Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le quizz « bouquins » avant l’été
Vous vous en souvenez peut-être, l'été passé avait été placé sous le signe du quizz helvétique.

Cette année, pour pouvoir étaler non seulement la crème solaire (sur nos cuisses un peu trop blanches et nos ventres un peu trop mous) mais aussi notre culture - ça fait toujours chic, au bar de l'hôtel, de causer d'autre chose que de la finale de l'Euro ou des prochains JO - un petit quizz "littérature en vrac et sans prétention aucune" et, surtout, sans google si possible. De toute manière, je ne suis pas sadique : la réponse se trouve évidemment notamment par les liens proposés.

1. Quel est le point commun entre Fermine et Van der Meersch ?

2. Citez trois écrivains belges francophones ?

3. En quelle année est né Milan Kundera ?

4. Qui nous enseigne comment voyager avec un saumon ?

5. En combien de langues a été traduit "cien años de soledad" ?

6. Arnaldur Indridason est-il connu pour ses poèmes ou pour ses romans policiers ?

7. Quel est le prénom des deux protagonistes principaux dans "les cerfs-volants de Kaboul" ?

8. Comment est mort Stefan Zweig ?

9. Quelle distinction a été remise à Yasunari Kawabata ?

10. Citez trois auteurs dont le prénom est André. Des idées de réponse ici, ici ou encore ici.

11. Dans quelle catégorie rangez-vous les écrits de Barbara Cartland ?

12. De quel monde parle Jostein Gaarder ?

13. De quel chef d'oeuvre est extrait le texte suivant : "quand notre âme est oppressée, comment s'appelle-t-il, du désarroi ? de l'accablement ? Une brume invisible, mais dense et lourde, pénètre en nous, nous envahit tout entier, et nous étreint, quelque part au milieu de notre poitrine. Et nous sentons en nous cet étau trouble, et il nous faut un certain temps pour comprendre ce qui nous oppresse si vivement".

14. Qui est le frère de Franny dans le titre d'un roman de J. D. Salinger ?

15. Qui a écrit "Gruppenbild mit Dame" et "die verlorene Ehre der Katharina Blum" ?

16. Première question "joker" (je n'ai pas la réponse à cette question) : quel est le livre le plus vendu entre la Bible, les "Harry Potter" et le Seigneur des anneaux ?

17. Deuxième question "joker" (pour qui n'aurait pas encore glâné un seul point, c'est le moment où jamais) : quel est votre auteur préféré en ce moment ?

18. Troisième et dernière question "joker" : quel roman n'avez-vous jamais terminé quand bien même il avait été encensé par les critiques ?

Allez, dites-moi encore une chose : quel(s) livre(s) allez-vous glisser dans votre valise pour les vacances ?

39 commentaires
1)
fxprod
, le 07.07.2008 à 00:12
[modifier]

Deuxième question “joker” (pour qui n’aurait pas encore glâné un seul point, c’est le moment où jamais) : quel est votre auteur préféré en ce moment ?

François Cuneo…..

2)
Le Citadin
, le 07.07.2008 à 01:13
[modifier]

je ne sais pas quand est né Kundera, j’aime bien les 2 romans que ‘ai lu de lui, mais pour ce qui est de ses idées et de ses écrits sur le cinéma, la BD et de ce qui touche le monde de l’image, honnêtement, c’est un des plus gros ramassis de conneries du genre que j’ai lu!

2 perles: “La pratique du reader’s digest reflète fidèlement les tendances profondes de notre temps et me fait penser qu’un jour toute la culture passée sera complètement réécrite et complètement oubliée derrière son rewriting. Les adaptations cinématographiques et théâtrales des grands romans ne sont que reader’s digest sui generis.” (Jacques et son maître (Introduction à une variation), Gallimard nrf)

“De nos jours, on se jette sur tout ce qui a pu être écrit pour le transformer en film, en dramatique de télévision ou en bande dessinée. Puisque l’essentiel, dans un roman, est ce qu’on ne peut dire que par un roman, dans toute adaptation ne reste que l’inessentiel. Quiconque est assez fou pour écrire encore des romans aujourd’hui doit, s’il veut assurer leur protection, les écrire de telle manière qu’on ne puisse pas les adapter, autrement dit qu’on ne puisse pas les raconter.” (L’immortalité, trad. Eva Bloch, Folio n°2447)

En voilà un qui n’a pas compris grand chose (et qui est à peine prétentieux)….

3)
Emilou
, le 07.07.2008 à 08:23
[modifier]

En son temps j’avais une sympathie pour Sephan Zweig qui s’est tragiquement suicidé en se pendant à un réverbère disait-on à l’époque. On sait maintenant qu’il en était rien que son suicide fut moins romantique.

4)
Kermorvan
, le 07.07.2008 à 08:25
[modifier]

