Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le monde du spectacle est-il devenu fou?

Coup sur coup, deux coups sur le crâne.

Vous nous connaissez: nous ne sommes pas des défenseurs des pirates, ni du tout gratuit. Nous nous sommes assez battus ici à de nombreuses reprises pour défendre les auteurs, et le fait que tout le monde puisse être rémunéré convenablement pour son travail.

Mais là, ça commence à bien faire, et à aller un peu loin.

Premier coup: Wizzgo

Alors que j’allais enfin écrire un article sur Wizzgo, ce magnétoscope numérique, qui permettait d’enregistrer des émissions de télévision via le net (au lieu de le faire à la maison sur son disque dur ou son magnétoscope), j’apprends que le service vient de sauter, puisque le groupe M6 vient de gagner un premier procès contre la petite structure française, lui infligeant une toute petite amande de…près de 500’000 €.

Mais ce n’est qu’un début! L’autre gros méchant du PAF, TF1, arrive lui aussi avec son petit procès, risquant de coûter la même petite bagatelle aux détenteurs de Wizzgo.

Et là, je ne comprends pas bien.

Par rapport à ma façon de faire habituelle, soit enregistrer avec mon “magnétoscope” de salon, quelle est la différence si j’enregistre via Wizzgo?

Bon sang, je paie ma redevance, si j’ai raté une émission, il me semble que j’ai le droit de lar regarder en différé. Ou alors il faut qu’on me foute un procès si j’enregistre une émission via les canaux traditionnels.

Il semblerait que Wizzgo ait travaillé pour convaincre toutes les chaînes de trouver un arrangement, mais qu’elles n’aient jamais vraiment voulu donner leur accord.

En fait, Wizzgo a juste deux ans d’avance je pense, mais en attendant, ses propriétaires se trouvent dans une belle panade.

Vous pouvez les aider en signant la pétition en ligne, ici. Bon, moi je ne peux pas visiblement, mon numéro postal suisse ne passe pas, mais vous, qui vivez en France, si vous pouviez faire un petit quelque chose pour eux…

Deuxième coup: nous ne chanterons plus en classe?

Si quelque part, je peux comprendre dans le cas présenté qui précède que le pognon roi ait pris le dessus, en ce qui concerne le second, j’ai juste envie de pleurer ou de rigoler, enfin… je ne sais pas. Ce qui est sûr, c’est que je suis dégoûté.

Vous savez ce que l’on fait dans nos classes lorsqu’on donne une leçon de chant?

On travaille avec nos livres de chant, bien sûr, mais nous cherchons également des choses un peu plus modernes, ou disons différentes, qui puissent parler aux enfants.

Donc, pour prendre un exemple, imaginons que nous décidions de chanter l’Aigle Noir de Barbara avec nos élèves. Je prends un exemple d’une artiste décédée, pour ne froisser personne, qui plus est exemple pas terrible, vu que cette chanson est justement dans le livre de chant de nos écoles secondaires, mais bon…

Que faisions-nous à l’époque?

Nous passions sur Paroles.net, et l’on imprimait les paroles de la chanson.

Ouuuuh, c’est mal!

Faut pas faire ça, faut aller acheter la partition du CD complet, rien que pour une chanson, que l’on photocopiera ensuite (nous avons le droit de le faire dans les écoles vaudoises, un accord étant signé avec la Suisa, responsable de gérer les droits d’auteurs en Suisse).

Mais nom de dzou, ils sont ravagés ces auteurs et éditeurs français ou quoi?

Qu’est-ce qu’ils pensent que nous allons faire avec ces paroles? Les revendre?

Est-ce qu’ils imaginent une seule seconde que ces paroles de chansons le sont parce que… nous chantons leurs chansons?

Est-ce qu’ils n’imaginent pas que lorsque je chante avec mes élèves un auteur qu’ils ne connaissent pas, qu’ils découvrent, puis ensuite adorent, ces mêmes élèves ont toutes les chances d’acheter un CD de l’artiste en question, ou de télécharger (j’espère légalement) la chanson?

Idem dans une soirée où tout le monde entonne une chanson autour d’une guitare?

Mais non, ces gens, depuis des années décident de tout faire pour stopper paroles.net.

Et ils finissent par y arriver, puisque le 10 septembre 2008, le Tribunal de Grande Instance de Toulon a donné l’ordre à paroles.net de suspendre le contenu du site, soit les paroles des chansons.

Je suis dégoûté je vous dis.

Et c’est pourtant l’auteur de chansons, fils d’auteurs, neveu d’auteurs qui vous l’écrit. Je précise que je ne prends pas ma famille en otage, ils pensent peut-être totalement différemment de moi.

J’ai honte pour ces gens qui se disent artistes et représentants de la culture, et qui ne pensent en fait qu’à pomper du fric par tous les moyens, en vendant des CD (normal), en faisant des concerts (normal, sauf au niveau de certains prix démentiels), en passant à la radio et à la TV (normal encore), en vendant des briquets, des écharpes, des posters (qui a dit “marchands du temple”?, qui pompent du pognon sur nos disques durs même si l’on ne copie pas de musique pirate dessus et maintenant qui veulent qu’on paie quand on a l’outrecuidance de chanter leurs chansons, par exemple avec des enfants.

Génial.

Merci beaucoup à tout ce petit monde.

Ils montrent un joli visage.

68 commentaires
1)
Ölbaum
, le 05.12.2008 à 01:03
[modifier]

Une des déclarations qui m’avait le plus choqué, c’est quand le porte parole de la Suisa avait dit dit de l’iPod, si je me souviens bien, qu’il : “rend l’écoute de musique plus commode, il est donc normal que les artistes touchent une part sur les ventes”. Et la marmotte…

Qu’on me dise que je paie une taxe Suisa sur mon iPod parce que je fais une copie supplémentaire de chaque morceau que je mets dessus, je peux encore essayer de comprendre, bien que je n’écoute toujours qu’une seule copie d’un seul morceau à la fois. Mais si la raison invoquée est le confort apporté, c’est complètement loufoque. Où s’arrêtera-t-on ? Le Zune sera-t-il moins taxé que l’iPod parce qu’il est moins facile d’utilisation ? Est-ce qu’ils vont me taxer sur mon canapé parce que quand je me vautre dessus pour écouter de la musique c’est plus confortable qu’un tabouret ?

Ce type est soi d’une mauvaise foi scandaleuse, soit complètement stupide.

P.S.: quand j’ai “À la volette” qui me tourne en rond dans la tête à longueur de journée, je dois payer des royalties aussi, ou seulement si je la chante un bon coup en entier pour essayer de la faire sortir?

2)
Sparhawk
, le 05.12.2008 à 01:16
[modifier]

Je n’étais pas au courant pour paroles.net et je tombe des nues! C’est vraiment n’importe quoi. Ils sont devenus fous, ma parole! Ils ne ciblent pas les vraies causes du piratage, car outre le fait qu’ils se remplissent les poches avec un modèle de vente périmé, ils ne se rendent pas compte que c’est tellement entré dans les moeurs que même des gens qui ont largement les moyens de s’acheter la musique et les films piratent. Juste parce que c’est plus facile, que “tout le monde” le fait, que les films sortent des mois plus tard qu’aux States. Pourtant quand on simplifie l’achat et que les prix sont raisonnables, cela peut faire pencher la balance. l’iTunes Store en est un bon exemple. Que cela soit au niveau musique (avec un petit bémol au niveau qualité d’encodage, ce qui me retient parfois) ou applications iPhone, c’est dingue ce que je peux claquer comme fric, par petites touches, sans même y penser.

Rassurons-nous, avec l’omniprésence du web et des nouvelles méthodes de distribution, on peut espérer que d’ici 15 à 20 ans ces dinosaures seront éteints.

P.S.: il y a deux ou trois ans, une de ces sociétés d’auteurs m’a approché pour que je réalise des documents publicitaires pour eux. Il va sans dire que je me suis fait un malin plaisir de décliner leur offre :o)

3)
levri
, le 05.12.2008 à 01:52
[modifier]

Amen !

Rien de tout ça ne date d’hier, ce sont juste des procédés de minables …

4)
Spyro
, le 05.12.2008 à 02:37
[modifier]

Par rapport à ma façon de faire habituelle, soit enregistrer avec mon “magnétoscope” de salon, quelle est la différence si j’enregistre via Wizzgo?

Bah moi je dirais qu’il y a plusieurs différences. D’abord tu ne l’enregistres pas toi même, tu es même dispensé du matériel nécessaire à cela. Ensuite il y a là une tierce personne qui gagne des sous et qui n’existe pas avec un magnetoscope de salon. Cette personne offre certes un service mais elle ne paie pas ses fournisseurs, c’est un parasite. Donc après c’est sûr c’est une histoire de sous, comme toutes les histoires de droits d’auteur. Les chaines de télé se mettent au numérique, mais veulent le faire selon leurs règles et sans se faire entuber. C’est bien compréhensible, même si à la vitesse où elles vont c’est également bien dommage.

Et puis wizgo c’est quand même la ruine des fabricants de magnétoscope, et ça c’est mal, non ? ;-)

Pour la chanson, c’est une autre histoire. Les paroles ce sont des oeuvres au même titre qu’un roman. Et les paroliers eux aussi ont le droit “que tout le monde puisse être rémunéré convenablement pour son travail” comme tu le dis si bien.

