Profitez des offres Memoirevive.ch!
Des nouvelles de Mars…

Introduction

Des nouvelles de Mars... cette planète qui, mission après mission, nous apprend qu'elle n'est pas si différente de la Terre.

Mars, une planète souvent visitée

Depuis les années soixante, aucune planète n'a connu autant de visites. Au total, l'espèce humaine a lancé 39 missions à destination de la planète rouge et pour le moment, on ne peut pas dire que le ratio de succès soit excellent.

En comptant la dernière sonde qui s'est posée il y a quelques jours, ce sont 15 missions qui ont réussi... soit 38 %.

Il y a un peu moins d'un an, je vous avais déjà parlé d'une mission sur Mars qui est toujours un plein succès: Mars Exploration Rover.

Aujourd'hui, j'aimerais vous parler de la dernière mission qui semble également être une réussite: Phoenix Mars Lander.

Il y a fondamentalement deux raisons qui expliquent pourquoi on parle tant de Mars et pourquoi elle est autant explorée:

  1. C'est la planète la plus proche de la Terre (on dirait un détail, mais c'est fondamental)
  2. Sous certains aspects, Mars ressemble beaucoup à la Terre

Toutes les dernières missions ont surtout eu pour objectif de répondre à une question simple: est-ce que Mars a eu à un moment de son histoire de l'eau et si oui, est-ce que la vie s'y est développée?

Ce qui est certain, c'est que si la vie s'est développée sur Mars, il ne reste pas grand-chose:

Une vue de la planète Mars avec tous ses habitants...

Malgré tout, on va encore envoyer un autre robot en octobre 2010 et la mission s'appellera Mars Science Laboratory. Ci-dessous, le prochain robot qui se posera originalement en 2010 comparé au modèle qui circule en ce moment sur Mars (Opportunity et Spirit):

À gauche, une copie des robots qui roulent depuis 2003 sur Mars

La mission Phoenix

Après avoir été lancée en août 2007 et après un voyage de plus de 600 millions de kilomètres en 9 mois, la sonde Phoenix s'est posée avec succès le 25 mai 2008 dans l'arctique martien.

But de la mission: grâce à son bras mécanisé au bout duquel se trouve une petite pelle, la sonde doit récupérer des échantillons du sol qui se trouvent autour de lui (le robot ne peut pas se déplacer) et les analyser à l'aide de 8 compartiments appelés Thermal and Evolved Gas Analyzer (TEGA).

Ces compartiments sont à usage unique et permettent de chauffer la terre prélevée jusqu'à 1'000 degrés afin de détecter les évaporations qui en résultent.

Les premiers résultats!

Après des petits problèmes mineurs (les échantillons prélevés à l'aide de la pelle n'étaient pas assez fins pour passer dans l'analyseur), une petite surprise est apparue le 24e jour de la mission.

En deux mots, le 20ème jour de la mission, la pelle a procédé à une excavation dans le but de collecter un échantillon de terre et la caméra de la sonde a pris une photo. Quatre jours plus tard, le 24e jour de la mission, la caméra procède à un second cliché de la même zone et à la surprise générale, quelque chose a changé:

Quatre jours séparent la photo de gauche avec celle de droite...

Au premier regard, ces photos semblent identiques... et pourtant, à y regarder de plus près, il y a une énorme différence (non, Cuk ne se lance pas dans le divertissement et n'attribuera aucun prix si vous avez déjà repéré les différences).

Pour mieux voir la différence, je vous propose une animation réalisée par la NASA.

Eh oui, ces petits grumeaux clairs en bas à gauche disparaissent d'une photo à l'autre alors que le robot n'a pas touché à cette zone pendant 4 jours. Seule explication possible: ces petits "cristaux" se sont évaporés suite à une exposition au soleil de 4 jours.

Or, qui dit évaporation dit sublimation... et dans l'environnement martien, seule de l'eau peut réagir ainsi.

À suivre...

La mission est donc loin d'être terminée puisque l'objectif est de prélever cette glace et avant qu'elle ne s'évapore, de la placer dans un des 8 analyseurs et de procéder à des tests dans le but de savoir de quoi est composée cette glace.

Toutefois, les premières analyses révèlent un sol qui contient du magnésium, sodium et potassium. De plus, le pH se situe entre 8 et 9 ce qui fait dire à certains scientifiques que cette terre pourrait faire pousser des légumes...

Bref, pour 420 millions de dollars, cette mission va probablement confirmer que Mars contient de l'eau gelée... et que pas grand-chose de "vivant" se trouve sur cette planète.

Il ne faut pas se méprendre sur ce constat, je n'essaie pas de minimiser la portée de cette mission. Ce que je tente de faire comprendre c'est que vu la distance à laquelle se trouve Mars et vu le manque de ressources de cette planète, il devient de plus en plus difficile de justifier l'attention qu'on porte à cette planète "morte".

Il y a quelques années, Bush annonçait à grand renfort de patriotisme que les USA étaient à nouveau en course pour conquérir notre système solaire. Ce plan semble en exciter plus d'un alors que des missions non habitées pourraient parfaitement nous renseigner sur la nature de notre système solaire sans faire appel à notre ego et envie de planter des drapeaux.

Pour bien saisir la nature de l'enjeu, il faut comprendre que même si on trouvait de l'or 24 carats en lingot sur Mars, les coûts pour en ramener sur Terre seraient insuffisants pour couvrir les frais...

Normalement, après 2010 et après la mission Mars Science Laboratory, quelques missions à destination de Mars sont encore prévues dont une qui devrait prélever et ramener des échantillons sur Terre pour des analyses plus poussées.

Bref, entre 5% et 10% du budget de la NASA sont investis pour visiter un caillou... ne serait-ce pas plus judicieux de développer des missions vers des planètes ou satellites qui sont beaucoup plus actifs et qui promettent d'apporter beaucoup plus de surprises?

T

46 commentaires
1)
Linschn
, le 02.07.2008 à 04:49
[modifier]

Bonjour à tous,

Je lis silencieusement cuk depuis bien longtemps, un peu plus de trois ans, je crois. Je viens juste de créer un compte pour pouvoir réagir car ce sujet me tient particulièrement à coeur.

