Profitez des offres Memoirevive.ch!
A la croisée des chemins 2

A la croisée des chemins 2

Introduction

Il y a exactement un an, je partageais avec vous mes réflexions sur ma carrière professionnelle. À l'époque, alors que j'évaluais une reconversion de carrière, j'avais été un peu déçu par l'attitude des banques. En effet, à l'époque, toutes les banques pleuraient au diapason sur le manque de ressources qualifiées disponibles en Suisse mais aucune ne souhaitait me donner une chance...

Un an plus tard, je suis assez heureux de voir que la filière bancaire s'est cassé les dents sur un marché moisi. A posteriori, beaucoup ont fustigé cette prise de risque qui ressemble plus à de l'amateurisme qu'à autre chose.

Heureusement que je n'ai pas pu embarquer sur le Titanic et que j'ai pu sauter sur une autre opportunité professionnelle.

Aujourd'hui, 12 mois plus tard, je suis à nouveau à la croisée des chemins et je vais encore une fois partager cette histoire avec vous... sans omettre que ça fait aussi 5 ans jour pour jour que j'écris pour Cuk.

Il est donc temps de faire un petit point de la situation.

Les 12 derniers mois

Tout d'abord, je dois rapidement faire part des évènements qui se sont produits depuis que je suis devenu le bras droit du Chief Information Officer (CIO) ou Directeur des Systèmes d'Information (DSI) pour un grand groupe international au niveau européen.

Pour l'Europe, l'entreprise comptait environ 10'000 employés (25'000 sur le plan mondial) et était active dans l'aviation... c'est-à-dire un secteur extrêmement concurrentiel.

J'ai très (trop) rapidement été investi de missions stratégiques et donc sensibles.

Quelques jours après avoir signé mon contrat, je recevais déjà tout le nécessaire pour "homme pressé" et les e-mails ont commencé à tomber avant mon premier jour officiel dans la boîte. Et quand je dis tomber, je devrais plutôt parler d'avalanches.

Certains jours, je recevais jusqu'à 200 ou 300 e-mails et la moyenne tournait autour de 150. Je vous entends déjà: "Moi aussi je peux m'abonner à plein de sites!". Le problème, c'est que je ne parle pas d'e-mails automatiques, mais bien de demandes, d'ordres, de commandes, de décisions, de présentations, de requêtes, etc.

En 10 mois, j'ai envoyé 12'000 e-mails et effacé quatre ou cinq fois plus... tout en les conservant (on n'est jamais trop prudent).

Très rapidement, j'ai été débordé. Je ne voyais presque jamais mon boss car nous étions toujours en voyage à travers nos 40 sites européens.

Nous avons beaucoup voyagé et personnellement, j'ai pris 82 fois l'avion en 11 mois avec un record de 6 fois dans la même semaine dont 2 vols transatlantiques... et une séance à 4h00 du matin pour un gros projet qui était sur un autre fuseau horaire (les séances à 21h ou plus étaient aussi communes).

En gros et pour résumé, pendant une année, je n'ai plus eu de vie. Je travaillais entre 12 et 16 heures par jour avec, parfois, mon laptop en guise d'oreiller (et le BlackBerry dans la main gauche).

Mon Bilan Carbone n'était pas très bon, mais heureusement, quand je rentrais en Suisse, je roulais très peu en voiture!

Au-delà des centaines de petites choses que j'ai réalisées, je me suis occupé de quelques projets majeurs au niveau régional et mondial... mais à un rythme qui ne me permettait pas de tout faire à la perfection malgré les millions en jeu.

En effet, au-delà d'une certaine masse de travail, il faut passer dans un autre "mode". En d'autres mots, si vous êtes habitué à travailler d'une certaine manière dans des conditions données de ressources/temps, c'est très différent dans un environnement qui ne laisse plus beaucoup de temps... et encore moins de ressources.

Dans la pratique, ça se traduit par des prises de décision importante sans pouvoir évaluer tous les aspects ou conséquences... je ne parle même pas des plans de restructuration. Par exemple, il y a des gens qui ont travaillé pour moi que je n'ai jamais rencontré... même quand il a fallu les renvoyer (l'entretien était personnalisé, mais j'étais à quelques centaines ou milliers de kilomètres de là).

Pour le procès d'intention, pas la peine de commencer, j'ai fait ce qui était nécessaire dans le contexte donné.

Et puis récemment, quelques tensions sont apparues entre mon boss et notre boss mondial. Je partageais également ces problèmes puisque certaines de mes responsabilités et choix dépendaient du boss mondial.

Ils ont fini par se brouiller un peu et mon boss direct a décidé de partir.

Naturellement, mon boss mondial est venu me proposer de reprendre cette place...

Choisir, c'est difficile...

À ce stade, je n'avais plus de vie privée ou presque. Ma copine m'avait quitté depuis longtemps, je ne voyais que quelques amis le week-end et encore. Et puis enfin, il y avait une source de frustration importante: je ne faisais plus de sport du tout.

Heureusement pour moi, j'ai une constitution physique qui ne change pas trop... j'ai pris 2 kilos en un an malgré des repas irréguliers et toujours à l'étranger.

J'ai donc pesé le pour et le contre de cette vie à la con... bien sûr, des responsabilités en hausse avec un salaire qui suit, c'est toujours intéressant et le job était très intéressant. Néanmoins, j'avais tout de même l'impression que les choses n'allaient pas s'améliorer et que les pressions s'intensifieraient dans les prochains mois.

Bref, après des réflexions qui se sont étalées sur quelques semaines, j'en suis arrivé à la conclusion que cette vie ne me convenait pas et que si sur le plan professionnel, c'était très intéressant, sur le plan privé, c'était un désastre.

De plus, ce type de vie ne permet pas de rechercher un autre travail et comme l'été arrivait... il fallait prendre une décision.

Suite à un e-mail à mon boss mondial annonçant ma démission (auquel il a répondu "OK"), j'ai rédigé un e-mail au second degré dans le but d'informer mes collaborateurs de mon départ pour une nouvelle carrière dans le tennis (sport que j'aime beaucoup comme vous le savez)!

T à l'entraînement...

Beaucoup ont pris cette missive au premier degré et j'ai du expliquer à quelques-uns que bien que je me sois inscrit à des stages de tennis intensif en juillet/août, ma carrière était un peu derrière moi.

Conclusion

Ce que j'ai surtout dû expliquer, c'est que mis à part jouer au tennis et au beach-volley, je n'avais pas de projet à court terme. Les gens sont toujours surpris que quelqu'un parte d'une entreprise sans qu'un autre emploi ne soit garanti.

Je comprends cette crainte quand on a une famille, une baraque, les traites à payer, etc. tout ce qui fait que petit à petit, on ne prend plus de risque et qu'on s'installe dans un pseudo "status quo" entre ses envies, son confort et les contraintes.

Toutefois, dans mon cas, c'est un peu différent et il faut aussi le dire, j'ai bien gagné ma vie ces dernières années.

Depuis bientôt deux mois, je suis donc à la maison et avec aucune envie de voyager. Je me rends au tennis, au beach-volley, à des soirées et, tout doucement, je commence à mettre à jour mon CV.

T à une soirée...

Si je dis "doucement", c'est parce que j'ai tout de même deux ou trois projets au fond de mon cerveau que j'aimerais peut-être réaliser en solo ou à plusieurs... mais il n'y a pas d'urgence, on a tout le temps d'en parler.

Je devrais même retrouver un rythme de parution bihebdomadaire puisque Cuk reste mon site préféré et que maintenant, j'ai un peu plus de temps.

Et vous, tout va bien au travail?

T

103 commentaires
1)
levri
, le 10.09.2008 à 01:19
[modifier]

Bah je pense à un changement radical…

Bonne chance pour la réalisation de tes projets

2)
ptinutz
, le 10.09.2008 à 05:14
[modifier]

Ben, tiens t’a bien fait… De toute manière avoir plus d’argent aurait servi à quoi tu n’avais pas le temps de le dépenser.

3)
François Cuneo
, le 10.09.2008 à 07:02
[modifier]

C’est une décision très difficile.

Bravo de l’avoir prise. Te connaissant, tu ne la regretteras pas.

Dans l’intervalle, avant de trouver un nouveau travail, profite bien!

Et merci pour ces nouvelles.

4)
gege130
, le 10.09.2008 à 07:05
[modifier]

Merci pour cette tranche de “vie” sur le vif, c’est vrai, le nombre d’ e-mails devient impressionnant, il faut une journée entière pour les lire ou alors un voyage en avion par exemple… Ou alors être 2, tiens c’est une idée, se faire embaucher pour le même poste à 2 personnes, un pour le jour et un pour la nuit par exemple, pour le même salaire bien entendu… NON Merci PATRON

5)
Inconnu
, le 10.09.2008 à 07:18
[modifier]

TTE, t’as pas lu Getting Things Done? :) Sage décision, j’aurais fait la même chose. Travailler plus, gagner plus, mais si c’est pour moins profiter de la vie, à quoi bon?

7)
Roger Baudet
, le 10.09.2008 à 08:32
[modifier]

TTE, ton univers professionnel m’est aussi éloigné qu’un jeu d’échec pour un orang-outan de Bornéo. Cependant, tu parles d’éléments qui nous touchent tous : les limites d’un “plan de carrière” sur une vraie qualité de vie, le “bilan carbone” qui résulte de cette activité professionnelle, le fait de ne plus vraiment maîtriser ce que l’on fait pour cause de surplus d’activité.

Ce témoignage, qui aurait pu tourner au simple “moi-je” d’un blog égocentrique, est en fait utile et j’espère qu’il fera réfléchir d’autres candidats au “travailler plus pour gagner plus” !

8)
AleX54
, le 10.09.2008 à 08:33
[modifier]

Hou la la ! la la ! la laaaa C’est de la bombe cet article !

Moi qui croyait que les entreprises privées, a fortiori internationale, et a fortiori dans l’aviation (!), étaient des modèles d’efficacité économique. Que dis-je, LE modèle d’efficacité économique, le seul.

Et voilà qu’un grand patron lui-même nous explique qu’en réalité, à part s’agiter dans tous les sens, ben il était complètement pommé, dépassé par les événements. (Mais pas con quand même, il a prit le pognon… Je serais curieux du montant du chèque mensuel et de l’éventuelle prime de départ.)

Remarquez que je ne commence pas le procès d’intention sur les “gens qui ont travaillé pour moi que je n’ai jamais rencontré… même quand il a fallu les renvoyer” puisque “j’ai fait ce qui était nécessaire dans le contexte donné”. Je suis donc rassuré.