Le Docteur Carton était une sorte de gourou fou, un intégriste chrétien, illuminé et autoritaire, qui prétendait s’être guéri tout seul de la tuberculose. J’ai connu de ses adeptes qui, en application de ses théories, cuisaient les légumes dans trois eaux, afin de leur ôter leurs sels minéraux. L’ordonnance des repas cartoniens était rigoureuse. La tomate était proscrite, classée toxique à cause de son acidité (un chapitre d’un des livres de Carton est intitulé “décalcification, déminéralisation, et infections par jus de fruits acides”). L’acide, voilà l’ennemi. Une espèce de pomme était spécialement recommandée, la ‘Faro’ (les préceptes de Carton s’étendaient au jardinage). Et tout à l’avenant. Les croyants de la secte cartonienne apprenaient les œuvres du bon docteur, qu’ils citaient à tout bout de champ. La liste de ses publication est très longue, et les titres parlent d’eux-mêmes. L’unique référence médicale de Carton, c’était Hippocrate, dont il avait adopté une fois pour toutes la classification des tempéraments. Suivant le précepte selon lequel “le microbe n’est rien, le terrain est tout”, les recommandations étaient essentiellement comportementales, de l’ordre de l’hygiène de vie. Tout n’était certes pas à jeter dans ces prescriptions hygiénistes (ainsi, il déconseillait l’alcool, le sucre, les viandes grasses), mais ça tournait à la folie criminelle lorsque le médecin naturaliste et idéologue interdisait formellement l’usage des antibiotiques. L’écrivain de Roubaix Maxence Van der Meersch, prix Goncourt et tuberculeux, suivit ces prescriptions; j’ai souvent entendu citer son roman de 1943, Corps et âmes (traduit en treize langues, paraît-il), primé par l’Académie, écrit à la gloire de Paul Carton et de ses théories; l’ouvrage fit beaucoup pour la réputation du médecin, dont l’enseignement perdure de nos jours dans les milieux dits naturistes, tandis que Vandermeersch est un peu tombé dans l’oubli.

5)
Franck_Pastor
, le 07.07.2008 à 08:36
[modifier]

Pas terrible, mon niveau de culture livresque, en ce moment. Donc, sans regarder les liens :

2. Vincent Engel, Thomas Gunzig, Amélie Nothomb pour les actuels (merci à la ma dame Belge à côté de moi, je ne connaissais qu’Amélie Nothomb parmi ces trois). Maurice Maeterlinck, Emile Verhaeren, Charles De Coster pour les anciens, que je connaissais déjà avant de venir en Belgique.

8. Suicidé…

10. Malraux, Gide et Breton.

12. Celui de Sophie.

16. Certainement la Bible, depuis le temps qu’elle est sortie. Rien que l’année 2007, 30 millions d’exemplaires diffusés dans le monde.

17. Tolkien, dont je relis les œuvres en anglais cette fois.

18. Aucun, je me fais un principe de terminer tous les livres que je commence.

En cohérence avec la question 17, j’emmènerai probablement « The Hobbit » cet été si je pars en vacances, j’aurais fini « The Lord of the Rings » d’ici-là, j’espère. Mais je ne crois pas que je partirai cette année.

6)
bgc
, le 07.07.2008 à 09:40
[modifier]

17- Pas forcément mon auteur préféré, mais sans Pamela Lyndon Travers, nous ne serions peut-être pas ici en train vous lire :-)

19-quel(s) livre(s) allez-vous glisser dans votre valise pour les vacances ?

Et vous chère madame Poppins?

7)
Guillôme
, le 07.07.2008 à 10:47
[modifier]

16. Première question “joker” (je n’ai pas la réponse à cette question) : quel est le livre le plus vendu entre la Bible, les “Harry Potter” et le Seigneur des anneaux ?

Facile, la bible sans conteste ;)

quel est votre auteur préféré en ce moment ?

Ca date un peu, mais comme j’en ai parlé récemment, je dirai Romain Gary / Emile Ajar

quel roman n’avez-vous jamais terminé quand bien même il avait été encensé par les critiques ?

Facile aussi, c’est récent : “Trois jours chez ma mère” pourtant Prix Goncourt 2005, comme quoi…

quel(s) livre(s) allez-vous glisser dans votre valise pour les vacances ?

Là j’ai prévu d’embarquer la série des Millenium . C’est gros, c’est en 3 volumes, c’est divertissant à lire, idéal pour l’été ;)

8)
Caplan
, le 07.07.2008 à 10:51
[modifier]

J’ai une idée de réponse à 3 questions sur les 15 premières… Mais il faut dire aussi que je me fous totalement de savoir “Qui est le frère de Franny dans le titre d’un roman de J. D. Salinger…” ;-)

Mon auteur préféré reste Léo Malet. Et quand il est mis en images par Tardi, c’est extraordinaire.

Pour la question 18, je cale dans beaucoup de livres encensés par la critique, à commencer par Pennac…

Milsabor!

9)
kris
, le 07.07.2008 à 12:59
[modifier]

fxprod : d’accord avec toi, excellent auteur. Son dernier texte sur la vie quotidienne de ses chats et leurs relations avec sa famille montre ses immenses qualités et son charisme.

10)
Franck_Pastor
, le 07.07.2008 à 13:14
[modifier]

Pour la question 18, je cale dans beaucoup de livres encensés par la critique, à commencer par Pennac…

Maismaismais comment c’est possible, ça, caler sur Pennac ? Sur lequel de ses bouquins as-tu calé ? Ses livres sont justement parmi les rares que je ne peux plus lâcher une fois commencés.

11)
François Cuneo
, le 07.07.2008 à 14:07
[modifier]

Pour la question 18 (les 17 premières, j’abandonne, ça me donne envie de pleurer…), un certain nombre:-) Lesquels, ben je ne me rappelle plus.

Pour la dernière:

Alors…

  • Tout savoir sur le D300;
  • Lightroom, ma vie, mon oeuvre
  • Comment changer la réalité grâce à DxO

Bon, plus sérieusement, même si ça fait populaire, Anna Gavalda, La consolante. J’ai tellement adoré Ensemble c’est tout.!

Bon, je retourne à mes caisses de fournitures scolaires. Plus que deux jours dans mon sous-sol.

12)
Caplan
, le 07.07.2008 à 14:14
[modifier]

Maismaismais comment c’est possible, ça, caler sur Pennac ? Sur lequel de ses bouquins as-tu calé ?

