Profitez des offres Memoirevive.ch!
Introduction à LaTeX (mise à jour), version PDF

Vous vous rappelez sans doute, si vous fréquentez cuk.ch régulièrement depuis ces trois derniers mois, que j'y ai publié une mise à jour des excellents articles de Fabien Conus sur LaTeX, en six épisodes. Pour rappel, ces six articles mis à jour sont disponibles via les liens suivants :

À l'époque de la parution de ses articles originaux, Fabien avait eu l'excellente idée de les rassembler en un seul document PDF (créé grâce à LaTeX, évidemment) afin de faciliter leur lecture. Ce document PDF et ses sources sont bien entendu toujours accessibles ici, dans l'article de présentation paru à l'occasion. Je me suis dit que je ne pouvais pas décemment être en reste, et j'ai produit à mon tour un document PDF, rassemblant cette fois-ci les six articles mis à jour. Ce document a été aussi créé grâce à LaTeX, bien sûr, qui oserait en douter ? ;-)

Ce nouveau document PDF, qui « pèse » 2,1 Mo, est disponible en suivant ce lien.

Y sont inclus (comme dans l'original) une table des matières et un index. Si le document est visualisé sur écran, on peut profiter des hyperliens (merci au paquet hyperref !) placés sur les références, les éléments de la table des matière et de l'index. Les illustrations montrant des copies d'écran, qui ont donc forcément été réduites en taille, sont des « vignettes » : cliquez dessus, et elles apparaîtront en grandeur nature dans votre navigateur. J'ai essayé cependant de faire en sorte que ces illustrations soient raisonnablement lisibles lorsque le document est sorti sur papier.

Pour ceux qui sont encore plus curieux, les fichiers source LaTeX et les images du document se trouvent , sous forme de dossier zippé (1,2 Mo). Étant donné la présence de l'index, pour obtenir le PDF final à partir de ces sources il faut composer le fichier « intro-latex-rev.tex » une fois avec pdfLaTeX, puis avec MakeIndex, et deux fois à nouveau avec pdfLaTeX (via le menu « composer » de TeXShop, si vous utilisez ce dernier comme éditeur).

J'ai apporté quelques changements (mineurs) au cours de la création du document PDF, par rapport aux articles du site. Les plus notables sont les suivants :

  • tout d'abord, j'ai incorporé la description de SyncTeX en sixième partie, ce même SyncTeX que j'avais abordé dans un article à part, postérieur à la série ;
  • la conclusion générale et les références bibliographiques qui concluaient l'article 6, font maintenant chacun l'objet d'une section particulière, en fin de document ;
  • la description de l'obtention du symbole euro et celle des macros de TeXShop, qui figuraient également en sixième partie, ont été respectivement mise en section 3 et 4 ;
  • suite à une question pertinente d'un lecteur, j'ai ajouté un passage dans la partie mathématiques indiquant comment obtenir une lettre grecque isolée dans le cours du texte : en n'oubliant pas d'entourer la commande correspondante de deux signes $. Le diable se niche dans les petits détails, dit-on !
  • enfin, j'ai corrigé ici et là des erreurs, fautes de frappe et autres coquilles qui traînaient. N'hésitez d'ailleurs surtout pas à me signaler celles qui m'ont échappé, et à me faire part de vos remarques en général.

Dès que possible, je reporterai ces modifications dans les articles en ligne, à l'exception des permutations entre différentes parties.

Dans le même article qui décrivait SyncTeX, je détaillais également le TeX Live Manager, mais après réflexion, je me suis dit que cette description avait plutôt sa place dans un autre type de document. En effet, je compte à l'avenir aborder des facultés plus avancées de LaTeX et consorts : bibliographies, indexes (l'index de ce document PDF est d'ailleurs le tout premier que j'ai créé !), présentations genre PowerPoint, macros de programmation, gestion des polices, XeLaTeX, etc. Chacun de ces thèmes serait d'abord abordé dans un article particulier sur cuk.ch, et puis je ferais de tous ces thèmes réunis un autre document PDF.