Ce serait comique si ce n’était pas si…

9)
ElGeko
, le 10.09.2008 à 08:37
[modifier]

Moi, je t’approuve totalement. J’ai fait ce même genre de choix, et souvent même, depuis 30 ans. J’ai eu au moins 7 vies professionelles différentes, dans des pays différents, grâce à ces choix. Maintenant, je suis mon (petit) propre patron, dans une île tropicale au milieu de nulle part et je ne regrette pas grand chose au fond.

La “société” nous enferme dans un carcan (responsabilités, obligations diverses et en échange: pognon) qui nous fait croire que c’est ça la vie. Mais il y a —évidemment— des tas d’autres vies, mais en dehors de ce qui est “socialement correct” (et encore, faut voir).

Donc, bon courage (tu sembles avoir démontré en avoir déjà fait preuve) et franchement, t’inquiète pas trop pour l’avenir, tu sembles avoir assez de ressort pour —tel les matous de base— rebondir comme il faut sans te faire mal. :)

11)
Jérémie
, le 10.09.2008 à 09:19
[modifier]

‘Tain…

TTE aurait-il donc un coeur? Il a eu droit à une greffe?

J’ai failli verser une larme.

12)
FredX
, le 10.09.2008 à 09:25
[modifier]

Comme AleX54 je dirai que cet article montre bien comment les grandes sociétés marchent sur la tête !! Comment pouvoir prendre des bonnes décisions, arriver à bien analyser le marché en courant dans tous les sens ?? Le problème est que bien évidemment ceux qui trinquent sont les personnes en bas de l’échelle dont l’entreprise est obligée de fermer ou de réduire drastiquement le personnel suite à des mauvaises décisions de management (cf Renault actuellement par exemple). Ceux qui partent virés en haut de l’échelle empochent quand même le pactole…

13)
levri
, le 10.09.2008 à 10:09
[modifier]

heu il me semble que ce petit article anodin et personnel réussisse à générer quelques commentaires primaires…

– Vu les sports pratiqués par TTE, la question de savoir s’il possède un cœur ne semble pas se poser (à moins qu’il ne tourne avec une prothèse High tech ?)

– Les “réflexions” sur les “grands patrons” (évidemment pommés s’ils utilisent un Mac), sales cons débiles qui renvoient les pauvres ouvriers (en général pour dé-localiser)… tiennent plus de la discussion de comptoir qu’autre chose, quand les connards délocalisent, en général c’est pour satisfaire d’autre connards qui exigent des prix toujours plus bas et “plus de pouvoir d’achat”.

-La surcharge de travail n’entraîne pas forcément aux “mauvaises” décisions… y’a des mecs qui carburent à l’adrénaline et obtiennent des résultats étonnants.

-Le mot “patron” est-il approprié ? il semble que la race soit en voie d’extinction, actuellement nous avons affaire à des “administrateurs”.

-Certains “grands patrons” ayant des réputations de terreurs, peuvent être tout à fait fréquentables dans certaines circonstances, et même être à titre privé des humains sensibles et intelligents, mais dans le cadre professionnel, comme les chirurgiens, ils doivent se blinder afin d’exercer.

De plus bien souvent, ils renvoient tout simplement l’image que certains s’en font.

Sur l’échiquier de notre société, les participants ont un rôle à tenir, changeons de mode de vie, nous changerons les gens… ;)

J’écoute Tear Off Your Own Head (It’s A Doll Revolution) d’Elvis Costello sur l’album When I Was Cruel

14)
Leo_11
, le 10.09.2008 à 10:56
[modifier]

Sur l’échiquier de notre société, les participants ont un rôle à tenir, changeons de mode de vie, nous changerons les gens… ;)

Tiens Okazou a changé de pseudo…

Bon courage et profite enfin de la vie TTE… et A+ sur Cuk… avec le plaisir de te lire à chaque fois…

15)
ToTheEnd
, le 10.09.2008 à 11:14
[modifier]

Merci pour les encouragements…

Je n’ai pas très bien compris certaines interventions. Si des gens ont des questions, j’y réponds volontiers mais je ne vois pas très bien le rapport. Bien sûr, le cul au chaud dans une administration bien ronflante permet d’avoir pas mal d’a priori…

Comme le dit si bien levri, la concurrence effrénée qui règne entre grands groupes internationaux n’a pas pour seul objectif de payer des salaires mirobolants mais d’offrir des produits ou services au prix le plus attractif pour le plus grand nombre… parce que c’est ce que les gens veulent.

Encore une fois, plusieurs ont déjà affirmé ici avec quel “fierté” ils achetaient des produits MBudget… mais savent-ils seulement la pression qui est exercée sur les producteurs de ces produits?

Je parie que c’est les mêmes personnes qui gueuleront quand l’agriculture aura disparu de la Suisse.

T

16)
Théodore Besson
, le 10.09.2008 à 11:17
[modifier]

Après une phrase de ton humeur j’ai compris que tu avais démissioné!

Se remettre en question est fondamental, mais parfois difficile comme tu dis de peser le pour et le contre pour un job qui te propose un poste formidable au niveau professionnel mais qui en demande en fait quasiment toujours trop dans ce genre de cas.

Cela fait 2 ou 3 ans que j’évite d’avoir un parcours trop carriériste, je réalise qu’il y a un juste millieu ou plus que chacun a SON juste milieu.

Dans une société dans laquelle on doit faire tjs plus, tjs mieux, tjs plus vite et gagner le plus possible, j’essaie de mon côté d’aller un peu moins vite et d’en faire un peu moins que je le souhaiterais, tout simplement pour rester en bonne santé!

Je te félicite pour ce choix qui te permettra de faire le point ou de respirer, de t’éclater et de vivre serein (j’espère).

A+

Théodore

17)
Iris
, le 10.09.2008 à 11:31
[modifier]

Quelques pistes pour changer de cette agitation tourbillonnante:

– faire une retraite dans un monastère (choisis-en un qui fabrique une liqueur…)

– glisser quelques affaires dans un sac à dos et marcher 25 km par jour dans un coin perdu

– s’engager comme bénévole dans une ONG qui s’occupe de gens démunis

Ou si rien de tout ça ne t’emballe, il reste le canton de Vaud à remettre au pas ;-)

Bon vent!

18)
Inconnu
, le 10.09.2008 à 12:14
[modifier]

Ce site me surprends de jours en jours… (çà c’est du commentaire!). bref intéressant. Merci

19)
alec6
, le 10.09.2008 à 12:18
[modifier]

Bon, si j’ai été un peu abscons avec mon Voltaire et Candide, je rappelle que c’est l’histoire d’un mec, Candide, écrite par Voltaire, un autre mec, et que le premier va se balader par monts et par vaux de par le vaste monde à la recherche de sa meuf, Cunégonde, pour finalement aller planter ses choux autour de sa cagna quelque part dans la verte avec ses potes.

En conclusion, le Voltaire nous conseille de rester zen avec pour seul but de regarder pousser l’herbe… Un peu comme TTE, quoi…

20)
benoit
, le 10.09.2008 à 12:20
[modifier]

C’est un choix que tu as fait, seul, sans contrainte et en pleine connaissance de cause, personne ne peut et ne doit te juger la dessus. Maintenant quant à dire si c’est le bon choix ou pas, je ne m’aventurerai pas sur ce chemin, c’est une décision beaucoup trop personnelle pour pouvoir exprimer une généralité. Si aujourd’hui tu te sens bien, si dans six mois ou an tu es toujours aussi bien alors tu as eu raison.

Cela n’empeche pas que l’on puisse se poser ou plutot TE poser des questions

Bien sûr, le cul au chaud dans une administration bien ronflante permet d’avoir pas mal d’a priori…

Voilà bien le premier de tous les à priori…mais bon…

Il y a quand même une phrase qui me turlupine car je ne comprends pas totalement ce qu’elle sous-entend :

Pour le procès d’intention, pas la peine de commencer, j’ai fait ce qui était nécessaire dans le contexte donné.

Y-a-t-il eu contrainte, regrets, remords ? Cela-t-il influé sur ta décision finale de refus du poste ?

21)
AleX54
, le 10.09.2008 à 12:38
[modifier]

Moi ne plus je vois pas bien le rapport entre administration et cul au chaud. Le rapport n’est pas le salaire en tout cas.

La concurrence effrénée n’a pas pour but de fournir des “produits ou services au prix le plus attractif pour le plus grand nombre… parce que c’est ce que les gens veulent.”. Elle a pour but de faire gagner le plus d’argent possible aux actionnaires de ces entreprises. Et peu importe les conséquences, même sur les cadres de ces entreprises. Maintenant je ne vais ni plaindre, ni encourager les cadres.

En ce sens l’article est édifiant. Vous vous y connaissez en a priori ?

22)
Franck Pastor
, le 10.09.2008 à 12:39
[modifier]

Remarquez que je ne commence pas le procès d’intention sur les “gens qui ont travaillé pour moi que je n’ai jamais rencontré… même quand il a fallu les renvoyer” puisque “j’ai fait ce qui était nécessaire dans le contexte donné”. Je suis donc rassuré.

Ce serait comique si ce n’était pas si…

Qu’aurais-tu fait donc à sa place ?

23)
ToTheEnd
, le 10.09.2008 à 12:50
[modifier]

Merci Iris, mais j’ai déjà mes pistes… et le canton de Vaud n’en fait pas vraiment partie.

benoit: non, pas de regrets ou remords profonds puisque réaliser des restructurations dans l’IT a un avantage: c’est un secteur qui va bien (en tout cas en Suisse). Un bon ingénieur système trouve rapidement du boulot aujourd’hui. Ce n’est pas comme de fermer une mine en France… je ne sais pas très bien quel débouché peut avoir un mineur dans un secteur sinistré. Ma petite phrase était plutôt destinée à des Fred et Alex qui semblent tout connaître des entreprises et qui n’ont plus rien à apprendre. Des cadors quoi.

T

24)
AleX54
, le 10.09.2008 à 12:57
[modifier]

Peut-être les rencontrer seulement…

Lorsque je lis que des gens sont licenciés sans même les connaître, cela me révolte.

Quel manque de respect à mon sens.

J’ajoute, qu’en France, ce serait illégal. Le code du travail prévoit un entretien préalable au licenciement.

Même s’ils ont fait des conneries, ce ne sont pas des choses, mais des personnes, avec des familles, des gosses… comme nous tous.

(Bon faut que j’aille bosser, j’ai lancé une activité de service aux particuliers (travaux de la maison et du jardin), pour 15€ de l’heure et j’ai deux portes à peindre. Je ne répondrais probablement plus cet AM.)