Un autre point qui me chiffonne: “Faut aller acheter la partition du CD complet, rien que pour une chanson”. Et “rien qu’un” chapitre d’un livre pour une étude de texte, “rien qu’un” poème d’un recueil ? Ça me gêne un peu cette vision de la culture comme une marchandise qui se paie au kilo. Après la faute en revient peut-être à ceux qui la vendent au kilo…

Alors ceci dit moi je rêve de l’accès gratuit à la culture, et en particulier dans les salles de classe. J’adorais même paroles.net, d’autant qu’il n’y a comme d’habitude pas d’alternative “légale” à ma connaissance. Et puis je ne connais pas le prix des recueils de partitions, ni la quantité nécessaire pour tenir toute une année scolaire, alors du coup c’est un peu facile à dire aussi pour moi. ;-)

5)
barijaona
, le 05.12.2008 à 03:48
[modifier]

Tout à fait d’accord sur le fond… L’esprit de lucre de ce

Cependant, dans le cas de Wizzgo, je pense qu’il y avait vraiment un souci juridique pour les chaînes. Wizzgo permettait à quelqu’un situé en dehors de la zone de couverture des chaînes télé de télécharger leurs programmes, alors que ces chaînes elles-mêmes n’acquièrent généralement les droits que pour une zone géographique délimitée.

Exemple : je suis utilisateur de Wizzgo à Madagascar, et téléchargeait les retransmissions de Grand Prix de F1… Mais TF1 ne détient les droits sur ces retransmissions que pour la France. Donc cela aurait pu poser de graves soucis pour eux avec les détenteurs des droits.

7)
fxprod
, le 05.12.2008 à 05:35
[modifier]

Je ne sais pas pour vous en suisse mais la communauté européenne taxe les magnétoscopes pour la copie privée.

Rentrent aussi dans cette taxe les caméras vidéos, c’est la raison de la limitation à 5 min d’enregistrement du canon 5dII et du d90.

8)
Madame Poppins
, le 05.12.2008 à 06:49
[modifier]

Si la conséquence, c’est qu’on supprime les cours de chant à l’école, franchement, je dis “bravo” : j’ai tellement souffert de cette leçon, moi !

Blague mise à part, il n’est pas question de consommer la culture au kilo, Spyro, c’est juste une question de mesure et de proportion : pourquoi l’accès à une chanson avec paroles doit-elle automatiquement entraîner le reste de l’album ?

9)
MrTuTu
, le 05.12.2008 à 08:19
[modifier]

@Spyro : Si tu penses que wizzgo est la ruine des fabricants de magnétoscope, je crois que tu te trompes, ou sinon, on ne trouverait que des Walkmans à cassette… et nos bonnes vielles VHS.

Dans les commentaires, il y a 2 choses qui ressortent (en tout cas) :

– la redevance est devenue de plus en plus obsolète et inadaptée. Actuellement, on paie de plus en plus souvent plusieurs fois pour la copie privée et les droits d’auteurs pour la même chanson ou vidéo (service en ligne, support de stockage,…) sans vraiment pouvoir la copier (protection de la copie appelée DRM).

– les “fournisseurs de médias” tels que la musique, la vidéo ou la TV sont en plein dans la fracture numérique et réagissent mal (en tout cas, c’est comme ça que je le vois).

10)
THG
, le 05.12.2008 à 08:26
[modifier]

Rentrent aussi dans cette taxe les caméras vidéos, c’est la raison de la limitation à 5 min d’enregistrement du canon 5dII et du d90.

Gné. Le 5DII enregistre des séquences continues de 29 min et des poussières.

13)
Argos
, le 05.12.2008 à 09:14
[modifier]

Les deux cas cités par François sont différents.Pour Wizzgo, il s’agit d’une sorte de rediffusion,qui n’est pas autorisée,et non d’une copie privée. Et celle-ci est libre. Pour le texte d’une chanson,on est dans le grotesque. Faut-il aussi payer des droits chaque fois que la classe la reprend en choeur?

Lorsqu’on achète un CD ou un DVD, on n’achète pas seulement un support matériel,mais le droit de l’écouter et de le regarder, qui est compris dans le prix. Maintenant,si on possédait déjà le vinyle de l’interprétation musicale ou la cassette du film, lorsqu’on les rachète sur un nouveau support, on ne devrait pas payer pour ce droit. C’est, de la part des maisons qui les éditent, de l’enrichissement illégitime, et je m’étonne que personne n’ait encore saisi la Cour européenne à ce sujet. On doit évidemment pouvoir les recopier le nombre de fois qu’on le désire pour son usage privé.

Enfin, moi ça m’est un peu égal, dans mon coin, deux sites proposent tout à fait légalement le téléchargement gratuit des films et des musiques. Et il y a le p2p qui fonctionne très bien avec une haute qualité. Il faut que je me regarde le dernier film des frères Coen que je viens de télécharger.

14)
Amely
, le 05.12.2008 à 09:18
[modifier]

je suis aussi déçue que se site ne soit plus en fonction je l’utilisais régulièrement maintenant je vais sur parolesmania.com, mais il n’est pas aussi complet.

15)
sui192
, le 05.12.2008 à 09:31
[modifier]

Je crois qu’il y a un précédent avec un site qui s’appelait du style lirics.ch. Mais bon, il faut comprendre un autre point important : Internet a niqué les intermédiaires de toutes sortes, ça permet la communication directe entre créateur et consommateur. Evidement que le monde des producteurs, grossistes et autres parasites ne vont pas se laisser crever sans rien faire.

Mais soyez tranquilles : ils vont y passer comme les autres, en ayant juste un peu engraissé les juristes au passage.

Pendant ce temps, nous téléchargeons à volonté et la conscience tranquille : nous payons ce droit avec le supplément sur les mémoires flash, CD et DVD vierges, etc. Ou n’aurai-je pas compris le juste sens de cette taxe ?

16)
monmac
, le 05.12.2008 à 09:40
[modifier]

Merci François pour ce “coup de gueule” qui devrait faire le tour de la planète. J’abonde en ton sens. A cela, il faut ajouter que ceux qui empochent sont avant tout les producteurs, éditeurs et distributeurs plus que les artistes. Et comble de l’ironie (pour la musique), les premiers orientent et détournent la culture en ne choisissant que les courants artistiques fortement rentables. Les majors ne signent plus les créateurs novateurs ou inspirés mais uniquement les produits de masse avec lesquels ils sont sûrs de s’enrichir. Leur démarche n’est qu’un stimulant à la piraterie qui devient elle-même un prétexte frauduleux à modifier les lois pour faire payer davantage le consommateur.

17)
Guillôme
, le 05.12.2008 à 10:37
[modifier]

Enfin, moi ça m’est un peu égal, dans mon coin, deux sites proposent tout à fait légalement le téléchargement gratuit des films et des musiques.

Serais-tu canadien? Je crois savoir qu’au Canada les réseaux P2P de contenus copyrighté sont légaux.

je pense qu’il y avait vraiment un souci juridique

Juridiquement Wizzgo et Paroles.net ont torts.

Le problème, c’est que d’une part, les lois sont en retard par rapport aux évolutions technologiques, d’autres part notre mode de pensée lié à un monde matériel n’est plus adapté à un monde dématérialisé.

L’autre problème, c’est l’hypocrisie consistant à s’effaroucher ou s’étonner de pratiques (copie, échange, imitation…) qui ont toujours eu lieu à l’ère de l’analogique et de créer des contraintes techniques artificielles qui ne nuisent qu’aux honnêtes gens comme j’en parlai assez violemment ici

Un exemple par anticipation : le e-Book ou livre numérique.

Aujourd’hui, je prête ou donne mes bouquins à qui je veux, je fais des photocopies des pages qui m’intéressent de trucs que je n’achète pas, je scan des illustrations de magazines que j’utilise pour un faux truc de mariage… L’industrie du livre est florissante.

Demain, j’ai un fichier électronique que je ne peux lire que sur mon e-book via des protections anticopie. Le jour où mon ebook est HS, je perds tous mes livres qui ne sont transférables qu’un certain nombre de fois. Mieux, le jour où la société qui m’a vendu les livres électroniques fait faillite ou ferme, mes livres ne sont plus lisibles sauf si je les imprime. Enfin, je ne peux pas copier le livre, ni le prêter, ni le revendre. Bien entendu les prix des livres non imprimés ont doublés car ils offrent plus de choses (sommaire avec hyper lien). L’industrie du livre est au bord du gouffre et on crée des taxes sur les supports et les matériels pour subventionner les imprimeurs, les écrivains et les éditeurs en faillite.

Cherchez l’erreur…

Je serai intéressé par l’avis de Anne, écrivain de son état, sur l’évolution vers le livre numérique et si les éditeurs/imprimeurs/auteurs seront aussi fous (cons?) que les acteurs des médias!

18)
levri
, le 05.12.2008 à 10:38
[modifier]

Pour les paroles, une recherche Google avec le “titre de la chanson” suivi de “lyrics” ou de “paroles” donne généralement de bons résultats.

J’ai été frappé par le fait que lorsqu’un “artiste” demande le retrait des paroles d’une de ses “œuvres”, c’est le plus souvent quelqu’un d’obscur pour lequel la demande est très faible de toute façon. Inversement certains musiciens mettent toutes les paroles gratuitement à disposition sur leur site. Je trouve dommage que les paroles ne soient pas systématiquement fournies avec le livret accompagnant les CDs, il n’est pas toujours facile de trouver les mots exacts à l’écoute.