Mais que ce soit clair, il s'agit d'un projet à long terme, et sans garantie aucune de ma part qu'il sera mené à bien ! Car si dans l'immédiat mes trois prochains articles sont aussi directement reliés à LaTeX (mes excuses par avance à ceux parmi vous qui y restent allergiques), j'ai également l'intention d'aborder par la suite de tout autres thèmes. Mais si, mais si, puisque je vous le dis ;-)

Voilà. J'espère en tout cas que ce document PDF-là rendra service, autant que le document original de Fabien, et qu'il contribuera à éclairer d'autres personnes encore sur ce qu'est LaTeX et sur les immenses services qu'il peut rendre.

Bonne lecture !

29 commentaires
2)
Le Citadin
, le 11.11.2008 à 03:27
[modifier]

J’ai parcoure les artciles, et, honnêtement, tout ce que je peux en déduire de Latex, c’est “Latex: écrire 3000 mots pour en écrire 300”!…

3)
François Cuneo
, le 11.11.2008 à 06:43
[modifier]

Tout d’abord, un très très grand merci.

Quel travail vous avez fait tous les deux!

Très beau résultat. Ça a de la gueule, et ça nous prouve (mais nous l’avions compris) que le programme est très puissant.

Maintenant, pour le sourire, j’adore la pensée de notre ami Le Citadin!:-)))

4)
Franck Pastor
, le 11.11.2008 à 07:30
[modifier]

J’ai parcoure les artciles, et, honnêtement, tout ce que je peux en déduire de Latex, c’est “Latex: écrire 3000 mots pour en écrire 300”!…

Le Citadin, avec un logiciel classique, demande-toi combien de fois tu sors de ton texte pour cliquer ici ou là dans la barre des menus ou des outils ;-)

D’autre part, beaucoup de nos commandes LaTeX sont générées par des raccourcis-clavier. Comme en traitement de texte classique, sauf qu’avec TeXShop c’est encore plus configurable. Et il y a également les modèles de document.

Au final, et je parle d’expérience (la mienne et celle des autres utilisateurs), pour le même type de document produit on gagne au change question rapidité. Et question qualité, je n’en parlerai même pas, parce que je suis gentil :-)

5)
Franck Pastor
, le 11.11.2008 à 07:49
[modifier]

Tout d’abord, un très très grand merci.

Quel travail vous avez fait tous les deux!

Très beau résultat. Ça a de la gueule, et ça nous prouve (mais nous l’avions compris) que le programme est très puissant.

Merci Chef !

Maintenant, pour le sourire, j’adore la pensée de notre ami Le Citadin!:-)))

C’est précisément la puissance de LaTeX qui justifie la courbe d’apprentissage du début, plus « raide » qu’avec les logiciels WYSIWYG. Après, c’est un bonheur de robustesse :-)

Ce qui m’a pris le plus de temps dans l’élaboration de ce PDF, c’est que j’ai voulu reproduire le plus possible la présentation des articles web, pour les listings de code en particulier. Si j’avais choisi une présentation standard LaTeX (avec le paquet listings pour les connaisseurs), ça aurait été franchement rapide, guère plus long qu’un copier-coller, et j’y aurais peut-être encore plus gagné en lisibilité et en « gueule » pour le document.

On en revient donc à une des caractéristiques de LaTeX : si on veut personnaliser le comportement standard, il faut admettre d’y consacrer du temps. Avec comme récompense, le fait que le nouveau comportement ne variera pas d’un iota.

L’autre facteur consommateur de temps, ç’a été l’index. Choisir les mots à indexer, et de quelle manière le faire, surtout quand on n’a pas d’expérience dans le domaine, pffiou, ça a été long. D’autant que j’avais choisi d’indexer bien des choses. Et là, heureusement que LaTeX et MakeIndex était là pour me déliver complètement du souci du tri et de la mise en page de cet index !

Au final, combien de temps aurait pris d’écrire un document de ce type avec autre chose que LaTeX ? Je préfère ne pas y penser !

6)
François Cuneo
, le 11.11.2008 à 08:33
[modifier]

Ah, ben pour l’index, ça aurait été aussi lentement d’abord (méthode) et vite ensuite avec n’importe quel autre texteur ou metteur en page WYSIWYG.

