands pour savoir si leur service vaut un minimum de soutien ou pas en rapport avec ce que vous l'utilisez.

Mon but est de me demander s'il vaut encore la peine de "soutenir" l'Encyclopædia Universalis, sachant qu'un service sensé être équivalent est fourni par Wikipedia sur le Web.

D'abord, pourquoi j'ai tout de même fait l'acquisition d'Universalis 2009

Oui, très bonne question.

image

D'abord, parce que j'ai de la peine à me détacher de mes habitudes. Depuis plus de dix ans, j'ai Universalis que je mets à jour à chaque fois. Donc le poids des habitudes…

Mais comme je l'ai écrit plus haut, j'avais plus ou moins décidé de m'arrêter avec la version 2008.

Or cette nouvelle version 2009 (appelée "Encyclopædia Universalis, la nouvelle édition", la quatorzième du genre) vaut tout de même le détour pour deux raisons principales:

 

  • enfin, ENFIN, l'application est Universal (pour un produit portant ce nom, c'était la moindre des choses, et qu'est-ce qu'il n'a pas fallu attendre…)
  • il s'agit cette fois d'une évolution en profondeur selon l'éditeur, non seulement au niveau de l'interface, mais aussi du contenu, qui profite de l'énorme travail qui a été fait pour mettre à jour l'édition papier (n'oublions pas que cette version est toujours un must au niveau français): 7'000 auteurs certifiés ont planché sur cette mise à jour de fond en comble nous dit-on.

 

Une installation un peu lourdingue

Tout d'abord, l'installeur est assez ancien au niveau de l'interface, mais bon, ce n'est pas trop grave.

Deux choix sont proposés: installation minimale ou complète:

image

Le problème, c'est que je suis à 99% certain d'avoir demandé l'installation minimale, qui a pris énormément de temps… ce qui est assez normal puisqu'à la fin de la procédure, je me suis retrouvé avec l'installation complète, et 5.6 Gb sur mon disque dur.

Cela ne me dérangerait pas trop s'il ne fallait pas de temps à autre insérer un DVD (je ne sais pas encore lequel, normalement, nous avons un DVD qui fait office de clé, qui est un DVD que j'ai mis dans une poche spéciale, pour savoir que je ne dois surtout pas le jeter, ce qui m’était arrivé une fois).

Cela dit, pour l'instant, le programme ne m'a strictement rien demandé. On verra s'il le fera (j'en suis pratiquement sûr!) dans une quarantaine de jours.

Finalement bon, je garde l'installation complète, on verra bien.

L'interface et le confort d'utilisation de la nouvelle Encyclopædia Universalis

Vous lancez ensuite votre Encyclopædia Universalis, et il vous faudra attendre (à chaque lancement donc), une bonne quarantaine de secondes, et ce, sur un MacBook Pro récent.

C'est un peu long tout de même.

Une fois dans l'encyclopédie elle-même, vous retrouvez une lecture agréable, avec des couleurs très sobres.

Une recherche indexée est disponible, sensée apporter une plus grande finesse dans les résultats, éliminant ce que l'on appelle le bruit (les résultats non pertinents).

Il est vrai qu'une recherche sur Voltaire donne par exemple 444 résultats sans l'utilisation de l'Index, et 33 sur 5 "mots-clé" avec, tous pertinents et centrés sur sa personne et son oeuvre. Alors que dans les 444 résultats, il faudrait trier pour retrouver ces 5 entrées, les autres ne faisant souvent que citer le grand homme.

image

La gestion des données est clairement divisée dans la fenêtre unique. À gauche, nous avons:

image

  1. Les mots-clé proposés par le moteur de recherche;
  2. Le filtre (tri par pertinence ou ordre alphabétique, choix d'afficher les médias, les articles, les cartes, les extraits sonores et j'en passe…;
  3. Les articles trouvés;

À droite, nous trouvons:

image

 

  1. La table des matières de l'article;
  2. Les médias liés;
  3. Les documents liés

Notez encore que le bas de la fenêtre propose des outils pour imprimer, enregistrer les articles au cours des

image

***

image

L'interface des recherches personnelles

Un dictionnaire est même de la partie pour vous expliquer ce qu'éventuellement, vous ne comprendriez pas…

En ce qui concerne l'interface et le contenu d'Universalis, nous trouvons aussi:

 

  • un atlas montrant les cartes physiques et administratives bien fichu

 

image

  • une section "Découvrir" qui vous permet de partir dans des consultations au gré de vos intérêts titillés par des thèmes donnés

 

image

image

Une des planches thématiques proposées… parmi les milliers d'extraits musicaux, littéraires, et expériences offerts par l'encyclopédie.

  • nous trouvons encore une éphéméride sympathique, affichant ce qui s'est passé la date du jour à différentes époques (ben oui, je sais, c'est le but de la chose).

image

image

Certes, Wikipedia ne propose pas d'Atlas (mais à l'époque de Googleearth, est-ce vraiment un manque rédhibitoire?), il est moins "gadget" (certes, les gadgets proposés par Universalis sont sympas, mais quand on a le temps, lorsqu'on cherche un truc, ils ne servent pas vraiment), mais le résultat proposé, avec son sommaire, me semble tout aussi efficace et facile à la consultation. Aussi efficace que les rubriques liées au sujet situées à gauche de la fenêtre d'Universalis.

Du niveau des recherches et de la pertinence des résultats

Les recherches par thème, la découverte, c'est bien joli, mais moi, quand j'ouvre une encyclopédie, c'est pour y trouver quelque chose, souvent de précis.

Or par exemple, lorsque je cherche des renseignements sur l'origine de l'univers, pour mes élèves, je tape par défaut "Création de l'univers".

Résultats d'Universalis?

image

Nous disions donc… 0 résultat avec l'index, et 931 résultats sans lui, qui ne me servent à… rien!

Résultat avec Wikipedia?

image

11 résultats, dont trois me seront directement utiles (et je les repère en trois secondes).

Allez, soyons gentils, deuxième chance. J'entre "Origine de l'Univers".

Le résultat est kif-kif.

Rien chez Universalis qui me serve, mais au moins un document (en tête de liste) qui m'amène sur un article parlant du big-bang chez Wikipedia.

Cet exemple peut paraître anecdotique, peut-être, mais il est le reflet de ce que je ressens lorsque j'ouvre les deux encyclopédies pour y chercher quelque chose. En général, Widipedia m'amène directement à ce que je cherche, alors qu'avec Universalis, ce n'est souvent pas le cas, je suis bien obligé de faire ce constat.

Ce qui me pousse finalement à choisir de travailler avec l'encyclopédie gratuite, qui plus est parce que je travaille très souvent avec Safari ouvert, et que lancer une recherche Wikipedia prend quelques secondes, alors que lancer une recherche Universalis prend bien une minute, sauf si l'encyclopédie est déjà lancée.

Je viens de faire une recherche sur "Lausanne", vainqueur, Wikipedia.

Et allez, sur Anne Cuneo, vainqueur, Wikipedia également. Les deux encyclopédies connaissent bien sûr notre rédactrice, mais chez Wikipedia, ne serait-ce que sa bibliographie est mise à jour, alors que pas encore chez Universalis, et ceci depuis des années.

De la qualité du contenu

D'abord, j'aimerais préciser que je n'ai pas le niveau intellectuel pour qualifier les contenus des deux encyclopédie en général.

Je sais que les universitaires ont un gros faible pour l'Encyclopædia Universalis, notamment dans sa version "papier" à l'époque.

Le problème que je me suis souvent posé, c'est la fiabilité des informations données.

Évidemment, c'est là que le bât blesse (ou pourrait blesser) du côté de Wikipedia.

Unviversalis nous propose des articles de fond qui sont certifiés par des auteurs signant leurs écrits.

Ce n'est pas le cas avec Wikipedia.

Tout le monde a en mémoire des articles modifiés après coup par une société mise en cause, bien évidemment en sa faveur. On retire quelques passages "ennuyeux", on les remplace par d'autres.

Cela dit, les modifications et les publications d'article sont normalement connues du "système" et si vous n'êtes pas enregistré, votre adresse IP est publiée. D'autre part, la communauté a vite fait de signaler des erreurs et des dysfonctionnements semble-t-il.

Les articles, s'ils ne sont pas aussi "sûrs" que ceux d'Encyclopædia Universalis (mais le fait qu'ils soient signés par des auteurs reconnus assure-t-il une exactitude et une vraie objectivité?) sont malgré tout souvent fiables, et les erreurs sont souvent vite corrigées.

Et surtout, la réactivité de la communauté est époustouflante, puisque les mises à jour pratiquement en temps réel sont de mise.

Un auteur sort un nouveau livre? Paf, quasiment dans l'heure, vous êtes sûr de le trouver dans sa bibliographie.

On est très loin de cela avec Universalis.

Un exemple tout simple: au niveau chiffres (section géographie, évolution de la population) pour la Suisse, les chiffres de Wikipedia sont ceux de 2007 (les derniers que l'on peut obtenir), ceux d'Universalis datent de 2004.

Cela dit, il est clair qu'Encyclopædia Universalis ne peut régater avec 150'000 rédacteurs. Mais au final, que cherche-t-on?

Les plus d'Universalis

  • auteurs certifiés
  • interface assez originale et réussie (mais qui change presque chaque année, ce qui est lassant, certaines choses étant abandonnées, alors qu'on les cherche en vain)
  • organisation bien fichue du contenu
  • reconnaissance par les spécialistes de la bonne qualité du contenu, de haut niveau et homogène sur toute l'encyclopédie
  • consultation possible sans connexion Internet, mais depuis une machine précise

Les moins d'Universalis

  • sa lenteur
  • son système de protection (si confirmé, on verra)
  • son manque de réactivité dans les mises à jour
  • je n'ose pas écrire son prix, même si Wikipedia est gratuit. D'ailleurs, ce prix est loin d'être exagéré

 

Les plus de Wikipedia

  • la qualité des résultats obtenus lors d'une recherche
  • sa réactivité dans la mise à jour des données
  • la qualité de son contenu en général
  • le fait que l'on puisse consulter l'encyclopédie de partout (pour autant que l'on soit connecté), même depuis un iPhone (et avec quel confort!)
  • l'organisation bien faite du contenu
  • sa gratuité

Les moins de Wikipedia

Franchement, à part le fait que ses auteurs ne soient pas certifiés, je ne vois pas. Cela dit, j'admets volontiers qu'il s'agit d'un point important.