@ 15. sui192 : tu n’as aucun droit ! toutes ces taxes ne concernent que le douteux privilège de réaliser une copie privée …

@ Mââme Poppins : je n’ai jamais eu de cours de chant à l’école, juste des cours de “musique” dont j’ai même eu le douteux privilège d’être viré parce que je chantais les notes au lieu de les ânonner de manière atonale … ;)

J’écoute “La Musique” d’Etron Fou Leloublan sur l’album 43 Songs

19)
FT'e
, le 05.12.2008 à 10:57
[modifier]

Depuis que ces taxes existent, je parle des taxes sur les médias vierges – utilisés par exemple pour mon entreprise pour y stoquer les données de travail – je suis outré de me faire raquetter ainsi. Je ne téléchargeais pas de musique et j’ai une collection honorable de CD.

Je paie donc des taxes pour copier de la musique. Soit. En outre, le téléchargement de musique n’est pas illégal en Suisse. OK, très bien.

La conclusion logique est laquelle ? J’ai commencé à télécharger de la musique. C’est donc légal, et je paie une taxe sur les supports. C’est une nouvelle forme de distribution de musique.

C’est pas si mal finalement. Bien pratique. On trouve de tout, et ça coûte au final moins cher que les CD.

J’ai faux ?

20)
Inconnu
, le 05.12.2008 à 11:11
[modifier]

Si l’arrêt de Wizzgo empêche les gens de regarder la Formule 1 c’est une bonne chose ! ;-)
Il y a quelque temps une école avait reçu un commandement de payer de la SACEM parce qu’à l’occasion du départ d’une institutrice les enfants avaient chanté “Adieu monsieur le professeur” d’Hugues Aufray. J’espère qu’ils ne lisent pas cuk.ch sinon François va devoir passer à la caisse.

21)
rolando
, le 05.12.2008 à 11:37
[modifier]

C’est le comble de l’absurde. Ces gens ne sachant plus quoi faire, par abyssale incompétence et vision à très très court terme le plus souvent, se précipitent sur tout ce qui leur semble pouvoir être une source de revenus. Et par cynisme ou le plus souvent, par incompétence cosmique, présentent leurs actions comme des défenses des droits des auteurs et bla bla (air connu). Les murs qu’ils montent ne font que les enfermer eux. En fait, ils perdent de l’argent à agir de la sorte. Ils suppriment l’échantillon gratuit. Ce que tout vendeur de marché sait : faire goûter est la meilleure manière de vendre. Quand j’achetais mes premiers disques, il y avait en ville un disquaire qui avait installé 3 platines et qui faisait écouter tout ce qu’on voulait. Par amour de la musique, amour de partager cet amour et par un vrai sens du commerce. Combien de vinyles je ne lui ai pas acheté après écoute ?

Bref, ces crétins ont réussi une chose. Je me suis mis à ne plus payer toute la musique que j’écoute. Et je vous jure que ça me désole. Mais j’en ai vraiment ras le bol. Désormais, tout ce qui n’est pas disponible sans DRM, je ne paie plus. A chaque fois que je suis leur otage quand je suis honnête, basta ! Et si l’un d’eux lit ceci, qu’il sache que j’ai écouté, puis acheté le dernier Radiohead sur leur site au début et je l’ai payé 10 euros.

Une idée, juste une (et sans DRM). Les maisons de disques pourraient utiliser l’argent qu’ils mettent dans les procès et le développement de techniques inefficaces mais ennuyeuses pour les honnêtes à payer des gens qui vont faire de la formation ou de la sensibilisation à la base, dans les écoles. Un peu comme les policiers qui viennent faire de la prévention routière. Enseigner est un plus beau verbe que réprimer.

22)
Argos
, le 05.12.2008 à 12:40
[modifier]

Cela fait trois ans que je n’ai plus acheté ni CD, ni DVD. Dans mon coin (pour ceux qui l’ignorent, c’est la Géorgie) les CD et DVD qu’on trouve dans les magasins sont eux-mêmes piratés. Et si je suis en Europe occidentale, je préfère acheter autre chose plutôt qu’un CD que je paye pas loin de vingt euros alors que je en ai gratuitement le contenu chez moi.

Les majors, comme à l’époque où la télévision devenait un cinéma chez soi, sont incapables de s’adapter relativement rapidement aux changements de consommation. De plus, depuis des années, ils ne proposent plus rien d’innovant. Leur seul intérêt est un catalogue qui après cinquante ans entre dans le domaine public. C’est pour cette raison qu’ils essaient de faire passer le délai de protection de cinquante à quatre-vingt-dix ans.

23)
Batisse
, le 05.12.2008 à 14:09
[modifier]

Je vois qu’on est mal renseigné sur Wizzgo et il vaudrait mieux lire les trois billets de Maître Eolas sur l’affaire que de donner crédit à toutes les sottises qui courent le Web. Je n’ai pas signé cette pétition initiée par des hypocrites qui savaient très bien qu’ils étaient depuis le début dans l’illégalité la plus totale, toutes les instances auxquelles ils s’étaient adressés leur ayant signifié que leur projet n’était pas réalisable. Ils ont voulu passer en force et imposer le fait accompli et maintenant ils pleurnichent des soutiens dans le cyberespace. C’est assez pitoyable. Ces gens sont d’anciens de Tf1 et connaissaient très bien les risques qu’ils prenaient. Il joué un coup de poker qu’ils ont perdu. Soit. Qu’ils en restent là. Leur affichage comme victimes devient écœurant. Pour finir ils n’ont pas été condamnés à une amende mais à payer le prix des émissions qu’ils avaient volées et revendues à vil prix — même si c’est par la pub —, sans autorisation, aucune.

Sur paroles.net

Les livres d’Anne ne sont pas en téléchargement gratuit, texte intégral, sur le net et c’est heureux. C’est la même chose pour les poèmes et les chansons. Par contre on peut les acheter, en photocopier des passages et les étudier en classe, et c’est heureux. C’est pour ça qu’on paie une redevance sur les photocopieuses et c’est heureux. On trouve sur le net des services d’achat en ligne de partitions. Je viens tout juste d’acheter Strange Fruit paroles, accords, transposé pour les instruments en Sib pour 2,23 €.

24)
Guillôme
, le 05.12.2008 à 15:09
[modifier]

ils étaient depuis le début dans l’illégalité

Le problème comme je le dis plus haut n’est pas la légalité ou l’illégalité mais la légitimité ou non de tels usages non prévus par la loi, l’intérêt économique de telles initiatives et la “moralité” de tels agissements.

Je comprends tout à fait ton point de vue Batisse puisqu’il est crié haut et fort par tout un tas de gens.

Maintenant, je constate que :

  • la conversion de cd acheté en mp3 pour son ipod est illégal dans certains pays;
  • la copie privée est illégale dans certains pays;
  • le p2p de contenu copyrighté est légale dans certains pays;
  • que les supports ou matériel à usage privé pour le contenu que l’on a créé sont taxés au titre de la copie privé dans certains pays;
  • que faire sauter les protections est légal dans certains pays; …

Tout cela pour dire que ce n’est pas si simple!

Je ne vais pas refaire tout un article, il suffit de relire mon humeur donné en lien et mon commentaire plus haut.

Le monde idéal est à nos portes :)

25)
Mitch
, le 05.12.2008 à 15:12
[modifier]

Oui cher Batisse et pour être juste il serait bon ce citer ce paragraphe issu de l’excellent blog de Maître Eolas.

[…] il faut rappeler que les disques durs des ordinateurs ne font pas l’objet à ce jour (gageons que ça ne durera pas) de la perception d’une redevance reversée aux sociétés d’auteurs comme tel est le cas pour les disques durs et DVD réinscriptibles ou non des magnétoscopes de salon.

Heureux utilisateur licencié de Final Cut Studio et de Creative Suite Web Premium, je me réjouis déjà de contribuer au financement de la suisa par la seule installation de logiciels que j’ai payé!

26)
azatoth
, le 05.12.2008 à 15:19
[modifier]

Bonjour,

Je ne défends personne en particulier et surtout pas les gros bénefs de la SACEM (et de ses 11% de frais de fonctionnement)..

Sur la forme : paroles.net est un site commercial qui utilise (jusqu’ici) gratuitement l’oeuvre écrite d’auteurs francophones, ceci dans un but lucratif.

Sur la forme, c’est clairement pas bien… voire illégal. Un éditeur “papier” paiera systématiquement des droits, pourquoi pas un éditeur électronique ?

Et sur le fond… normal que les auteurs veuillent percevoir une part du gâteau gagné grâce à leur oeuvre. C’est peut-être moins normal qu’ils empêchent ce service en se le gardant sous le coude pour éventuellement gagner encore plus d’argent…

28)
FTH
, le 05.12.2008 à 18:24
[modifier]

paroles.net est un site commercial qui utilise (jusqu’ici) gratuitement l’oeuvre écrite d’auteurs francophones,

Mouais, considérer des paroles de chanson comme des oeuvres écrites, c’est un peu étrange comme idée. Mais la législation est probablement comme ca.