25)
AleX54
, le 10.09.2008 à 13:04
[modifier]

Fred et Alex qui semblent tout connaître des entreprises et qui n’ont plus rien à apprendre. Des cadors quoi.

Justement, nous (enfin moi) on est nul, on sait pas gagner plein d’argent et passer notre temps en avion pour “des prises de décision importante sans pouvoir évaluer tous les aspects ou conséquences”.

Peut-être parce qu’on ne connaît pas le même coté de l’entreprise, celui des gens que vous ne rencontrez pas mais qui produisent effectivement…

Puis j’aime autant Kador que les Bidochons.

27)
François Cuneo
, le 10.09.2008 à 13:37
[modifier]

Bien sûr, le cul au chaud dans une administration bien ronflante permet d’avoir pas mal d’a priori…

C’est vrai qu’en parlant d’a priori, comme déjà signalé, t’en as un bien joli, là.

28)
Le Corbeau
, le 10.09.2008 à 13:46
[modifier]

Le cul au chaud… C’est vrai, en tant qu’employé je n’ai que 5000 mails annuels de la part de ma hiérarchie. Au fait, on cherche une personne style trader de haut niveau (parfaite connaissance des marchés, placements etc.) et bon développeur (me demande pas le rapport entre les deux activités) pour 2000 euros mensuels
mais pour ce prix, tu ne devrais pas faire plus de 10-12 heures de boulot et avoir tes WE.

29)
ToTheEnd
, le 10.09.2008 à 14:05
[modifier]

François ou un autre: je lis très volontiers un plan de restructuration réalisé dans le cadre communal ou cantonal du canton avec à la clé:

1. nombre de personnes licenciées 2. nombre de personnes replacées en interne

Et après je revois très volontiers mes à priori.

T

30)
Caplan
, le 10.09.2008 à 17:07
[modifier]

Encore une fois, plusieurs ont déjà affirmé ici avec quel “fierté” ils achetaient des produits MBudget… mais savent-ils seulement la pression qui est exercée sur les producteurs de ces produits?

C’est vrai que les producteurs de caviar ont beaucoup moins de pression…

Bon, c’est pas tout, ça, mais je vais me remettre le cul au chaud!

Milsabor!

31)
isell
, le 10.09.2008 à 17:24
[modifier]

Le fait que peu de personnes soient licenciées dans une administration communale ou cantonale n’a aucune incidence sur le fait d’être “le cul au chaud” ou pas.

La réalité c’est que, dans ces administrations comme dans le privé, il y a une grande quantité de personnes qui font leur travail correctement, et il y en a même qui ne sont pas surpayées contrairement à ce dont nous avons parlé dans d’autres posts récemment. Tu dois connaître ma compagne qui a oeuvré pendant plusieurs années à l’Etat de Vaud, eh bien malgré le fait qu’elle soit tout à fait qualifiée pour le job, avec un titre universitaire en poche et l’expérience professionnelle requise pour ce poste, ça n’a pas empêché :

– qu’elle soit sous-payée par rapport au privé (environ 30% de moins quand même, par rapport aux prix du marché privé d’alors, à niveau de compétences égal) – et je tiens compte ici des prestations sociales “sexy” dont elle a bénéficié à l’Etat – largement insuffisantes pour compenser;

– qu’elle finisse à l’hosto avec un ulcère perforé parce qu’elle et son équipe avaient tout simplement beaucoup trop de boulot, pendant que certains chefs se permettent de passer leur journée à lire le journal (et NON, c’est pas une connerie, c’est la vérité dans son cas), avec des salaires délirants parce qu’ils sont là depuis des lustres (on a déjà parlé des augmentations annuelles automatiques) …

Je pense que le message général c’est qu’il faut se méfier des généralisations, bien sûr peut-être que statistiquement il y a plus de “tire-aux-culs qui gagnent plus que ce qu’ils méritent” que dans le privé, mais l’expérience m’a démontré que ce que je viens de décrire ne représente malheureusement pas un cas isolé, et qu’en plus des problèmes énoncés (salaires pas adaptés et situations de burnout), ces personnes sont confrontées au fait qu’une grande majorité de “commentateurs” externes pensent que ce sont des planqués parce qu’elles sont salariés de l’Etat … La réalité est un peu différente que celle que nous renvoient les médias, différente des mauvaises expériences que tout le monde subit un jour en passant aux guichets du Service des automobiles ou dans d’autres guichets étatiques où c’est carrément l’enfer parfois, j’en conviens …

Un peu de respect pour cette minorité silencieuse, l’Etat reste un tout gros employeur dans nos contrées, et je ne pense pas que 100% des collaborateurs soient les planqués qu’on décrit.

iS

32)
jibu
, le 10.09.2008 à 17:56
[modifier]

Et le graphique de la progression salarial depuis ta sortie de formation, on y a pas droit? Non, parce que des phrases bien lancées et tout c’est bien mais pour l’aspect concret, des chiffres seraient mieux …

33)
levri
, le 10.09.2008 à 17:59
[modifier]

Je n’aime pas trop les à priori… mais

Le fait que peu de personnes soient licenciées dans une administration communale ou cantonale n’a aucune incidence sur le fait d’être “le cul au chaud” ou pas.

… justement, “le cul au chaud”, n’est ce pas une expression synonyme de “sécurité d’emploi” ?

En France, il est rarissime qu’un fonctionnaire soit licencié, il garde sa place à vie… donc certains disent qu’il a “le cul au chaud”, ce qui ne veut pas dire que ce soit une expression heureuse… ;)

34)
pter
, le 10.09.2008 à 18:05
[modifier]

Ben, j’ai pas tout compris des commentaires. je rentre du boulot, une journée de XX heures. J’ai l’impression que je fais un trip qui risque de partir comme toi TTE. Car je suis tout nouveau General Manager depuis un mois (pour une corporate de 320,000 personnes), ben, c’est le delire, le boxon a tout les niveaux. Et encore je m’occupe que du petit marché Chine.bon je vais me coucher, ouaaaah. Et vivement les vacances!

36)
ToTheEnd
, le 11.09.2008 à 01:10
[modifier]

Je pense qu’il y a un malentendu sur l’appellation “cul au chaud”. Je ne parlais pas de gens qui ne font rien et je signale que c’est un thème qui a encore été abordé récemment sur le forum avec l’approbation d’un fonctionnaire au moins…

Par “cul au chaud”, j’entendais des gens qui sont à l’abri d’un licenciement de part leur fonction ou l’environnement dans lequel ils se trouvent. Le fait est que quand tu sais que pas grand chose peut t’arriver, ça influe forcément sur la qualité de ton travail. Sans parler que ce genre de comportement est contagieux et que beaucoup, si ce n’est tous (moi y compris), pensent qu’il fait mieux les choses que l’autre mais au final, c’est un nivellement par le bas.

Bref, je ne doute pas que certains “fonctionnaires” réalisent des choses extraordinaires et bossent comme des chiens enragés… heureusement (il faut bien quelques éléments pour maintenir ce monstre). Ma remarque ne s’adressait évidemment pas à eux.

Enfin, personne ne m’a donné un exemple d’une restructuration au sein de l’Etat avec de réels licenciements à la clé… ça doit être du à la perfection du système et des gens qui y travaillent.

C’est à se demander pourquoi les entreprises n’appliquent pas ce modèle sur elles-mêmes? Peut être parce qu’elles ne peuvent pas s’endetter comme l’Etat?

T

37)
Modane
, le 11.09.2008 à 07:17
[modifier]

En Chine, “cul au chaud” s’appelle “avoir son bol de riz en fer”. Peu mais garanti à vie. En principe.

38)
AleX54
, le 11.09.2008 à 08:40
[modifier]

Je m’étais lancé dans une tirade pour répondre à TTE mais ce “putain” de Safari m’a planté et j’ai perdu le texte…

Je recommence pas mais TTE, en résumé le post 36 est, à chaque paragraphe, un tissus d’ânerie et d’a priori.

Bon je laisse chacun se demander à quel paragraphe il y a une ânerie et à quel paragraphe un a priori.

39)
archeos
, le 11.09.2008 à 09:39
[modifier]

Devant quelques réactions agressives, j’ai hésité à ajouter mon grain de sel, mais bravo ! décision courageuse et qui montre tes côtés humains.

40)
stefb
, le 11.09.2008 à 09:52
[modifier]

Non, AleX54, je trouve que l’idée de gèrer une administration comme une société capitaliste axée sur le profit est une super idée!

En effet, plein d’exemples nous prouvent que les restructurations d’entreprise suivies de réels licenciement sont une excellente méthode pour motiver les employés et nettoyer les rangs des incapables.

Oui, je sais, on va me dire que lors d’une restructuration, certains top managers sont licenciés avec une prime de départ équivalente au PIB d’un petit pays africain, mais, il s’agit là de cas isolés rapportés par des journalistes de gauche vraisemblablement. La majorité des licenciements se fait sans prime de départ, heureusement.

Et après une restructuration, que fait toute entreprise moderne qui se respecte? Elle délocalise.

Bon, pas sûr que mes enfants apprécient d’aller à l’école à Shangaï, mais au moins ils apprendront trés tôt ce qu’est la gestion d’une entreprise et quelle en sont les conséquences.

41)
FredX
, le 11.09.2008 à 09:55
[modifier]

Bon ça sent la polémique là !!

Mais bon c’est le rôle de TTE n’‘est-ce pas ?

Je ne vois pas trop pourquoi ce cher TTE suppose que moi et Alex soyons des fonctionnaires fainéants ??

Sans doute parce que l’on se permet de critiquer non son travail mais la façon incohérente d’agir des grandes multinationales.

Ce n’était pas une critique de son travail. Au contraire, pour mieux le faire je pense qu’une autre organisation est sans doute possible. On en voit bien les limites tous les jours actuellement. Cela fait d’ailleurs sans doute partie de sa décision de démissionner même s’il n’ose pas se l’avouer.

Quant à dire ‘la surcharge de travail n’entraîne pas forcément des mauvaises décisions’ là je m’inscris en faux.

En tout cas j’aime bien le dialogue et je préfère quand il s’appuie sur de vrais arguments plutôt que des critiques limites insultantes.

42)
ToTheEnd
, le 11.09.2008 à 10:26
[modifier]

archeos: ne te laisse pas influencer par quelques réactions… chacun pense avoir raison, c’est comme les fous et c’est pour ça que parfois on les enferme; il ne faudrait pas qu’ils contaminent les autres avec leur vérité.