Et alors, l'année prochaine?

Très franchement, je pense m'arrêter là avec Universalis. Il faudra voir les nouveautés proposées, mais comme la mise à jour est donnée comme massive pour cette "nouvelle édition 2009", j'imagine que les nouveautés de la suivante seront de moindre importance.

Et puis, ceux qui ont acheté la version papier ne la changent pas chaque année ou bien?

Mais surtout, surtout, je me rends compte que mon réflexe est d'aller vers Wikipedia, de plus en plus.

Donc au final, les jeux me semblent faits.

Cela dit, si vous avez des arguments pour me faire rester chez Encyclopædia Universalis, c'est avec plaisir que je les lirai.

69 commentaires
1)
stef_jeubs
, le 05.01.2009 à 01:14
[modifier]

pas sûr que vu de l’intérieur Wikipedia soit aussi irréprochable…

http://traroth.blogspot.com/2008/10/wikipdia-un-bilan.html
2)
Eole
, le 05.01.2009 à 01:19
[modifier]

Je me pose la même question que François quant à l’intérêt réel d’acheter les mises à jour quasi annuelles proposées par EU…

Utilisateur de cette encyclopédie depuis la version 4, j’achetais régulièrement les mises à jour, puis je me suis décidé, vu le prix non négligeable de chacune d’elles, à ne plus acquérir qu’une mise à jour tous les 2 ans seulement. Ce choix est bien sûr également dicté par la montée en puissance de Wikipédia Fr ces dernières années : j’y apprécie particulièrement la qualité et l’exhaustivité du portail consacré à la biologie, par exemple. La version US de Wikipédia consacrée à cette science vient encore compléter les informations disponibles en ligne. Je suppose qu’il en est de même pour d’autres domaines scientifiques. Bien que disponible en totalité sur mon disque dur, je constate que EU fait de moins en moins partie de mes habitudes de travail actuelles qui passent maintenant, presque toujours, par des recherches sur l’Internet et m’amènent donc très souvent à consulter les articles de Wikipédia.

Un rectificatif, François : la version 2008-2009 d’EU est la version 14…

3)
FT'e
, le 05.01.2009 à 01:23
[modifier]

J’utilise également énormément la Wikipedia. Et je la recommande !

Mais parfois, je m’oublie, et je cherche avec Google. Qui me retourne la page Wikipedia qui convient. :)

J’ajouterais donc cette possibilité de recherche “externe” à la Wikipédia à la liste des plus. Google n’étant pas le seul moteur possible par ailleurs.

J’ajouterais également les possibilités de correction aux plus, de même que l’aspect collaboratif de l’oeuvre, plus généralement.

Et enfin, le choix des langues… un article en français est incomplet ? L’article anglais ou allemand est peut-être plus complet.

Il faut rester méfiant, ne pas prendre tout contenu comme vérité. Mais si erreurs il y a, elles sont modestes je pense. Bref, un outil remarquable et une oeuvre humaine assez extraordinaire !

4)
M.G.
, le 05.01.2009 à 01:40
[modifier]

J’avais acheté l’encyclopédie HACHETTE il y a quelques années. C’était lourd !

Pour Wikipedia, que j’utilise très, très souvent : la réelle facilité de consultation – L’unicité de la mise en pages – et surtout la possibilité permanente d’apporter des corrections. Malade de l’orthographe, je corrige systématiquement les fautes que je relève. Deux fois et sur des sujets que je maîtrise bien, j’ai carrément corrigé des énormités.

Cela dit, merci à François pour son avis sur l’Universalis, comme toujours très complet, avec les critiques qui s’imposent. Bref, l’année 2009 commence bien sur CUK ;-)

D’accord avec lui, le prix ne doit pas être un problème si une application répond à nos besoins, surtout s’il est raisonnable.

5)
archeos
, le 05.01.2009 à 01:52
[modifier]

Une réaction d’un contributeur à Wikipédia (d’abord avec le pseudo actuel, puis avec un autre depuis deux ans, total : environ 55 000 contribs). Comme pour les machines à voter, ce sont presque ceux qui connaissent le plus qui s’en méfient le mieux !

En gros, oui c’est formidable (même avis que Traroth), oui c’est faible sous certains aspects (l’entrisme et le noyautage existe dans certains secteurs). Ce n’est pas si rapide que ça non plus dans sa mise à jour (les maires des communes de France élus en mars 2008 sont mis à jour pour environ la moitié d’entre eux). Alors qu’une info à jour de 2004 sur la Joconde ou le rugby ne me gênent pas, l’essentiel sera toujours là.

Après, c’est fiable selon les articles : voir par exemple deux articles opposés sur des sujets proches : Guerre de Vendée et Massacres de septembre. Et là, c’est comme pour n’importe quel support d’information : vérifiez les sources affichées, voire croisez-les si vous avez le temps et si c’est important pour vous. Sur Wikipédia, c’est facile de vérifier les sources, avec les petites notes en bas de pages. S’il n’y en a pas, méfiance, comme je dis dans les formations informatiques que je donne.

’’manque la prévisualisation sur cuk, le carré agrandissable de Safari ne sert à rien’‘

6)
ocmey
, le 05.01.2009 à 07:14
[modifier]

Une chose qui manque dans Wikipedia en français, ce sont les références, pour l’article sur la Suisse, en bas de page l’on trouve 31 notes et références. Les anglophones font bien mieux, 69 notes et références, et la différence est souvent bien plus importantes. Si l’on a un doute sur le contenu de l’article et si les références sont complètes, on a vite fait de voir si l’article vaut la peine d’être pris en compte dans un recherche.

7)
Jean.meyran
, le 05.01.2009 à 08:05
[modifier]

Mes moeux, toussa

Effectivement, le passage par Google (qui renvoie quasi systématiquement sur Wikipedia) permet au moins d’avoir sous la main quelques liens supplémentaires, histoire de confirmer certains sujets pouvant être à caractère polémique (politique, sciences humaines, créationisme aussi)

Bonjour chez vous

8)
Caplan
, le 05.01.2009 à 08:24
[modifier]

François, tu oublies de dire que ce qui te fait choisir Wikipedia, c’est que tu es cité dans les références de l’article consacré à Mac OS X :

;-)

Milsabor!

9)
Le Corbeau
, le 05.01.2009 à 08:53
[modifier]

C’est l’histoire d’un mac qui achète E.u. à son CE (25 euros)et notifie à l’éditeur son refus de recevoir les mises à jour.
Malgré cela il reçoit une facture et un DVD de mise à jour.
pour s’en débarrasser et faire annuler sa facture, il doit donner une adresse mail valide (bonjour la collecte) et retourner le colis à la poste.
Un petit tour sur le net montre une pratique constante par cette société de l’envoi forcé (pourtant puni en France).
Pour cette seule raison, je n’achèterais plus cette encyclopédie

10)
Alain Le Gallou
, le 05.01.2009 à 09:03
[modifier]

J’ai acheté Universalis V11. C’est tellement lourd que j’ai perdu l’habitude de l’utiliser. En fait, cela ne me vient même pas à l’esprit de l’utiliser. Je passe systématiquement par Google qui me renvoie sur Wikipédia.

Wikipédia c’est un accès instantané à la bonne information que je cherche. Universalis, accès lent, menu que je n’ai jamais compris, donc, je trouve rarement ce que je cherche. J’utilise plus.

Sans oublier leur méthode marketing de racket. J’avais acheté v9 ou v10, je me rappelle plus, et reçu en vente forcée la v11. Je n’ai jamais payé, et fait un courrier simple les traitant d’escrocs, leur rappelant la loi sur la vente forcée. Plus jamais eu de relance de payement, ni d’offre.

11)
Droopy
, le 05.01.2009 à 09:12
[modifier]

Puisque l’on parle de mise à jour, aurais tu des nouvelles du développeur de iSort que pas mal ont acheté fin novembre, suite à ton test, et qui s’est avéré inutilisable pour la majorité des utilisateurs. Car pour importer tous n’ont pas le logiciel Tabulo vendu 75 €, mais File Maker Pro. Or l’import s’avère désastreux, et lorsque nous le disions le jour du test, le developpeur réagissait vite en disant de ne pas mettre les commentaires sur les problèmes sur le site de Cuk, mais sur le sien. Comme CUK est lu bien plus que le sien, cela lui permettait sûrement de profiter de la manne financière générée par les achats suite à l’article. Car quand on voit qu’un lascar a gagné 10000 € par jour pendant plusieurs jours avec un soft vendu 0,79 €, et qui ne faisait rien d’autre, mais il ne le prétendait pas non plus, que le bruit d’un prout, on peut imaginer le joyeux Noël de notre developpeur fantôme. Car ses promesses le jour du test de vite mettre d’autres possibilités d’import vers Isort sont pour le moment restés sans effet. Je ne reproche pas à François d’avoir encensé un soft en l’utilisant avec des logiciels exotiques, c’est à nous utilisateurs d’être vigilant, mais l’on pouvait imaginer qu’il fonctionnait avec l’import depuis une des bases les plus utilisés par les utilisateurs Mac. D’ailleurs l’import ne fonctionne pas non plus avec le carnet d’adresse, ou Contactizer, juste avec Tabulo semble t’il. Je ne pleure pas mes 4 €, mais je demande simplement que ce logiciel fonctionne comme l’a promis le developpeur.

12)
Tartopom
, le 05.01.2009 à 09:49
[modifier]

Moi aussi, j’étais fan de l’EU mais peu à peu me suis tourné vers Wikipaedia, me suis aperçu que je n’ouvrais jamais l’EU…

Et puis j’ai aussi été victime de leurs ventes forcées, j’ai eu un mal fou à ne plus recevoir les mises à jour accompagnées d’un bulletin de versement: ça m’a définitivement dégoûté de l’EU.