Ce que je pense de la recherche spatiale (en fait, de la recherche en général, mais c’est beaucoup plus fort avec le spatial en général et les missions habitées en particulier) a été dit bien mieux que moi par Jonnhy Hart : “Cutting the space budget really restores my faith in humanity. It eliminates dreams, goals, and ideals and lets us get straight to the business of hate, debauchery, and self-annihilation.”

Je vais commencer par mon argument le plus bancal : 5 à 10% du budget de la NASA pour aller visiter un caillou, c’est toujours ça de pris sur : La guerre en Irak Les programmes dits de défense Les satellites espions etc.

Je dis bancal car cet argument justifierait aussi que l’on dépense des sommes astronomiques pour faire des cotillons.

Il est vrai que la finalité de la recherche spatiale peut paraître inutile à l’heure où on a encore sur Terre bien d’autres endroits où dépenser de l’argent. Mais il faut voir plus loin, voir qu’au delà de réaliser le rêve d’enfant follement excitant d’amener un Homme là où aucun autre n’est jamais allé, c’est nous tous dans la vie de tous les jours qui profitons des avancées de la recherche spatiale, sortes d’effets secondaires ô combien bénéfiques. Votre perceuse Black et Decker sans fil, le milard de votre couverture de survie, le coeur artificiel de grand père et la prothèse de grand mère, tous doivent d’exister ou d’être aussi performant à la recherche spatiale.

L’interêt d’amener l’Homme sur Mars n’est en aucun cas économique, il s’agit de faire le premier pas vers une conquête de l’espace à grande échelle. Mars est potentiellement habitable. Profitons, explorons, installons. Avec un peu de chance des humains quitteront demain le système solaire pour aller voir ailleurs comment ça se passe.

Il est vrai que les programmes lancés actuellement constituent plus un concours de quéquette à l’échelle planétaire entre Russes, Chinois Européens et Américains, qu’une réelle envie de faire progresser la science et d’assurer la présence humaine ailleurs que sur la Terre.

Mais dans ce genre de concours, les résultats sont bénéfiques. Il s’agit d’un formidable catalyseur. Les ingénieux ingénieurs vont pouvoir nous rendre la vie plus agréable, et les astronautes continuer de nous faire rêver.

2)
Yip
, le 02.07.2008 à 08:00
[modifier]

Passionné depuis tout petit par les explorations spatiales (j’avais huit ans quand Neil Armstrong a posé le pied sur la lune) j’ai quand même tendance à penser qu’il faudrait peut-être balayer un peu mieux notre jardin avant d’aller explorer celui du voisin et améliorer quelques petites choses sur terre avant de sortir du système solaire.

Merci TTE pour cette piqûre de rappel, et je suis d’accord, les volcans de Io, Triton ou Encelade me paraîssent très excitants à observer, la lune ou les stations spatiales, bien plus proches et moins chères à coloniser me semblent bien oubliées, pourquoi ne pas s’intéresser aux points de Lagrange (chers à Arthur C. Clarke) ?

(En passant, au lieu de “les coûts pour en ramener sur Terre seraient insuffisants pour couvrir les frais…” je pense qu’il aurait mieux valut écrire “les coûts pour en ramener sur Terre seraient trop élevés pour couvrir les frais…”.

3)
Caplan
, le 02.07.2008 à 08:03
[modifier]

Linschn, tu as bien fait de t’inscrire. Je suis tout à fait d’accord avec toi. Rien à rajouter.

Milsabor! (le microscope suisse de Phœnix)

4)
Franck_Pastor
, le 02.07.2008 à 08:37
[modifier]

En fait, c’est Vénus la planète la plus proche (en distance) de la Terre. Mais elle n’est pas très hospitalière : températures de 460 °C, effet de serre extrême, pluies d’acide sulfurique…

Voir ici

5)
Crunch Crunch
, le 02.07.2008 à 08:44
[modifier]

ne serait-ce pas plus judicieux de développer des missions vers des planètes ou satellites qui sont beaucoup plus actifs et qui promettent d’apporter beaucoup plus de surprises?

Cet argument final me parrait contradictoire avec ceux du début de ton article:

1. C’est la planète la plus proche de la Terre (on dirait un détail, mais c’est fondamental)

2. Sous certains aspects, Mars ressemble beaucoup à la Terre

Au contraire, Mars me parrait être une des planètes les plus intéressante du système solaire. Et-il nécéssaire de rappeler que des planètes comme “Jupiter” ou “Sature” n’ont pas de sol (planètes gazeuses). Ou que des “Venus” ou “Mercure” sont (juste) des enfer vivant, car il y règne un climat de “fin du monde” en permanence…

Mars me parais tout à fait approprié et digne d’intérêt. Si je pouvais être là dans 500 à 1500 ans, je serais fière de voir l’homme, se construire un “Nouveau monde” sur Mars… Hélas je ne serais pas là… Ha Ha…

6)
bgc
, le 02.07.2008 à 09:00
[modifier]

Merci TTE et bravo pour ce rappel très simple et très clair.

Mais qui finance vraiment tout ça, derrière la NASA? Et dans quel but réel?

Comme dit Yip, tout cet argent pourrait aider tant d’êtres humains vers une vie meilleure.

Ceux qui financent tout ça sont-ils encore ces êtres “humains” au vrai sens du terme?

Hier soir à la TV, sur la chaine Nationale Geo, il y avait un doc sur le nouvel accélérateur de particule du CERN à Genève, qui sera mis en fonctionnement cet été. Impressionnant. Mais là aussi, dans ce doc, il n’a jamais été question des sommes incroyables que cela coûte, ni de ceux qui financent cela, et dans quel but réel.

Il y est dit que cela permettrait de mieux comprendre les origines de la vie. Scientifiquement fabuleux. Mais à quoi cette connaissance, si on y arrive, servira? Est-ce que cela permettra d’éviter que des millions d’enfants meurent de faim ou de soif?

Mais j’ai peut-être loupé un chapitre?

7)
Ant
, le 02.07.2008 à 09:06
[modifier]

5 à 10% du budget de la NASA pour aller visiter un caillou, c’est toujours ça de pris sur : La guerre en Irak Les programmes dits de défense Les satellites espions etc.

Et ça de moi pour leur assurances maladies!!!