30)
Tom25
, le 05.12.2008 à 19:01
[modifier]

Il y a quand même une truc qui me vient à l’esprit moi, quand je lis tout ça, quand j’entends les infos, lis la presse etc. C’est qu’on ne parle que de mesures de subventions et ou de répressions pour aider les plus riches.
Les banques ont tout de même longuement été des entreprises extrêmement lucratives, les constructeurs automobiles n’étaient pas malheureux, les maisons de disques ne me font pas pleurer.
Alors sans déjà avant de rentrer dans toute considération, je me dis qu’il y a des injustices biens plus graves, biens plus anciennes, dont on ne s’occupe pas trop.

Ensuite, mais ça a été dit plus haut, on ne peut pas adopter deux langages, à la fois prélever des taxes pour compenser du piratage, et condamner ce piratage.
Et encore un truc, il y a beaucoup plus de piratage aujourd’hui qu’il y a 20 ans, ça tue leur activité, bon ?! Quel était le chiffre d’affaire de ce secteur il y a 20 ans, quel est il aujourd’hui ?

31)
Karim
, le 05.12.2008 à 19:03
[modifier]

Je vois qu’on est mal renseigné sur Wizzgo et il vaudrait mieux lire les trois billets de Maître Eolas sur l’affaire que de donner crédit à toutes les sottises qui courent le Web. Je n’ai pas signé cette pétition initiée par des hypocrites qui savaient très bien qu’ils étaient depuis le début dans l’illégalité la plus totale, toutes les instances auxquelles ils s’étaient adressés leur ayant signifié que leur projet n’était pas réalisable.

Pour ma part, je ne m’intéresse pas à la justesse de cette décision et je veux bien faire confiance à Eolas dans ce domaine. Je m’interroge sur le préjudice réel (pas celui calculé par les avocats de TF1): en ce qui me concerne et en ce qui concerne les amis à qui j’avais indiqué l’existence de Wizzgo, c’était une occasion de regarder des émissions que nous n’aurions pas regardées par ailleurs (je ne regarde d’ailleurs jamais la TV), ni enregistrées par un autre moyen (Wizzgo était tellement pratique qu’il créait l’usage). Le préjudice réel est donc nul, on peut même dire que c’était un petit “plus” pour les chaînes diffusantes (pub même si on la passe comme sur un magnéto, présence du logo…) Je serais donc curieux de savoir si cette utilisation n’était pas celle de la majorité des utilisateurs.

32)
ysengrain
, le 05.12.2008 à 21:48
[modifier]

En 2002, lors 1er festival de viole de gambe d’Asfeld, mes amis Hille Perl et Lee Santana ont donné un concert au cours duquel 3 pièces de Lee ont été jouées. La SACEM nous a demandé 220€ au motif qu’ils sont détenteurs des droits pour la France. Le cachet que j’ai payé à nos amis, dont l’auteur, a donc été amputé de cette somme.

Comprenne qui pourra.

33)
Batisse
, le 05.12.2008 à 21:51
[modifier]

Je m’interroge sur le préjudice réel (pas celui calculé par les avocats de TF1)…

La somme à payer a été calculée au tarif de vente moyen d’une émission de M6 multipliée par le nombre d’émissions distribuées aux internautes, chiffre fourni par Wizzgo. C’est équitable : avant de revendre quelque chose il faut l’acheter. S’ils avaient pu signer des accords avec les chaînes ils auraient eu un prix de gros. Les chaînes n’étaient pas vendeuses. En effet il faut savoir qu’elles achètent des émissions dont les droits sont strictement encadrés : nombre de diffusions, heures de diffusion, le prix varie, elles auraient sans nul doute eu les avocats des vendeurs sur le dos à leur demander un supplément pour Wizzgo. Ce sont des anciens de Tf1 je ne peux croire qu’ils ne savaient ce qu’ils faisaient. Maintenant, avec leur pétition, ils essaient de faire buzzer un mouvement de soutien populiste. Pour revendre leur masse de supporteurs ou les faire peser, présentés comme clients potentiels, dans des négociations futures ? Je n’aime vraiment pas ce type de méthode moderne, innovante… Ceci dit je suis bien d’accord, c’était pratique ; j’ai utilisé, bon encodage, bonne qualité, etc. Mais ça ne suffit pas à justifier la copie industrielle d’émissions télé sur lesquelles on acquitte aucun droit parce les détenteurs des dits droits s’y sont opposés, pour les revendre au public. Suppose que j’enregistre les émissions de toutes les chaînes, que je les encode en mp4 et que je les revende en CD à mes connaissances, déclarant que je réalise la copie privée de mes copains à leur place, pour leur rendre service, et que je ne fais payer que ce service… Que m’arriverait-il ? Ne passerai-je pas ensuite pour un con lorsque j’irai pleurnicher au bistrot du coin toutes les misères qu’on me fait ?

34)
Migui
, le 05.12.2008 à 22:52
[modifier]

Pour signer la pétition Wizzgo hors de France, faites comme moi: j’ai fait précéder mon code postal belge à 4 chiffres de deux chiffres supplémentaires (p. ex. 01), comme s’il s’agissait d’un département français. Et ça marche!

35)
lepile
, le 05.12.2008 à 23:04
[modifier]

Reproduire une chanson ? Interdit ! Reproduire un texte ? Interdit ! Reproduire une semence ? Interdit !

Allons les enfants, si les libertés accordées par la révolution de l’imprimerie (diffusion des idées), si les libertés fondamentales des paysans (reproduire des semences), si les libertés de diffusion de la Culture sont vampirisées par des financiers, il est temps de retrousser ses manches et de travailler à un monde plus juste et plus solidaire.

Que dire de l’environnement ….

D’ici que ca change, Joyeux Noêl (limitez vos déchets quand même).

36)
Guillôme
, le 06.12.2008 à 00:47
[modifier]

Batisse, tu viens de reproduire une citation de Karim sans autorisation. La tarification est de 1,50 Eur merci de faire un virement à l’ordre de cuk.ch :)

Deezer, il pompe la musique aussi :p. Me parle pas de légalité, c’est venu après avec le passage en force et c’est encore sujet à caution ;)

Et Youtube? Et DailyMotion? Que du contenu copyrighté… mais pareil, les arrangements n’ont lieu que maintenant car eux aussi ont été ignoré au début et ils ont la taille critique pour se défendre ;)

Non, la vraie raison, c’est que Wizzgo fait peur et TF1 et compagnie ne vont pas faire l’erreur 2 fois alors ils frappent très fort d’entrée de jeu ;)

Pour parole.net, c’est simplement qu’ils devenaient gros et quasi un des sites principaux. Vu que c’est des contributions des internautes, peu de moyens financiers, donc bon on frappe et hop ça disparait…

D’ailleurs GoogleEarth / GoogleMaps se fait attaquer pour montrer des lieux ou personnes qui ne veulent pas être vus (lieux extérieurs visibles par tous)!

Et puis la numérisation de tout ce qui existe sans l’autorisation des auteurs puis la commercialisation, ça existe, c’est Google Books… Simplement, Google a plein de sous et des gros muscles alors forcément ils ont trouvé un arrangement avec les associations et les bibliothéques… et ceux qui se plaignent pas et ben tant pis pour eux :p

Tout ça c’est bien, c’est mal, je n’en sais rien mais il y a une composante, ceux qui ont grossi vite ou ceux qui sont puissants ont pu développer des nouveaux services à la base illégaux et qui sont des vrais novations que personne ne conteste.

  • Alors est-ce une condamnation raisonnable des centaines de milliers d’euros pour le délit commit par Wizzgo?
  • Est-ce que qu’il est raisonnable qu’un détenteur de droits puisse refuser, dans tous les cas, de céder un droit d’utilisation à un concurrent moyennant un tarif raisonnable?
  • Est-ce que finalement, on n’est pas en pleine hypocrisie?

La vraie question, n’est-elle pas pourquoi as-t-on voulu stopper Paroles.net et Wizzgo? plutôt que sont-ils coupables?

37)
Mirou
, le 06.12.2008 à 01:07
[modifier]

Et bien j’espère que ni la SUISA ni la SACEM ne vont me poursuivre pour toutes les fois où j’ai chanté “pirouette – cacahouète ” à l’occasion des 1er mai de mon enfance!

38)
Inconnu
, le 06.12.2008 à 01:26
[modifier]

Rien à voir, ou presque… Je n’ai pas envie de me laisser dans le débat des droits d’auteur etc. Je fais bien assez de droit au quotidien.

Mais si je peux conseiller quelques-uns d’aller au théâtre Boulimie à Lausanne pour y voir la pièce “En attendant le métro”… Pas aussi hilarant que la dernière pièce de Golovtchiner, mais elle est toutefois excellente et pleine de trouvailles.

Snyopsis

J’y ai eu beaucoup de plaisir.

Par contre, je doute qu’ils apprécient que vous filmiez leur spectacle et que vous le diffusiez sur Youtube… Enfin, vous pouvez toujours leur demander les droits.

39)
François Cuneo
, le 06.12.2008 à 08:24
[modifier]

Alors parlons-en des photos, et des artistes!

En fait j’en ai déjà parlé .

Mais c’est un peu comme tu dis Guillôme: les téléphones portables, avec leurs 5MP, 8MP sont devenus tellement “gros” niveau quantité qu’on ne peut plus rien faire pour les arrêter eux. Et pourtant, c’est les téléphones qui sont le plus embêtants, vu qu’ils sont tenus en l’air, que les gens n’ont pas compris qu’il faut arrêter le flash (ou alors ils ne savent pas comment le faire…).