Merci à Alex pour son bug report qui est aussi détaillé que son argumentation.

T

43)
levri
, le 11.09.2008 à 10:55
[modifier]

@ stefb : tant que les grosses entreprises seront gérées par exemple par des caisses de retraite, ces merveilleux modes de direction ne sont pas prêt de changer… ce qui est rigolo, c’est que les adhérents de ces caisses risquent de plaindre leur fils qui a perdu son emploi, suite à restructuration ou/et délocalisation…

Sans vouloir trop systématiser, une administration n’est pas une société capitaliste, mais ça n’empêche pas d’avoir une gestion correcte des ressources.

@ FredX : tu parles de “la façon incohérente d’agir des grandes multinationales”, ça n’a rien d’incohérent, c’est juste basé sur le profit à court terme des actionnaires. Ça pue, mais c’est un choix de société, tant que nous réclamerons des prix plus bas, et achèterons leurs produits il n’y a aucune raison pour que ça change.

C’est nous qui par nos comportements consuméristes donnons le pouvoir aux multinationales, bramer à posteriori contre les conséquences de nos choix me semble quelque peu futile…

PS : TTE, t’es pas mal bon pour jeter de l’huile sur le feu, quand même !

44)
ToTheEnd
, le 11.09.2008 à 11:18
[modifier]

Tu trouves? Pourtant je fais des efforts, tu t’imagines même pas (sincèrement)! Au boulot, j’aurais déjà remplacé tout le monde – tu penses bien!

T

45)
isell
, le 11.09.2008 à 11:26
[modifier]

Chacun pense avoir raison, c’est comme les fous et c’est pour ça que parfois on les enferme

Oui d’ailleurs c’est très clair que l’ambiguité sur le terme “cul au chaud” relève évidemment du fait que tu ne t’exprimes pas clairement, et non pas au fait que je l’ai mal interprété (mauvaise foi mode : OFF) ;-)

Tout cela ne remet pas en question mon paragraphe ci-dessus, même si c’était peut-être un peu hors sujet ça aura au moins servi à démontrer que contrairement à ce que beaucoup de gens pensent, y’a pas que des touristes à l’Etat, loin de là … C’est une très grosse machine, et derrière, même si ça ne se voit pas forcément, il y a tout de même pas mal de gens compétents.

Enfin, personne ne m’a donné un exemple d’une restructuration au sein de l’Etat avec de réels licenciements à la clé… ça doit être du à la perfection du système et des gens qui y travaillent.

On est d’accord que le système n’est pas parfait, mais le seul moyen que tu aurais de faire changer les choses, au lieu d’exprimer inutilement tes plaintes sur ce forum, ce serait de faire de la politique … et si CA ça arrive … je change de pays ! ;-) (TTE mode : OFF).

iS

46)
ToTheEnd
, le 11.09.2008 à 11:55
[modifier]

Admettons que je me lance et que je devienne PDG (Président Dictateur Général) de la Suisse… resterais-tu si je te nomme “ministre du code du travail et de l’éthique”? Je ne me vois pas lancer des purges nationales sans un bras droit!

T

47)
Inconnu
, le 11.09.2008 à 12:42
[modifier]

2000 pour cent en accord avec tes motivations et décisions… Dans six jours, je fête — façon de parler — l’anniversaire de la disparition d’un de mes meilleurs amis. Mort à son bureau. Quelques mois avant, nous avions convenu — l’un comme l’autre — de lever le pied… Lever le pied ne veut pas dire s’arrêter mais faire tomber le niveau de stress et se préserver… Sage décision…

48)
Modane
, le 11.09.2008 à 12:43
[modifier]

TTE, tu n’es qu’un grand fauve! Tu vois la vie comme une lutte où on prouve sa valeur et son courage. Tu pourrais être champion de haut niveau, entrepreneur ou guitariste des Rolling Stones. Indépendamment des opinions dérivant vers la doctrine, de gauche ou de droite, du libéral ou du social, j’aime bien cette optique et te remercie donc pour tes articles.

Je trouve, comme Levri que tu as un don pour la polémique. Mais aussi, les autres doivent aimer çà. Il suffirait tellement de dire : Ah! Ca, c’est bien TTE! :)

Qui a dit que le bonheur réside dans une opinion et une seule? Y aurait il la possibilité d’une seule vérité? Le monde serait il viable si les renards avaient bouffé TOUS les lapins?

Comme je l’ai entendu dire par Jeanne Moreau à je ne sais plus quelle occasion : il faut être deux pour danser le tango. Et, pour l’illustration, j’aime bien danser.

49)
isell
, le 11.09.2008 à 12:45
[modifier]

Merci pour ta proposition, j’ai en effet acquis certaines compétences dans le domaine depuis quelques années, mais … à présent, comme tu le sais, je préfère faire bosser les autres à ma place ;-)

iS

50)
levri
, le 11.09.2008 à 13:59
[modifier]

TTE, tu n’es qu’un grand fauve! Tu vois la vie comme une lutte où on prouve sa valeur et son courage.

Il est mal dans sa peau alors, notre TTE ?

Quand on est à l’aise dans ses baskets on n’a rien à prouver à quiconque sauf à soi-même et la seule lutte valable reste celle pour réaliser ses potentiels. Lutter contre les autres revient à leur dénier le droit à l’autodétermination, et/ou refuser les différences.

Bon, comme tu le dis, vive les différences, et même si je ne suis pas amateur de danse, il y a bien d’autres choses qu’il est agréable de pratiquer à deux, voire plusieurs… ;)

isell : bin voilà, Monsieur refuse un portefeuille ministériel, et préfère s’expatrier !

J’écoute Zero The Hero And The Orgasm Witch de Gong sur l’album des Peel Sessions

51)
Modane
, le 11.09.2008 à 18:51
[modifier]

Il est mal dans sa peau alors, notre TTE ?

Non non non!… C’est pas ce que je voulais dire!… Je suis parfaitement d’accord avec ce que tu dis ensuite:

la seule lutte valable reste celle pour réaliser ses potentiels

Donc “grand fauve” : description, pas jugement! Et peut être la vague complicité des gens qui ont la bougeotte… :)

52)
Crunch Crunch
, le 11.09.2008 à 19:30
[modifier]

Excellente confession “ToTheEnd”, merci :-) En ce qui me concerne, côté travail. Après 9 mois “sabbatique”, puis 6.5mois de chômage, j’ai entamé (depuis mi juillet) une reconversion professionnelle (moi aussi ;-). Je suis PC-Supporter dans une grande entreprise d’horlogerie, alors qu’à la base, je viens du “dessin technique”. Et bien “Professionnellement, c’est pas tout rose… Le job, est excellent, mais je dois faire face à la jalousie d’un collègue, par rapport à la “chance” que j’ai eu de décrocher ce job, et de pouvoir me former sur le tas…

Bizarre…

Je fais également des journée de, facilement, 10h – 11h (énormément à apprendre…), mais ma vie privée est passée à 0…

On verra bien la suite… Pour le moment, je suis très heureux de gagner ma vie, dans un secteur dans lequel j’ai toujours rêvé de travailler, et qui n’a rien à voir avec mes études. C’est grisant, comme sensation… Par contre, comme toi, je ne sais pas si je tiendrais plus de 2 ans à ce poste. Passionnant, mais ambiance très dure… Surtout à cause de la jalousie d’ UN collègue…

53)
Isaacm
, le 11.09.2008 à 19:49
[modifier]

«Nous sommes nés une fois, il n’est pas possible de naître deux fois, et il faut n’être plus pour l’éternité. Toi pourtant qui n’es pas de demain, tu diffères de jouir ! Nous consumons notre vie à force d’attendre et chacun de nous meurt affairé.».

Épicure

Merci, ToTheEnd, pour ce texte sincère et touchant.

54)
levri
, le 11.09.2008 à 20:16
[modifier]

@ Modane : ne me prends pas trop au sérieux, y’a souvent une petite note facétieuse sous-jacente dans mes propos…

Néanmoins ton “grand fauve” a une connotation “prédateur”, donc plus orientée vers la manipulation extérieure que vers le développement intérieur. :P

@ Crunch Crunch : oui 2 ou 3 ans c’est suffisant pour “sentir” un environnement professionnel, plus et on tombe dans une certaine routine, on n’apprend plus vraiment de choses nouvelles, juste un perfectionnement de l’acquis sans réel défis et découvertes de nouveaux horizons… ça devient chiant.

@ Isaacm : Épicure n’est plus d’actualité… G.W.Bush n’est il pas né deux fois ? ;)

J’écoute Born Again Cretin de Robert Wyatt sur l’album Nothing Can Stop Us

55)
Isaacm
, le 11.09.2008 à 20:37
[modifier]

Bon, pas sûr que mes enfants apprécient d’aller à l’école à Shangaï, mais au moins ils apprendront trés tôt ce qu’est la gestion d’une entreprise et quelle en sont les conséquences.

Je me demande bien à quoi la connaissance du mode de gestion d’une entreprise “capitaliste” va leur servir. On peut espérer cependant qu’ils découvriront l’absurdité d’un système qui broient tant de vies et nous mène à notre perte, et rejoindront le camp de ceux qui le contestent et le refusent. Une question : une fois que vous aurez viré tous les “nuls” (paresseux, maladroits, lents, etc.) afin que l’”Entreprise” fonctionne à plein régime que ferez vous de ces incapables ?

56)
stefb
, le 11.09.2008 à 20:53
[modifier]

On peut espérer cependant qu’ils découvriront l’absurdité d’un système qui broient tant de vies et nous mène à notre perte, et rejoindront le camp de ceux qui le contestent et le refusent

C’est exactement ça qu’ils doivent apprendre, avant de se faire virer par un type qui joue au monopoly dans son bureau au 130ème étage tout en triturant son Blackberry.

57)
levri
, le 11.09.2008 à 21:12
[modifier]

C’est exactement ça qu’ils doivent apprendre, avant de se faire virer par un type qui joue au monopoly dans son bureau au 130ème étage tout en triturant son Blackberry.

Bah faire la révolution pour changer le mec avec le Blackberry par un autre mec, ça tient de la révolution de palais, on recommence la même chose, mais avec d’autres à la direction (y’a tant d’envieux qui aimerait bien être à la place de ce mec au 130ème étage…).

Je l’ai déjà dit précédemment et je le répète, c’est nous, qui de par notre mode de vie mettons en place ces “patrons” et permettons toutes les dérives qui nous permettent de nous lamenter en bonne conscience.