Votre perceuse Black et Decker sans fil, le milard de votre couverture de survie, le coeur artificiel de grand père et la prothèse de grand mère, tous doivent d’exister ou d’être aussi performant à la recherche spatiale

J’en ai aucune idée, mais ça me paraît étonnant! Et même si c’est vrai, au vue du gouffre financier, encore heureux qu’il y est un retour…

Question naïve: ces missions se font grâce aux finances publiques…non? Donc ma viseuse Black & Decker, je la paye 2x non?

8)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 09:12
[modifier]

Linschn: il doit y avoir un malentendu. Je ne suis absolument pas contre la recherche spatiale. Je suis contre les vols habités car à l’heure actuelle, quand tu parles que “Mars est potentiellement habitable”, c’est faire un raccourci facile et surtout faire fit de la réalité. Potentiellement, on peut aussi vivre au milieu d’un volcan en activité…

Ton argumentation est tronquée avec une parade trop souvent attendue: “c’est toujours ça de pris à la guerre en Irak”… ou “faire des cotillons coûteux”. Et puis investir dans des productions d’énergie verte ou décontaminer des zones entières, ça ne serait pas intéressant? Mais encore une fois, tu manques mon argument: j’aimerais que la NASA investisse dans des sondes qui iront ailleurs parce que Mars, c’est bon, on a compris qu’il y a probablement de l’eau mais pour le reste, ça reste tout de même un milieu super hostile.

Là où on se rejoint, c’est que c’est un concours de quéquette et ça, alors qu’on voit les problèmes qu’on a sur cette planète, je me dis qu’il y a tout de même mieux à faire.

A t’entendre, tout ce qui a été inventé sur cette planète, c’est grâce à l’exploration spatiale… il ne faut pas exagérer. On a inventé deux ou trois trucs avant le premier vol spatial. Pour ton info, sache que la NASA travaille beaucoup avec le monde de la Formule 1 car ça fait longtemps que dans ce milieu, on fait des pièces spéciales qui doivent résister à des sollicitations extrêmes.

Enfin, à l’heure actuelle, quand on parle de coloniser, il faut comprendre la nature de ce mot. Les bateaux qui ont coloniser les Amérique transportaient des centaines de passagers à la fois. Idem pour la conquête terrestre… à cheval, à pied, en bagnole ou en car, tu peux coloniser une région avec des milliers de personnes dans un temps très court (regarde, il y a 150k soldats américains en Irak…).

Parler de conquête spatiale avec quelques types qui iront planter un drapeau à quelques centaines de millions de kilomètres d’ici et pour quelque centaines de milliards de dollars (400 à 450 pour Mars), ça me semble bien ridicule.

T

9)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 09:19
[modifier]

CC: digne d’intérêt? Ah oui? Un désert inhabité (à l’exception de, peut être, quelques bactéries fossilisées), pratiquement sans atmosphère et qui n’offre aucun potentiel à notre espèce… ouais, j’ai de la peine à voir l’intérêt en fait.

FP: ne pas oublier la pression… plus de 90 bars…

bgc: je ne suis pas pour les coupes de budget dans la recherche… je suis pour utiliser l’argent à bon escient et pas pour plaire au public avec des annonces sensationnelles à 2 balles.

T

10)
isell
, le 02.07.2008 à 09:27
[modifier]

Pour moi vouloir explorer d’autres planètes c’est presque autant inutile que l’armée en Suisse … Il me semble qu’il y a suffisamment de problèmes à régler ici avant d’aller en créer ailleurs … Faudrait peut-être qu’on sorte 5 minutes de notre petite bubulle là …

11)
Inconnu
, le 02.07.2008 à 09:52
[modifier]

qui dit évaporation dit sublimation

NON
Petit rappel de cours élémentaire de physique :
évaporation = passage de l’état liquide à gazeux
sublimation = passage direct de l’état solide à gazeux

Le spatial est quand même un des rares domaines où Étatsuniens, Russes et Européens arrivent à collaborer, rien que pour ça une éventuelle mission vers Mars serait positive.
Le principal problème à régler n’est d’ailleurs pas technique mais psychologique, faire cohabiter des êtres humains dans un espace clos pendant une longue durée étant extrêmement difficile, ceux qui ont fait de la croisière dans un petit bateau comprendront aisément.

12)
Guillôme
, le 02.07.2008 à 09:55
[modifier]

Les ingénieux ingénieurs vont pouvoir nous rendre la vie plus agréable, et les astronautes continuer de nous faire rêver.

Bizarre, “Ingénieux ingénieurs” m’a tout de suite fait penser au poème de Boris Vian dont voici l’extrait qui ne me semble pas si hors sujet que ça des commentaires ;)

Je voudrais pas mourir
Sans qu’on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer a la montagne
La montagne a la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore
Qui dorment dans les cranes
Des géniaux ingénieurs

Des nouvelles de Mars… cette planète qui, mission après mission, nous apprend qu’elle n’est pas si différente de la Terre.

Toujours intéressant de te lire :). Pas calé pour un sou sur le sujet, je me suis contenté de lire. Après faut-il consacrer moins d’argent ici ou là, vaste débat :D

14)
Crunch Crunch
, le 02.07.2008 à 10:05
[modifier]

digne d’intérêt? Ah oui? Un désert inhabité (à l’exception de, peut être, quelques bactéries fossilisées), pratiquement sans atmosphère et qui n’offre aucun potentiel à notre espèce… ouais, j’ai de la peine à voir l’intérêt en fait.

Par rapport à des enfers comme “Vénus”, “Saturne”, “Jupiter” et “Mercure”, je considère Mars comme digne d’intérêt.

Aucun potentiel: Je ne travail pas à la Nasa, ni à l’ESA. Mais je crois que le potentiel d’une planète vas au delà de l’inhabité (évidement), et du simple “désert” visible sur une photo.

Cela dis, je te remercie de ton article, qui pousse à la réflexion. A l’époque, aussi, de Christophe Colomb, il devait certainement y avoir des personnes, pour dire que ce genre de voyages était “inutile”.

15)
François Cuneo
, le 02.07.2008 à 10:59
[modifier]

Je suis partagé entre d’un côté l’inutilité de continuer ces missions, dépenser beaucoup d’argent pour rien alors que l’on crève ici, et de l’autre cet espèce de grand rêve de l’humanité, qui dépasse tout de même le concours de quéquettes, et qui, s’il s’arrêtait, ne résoudrait rien chez nous.