7)
Tony
, le 11.11.2008 à 10:42
[modifier]

Et dire que je n’ai toujours pas compris comment intégrer une bibliographie dans un document TexShop depuis BibDesk. Pourtant c’est simple de prime abord. Merci pour le PDF, c’est plus pratique effectivement :)

8)
Djacks
, le 11.11.2008 à 10:51
[modifier]

Un grand merci pour le travail accompli ici! Et pour les futurs articles… Adapté d’un wysiwyg (pages sous mac), j’ai déjà expérimenté LaTeX et vais devoir (par envie) m’y repencher sérieusement, votre synthèse sous pdf est idéal pour cela! (j’ai encore du mal à lire de longs articles sur un autre support que le papier, oldschool quoi!) Au plaisir de vous lire prochainement…sur l’écran de CUK!

9)
Bigalo
, le 11.11.2008 à 11:44
[modifier]

J’aimerais bien savoir quelle est la proportion des Cukiens qui utilisent régulièrement LaTeX. Je ne parle pas de ceux qui l’ont vaguement exploré à la suite de cette série d’articles.

J’ai entendu parler pour la première fois de TeX, il y a 25 ans environ par 2 amis chercheurs au CNRS. L’un est mathématicien, la seconde (par ailleurs petite sœur du premier) est une spécialiste des tablettes assyriennes, écrites en cunéiforme.

Pour l’un comme pour l’autre, TeX était LA solution. Pour des cas un peu extrêmes comme cela, je eux comprendre. Mais pour ce genre de cas seulement.

J’ai acheté mon premier Mac en 1984, et ce qui m’a attiré c’est la qualité de l’interface et le WYSIWYG.

J’ai commercialisé à la fin des années 80 « Mac Liasse », un outil permettant de remplir les liasses fiscales, une quinzaine de tableaux complexes (Bilan, Compte de Résultat et tableaux annexes). Les contraintes d’impression étaient extrêmement lourdes, puisqu’il fallait placer correctement tous les chiffres si on utilisait des préimprimés et une imprimante à aiguilles comme la StyleWriter, ou reproduire très précisément l’ensemble des tableaux avec une imprimante à laser.

J’ai fait tout cela avec Excel et le langage macro de l’époque, en ayant modifié avec ResEdit le driver de la StyleWriter, de façon à ajouter un format de papier, nécessaire pour une série de tests à réaliser avant le lancement de l’impression des différents tableaux.

Hormis cette expérience particulière, j’ai toujours utilisé des traitement de texte (MacWrite, puis Word), et cela m’a toujours largement suffi. J’ai eu en 1988 à écrire un mémoire pour mon diplôme final. À cette occasion j’ai appris à utiliser les feuilles de styles qui permettent d’avoir de longs documents à la présentation homogène.

Si j’ai besoin d’avoir un tableau dans un document texte, j’insère un objet Excel dans mon document Word, et cela résoud pratiquement toues les difficultés. Si on clique dans le tableau, les menus d’Excel viennent se substituer à ceux de Word.

Par ailleurs, je me préoccupe rarement de l’impression car je préfère infiniment lire un document à l’écran.

Depuis quelques années, j’utilise de moins en moins les traitements de texte : pour communiquer avec l’extérieur, j’envoie un mail ou je fais des pages Web, sans parler des outils imposés comme ici pour commenter une humeur.

Il me semble qu’un respect absolu de certaines conditions de forme ne concerne qu’une infime minorité d’utilisateurs et que des articles sur LaTex sont à considérer comme des articles très techniques à destination d’une cible étroite. Dans cette catégorie, personnellement, je serais infiniment plus intéressé par des articles sur XCode, l’environnement de développement du Mac et les langages (Objective C, Ruby, ..).

En faisant une recherche rapide, j’ai retrouvé un article de Guillôme, « XCode, IB, AppKiDo : le couteau suisse de la programmation » du 15 mars 2006, mais j’en lirais d’autres avec plaisir.

10)
Franck Pastor
, le 11.11.2008 à 12:14
[modifier]

J’aimerais bien savoir quelle est la proportion des Cukiens qui utilisent régulièrement LaTeX. Je ne parle pas de ceux qui l’ont vaguement exploré à la suite de cette série d’articles.

Tu peux toujours faire un sondage sur le forum, pour le savoir.

Il me semble qu’un respect absolu de certaines conditions de forme ne concerne qu’une infime minorité d’utilisateurs et que des articles sur LaTex sont à considérer comme des articles très techniques à destination d’une cible étroite.

