Profitez des offres Memoirevive.ch!
Voyager en sécurité: quelles sont les mesures efficaces?

Ces jours-ci, ma chérie et moi préparons un prochain voyage. Nous nous préparons à partir en Juin, une semaine à Tokyo et une semaine à Hong Kong.

Cela fait des années que le Japon m’attire. Les quelques amis qui ont visité Tokyo sont revenus avec des souvenirs qui font terriblement envie. Concernant Hong Kong, ma belle-sœur vient de s’y installer pour quelque temps, nous allons donc lui rendre visite.

Un tel voyage se prépare normalement sans trop de problèmes. Pour nous Suisses, aucun visa à obtenir (à moins de souhaiter visiter le continent chinois, mais tant qu’on reste à Hong Kong, tout est bon), aucun vaccin particulier que nous n’ayons déjà fait, bref, un bon guide (et une carte VISA) suffisent.

Mais… comme certains de vous s’en souviennent peut-être, ma chérie est diabétique. Un diabète de type 1, diagnostiqué il y a quelques années. Elle en avait d’ailleurs parlé dans le cadre d’un article paru sur cuk.ch. Cette maladie n’empêche en rien de voyager, mais impose certaines contraintes au quotidien:

  • Injections d’insuline 5x par jours
  • Contrôle régulier du taux de glycémie

Les injections se font grâce à des “stylos” d’insuline, et à des petites aiguilles (8 mm de long) prévues pour rassurer même le plus peureux des patients. Le contrôle de glycémie s’effectue également avec du petit matériel, et un lecteur qui analyse une gouttelette de sang et affiche le taux de glucides dans celui-ci.

Depuis quelque temps, il est devenu difficile de voyager avec un tel matériel. Les dernières restrictions concernant le transport de liquides y sont d’ailleurs pour quelque chose. Voici plus ou moins les étapes “réglementaires” à passer lors d’un tel voyage.

Voyager avec un médicament liquide: OK avec une note du médecin. Uniquement la dose nécessaire au voyage (au transport!) peut être embarquée avec soi.

Tout cela serait bien trop facile si l’insuline ne se transportait sans problème que dans une certaine marge de températures. Ni trop chaud, ni trop froid. En bref: impossible de ne prendre avec soi que l’insuline nécessaire au trajet car le reste, dans la soute, sera soumis à une température inadéquate. Il faut donc tout prendre avec soi: premier point à “négocier” en cas de contrôle. Normalement, ce point ne doit pas trop poser de problèmes, tant que l’insuline est dans son emballage original.

Enfin, si l’on souhaite vraiment mettre toutes les chances de son côté, concernant le transport et le stockage de l’insuline, des fourres de transport Frio permettent de garder l’insuline à une température idéale pendant un certain laps de temps. Ces fourres sont super pratiques: lors de notre voyage en Afrique du Sud, en septembre dernier, nous avons été ravis de leur efficacité. Après 30 ou 40 heures hors du frigo, les stylons d’insulines sont encore à une température parfaite. Mais pour utiliser ces fourres, vous l’avez compris: il faut sortir les stylos de leur emballage original. Cerise sur le gâteau: ces fourres contiennent, pour garder le stylo à bonne température, un gel spécial. Et dans les avions, un gel est considéré comme un liquide.

Ces quelques lignes montrent combien il peut être compliqué de voyager en tant que diabétique, si l’on tombe face à un douanier un peu à cheval sur le règlement. Un papier du médecin aide, certes, mais ne permet toutefois pas tout. Transporter le stock entier d’insuline avec soi, hors de l’emballage original, peut présenter le risque d’être refusé par un tel douanier. Et voyager sans son insuline, pour une personne diabétique, ce n’est pas l’idéal, vous en conviendrez.

J’en viens donc au sujet de cet article, ou plutôt à la question que je souhaite vous poser, chers lecteurs de cuk.ch: Quel est à votre avis le bon niveau de sécurité pour un avion? Doit-on, comme actuellement, effectuer un tri très strict sur certains matériaux (liquides en particulier)?