16)
jdmuys
, le 02.07.2008 à 11:06
[modifier]

L’argument selon lequel les dépenses dans la recherche fondamentale (dont l’exploration spatiale fait partie) seraient mieux utilisées pour “améliorer la vie des gens sur terre” (ou autres variantes similaires) est totalement fallacieux, et pourtant difficile à démonter clairement. Voici quelques éléments lapidaires:

1- Ce n’est pas une alternative: on peut régler les problèmes sur terre ET faire de la recherche fondamentale.

2- Les exemples de retombées pratiques (et souvent vitales) de la recherche fondamentale sont nombreux, mais dans la mesure où la recherche était fondamentale, ce n’en était pas le but, et de plus, elles étaient souvent imprévisibles.

3- Le coût de la mission sur Mars est dérisoire par rapport à de nombreuses autres dépenses dont l’utilité est elle même clairement douteuse.

4- Faire avancer la connaissance humaine est le réel but de ces missions. Elles sont indispensables. C’est ESSENTIEL.

5- On peut toujours chercher a optimiser ces dépenses. Ce n’est pas la question.

6- Un détail, mais ces missions ne sont en général pas payées par nos impôts (sauf missions à caractère international), mais par ceux des Américains (budget NASA). Je le regrette, car nous profitons tous des retombées.

7- Il y a sur le long terme une raison appliquée qui rend indispensable ce genre de travaux: l’humanité n’aura pas d’autre choix pour éviter l’extinction, que la migration. Mars ne sera certes pas la destination finale. Mais c’est un excellent terrain d’apprentissage pour nos balbutiements.

8- La beauté de l’univers, la relativité de la place de l’homme dans cet univers, sont dignes de considération. L’homme a toujours beaucoup “dépensé” sur ces questions purement esthétiques (philosophie, mathématiques, art) depuis l’antiquité, sans aucune intention de retombées pratiques. L’histoire a montré la valeur de cette démarche.

17)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 11:31
[modifier]

Encore une fois: le but de l’intervention du jour, ce n’est pas de remettre en question ce type de mission… mais bien de remettre en question la fréquence et l’attention portée à cette planète. D’autres missions et d’autres travaux seraient bien plus intéressants.

Mes remarques récurrentes sur le sujet sont motivées par le fait que ce type de mission rend les grands gamins tout excités… mais que c’est pas ça qui fait avancer la science. Pour preuve, des missions autrement plus ambitieuses sur le plan scientifique mais moins à la portée du benêt de base sont reportées ou annulées.

C’est ça le problème et vous allez me dire: “c’est dans l’ordre des choses puisque c’est des journaux gratuits qui sont de plus en plus lus!” C’est juste, alors que ceux qui sont plus ambitieux sur le plan intellectuel se meurent. C’est ainsi.

CC: c’est agaçant cette analogie avec Colomb… c’est un peu comme de me ranger auprès des “esprits étroits” de l’époque! Partir à la découverte du monde faisait réellement partie de notre ADN… c’était dans nos gênes. Mais puisque on en est aux analogies “bateau”, allons jusqu’au bout. Tu as remarqué, on a découvert l’Amérique et depuis, on a colonisé ce continent car il avait beaucoup à offrir. Maintenant, prenons ceux qui visité le Sahara… l’Italie, la France, le Portugal et d’autres sont surtout allés prendre des ressources (hommes et biens) mais on ne s’y est pas vraiment installé (encore une fois, à part autour de mines ou de biens). Et pour cause, le désert, ça offre un potentiel limité… et encore, on peut respirer normalement et il ne fait pas -80 à -20 degrés.

J: pas grand chose à dire à l’exception du point 7… un mot peut être: délirant.

T

18)
Caplan
, le 02.07.2008 à 11:37
[modifier]

Linschn: il doit y avoir un malentendu. Je ne suis absolument pas contre la recherche spatiale. Je suis contre les vols habités…

De débat spatial en débat spatial, tu proclames ton opposition (ta haine?) aux vols habités. Tu t’es fait plaquer par une astronaute, ou bieeen? ;-)

Tu sais, il y a des tas de gens qui ont des arguments tout à fait respectables pour soutenir l’idée d’une exploration humaine de notre système solaire. Et, vu les conneries faites ici sur Terre pour des prix de dingues (guerre en Irak, industrie pétrolière…) le coût d’un programme habité n’est même pas à retenir.

Milsabor!

19)
Ant
, le 02.07.2008 à 11:38
[modifier]

la recherche fondamentale (dont l’exploration spatiale fait partie)

Je ne mettrais pas les deux domaines dans le même panier. La recherche fondamentale en génétique (sa structure ne fut découverte qu’en 1953) et en moléculaire a apporté beaucoup plus au “commun des mortel”!!!

1- Ce n’est pas une alternative: on peut régler les problèmes sur terre ET faire de la recherche fondamentale.

Dans un monde idéal où les budgets sont extensibles à volonté probablement…

7- Il y a sur le long terme une raison appliquée qui rend indispensable ce genre de travaux: l’humanité n’aura pas d’autre choix pour éviter l’extinction, que la migration. Mars ne sera certes pas la destination finale. Mais c’est un excellent terrain d’apprentissage pour nos balbutiements.

Ca n’engage que moi, mais de croire ça… c’est naïf!!! Ce sera dans le meilleur des cas, une poignée d’élu (un peu comme Adam & Eve) qui feront le voyage… Et encore, c’est une belle utopie!

Si le but est un tel projet, au moins, on ne pourra plus nier le fait que l’Humain est le pire parasite que l’Univers est connu…

20)
alec6
, le 02.07.2008 à 11:55
[modifier]

Tout à fait d’accord avec TTE, et pour une fois en désaccord avec Caplan, explorer, découvrir, observer… via des missions automatiques est passionnant mais expédier des clampins dont le coût est 100 à 1000 fois supérieur à une mission robotisée est d’une connerie sans nom !
Les yankees auront toujours besoin de montrer au reste du monde qu’il sont les plus forts, les plus beaux, les plus intelligents et j’en passe… C’est pénible à la fin !