Il me reste cela dit la version papier que je consulte quelquefois pour un article de fond.

13)
Inconnu
, le 05.01.2009 à 10:16
[modifier]

Il faut dire que pendant ce temps, une autre œuvre pour le moins étonnante avait vu le jour, je veux parler de Wikipedia, totalement gratuite…

L’accès à Wikipédia est effectivement gratuit, par contre son utilisation est bien payante : frais de connexion Internet; ordinateur; énergie; etc…

14)
Smop
, le 05.01.2009 à 10:19
[modifier]

A propos de Wikipedia, et de sa comparaison avec d’autres ressources encyclopédiques, une petite présentation assez intéressante est proposée sur le site de Telecom Lille 1 : Wikipédia et consorts

15)
Guillôme
, le 05.01.2009 à 10:28
[modifier]

N’oublions pas aussi Laroussepedia l’encyclopédie en ligne gratuite de Larousse ;)

Sinon, moi aussi je suis un adepte de Wikipedia, et c’est vraiment génial Internet pour cela. Pour faire le vieillard, à mon époque, pour les travaux d’école on devait mettre la main sur une encyclopédie. J’avais la chance d’avoir des parents qui avaient la Larousse… Maintenant, on a dix fois plus gratuitement et simplement, un bonheur pour les exposés et recherches étudiantesques :)

Et puis, ceux qui ont acheté la version papier ne la changent pas chaque année ou bien?

Exactement! Jamais même. Larousse, d’ailleurs (et sûrement EU) envoyaient à l’époque gratuitement, au bout d’un moment, un volume complémentaire de mise à jour…

Je n’ai aucun problème à payer cher la qualité d’une Encyclopédie comme EU mais :

  • Ne pas pouvoir l’utiliser où on veut et quant on veut sans être sous la menace d’un DVD anti-piratage à insérer rend l’attrait de cette encyclopédie numérique discutable;
  • Être à la merci de mise à jour payante tous les ans pour pouvoir faire fonctionner l’encyclopédie compte tenu des évolutions techniques est scandaleux! Ils devraient dissocier le contenu et le logiciel de lecture/recherche de l’encyclopédie. On achèterait ainsi l’encyclopédie en version x (contenu de telle année) et on bénéficierait des mises à jours techniques gratuites (ou payantes à un prix raisonnable) du logiciel! Lier contenu et logiciel pour le lire me semble inadapté.

Vous lancez ensuite votre Encyclopædia Universalis, et il vous faudra attendre (à chaque lancement donc), une bonne quarantaine de secondes, et ce, sur un MacBook Pro récent.

C’est un peu long tout de même.

Ce n’est pas un peu long, c’est une éternité! C’est scandaleux même! Le logiciel devrait se lancer en un 1/10 de seconde et le reste devrait être instantané! Pas d’accord? On en reparle jeudi, alors :p

Donc au final, les jeux me semblent faits.

A moi, aussi! Malheureusement pour EU, ils risquent de disparaitre en ne sachant pas s’adapter… Larousse avec son Laroussepedia semble, au contraire, prendre le taureau par les cornes ;)

16)
archeos
, le 05.01.2009 à 10:31
[modifier]

l’utilisation [de Wikipédia] est bien payante : frais de connexion Internet; ordinateur; énergie…

Les frais sont les mêmes avec Universalis : frais de livraison, ordinateur, énergie, frais de connexion Internet pour profiter des liens externes….

17)
Caplan
, le 05.01.2009 à 10:32
[modifier]

L’accès à Wikipédia est effectivement gratuit, par contre son utilisation est bien payante : frais de connexion Internet; ordinateur; énergie; etc…

Dans ce cas, si tu veux vraiment pinailler, c’est plutôt l’accès qui est payant et l’utilisation qui est gratuite!…

Milsabor!

18)
Tom25
, le 05.01.2009 à 10:47
[modifier]

L’accès à Wikipédia est effectivement gratuit, par contre son utilisation est bien payante : frais de connexion Internet; ordinateur; énergie; etc…

Tu oublies l’usure la chaise sur laquelle on est assis(e).

je ne connaissais pas le site Larousse mais depuis 5 minutes que j’ai cliqué le lien donné plus haut, la page ne s’est toujours pas ouverte. Sans doute leur serveur croule t’il sous les accès frénétiques des Cukiens en soif de nouvelles connaissances :•) .

19)
archeos
, le 05.01.2009 à 10:58
[modifier]

Larousse en ligne est une vrai arnaque : pour faire du remplissage, ils ont recopié tous ce que la boite a édité depuis 150 ans. À l’ouverture, l’article sur les inondations de Paris en 1911 était un fac-simile du journal Larousse paru immédiatement après. On peut rêver mieux comme article encyclopédique sur un sujet.

20)
Guillôme
, le 05.01.2009 à 11:01
[modifier]

Puisque l’on parle de mise à jour, aurais tu des nouvelles du développeur de iSort

Je pense qu’en lisant son blog et son forum tu en aurais ;)

Je ne veux pas me faire le défenseur d’un développeur que je ne connais pas mais deux remarques s’imposent :

  • Il a sorti une version 1.2 le 30/12/2008 qui corrige les bugs et sûrement ton problème d’import mais il l’a retiré de la vente et une version 1.2.1 est en cours de validation, tu devrais donc être satisfait dans les prochains jours;
  • Le développeur n’est pas libre et dépend de la bonne volonté d’Apple pour les mises à jour. Il y a un processus de validation assez contraignant et il ne peut pas se permettre de sortir une mise à jour tous les deux jours… Donc, devoir attendre 1 mois avant d’avoir une mise à jour disponible sur l’App Store est souvent du fait d’apple et non du développeur ;)

Tout cela pour dire que je pense que ton commentaire avec des allusions sur l’intégrité d’une personne est un peu limite d’autant qu’il a répondu aux commentaires et expliqués certaines raisons techniques crédibles :)

21)
François Cuneo
, le 05.01.2009 à 11:49
[modifier]

Chez moi, iSort fonctionne.

Mais c’est vrai que je travaille avec Tabulo, que je ne peux que recommander, sans compter qu’au niveau de l’iPhone, ils… heu non… rien… je n’ai rien dit.

Pour le reste, il me semble en effet que le développeur a expliqué en long et en large les problèmes rencontrés avec FM.

Cela dit, je comprends que ce soit énervant de ne pouvoir utiliser un logiciel.

22)
Droopy
, le 05.01.2009 à 12:11
[modifier]

Je sais que les MAJ des applis iPhone passent par la validation Apple, mais je synchronise au moins une fois par jour, et je n’ai pas eu la mise à jour du 30 dec, retiré depuis. Quant aux infos sur son blog,elles n’annoncent pas que l’import depuis FMPro en CSV soit résolu. Il était question de permettre d’autres types d’import, d’autant plus que FMPro ne sait pas exporter en CSV en mettant les noms des rubriques comme première fiche. Ce qui est particulièrement nul je le concède. Attendons donc et nous verrons bien si l’on pourra utiliser ce logiciel ou pas.

23)
Inconnu
, le 05.01.2009 à 12:18
[modifier]

Les frais sont les mêmes avec Universalis : frais de livraison, ordinateur, énergie, frais de connexion Internet pour profiter des liens externes….

C’est sûr. Par contre pour les versions “papiers”, le bilan est peut-être un peu plus favorable ?

Dans ce cas, si tu veux vraiment pinailler, c’est plutôt l’accès qui est payant et l’utilisation qui est gratuite!…

Effectivement ! C’est assez difficile à formuler, peut-être que c’est parce qu’au final ni l’accès, ni l’utilisation ne sont gratuits ? CQFD ;-)

Tu oublies l’usure la chaise sur laquelle on est assis(e).

Non, non, c’était inclus dans “etc…”. Toutefois l’usure de la chaise s’applique dans tous les cas, même en étant assis(e) à rien faire ;-)

Je pense qu’il est un peu trop communément admis que Skype, Google, Wikipédia, les emails, et consorts : “C’est complètement gratuit !”. Alors qu’en réalité, ce n’est pas du tout le cas.

24)
archeos
, le 05.01.2009 à 12:38
[modifier]

@Supercopieur : Wikipédia est effectivement gratuit, d’accès comme d’utilisation, tout comme l’encyclopédie Universalis. Les bibliothèques publiques sont là pour ça, avec leurs points d’accès Internet.

Après, personne n’a écrit que l’accès à Wikipédia était gratuit et universel. Tout le monde sait que seulement 55 % des Français sont équipés d’un accès Internet. Mais pour ces personnes, Wikipédia est gratuite. Pour celles-ci comme pour les autres, il faut encore rajouter 139 € au prix de son équipement. La version papier est à 250 € sur Amazon, d’occasion… Et les frais de livraison pour un colis de plusieurs dizaines de kg ne sont pas donnés…

Effectivement, sur le site d’Universalis, la gratuité se paie de publicité, qui t’empêche de lire les 30 premières secondes, un peu comme les 40 secondes de lancement de la version DVD. L’indépendance a une valeur, ce qui fait que je privilégie Wikipédia.

25)
ysengrain
, le 05.01.2009 à 12:47
[modifier]

Le niveau actuel du geek Mac de base est Mac + iPhone.

La disponibilité permanente des Wiki sur l’un et l’autre appareil (Wapedia sur iPhone est gratuit) fait, à mes yeux, pencher la bascule du côté des Wiki …

26)
Inconnu
, le 05.01.2009 à 12:54
[modifier]

@archeos : l’accès illimité à Internet étant payant pour tout le monde sous la forme d’un abonnement mensuel (en tout cas en Suisse), je ne vois pas bien où se situe la gratuité du système ?

C’est un peu comme si j’organisais un spectacle gratuit, mais que je demandais 5 francs à l’entrée de la salle… Le spectacle est bien gratuit, mais pas l’accès au spectacle.

Concernant les bibliothèques, cela a aussi un coût, même s’il est indirect.