Sans toutefois être un spécialiste à ce sujet, j’ai l’impression que de se concentrer ainsi que des points de sécurité très précis relève plus du gaspillage de forces que de la véritable sécurité. Lorsque les règles sont précises, elles sont d’autant plus faciles à contourner. Interdire les liquides permet juste de s’assurer que des gens mal intentionnés utiliseront d’autres manières de fabriquer un explosif, une arme ou que sais-je.

Prenons aussi le problème de l’autre côté: suis-je juste parmi la minorité de gens que ces règles ennuient profondément? Est-ce que la plupart des voyageurs ne sont pas gênés du tout par ces restrictions, et ne voyagent finalement pas plus mal maintenant que les liquides sont limités?

Merci d’avance de vos commentaires et expériences… et passez une bonne journée! :-)

66 commentaires
1)
Madame Poppins
, le 13.05.2008 à 00:21
[modifier]

Je suis effrayée par ces restrictions totalement débiles, surtout lorsqu’il s’agit de médicaments, nécessaires au traitement d’une pathologie relativement bien connue comme le diabète et suis vraiment désolée que tout cela soit aussi compliqué pour ta chérie.

Quant aux contrôles sur les liquides dans les avions, je me suis toujours demandée si le génie qui pourrait faire exploser un avion en vol en utilisant de la crème de jour, du dentifrice et une bouteille d’eau existait… Demande aux mères qui donnent le biberon ce qu’elles en pensent : les hurlements d’un petit enfant qui a faim mais dont la mère n’aurait pas pu emporter suffisamment de lait (en bouteille, le lait infantil n’étant pas toujours sous forme de poudre) sont pires que le risque d’attentat…

Quelques mois après les attentats du 11 septembre, j’ai pris l’avion; à l’escale de Singapour, j’ai dû me faire une injection de “produit anti-coagulant visant à m’éviter une trombose” (j’ai oublié le nom du machin). J’avais oublié la petite lingette désinfectante et n’ai rien trouvé de mieux que de me rendre à l’infirmerie de Singapour pour en demander une : j’aurais pas dû ! Le gars était tellement méfiant et réticent à m’en donner une que j’ai bien failli renoncer ou à l’injection ou à la désinfection…. Heureusement, j’avais une ordonnance avec moi, le paradoxe étant que j’ai pu monter dans l’avion sans problème. L’infirmier a dû penser que j’avais en tête de faire exploser l’aéroport !

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un merveilleux voyage, puissiez-vous revenir avec plein de beaux souvenirs. Et je retourne lire l’article dans lequel ta chérie parle de son diabète : j’ai un copain chez qui il vient d’être diagnostiqué et je ne sais pas grand-chose sur ce problème.

Bon voyage,

2)
Saluki
, le 13.05.2008 à 00:25
[modifier]

Cette année, c’est un peu calme sur le front des missions, mais l’an dernier, vous avez pu voir que je suis allé moultes fois au Liban et en Algérie, bien entendu en avion.

Il y a quelques semaines j’ai vidé mon sac à dos, un Samsonite, pour le passer au lave-linge. Il me sert à transporter tout mon fourbi informatique: prises variées, câble antivol, usb, rj45, rj11, etc.

Quelle n’a pas été ma surprise de retrouver mon Laguiole que je croyais perdu…

A part ça, j’ai eu un flic tâtillon qui voulait faire voyager en soute l’accu de mon MacBouc Pro.

3)
Sparhawk
, le 13.05.2008 à 00:56
[modifier]

Eh oui Saluki, c’est à se demander comment les contrôles sont faits. Il m’est arrivé quelque chose de similaire: lors d’un voyage aux Etats-Unis, avec escale en Allemagne, ce n’est que lors du dernier contrôle en Allemagne qu’ils ont détecté un couteau dont j’avais oublié l’existence et qui se trouvait dans mon bagage de cabine durant tous les vols.