Sinon, ils sont devenus paranoïaques. Sauf quand il s’agit de vendre leurs cartes postales, leurs écharpes, leurs t-shirts et j’en passe. Là, ils veulent bien faire une exception.

40)
kertruc
, le 06.12.2008 à 16:42
[modifier]

Personnellement, je ne pleurerais pas sur la condamnation et la disparition de sites marchands.

Et pour les paroles des chansons, franchement, on les trouve partout, sur des sites d’instits, sur des ftp… Enfin bref, sur des sites de vrais passionnés qui ne cherchent pas à gagner de l’argent en devenant une référence d’internet… Et puis dans l’année, moi, j’apprends des chansons à mes élèves… mais pas 50. Donc si je n’ai pas les paroles, je prends 10mn le soir tranquillement, et je les tape.

François, ton site, tu le fais par passion. Tu ne gagnes pas d’argent grâce aux articles de toutes les personnes qui écrivent sur Cuk. Tu mets peut-être un peu de pub pour payer tes frais et c’est normal.

Le but de site comme Wizzgo, c’est de s’en mettre plein les poches avec le travail des autres.

Comme l’ont dit d’autres personnes : ils ont joué, ils ont perdu…

41)
Batisse
, le 06.12.2008 à 22:13
[modifier]

Le droit de citation est autorisé. Il n’est pas nécessaire d’acheter les partitions de ce que l’on veut chanter sous la douche. D’ailleurs ça n’est pas très malin car sortie de là elle serait trempée, inutilisable. Même en Suisse les disques durs internes des ordinateurs sur lesquels on a enregistré son Final Cut ne sont pas soumis à la RCP. J’ai vérifié sur le site de la SUISA. Bien sûr qu’on peut copier, les sources libres, licites sont multiples. On peut enregistrer une chanson à la radio puis relever les paroles, les accords, la mélodie, l’arrangement, cela se faisait beaucoup aux siècles précédents et à la plume d’oie au XVIIIe. Relire les mémoires de Casanova : il passe son temps à copier, à recopier, à demander à son valet de copier pour lui… On peut même faire écouter le morceau en classe et demander aux élèves de relever les paroles. Ils apprendront ainsi à éviter le prémâché des Mac Do de la culture et la valeur de ce qu’on réalise soi-même…

Un clou de plus dans le cercueil des pleurnichards pleins de mauvaise foi de Wizzgo : Livestation propose la diffusion d’émissions télé en streaming, y compris sur iPod. Ils ont négocié au préalable avec des chaînes, y compris françaises. Ça débute, c’est encore en bêta mais ça prouve que quand on s’y prend bien, on est autorisé à le faire. Je sais, ça n’est pas exactement le même service. C’est un autre concept. À suivre…

42)
François Cuneo
, le 06.12.2008 à 22:29
[modifier]

Batisse, c’est une belle hypocrisie ce que tu expliques là non?

On peut copier, mais faut souffrir.

Ou alors c’est protestant (je ne critique pas, je suis protestant, ou disons non croyant, mais à mort imprégné de la culture protestante)…

Mais merci pour Livestation. Je vais regarder ça de près, je télécharge le logiciel client à l’instant.

43)
Forbouc
, le 07.12.2008 à 01:32
[modifier]

Je pense qu’il faudrait instaurer une taxe sur les oreilles au motif que l’on pourrait écouter de la musique que l’on a pas achetée, sur la plage par exemple à partir du poste radio d’un voisin, ou à travers la fenêtre de quelqu’un.

Il est aussi intolérable de pouvoir écouter les oiseaux où le tonnerre gratuitement sans verser sa dîme à un quelconque ayant droit autoproclamé.

Payer une taxe ( en France) pour le droit de copie privée sur les dvd ou cd vierges, au motif que l’on pourrait y reproduire des œuvres ressort des même processus, même si ces cd ou dvd ne servent qu’à stocker des photos numériques privées.

Ensuite il faudra s’occuper de taxer les yeux et les appareils photos qui peuvent voir ou saisir des choses ‘éventuellement taxables’, puis le cerveau qui pourrait penser à……

À la fin quel pourcentage des ces taxes revient à l’artiste créateur?

yves

44)
bgc
, le 07.12.2008 à 09:56
[modifier]

Je suis auteur-compositeur à la Sacem.

Si vous avez une ou des solutions astucieuses, intelligentes, équitables, originales pour permettre aux vrais créateurs qui font ou feront rêver de continuer à vivre de leurs droits d’auteurs, n’hésitez pas à les proposer. Les responsables à la Sacem planchent là-dessus chaque jour, et si une “vraie” solution est proposée ici, sur Cuk, elle sera rapidement transmise à ces responsables.

Je ne garantis pas que l’auteur de cette “solution” touchera des droits d’auteur :-)), mais pourquoi pas ?

45)
Anne Cuneo
, le 07.12.2008 à 10:17
[modifier]

Un clou de plus dans le cercueil des pleurnichards pleins de mauvaise foi de Wizzgo : Livestation propose la diffusion d’émissions télé en streaming, y compris sur iPod. Ils ont négocié au préalable avec des chaînes, y compris françaises. Ça débute, c’est encore en bêta mais ça prouve que quand on s’y prend bien, on est autorisé à le faire.

Je me suis retenue d’intervenir, car en tant que travailleuse culturelle qui n’est pas une des stars qui font des millions, je ne peux pas être d’accord avec beaucoup de vos plaintes. Mais bon, on a déjà eu cette discussion, je préfère ne pas me répéter et ne pas vous faire courir le risque de vous répéter.

Disons tous simplement que les grands conglomérats qui font du fric sur le dos des artistes n’ont pas encore compris que les temps ont changé.

Je voulais tout simplement te remercier, Batisse, pour Livestation. Ils se sont donné la peine de négocier station par station, et ça marche. J’ai aussi téléchargé et je suis en train de regarder BBC World à cette minute – on nous l’avait enlevé du câble. Il y a aussi Zattoo, la réception est moins bonne, mais eux aussi ont négocié station par station.

46)
Tom25
, le 07.12.2008 à 10:40
[modifier]

bgc, tu considères donc que la “solution” actuelle est une solution ?! J’ai envi de te dire que je m’en fou de vos problèmes moi. J’en suis à ma 3ième sté qui dépose le bilan, et toutes ont eu leurs lots de problèmes. Actuellement je vends des foyers qu’on fabrique et des poêles qu’on importe. Pour ces derniers, on traduit les catalogues, on les imprime, idem pour les notices d’utilisation etc. Et pourtant pas mal de monde importe directement tout en utilisant NOS imprimés en Français.
Alors je veux percevoir une taxe sur tout ce qui se rapporte au bois. Chaque boîte d’allumettes, chaque briquet, chaque bûche, chaque scie, chaque tronçonneuse, chaque pelle à cendre, chaque feuille de papier journal, chaque tracteur, chaque remorque, chaque …
Hein ???? Quoi j’abuse ? Chacun de ces objets pourraient être utilisés pour MON poêle à bois.

Vous pouviez vous plaindre et j’étais plutôt d’accord, chacun doit toucher la rémunération juste pour le fruit de son travail. Mais maintenant vous avez instauré cette taxe, alors stop. Ca y est, terminé. Si c’est votre solution très bien. Vous avez réparation de votre préjudice alors qu’on n’en aprle plus et qu’on continue comme ça. Ou alors on abroge cette “solution” et on en applique une autre. Mais là vous voulez quoi ? Une taxe qui compense la copie tout en interdisant même la copie privé ? Merde ! Je n’écoute même pas.

Un type te fonce dessus, t’accuse de l’avoir volé, tire sur ta veste et te pique du blé dans ton porte-feuille, tu causes avec toi ? Moi non ! Là j’ai été sage, j’ai bien voulu comprendre sa colère parce qu’effectivement il y a un problème. Mais qu’il en ait pris l’habitude, qu’il y revienne encore et toujours, et qu’en plus il me casse les c… Attends hé, il y a un moment où ça va finir par me mettre en rogne !

47)
djtrance
, le 07.12.2008 à 10:50
[modifier]

Très simpliste, mais quand Sony se plaint de la copie et que de l’autre côté, ils créent graveurs et CD-DVD vierges…

C’est juste une foutaise, de toute façon, on se fait ba**, quoi qu’il arrive, c’est comme pour tout dans ce monde… Bref…

48)
kertruc
, le 07.12.2008 à 12:33
[modifier]

@Forbouc :

100% d’accord avec toi.

Mais 100% contre les sites qui se font du fric en diffusant le travail des autres.