27)
Anne Cuneo
, le 05.01.2009 à 13:53
[modifier]

J’ai renoncé à Universalis depuis qu’ils m’ont quasiment forcée à la mettre à jour une fois. Une fois que j’ai eu récupéré mon argent, avec peine, je l’ai donné à Wikipedia. Je sais que certains articles de Wikipedia comportent parfois quelques inexactitudes, mais c’est assez simple à corriger si on les voit, c’est autrement plus largement informé et c’est atteignable par toute personne qui a un ordinateur – en Europe, aujourd’hui, un ordinateur = un accès internet possible, au moins.

Et puis, je parie qu’il y a aussi des inexactitudes dans Universalis. Ils ne sont pas infallibles, ou bien?

Je ne vois pas (plus) l’intérêt d’Universalis dans le contexte actuel.

28)
Tony
, le 05.01.2009 à 14:51
[modifier]

Nous sommes d’accord sur le fait que les pratiques de l’éditeur sont limite et que techniquement il y a des progrès à réaliser. Néanmoins, il me semble qu’il est intéressant d’avoir plusieurs sources fiables d’information. Faut-il encore avoir le temps effectivement, mais pour un travail de recherche digne de ce nom, des références Wiki, web général, EU sont indispensables pour étayer un propos. Par ailleurs, il me semble que cela n’est pas mentionné, mais la Britannica est comprise dans la mise à jour.

29)
pcst
, le 05.01.2009 à 18:05
[modifier]

J’ai acheté plusieurs mises à jour, mais je me suis arrêté… le jour où je n’ai plus trouvé de crack pour le CD de licence. Un guignol de l’éditeur s’est même fendu d’un appel pour comprendre mon point de vue, mais cela le dépassait totalement. Pour lui, il est normal de se promener avec une valise de CDs d’authentification… Luc

30)
Okazou
, le 05.01.2009 à 18:12
[modifier]

Opposer Encyclopedia Universalis et Wikipedia n’a pas de sens. Les mettre en concurrence est franchement destructeur.

À moins de décider autoritairement que les hommes n’ont besoin que d’une encyclopédie et une seule, on ne voit pas bien ce qui mettrait lesdits hommes devant la nécessité de se priver de l’un de ces outils au profit de l’autre. D’autant que chacun d’entre eux répond à des besoins souvent franchement différents.
Selon ses besoins, on se saisira plutôt de l’Universalis ou au contraire on lancera une recherche sur Wikipedia. Il est aisé, par simple comparaison, de constater que le niveau de réponse des deux outils n’est absolument pas le-même. De plus, seule l’Universalis offre une édition papier.
N’importe quel bricoleur saura se saisir du tournevis adapté à la vis qu’il doit fixer (sous peine de ne pas obtenir le résultat escompté) mais il ne saurait plus faire le choix entre deux modèles d’encyclopédie en fonction du problème qui se pose à lui ?

Il y a quelque chose de la démagogie consumériste qui frappe encore une fois ici. Dix marques de brosses à dents proposant vingt modèles « différents » seraient donc, aujourd’hui, mieux admises que la présence, tellement gênante, de deux encyclopédies. Funeste époque où les grands malades de la consommation (qui signent, en toute ignorance, leur propre consumation) veulent faire entrer les biens immatériels et vitaux, comme la culture (ce qui fait que l’homme n’est plus une bête), dans le brouet infâme et sans issue des produits marchands où seule – dit-on – la mise en concurrence peut améliorer les choses.

Mais je crains que ce cas d’école nous en apprenne encore plus sur le degré de déliquescence de ce monde qui va disparaître. Le sentiment qui perdure à la lecture de la prose du jour (exposé et commentaires) apparaît comme un appel à la médiocrité de la pensée unique. De fait, l’Universalis, si elle tire son nom de la connaissance universelle, ne s’adresse pas à un public aussi universel. Contrairement à Wikipedia, beaucoup plus accessible à tout un chacun. Pour autant, quel serait l’utilité d’opposer l’une à l’autre sous le prétexte (ce n’est pas autre chose) que l’une s’adresse à un public beaucoup plus important en nombre ? Il y a comme une demande sous-jacente (mais on la sent bien) de niveler le niveau en abaissant par moultes critiques (mêmes fondées) l’Universalis qui est un chef-d’œuvre rare que nous devons, au contraire, par un acte de solidarité humaine nécessaire, sauver d’une disparition que certains (mais au nom de quoi ?) appellent de leur vœux. Il faut que l’Universalis, trésor de notre culture, devienne un outil que de plus en plus de citoyens consultent. Incitons les jeunes, nos amis, nos confrères à élever le niveau. Refusons que Wikipedia devienne l’unique outil de référence. Tuons cette pensée grise qui veut (au fait, c’est de l’intérêt de qui ?) limiter l’homme dans le développement de sa culture.

J’attends bien sûr les commentaires du style : « Mais il n’a jamais été question de tuer l’Universalis ! » Pourtant, la lecture de ce qui est au-dessus ne laisse guère planer le doute que l’Universalis y est descendue en flèche, considérée comme un vulgaire produit commercial. La seule manière de ne pas nuire à l’Universalis est… de la défendre bec et ongles, comme un citoyen responsable, contre la connerie consumériste.


Un autre monde est possible.

34)
Chichille
, le 05.01.2009 à 19:20
[modifier]

Il faut que l’Universalis, trésor de notre culture, devienne un outil que de plus en plus de citoyens consultent

Et tout ceux qui refuseront iront au Goulag !

Okazou se faisant rare (et moi aussi) je crois bien avoir oublié ma promesse de ne plus lui répondre.

Je me bornerai d’ailleurs à lui faire remarquer que la mort de l’Universalis, si elle survient, ressemblera beaucoup plus à un suicide qu’à un assassinat. Il suffit de lire les commentaires faits ici par les utilisateurs.

Pour ma part, je ne suis pas du tout persuadé de passer de la version 13 à la 14 (ou, si l’on préfère, de la 2008 à la 2009). Je hais le CD stalinien et Big Brotheriforme qui s’y attache, et encore plus la quasi-impossibilité d’entrer correctement dans un sujet quelconque.

En veine de prolixité, j’ajouterai que l’EU souffre depuis ses origines d’un défaut majeur et rédhibitoire : c’est du travail d’universitaires à l’intention des universitaires, pas un document de vulgarisation grand public, ce qu’il est pourtant supposé être. Les contenus des articles sont abscons, mal écrits, à l’usage de spécialistes qui n’en ont pas besoin, paradoxalement incomplets parce que chaque auteur a écrit son petit laïus bien à lui limité à sa spécialité la plus étroite, sans que quiconque se soit préoccupé de rédiger ou faire rédiger les différentes entrées afin qu’elles se complètent les unes les autres autour d’un thème donné.

Pendant longtemps, l’UE a pu faire croire aux lecteurs francophones qu’elle était obligatoire parce qu’unique. Aujourd’hui, la médiocrité de sa conception saute aux yeux des non-déliquescents parce qu’il existe à côté quelque chose de certes imparfait (qu’est-ce qui ne l’est pas, en dehors d’Okazou ?), mais tellement plus proche de ce dont nous avons besoin !

35)
Okazou
, le 05.01.2009 à 19:44
[modifier]

« En veine de prolixité, j’ajouterai que l’EU souffre depuis ses origines d’un défaut majeur et rédhibitoire : c’est du travail d’universitaires à l’intention des universitaires, pas un document de vulgarisation grand public, ce qu’il est pourtant supposé être. »

Où as-tu vu que l’Universalis s’annonce comme une « encyclopédie de vulgarisation ? Et que ce soit du travail d’universitaires pour universitaires (ce qui n’est pas vrai) te gêne en quoi ? Tu oscilles entre mensonges et approximations. Ce n’est pas à ton honneur. Si tu ne mesures pas ce que la disparition de l’Universalis apporterait comme dommages collatéraux, c’est ton problème. On a le droit d’être plus lucide.

Décidément, contrairement au pinard, le temps ne te bonifie pas.


Baffe ! Baffe ! Baffe !

36)
Chichille
, le 05.01.2009 à 19:51
[modifier]

Baffe ! Baffe ! Baffe !

Je constate que les pulsions staliniennes de l’inénarrable Okazou n’évoluent pas, ce qui est tout à fait normal (au moins une chose de normale !)

Je constate également qu’Okazou, vaillant défenseur d’un produit commercial médiocre et cher à la fois, ne voudrait surtout pas qu’il fût accessible à tout un chacun. Le stalinisme c’est bien, mais à condition de ne pas être traité comme tout le monde.

Comme disait Marie-Chantal après son dépucelage : «C’est tellement bon que ça devrait être interdit aux gens du peuple !».

37)
François Cuneo
, le 05.01.2009 à 20:06
[modifier]

Tiens Okazou, tu es de retour.

Toujours aussi étonnant.

Ouaf… j’avais commencé une longue réponse. Je viens de l’effacer.

Je n’ai même pas envie de me justifier.

Tu n’as simplement visiblement rien compris.

Ça suffira comme ça pour moi comme réponse.

Juste un truc tout de même: est-ce que j’ai dénigré le contenu d’Universalis, à part qu’il est mal mis à jour?

Relis.

38)
François Cuneo
, le 05.01.2009 à 20:12
[modifier]

Encore un truc tout de même.

Le gars médiocre qui a écrit cet article, il a acheté toutes les mises à jour de l’Universalis depuis dix ans.

Et sur ces dix ans, il a bien dû en avoir deux en tout (quand on met les bugs des versions les unes derrière les autre) où le programme ne fonctionnait pas.

Pourtant le gars médiocre faisait confiance à chaque fois…

Si ce n’est pas une manière de reconnaître la chose…

39)
Tom25
, le 05.01.2009 à 20:26
[modifier]

Je n’utilise ni Universalis, ni Wikipedia, je n’en ai pas besoin car je sais tout . Mais si un jour j’avais besoin de renseignements, si par le plus grand des hasards je me retrouvais face à une lacune de mon savoir, je pense qu’après avoir lu les commentaires ci-dessus je m’orienterais vers Wikipedia. Donc oui, jusque là, cet article et ses commentaires orientent clairement l’utilisateur vers Wikipedia au dépend d’Universalis.