4)
Le Zolive
, le 13.05.2008 à 02:14
[modifier]

Ecoute, Sébastien, ce témoignage ne vaut que pour son auteur… C’est à dire que ce n’est peut être pas à suivre comme exemple, mais ça existe! ;-)

J’ai la même maladie chronique que ta femme, mais voyage également, et ce dans des conditions pas toujours optimales. Quand j’ai fait, par exemple, mon reportage au Brésil (au Para, pour être un peu plus précis, je me suis rendu compte que les conditions me rendaient pratiquement impossible le transport de mon insuline… (35 à 45° pratiquement 7/24…)

Du coup, j’en ai parlé avec mon médecin, mon pharmacien, d’autres personnes concernées, et au final, une surprise : l’insuline tient bien mieux le choc qu’on ne le pense! J’ai fait tout mon reportage avec mon stylo d’insuline rapide sur moi, évitant juste qu’il reste en plein soleil, et tout s’est très bien passé. L’autre était soit dans les chambres d’hôtel, soit dans les divers refuges…

Aujourd’hui, je voyage avec mes stylos sur moi (que je ne déclare jamais, d’ailleurs), le reste en soute, sans me poser de question, et il se trouve que non seulement je n’ai jamais senti la différence, mais aujourd’hui, je n’y pense même plus, et mine de rien, c’est un sacré soulagement! :-)

Lise-Marie, je suis à ta disposition pour d’autres renseignements… notamment sur le type d’insuline que j’utilise, pas besoin d’en faire état ici. En espérant que cela puisse t’aider…

5)
martin
, le 13.05.2008 à 02:50
[modifier]

Je rentrai du Burkina Faso avec un ami en février dernier, et ce ne sont pas moins de 7 (oui, sept) contrôles qui nous ont enfin permis d’embarquer. Il faut savoir que l’aéroport de Ouagadougou est minuscule et que la distance parcourue depuis le hall d’entrée jusqu’à la navette (laquelle nous a véhiculé sur à peine 12 mètres de tarmac) doit être de 50 mètres à tout casser. Donc un contrôle tous les 7 (oui, sept) mètres environ.

Le mieux, c’était à Genève, c’est ce tube de dentifrice de 125 ml à moitié vide qu’on a dû abandonner dans un container disposé à côté des rayons X parce que la limite par contenant est de 100 ml…

Et une fois sortis de l’aéroport, les flics nous foutent une paix royale, à nous donner envie de nous procurer une tonne de dentifrice.

Je vais me coucher.

6)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 06:55
[modifier]

Bon.

Je suis d’accord que ça n’est pas pratique pour des gens comme Lise-Marie.

D’un autre côté, il n’y a plus beaucoup d’avions qui explosent depuis quelque temps, et c’est tant mieux.

On croit toujours que ça va arriver à l’autre, mais voilà, pas toujours voyez-vous! Et même quand c’est l’autre, c’est intolérable.

Je pense que ceux que ça ennuie le plus, ces règles strictes (à part les cas spéciaux comme décrits ici, auxquels je n’avais jamais pensé, mais il semble qu’il y ait une solution, suite au commentaire de Le Zolive), ce sont les compagnies aériennes, et les aéroports, qui ont bien plus de travail qu’avant.

Moi, en tant que passager qui déteste l’avion, je suis plutôt satisfait de savoir que l’engin, s’il explose, le fera pour une raison technique, fort rare au demeurant.

Parce que, Madame Poppins, elles semblent peut-être débiles les règles, mais tu veux que les autorités fassent quoi? Qu’elles soient laxistes?

Les débiles, ce sont ces fous qui font tout péter, quelles que soient leurs raisons. Et c’est à cause d’eux que des gens comme Lise-Marie ont ce genre de problèmes. Pas à cause des règlements.