58)
Isaacm
, le 11.09.2008 à 21:44
[modifier]

Bah faire la révolution pour changer le mec avec le Blackberry par un autre mec, ça tient de la révolution de palais, on recommence la même chose, mais avec d’autres à la direction (y’a tant d’envieux qui aimerait bien être à la place de ce mec au 130ème étage…)

Il n’est pas question de révolution mais de prise de conscience individuelle et collective.

À propos du travail, j’ai lu, il y a longtemps déjà, un ouvrage passionnant du philosophe André Gorz : Métamorphoses du travail Quête de sens

59)
ToTheEnd
, le 11.09.2008 à 23:28
[modifier]

Modane: je ne sais pas trop si j’ai le don de la polémique… je constate que beaucoup s’excitent sur des points qu’ils ne connaissent pas mais imaginent très bien. Or, il y a toujours une différence assez grande entre l’imaginaire et la réalité…

Comme le dit levri, c’est nous qui faisons tout ça… nous ne sommes pas spectateur mais acteur! Certaines de ces discussions me font penser au mec qui avec sa télécommande regarde TF1 et dit que c’est vraiment une chaîne de merde. A qui la faute? Bien sûr, à ces enfoirés de dirigeants et à ces connards d’actionnaires qui en veulent toujours plus…

C’est un peu comme le journal Le Matin… je le vois partout (sauf chez moi), chaque année le tirage augment et tout le monde sans exception me dit: “C’est vraiment de la merde ce journal”

A qui la faute? Mais à ces gens qui bossent au Matin et leurs patrons, il devrait avoir honte de faire de la merde pareille!

Sauf que moi je me dis autre chose: il faut vraiment être con pour acheter de la merde. Comme le tirage de ce journal augmente chaque année, un constat s’impose: les cons sont toujours plus nombreux.

T

PS: avant que les rois de l’interprétation n’arrivent, je précise que je ne traite personne de con! Personne ne doit se sentir visé!

60)
FredX
, le 12.09.2008 à 00:58
[modifier]

‘Il faut vraiment etre con pour acheter de la merde’ puis une phrase plus loin : ‘je ne traite personne de con’ mouais…. mouais… mouais…. Je commence a me demander si le personnage de TTE n’est pas complètement bidon… Qui sait peut être n’est-il qu’un pauvre gratte papier quelconque qui s’invente une vie ‘trépidante’ grâce à Internet… Ca me parait cadrer plus avec ses réflexions de bas étage qui ne correspondent pas au niveau de responsabilité qu’il nous présente… Enfin en tout cas, justifier sa vie par uniquement son boulot c’est pathétique. Il y a autre chose, et surtout il y a le respect des autres quelqu’ils soient… Alors que là, je lis beaucoup de mépris et de sentiment de supériorité, ce qui n’est pas preuve d’intelligence loin s’en faut…

63)
marcdiver
, le 12.09.2008 à 07:28
[modifier]

Pter,

Avoue-le, tu es PTer Rothenbühler, le réd en chef du matin ? ok, je suis déjà dehors…

64)
FredX
, le 12.09.2008 à 10:00
[modifier]

Désolé moi français et moi même pas connaître le matin !!

66)
AleX54
, le 12.09.2008 à 12:41
[modifier]

J’en suis moi aussi venu à la conclusion d’une réflexion tronquée, trop partisane, de la part de TTE.

Mais c’est normal. Pour faire le job qu’il a quitté, il faut être un fidèle de chez fidèle. Sinon tu le vis mal et tu te poses des questions dont les réponses sont peu compatibles avec le job. Ou tu es viré.

J’entendais hier un témoignage d’une femme d’un terroriste algérien qui a demandé à ces chefs pourquoi il devait s’attaquer à des appelés de l’armée régulière. Des jeunes qui n’y sont finalement pour pas grand-chose selon lui.

Il a été assassiné quelques jour plus tard par ses chefs qui l’on jugé peu fiable et risquant de les dénoncer.

Toute proportion gardée, c’est la même chose dans l’industrie ou même l’administration (je suis bien placé pour le savoir). Tu ne sera pas tué mais le harcèlement moral cela existe ou plus simplement une mutation ou un licenciement. Personnellement, j’ai fini par partir en disponibilité car je voulais rentrer sur Bordeaux mais j’étais bloqué par mes engagements syndicaux.

Bref TTE n’argumente pas, il défends son intégrité intellectuelle, sa peau. Donc cela ne sert à rien.

Pourtant, oui les gens sont des cons de regarder TF1, mais oui aussi, TF1 et les grands groupes Capitaliste, financier et médiatiques manipule les opinions publiques pour préserver leur intérêts.

N’oubliez pas de lire Siné Hebdo : ici

[NoBug report] Tient, ce “con” de Safari ne m’a pas planté en pleine rédaction.

67)
levri
, le 12.09.2008 à 13:34
[modifier]

Pourtant, oui les gens sont des cons de regarder TF1, mais oui aussi, TF1 et les grands groupes Capitaliste, financier et médiatiques manipule les opinions publiques pour préserver leur intérêts.

Qu’ils soient cons ou pas, s’ils regardent, c’est leur choix, en terme de capitalisme, il est de bonne guerre que TF1 tente de manipuler et de faire du spectateur un “client captif”, que les “grands groupes” utilisent TF1 et d’autres moyens pour “manipuler” l’ “opinion publique” n’est pas douteux… et alors ?

… Tout ça n’est que verbiage et mots creux, le choix existe, “l’opinion publique” est constituée d’individus, certains trouvent confortable l’esclavage et l’abdication de leur personnalité, d’autres pas.

Si un nombre suffisant d’individus ne regarde pas TF1, et boycotte les “grands groupes”, ceux ci perdent tout pouvoir sur les “masses”… Après tout les “masses” et l’ “opinion publique” ne sont composées que d’un grand nombre d’individus.

Pour la 3ème fois et avec une formulation différente, je dis la même chose : arrêtons de larmoyer et de nous lamenter sur l’existence des “grands méchants”, les solutions sont nôtres, se lamenter c’est juste se soumettre, et reporter la responsabilité sur “les autres”. Facile et reposant, il suffit de clamer haut et clair qu’”on est pas d’accord”, pour se donner bonne conscience alors que ce n’est que lâcheté intellectuelle.

J’écoute Gee, I Like Your Pants de Frank Zappa sur l’album Shut Up ‘n Play Yer Guitar (Some More)

68)
AleX54
, le 12.09.2008 à 20:12
[modifier]

@ Levri Ce que tu dis n’est pas vrai.

Le choix n’existe quasiment pas, pas dans l’audiovisuel en tout cas. Il n’y a aucune chaîne qui diffuse des opinions alternatives, aucune. En radio, en france, il y a une émission en tout et pour tout, a une heure difficile à écouter. Idem en presse écrite. Il ne bénéficient jamais d’aucune publicité. Au final c’est l’exception qui confirme la règle.

99,999 % de l’information est orientée politiquement à droite, même au sein des émissions de divertissement. Forcement, ce sont les puissances financières qui contrôlent les rédactions. Ce n’est pas TF1 qui” tente de manipuler et de faire du spectateur un “client captif”, c’est toute les chaînes. L’efficacité est alors maximum.

Bref la démocratie est un leurre.

Je ne suis pas un lâche quand je dis que je ne suis pas d’accord, je lutte justement avec mes moyens. Et j’explique que vous mentez, simplement, ou que vous de voyez pas grand chose.

Bref, le lâche, c’est celui qui rabâche facilement la pensée dominante, le prêt à penser, la bouillie de TF1.

69)
levri
, le 12.09.2008 à 21:35
[modifier]

@ 69. AleX54 : relis moi ! je n’ai jamais dit qu’on avait le choix des chaînes, j’ai juste dit que si elles n’étaient pas “satisfaisantes”, on pouvait faire le choix de ne pas les regarder…

J’ai pris l’exemple de TF1 parce que c’était celle là que tu citais, mais bien évidemment je n’ai pas plus d’estime pour les autres chaînes…

De toute façon la démocratie n’est pas un leurre en ce qui concerne la TV, puisque selon les indices d’écoute, une majorité approuve les programmes TV… selon l’acceptation usuelle (Dans une démocratie l’ensemble des citoyens détient le pouvoir souverain et exprime sa volonté par le vote, selon le principe « un homme, une voix ») la majorité fait la règle, donc on pourrait considérer que les chaînes ont tout à fait raison de nous servir de la merde puisque la majorité des spectateurs en redemande.

Tu dis que 99,99% des émissions TV sont “orientées à droite”, je reste dubitatif et me demande d’où tu sorts ces chiffres. J’ai entendu certaines émissions de radio “orientées à gauche”, mais elles étaient tout aussi primaires que celles orientées à droite, ce qui me choque ce n’est pas l’orientation supposée des programmes, mais tout simplement leur connerie. Nous avons la possibilité de faire le choix personnel de ne pas les regarder, donc je ne bêlerai pas.

Ce ne sont pas “les puissances financières qui contrôlent les rédactions”, mais les gens qui les consultent/écoutent/regardent.

Bref, le lâche, c’est celui qui rabâche facilement la pensée dominante, le prêt à penser, la bouillie de TF1.

Si on veut commenter on pourrait dire que ceux là sont des moutons (éventuellement qu’ils sont trop lâches pour avoir une pensée autonome, si tu y tiens), mais certains critiques rabâchant des “pensées” minoritaires mal digérées et de toute façon non autonomes, ne sont pas plus estimables à mes yeux.

PS : quel est cette émission de radio dont tu parles ?

PS2 : en quoi précisément ce que je disais dans mon post précedent “n’était pas vrai” ?

71)
AleX54
, le 12.09.2008 à 22:31
[modifier]

Ne pas regarder n’est pas un choix, en ce sens que cela ne permet pas de recevoir des positions alternatives, d’autres idées. Autrement dit soit tu consommes l’opinion dominante soit rien !

Tu parles d’un choix… (en ce sens, ce que tu disais n’est pas vrai)

La démocratie, c’est aussi le pluralisme, pas seulement la majorité, et surtout pas la majorité si le pluralisme n’est pas respecté.

La démocratie, c’est la majorité à condition que chacun puisse faire des choix éclairés, ce que ne permet pas l’absence de pluralisme médiatique.

Le chiffre est une façon de dire qu’aucune émission n’est de gauche. En tout cas je n’en ai jamais vu ou peut-être il y a très longtemps plus de dix ans et je ne m’en souvient plus.

Aucune.