D’expérience, la cible n’est pas si étroite : en gros, est utilisateur potentiel de TeX et de ses dérivés toute personne qui, pour une raison ou une autre, tient à voir son texte parfaitement mis en page. La perfection dans la composition du texte imprimé, pas moins, était le seul objectif de Knuth, le créateur de TeX. Grâce au format PDF, la qualité de mise en page est maintenant transmise à la lecture sur écran.

Sachant cela, ceux qui se contentent de l’à peu-près en matière de composition de texte peuvent effectivement aller chercher leur bonheur ailleurs en cette matière.

Pour être exigeant sur la qualité de la mise en page, nul besoin cependant d’être dans un domaine ultra-technique. Simplement, un texte bien mis en page et respectant les canons de la typographie est d’une lecture plus aisée. Ce n’est pas un luxe de se le permettre et d’en faire profiter ses lecteurs.

11)
Thierry Vial
, le 11.11.2008 à 13:10
[modifier]

Super !

Merci Frank pour toute l’aide que tu apportes aux utilisateurs de Latex !

Tes efforts sont particulièrement justifiés sur notre plateforme, entre Word qui m’explose à la figure de temps à autres et Nisus Writer qui ne sait pas faire des coupures de mots. Je ne me vois vraiment plus entreprendre la rédaction d’un long texte avec ces deux canassons.

12)
Bigalo
, le 11.11.2008 à 13:13
[modifier]

Simplement, un texte bien mis en page et respectant les canons de la typographie est d’une lecture plus aisée. Ce n’est pas un luxe de se le permettre et d’en faire profiter ses lecteurs.

Tout à fait d’accord.

Cependant, dans l’immense majorité des cas, il me semble qu’un traitement de texte suffit largement. Rien n’oblige les gens à multiplier les polices, les tailles de caractères, ni à abuser du gras, de l’italique et du souligné.

A mon sens, c’est principalement ce type d’excès qui rend la lecture pénible.

Avec un traitement de texte comme Word (ce n’est pas de la pub, mais je n’ai exploré aucun autre traitement de texte depuis au moins 15 ans, et j’ignore donc la capacité des autres produits), en définissant quelques styles, que l’on peut exporter d’un document à un autre, et en évitant les abus évoqués ci-dessus, il me semble qu’il est facile d’aboutir à un résultat dont la lecture est aisée.

Il y aura probablement de petites erreurs de typographie, mais l’immense majorité des lecteurs ne s’en rendra même pas compte. Quelle proportion de la population sait ce qu’est un cadratin ou un demi-cadratin ? Combien savent qu’en typographie, « espace » est féminin ?

Pour illustrer la sensibilité des gens à la typographie, il y a quelques jours, j’ai fait un long commentaire (suivi ensuite de plusieurs autres), où j’ai eu un problème de guillemets. Leur présence faisait que mon commentaire était tronqué, avant même la moitié. Il s’agit bien évidemment d’un conflit avec Textile, mais je n’avais pas le courage de chercher, et surtout, je souhaitais que mon commentaire apparaisse le plus rapidement possible.

Je me suis donc résigné à remplacer «  » par “  ” à l’endroit où le problème se posait. Je suis persuadé que très peu de gens l’ont remarqué. En tout cas, personne ne m’en a fait la remarque, même par mail privé.

Je crois que tu surestimes beaucoup la sensibilité des gens à la typographie, et pourtant, sur le fond je suis d’accord avec toi : certains textes sont extrêmement pénibles à lire simplement pour des raisons de forme. La différence essentielle entre nous est que bien que sensible au problème, mon niveau d’exigence est moindre que le tien.

Je continue à penser que pour de nombreuses années encore, des produits comme LaTeX ne seront employés que par 1 pour mille des utilsateurs, voire moins !

PS — Tu as peut-être la réponse à un truc qui m’agace depuis longtemps : sur Mac, il est relativement aisé de faire une apostrophe, (Option + Maj + 4), tandis que sous Windows, on obtient un trait droit (et non courbe) à la place. Y a-t-il un moyen simple d’obtenir une véritable apostrophe sous Windows ?

13)
WhyNot
, le 11.11.2008 à 14:06
[modifier]

Merci Franck!

J’ai justement un document à rédiger l’année prochaine, et je compte bien essayer LaTex à cette occasion en me basant sur votre introduction (j’inclus aussi Fabien dans le travail).

J’attends avec impatience la partie bibliographie.