Sur “Au bonheur des Ogres” et “La fée Carabine”, au temps où il écrivait à la Série Noire. Ses histoires de Malaussène me gonflent.

J’ai plus tard acheté la BD “La Débauche” dessinée par mon cher Tardi. L’histoire est de Pennac et ça se voit: n’importe quoi! (à mon avis…)

Milsabor!

13)
Inconnu
, le 07.07.2008 à 14:16
[modifier]

1 : sais pas 2 : heu… simenon? simenon? simenon? heu 3 : j’ai les livres à coté, mais je résiste… 1939? 4 : heu… 5 : 50? 6 : romans 7 : heu. 8 : heu. 9 : prix nobel de littérature. Je crois. 10 : andré gide, andré salmon, … 11 : nulle (c’est la réponse) 12 : heu. 13 : Proust? “à la recherche du temps perdu”? 14 : granny? 15 : un suisse? 16 : la bible. 17 : Haruki Murakami. 18 : “l’homme sans qualité” de Musil. (et je m’en mords les doigts encore. Mais il est toujours là, il m’attends.) vacances : Murakami, et on verra pour le reste.

bon, maintenant je clique sur les liens.

14)
Guillôme
, le 07.07.2008 à 14:18
[modifier]

Bizarre, personne ne cite Anne Cuneo pour la question 17!

J’ai plus tard acheté la BD “La Débauche” dessinée par mon cher Tardi. L’histoire est de Pennac et ça se voit: n’importe quoi! (à mon avis…)

C’est “La Débauche” qui m’a fait découvrir et aimer Tardi et j’ai d’ailleurs beaucoup aimé l’histoire… Comme quoi!

15)
zit
, le 07.07.2008 à 15:49
[modifier]

Woaaaaah ! vachement difficile, ce test !

  1. Je ne c’est pas qui c’est…
  2. Heuu, Simenon, Brel et Arno (ben, heuu, Brel et Arno, ils écrivent bien leurs textes, non ?)
  3. je ne sais pas, et je m’en contrefiche, par contre, je ne trouve pas grand–chose à lui reprocher au sujet des citations de Le Citadin.
  4. Heuuu, Picard, Findus ?
  5. Chais pas (et je m’en fiche d’ailleurs).
  6. Je dirais poëëëmes, vu que je lis beaucoup de polars et que son nom ne me dit rien… Mais ça doit être un piège, donc polar.
  7. Pas lu, mais même, j’ai déjà du mal à me souvenir des titres des livres que j’ai lus, alors le nom des protagonistes, même pas en rêve !
  8. Kissa ?
  9. L’ordre du Camembert Fuyant, avec mention “Asticots” ?
  10. Arrrgh ! je coince sur André Citroën !
  11. Epistémologie ?
  12. Kissa ?
  13. C’est un chef d’oeuvre paske c’est déprimant ? En tout cas l’extrait ne me tente pas du tout du tout, j’aime bien les auteurs un peu plus guillerets…
  14. Alexande ?
  15. Heiiin ?
  16. Je dirais la bible, c’est surprenant d’ailleurs que tu ne cites que des romans de “Fantasy”…
  17. En ce moment, et depuis des lustres : Raymond Queneau, Italo Calvino, aussi membre de L’OULIPO, et Jean–Bernard Pouy, membre, pour sa part de l’OULIPOPO, et voilà pour le podium, impossible de les départager sur la photo finish…
  18. Les Carnets de Malte Laurids Brigge, de Rainer Maria Rilke … quelle prise de tête ! je ne suis pas certain d’avoir tenu plus de vingt pages . Et dans un autre genre, les confessions de Jean–Jacques Rousseau, quel sale type, et il se permet d’expliquer comment on élève un enfant dans L’Emile, en plus ! Mais en général, je finis toujours ce que j’ai commencé (en livres).

Cette année, pas de vacances, mais ça ne m’empêchera pas de lire beaucoup, comme d’habitude.

z (principalement du polar, je répêêêêêêêête : ou de la SF)

16)
Isaacm
, le 07.07.2008 à 15:58
[modifier]

1. Quel est le point commun entre Fermine et Van der Meersch ?

Passe

2. Citez trois écrivains belges francophones ?

Nothomb

L’auteur du “Chagrin des Belges” dont j’ai oublié le nom

Le troisième, je ne sais pas !

3. En quelle année est né Milan Kundera ?

1927 ?

4. Qui nous enseigne comment voyager avec un saumon ?

Umberto Ecco !

5. En combien de langues a été traduit “cien años de soledad” ?

Je ne lis pas les auteurs qui éprouvent de la sympathie pour des dictateurs !

6. Arnaldur Indridason est-il connu pour ses poèmes ou pour ses romans policiers ?

Passe

Je ne lis ni romans policiers ni poésie. je préfère la chanson qui est ma poésie du quotidien.

7. Quel est le prénom des deux protagonistes principaux dans “les cerfs-volants de Kaboul” ?

Pas lu ni vu.

8. Comment est mort Stefan Zweig ?

Suicide au poison avec sa compagne.

9. Quelle distinction a été remise à Yasunari Kawabata ?

Prix Nobel de littérature

10. Citez trois auteurs dont le prénom est André. Des idées de réponse ici, ici ou encore ici.

André GideAndré BretonAndrée Chédid

11. Dans quelle catégorie rangez-vous les écrits de Barbara Cartland ?

Policier ?

12. De quel monde parle Jostein Gaarder ?

Le monde de Sophie. Je l’ai acheté, il a très longtemps, mais ne l’ai pas lu.