Ce sont bien les puissances financières qui contrôlent les rédactions puisque les média leur appartiennent. Une émission gauchiste qui ferait de l’audience serait immédiatement déprogrammée et pour ne pas avoir a le faire elle ne sont pas programmées du tout. (en ce sens aussi, ce que tu disais n’est pas vrai)

Pour l’émission de radio, il n’y en a qu’une à ma connaissance, c’est bien “Là-bas si j’y suis”. Il n’y a pas d’équivalent à la télévision et bien peu de chose en presse écrite. Donc pour consommer différemment, il faut déjà être convaincu, alors que pour consommer dominant il suffit d’appuyer sur un bouton.

Quand je parle de gauche, je ne parle pas du PS qui est en réalité un parti de centre droit. (La gauche signifie a minima volonté de rupture avec l’économie de marché)

(désolé pour mes références franco-française)

72)
levri
, le 13.09.2008 à 00:16
[modifier]

@ AleX54 :

Désolé, mais ne pas regarder est un choix ! Je conviens qu’il n’y a pas d’alternative strictement équivalente (cad une TV qui serait à mon goût), mais je peux choisir de lire un livre, regarder un film, passer une soirée à discuter avec des amis, faire l’amour, aller à la pêche… il y a une multitude de choix possibles.

Pour les accros du petits écran, la solution serait de se grouper pour monter une chaîne qui soit en accord avec leur goûts… mais il faudrait vraiment être accro ! La TV n’est qu’un moyen visuel de diffusion de masse qui peut avoir de nombreux substituts. Un film TV peut être aisément remplacé par le choix d’un DVD (qu’un film soit diffusé ou issu de ton lecteur, quelle différence ?) les journaux TV, peuvent être remplacés par des journaux papier, radio, ou des infos que tu collectes toi-même sur Internet par exemple, pour les jeux on peut jouer avec des amis, le seul truc qui poserait problème serait les émission de “TV réalité”, ce qui personnellement ne me dérange en rien, mais encore une fois il doit y avoir moyen de trouver un substitut pour ceux qui préfèrent ces bouses à la vraie vie.

Pour la démocratie, ce n’est pas moi qui ait fait la définition… Je ne dis pas que je suis d’accord, mais force est de constater que les lois (même stupides) sont votées par des majorités, et que les minorités les subissent (elles ont le choix d’entrer en dissidence ou de se marginaliser et de n’en pas tenir compte)… les démocraties ne sont pas que positives, une décision démocratique n’est pas forcément une bonne décision pour l’avenir d’une société. ;)

La démocratie, c’est la majorité à condition que chacun puisse faire des choix éclairés, ce que ne permet pas l’absence de pluralisme médiatique

Hey ! Il n’y a pas que les mass-médias ! ce genre d’excuse, je la traduirais par “il n’y a pas assez de propagande pour mon courant de pensée dans les médias de masse”. Je m’en tape un peu… j’ai déjà dit que je boycottais totalement la TV, et tout type de propagande et de tentative de conditionnement me hérisse le poil.

En ce qui concerne le contrôle des médias, si une masse suffisante les boycotte, les programmes seront adaptés pour l’attirer de nouveau (qui a dit que les capitalistes vendraient la corde pour les pendre ?)

Je n’adhère à aucun parti, de l’extrême gauche à l’extrême droite on peut trouver des choses positives si on ne porte pas d’œillères, je m’en tape et n’agis qu’en fonction de mon intime conviction, quand je me plante je sais tout de suite quel est le connard débile qui a pris la mauvaise décision…

… l’émission de radio, j’avais bien peur que ça ne soit celle là !

Bien que souvent je sois d’accord avec l’intitulé du propos, le ton, le rabâchage primaire, la mauvaise foi fréquente, le côté simpliste et partisan et même la personnalité et la manière de s’exprimer par sous-entendus lourdingues de l’animateur me donneraient presque envie de faire le contraire ! pour être d’accord avec ça il faut être convaincu d’avance et n’avoir aucun sens critique.

On dirait que tu voudrais surtout que la société soit “à ton goût”, ce qui la rendrait forcément indigeste aux autres. Tu voudrais disposer de mass-médias pour pouvoir convaincre, il n’y a qu’une personne à convaincre, c’est soi !

Le reste n’est que blabla, pseudo justification verbeuse, désir de pouvoir sur les autres etc…

73)
AleX54
, le 13.09.2008 à 14:28
[modifier]

@ levri : Comment dire, je t’emmerde.

Car j’en ai un peu marre de me faire insulter.

74)
levri
, le 13.09.2008 à 15:24
[modifier]

merci, cette fois ça se passe de commentaire ! :D

J’écoute Dumb All Over de Frank Zappa sur l’album Have I Offended Someone

75)
Kermorvan
, le 13.09.2008 à 17:13
[modifier]

Tout est affaire de décor Changer de lit changer de corps À quoi bon puisque c’est encore Moi qui moi-même me trahis Moi qui me traîne et m’éparpille Et mon ombre se déshabille Dans les bras semblables des filles Où j’ai cru trouver un pays.

Coeur léger coeur changeant coeur lourd Le temps de rêver est bien court Que faut-il faire de mes jours Que faut-il faire de mes nuits Je n’avais amour ni demeure Nulle part où je vive ou meure Je passais comme la rumeur Je m’endormais comme le bruit.

C’était un temps déraisonnable On avait mis les morts à table On faisait des châteaux de sable On prenait les loups pour des chiens Tout changeait de pôle et d’épaule La pièce était-elle ou non drôle Moi si j’y tenais mal mon rôle C’était de n’y comprendre rien

Est-ce ainsi que les hommes vivent Et leurs baisers au loin les suivent

…………………………………………………

Louis Aragon, Le Roman inachevé, Poèsie/Gallimard, Paris, 1980, pages 72 à 75. Mis en msique et interprété par Léo Ferré.

76)
AleX54
, le 13.09.2008 à 22:01
[modifier]

Même le Pape est avec moi alors vous voyez.

La réciproque n’est pas vrai cependant.

77)
levri
, le 13.09.2008 à 23:11
[modifier]

@ AleX54 : Nul ici ne doute que si tu n’étais carté, tu porterais la bure ! ;)

J’écoute Opium For The People de Here & Now sur l’album Live Floating Anarchy

78)
Okazou
, le 15.09.2008 à 06:41
[modifier]

« je n’ai jamais dit qu’on avait le choix des chaînes, j’ai juste dit que si elles n’étaient pas “satisfaisantes”, on pouvait faire le choix de ne pas les regarder… »
et
« Ce ne sont pas “les puissances financières qui contrôlent les rédactions”, mais les gens qui les consultent/écoutent/regardent »

Voilà une façon bien perverse, et ô combien erronée, de présenter les choses. Elle est en même temps, et c’est heureux, assez simpliste.

L’homme maître absolu de son destin, quand tout va bien comme quand rien ne va plus. Ainsi, l’homme ne serait-il qu’un individu et rien d’autre. Ainsi, cet homme-individu serait-il seul responsable de ce qu’il subit. Ainsi, ce sur-individu, lorsqu’il défaille (mais est-ce encore possible ?) serait-il à la fois sa victime et son bourreau, ne devant s’en prendre qu’à lui-même en tant qu’il est le maître absolu des événements de sa vie et de son destin.

Vois-tu, levri, l’homme est indissociable de la société à laquelle il appartient. Ça te complique quelque peu les choses et ça dévoile ton tour de passe-passe, n’est-ce pas ? La seule bonne façon de penser le problème est donc de considérer l’homme à la fois comme individu ET comme élément de la société. Serais-tu à ce point reclus et depuis si longtemps que ta pensée l’ait oublié ?

Je suis heureux d’apprendre que les puissances financières qui possèdent la plupart des medias (le bétonneur Bouygues et les marchands d’armes Dassault et Lagardère pour l’essentiel) se soumettent, mus sans doute par un sentiment impérieux d’activisme démocratique, aux desiderata des citoyens pour élaborer et dispenser une information « à la demande ». Quand je pense que de bien mauvaises langues prétendent, contre toute raison, que financiers/affairistes et pouvoir politique seraient cul et chemise pour s’entendre sur ce que le peuple peut ou doit savoir et ce qu’il ne peut avoir à connaître…

Blague à part, si personne ne « consulte/écoute/regarde », alors personne ne contrôle plus les rédactions qui retrouvent leur liberté. Mais il n’y a plus d’information donc plus de démocratie.
Pas vraiment gênant, me diras-tu, puisque dans ton intervention tu exprimes tout l’amour que tu portes à la démocratie :

« De toute façon la démocratie n’est pas un leurre en ce qui concerne la TV, puisque selon les indices d’écoute, une majorité approuve les programmes TV… selon l’acceptation usuelle (Dans une démocratie l’ensemble des citoyens détient le pouvoir souverain et exprime sa volonté par le vote, selon le principe « un homme, une voix ») la majorité fait la règle, donc on pourrait considérer que les chaînes ont tout à fait raison de nous servir de la merde puisque la majorité des spectateurs en redemande. »

Comme si la démocratie était aboutie. Tu sais comme tout un chacun que la démocratie ne peut être atteinte qu’après avoir réalisé un travail d’éducation populaire seul susceptible de conférer au peuple le sens critique, la liberté et l’indépendance de pensée nécessaires à prendre son destin en main. Comme si, et c’est plus inquiétant, tu accordais ta préférence à un système politique mené par une élite plutôt que te sortir les doigts du cul pour prendre ta part à la construction de la démocratie. L’individu, aussi talentueux soit-il, ne vaut pas tripette lorsqu’il oublie qu’il appartient à la société de ses semblables.

Une manière de rêve du surhomme. Il y a bien quelque chose de pseudo-nietzschéen dans tes propos.
Je t’invite donc, levri, à suivre cet hiver les conférences que Michel Onfray, à l’Université populaire de Caen (covoiturage encouragé), va proposer sur Nietzsche. Mais je préfère fraternellement te prévenir que tu risques de tomber de haut si tu as (c’est ce qu’il me semble mais cela ne te ressemblerait pas) endossé sans barguigner le discours académique et bourgeois sur la réputation dont on a affublé le grand homme.
Si tu ne peux te déplacer cet hiver, France-Culture prend le relais de l’U.P. Caen au cours de l’été prochain en assurant la retransmission des conférences de l’hiver consacrées depuis six ans à une contre-histoire de la philosophie qui ne manque vraiment pas d’intérêt. Il reste encore un peu de service public pour la promotion et le développement de l’éducation populaire.