Accusez le mal, pas le remède…

7)
Madame Poppins
, le 13.05.2008 à 07:01
[modifier]

François, quand tu sais qu’on te prend ton baume pour les lèves, ta crème de jour, ton dentifrice, franchement, tu vois le lien, toi, entre attentat et ces objets d’utilisation courante ? Paraît qu’on peut faire exploser un avion avec ça…. Qu’on me prenne le couteau, je veux bien, la crème pour les mains, franchement, je continue à trouver débile. Outre que j’aime pas avoir mauvaise haleine après un long vol et j’aime bien pouvoir me laver les dents au réveil ! De plus, la “solution” proposée par LeZolive, si j’ai tout bien compris (ce qui n’est pas certain), est possible mais pas médicalement “dix huit carats”, non ? Tout le monde n’est pas forcément à l’aise de digresser avec les instructions reçues par un médecin. Finalement, si l’explosion demeure fort rare, j’ai une pensée pour les familles des passagers du vol SR 111…

Sébastien, je pose la question ici, n’étant pas certaine que ton amie aille vérifier sur son article de l’époque s’il y a de nouveaux commentaires : comment le diabète a-t-il été découvert ? Je veux dire par là, je vais bien de temps en temps chez le médecin pour un check mais franchement, pas toutes les années. Que s’était-il passé pour elle ?

Bonne journée à toutes et tous,

8)
pter
, le 13.05.2008 à 07:08
[modifier]

Hello,

Je voyage pas mal en Asie du Sud tout au long de l’annee (Chine, Indonesie, Philippinnes, etc..). Et je suis le premier a m’enerver aupres d’un douanier laxiste! Je suis peut-etre parano, mais la vie et la securite passe avant. Alors perdre 30 minutes a chaque aeroport pour etre sur d’etre en vie (sauf si panne d’avion…) eh bien, moi ca me va!

Ensuite le nonsense, c’est les couteaux – fourchette en inox que l’on donne dans les premieres classes (affaires)….et les bouteilles de verres qui deviennet egalement des armes blanches (tessons)…bref, y a encore du taff pour certaine compagnies.

@+

9)
Sébastien Pennec
, le 13.05.2008 à 07:15
[modifier]

Salut à tous, et merci pour vos commentaires!

Le Zolive, Effectivement, ce témoignage ne vaut que pour nous… et si nous ne déclarons rien, à priori tout se passe bien. Mais si quelqu’un jette un oeil et voit l’insuline, alors qu’elle n’a pas été déclarée, c’est déjà suspect, non?

François: effectivement, il y a une solution, d’autant plus que le diabète est une maladie assez connue, donc normalement, tout doit bien se passer. Cela dit, j’ai l’impression que le remède, pour reprendre tes termes, est peut-être mal choisi: interdire des choses précises plutôt que de trouver des moyens de détecter les gens ou les matériaux dangereux d’une manière plus générique, et donc plus efficace lorsque les gens malintentionnés changent de stratégie.

Madame Poppins: je vais avertir Lise-Marie, elle viendra te répondre elle-même :-)

Bonne journée à tous…

10)
Sébastien Pennec
, le 13.05.2008 à 07:30
[modifier]

pter,

Tout à fait d’accord avec toi, la sécurité passe avant.

Mon propos n’est pas du tout de remettre en cause les mesures de sécurité: elle sont nécessaire, plus maintenant que jamais auparavant.

Ma question est plutôt sur le choix et la mise en oeuvre de celles-ci, et je me demande via cet exemple sur les liquides, si l’on s’y prend correctement ou pas.

11)
ptisuix
, le 13.05.2008 à 08:22
[modifier]

Je trouve impressionnant que tout le monde soit d’accord pour se faire emm… dans un aéroport (parce que des avions explosés par des terroristes, il n’y en a pas eu tant que ça) et que souvent ces même personnes râlent contre les restrictions imposées aux conducteurs (les routes font quand même près de 400 morts, soit un bon gros avion, et 25’000 blessés par an, rien qu’en Suisse).