Pour la remarque sur la SACEM, moi ce qui m’énerve c’est les revenus indécents de certains… franchement, il devrait y avoir des plafonds… gagner autant d’argent, c’est tout simplement dégueulasse…

Voici la totalité du classement des chanteurs français ayant gagné le plus d’argent en 2007 1e : Michel Polnareff – 5,71 millions d’euros 2e : Johnny Hallyday – 3,02 millions d’euros 3e : Yannick Noah – 2,30 millions d’euros 4e : Christophe Maé – 1,75 million d’euro 5e : Zazie – 1,38 million d’euros 6e : Christophe Willem – 1,22 million d’euros 7e : Michel Sardou – 1,15 d’euros 8e : Calogero – 1,06 million d’euros 9e : Vanessa Paradis – 970 000 euros 10e : Francis Cabrel – 900 000 euros 11e : Bénabar – 890 000 euros 12e : Olivia Ruiz – 870 000 euros 13e : Vitaa – 840 000 euros 14e : Patrick Bruel – 650 000 euros 15e : David Guetta – 620 000 euros 16e : Michel Delpech – 530 000 euros 17e : Dany Brillant – 510 000 euros 18e : Rose – 450 000 euros 19e : Fatal Bazooka – 400 000 euros 20e : Florent Pagny – 380 000 euros 21e : Renan Luce – 360 000 euros 22e : Marc Lavoine – 270 000 euros 23e : Shy’m – 160 000 euros 24e : Jenifer – 150 000 euros

49)
Tom25
, le 07.12.2008 à 13:06
[modifier]

Ca s’appelle crier la gueule ouverte, ou la gueule gavée ! Je l’ai déjà dit je crois, quand on voit le pognon que dépensent certains gosses dans leur artistes favoris. Et cela bien souvent à l’insu et/ou sans l’autorisation de leur parent. Les chaussettes Madona, le T-shirt Halliday, la sonnerie Britney Spears, etc. On met tout en place pour que les enfants (c’est souvent eux) y craquent leur pognon sans que les parents puissent intervenir. Et tout ça on laisse faire. Et après on leur rentre dans le choux (à ces parents dépassés par tous ces trucs) parce que leurs gosses ont téléchargé ci ou ça en P2P.

Alors qu’on mette des DRM dans les fichiers musicaux, bon, celui qui en cause a le droit de le faire. Mais d’après moi, seulement à partir du moment ou il sortira parallèlement une protection afin qu’un gosse ne puisse pas acheter une sonnerie, un t-shirt, un CD ou je ne sais quoi sans l’accord de ses parents !

Je repose la question, quelle est la tendance du CA du milieu de la musique. Et j’ajoute, quelle tranche d’âge y dépense le plus d’argent ? Vos meilleurs pirates sont vos meilleurs clients. C’est pour ça que vous (Sacem maisons de disques etc.) ne vous attaquez pas à eux, mais à tout le monde au travers de vos taxes.

Ceci dit concernant Wizgo, avec ce que je lis ici et ailleurs je pense qu’effectivement je ne vais pas aller signer leur pétitions. Ces types s’érigent en défenseurs de l’opprimé alors qu’ils ont voulu imposer en force un système leur permettant de gagner du pognon sur le dos d’autres personnes. Des Robins de Bois qui prennent 100, te donnent 1, et gardent 99.

Et plus haut on a parlé de vendeur de rêve. Voilà ce qui me déplaît fortement, ce qui me fait gerber dans tout ça. Non, contrairement à ce qu’on essai de laisser entendre, non on ne parle de culture. On parle de business, de buzz autour de stars. Une star ne veut pas être piraté ? Que la maison de disque sorte son album anonymement. Si c’est de l’art, ça se vendra, c’est le contenu qui intéressera les gens. Et ça mettra du temps avant de trouver le CD sur les réseaux P2P.

50)
bgc
, le 07.12.2008 à 13:56
[modifier]

A Kertruc et Tom 25:

Je suis d’accord. J’ai du mal m’exprimer. Je voulais dire que, au lieu de critiquer ou de s’énerver ( et je comprends cet énervement), que faudrait-il faire?

Quant à la liste des chanteurs, il s’agit surtout de royalties sur la vente de CD; pas forcément de droits d’auteur, car tous ne sont pas auteurs-compositeurs. Tout à fait d’accord, ceux-là ne sont pas à plaindre. Et en général, ils ne se plaignent pas.

D’accord aussi sur la remarque au sujet de Sony.

Quelle serait “la” solution, si toutefois il y en avait une satisfaisant tout le monde?

Quant aux droits sur la copie privée, instaurés par un certain ministre d’une certaine époque, cela rapporte beaucoup à “certaines” sociétés, et sans doute à ce ministre :-), simplement en intérêts bancaires, avant que cela ne soit redistribué aux véritables ayant droit.

Donc, en résumé, je suis d’accord. Que proposez-vous?

Quelqu’un aurait-il la liste et les salaires des PDG du Cac 40?

52)
Batisse
, le 07.12.2008 à 15:31
[modifier]

Pour la remarque sur la SACEM, moi ce qui m’énerve c’est les revenus indécents de certains… franchement, il devrait y avoir des plafonds… gagner autant d’argent, c’est tout simplement dégueulasse…

La SACEM fait son travail qui est de répartir équitablement les droits qu’elle perçoit. Si le public a mauvais goût, s’il est moutonnier, s’il se précipite à avaler tous les coups marketing, c’est un autre débat. De plus ainsi que le fait remarquer bgc la plupart des chanteurs cités ne sont ni auteurs, ni compositeurs et ne sont pas rémunérés en droits d’auteur mais en redevances payées par leur maison de disque, un pourcentage sur les ventes. Comme disait Coluche « Il suffirait que les gens n’achètent pas pour que ça se vende pas. »

Certains crient à l’injustice d’avoir à acquitter une somme modique sur les supports en échange de la licence de copier à titre privé des oeuvres soumises au droit d’auteur même quand ils ne le font pas. Ils souhaitent peut-être qu’on oblige à l’installation de logiciels-compteurs propre à comptabiliser au plus précis l’utilisation des oeuvres qui transitent par nos matériels afin de nous facturer au plus juste notre consommation et par là même surveiller toute notre activité numérique. Qu’ils sachent que ça n’est pas là ma conception de la liberté. Je suppose que c’est aussi pour ça qu’on y a préféré une solution de paiement mutualisé. Dans les deux cas, comme souvent dans la vie, il faut supporter des inconvénients, et de ce qu’on paie collectivement certains profiteront plus que d’autres. Encore que cela coûtera plus cher à ceux qui copient beaucoup. Peut-être nos « étranglés par la taxe » devraient-ils avant de s’attaquer à la RCP répertorier l’ensemble des services qu’ils n’utilisent jamais : bibliothèques publiques, transports en communs, justice, éducation (puisque c’est fait), toutes les portions de voiries du pays par lesquelles ils ne passent jamais, etc., etc. et aller réclamer à l’état le trop perçu de l’impôt qu’ils ont versé pour ces commodités qui leurs sont inutiles. Il y a là plus à récupérer que les 4,13 millièmes d’Euros que coûte la copie — et recopie ad vitam de la machine sur le même espace disque — d’un titre sur un iPod nano.

53)
ToTheEnd
, le 07.12.2008 à 15:51
[modifier]

Ahahahahah… encore un spasme sur “ceux qui gagnent trop”… ça faisait quelques jours que personne ne s’était exprimé sur le sujet… heureusement, on revient toujours sur LE fond du problème. On peut toujours compté sur quelques-uns pour ça.

Quelqu’un aurait-il la liste et les salaires des PDG du Cac 40?

Je ne connais pas la législation française mais aux USA (mais oui, l’antre du capitalisme et le pays du mal), c’est obligatoire de publier ces chiffres depuis des années et pour toute la direction. L’information est parfaitement publique sur chaque entreprise cotée en bourse et bien sûr… elle pourrait bien scandaliser, outrer, révolter, choquer, indigner, horrifier, révulser, offusquer, heurter, etc. les pleurnicheurs…

T

54)
Tom25
, le 07.12.2008 à 16:07
[modifier]

Ah mais attention Batisse, il y a la taxe ET les DRMs. C’est ce qui me fait bondir.

L’analogie avec les taxes pour les routes etc. est bonne. Mais ça ne me gêne pas de payer pour qu’un type habitant au lieu dit “trifouillie les oies” ait une route à peu près praticable jusqu’au village voisin. Et ça ne me gênerait pas de payer une taxe sur mes CDs soutenant les artistes. Mais il semble que personne ne soit sûr que cette taxe leur soit en grande partie reversé.

Ce marché est énorme. Tous les jours on en entend de nouvelles. J’ai cru comprendre que les musiques achetés sur iTunes Store ne fonctionnent pas sur certains autres appareils que l’iPod. 50 millions de Français payent la taxe comme un seul homme, et une dizaine (ou centaine ?) de distributeurs de musique ne peuvent pas se mettre d’accord sur un format, et ce au dépend du consommateur.

Et moi je fais comme Coluche il a dit, je n’achète pas. Et je télécharge très très peu, histoire de rentabiliser ma taxe. Je dois avoir téléchargé une cinquantaine de chansons depuis qu’internet existe, et j’ai aussi quelques CD copiés (une dizaine).
Les auteurs auraient un compte Paypal comme les auteurs de sharewares, j’irai leur donner l’équivalent de ce que leur reverse leur maison de disque.

55)
levri
, le 07.12.2008 à 16:09
[modifier]

@ Batisse : je te prie de m’excuser, mais cette taxe sur la “copie privée”, je trouve que c’est juste du foutage de gueule ! Une fois qu’on a acheté la prétendue “œuvre”, il me semble qu’on devrait avoir le droit d’en faire ce qu’on veut à titre privé. Cela ne regarde en rien les “ayant droit” si on préfère l’écouter sur le CD original, sur l’iPod ou tout autre support à notre convenance !

Il me semblait qu’une “œuvre” était immatérielle, non ? ce qu’on achète c’est le droit de jouir du machin de l’auteur et des interprètes, laissez nous jouir de la manière qui nous convient !