79)
Okazou
, le 15.09.2008 à 06:47
[modifier]

Un mot tout de même pour les cadors du libéralisme qui s’expriment dans ce fil, ces futurs has beeen, déjà sur le déclin et qui se raccrochent à ce qu’ils peuvent (s’ils ne se reconnaissent pas, nous les reconnaîtrons), qui nous la jouent « chant du cygne », gonflant une dernière fois leurs plumes, avant de se transformer en couette ou traversin, en nous trompettant, dans une même perspective, à la fois leurs souffrances et leurs sacrifices (les pauvres chéris !) et leurs performances (les surhommes !), sûrs dans leur incommensurable orgueil qu’au fond, même s’ils prétendent le contraire, ils sont indispensables à la progression du brave new world qu’ils n’ont eu de cesse d’entretenir et de développer tout au long de cette phase funeste de l’histoire humaine qui commença il y a trente ans et va s’achever incessamment sous peu.

On se tordrait de rire à lire leurs propos à ces machos qui bossent jusqu’à pas d’heure et crachent leur bave sur ceux qui n’acceptent pas de partager la noblesse de leur destin. Quand on est un cador on ne passe pas son temps à se la péter, ni à se plaindre et encore moins à prendre les autres pour des minables car seuls les minables estampillés se la pètent et se la jouent à l’élite méprisante.

Mais quand se rendront-ils compte qu’ils sont totalement à côté de la vie ? Quand se rendront-ils compte qu’ils n’en ont qu’une, de vie, et qu’ils la gâchent de la plus lamentable manière ? Faut-il tout de même qu’ils soient cons ! D’ailleurs un de ces gros cadors, et pas des moins prétentieux, nous déclare un mort au champ d’honneur du travail acharné. On presse le citron jusqu’à la dernière goutte. Le plus cocasse étant le cadre qui se presse lui-même jusqu’à la dernière goutte de sang. Quelle noblesse dans le sacrifice ! Quelle abnégation pour faire gagner à la Nation un poutième de PIB !

Et ça voudrait être admiré ! Et ça voudrait être imité ! Ça voudrait faire la leçon aux sages, à ceux qui ne conçoivent pas le travail comme châtiment d’un mythique péché originel (version US) mais comme le moyen de participer de plain-pied et en toute solidarité à une société qui est leur société commune (version laïque et responsable).

Nos héros sont fatigués ? À qui la faute ? Ne les plaignons pas.

81)
levri
, le 15.09.2008 à 11:32
[modifier]

@ Okazou (79) : content de te revoir ! :D

C’était volontairement simpliste, mais parfois il faut aller à la racine des choses. La société est composées d’individus… qui ont trop souvent une fâcheuse tendance à dire “on” devrait changer ceci ou cela, et ne font rien à titre personnel, si une masse suffisante se bouge les fesses en tant qu’individus, cela devient un mouvement d’opinion, un fait de société, si tous le monde attend que “quelqu’un fasse quelque chose”… ça peut durer longtemps !

Pour ce qui est du bétonneur et des autres, il est certain que si suffisamment d’individus réclamaient une autre TV, ils iraient vers une TV “moins pire” qu’actuellement (la corde pour se pendre). En France nous avons également des “chaînes publiques”… non ?

Je suis conscient de ce qu’est la démocratie, de ses qualités et de ses défauts, mais trop de gens ont tendance à considérer que dès qu’elle va à l’encontre de leurs vues, c’est que les dés sont pipés, et ont la même tendance à confondre “éducation” avec “propagande” dans le sens de leurs idées.

Depuis le temps que je poste ici, je ne crois pas avoir donné l’impression d’être en faveur d’un système oligarchique, cependant quoi qu’on fasse notre belle démocratie mène le plus souvent à des gouvernements oligarchiques, que ce soit les “diplômés” de l’E.N.A, les membres du parti, les puissances de l’argent, l’intelligentsia… c’est toujours une “élite” qui sait ce qui est bon pour les masses…

Nietzsche, j’en suis resté à “Ainsi parlait Zarathoustra” quand j’avais 16 ans et ne l’ai pas relu depuis… peut-être en lirai je d’autres écrits un jour…

… j’espère que tu me classes pas dans les “cadors du libéralisme”… même si j’ai des facettes “libertaires”… ;)

désolé, pas trop le temps ce matin…

82)
ToTheEnd
, le 15.09.2008 à 11:41
[modifier]

Ahhh… enfin une bonne nouvelle. Tous les méchants vont bientôt être éliminés et le monde va devenir pratiquement parfait puisque mener par un élan global d’awarness qui va tout balayer sur son passage.

Comme ça va s’achever incessamment sous peu, tu as une date? Il semblerait qu’un public béat attend et je n’aimerais pas qu’ils se lassent.

T

84)
ToTheEnd
, le 15.09.2008 à 12:28
[modifier]

C’est gentil de parler avec des gamins qui disent “je t’emmerde” dès qu’ils ne comprennent pas ce qu’on leur dit gentiment… mais alors quand ils viennent te parler d’un crash à la noix pour étayer des thèses de gentils bobos, ça en devient pathétique.

J’ai demandé une date, pas un copier/coller de quelque chose que tu ne comprends pas mais arrive à reproduire comme un roquet peu éduqué (cf: plus haut).

T

85)
AleX54
, le 15.09.2008 à 13:33
[modifier]

AH Ah Ah ! Je m’incline devant tant d’éducation…

86)
levri
, le 15.09.2008 à 13:43
[modifier]

bah, nous étions habitués à un certain niveau, une certaine volonté de communiquer; même quand nos opinions sont différentes, elles ne sont pas forcément à traiter par le mépris… et l’insulte ne remplace pas le raisonnement, la logique et une connaissance minimum du vocabulaire.

Quand les donneurs de leçons en sont réduits à l’invective et à l’interjection sarcastique et simpliste, y’a de quoi s’inquiéter dans les chaumières…

J’écoute Pure Narcotic de Porcupine Tree sur l’album Stupid Dream

87)
Jérémie
, le 15.09.2008 à 19:22
[modifier]

Levri, il t’a fallu plus de 80 commentaires pour en arriver à cette conclusion? Je dis ça sans sarcasme, juste avec une grosse déception.

Allez, pour ceux qui n’ont pas le courage de lire tous les commentaires, je résume :

– “C’est moi qui ai raison, et tous les autres sont des cons.”

– “C’est celui qui dit qui est, d’abord!”

NB : J’ai pas mis de pseudo, parce que pour la plupart, ils sont interchangeables. Il y a des exceptions, et des variantes de styles… mais bon : c’est un résumé, hein!

88)
levri
, le 15.09.2008 à 21:23
[modifier]

@ Jer : tu te spécialises dans le commentaire inutile ? On t’attendais justement pour que tu nous révèles la “vérité” en nous éclairant de ta “lumière”…

J’ai la faiblesse de croire en la qualité de l’être humain, je ne renonce jamais, et tu as dû lire en diagonale, il est plus souvent question d’incompréhension que de raison…

J’écoute How Could I Be Such a Fool de Frank Zappa & The Mothers Of Invention sur l’album Freak Out

89)
AleX54
, le 15.09.2008 à 23:30
[modifier]

Quand les donneurs de leçons en sont réduits à l’invective et à l’interjection sarcastique et simpliste, y’a de quoi s’inquiéter dans les chaumières…

Je pense que tu devrais relire chacun de tes posts. Et TTE les siens (même s’il ne t’arrive pas à la cheville).

90)
AleX54
, le 15.09.2008 à 23:42
[modifier]

heu il me semble que ce petit article anodin et personnel réussisse à générer quelques commentaires primaires…

… Tout ça n’est que verbiage et mots creux,

il suffit de clamer haut et clair qu’”on est pas d’accord”, pour se donner bonne conscience alors que ce n’est que lâcheté intellectuelle.

pour être d’accord avec ça il faut être convaincu d’avance et n’avoir aucun sens critique.

Le reste n’est que blabla, pseudo justification verbeuse, désir de pouvoir sur les autres etc…

Je confirme

… Car j’en ai un peu marre de me faire insulter.

91)
Okazou
, le 16.09.2008 à 00:23
[modifier]

« Ahhh… enfin une bonne nouvelle. Tous les méchants vont bientôt être éliminés et le monde va devenir pratiquement parfait puisque mener par un élan global d’awarness qui va tout balayer sur son passage. Comme ça va s’achever incessamment sous peu, tu as une date? Il semblerait qu’un public béat attend et je n’aimerais pas qu’ils se lassent. »

La conscience des choses est toujours le fruit d’une synthèse. En l’occurrence il ne faut pas être grand devin pour imaginer que la phase libérale de l’économie capitaliste est en fin de vie. Dans ta position, ToTheEnd, vu le milieu professionnel dans lequel tu baignes et vu l’importance que tu accordes ces temps-ci, ta contribution ici le montre, à ton avenir professionnel, je ne peux tout simplement pas croire que tu ne sentes pas le vent tourner résolument.

Ne t’inquiète pas, les grossium du capitalisme qui t’es cher ne vont pas lâcher la rampe, c’est trop tôt. Mais il est plus que probable pour qu’ils se creusent depuis un moment les méninges pour inventer le maillon manquant à la continuité de leur système. Quelque chose comme un neo-New Deal bien contrôlé qui leur permettrait de remettre le couvert après les faits tragiques de la dernière guerre mondiale serait idéal. On sait les profits qu’ils ont su en tirer par la suite.

92)
levri
, le 16.09.2008 à 00:23
[modifier]

Cher AleX54, je croyais que sortir des citations de leur contexte était une exclusivité des médias contrôlés par le grand capital… ;)

J’écoute communication breakdown de Led Zeppelin sur l’album uncensored

93)
AleX54
, le 16.09.2008 à 07:01
[modifier]

Tu te trompes encore une fois. De réponse.

Soit un peu honnête, relis tes posts. Car la pirouette est facile.

Je ne cite que tes réponses insultantes.

“On peut insulter 1000 personnes 1 fois mais on ne peut pas 1000 fois… heu”

94)
ToTheEnd
, le 16.09.2008 à 10:12
[modifier]

Jérémie: je comprends ce que tu veux dire et je sais que je devrais ignorer les merdeux et leurs commentaires qui n’apportent rien au débat. Nous avons aussi eu une vive discussion sur le forum et je n’ai pas l’impression que les choses ont mal fini. On n’a pas plus convaincu l’un ou l’autre, mais on a échangé des points de vue et nous n’avons pas denigré l’autre il me semble. Je me dis même que ça serait sympa qu’on se boive une (voire 2) grosse bière à l’occasion.

A l’inverse, dans ce cas, alors que je viens partager une tranche de vie et une expérience que j’ai choisi, on a tout de suite le gauchiste de base à 2 balles qui vient nous casser les bonbons avec un commentaire de merde en 8 (traine pas trop, ça serait con de pas faire chier de suite).