Je trouve la remarque faite plus haut tout à fait judicieuse. Il est en effet anormal de ne pas avoir les données d’un coté, et le programme permettant de les exploiter de l’autre. Devoir se retaper une version complète parce qu’on change de version de système est exagérée. Surtout que, au pif comme ça, je dirai que les données représentent 90% du prix et le programme permettant de chercher et d’afficher ces données 10%.

Sinon Okazou, même si je comprends bien ton point de vue qu’il faille absolument préserver plusieurs sources d’informations, ce n’est parce que François préfère Wikipedia qu’Universalis va déposer le bilan. Il préfère Nikon à Canon (ou l’inverse je ne sais plus), et Canon n’a pas déposé le bilan. François est grand, François a du poids, François est le guide spirituel de million de consommateurs mais heureusement, pour l’instant du reste, tous ne le suivent pas à la lettre.
Je n’ai pas d’iFaune, je n’ai pas d’appareil photo reflex, et je dois avoir un vieux CD Universalis quelques part.

Note à ceux qui ne sont pas habitués à mon humour : Je déconnais au début de ce message.

40)
Tom25
, le 05.01.2009 à 20:40
[modifier]

Et notons que, POUR UNE FOIS, François donne l’avantage à un logiciel gratuit par rapport à un payant !

Mais Okazou, même si comme à son habitude est un peu … (je trouve pas de mot mais chacun y mettra le sien, certains en mettront même plusieurs ) , n’a pas complètement tord. C’est vrai que des monstres se créent et ce n’est pas forcément une bonne chose. Que se passera t’il quand Google sera tout seul ?

Edit : Quand je disais que je savais tout. Par exemple je sais que “rester zen” ne faisait pas parti de vos bonnes résolutions pour 2009. Faites bouger vos yeux comme mon avatar Mr Patate et tout ira mieux :

41)
François Cuneo
, le 05.01.2009 à 21:20
[modifier]

Bon sang, il ne faudrait pas oublier que Wikipedia, ce n’est pas UNE personne, UNE société, c’est 150’000 bénévoles… Si ce n’est pas la démocratie ça.

Mais je pense qu’Okazou va m’expliquer justement que ça n’en est pas…

42)
Caplan
, le 05.01.2009 à 21:53
[modifier]

Mais je crains que ce cas d’école nous en apprenne encore plus sur le degré de déliquescence de ce monde qui va disparaître. Le sentiment qui perdure à la lecture de la prose du jour (exposé et commentaires) apparaît comme un appel à la médiocrité de la pensée unique.

J’ai trouvé dans Wikipedia un article qui éclaire tes propos.

Il fut un temps où je t’approuvais sur le fond (en partie par provocation). Mais là, excuse-moi, c’est du délire pur et simple…

Milsabor!

43)
Okazou
, le 06.01.2009 à 06:27
[modifier]

J’ai relu texte et commentaires, y compris le mien, qui semble poser problème.

Nul doute que je ne renierai pas mon introduction : « Opposer Encyclopaedia Universalis et Wikipedia n’a pas de sens. Les mettre en concurrence est franchement destructeur. »

La question qui me vient à l’esprit reste : « Mais qu’est-ce qui peut bien pousser un enseignant (désolé, je ne parviens pas à imaginer François autrement) à mettre en opposition et en concurrence l’Universalis et Wikipedia ? Et qu’est-ce que nous avons à gagner à « monter l’une contre l’autre ? »

Que ceux qui doutent de ma raison (paraît que je délire) relisent le texte de présentation (mais sans faire semblant !) Ils y trouveront, outre le catalogue ordinaire des fonctions de l’Universalis numérique, un point de vue franchement positif concernant Wikipedia et clairement négatif pour l’Universalis.

Quand j’aurais assuré le bon peuple cukien que je n’ai rien contre Wikipedia, que j’utilise comme tout le monde (j’ai d’ailleurs apporté ma contribution citoyenne à quelques articles, ne comptez donc pas sur moi pour la dénigrer), nous pourrons passer au point le plus évident concernant les critiques de l’Universalis.

L’Universalis est une encyclopédie de haut niveau qui constitue le plus grand fonds encyclopédique francophone certifié sur la Toile. Accessible sur support numérique, sur support papier et sur la Toile, elle est rédigée et validée par plus de 7 000 auteurs de réputation internationale (20 fois moins que Wikipedia).
Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Wikipedia. Mais j’ai la chance de compter dans mes relations trois de ces auteurs dont un ami proche et, croyez-moi, ils savent de quoi ils parlent et savent également prendre leurs responsablités d’auteur en signant leurs articles. C’est un engagement.

La caractéristique de l’Universalis tient dans la haute qualité des articles traités et je vous invite une nouvelle fois (je suis têtu) à comparer le contenu d’une même entrée dans chaque encyclopédie pour vous faire une opinion.
La richesse de l’Universalis est unique et elle est parfaitement inattaquable sur son contenu (que l’on partage ou pas les thèses des auteurs – je sens que certains ne vont pas comprendre ce point), contenu qui est sa raison d’être.

Or, quelles sont les critiques mises en avant contre l’Universalis ? Des critiques sur le contenu ? Que nenni, évidemment, ou si peu. Non, on critique :

  • L’interface de la version numérique ;
  • Son inadaptation aux processeurs Intel dans sa version 2008 ;
  • Son coût ;
  • Ses mises à jour ;
  • Son équivalence (!) avec Wikipedia ;
  • La lourdeur de son installation ;
  • Le disque-clef à transporter partout ;
  • La lenteur du lancement de l’application ;
  • Le niveau de recherche et la pertinence des résultats ;
  • Le service commercial.

D’ailleurs, je partage la critique sur la plupart de ces points auxquels j’ajouterai ce qui me fait le plus horreur dans cette version numérique : la typographie nullissime. Que je ne trouve pas du tout agréable, contrairement à François.

En revanche, ce que je ne partage pas du tout, et c’est un point de la première importance, c’est la critique de la recherche et de la pertinence des résultats. Encore faut-il savoir aborder une recherche, que ce soit sur du papier, une édition numérique ou une édition HTML.
Une recherche s’effectue en plusieurs vagues, du moins est-ce ainsi que je travaille, on part du plus général pour tendre vers le particulier. Ainsi, une recherche sur l’origine de l’univers s’attaque-t-elle, sur l’Universalis comme sur Wikipedia, par l’entrée Univers qui affiche forcément des corrélats qui, eux-mêmes… Certainement pas par Création de l’univers. En premier lieu parce que, sauf pour les créationistes de fâcheuse renommée, l’univers n’a pas été créé, c’est pourquoi l’Universalis nous sort la Création littéraire qui est, elle, une authentique création, ensuite parce qu’on passe à côté de l’arborescence de recherche qui peut nous ouvrir bien des portes intéressantes.

Quant aux résultats de la recherche sur Anne Cuneo, je vous laisse chercher sur Wikipedia le nombre d’auteurs vivants ou morts pour que vous puissiez imaginer que l’Universalis ne peut pas sur DVD (François disait 5,6 Go) rivaliser avec les monstrueux serveurs de Wikipedia. Ici encore, on compare ce qui ne peut être comparé. Pourtant :

« Cet exemple peut paraître anecdotique, peut-être, mais il est le reflet de ce que je ressens lorsque j’ouvre les deux encyclopédies pour y chercher quelque chose. »

On fait une mauvaise recherche (je ne dis pas qu’on le fait sciemment, je ne suis pas si parano que ça) et on met sur un même plan de comparaison de puissants serveurs et un disque dur de portable. Ça choque un peu.

Mais ce qui me gêne le plus c’est que les critiques listées plus haut (justifiées ou pas elles font efficacement leur travail de sape – ici encore, toute parano mise à part, cette sape a lieu, c’est un fait) ne concernent que le petit côté de la lorgnette, en l’occurrence l’interface et l’intendance, non pas le contenu, dont on s’exonère de la criitique par :

« D’abord, j’aimerais préciser que je n’ai pas le niveau intellectuel pour qualifier les contenus des deux encyclopédie en général. »

Je n’en crois pas un mot. Trop facile comme échappatoire. Comme par hasard, c’est justement le travail qu’il faut faire si l’idée incongrue nous vient de comparer vraiment les deux outils. Parce qu’alors il ne viendra à l’idée de personne de placer sur un même pied le contenu de ces deux encyclopédies et donc de les mettre en concurrence. Elles sont différentes et nous avons tous besoin de ces deux outils.

Juste un mot pour terminer, sur la photo de James Wales qui trône en haut d’article. On met ces temps-ci un peu trop le bonhomme en valeur, y compris sous forme « subliminale ». « A Thank You From Wikipedia Founder Jimmy Wales » qui apparaît sur chaque en-tête de page Wikipedia. Cette mise en avant du « propriétaire » n’est pas saine. Nous disions 150 000 rédacteurs ? Tout le monde les remercie, bien sûr. À n’en pas douter, une tentative de béatification est en cours.


Un autre monde est possible.

44)
François Cuneo
, le 06.01.2009 à 07:26
[modifier]

Juste un mot pour terminer, sur la photo de James Wales qui trône en haut d’article. On met ces temps-ci un peu trop le bonhomme en valeur, y compris sous forme « subliminale ». « A Thank You From Wikipedia Founder Jimmy Wales » qui apparaît sur chaque en-tête de page Wikipedia. Cette mise en avant du « propriétaire » n’est pas saine. Nous disions 150 000 rédacteurs ? Tout le monde les remercie, bien sûr. À n’en pas douter, une tentative de béatification est en cours.

Sur ce point, nous sommes d’accord.

Mais nous sommes soulagés à propos de la santé de Steve Jobs après avoir lu sa lettre au Pommeux.

Donc…

Pour le reste, je chercherai en partant du général la prochaine fois. Tu as peut-être raison.

Mais que ce soit Origine ou Création (mal choisi, OK) de l’Univers, le moteur de Wikipedia s’en sort, pas Universalis.

Et Wiki nous envoie vers le big-bang, donc pas vers des créationistes.

Je répète aussi que j’ai parlé de haute tenue homogène pour Universalis. Donc pour moi, pas de problème, j’ai une grande confiance en leurs écrits, ce qui n’est pas forcément le cas avec Wiki.