13. De quel chef d’oeuvre est extrait le texte suivant : “quand notre âme est oppressée, comment s’appelle-t-il, du désarroi ? de l’accablement ? Une brume invisible, mais dense et lourde, pénètre en nous, nous envahit tout entier, et nous étreint, quelque part au milieu de notre poitrine. Et nous sentons en nous cet étau trouble, et il nous faut un certain temps pour comprendre ce qui nous oppresse si vivement”.

Marcel, A la recherche… ?

14. Qui est le frère de Franny dans le titre d’un roman de J. D. Salinger ?

Passe

15. Qui a écrit “Gruppenbild mit Dame” et “die verlorene Ehre der Katharina Blum” ?

Einrich Böhl ? (suis pas sûr de l’orthographe)

16. Première question “joker” (je n’ai pas la réponse à cette question) : quel est le livre le plus vendu entre la Bible, les “Harry Potter” et le Seigneur des anneaux ?

un livre de Marc Lévy ? ;-) (non, je plaisante)

17. Deuxième question “joker” (pour qui n’aurait pas encore glâné un seul point, c’est le moment où jamais) : quel est votre auteur préféré en ce moment ?

Zeruya Shalev

18. Troisième et dernière question “joker” : quel roman n’avez-vous jamais terminé quand bien même il avait été encensé par les critiques ?

Beaucoup : A la recherche du temps perdu, par exemple.

Mes livres de l’été :

de Marc Weizmann, Fraternité

de Zeruya Shalev, Mari et femme

17)
ysengrain
, le 07.07.2008 à 16:02
[modifier]

Question 1 : Maxence

Question 2 Amélie Nothomb, Maxence van der Meersch et puis …

Question 3 1929

Question 8 Suicide douteux avec une histoire de réverbère. En passant, sa nouvelle “Le joueur d’échecs” ++++

Question 6 Il écrit des polar, et il me semble que MP nous en a déjà parlé

Question 10: Maurois, Gide, Malraux

Question 11 la poubelle serait un excellent rangement, pourtant déjà occupé par tant d’autres

Question 13: je ne sais pas mais ça sent la Russie

Question 14 Zoey bien sûr

Question 15 un Prix Nobel allemand dont le nom m’échappe sur l’instant

Question 16 en Occident on dit que c’est la Bible, je m’interroge à propos du Coran

Question 17 J’ai, adolescent adoré Roger Vailland et DH Lawrence. J’ai un peu plus de mal à m’enthousiasmer depuis quelques temps.

Oh ! si ! je sais: Une certaine Madame Poppins dont les écrits justes, drôles, goûteux, me manquent.

Question 18: Belle du Seigneur qui m’a emm…dé à un point indéfinissable

Je viens d’acheter tout Stefan Sweig.

Je relirais volontiers “Les Bienveillantes” de Jonathan Littel afin de bien me pénétrer de ce que peut faire et engendrer la monstrueuse connerie humaine.

ET pour faire dans un peu plus léger, un petit coup de Pennac ne me déplairait pas.

18)
Franck_Pastor
, le 07.07.2008 à 16:05
[modifier]

Sur “Au bonheur des Ogres” et “La fée Carabine”, au temps où il écrivait à la Série Noire. Ses histoires de Malaussène me gonflent.

J’ai plus tard acheté la BD “La Débauche” dessinée par mon cher Tardi. L’histoire est de Pennac et ça se voit: n’importe quoi! (à mon avis…)

Ah ? On est vraiment aux antipodes l’un de l’autre, sur ce coup-là. J’ai découvert Pennac justement par « La fée Carabine », et après avoir englouti ce chef-d’œuvre (à mon avis) je me suis précipité sur le reste de la saga. Rayon BD, je n’ai pas lu la « La débauche » parce que je n’aime pas du tout le dessin de Tardi qui me flanque le cafard dès la première case (pardon)…

19)
Franck_Pastor
, le 07.07.2008 à 16:09
[modifier]

– L’auteur du “Chagrin des Belges” dont j’ai oublié le nom

Il s’agit d’Hugo Claus, décédé tout récemment, mais c’était en fait un Belge néerlandophone, et « Le chagrin des Belges » est traduit du néerlandais (« Het verdriet van België »).

20)
Okazou
, le 07.07.2008 à 17:23
[modifier]

Lisez, lisez ! Il en restera toujours quelque chose.

J’ai une tendresse particulière pour Kawabata, cet écrivain magnifique. On peut tout lire de Kawabata. Il faut tout lire de Kawabata.
Idem pour l’écriture de Zweig. Lire Zweig est un bonheur. Parfois un bonheur triste. Ce n’est pas le poison, qui l’a tué, mais le désespoir.

En ce moment, ce n’est pas un roman, que je lis, mais un document solide, très sérieusement documenté de Marie-Monique Robin, écrit après une enquête comme ne se donnent plus la peine d’en effectuer les auteurs et journalistes que l’on est habitués à voir dans la lucarne. Un grand travail de journaliste. Du grand reportage de haute volée. Il s’agit de Le monde selon Monsanto. De la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien.

Sa lecture est absolument sidérante. Elle permet de comprendre par quelles méthodes une transnationale de la chimie parvient à imposer des produits, pourtant déclarés dangereux, souvent interdits, contre nos intérêts, contre tous nos principes, avec un cynisme qui fait froid dans le dos.

21)
coacoa
, le 07.07.2008 à 18:48
[modifier]

1. Quel est le point commun entre Fermine et Van der Meersch ?

Sais pas…

2. Citez trois écrivains belges francophones ?

Jean-Marie Piemme, Patrick Roegiers, Maurice Maeterlinck

3. En quelle année est né Milan Kundera ?

Au bol, en 1927 ?

4. Qui nous enseigne comment voyager avec un saumon ?

Umberto Ecco

5. En combien de langues a été traduit “cien años de soledad” ?

En tout plein… Au moins 35, non ?