Pour en revenir à Mars, la mission Exo Mars de l’ESA ne devrait pas manquer d’intérêt, mais risque une fois de plus de démontrer qu’il n’y a rien à tirer de cette planète.

7- Il y a sur le long terme une raison appliquée qui rend indispensable ce genre de travaux: l’humanité n’aura pas d’autre choix pour éviter l’extinction, que la migration. Mars ne sera certes pas la destination finale. Mais c’est un excellent terrain d’apprentissage pour nos balbutiements.

… pour éviter l’extinction ? celle organisée par elle même ? Amis de la tautologie et des prédictions auto réalisables, bonjour !
Réglons d’abord les problèmes qui commencent à se poser à notre espèce, AUJOURD’HUI ! A commencer par la déplétion des ressources énergétiques fossiles (ze famous peak oil), le réchauffement climatique et ses conséquences catastrophiques (montée des eaux, perte de biodiversité…). Je pense d’ailleurs qu’au rythme où vont les choses, la claque sera telle d’ici peu que la “conquête” de Mars par l’homme ne reste pour quelques siècles qu’un vague rêve techniciste et prétentieux !

21)
Noé Cuneo
, le 02.07.2008 à 12:11
[modifier]

Au-delà du rêve de voir un homme sur Mars, ce qui n’aurait à mon sens pas grande utilité en l’état actuel des choses, je pense qu’il y a réellement un intérêt à étudier cette planète.

Tout d’abord, les retombées sont très importantes autant dans le nombre de technologies développées, que dans le travail nécessaire (donc les emplois). Mais ce n’est pas là l’argument principal.

Scientifiquement, l’étude de Mars a de nombreux intérêts:

  1. mieux connaître l’histoire du système solaire
  2. anticiper ce qui pourrait arriver à notre planète (à discuter…)
  3. se préparer à aller plus loin (en effet, avec 38% de missions réussies sur Mars, nous avons encore grandement besoin de préparation!)

Et surtout… La question de la vie! Il est déjà connu que certaines des “briques de la vie” peuvent se trouver dans l’espace (voir cet article de Techno-Science). Mais imaginez un instant que nous trouvions de tels acides aminés sur Mars. Ou, plus improbable, que nous trouvions des traces explicites d’organismes vivants. Ce ne serait alors pas qu’une découverte majeure scientifique (je n’utilise pas le terme révolution, puisque la science n’a pas d’avis clair sur l’origine du vivant à ce jour), mais un véritable chamboulement philosophique et religieux!

Si la vie a existé sur Mars bien avant sur Terre, ou parallèlement, il y aura un gros bouquin en particulier à revoir! Jusqu’à ce jour, il est à peu près possible, à renforts de métaphores, de concilier Bible et Science. Mais là…

Je pense donc vraiment qu’il y a un réel intérêt à continuer d’étudier cette planète. Et n’oublions pas que bien souvent, c’est en étudiant tout autre chose que l’on découvre un phénomène nouveau! Peut-être ferons-nous sur Mars des découvertes qui ne faisaient pas partie des buts initiaux.

22)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 12:43
[modifier]

Caplan: un petit effort, cette remarque tu me l’as déjà faite il y a plus d’un an! Tout comme ton argumentation sur l’Irak d’ailleurs. Vu que tu aimes bien cette argumentation qui n’a aucun sens (comparé le pire pour justifier une connerie), je vais reprendre l’argumentation vu ça te plaît tant que ça: figure-toi qu’il y a des gens tout à fait respectables pour soutenir que l’invasion de l’Irak était une bonne chose… et le pire, c’est qu’ils l’ont fait.

Noé: et bien ça fait plaisir de te voir dans le coin! Je n’ai pas grand chose à dire sur ton intervention à l’exception que tu manques un point essentiel: il y a plus de chance de trouver des acides aminés sur Europa par exemple que sur Mars… par conséquent, logiquement et scientifiquement parlant, ne devrait-on pas commencer à lancer des sondes sur ce satellite plutôt que sur Mars? Et pas besoin d’humains pour faire tout ça…

T

23)
Dan DT
, le 02.07.2008 à 13:10
[modifier]

Et qui sait, nos ancêtres habitaient peut-être Mars et après l’avoir foutue en l’air ils sont venus sur Terre et on recommencent les même conneries :-/ Planète suivante ?

24)
bgc
, le 02.07.2008 à 13:10
[modifier]

TTE: “je ne suis pas pour les coupes de budget dans la recherche… je suis pour utiliser l’argent à bon escient et pas pour plaire au public avec des annonces sensationnelles à 2 balles”

J’ai pas tout compris,là..

25)
Noé Cuneo
, le 02.07.2008 à 13:26
[modifier]

TTE: Il ne fait pas le moindre doute qu’Europe représente bien plus d’intérêt que Mars en bien des points! Le problème, c’est qu’on ne joue plus dans la même catégorie: Mars est distante du Soleil de 1.5 UA, alors que Jupiter est à 5.2 UA (1UA = distance Terre-Soleil). C’est autant de problèmes de transport, de communication, etc… Sans compter qu’on ne dispose (que je sache) pas d’une cartographie d’Europe aussi précise que celle de Mars, ce qui faciliterait tout de même les missions avec sonde au sol, ne serait-ce que pour le choix de l’emplacement et l’atterrissage lui-même! Donc évidemment, Europe est d’un intérêt énorme, mais la priorité à ce stade est encore d’y envoyer des sondes orbitales, ce qui nous laisse un peu de temps pour jouer “dans le bac à sable” plus près de chez nous!

26)
Caplan
, le 02.07.2008 à 13:26
[modifier]

Caplan: un petit effort, cette remarque tu me l’as déjà faite il y a plus d’un an! Tout comme ton argumentation sur l’Irak d’ailleurs. …

Ah oui! Je l’ai déjà écrite! J’ai cru que je l’avais seulement pensée…

Et si je (re)prends l’argument de l’Irak, c’est parce que si ta hargne est proportionnelle au coût d’une connerie, je te trouve un peu en retrait sur ce sujet…

Milsabor!

27)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 14:11
[modifier]

bgc: c’est plus porteur de dire que “y a peut être de l’eau sur Mars” et le collectif populaire se met à rêver que bientôt, il pourra aller se baigner sur Mars pendant ses vacances… Que d’annoncer qu’une des théories d’Einstein sur la relativité a pu être confirmée par Gravity Probe B.