Par contre, comme un bonne partie de mon travail implique de travailler à plusieurs sur le même document, je vois mal mes collègues s’amuser à apprendre à rentrer du texte avec LaTex. A ce propos, une petite question, y a-t-il un outil qui permette de suivre des modifications apportées à un document par différentes personnes, comme dans Word?

Merci encore… et merci Cuk..

14)
Franck Pastor
, le 11.11.2008 à 15:31
[modifier]

Bigalo, tu as en grande partie raison.

Avec Word, on peut faire quelque chose de lisible. Mais il est très facile de lui faire produire quelque chose d’innommable. Et l’expérience montre que c’est souvent ce qui arrive. À la différence de LaTeX, où produire quelque chose d’illisible exige un certain effort. C’est tout l’intérêt du concept LaTeX, qui induit les gens à respecter un certain respect des règles typographiques dans leurs écrits.

Je suis exigeant en matière typographique, certes, et LaTeX n’a fait que renforcer ce trait, de manière appréciable.

Bien peu de gens ont connaissance des règles typographiques les plus élémentaires (tiens, ce serait un sujet d’article intéressant, ça, les règles typos :-)). Mais même inconsciemment, l’œil est gêné par les blancs exagérés entre mots ou entre paragraphes si typiques de Word, par des coupures de mots aléatoires, par un gris typo massacré. Et c’est particulièrement vrai pour les longs documents. Pour donner un exemple, ton changement de guillemets n’a pas été relevé parce qu’il était isolé, je suis prêt à parier que si tu en avais alterné sans cesse, il se serait trouvé plus de monde pour le remarquer.

Je suis conscient que LaTeX dans sa forme actuelle ne sera jamais un outil avec autant de public que Word ou Open Office. Je reste cependant persuadé qu’il n’a pas la place qu’il lui revient, que bien des gens qui n’ont jamais entendu parler de cet outil ne demanderaient en fait qu’à s’y mettre. Il n’est pas nécessaire d’avoir des notions typographiques élevées pour avoir le goût d’un document qui « présente » bien. Cela concerne très probablement plus qu’une personne sur mille, à mon sens. Contribuer à faire connaître LaTeX est justement un des buts de ces articles.

C’est aussi pourquoi je place beaucoup d’espoirs en des concepts comme celui de LyX, qui s’essaie à enrober LaTeX d’une interface a priori plus attrayante. Réussie, cette expérience serait un parfait hameçon pour susciter des « conversions » à la cause de la typographie correcte. Une fois qu’untel s’est mis à utiliser un outil lié à LaTeX, son exigence en typographie sera renforcée (même inconsciemment, encore une fois), et le bon goût en cette matière se propagera d’autant mieux.

Quant à ton problème d’apostrophe, je suis désolé, mais je n’ai pas la réponse à ce problème (j’ai très rarement l’occasion d’être sur Windows).

15)
Franck Pastor
, le 11.11.2008 à 15:41
[modifier]

Merci Franck!

J’ai justement un document à rédiger l’année prochaine, et je compte bien essayer LaTex à cette occasion en me basant sur votre introduction (j’inclus aussi Fabien dans le travail).

Sans Fabien, rien n’aurait été fait !

J’attends avec impatience la partie bibliographie.

Pour bientôt, normalement (trois semaines). Il s’agira d’une dernière mise à jour d’un article de Fabien, d’ailleurs. Cet article est ici, mais comme tout ceux de cette époque, il a eu à souffrir des migrations de cuk.ch d’un système à l’autre dans sa présentation, c’est pourquoi je le reprends. Le fond devrait très peu changer, BibTeX n’a pour ainsi dire pas évolué depuis.

Par contre, comme un bonne partie de mon travail implique de travailler à plusieurs sur le même document, je vois mal mes collègues s’amuser à apprendre à rentrer du texte avec LaTex. A ce propos, une petite question, y a-t-il un outil qui permette de suivre des modifications apportées à un document par différentes personnes, comme dans Word?

Aucune idée, et d’ailleurs, si quelqu’un a une réponse, ça m’intéresserait aussi ! Il doit bien y avoir un package ou l’autre qui gère ça.