6. Arnaldur Indridason est-il connu pour ses poèmes ou pour ses romans policiers ?

Ben il n’est pas connu par moi en tout cas.

7. Quel est le prénom des deux protagonistes principaux dans “les cerfs-volants de Kaboul” ?

Sais pas.

8. Comment est mort Stefan Zweig ?

Sais pas. Avais envie de dire en recevant une branche d’arbre sur la tête sur les Champs Elysées, mais ça c’est Horvath

9. Quelle distinction a été remise à Yasunari Kawabata ?

Le Prix Nobel

10. Citez trois auteurs dont le prénom est André. Des idées de réponse ici, ici ou encore ici.

André Malraux, André Gide, André Breton

11. Dans quelle catégorie rangez-vous les écrits de Barbara Cartland ?

Romans à l’eau de rose, ou de gare

12. De quel monde parle Jostein Gaarder ?

Celui de Sophie

13. De quel chef d’oeuvre est extrait le texte suivant : “quand notre âme est oppressée, comment s’appelle-t-il, du désarroi ? de l’accablement ? Une brume invisible, mais dense et lourde, pénètre en nous, nous envahit tout entier, et nous étreint, quelque part au milieu de notre poitrine. Et nous sentons en nous cet étau trouble, et il nous faut un certain temps pour comprendre ce qui nous oppresse si vivement”.

Je dirais “Notre besoin de consolation est impossible à rassasier”

14. Qui est le frère de Franny dans le titre d’un roman de J. D. Salinger ?

Sais pas.

15. Qui a écrit “Gruppenbild mit Dame” et “die verlorene Ehre der Katharina Blum” ?

Sais pas.

16. Première question “joker” (je n’ai pas la réponse à cette question) : quel est le livre le plus vendu entre la Bible, les “Harry Potter” et le Seigneur des anneaux ?

La Bible

17. Deuxième question “joker” (pour qui n’aurait pas encore glâné un seul point, c’est le moment où jamais) : quel est votre auteur préféré en ce moment ?

En ce moment, je dirais Gilles Deleuze, qui écrit la philosophie avec art. Mais Thomas Bernhard n’est pas loin.

18. Troisième et dernière question “joker” : quel roman n’avez-vous jamais terminé quand bien même il avait été encensé par les critiques ?

Ulysse de Joyce, mais je le lirai un jour !

Quel(s) livre(s) allez-vous glisser dans votre valise pour les vacances ?

Les Millenium

EDIT

Bon, y’a des erreurs, mais j’ai assuré pour la question 5, non ? J’y crois même pas…

22)
rupi
, le 07.07.2008 à 20:55
[modifier]

Rayon BD, je n’ai pas lu la « La débauche » parce que je n’aime pas du tout le dessin de Tardi qui me flanque le cafard dès la première case (pardon)…

Alors là, je dis STOP! NON! Pas d’accord…

Je n’ai pas forcémment le temps de réagir à certains articles, mais là, là…

Comment ne pas aimer le dessin de TARDI. Je ne sais pas Frank si tu connais l’oeuvre de Tardi, mais là, franchement c’est un manque de goût flagrant. C’est vrai, on aime ou n aime pas, telle est la question ! Mais ton “me flanque le cafard..” est une méconnaissance totale de son oeuvre.

J’ai découvert TARDI (Ici-même, scénar de Forest) par le biais du mensuel “A SUIVRE” n°1, février 78. Il faisait la UNE ce jour- là. Puis vinrent les PRATT (Corto Maltese en Sibérie), COMES (la Belette, Silence..,), Chantal Montelier, F’MURR, sans oublier notre Suisse national, CEPPI (Le Guêppier sortit en 78 racontant l’histoire de Stéphane) et bien d’autres qui ont élevé, grâce à leur talent d’ILLUSTRATEUR et de scénariste, la BD au rang de 9ème art dans la classification de l’art.

La critique est toujours facile, mais là où je m’insurge, c’est contre ce genre de phrase à l’emporte- pièce : j’aime pas….!!!

Le graphisme, la facilité qu’a TARDI à traiter les clairs/obscurs, l’expression de ses personnages (Déclic, Adèle Blanc-Sec, Griffu, scénar de Manchette, Polonuis, Tueur de cafards, etc) la recherche historique de ses plans/paysages ou historiques (Adieu Brindavoine suivi de la Fleur au fusil, C’était la guerre des tranchées, Images d’Epinal) sont tout simplement mémorables.

Il serait bon, avant de faire la critique, d’avoir un tant soit peu de connaissances, cela ne ferait pas de mal dans ce monde où le “tout appartient à tout le monde”.

Coup de gueule, peut-être, mais bossant dans le domaine de l’art, combien de fois ai-je entendu de critiques non fondées par manque de connaissances.

Caplan, les Manchette, Vautrin, Mallet (repris par TARDI), etc., comptent également parmi les plus grands scénaristes de BD.

En guise d’amuse-bouche, je vous conseille pour les vacances “SILENCE” de COMES, parue en 1980 aux éditions CASTERMAN, splendide…!

Voilà…!

23)
bgc
, le 07.07.2008 à 21:05
[modifier]

@Okazou

Le monde selon Monsanto. De la dioxine aux OGM, une multinationale qui vous veut du bien

Effectivement, superbe travail de Marie-Monique Robin. Quelle volonté! Quel courage! Son documentaire diffusé sur Arte était aussi remarquable.

Dans le même genre, il y a eu le roman de John Le Carre: “La constance du jardinier”. Certainement tiré de faits (très) réels. Par contre, le film tiré du roman était nettement moins bien. Dommage.