NC: je sais où se trouve Europa… et d’après toi, pourquoi on n’a pas de cartographie de ce satellite? Alors qu’on a eu 5 différentes missions qui cartographient Mars. Bientôt, on pourra compté tous les cailloux de Mars mais j’ai de la peine percevoir l’intérêt de l’exercice. Bref, c’est bien tout le problème, on ne connaît pas bien Europa et pour cause, à force de focaliser toute l’attention et les moyens sur Mars, on passe certainement à côté de choses beaucoup plus extraordinaires.

C: c’est vrai, je ne parle pas trop de l’Irak… je ne parle pas non plus du Zimbabwe et de son président débile… ni même des affaires pédophiles en général. Que veux-tu, j’ai l’impression que ces sujets sont bien assez représentés et que surtout, l’avis général est le même pour tout le monde: c’est à gerber. Et alors?

T

28)
alec6
, le 02.07.2008 à 15:17
[modifier]

Pour en rajouter une couche, la distance ne fait pas grand chose à l’affaire, Titan est bien plus éloignée de nous qu’Europa et ses consœurs, pourtant la Nasa et l’ESA ont réussi à y expédier sonde et lander avec succès ! (Cassini-Huygens)

Comme dans beaucoup de cas l’image est bien plus importante que le fond. On préfèrera donc Mars et ses martiens à Europe, Io, Ganymède et Callisto…

T, tu oublies WMAP et le futur Plank et leurs observations du rayonnement fossile… Pour le coup, les détracteurs de la recherche fondamentale vont avoir de l’eau à leur moulin.

C’est tout chaud sur le site de l’ESA à propos de Mars et de son exploration.

29)
Caplan
, le 02.07.2008 à 16:51
[modifier]

C: c’est vrai, je ne parle pas trop de l’Irak… je ne parle pas non plus du Zimbabwe et de son président débile… ni même des affaires pédophiles en général. Que veux-tu, j’ai l’impression que ces sujets sont bien assez représentés et que surtout, l’avis général est le même pour tout le monde: c’est à gerber. Et alors?

Et alors?? Je te parle de l’Irak à cause de son coût. Tu mélanges avec Mugabe et les pédophiles, ça n’a pas de sens. Je dis que si le coût des missions habitées te fait hurler, je ne vois pas pourquoi tu ne hurles pas sur les coûts de la guerre en Irak, qui est une entreprise nettement plus crade… et plus chère que les vols habités.

Milsabor!

30)
Crunch Crunch
, le 02.07.2008 à 18:09
[modifier]

Moi je suis POUR la recherche spatiale, car “explorer” et toujours mieux que “Rester le nez planté dans son champ”.

Après, le pourquoi du comment de quelle planète. Je crois qu’à moins de travailler dans un domaine proche au sujet sité, nous ne sommes pas capable d’argumenter quoi que ce soit…

C’est comme demander à “Tatie de 98 ans” l’avantage de l’EFI sur le BIOS…

31)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 19:11
[modifier]

Caplan: mais enfin, si je devais m’exciter contre les dépenses inutiles, je commencerais par l’administration… ainsi que les différentes guerres. Il ne fait de doute à personne que l’argent serait mieux dépensé que pour se tuer. Toutefois, je n’ai jamais dit “coupons les budgets de la NASA” ou d’un autre organisme de recherche. Je dis que cet argent serait, à mon sens, mieux employé si on l’investissait dans des missions qui iraient voir ailleurs qu’un caillou désertique… Soyons raisonnable 2 secondes: 39 missions pour Mars qui commencent un peu à arriver au terme des superlatifs puisque les découvertes y sont toujours les mêmes et 0 projet pour Europa. Pire, la seule mission de la NASA qui était destinée à Europa a été annulée pour cause de budget… il y a bien l’ESA qui a un projet, mais aucune date de lancement.

Voilà le problème que je soulève et non pas une encyclopédie sur les sous mal dépensés…

T

32)
jdmuys
, le 02.07.2008 à 19:18
[modifier]

Juste pour rappeller que quels que soient les actes de l’humanité, la planète finira par devenir totalement incapable d’héberger toute forme de vie,et bien avant la mort inéluctable du soleil dans un peu plus de 4 milliards d’année.

C’est à cela que je faisais allusion dans l’alternative extinction/migration.

Alors certes, on a encore le temps, et l’homme aura bien des occasions de s’autodétruire un nombre considérables de fois d’ici là. Il n’empêche.

Quant aux missions robotisées vers Mars, je continue à penser qu’elles sont de bon aloi: il serait bien arrogant de prétendre qu’on en sait bien assez sur cette planète et qu’on n’a plus besoin d’y aller voir.

Ce qui n’enlève rien à l’utilité d’autres missions vers d’autres astres.

33)
CHD
, le 02.07.2008 à 19:40
[modifier]

Comme dans tout les domaines dit “interdisciplinaires” il y a des retombées techniques et scientifiques intéressantes. Mais cet argument est assez faible. Par exemple, il est probable les batteries des perceuses sans fils existeraient quand même. En terme de high tech, la NASA bénéficie d’une réputation flatteuse que sa com’ cultive avec grand soin. Mais en creusant un peu on réalise que c’est finalement partout pareil: beaucoup de ces “inventions” sont plutôt des premières mises en applications (ce qui en soit est loin d’être nul) d’idées glanées à droite à gauche. Comme le dit le philosophe, nous reposons tous sur des épaules de géants…

Le problème vient de ce mythe que la propagande occidentale nous a inculqué durant toute la guerre froide. La NASA est loin, très loin même, d’être un génie infaillible. C’est même miraculeux qu’il n’y ai pas eu beaucoup plus de morts en vol et au sol (et il y en a déjà eu beaucoup). Toutes ces missions qui sont passées à un cheveu de la perte de l’équipage (y compris Apollo 11) font froid dans le dos. La Russie, la Chine, le Brésil, l’Inde, et même le Japon, sont souvent critiquées mais force est de reconnaître que c’est le vénérable Soyouz qui est toujours, et de très loin, le lanceur le plus fiable (sans lui l’ISS n’aurait tout simplement pas survécue au grounding des navettes).