16)
elo
, le 11.11.2008 à 16:57
[modifier]

En fait, le but de TeX et de LaTex n’est pas simplement une belle typographie. Certains documents sont tous simplement impossibles à réaliser avec un traitement de texte ou avec des outils comme InDesign, Quark, Illustrator, etc. (La)TeX est utilisé pour les éditions techniques de textes anciens (latin, grec, etc.) ou des notes en marge et en bas de page sont nécessaires, des notes en colonnes, des index multiples, etc. Essayez par exemple d’écrire de l’hébreu de droite à gauche sur Word…

Quelques exemples: TeX Showcase D’autres exemples Books in Humanities , Textes anciens

Bref, dans certains cas, même si ces cas ne sont pas les plus fréquents, on n’a guère de choix. Moi j’ai commencé à utiliser LaTeX car j’en avais marre de cliquer partout pour faire la moindre chose et parce que j’avais à réaliser certains documents impossibles à faire avec Word, Mellel, etc. Et puis avec l’habitude, même pour les documents simples, on se rend compte qu’un bon éditeur de texte bourré de macros et raccourcis qui permet d’écrire en LaTeX, et de travailler en Html, CSS, etc, (TextMate, BBEdit) plutôt que de multiplier les outils, c’est tout de même pratique.

17)
Guillôme
, le 11.11.2008 à 19:45
[modifier]

Merci encore Franck pour tout ce travail de mise à jour, ta contribution à la communauté Latex et ton aide à plusieurs reprises que j’ai très fortement apprécié.

Pour répondre à Bigalo, il ne faut pas perdre plusieurs points de vue :

  • LaTeX est gratuit
  • LaTeX est libre
  • LaTeX utilise un format ouvert et le plus compatible au monde

Rien que pour ça, il mérite de faire parler de lui ;)

Ensuite, je suis bien d’accord sur le confort d’une interface graphique (moi-même j’utilise OpenOffice pour mes courriers et TextEdit pour mes textes/notes courts) mais avant de parler d’interface graphique, il faudrait parler de fonctionnalité et de fiabilité :

  • LaTeX a des fonctions qui fonctionnent et sur lesquelles on peut compter (notamment la mise en page, les styles, la construction du sommaire, la numérotation des titres et des pages). Word et consort, ça fait “Boum” tout seul, ça bug, ça plante, ça me rend hystérique dès que je fais un document complexe de dizaines de pages.
  • LaTeX est fiable et quasi sans bug (sauf les packages additionnels BibTex, Komascript ou consorts qui eux peuvent en avoir) ce qui est fabuleux, pas de crise d’hystérie de dernière minute parce que le document ne s’ouvre pas, ne veut pas s’imprimer ou qu’il y a un décalage de mise en page!

Rien que pour ces deux raisons : fiabilité et robustesse, je ne peux pas envisager de taper un document long et complexe sans LaTeX.

Au fait, pour les réticents à Open Office, l’autre jour, j’ouvre un document Word (venant de Word) avec Word d’une page contenant 4 images et l’une d’elle était à l’envers :O. Ni une, ni deux, j’utilise OpenOffice et là, toutes les images sont à l’endroit et je peux imprimer la page!

Quand Word n’est même pas compatible avec lui-même, je ne cherche plus à argumenter, je cherche à convaincre : Arrêtez de donner vos sous à Microsoft! Par pitié, utilisez OpenOffice, utilisez TextEdit, utilisez LaTeX!

Encore merci Franck et continue pour les articles.

En faisant une recherche rapide, j’ai retrouvé un article de Guillôme, « XCode, IB, AppKiDo : le couteau suisse de la programmation » du 15 mars 2006, mais j’en lirais d’autres avec plaisir.

Le problème, c’est le temps pour écrire un tel article… Je n’ose même pas te dire le temps de réalisation de cet article, tu ne me croirais pas… Aussi, même si je suis tenté de présenter davantage la programmation Cocoa/Obj-C, XCode… il faut d’abord que je trouve le temps et le courage de le faire ;)

18)
6ix
, le 11.11.2008 à 20:44
[modifier]

Merci pour le PDF, c’est vraiment utile pour avoir une doc à portée de main!