24)
Inconnu
, le 07.07.2008 à 21:27
[modifier]

“combien de fois ai-je entendu de critiques non fondées par manque de connaissances.” hum, il faut se méfier de ce genre de phrases…

26)
Madame Poppins
, le 07.07.2008 à 22:22
[modifier]

Fxprod :-) Moi aussi, j’adore lire François !

Le Citadin, à vrai dire, je vois mal comment on peut contester que de nos jours, tout le monde (ou presque) se jette sur les romans en tous genres pour les transformer en film et que lors de cette transformation, beaucoup de choses se perdent ou, du moins, à mon avis, me font perdre la part de non-dit, ce qui n’avait pas été dit dans le livre en lui-même : je suis peut-être à côté de la plaque mais je n’aime pas tout à coup voir un personnage que je m’étais imaginée prendre “vie” sous les traits d’un acteur connu.

Emile Verschueren, est-ce que cela enlève quelque chose à la qualité de ses écrits ?

Kermorvan, je l’avoue : le seul livre de Vandermeersch que j’ai lu (et dont j’ai oublié le titre) était relativement “longuet” et son esprit “romantique” (l’oubli total de soi par amour pour un espèce d’égoïste) ne m’a guère marquée et, je l’avoue toujours, je n’avais jamais entendu parler des thèses de la toxicité des tomates, que je trouve amusante, juste dommage qu’elles aient été si mal utilisées !

Franck_Pastor, je suis admirative : je n’ai jamais réussi à terminer les livres qui m’ennuient et je n’ai ainsi jamais dépassé la page 25 de la Chartreuse de Parme par exemple !

bgc, je vais glisser des polars (PD James, A. Indridason, F. Vargas) mais surtout ma loi sur le travail et le code des obligations, examens de septembre faisant force de loi…

Guillôme, Gros câlin a été pour moi comme une espèce d’explosion, un pure moment de bonheur ! Et je comprends qu’on ne termine pas “trois jours chez ma mère” : au plus tard après deux jours, j’ai envie de rentrer chez moi ;-) Finalement, Millenium, je suis curieuse de connaître ton avis : j’avais commencé le troisième volume un peu comme si c’était Noël – Nouvel An – Pâques et les grandes vacances d’été en même temps pour un enfant de 5 ans mais j’ai calé, bizarrement… Je vais donc peut-être aussi le prendre avec moi en vacances. Les deux premiers : j’ai juste adoré, lisant même au-delà de ma fatigue certaines nuits !

Caplan, moralité, c’est que tu n’as pas lu ce livre : quand on l’a lu, on ne se fout plus du prénom de la soeur ! Et ne pas aimer Pennac, je l’avoue, je suis…. Sa saga a été pour moi un instant tellement pétillant, amusant et tendre à la fois ! Comme quoi, une fois de plus, les goûts et les couleurs…

Franck_Pastor + 1

François Cunéo, qu’est-ce qu’on se fout de savoir si c’est “populaire” ou non ! Finalement, “populaire”, je trouve ça bien : pourquoi faudrait-il lire absolument des ouvrages top moumoutes genre…. Lightroom, hein ?

Claquy, j’ai commencé l’homme sans qualité plusieurs fois mais va comprendre, à chaque fois, j’ai rangé le livre : moi aussi, il m’attend mais il risque de continuer à le faire !

Zit, j’adore l’esprit de déduction du grand lecteur de polar, qui a envie de dire poème pour Indridason mais qui dit polar ;-) c’est bel et bien “polar” (du moins une espèce de). Mais promis, le pavillon des cancéreux est réellement (à mon humble avis) un chef d’oeuvre, essaie ! Et si t’aimes pas, ça fait quand même “chic” de se promener à la plage avec ça !

Isaacm, pas besoin d’avoir de la sympathie ! J’avais juste été surprise de lire qu’il avait été traduit en autant de langues ! En revanche, “policier” pour Barbara Catland, fallait oser ;-)

Ysengrain, même si je n’ai aucune affection pour B. Cartland, j’avoue que je préfère quelqu’un qui lit ses bouquins plutôt que rien du tout ! Et merci pour les qualificatifs au sujet de mes écrits : je reviens à mon blog en… octobre, promis ! Mais à mes mails bien avant, c’est certain : les vacances commencent ce week-end !

Okazou, c’est tellement juste, ce que tu écris : lisez, lisez, il en restera toujours quelque chose ! Et je te tire mon chapeau : durant ton temps libre, tu arrives vraiment à lire des trucs aussi difficiles que Le monde selon Monsanto ?

Coacoa : les chiffres du prochain Euromillion, tu les aurais aussi ? Vu que tu es en veine avec la réponse no 5… Et je pense que tu aimerais les cerfs-volants de Kaboul (le livre, j’ai pas vu le film).

Rupi, petite question : quand on n’aime pas, il faut dire comment alors puisque “je n’aime pas du tout, (…) me flanque le cafard ?” n’est pas recevable ? Il est des tableaux, peintures que j’aime, d’autres que je n’aime pas et je me fiche pas mal de la technique, je guette l’émotion : n’ai-je le droit de ne pas aimer que si je suis historienne de l’art ?

Krynn, à vrai dire, si je n’avais moi-même rédigé le quizz, j’aurais aussi été à la ramasse : c’est assez facile à faire quand on a et le temps et google… ;-)

Finalement, je suis admirative devant le fait que nombreux sont ceux qui savaient que le prix nobel avait été remis à Kawabata : moi, c’est une entrée dans google “prix nobel littérature” qui me l’a appris !