@ kertruc : je suis ravi d’épargner mes oreilles ! je n’écoute aucun des chanteurs que tu cites. (bon, j’avoue avoir écouté le bal des lazes quand j’étais jeune ado, mais il y a prescription). :P

La SACEM fait parfois son travail qui ressemble fort à un racket, j’ai fait partie d’un groupe qui ne jouait que sa musique originale, nous avions refusé d’adhérer à la SACEM, cependant à chaque concert, il mettaient le couteau sur la gorge des organisateurs afin de les faire cracher au bassinet, nous avions donc fait un courrier type, expliquant que nous n’étions pas inscrit à la SACEM, et n’avions aucune intention de le faire, afin de dégager la responsabilité des organisateurs, nous laissions également nos coordonnées aux organisateurs, car trop souvent ils étaient agressés et sommés de payer.

56)
Tom25
, le 07.12.2008 à 16:12
[modifier]

… elle pourrait bien scandaliser, outrer, révolter, choquer, indigner, horrifier, révulser, offusquer, heurter, etc. les pleurnicheurs…

Surtout lorsque ces personnes crient plus fort que ceux qui n’ont même plus la force de se plaindre ! Et les maisons de disques crient très fort depuis fort longtemps.

57)
rolando
, le 07.12.2008 à 18:21
[modifier]

Mise en garde. Attention en cette saison festive où la joie et le frais pétillement des embrassades au coin du sapin pourraient vous faire oublier que Jingle Bells n’est PAS libre de droits. Vigilance donc et excellentes fêtes.

58)
alec6
, le 07.12.2008 à 19:47
[modifier]

A propos de hauts salaires :
Le plus élévé en France est celui du PDG de l’Oréal, M’sieur Agon gagne 14 millions d’euros par an soit 1,16 millions par mois. soit encore un bon millier de SMIC !
Mais le plus drôle, est que l’ancien PDG Lindsay Owen Jones gagne toujours la même chose que son remplaçant ! Si si ! Ce n’est pas officiel, mais cela commence à se savoir. De toutes façon les pauvres n’ont qu’à fermer leur g… n’est-ce pas ?
La direction de l’Oréal coûte donc l’équivalent de deux milles smicards par mois à cette société !

Pour en revenir au sujet, comme l’a dit Caplan La connerie à ce point là, moi, je dis que ça devient gênant.

59)
kertruc
, le 07.12.2008 à 20:25
[modifier]

@ToTheEnd : il y a gagner beaucoup, et gagner trop. Et puis, peut-être et surtout, il y a la manière de gagner son argent.

Ceux qui gagnent beaucoup d’argent honnêtement son rares cependant… Pour préciser ma pensée : combien de ces artistes millionnaires payent correctement leurs techniciens ? Combien de personnes employées au SMIC par l’Oréal pour dégager des marges suffisantes pour que la direction touche des millions ?

60)
Tom25
, le 07.12.2008 à 20:51
[modifier]

Voilà pourquoi chacun de nous toussote en rigolant quand on lui dit que télécharger c’est mal !

62)
Ölbaum
, le 08.12.2008 à 17:08
[modifier]

Je me pose une question : les fournisseurs de câble paient-ils quelque chose aux chaînes qu’ils distribuent, où l’argent des chaînes ne vient-il que de la redevance et/ou la pub ?

63)
Batisse
, le 09.12.2008 à 01:21
[modifier]

Non il ne faut pas obligatoirement souffrir si l’on veut copier. C’est autorisé, ça s’appelle la copie privée et cette liberté nous est octroyée en échange de sommes dérisoires. Je me suis simplement contenté de trouver une solution pour un maître à qui la simple idée que des créateurs soient rémunérés arracherait les tripes. Le plus simple serait bien sûr d’acheter la partition pour quelques Euros, une fois photocopiée elle irait rejoindre les ouvrages disponibles dans la bibliothèque de l’école, puis de télécharger le morceau à 0,99 € de l’iTunes Store (ou d’ailleurs) pour parachever l’ensemble du matériel pédagogique. On paie bien les règles, les craies, les compas, les livres, les jus de fruits et les petits gâteaux des fêtes de fin d’année, pourquoi en irait-il autrement s’il s’agit de musique ?

Ah mais attention Batisse, il y a la taxe ET les DRMs. C’est ce qui me fait bondir.

Et bien tu peux rester sur terre. Fini de sauter. C’est faux. La rémunération en copie privée d’un fichier verrouillé est réglementée par la loi. Sans entrer dans le détail un film qui sort en DVD (tous verrouillés) et qui ne passerait nulle part ou il puisse être copié librement comme par exemple la télé n’a droit à rien. Voici l’article de loi :

« [Le montant de la redevance] tient compte du degré d’utilisation des mesures techniques définies à l’article L. 331-5 et de leur incidence sur les usages relevant de l’exception pour copie privée. Il ne peut porter rémunération des actes de copie privée ayant déjà donné lieu à compensation financière. »

Une fois qu’on a acheté la prétendue “œuvre”, il me semble qu’on devrait avoir le droit d’en faire ce qu’on veut à titre privé.

Beaumarchais pouvait facilement aller rencontrer ad hominem les entrepreneurs de spectacles et directeurs de théâtres gourmands d’engranger les bénéfices en donnant ses oeuvres en représentation. Ils habitaient tous la même ville et il lui était facile au besoin de les traîner devant les tribunaux en cas d’entourloupe. La littérature, le théâtre, la musique, pour en tirer de l’argent, il fallait imprimer, jouer, c’était simple. Tous ces gens n’étaient ni plus ni moins madrés que nos modernes majors companies et s’est imposé avec l’expérience le Droit Exclusif d’Autoriser ou d’Interdire, privilège du créateur ainsi que son Droit à Rémunération. Depuis tout s’est perfectionné, compliqué, reproduction mécanique, multimédia, il y a mille et une manière d’exploiter un œuvre et on ne se rencontre plus au Café Procope pour régler l’affaire. Reste la règle : on y coupe pas. Pas rien que pour t’embêter toi, pékin moyen, mais pour éviter que le roublard patron de salle puisse se prévaloir d’imaginaires autorisations qui lui auraient été concédées il y a longtemps, ou de copies que « mais bien sûr c’est pas dans le contrat, mais il est d’accord, il me l’a dit ». Il est absolument obligatoire de solliciter une autorisation pour toute utilisation, quelle qu’en soit la forme, d’une oeuvre. Conviens qu’il serait inéquitable que nous autres simples citoyens puissent bénéficier d’un traitement plus favorable que les industriels de la culture. N’est-ce pas ?

Reste que la copie à titre individuel ne cause pas grand tort à l’auteur, qu’elle est même utile à sa diffusion, son étude, que la culture se partage, etc., plein de raisons font qu’on a instauré une exception à la règle, en échange de sommes dérisoires à acquitter par le particulier et lui seul pour son usage privé, ceci pour respecter le Droit à Rémunération. Il existe d’autres exceptions : représentation privées et gratuites effectuées exclusivement dans le cercle familial, les analyses et courtes citations, revue de presse, discours dans le cadre de l’actualité, caricature humoristique, et actes nécessaires aux bases de données sous certaines conditions. De quoi te plains tu ? Tu es privilégié, on te fait un prix et au cas où tu ne l’aurais remarqué Wizzgo a essayé indûment de profiter de ton privilège pour se remplir les poches.

Pour finir, une rumeur de forum tenace, et on comprends pourquoi, voudrait que cet argent profite aux maisons de disques. Il faut aller lire la loi pour se rendre compte qu’il va en grande partie aux auteurs, compositeurs, artistes interprètes, (à 75 % pour le son, 66 % pour la vidéo, le reste seulement aux producteurs). De plus, les majors, qui représentent plutôt un maximum de productions US ne touchent rien sur celles-ci car les Etats-Unis n’ont pas signé les accords internationaux sur les Droits Voisins et se refusent à la réciprocité. Mécaniquement cela reporte la part dédiée aux producteurs sur les indépendants français ou européens signataires des conventions. Ceci fait que, comme les entrées de Spiderman contribuent à financer Entre les murs, ce sont les copies de Britney Spears qui paient le transport d’AMÉLIE LES CRAYONS (page 18) pour qu’elle (ils) aille(nt) assurer sa (leur) tournée au Québec. Et ça me fait plaisir.

PS : désolé d’être centré sur le fonctionnement en France mais je ne connais pas le Suisse qui doit cependant être peu différent.

64)
Guillôme
, le 09.12.2008 à 12:03
[modifier]

Non il ne faut pas obligatoirement souffrir si l’on veut copier.

Je ne suis pas d’accord, il faut souffrir pour copier. L’exception à la copie privée n’a plus lieu d’être, elle est rendue impossible sauf pour les gens hors la loi (Déprotéger un dvd est illégal en france, déprotéger un morceau avec drm est illégal, déprotéger un logiciel est illégal,…)

C’est autorisé, ça s’appelle la copie privée et cette liberté nous est octroyée en échange de sommes dérisoires.

Comme tu le dis plus loin, ce n’est pas autorisé en France, c’est une exception! La différence est notable.

Et les sommes ne sont pas dérisoires, loin de là. Un exemple tout bête, un disque externe de 1To à 130Eur (je prends pas le moins cher), c’est 20 Eur de taxe! C’est colossal!