Le problème, c’est le temps pour écrire un tel article… Je n’ose même pas te dire le temps de réalisation de cet article, tu ne me croirais pas… Aussi, même si je suis tenté de présenter davantage la programmation Cocoa/Obj-C, XCode… il faut d’abord que je trouve le temps et le courage de le faire ;)

Et le problème avec ce genre d’articles, c’est que tu te demandes toujours l’impact que cela peut avoir. Je veux dire par là que soit on peut écrire sur des choses bien précises, mais il faut donc déjà de bonnes connaissances et un public très ciblé, soit on fait une petite intro, mais on ne dit finalement pas grand-chose et il est ensuite absolument nécessaire de se plonger soi-même dans la doc et tout. Et la plupart du temps, quelqu’un qui est déjà intéressé par cela aura vite fait de trouver soi-même un tuto ou du genre.

19)
Bigalo
, le 11.11.2008 à 23:07
[modifier]

Je n’ose même pas te dire le temps de réalisation de cet article, tu ne me croirais pas…

Oh que si ! Compte tenu du temps que cela m’a pris de rédiger des réponses claires(1) à des questions sur VBA dans divers forums, je crois que j’imagine assez bien.

(1) C’est-à-dire réfléchir un peu, écrire du code le cas échéant, le tester, le commenter et intégrer le tout à une réponse la plus didactique possible

20)
FiBo
, le 11.11.2008 à 23:16
[modifier]

Avant un immense merci à Franck Pastor pour cette série d’articles, et pour le PDF (à conserver précieusement !).

@Bigalo: il y a plus d’utilisateurs de LaTeX qu’on le pense.

En ce qui me concerne, je l’ai beaucoup utilisé, avec plusieurs collègues, dans un cadre professionnel. L’une des qualités propres à ce type d’outil, où le texte original est un “source” en clair (par opposition aux traitements de texte WYSIWYG) est qu’il est possible d’engendrer un document à l’aide d’un programme. En l’occurrence, nous nous servions de LaTeX pour produire automatiquement de la documentation technique ou encore des jolis tableaux de bord. Ceci est a peu près impossible avec un truc comme Word !

21)
rIO
, le 12.11.2008 à 02:01
[modifier]

Super article, chapeau! j’en profite pour signaler deux paquets geniaux pour LaTeX: varioref et microtype. Un bete \include{microtype} si l’on utilise pdflatex, et la mise en page est encore amelioree! A essayer :) (les options par defauts devraient suffire).

Pour varioref, je suis surpris qu’il n’y en ait pas une mention—c’est mon paquet prefere :) En gros, il ajoute automatiquement le bon texte pour une reference (voir la section 3.9 du document de Franck) c’est a dire qu’au lieu de se contenter de generer “voir section 4.2” pour un “voir section \ref{exemple}”, un bete “voir section \vref{exemple}” va automatiquement generer “voir section 4.2 page 25”. Mais plus fort, si ladite section est sur la page precedente ou suivante, LaTeX va automatiquement mettre “voir section 4.2 page suivante”. Et se contenter de “voir section 4.2” si on reference un label sur la meme page. En bref, tout est automatise, un vrai bonheur !

C’est le genre de truc ou LaTeX fait vraiment la difference :)

22)
Franck Pastor
, le 12.11.2008 à 06:40
[modifier]

Merci à tous pour vos compliments ! :-))

rIO, je connaissais l’existence de microtype mais ne m’en étais encore jamais servi. C’est en train de changer :-)

Quant à l’absence de varioref (dont je me suis aussi servi pour ce document) : comme le titre l’indique, ceci n’est qu’une introduction à LaTeX, il manque donc plein de choses. Sans même aller jusqu’à varioref, on aurait pu parler de la commande \pageref qui indique la page où se trouve la référence mentionnée, par exemple. Ou bien du paquet geometry, si pratique pour changer les paramètres de la mise en page. Mais il fallait bien s’arrêter quelque part :-/ Les documentations dont je fournis les liens ou les titres en dernière section peuvent alors prendre le relais.

23)
JPO1
, le 12.11.2008 à 12:57
[modifier]

J’ai parcoure les artciles, et, honnêtement, tout ce que je peux en déduire de Latex, c’est “Latex: écrire 3000 mots pour en écrire 300”!…

Alors un exemple : j’ai écrit (en utilisant LaTeX évidemment) récemment un document comprenant 27 170 mots (sortie de 123 pages), et j’ai utilisé 445 commandes (environnements compris) LaTeX. C’est loin de la proportion citée.

Il est tout à fait vrai qu’avant de devenir un utilisateur de LaTeX j’ai un moment pensé quelque chose de similaire à ce qu’à écrit Le Citadin. Il est aussi vrai que l’apparition de \inputenc a réduit considérablement la quantité de code à taper.