Par contre Okazou, nous sommes sur Mac, et la liste des points négatifs que tu as écrite dans ton commentaire compte beaucoup.

Il est clair que quand je cherche un truc, je suis pressé. Et que je me rends compte que je n’utilise plus Universalis parce que son lancement est hyper long, et qu’au bout de celui-ci, il faut encore souvent que je plonge dans ma serviette pour charger le CD de protection.

J’ajoute, pour finir sur ce sujet, que lorsque la version électronique d’Universalis a existé et qu’on pouvait l’acheter en dehors des versions “papier”, je l’ai fait. Et que j’ai toujours rêvé à l’époque d’acheter cette version papier, qui était très chère (ce qui est bien normal).

Pour le site consumériste maintenant (dans ton premier commentaire du jour): mon père m’a fait la même remarque à Noël.

Tu vois hein…

Eh bien je vous fais aux deux la même réponse: un site dédié en grande partie au Mac et à la Photo, il fait comment pour ne pas parler de produits commerciaux (même bêtement une fois selon toi en juillet)?

Comme si on reprochait à la Revue Automobile de parler de voitures parce que c’est consumériste.

45)
Anne Cuneo
, le 06.01.2009 à 08:00
[modifier]

En lisant tout ça, je constate qu’il y a, en ce qui me concerne, un malentendu. Quand je travaille à une recherche, je passe des JOURS à la bibliothèque, entourée par des encyclopédies de toutes sortes: Britannica, Treccani, Universalis. Les papier, donc. Je ne descends pas du tout le CONTENU de l’encyclopédie Unversalis. Je descends – et en flammes, alors – leurs méthodes de vente de la version informatisée. Je dis que tant que je travaille sur l’ordinateur avec accès internet, Wikipedia me suffit. Wikipedia et les sites dédiés à tel ou tel sujet. Ceux qui n’ont pas le temps d’aller à la bibliothèque, ou pas accès à une bibliothèque, doivent faire contre fortune bon coeur, s’ils ont besoin d’une vaste source de savoir. Source à laquelle je reproche ses méthodes de vente, pas ses contenus.

46)
Tom25
, le 06.01.2009 à 08:16
[modifier]

Au fait, n’y aurait-il pas quelques rédacteurs de Wikipedia qui se seraient inspirés d’Universalis pour rédiger leurs articles ?

47)
Le Corbeau
, le 06.01.2009 à 08:29
[modifier]

Mon cher okazou,
Tu trouve que le “commercial” est hors sujet.
quand une personne te mets un couteau sous la gorge et te pique ton fric, tu l’applaudis?
Moi non, je porte plainte.
Or, c’est exactement ce que que m’a fait EU en m’envoyant mises à jours et factures, malgré mon refus explicite, avec menace éventuelles s’ils ne reçoivent pas le colis en retour.
Donc, cette boîte qui applique des méthodes d’extorsion de fond, pour tenter de me vendre de force un produit, est un escroc pratiquant le chantage, quel que soit la qualité de son produit (que j’ai acheté).

tu trouves que le CD est hors sujet.
si j’ai acheté EU, c’est pour avoir une encyclopédie hors ligne. Si chaque éditeur, t’oblige à avoir un CD clé, en plus du DVD, je te laisse calculer le nombre de CD/DVD que tu trimbalera, juste pour utiliser ton mac. J’ai pas l’habitude d’avoir une valise de CD inutiles avec moi.
Et que penser du fait qu’une partie du contenu est constituée de liens externes, obligeant à avoir une connexion? Cela frise la publicité mensongère.

D’ailleurs, le CD ne sert qu’à obliger l’acheteur à communiquer ses références pour l’obtenir et subir ensuite le chantage ci-dessus, sinon, la clé serait sur le DVD ou le CD serait livré avec le logiciel comme le font les autres éditeurs….

PS : j’ai entièrement lu la version papier pendant mes heures d’études.

48)
stefb
, le 06.01.2009 à 09:10
[modifier]

Il y a un aspect qui n’a pas été abordé: l’iPhone! Avec mon iPhone, une connexion web, et Wikipédia, je peux répondre à n’importe quelle question que je me pose. Rien que pour ça, c’est exceptionnel.

Et en plus, il y des logiciels qui permettent de copier une partie de Wikipédia dans l’iPhone, pour ceux qui veulent. Mais comme je n’arrive jamais à bout de mon forfait data, je m’en passe.

50)
stefb
, le 06.01.2009 à 11:11
[modifier]

ah ben je m’excuse stefb, j’en ai parlé dans l’article de l’iPhone!

Ca m’apprendra à répondre le lendemain d’un article…

Mais comme hier soir le syndic de mon village m’a dit: “Mais tu sais tout avec ce machin!”, je me suis dit qu’il fallait en remettre une couche.

(Oui, il a appelé mon iPhone un machin, mais c’est le syndic, et il a des mains grandes comme des raquettes de tennis, donc je n’ai pas réagi)

51)
Okazou
, le 06.01.2009 à 19:51
[modifier]

Je pensais bien qu’on finirait par se comprendre.

L’important, dans une encyclopédie, c’est d’abord son contenu, ensuite la façon de disposer de ce contenu. Je partage le point de vue de Guillôme quand il dit que L’Universalis doit prendre le taureau par les cornes pour faciliter l’accès aux données (quitte à changer radicalement l’équipe de conception et de programmation) car aujourd’hui, je le reconnais volontiers, le flacon n’est pas du tout à la hauteur de son contenu. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur, j’ai adopté depuis logtemps avec la version numérique de l’Universalis le proverbe : « Qu’importe le flacon pourvu que j’aie l’ivresse. » Autrement dit je suis prêt à effectuer un parcours du combattant pour atteindre les informations que je recherche. Mais quel dommage. Il m’arrive encore d’effectuer ma recherche dans la version papier que j’ai la chance de posséder avec toute une série de mises à jour (Universalia). Et puis je préfère tellement le papier. C’est franchement jouissif, le papier.

Cela dit, dans ton texte, François, il y a deux petites formules qui m’ont bien agacé :

« il s’agit cette fois d’une évolution en profondeur selon l’éditeur, »

Tu as toutes les versions, tu as donc les moyens de nous donner ton avis éclairé en évoquant des points précis.

« 7’000 auteurs certifiés ont planché sur cette mise à jour de fond en comble nous dit-on. »

Ces deux formules enchaînées dans le même paragraphe, ça fait un peu dénigrement, non ? Ou alors je dois réapprendre à lire mais je ne crois pas (toute parano, là encore, étant laissée au placard, cher Caplan). On dirait que tu joues ton dégoûté, le résultat étant que tu parviens immanquablement à dégoûter les autres. Un peu facile quand on imagine la masse de travail, de recherche et d’écriture, qu’ont nécessité le lancement puis l’entretien de cette encyclopédie. 7 000 talents, réceptacles de savoir, de connaissance, mis à contribution pour créer un des plus beaux outils mis à la disposition de la francophonie.

Alors, je m’énerve peut-être un peu vite mais l’enjeu de conserver cette encyclopédie bien vivante dans ses trois versions, même s’il n’apparaît pas à tous comme une évidence, est d’importance. C’est un peu de notre âme. Du meilleur de nous-mêmes. Encore une fois, l’Universalis est un trésor. Un diamant pris dans une gangue bien peu ragoûtante si l’on veut, concernant sa version numérique (nous sommes habitués à tellement mieux), mais un diamant qu’il ne faut pas renvoyer à l’inutilité et au néant.

Quand tu dis :

« Pour le site consumériste maintenant (dans ton premier commentaire du jour): mon père m’a fait la même remarque à Noël.
Tu vois hein…
Eh bien je vous fais aux deux la même réponse: un site dédié en grande partie au Mac et à la Photo, il fait comment pour ne pas parler de produits commerciaux (même bêtement une fois selon toi en juillet)?
Comme si on reprochait à la Revue Automobile de parler de voitures parce que c’est consumériste. »

Je ne te suis pas du tout. Un livre (qui n’est pas qu’un assemblage de feuilles de papier encré), a fortiori une encyclopédie, n’est pas un produit comme un autre et la France – c’est tout à son honneur – a lutté courageusement et avec détermination contre les affairistes libéraux pour obtenir que soit reconnue une exception culturelle. Aujourd’hui encore cette exception fait enrager ceux qui considèrent que tout n’est que marchandise. Et à terme, l’homme aussi deviendrait marchandise ?

Tous mes vœux à ton père.


Un autre monde est possible.

52)
Tom25
, le 06.01.2009 à 20:37
[modifier]

… a lutté courageusement et avec détermination contre les affairistes libéraux pour obtenir que soit reconnue une exception culturelle. Aujourd’hui encore cette exception fait enrager ceux qui considèrent que tout n’est que marchandise. Et à terme, l’homme aussi deviendrait marchandise ?

Certains, dont moi-même, se sont demandés ce qui t’agaçait dans le fait de critiquer une société qui faisait du pognon là où d’autre délivrent un “service” similaire “gratuitement”. Mais tu ne vois pas Universalis comme ça.

On voit un peu mieux ce qui t’a énervé … un peu vite tu en conviens toi-même ;•) .

53)
François Cuneo
, le 06.01.2009 à 23:34
[modifier]

En ce qui concerne le “dit-on” et le “selon l’éditeur” Okazou, tu remarqueras que c’est toujours ce que je dis lorsque je n’ai pas testé directement la chose.

Je me suis promené dans Universalis, j’ai regardé l’interface, mais faire un comparatif du contenu (en plus du fait que j’avais désinstallé l’ancienne ou qu’on me l’a désinstallée, je ne sais plus) est hors de mes moyens.

Donc ces deux formules, c’est de l’honnêteté, c’est tout, n’y vois aucun dénigrement. Comment oserais-je?

Et pour le consumérisme du site, ici d’accord, il s’agit d’une encyclopédie, mais tu as reproché la même chose pour l’iPhone. En général, tu trouves que l’on pousse trop à la consommation.

Or je teste des produits.

Faut bien qu’on me les donne (les softs, ça arrive souvent, de moins en moins) ou que je les achète, puis éventuellement que je les revende.