Au lieu de poser des questions, au lieu de s’intéresser et d’en apprendre quelque chose, c’est tout de suite le manuel du gars – gaucho à 2 balles – qui vient nous rabâcher les mêmes âneries sur le grand méchant capital.

Le plus drôle dans tout ça, c’est que je pourrais aussi dire du mal du grand capital, sur ses dérives et les excès qui m’énervent profondément. Mais si je ne le fais jamais (ici), c’est parce que tu as à faire à des réactions tellement primaires que je ne peux me mettre à niveau.

Je pense profondément que la concurrence est bonne pour la diversité et l’inventivité. Je pense franchement que plus de pouvoir économique permet de vivre mieux… mais pour le gaucho de base, ces phrases sont équivalentes à délocalisation et grosse voiture pour petit kiki.

Fondamentalement, pour moi, c’est un peu comme si un mec débarque pour te parler de son expérience avec la pénicilline et qu’un as de la médecine alternative vient te dire que ça fait pitié parce que maintenant les bactéries sont 3x plus résistantes… en faisant fit de tout ce que la pénicilline à apporter à l’humanité.

Bref, peut être que je ne vaux pas mieux que ces gens mais quand on me rentre dedans, je réagis.

Ce gaucho primitif nous invite à nous relire… moi je l’invite à relire sa première intervention, tout simplement.

T

95)
levri
, le 16.09.2008 à 11:31
[modifier]

@AleX54

La notion de ce qui est insultant varie selon les individus, pour se sentir insulté, il faut avoir été touché. J’ai bien pris garde à ne pas t’”insulter” personnellement, et ce que tu considères comme des “insultes” de ma part, c’est juste ma manière de m’exprimer et d’essayer de faire comprendre mes sentiments, je ne suis pas un adepte de la langue de bois et des raisonnements tout faits, j’essaye d’exprimer comment je vois les choses et de communiquer sur cette base.

Par exemple tu cites mon opinion au sujet de “là bas si j’y suis” comme étant insultante (pour être d’accord avec ça il faut être convaincu d’avance et n’avoir aucun sens critique.)… Je suppose qu’à ton sens la totalité du paragraphe est insultant ?

Bien que souvent je sois d’accord avec l’intitulé du propos, le ton, le rabâchage primaire, la mauvaise foi fréquente, le côté simpliste et partisan et même la personnalité et la manière de s’exprimer par sous-entendus lourdingues de l’animateur me donneraient presque envie de faire le contraire ! pour être d’accord avec ça il faut être convaincu d’avance et n’avoir aucun sens critique.

C’est mon opinion, ce n’est pas la tienne donc c’est insultant ?

Il avait été question de cette émission précédemment sur cuk, et j’avais émis une opinion similaire, Je ne sais plus si c’est Okazou ou Alec6 qui m’avait fait remarquer que la “simplicité” (en le mettant entre guillements est ce moins “insultant”) de l’émission permettait de toucher les masses (enfin c’était l’idée)… si c’est le cas, c’est ça que je trouve insultant ! être assez méprisant pour prendre les gens pour des cons !

(pour info, j’ai pris la peine de réécouter cette émission depuis, afin de voir si je n’avais pas fait une erreur d’appréciation)

Je pourrais trouver insultant qu’on réponde à un de mes posts sans essayer de comprendre, on qu’on me dise que je me trompe (ce qui est possible, je n’ai pas l’outrecuidance d’avoir des certitudes) sans donner aucune explication. Quand on me dit que mes exemples de choix n’en sont pas, j’ai l’honnêteté de me relire et même de chercher la définition du mot “choix” pour voir si je me suis mal exprimé, et plutôt que d’insulter, à trois reprises, j’essaye de faire comprendre le point.

… et n’est ce pas insultant d’attaquer TTE, alors qu’il ne fait que relater une tranche de vie, … tu as un “tenant de l’économie libérale” sous la main, ne serait il pas plus judicieux d’essayer de dialoguer avec lui et d’essayer de comprendre ce qui fait qu’il a choisi ce mode de vie, plutôt que d’attaquer bille en tête avec des idées préconçues ?

J’écoute Let Barking Dogs Lie de Hawkwind sur l’album It Is Business Of The Future To Be Dangerous

96)
AleX54
, le 16.09.2008 à 18:26
[modifier]

Lâchez pas les chiens !

Vous avez vraiment du mal avec la contradiction… Normal vous êtes pas habitué. Tant pis.

Je suis désolé mon premier post n’est pas insultant, il est provocateur sur le système, oui mais pas insultant. Vos réactions le sont quasi à chaque fois. J’ai un “tenant de l’économie libérale” et je l’ai placé face à ces contradictions. Il ne s’y attendait pas et réagit violemment.

Mais il est amusant de constater que vous traitez de “primaire”, de “donneur de leçon”, de “lâche intellectuellement”, d’avoir “des idées reçues”, de “n’avoir aucun sens critique”, ceux qui justement en font preuve. Alors que vous même répétez le discours quotidiennement rabâché sur les ondes.

Tous les poncifs du libéralisme y passent (les fonctionnaires, la concurrence, la majorité, le gaucho à 2 balles, les excès du libéralisme même…). Vous devriez vraiment arrêter LCI, iTélé, TF1, France 2, 3, Le Figaro, le Monde, Libération. Ne vous rabattez pas du BHL, c’est tout pareil.

TTE a même fait preuve de créativité, entre deux insultes, en déclarant :

Je pense franchement que plus de pouvoir économique permet de vivre mieux…

Franchement ? :D

Du coup, je quitte ce débat pour méditer sur ce proverbe libéral profond.

97)
FredX
, le 16.09.2008 à 20:40
[modifier]

C’est étonnant quand même ce manque d’ouverture de nos tenants du capitalisme. Si on ose critiquer on est simpliste et primaire.

Ah bon ? Il n’y a qu’une vision du monde à avoir ?

Défendre les gens qui travaillent est donc devenu has been, émettre la moindre critique sur la folie dans laquelle nous entraine ces grands groupes capitalistes plus puissants que certains états est interdit ?

Grands groupes qui par leur soif d’argent, de toujours plus nous entrainent tous dans le gouffre.

Ce qui m’étonne c’est que des gens qui se prétendent intelligents et limites supérieurs aux autres défendent ce qu’ils sentent eux mêmes comme un système au bout du rouleau. Car enfin ou tout cela va nous mener ?

Et puis je trouve oui que vous avez été insultants avec alex54 qui a ses idées et critique plus le système que vous. Mais cela a l’air d’être interdit, surtout ne pas critiquer le capitalisme roi, ne pas avoir d’autres pensées que la pensée dominante.

Brefle c’est sympa de discuter ensemble…. Mais arrêtez de nous prendre pour des imbéciles, ça nous fera plaisir.

98)
levri
, le 16.09.2008 à 21:23
[modifier]

@ 98 FredX : au cas où tu ne l’aurais pas remarqué, je ne suis absolument pas un “tenant du capitalisme”, mais c’est pas une raison pour accepter des raisonnements qui ne tiennent pas…

Qu’est ce que tu proposes de concret au juste ?

99)
AleX54
, le 17.09.2008 à 07:41
[modifier]

98. FredX

Ce qui est intéressant tout de même pour nous, c’est que le discours libéral trouve rapidement ses limites en réalité.

L’argument ultime c’est “Je pense profondément que la concurrence est bonne pour la diversité et l’inventivité.”

On a le droit de le penser même si cela ne résiste pas à l’examen (effet Canada Dry). Or, en ce moment particulièrement, on a la démonstration grandeur nature de ce que provoque le système.

Il va falloir que les contribuables (américain et européen essentiellement), payent la facture, déboursent des milliards pour renflouer des boîtes privées en faillite. Là, on ne parle plus de déficit public…

Je ne parle pas de la volatilité du cour des matières premières qui place la nourriture (ou l’emploi) hors de porté de population déjà affamées.

Mais même sans cela, il suffit de regarder le monde (entièrement capitaliste ou presque) pour constater que seuls quelques pays ont un niveau de vie correct. La plupart des autres sont dans la pauvreté, la misère, l’absence de protection sociales et la famine même (24.000 personnes meurent de faim chaque jour dans le monde).

Pendant ce temps, l’assureur américain à perdu hier 700 milliards de dollars ! À qui cela profite-il ? On va peut-être assister à un crach immense, tout le monde est inquiet à commencer par les financiers qui retirent leurs billes faisant chuter les bourses. Qui va payer ?

Moi je veux bien qu’on m’explique en quoi le système est bon (À part pour ceux qui ont déjà beaucoup plus que ce dont il ont besoin).

Mais, je parle probablement encore de chose que je ne connais pas, misérable comme je suis. ;)

100)
zit
, le 17.09.2008 à 10:18
[modifier]

Welcome back Mister T…

Donc, si j’ai bien compris, tu as décidé de profiter de la vie, c’est bien…

Petites économies ? assurance chômage ? FEIGNASSE ! ;o)

z (François, s’il te plais, tu peux mettre les prochaines humeurs de T le vendredi ? je répêêêêêêête : non mais paske le vendredi, c’est le jour du T gauchô…)

101)
Franck Pastor
, le 17.09.2008 à 10:52
[modifier]

Vous devriez vraiment arrêter LCI, iTélé, TF1, France 2, 3, Le Figaro, le Monde, Libération. Ne vous rabattez pas du BHL, c’est tout pareil.

Bref, ne plus lire ou voir que ce qui nous conforte dans notre opinion. C’est justement un peu trop confortable. On a besoin de connaître les autres façons de voir, ou bien on s’isole dans sa tour d’ivoire avec la bonne conscience de celui qui sait, et ce que nous pensons ne touche plus personne. Je n’ai pas peur d’écouter TF1 aussi bien que « Là-bas si j’y suis ». L’important, c’est le recul.

102)
levri
, le 17.09.2008 à 12:57
[modifier]

Bien que l’ayant déjà dit, je rappelle que mon aversion pour « Là-bas si j’y suis » est due à son absence de qualité à mes oreilles, non aux thèmes abordés…

103)
AleX54
, le 17.09.2008 à 19:48
[modifier]

@102. Franck Pastor

Je m’adressais aux “libéro-dépendant” qui auraient besoin d’une cure de désintoxication.

Parce que les “gaucho primaire” n’ont pas ce problème. Ils leur est difficile d’échapper à l’autre façon de voir. Pourtant j’y travaille ;) .

C’est vrai que le recul c’est important. Ceux qui l’ont sont à moitié sauvés. Mais faut déjà y arriver !