Moi j’ai 1To Lacie en externe pour mes backups et mon stockage. La-dedans, j’ai mes montages vidéos, mes développements, mes photos et ma musique achetée! Je paie 20 Euro de taxe pour qui?

Passe encore si c’était mutualisé pour le bien de la population qui copie, mais même pas, on ne peut plus copier! Donc on est taxé fortement pour une exception qui est par nature exceptionnelle. Absurde, non?

On paie bien les règles, les craies, les compas, les livres, les jus de fruits et les petits gâteaux des fêtes de fin d’année, pourquoi en irait-il autrement s’il s’agit de musique ?

Encore faudrait-il que l’on puisse comparer l’économie du matériel avec l’économie de l’immatériel. Je pense que ce sont deux choses distinctes qui ne répondent pas aux mêmes règles ni à la même économie.

Maintenant, si tu veux quand même une réponse, avec ma règle, je l’utilise où je veux, quand je veux, je la prête à qui je veux et je peux même la faire dupliquer par un artisan ou moi-même si j’en ai la compétence pour mon usage!

La musique je ne peux pas l’utiliser où je veux (cd-audio protégé, musique uniquement pour ipod, drm…), pas forcément quand je veux (j’ai été planté sur mes autorisations itunes avec ma coupure d’internet et changement d’ordinateur), je ne peux pas la prêter à qui je veux et je ne peux pas la copier ou la dupliquer pour usage personnel même si j’en ai les moyens techniques!

Alors, oui, il en va autrement de la musique, de la vidéo, des logiciels…

Donc, en résumé, je suis d’accord. Que proposez-vous?

Première proposition :

  • Interdire la taxe pour l’exception à la copie privée et autoriser la protection massive des contenus => Le monde du cinéma, de la musique, du livre… rejoindra ainsi l’industrie du logiciel qui vit très bien sans taxe

Deuxième proposition :

  • Maintenir la taxe et autoriser la copie en interdisant les mesures de protections par les vendeurs;
  • Cesser l’hypocrisie et instaurer une sorte de “redevance” internet (ou licence globale pour certains) qui consistent à payer un montant forfaitaire pour l’usage des newsgroups ou du P2P qui permettent un échange massif de données compte tenu du fait de l’autorisation de copier.

Enfin, arrêtons de traiter les gens en voleur, la majorité est honnête!

65)
Batisse
, le 11.12.2008 à 01:11
[modifier]

@ Guillôme.

Tu fais un contresens. Il s’agit d’une exception systématique à une règle de droit qui sans cela s’appliquerait toujours et non une faveur accordée exceptionnellement comme tu sembles le comprendre. Tu es de mauvaise foi lorsque tu affirmes que la copie privée est impossible. Les sources sont de plus en plus nombreuses, textes, galeries photo, CD, radio, télévision, podcasts, rediffusions, fichiers numériques, etc., à longueur de journées je n’arrête pas de copier, comme M. Jourdain, sans m’en rendre vraiment compte. C’est une pratique incontournable lorsqu’on utilise un ordinateur, un enregistreur, un iPod.

Tu fais à juste titre allusion à DADVSI qui a instauré la protection juridique des mesures de protection mais on dirait que pour toi l’histoire s’est arrêtée là. Tu oublies un peu vite que cette loi a été incapable de protéger les DRM d’eux-mêmes. Tous les services qui en faisaient usage on mit la clé sous la porte suite à des faillites retentissantes et à ce jour les DRM sont morts+. Quelques mois à peine après qu’elle fut enfin promulguée la déconfiture a commencé et les velléités de supprimer la Copie Privée au niveau européen ont été abandonnées vite fait. Souviens-toi : les DRM allaient s’installer partout et résoudre tous les problèmes. Le public les a fui en masse pour se tourner vers le téléchargement ou il pouvait trouver des fichiers interopérables de bonne qualité. Ils ont réussi l’inverse de ce qui était recherché.

Tout ceci m’amène à me poser des questions lorsque tu évoques la souffrance. À te lire tu te précipites systématiquement sur les médias verrouillés, tu sembles n’apprécier que ceux-là malgré les peines qu’ils t’infligent. Je trouve cela malsain, pervers… recherche de la douleur, maso somme toute. Cela colle bien avec l’illustration que tu nous mets dans ta réponse : pathologique. Pour ma part je les fuis comme la peste. Les fichiers libres d’utilisation privée sinon de droits pullulent et j’en fais mon ordinaire. Comme on dit je vote avec mes pieds, je vote avec ma souris. Tandis que tu sembles récompenser de ton argent ceux-là mêmes qui sont à l’origine de tes tourments, comme si tu y trouvais un certain plaisir ambigu, ils n’ont jamais rien de moi : la sanction est immédiate.

Sur tes propositions. Il va sans dire que je suis favorable à la seconde. Rassure-toi, les mesures de protections vidéo, elles non plus, ne tiendront plus longtemps, par la force des choses. Poudre de perlimpinpin fourguée à l’industrie du divertissement par celle de l’informatique — ne pas l’oublier —, ses effets sont éventés, si elle en a jamais eu. Au passage elle aura servi à éduquer un peu nos contemporains numériques et à leur apprendre la valeur de l’interopérabilité et des formats ouverts.

Pour finir je ne suis pas d’accord lorsque tu affirmes que 20 € de RCP sur un disque de 1 To soit un tarif excessif. Si compare cette somme avec celle qu’on acquitte sur un iPod Nano qui n’est censé contenir que de la musique — à 97 % rempli de copies de CD personnels, source S. Jobs ; étude Apple —, cela correspond à en utiliser 20/8*4 = 10 Go pour la Copie Privée soit seulement 1 % de sa capacité. À titre de comparaison ma sonothèque iTunes fait 35,6 Go et j’ai encore des centaines de CD qui n’y sont pas entrés. Ceci dit il existe des solutions bien plus efficaces que les disques grand public pour la sauvegarde professionnelle. En vertu de leur qualité de matériel réservé à des pros elles ne sont pas soumises à la RCP. On pourra même y stocker sa sonothèque iTunes, tant il est vrai que dans les systèmes de financement mutualisés on s’accommode d’équilibrer les choses et ce qu’on perd par-ci on le regagne souvent par-là.

66)
Ölbaum
, le 11.12.2008 à 12:03
[modifier]

Je n’ai que deux oreilles, et en général je leur fait écouter la même musique. Je n’écoute pas un morceau sur mon iPod en même temps que la personne à qui j’ai prêté le CD source (C’est interdit ! Pourquoi paie-t-on la copie privée, je vous le demande, si ce n’est pas pour compenser le fait qu’il y a plusieurs copies ?).

Quand j’achète la musique d’un groupe que j’aime, je veux la boîte du CD, qui est parfois spéciale, la pochette imprimée, le CD qui a son design propre. Cela fait partie intégrante de l’album, en tout cas chez les groupes qui se respectent. Et je veux pouvoir mettre la musique sur mon iPod, dans ma voiture, sur mon Mac, bref, là ou je veux l’écouter.

Si le CD est non conforme pour empêcher la copie et que les magasins en ligne (sans DRM) ne me livrent pas physiquement lesdits pochettes, livret et disque (allez, j’accepterait même que le disque ne contienne pas la musique, si je peux la télécharger, ça fait une copie de moins), dans un cas comme dans l’autre je suis lésé.

Alors si en plus je dois payer une taxe pour la copie privée (qui est exorbitante sur les appareils à mémoire flash, ce qui n’a aucun sens, on ne fait pas plus de copies par GB sur un iPod nano que sur un iPod Classic à disque dur ; mais si on dit ça trop fort ils vont monter la taxe sur les appareils à disque dur au même montant que sur ceux à mémoire flash et là ça va cogner), on frise le ridicule… au napalm.

67)
Tom25
, le 11.12.2008 à 13:03
[modifier]

Si toutes les personnes qui lisent ces lignes voulaient bien m’envoyer la modique et ridicule somme de 1 €.

Et effectivement ce n’est pas clair cette histoire de copie privée. Qu’est ce qu’on compense au juste quand on paye une taxe pour avoir le droit de se faire une copie ? Est ce qu’on compense le fait que si on casse le CD on se le regrave plutôt que d’en racheter un autre, ou est ce qu’on compense le fait que, comme le dit Ölbaum, il y a probabilité qu’on écoute le même morceau au même moment que la personne à qui on a prêté l’original ? Là aussi la probabilité doit friser le ridicule, je ne sais pas quel est le nombre de chansons détenu par le péquin moyen, mais faut tomber pile pour écouter le même morceau au même moment.
Ou alors on compense les copies pirates, mais si on paye le droit de voler, on n’est plus tellement voleur, si ?

68)
Médard
, le 08.01.2009 à 16:53
[modifier]

à (

bq%Haddock%. Il y a quelque temps une école avait reçu un commandement de payer de la SACEM parce qu’à l’occasion du départ d’une institutrice les enfants avaient chanté “Adieu monsieur le professeur” d’Hugues Aufray %%n°20)

la SACEM avait demandé 75€ pour une petite école, c’est pas rien…

finalement, il parait que c’est Hughes Aufray lui-même qui aurait payé cette “redevance” ;->

rigolo, quand même, ces “droits” mis partout ; on est revenus à l’époque féodale, où il y avait des péages pour tout, pour le moulin, le four banal, pour les autoroutes^W…