C’est un fait que les vols habités sont une forme de subvention cachée. Mais je préfère voir cet argent circuler dans ce système économique que, par exemple, dans celui du sport de masse comme les J.O. ou l’Euro. L’argument du “c’est toujours ça de pris à la guerre en Irak” est amusant car très proche de l’un de ceux avancé par le gouvernement américains pour justifier la construction de l’ISS: si on réussit à impliquer suffisamment la Russie dans le projet, elle devra réduire son arsenal nucléaire pour raison économique ! Sauf qu’avec une guerre en Irak sur le dos (un peu l’Afghanistan des Américains cette histoire) et une balance commerciale ingérable, c’est finalement les USA qui se retrouvent à faire des choix comme celui, ironique, de se désengager de l’ISS.

34)
Leo_11
, le 02.07.2008 à 20:54
[modifier]

le pH se situe entre 8 et 9 ce qui fait dire à certains scientifiques que cette terre pourrait faire pousser des légumes…

Heu… je me permets de douter un peu… c’est vachement basique comme pH… les légumes préfèrent du neutre ~ 7 quoi…

Pour le reste je ne suis pas tellement tout ça… j’ai le vertige : O D

35)
Caplan
, le 02.07.2008 à 22:29
[modifier]

Caplan: mais enfin, si je devais m’exciter contre les dépenses inutiles, je commencerais par l’administration…

Ce serait drôle si tu n’étais pas sérieux…

Milsabor!

36)
ToTheEnd
, le 02.07.2008 à 23:18
[modifier]

Kermorvan: excellent lien… j’ai commencé à écouter et je trouve cool! Je pensais que les Mines c’était super pompeux et un peu emmerdant… mais avec des profs comme ça, ça donne envie d’y aller! En plus, il conchie pas mal les médias et rien que ça, c’est hyper cool!

Haddock: oui, oui, abus de langage…

Leo: je faisais de l’ironie… à l’heure où on fait pousser des tomates et autres légumes dans de la ouate, je n’ai aucun doute que des scientifiques arriveraient à faire pousser des légumes dans un bain de cyanure.

Caplan: à moitié… tu peux donc rire à moitié… c’est déjà ça!

T

37)
Linschn
, le 03.07.2008 à 05:15
[modifier]

J’aimerais prendre le temps de répondre à chacun des points développés dans cette discussion, mais je n’en ai malheureusement pas la possibilité.

Alors trop rapidement :

-J’admet l’éventualité de l’existence de projets spatiaux scientifiquement plus valables que l’exploration de Mars, mais la seule chose qui motive les décisions politiques, c’est le fameux concours de quéquettes, de fait il ne peut y avoir autre chose que des projets permettant des effets d’annonce spectaculaires. On parle bien peu de l’ISS, de Hubble et autres, même s’ils ont un grand intérêt scientifique. Ouvrez un journal de vulgarisation, on ne vous parlera pas des expériences réalisées en ce moment, mais des perspectives, plus ou moins fantaisistes. Là où je veux en venir : les programme actuels, c’est à prendre ou à laisser, les scientifiques ne prennent pas les décisions, malheureusement, et demander du rationalisme dans la prise de décision politique, dans ce domaine comme dans un autre, c’est de l’utopie.

-Soyouz et la navette sont pour moi le symbole du gouffre à fric. On a absolument plus rien à apprendre de ces deux projets. Ils sont basés sur une technologie aujourd’hui complètement obsolète, et, pire que tout, complètement oubliée. Les Russes, quand ils ont monté leur pas de tir à Kourou, n’ont pas voulu modifier d’un iota le modèle de Baïkonour, pourquoi ? Parce qu’ils ne savent plus comment ça marche ! Ils ont perdu le savoir faire, ils connaissent juste les procédures et ne peuvent plus les changer. Au moins Soyouz marche. Soit, mais scientifiquement, techniquement, ça ne vaut plus rien, ce n’est pas le progrès.

-Les gens à la NASA n’étaient pas motivés par le projet Apollo, car ils savaient qu’en cas de réussite, c’en était fini de leur boulot. Et pour preuve, les dernières missions ont été annulées. Comment vouloir réussir quand la récompense sera une coupe spectaculaire de budget ?

-Aujourd’hui nous disposons grâce à la montée de la Chine d’une volonté politique forte d’impressionner la galerie, profitons-en ! Il ne s’agit plus comme en 1961 d’envoyer quelqu’un sur la Lune… et puis bon. Il s’agit d’une compétition no-limit, on parle même de terraformer Mars ! Quelle aubaine ! Profitons en à fond, profitons de cette manne financière inespérée et tant pis s’il faut gaspiller, c’est ça ou rien. Et si en plus on peut en profiter pour se faire rêver…

-Tout cela dit, je comprends mieux le point de vue de ToTheEnd, et j’admet que si tout d’un coup, les membres du G8 voyaient leur chefs d’état remplacés par des philanthropes compétents, c’est avec une joie sincère que j’oublierai mes rêves de gosses de conquête humaine de l’espace au profit d’une exploration robotisée, internationale, et optimisée sur le plan scientifique et financier. Mais en attendant, je me réjouis quand même car le contexte n’a jamais été aussi bon, même pendant la guerre froide.

38)
jdmuys
, le 03.07.2008 à 07:24
[modifier]

Sauf que l’intérêt scientifique de l’ISS est quasi nul, surtout au regard de son coût.

39)
CHD
, le 03.07.2008 à 10:22
[modifier]

A la base, il y a un problème de société: de nos jours tout le monde s’en fout de la science (les résultats sportifs des équipes nationales sont bien plus intéressant) à commencer par les astronautes eux-même (qui ne sont même pas toujours de bon expérimentateurs !). Du coup, j’ai le sentiment que rien ne pousse à rentabiliser au maximum l’ISS sur le plan scientifique. D’où mon sentiment de gâchis. Car si on essaye d’oublier les retards et le cout “astronomique” (ne devrait-on pas plutôt dire “astronautique” ?), l’ISS est (entre les longues séances de maintenance) un laboratoire spacieux, fonctionnel, et tout et tout… (en cherchant bien on doit même pouvoir trouver du café).