24)
Franck Pastor
, le 12.11.2008 à 23:30
[modifier]

Juste pour signaler que j’ai « uploadé » une nouvelle version du PDF. Il n’y a rien de changé, en fait, à part que j’ai corrigé 2 ou 3 fautes de frappe et que j’ai légèrement changé la couleur de fond des résultats des exemples de code LaTeX. J’ai remarqué que la couleur initiale, bleu très clair, était peu visible à l’impression. J’ai opté pour une couleur un tantinet plus foncée. C’est tout !

Je ne pourrai pas revenir sur ce document avant un certain temps, mais n’hésitez pas à me faire part de toute remarque le concernant d’ici là. Toute suggestion d’amélioration est la bienvenue.

25)
Franck Pastor
, le 16.12.2008 à 23:16
[modifier]

J’ai placé une nouvelle « version » (le mot est un peu fort) du PDF au téléchargement. Il s’est surtout agi de corriger des fautes de frappe et quelques formulations malheureuses, grâce notamment à une relecture attentive par René Fritz (merci !).

Une erreur rectifiée : l’option de placement par défaut des flottants n’est pas ht comme je l’avais indiqué, mais tbp.

Enfin, je me suis décidé à introduire la commande \pageref (ce n’est après tout que l’affaire de quelques lignes) et j’ai indiqué une amélioration de la gestion des guillemets français apportée par la version de frenchb livrée avec TeX Live 2008.

Je pense ne plus introduire de modifications de fond désormais, jusqu’à la venue du PDF compilant mes articles sur LaTeX « avancé ». Mais je reste toujours disponible pour rectifier les éventuelles erreurs !

26)
Providia
, le 10.01.2009 à 15:28
[modifier]

Tout d’abord, un très très grand bravo pour ce magnifique article (que j’ai découvert un peu tardivement…)!

Ensuite, un très très grand merci pour m’avoir fait découvrir cet outil magique qu’est LaTeX !

Après une phase d’apprentissage assez laborieuse (recherches fréquentes sur le net pour résoudre les problèmes auxquels j’étais régulièrement confronté) je commence enfin à avoir l’outil réellement en main: Je suis actuellement entrain de taper mes cours de statistique et de financements et politiques monétaires et, franchement, quel régal: un résultat magnifique!

LaTeX est réellement un outils très puissant et très performant.

Merci encore et longue vie au blog !

Un nouveau “TeXnicien”, et pour longtemps ;-) !

28)
Franck Pastor
, le 06.02.2009 à 13:05
[modifier]

J’ai mis (à nouveau :-)) une nouvelle version du PDF en téléchargement. J’ai procédé à nouveau à quelques corrections d’erreurs et surtout j’ai rendu explicite toutes les adresses de sites web qui se trouvent dans l’article.

Autrement dit, au lieu d’écrire « ce site se trouve ici », j’écris « ce site se trouve à l’adresse suivante : http://www.machintrucchouette.com ». Évidemment, on peut toujours cliquer sur l’adresse dans la version électronique du PDF pour arriver au site en question, mais au moins celui qui lit une version imprimée sans disposer de la version électronique sait de quel site on parle et peut éventuellement aller le visiter plus tard en recopiant l’adresse « à la mano » sur son navigateur.

J’ai fait cette modification parce qu’il m’arrive de plus en plus souvent de distribuer directement une version imprimée de ce PDF à des gens qui ne disposent pas de la version électronique.

À force de faire des mises à jour de cette mise à jour, je me dis qu’il faudrait que j’en crée des versions différentes, genre « Introduction à LaTeX, version 2.5 » et que je le distribue avec un README explicitant les modifs… À creuser.

29)
Franck Pastor
, le 25.02.2009 à 14:38
[modifier]

Une nouvelle mise à jour, probablement la dernière avant longtemps vu mon emploi du temps plein comme un œuf. J’ai essentiellement rectifié la section 5.4 qui traite de l’écriture des passages de texte en mode mathématique et qui était inutilement compliquée (entrer \text{\textbf{mon texte} en mode math pour y obtenir du texte en gras est inutilement compliqué, \textbf{mon texte} suffit en fait). Par ailleurs, des coquilles m’ont été signalées par René Fritz et ont été corrigées.