C’est comme ça.

Je n’ai pas le courage de faire de Cuk un site purement philosophique.

54)
Anne Cuneo
, le 07.01.2009 à 14:51
[modifier]

En général, tu trouves que l’on pousse trop à la consommation. Or je teste des produits. […] C’est comme ça. Je n’ai pas le courage de faire de Cuk un site purement philosophique.

Cela dit, s’il est vrai que tu testes des PRODUITS, nous “testons” tous aussi, nous les collaborateurs, et toi avec, des concerts, des livres, de la musique – bon d’accord, à la base il y a toujours un achat. Même notre éducation a coûté – à nos parents ou au contribuable, mais elle a son prix de vente.

Peut-être que je me trompe du tout au tout, mais entre deux produits mac payants (pas vraiment majoritaires) on trouve beaucoup de “philosophie” (Mme Poppins, Modane, toi, moi, etc. etc. – sans parler d’Okazou, notre Platon dans son tonneau, évidemment).

peut-être pas PUREMENT philosophique. Mais philosophique tout de même.

55)
Franck Pastor
, le 07.01.2009 à 15:28
[modifier]

… sans parler d’Okazou, notre Platon dans son tonneau, évidemment).

Heu, c’est Diogène qui vivait dans un tonneau, si je ne m’abuse ?

Sinon, moi aussi je suis bien content de trouver de la « philosophie » sur ce site :-))

56)
Okazou
, le 07.01.2009 à 18:07
[modifier]

« Je n’ai pas le courage de faire de Cuk un site purement philosophique. »

Tu es encore trop jeune ! Ne t’en plains pas.

C’est déjà bien du courage de faire ce que tu fais. Je ne l’oublie pas.

« Heu, c’est Diogène qui vivait dans un tonneau, si je ne m’abuse ? »

Oui, et je préfère sans commune mesure le cynique Diogène au Platon bien plan-plan. Lire la contre-histoire de la philosophie de Michel Onfray pour remettre les pendules de la philosophie à l’heure.

Cela dit, vu le froid qui règne depuis un moment sur la Bretagne, je ressemblerais plus aujourd’hui à un vieil ours dans sa tanière qu’à un bon Diogène dans son tonneau. Si ça continue, j’hiberne (fausse joie, je blague).


Un autre monde est possible. Diogène peut nous y aider.

57)
Hervé
, le 07.01.2009 à 19:09
[modifier]

le bon Diogène dans son tonneau

Ne pas oublier que le “bon” Diogène n’est venu à la philosophie du tonneau que parce qu’exilé suite à sa falsification des comptes de Sinope et sa fabrication de fausses monnaies.

Un petit Madoff quoi !

58)
Tom25
, le 07.01.2009 à 20:22
[modifier]

Ohlala, ben tiens voilà du concret pour moi, rien que sur ces cinq ou six derniers posts va falloir que je fasse des recherches pour savoir de qui vous causez, n’ayant pas Universalis je ne chercherai que sur Wikipedia. Je ne pourrai donc pas comparer les résultats.
Mais déjà je sais que vous ne parliez pas de Cukiens puisque ma recherche de pseudo avec les noms que vous citez n’a rien donné. J’espère avoir plus de résultats sur Wikipedia. :•)

59)
madoliko
, le 07.01.2009 à 22:00
[modifier]

Bonjour,

je suis assez d’accord avec la présentation d’Universalis (j’ai découvert Universalis sur DVD il y a quelques années et je l’utilise assez régulièrement, ou plutôt, ce sont mes enfants, tous trois lycéens, qui l’utilisent). Je suis surpris de la remarque sur l’installation, car j’ai trouvé l’installeur nettement plus agréable que celui des précédentes versions. Ceci étant dit, c’est tout à fait accessoire car finalement ce que je lui demande c’est d’installer le programme. Certes il y a des installations qui sont à elles seules tout un spectacle mais pour ce que je connais, il s’agit de jeux, et ce n’est plus la même catégorie. Bon, passons, là-dessus.

En ce qui concerne la recherche, je pense qu’on ne peut pas utiliser Universalis et Wikipedia de la même façon, car ce sont deux ouvrages qui sont conçus de manière fort différente. D’un côté, avec Universalis, nous avons une encyclopédie “éditée”, en ce sens que des éditeurs travaillent avec des auteurs et ont une vue d’ensemble de l’encyclopédie, dont le contenu est entièrement indexé par des personnes dont c’est le travail de relire tous les articles afin de leur associer les entrées d’index les plus pertinentes, et les ranger dans des catégories. A ce propos, j’aimerais signaler un mode de recherche intéressant qui est la recherche thématique, que je trouve très pratique pour avoir une vue d’ensemble d’un sujet. D’un autre côté, avec Wikipedia, nous avons un contenu élaboré au gré des contributions, et qui sont regroupés à posteriori, par exemple dans des portails, le tout de manière assez disparate, en ce sens que certains articles sont parfois très détaillés sur un point très précis mais sans que l’on puisse avoir une vu globale du sujet, alors que sur d’autres thèmes on est encore dans l’ébauche. Ce sont deux manières totalement différentes d’envisager les choses. Par conséquent le mode de recherche doit être adapté à chaque encyclopédie. Dans Wikipédia, vous trouvez une entrée “création du monde”, qui vous renvoie sur, entre autres, “cosmogonie” ou “origine de l’univers” ou encore big bang, alors que dans Universalis, vous pourrez accéder à un contenu similaire en tapant simplement “univers” dans la boîte de requête. Universalis permettant la recherche à l’aide d’index (ce qui n’existe pas dans Wikipédia, qui ne propose que de la recherche plein texte), il faut se servir de cet index comme on le ferait quand on utilise un l’index de la version papier. On n’y pense pas assez mais il y a aussi la recherche thématique que j’ai citée plus haut et qui permet de faire une recherche par sujet, et d’avoir pour chaque catégorie une liste de documents, ce qui permet d’avoir une vue d’ensemble du sujet. Personnellement, j’utilise les deux encyclopédies de manière différente, et pour des sujets différents. Sur l’usage donc, je pense qu’elles sont complémentaires. Quand je recherche dans Wikipédia, je cherche plutôt en pensant au contenu de l’article car je sais que le recherche se fait sur le texte (le titre de l’article en faisant partie) alors que quand je recherche dans Universalis, je pense plutôt en terme de thématique, soit en cherchant dans les catégories, soit en cherchant un mot correspondant au sujet qui m’intéresse. Comme l’auteur de cet article, je n’utilise pas les rubriques de la partie “découvrir” mais mes enfants l’utilisent volontiers car cela permet justement d’errer un peu dans l’encyclopédie (cela se fait donc en dehors des recherches précises). A ce sujet, je trouve quand même que les dossiers d’initiation sont très bien faits et correspondent tout à fait à ce peut par exemple attendre quelqu’un qui souhaite découvrir un sujet. Leur écriture et leur présentation est d’ailleurs tout à fait adapté à un lycéen ou même un collégien.

J’aimerais ajouter un commentaire sur les commentaires, que je trouve assez surprenants. Autant l’article expose bien certains points positifs et négatifs des deux encyclopédies, du point de vue d’un utilisateur, ce qui est le plus important, même si, ensuite, c’est à chacun de choisir en fonction de son usage ce qui lui correspond le mieux, autant je suis surpris par le parti pris et l’agressivité de certains commentaires. Je suis notamment étonné du sort fait à Okazou, que je ne connaissais pas et dont je ne peux juger ici que sa contribution. Je suis notamment d’accord sur le fait qu’il n’est pas utile de mettre en concurrence les deux encyclopédies, mais de les considérer comme des outils complémentaires. Regardez ce qui s’est passé pour les autres encyclopédies (je parle des versions numériques) : Hachette, c’est fini, Larousse essaie de se maintenir en ligne (bien qu’un grand nombre d’articles relèvent plus du dictionnaire encyclopédique que de l’encyclopédie proprement dite, à mon avis), Encarta offre un contenu assez limité (une jolie interface ne suffit pas à faire une encyclopédie), et le Quid a rendu l’âme. Point n’est besoin d’être grand clerc pour prédire que d’ici quelques années il n’y aura peut-être plus le choix. J’espère bien que non, mais à lire certains commentaires, on pourrait croire que c’est vraiment le voeux de certains. Pour répondre à Chichille et aux autres, je revendique donc le droit d’être un “utilisateur déliquescent” qui souhaite avoir le choix, même si tout n’est pas parfait des deux côtés. Personnellement j’ai besoin des deux. Chichille, si vous ne comprenez pas les articles d’Universalis, il faut vous poser des questions. Bien sûr, certains articles sont très pointus (et ce, dans les deux encyclopédies) mais la plupart du temps le contenu est très abordable si on se donne la peine de les lire. Pour terminer et pour élever un peu le débat et le repositionner au niveau de l’article de départ, je trouverais intéressant que d’autres utilisateurs des deux encyclopédies viennent présenter en quoi leurs utilisations des deux encyclopédies sont différentes.

60)
François Cuneo
, le 07.01.2009 à 23:23
[modifier]

J’aimerais ajouter un commentaire sur les commentaires, que je trouve assez surprenants. Autant l’article expose bien certains points positifs et négatifs des deux encyclopédies, du point de vue d’un utilisateur, ce qui est le plus important, même si, ensuite, c’est à chacun de choisir en fonction de son usage ce qui lui correspond le mieux, autant je suis surpris par le parti pris et l’agressivité de certains commentaires. Je suis notamment étonné du sort fait à Okazou, que je ne connaissais pas et dont je ne peux juger ici que sa contribution. Je suis notamment d’accord sur le fait qu’il n’est pas utile de mettre en concurrence les deux encyclopédies, mais de les considérer comme des outils complémentaires. Regardez ce qui s’est passé pour les autres encyclopédies (je parle des versions numériques) : Hachette, c’est fini, Larousse essaie de se maintenir en ligne (bien qu’un grand nombre d’articles relèvent plus du dictionnaire encyclopédique que de l’encyclopédie proprement dite, à mon avis), Encarta offre un contenu assez limité (une jolie interface ne suffit pas à faire une encyclopédie), et le Quid a rendu l’âme. Point n’est besoin d’être grand clerc pour prédire que d’ici quelques années il n’y aura peut-être plus le choix. J’espère bien que non, mais à lire certains commentaires, on pourrait croire que c’est vraiment le voeux de certains. Pour répondre à Chichille et aux autres, je revendique donc le droit d’être un “utilisateur déliquescent” qui souhaite avoir le choix, même si tout n’est pas parfait des deux côtés. Personnellement j’ai besoin des deux. Chichille, si vous ne comprenez pas les articles d’Universalis, il faut vous poser des questions. Bien sûr, certains articles sont très pointus (et ce, dans les deux encyclopédies) mais la plupart du temps le contenu est très abordable si on se donne la peine de les lire. Pour terminer et pour élever un peu le débat et le repositionner au niveau de l’article de départ, je trouverais intéressant que d’autres utilisateurs des deux encyclopédies viennent présenter en quoi leurs utilisations des deux encyclopédies sont différentes.