Reste que le bilan technologique est plutôt impressionnant vu que ce gros bidule marche sans trop de couac (en comparaison souvenez vous de Skylab, qui à été aux américains ce que la Lune à été aux Russe, i.e. une humiliation). Le bilan diplomatique et coopératif n’est pas nul non plus, ne serait-ce que pour les missions de la navettes vers la vénérable station Mir, les transferts de technologies entre 16 pays, etc. Bien évidement, le bilan subvention déguisé est lui excellent (entre autre pour Boeing).

40)
Guillôme
, le 03.07.2008 à 11:37
[modifier]

Ton article tombe à l’eau TTE!

En effet, aux dernières nouvelles, il apparait qu’il y a de l’eau sur Mars!

Oui, ok, je sais, elle est nulle

41)
alec6
, le 03.07.2008 à 13:04
[modifier]

Kermorvan nous a donné un peu plus haut un lien vers une série de conférences de Jancovici sur l’énergie, le pétrole, réalités et conséquences… Prenez le temps d’aller les écouter ou de voir celle ci réalisé chez SPIE qui résume fort brillamment le contenu des cours donnés à l’école des Mines.

Ce rappel de nos contingences terrestres risque de faire prendre conscience de la vanité de vouloir un jour poser le pied sur un bout de cailloux rouge et gelé à 50 millions de km de chez nous (au mieux de sa forme !). En bref, nos projets de “conquête” n’aboutiront jamais eu égard les problèmes énergétiques qui vont se poser dans quelques mois, années ou petites décennies en étant optimiste (voire béat…) ! Pour rappel à l’heure où j’écris, le baril dépasse les 146$, mais la presse française préfère se pencher sur le sort d’Ingrid Bétancourt dont la libération est certes une bonne chose pour elle et ses proches mais dont personnellement je n’ai rien à cirer !

42)
ToTheEnd
, le 03.07.2008 à 13:32
[modifier]

C’est vrai que la station ISS… ça faire cher le loft…

G: purée… de l’eau dans un verre à bière, on est mal parti avec cette planète!!!

A: mais non, les fusées ne marchent pas au pétrole… tu vas voir, Caplan va nous dire que c’est une raison de plus pour faire des vols habités vu que le pétrole manque ici, autant “partir à la conquête de l’espace”. Ces cours sont excellents, mais je ne peux pas m’en taper des heures par jour… je ne suis plus étudiant!!

T

43)
alec6
, le 03.07.2008 à 14:43
[modifier]

T, certes elles ne carburent pas au carbone… du moins directement, mais l’énergie nécessaire pour les concevoir, les fabriquer, transformer de l’éthanol en hydrogène, “fabriquer” de l’oxygène et tout le reste, passe par l’utilisation des énergies fossiles pour l’essentiel, soit, le pétrole, le charbon et le gaz. La déplétion de celles-ci entraîne un renchérissement de leur coût et donc un changement de priorité… Vu la crise qui se prépare, je doute que la conquête de Mars soit encore au programme dans un futur proche !

Quant aux hydrocarbures… j’ai cru comprendre que la surface de Titan en regorgeait carrément ! comme s’il en pleuvait (au propre comme au figuré). Manque de pot, rapatrier ces ressources sur Terre (à condition que ce soit possible dans un avenir proche à moindre coût financier et énergétique), c’est s’assurer d’un gaspillage infini comme nous le connaissons actuellement et d’une destruction accélérée de notre environnement…

Quand un obèse est malade, on le met à la diète, on n’achète pas la pâtisserie d’à côté !

44)
Caplan
, le 03.07.2008 à 18:28
[modifier]

A: mais non, les fusées ne marchent pas au pétrole… tu vas voir, Caplan va nous dire que c’est une raison de plus pour faire des vols habités vu que le pétrole manque ici, autant “partir à la conquête de l’espace”. Ces cours sont excellents, mais je ne peux pas m’en taper des heures par jour… je ne suis plus étudiant!

Si ta fusée marchait à l’incohérence, ça fait longtemps que tu serais en orbite autour de Pluton!

Tu peux en penser ce que tu veux, même dans la confusion la plus totale: J’espère (re)voir des hommes marcher sur la Lune de mon vivant. Et s’ils pouvaient pousser jusqu’à Mars, ça ne me déplairait pas. Qu’ils soient Chinois, Américains ou Togolais, je m’en fous: je me réjouis!

Milsabor!

45)
zit
, le 04.07.2008 à 08:18
[modifier]

Mais, Alec6, tu n’y est pas du tout, aller chercher du méthane sur Titan ?!

Alors qu’il est tellement plus facile d’amener Titan dans la banlieue de la Terre ! Et puis une deuxième lune, ça c’est romantique…

z (T et C, continuez, vous êtes trop drôles, je répêêêêêêête : le meilleur duo comique depuis Pierre Dac et Francis Blanche…)

46)
Tom25
, le 06.07.2008 à 16:25
[modifier]

J’arrive trop tard, comme souvent d’ailleurs pour mes commentaires. Tant pis j’écris quand même.
J’ai appris à nager là où j’avais pied, mais je reconnais que c’est complètement con de nager quand on a pied. Ensuite quand je savais mieux je restais tout de même près du bord, mais à quoi cela sert il de savoir nager si ce n’est pour aller au large?!

S’ils avaient de suite envoyé des missions bien plus loin, et qu’elles aient échoué, ne leur aurez-vous pas reproché d’avoir vu trop loin trop grand trop vite ?

Hier j’ai fait une boucle en VTT, complètement con de me crever pour revenir à mon point de départ. Cet été on part en Bretagne. Il y a deux mois j’ai dépensé du pognon pour acheter 2 Macs alors que mes vieux PPC fonctionnent encore. J’aurais pu garder mon fric et partir cet été à VTT 1 mois creuser un puits au Sahel. Combien d’entre nous le ferons ? Je crois que bien peu de gens dans nos régions civilisées peuvent se permettre des commentaires sur comment dépenser son argent et son temps libre !

Me concernant, tant que c’est pour la recherche, le savoir, même si cela ne sert à rien dans l’immédiat, même si la découverte ne sert à rien dans le futur, on aura toujours appris quelque chose, si ce n’est dans le résultat, au moins dans les moyens qu’on a mis à chercher.
Franchement, sans parler de la guerre ou quoi, quand je vois le pognon qu’on dépense à s’abrutir, je n’ose même pas critiquer le peu qu’on passe dans la recherche.