Allez, à toutes et tous, bonne lecture, qu’elle soit enrichissante, distrayante, agréable, passionnante ! Et à dans 15 jours.

27)
Isaacm
, le 08.07.2008 à 00:20
[modifier]

En revanche, “policier” pour Barbara Catland, fallait oser ;-)

L’amour, c’est souvent un roman noir, non ? Quant à Gabriel García Márquez, ma remarque n’était qu’une pure provocation. J’ai bien lu Céline.

28)
levri
, le 08.07.2008 à 00:38
[modifier]

@ rupi : heu il me semble que tu t’excites quelque peu là …

Bien que reconnaissant que Tardi fasse des trucs de qualité, en ce moment je n’aime pas des masses, moi non plus. Vais je me faire traiter d’ignare ? :D

Aimer ou pas quelque chose n’a rien à voir avec une critique élaborée pour “connaisseurs”, aimer ou pas, cela vient des tripes, c’est un sentiment, ça peut être à l’emporte pièce, sans être forcément critiquable.

L’art graphique peut plaire ou pas, pour une raison ou une autre, nul besoin d’un conditionnement ou d’une éducation pour avoir le droit d’apprécier ou pas quelque chose à priori.

Pour faire comme tout le monde, ou comme quelqu’un en particulier, on peut essayer d’assimiler les conventions picturales à la mode ou ethniques, afin de comprendre pourquoi certains apprécient, et peut-être même commencer à apprécier soi-même, mais bon on a aussi le droit d’aimer ou pas de manière viscérale, sans que “ceux qui savent” nous allument ! :P

29)
humptius dumptius
, le 08.07.2008 à 00:42
[modifier]

Sur les livres jamais finis : — _L’homme sans qualités_, je l’ai lu pendant que je rédigeais ma première thèse, il y a 23 ans, déjà, avec comme parti-pris de ne rien lire d’autre que ce qui concernait la thèse et donc, l’homme sans qualités (que j’ai lu plus tard en original). Disons-le tout de suite, je comprends qu’on n’y arrive pas, d’autant que cela n’a jamais été réellement fini. La solution, puisque là aussi, ça n’a qu’une importance assez relative, c’est de ne pas nécessairement se forcer à lire dans l’ordre, les sections Ulrich et Agathe, ça n’a pas été vraiment lu, mais j’en ai reparcouru plusieurs encore et encore, à chaque fois que Bouveresse me parle de Musil, à chaque fois qu’on parle du Salève (sur lequel ses cendres ont été répandues, « Das abendliche Grünblau des Salève ist wie immer unbeschreiblich », Tagebücher, 6 novembre 1941).Woraus bemerkensverter Weise nichts hervorgeht, mais c’est mieux en Jaccotet. Je peux dire sans exagérer que c’est un auteur que l’ai lu intégralement, Journaux compris, les Désarrois de l’élève Törless exceptés, parce que j’avais vu un soir à la télé française des années 60, le film qu’en avait tiré Volker Schlöndorff, et je n’ai jamais réussi à lire un livre après avoir vu un film tiré de…, ni été capable d’aller voir un film après avoir lu le livre (les Chandler mis à part). Mais je crois quand même que j’apprécierai de lire l’ouvrage qui a donné Rashomon de Kurosawa…

Sur Ulysse de Joyce, encore un passager de la Suisse, c’est faisable (en 2 ans) mais il y a bien pire, Finnegan’s Wake, ça c’est à peu près impossible et je n’ai pas même pensé à l’essayer en original. Il faut sans doute être un professionnel de la profession pour en tirer les lignes en entier.

Sur Rousseau, c’est sans doute l’auteur le plus éprouvantable (une valise, je garde) du XVIIIe siècle. Je n’ai jamais lu en entier que son Discours sur les Langues (Académie de Dijon 1750), et c’est déjà bien trop.

Mon auteur préféré en ce moment, Donald Westlake et Robert Musil mis à part, Le Cler du Brillet ?, Guéneau de Montbeillard ?, en fait j’ai pas le temps de lire grand chose en dehors du travail en cours, mais le Traité de la Police vol. 4, « Voirie », Le Cler du Brillet, 1738, c’est assez joliment écrit, en tout cas mieux que Rousseau et bien plus riche en informations. Pour vous éviter une recherche sans doute infructueuse sur un Google quelconque, Guéneau de Montbeillard est un ornithologue bourguignon collaborateur de Buffon qui a écrit un assez bon mémoire contre la peine de mort en 1772.

J’arrête là, sinon on attaque la description de ma bibliothèque et j’ai encore bien de l’ouvrage sur les voies, piessentes, traverses, finerots, flégards, les travaux de corvée et cette obsession très française, l’alignement. D’ailleurs, saviez-vous que…

30)
ysengrain
, le 08.07.2008 à 09:52
[modifier]

Ysengrain, même si je n’ai aucune affection pour B. Cartland, j’avoue que je préfère quelqu’un qui lit ses bouquins plutôt que rien du tout !

Je pense tout à fait le contraire. lire c’est se créer un monde mental, une manière d’appréhender l’autre et les autres. Je me trompe peut-être, voire sans doute, car c’est un domaine où il n’y a pas de vérité scientifique, mais le monde tel qu’il est décrit par Cartland est un monde totalement artificiel, emprunt de parfum (à l’eau de rose bien sûr) qui pollue le monde mental du lecteur.

Dans le même genre, un ex chirurgien américain Frank Slaughter qui se prend pour un écrivain, montre des “Doctor’s in hospital” que la télé a bien popularisé.

Pour moi, ce monde d’écrivassiers-là: à la poubelle; alors que par exemple Céline qui s’est comporté comme un salaud ne mérite certainement pas le même type de classement.