Je crois madoliko (merci pour ta contribution) que personne ne critiquait Okazou sur le sens même de ce qu’il écrivait, mais une fois de plus (c’est tellement souvent le cas), sur la manière de le dire.

On peut ne pas être d’accord, sans rabaisser ceux qui pensent autrement. C’est tout.

Cela dit je crois avoir vu que les choses se sont radoucies, donc tant mieux.

61)
iPatator
, le 09.01.2009 à 12:32
[modifier]

Je suis d’accord sur certains avec Okazou (même si ça ne plait pas forcémment à certains)

Le principe de Wikipédia est fantastique, mais à mon sens il n’est pas viable. La connaissance est détenue par une élite qui (en théorie) connait les tenants et aboutissants du thème qu’ils traitent, et peuvent donc en faire bénéficier “la masse”. Inverser ce processus, et créer une encyclopédie dont le contenu est écrit par un quidam lambda, lue par un autre quidam, et éventuellement corrigée par une personne plus compétente, décridibilise fatalement la fondation même du système.

Quant aux corrections, elles sont certainement faites rapidement sur des sujets superficiels, mais elles ne sont sans doute pas apportées aussi vites lorsque des contre-vérités sont présentes (volontaires ou non) sur des sujets plus “consistants”.

– Pour des articles de fond traitant VRAIMENT d’une thématique en profondeur, il me semble qu’Universalis reste loin devant en terme de contenu, pour des recherches estudiantines comme pour s’informer. Le retour de baton est qu’il est bien plus difficile d’accès que Wikipedia, ou Encarta pour citer un concurrent offline.

Au final, et ça n’engage que moi, la comparaison est valable sur l’interface, mais le contenu ne vise pas le même public.

62)
Divoli
, le 09.01.2009 à 21:22
[modifier]

Deux choses à signaler, étant client de cette EU depuis plusieurs années (sur Mac).

1) Depuis la version 2008 (ou 2007, je ne sais plus), l’EU ne me demande plus d’insérer le DVD d’identification tous les 45 jours. Je ne vois pas pourquoi je serais le seul.

2) L’éditeur a changé sa politique depuis 1 an ou 2 (elle s’apparentait effectivement à de la vente forcée). Dorénavant (tout du moins dans mon cas), l’éditeur demande préalablement par courrier si oui ou non l’on veut acheter la màj. Cette année j’ai refusé cette màj 2009 et l’on ne m’a donc pas envoyé “de force” le DVD et sa facture…

63)
Guillôme
, le 09.01.2009 à 21:46
[modifier]

Cette année j’ai refusé cette màj 2009 et l’on ne m’a donc pas envoyé “de force” le DVD et sa facture…

Oui, je reconnais que ça fait une sacré différence, on t’a envoyé “de force” une lettre où tu as dû répondre “de force” non pour éviter de recevoir “de force” un DVD! Super!

Quant à la formulation “s’apparentait”, au vu des témoignages et des expériences vécues, osons dire carrément “était une pratique de vente forcée illégale et répréhensible.”

64)
Invite
, le 10.01.2009 à 09:44
[modifier]

Vente forcée

Premier lien trouvé par Google.

Au lieu de tempêter, s’amuser en lisant ceci : « le destinataire n’est tenu ni de payer le prix réclamé, ni de faire les démarches nécessaires pour le renvoi de l’objet, ni d’en supporter les frais. Il est, tout au plus, obligé de restituer l’objet à l’expéditeur si celui-ci vient le chercher à domicile. »

65)
Divoli
, le 10.01.2009 à 20:11
[modifier]

@ Guillôme;

Il faudrait peut-être arrêter de dire n’importe quoi, et tranformer des hypothèses en faits. Je n’ai pas répondu “de force”; même si je n’avais pas répondu on ne m’aurait rien envoyé du tout (jusqu’à preuve du contraire). L’envoi se fait uniquement sur une réponse positive (sinon effectivement, là, c’est de la vente forcée). Trouve-moi quelqu’un qui, depuis que cette proposition écrite préalable existe (c’est-à-dire depuis 1 an ou 2), a répondu négativement ou n’a pas répondu du tout, et s’est retrouvé avec un DVD et sa facture.

De plus, il faudrait quand même comprendre que cette encyclopédie fonctionne selon un mode de souscription, ce qui fait que chaque année on vous PROPOSE (et non pas impose) une màj. Si vous ne voulez plus que l’on vous les propose, mettez un terme définitif à cette souscription, par lettre recommandée. Point barre.

On ne peut pas condamner cette encyclopédie en se basant sur la politique que l’éditeur (qui a connu une restructuration depuis) avait par le passé.

Quand à la fameuse protection, j’ai la version 13 (obtenue en màj) installée sur mon Mac depuis fort longtemps, et je n’ai absolument pas eu à réinsérer le CD d’identification comme c’était le cas avec d’anciennes versions. Je suppose néanmoins que cette protection existe encore pour les nouveaux clients qui achèteraient une version en magasin.

Mais critiquer cette EU, en se basant sur des témoignages de personnes ayant d’anciennes versions, et en insinuant que rien a changé, c’est de la désinformation. J’espère que François Cuneo saura y mettre bon ordre, au moins par correction.

@ François;

Concernant la remarque sur la supposée lenteur de l’EU, je suis un peu stupéfait. Au lancement de la version 13 (je n’ai pas la 14), sur mon MBP Santa Rosa Merom, de plus sollicitant de facto Rosetta (ce qui devrait “aggraver” les choses), je dois attendre onze secondes (et non pas une quarantaine).

François, à force de tester des tonnes de logiciels, ne vous retrouvez-vous pas de nouveau avec un “système pourri”, en reprenant l’intitulé d’un de vos articles ?

Quand à comparer l’EU à Wikipédia, et surtout les mettre en opposition (en gros, c’est soit l’une soit l’autre) il y a tellement de différences, sur le fond comme sur la forme (et notamment pour les raisons explicitées par Okazou), que cela ne me parait pas digne d’un esprit sensé.

Bref, après avoir lu cet article, puis les témoignages d’un certain nombre d’intervenants, je me demande s’il n’y a pas un parti-pris consistant à dénigrer le plus possible cette encyclopédie, pour mettre plus en avant Wikipédia.

66)
Pierre-G
, le 11.01.2009 à 18:39
[modifier]

Un poil hors sujet, je retire si ça dérange, mais je donne la version papier à qui vient la chercher à Payerne, je ne l’utilise pas suffisamment et j’ai besoin de place, je ne l’échange pas contre une licence 2009…

67)
Le Corbeau
, le 12.01.2009 à 09:50
[modifier]

Cher Divoli Merci d’arreter de “dire n’importe quoi” comme vous le dites et de “transformer des hypothèses en faits” comme vous le reprochez aux autres. Il vous suffit de prendre la peine de lire mes commentaires (9 & 47) pour avoir “la preuve du contraire” que vous attendez toujours
1)j’ai refusé l’envoi des MAJ en 2008 (c’est prévu sur la carte d’enregistrement)
2) j’ai quand même reçu un courrier cette année, auquel je n’ai pas répondu, contrairement à vous.
3) j’ai donc reçu la facture et le DVD en me demandant d’écrire pour retourner le DVD. donc on m’impose bel et bien une mise à jour et il ne s’agit pas de politique passée mais présente.

Si j’ai bien compris, vous trouvez normal d’avoir dépenser votre argent et votre temps en courrier avec AR et en aller retour à la poste, chaque fois que vous achetez un produit pour ne pas recevoir le suivant. Libre à vous.
Personnellement, même si le produit est bon, je n’ai pas pour habitude de cautionner des agissements illégaux, il est donc disqualifé.
Je vous rappelle que la loi française est explicite à ce sujet, on n’a pas à devoir refuser un produit que l’on n’a pas commandé pour éviter de le recevoir…
Il est lassant de répéter toujours la même chose, et de voir ressortir les mêmes commentaires insinuant qu’on raconte n’importe quoi .

bonne journée à tous

68)
Divoli
, le 12.01.2009 à 12:32
[modifier]

Cher Le Corbeau;

Il n’y avait aucun commentaire qui indiquait clairement que cette politique perdurait, en prenant pour preuve des achats récents.

Vous avez apporté la démonstration que leur système n’est pas encore au point, puisque même si l’on ne répond pas on reçoit quand même la màj. Je reconnais que c’est navrant (pour dire le moins).

Et bien évidemment, cette façon de faire est totalement inacceptable, d’un point de vue légal comme d’un point de vue commercial.

A vous d’être cohérent en vous basant jusqu’au bout sur les dispositions légales (comme indiqué par l’Invité au post 64), et en dénonçant le fait aux autorités compétentes (DGCCRF). Si tout le monde le faisait, au lieu de se contenter de venir chialer sur le net, il en serait autrement depuis longtemps.

Cordialement.

69)
Guillôme
, le 12.01.2009 à 15:04
[modifier]

Si tout le monde le faisait, au lieu de se contenter de venir chialer sur le net, il en serait autrement depuis longtemps.

Ne t’inquiètes pas, on ne chiale pas, on n’achète plus, c’est différent :).