31)
pbook
, le 08.07.2008 à 13:35
[modifier]

Rigolo. D’après wikipedia ici la bible est talonnée par le petit livre rouge du président Mao. Après, ils font bien remarquer que la bible est souvent donnée plutôt que vendue.

32)
Okazou
, le 08.07.2008 à 17:38
[modifier]

« durant ton temps libre, tu arrives vraiment à lire des trucs aussi difficiles que Le monde selon Monsanto ? »

Tu voudrais en dégoûter les lecteurs que tu ne t’y prendrais pas autrement !

On le trouve partout, ce livre sur Monsanto, je l’ai trouvé au supermarché. Alors, la prochaine fois que tu fais tes courses et que tu aperçois au rayon livres une couverture jaune, ouvre-le et lis quelques passages, tu verras que c’est un polar du réel. Lecture fluide que l’on a du mal à suspendre. Alors, achète-le !

33)
Okazou
, le 08.07.2008 à 17:44
[modifier]

« Quant à Gabriel García Márquez, ma remarque n’était qu’une pure provocation. J’ai bien lu Céline. »

D’autant que l’homme dont tu parles n’a vraiment rien d’un dictateur. Populiste, si tu veux, mais il va falloir apprendre à saisir ce terme avec des pincettes tant la droite libérale le jette systématiquement, aujourd’hui qu’ils sont aux abois, au visage de ceux qui s’opposent à elle.

Quant à Céline, je boycotte toujours.

34)
Madame Poppins
, le 08.07.2008 à 19:36
[modifier]

Okazou,

Oui, il faut se méfier de termes comme “populiste” mais il faut aussi se méfier de “difficile” : pour moi, difficile ne veut pas dire “à éviter” et mon propos n’était nullement de dégoûter quelqu’un. Ainsi, dommage que tu aies supprimé le passage “je te tire mon chapeau”….

Humptius dumptius, comment t’es venue l’idée de ce pseudo ? Il est amusant ! L’homme sans qualité, soupir… faudrait vraiment que j’essaie encore !

35)
Inconnu
, le 08.07.2008 à 23:11
[modifier]

oui, il y a aussi Ulysse de James Joyce qui traine, et que je me dit qu’il me faut relire. il faudrait rajouter : “quels livres relisez-vous régulièrement ?” moi ce sont les jim harisson, et les scénarios de woody allen. Mais livre rare!

36)
Okazou
, le 09.07.2008 à 07:14
[modifier]

« Ainsi, dommage que tu aies supprimé le passage “je te tire mon chapeau” »

Chère Madame Poppins, c’est justement ce soulèvement de couvre-chef qui m’alarma, figure-toi. Ce bouquin se lit tellement comme un polar qu’on ne mérite vraiment aucun compliment à le lire. On dévore, c’est tout, et c’est bien.

« Humptius dumptius, comment t’es venue l’idée de ce pseudo ? »

Latinisation de l’œuf merveilleux de ce bon vieux Charlie Dodgson. Comprenne qui pourra…

37)
humptius dumptius
, le 10.07.2008 à 02:15
[modifier]

La réponse est cent sens, évidemment Through the looking-glass, évidemment le humpty-dumptyesque point of view, cette querelle sur la pragmatique du langage, l’usure des mots et des cens, mais aussi un moment historique de l’histoire des jeux de bistrot, le premier flipper électro-magnétique de l’histoire (1947, grande année pour le bourgogne, aussi), ainsi nommé par Gottlieb parce que Flipper était copyrighté, Humpty Dumpty choit de son mur à la fin.

« — When I use a word, Humpty-Dumpty said in rather a scornful tone, it means just what I choose it to mean, neither more or less. — The question is, said Alice, whether you can make words mean so many different things. — The question is, said Humpty-Dumpty, which is to be Master, that’s all. Alice was too much puzzled to say anything, so after a minute Humpty Dumpty began again. — They’ve a temper, some of them — particularly verbs, they’re the proudest — adjectives you can do anything with, but not verbs— however, I can manage the whole lot ! Impenetrability ! That’s what I say ! — Would you tell me, please, said Alice, what that means ? — Now you talk like a reasonable child, said Humpty Dumpty, looking very much pleased. I meant by “impenetrability’ that we’ve had enough of that subject, and it would be just as well if you’d mention what you meant to do next, as I suppose you don’t intend to stop here all the rest of your life. — That’s a great deal to make one word mean, Alice said in a thoughtful tone. — When I make a word do a lot of work like that, said Humpty Dumpty, I always pay it extra. — Oh ! said Alice. She was too much puzzled to make any other remark.” Through The Looking-Glass And What Alice Found There, vi.

Latiniser une pinball machine, ça me correspond assez bien, le latin m’a permis de gagner ma vie à un moment critique, le pinball, j’ai arrêté à cause de l’arthrose et d’un genou défaillant et des bistrots qui ne sont plus ce que j’aimais et de ces machins mixtes avec passage en jeu vidéo, mais je crois bien détenir à vie le record de « Crystal Caliburn » (sur Mac).

Impenetrability.

39)
zit
, le 12.07.2008 à 22:11
[modifier]

@ Rupi : “je n’aime pas” n’est peut–être pas vraiment ce que l’on pourrait appeler une critique constructive, mais au moins, c’est un point de vue objectif et personnel, à mon sens bien plus approprié qu’un “c’est de la merdre” ou un “c’est nul”. Pour ma part, “je n’aime pas” de nombreuses choses, sans pour autant les juger de haut et de manière définitive par un “c’est nul”.

z (d’ailleurs, Tardi, c’est loin d’être nul, je répêêêêêête : mais je n’aime pas trop non plus…)