Je crois que la peur est une bonne chose pour les autorités qui parviennent ainsi à restreindre de ci de là les libertés. Et que si le moindre réseau terroriste veut faire pêter un avion, ce n’est pas ces contrôles qui vont changer grand chose : les trafiquants de drogue se paient des sous-marins valent au bas mots le million de $ pour exporter aux états-unis, et les trafiquants afghans disposent des même moyens financiers. Et avec l’argent, on peut faire beaucoup de choses, si on sait à qui le promettre.

Et là, me vient une pensée farfelue: que n’ai-je entendu ici comme commentaires contre les logiciels super protégés…

Bonne journée et bonne courte semaine.

P.

12)
jeeper
, le 13.05.2008 à 08:26
[modifier]

Pilote et professionnel de l’aviation, je considère que tout ceci tient beaucoup plus de la paranoia qui s’est emparée de certains organismes de sécurité que de la réalité objective. Exemple: certes, les explosifs peuvent être liquides, on a vu des cas récents, mais aussi solides, et revêtir des formes très diverses et anodines …

Le rêve de certains fonctionnaires, champions du monde et grands adorateurs du “principe de précaution absolu = parapluie qui me couvre contre tout” serait de vous faire voyager tout nu et sans bagage … et encore, peut-être pourraient-ils encore prendre peur de certaines plastiques ….”explosives” … ;o)

Bons vols quand même, et malgré les tubes de dentifrices, la crème de nuit ou les biberons des bébés qui sont à bord, l’aviation reste le transport le plus sûr, et de très loin !

13)
pioum
, le 13.05.2008 à 08:33
[modifier]

tout a fait d’accord avec ptisuix.

Je vous trouve bien naif quand a l’efficacité de telles procédures. Comme pour les logiciels super protégés, ca n’embête que ceux qui sont dans leur bon droit.

14)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 08:53
[modifier]

Et là, me vient une pensée farfelue: que n’ai-je entendu ici comme commentaires contre les logiciels super protégés…

Ah mais on est tout de même à un autre niveau d’importance.

Cela dit, tu verras en faisant une recherche que les logiciels superprotégés m’ennuient fortement, mais que j’en veux encore plus à tous ceux qui piratent, qui font que l’on est obligé de passer par ce genre d’emmerdement maximum pour survivre.

Ah, ben j’ai fait la recherche pour toi…

C’est ici que j’ai expliqué comment j’ai failli bousiller un concert, à cause d’une perte de clé de protection, mais à la source, parce que trop de gens ne payaient pas le logiciel.

15)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 08:57
[modifier]

Je vous trouve bien naif quand a l’efficacité de telles procédures. Comme pour les logiciels super protégés, ca n’embête que ceux qui sont dans leur bon droit.

En attendant, des logiciels superprotégés ne sont pas copiés, et les avions n’explosent plus!

Cela dit, les procédures et les protections m’ennuient autant que toi.

16)
pioum
, le 13.05.2008 à 09:01
[modifier]

les logiciels superprotégés ne sont pas copiés? tu réves Herbert… pour les avions j’ai pas de statistique, alors je ne m’avancerais pas.

17)
sui192
, le 13.05.2008 à 09:10
[modifier]

Bruce Schneier, spécialiste américain en la matière appelle tout ce truc le “Security Theater”. Après l’avoir lu régulièrement, il faut bien remarquer que le cirque que nous vivons dans les aéroports sert plus à rassurer nos subconscients qu’à améliorer la sécurité d’une quelconque manière. Plus sous http://www.schneier.com

18)
zombie
, le 13.05.2008 à 10:14
[modifier]

Je viens appuyer le témoignage de mon confrère voyageur diabétique “Le ZOLIVE”

b l’insuline tient bien mieux le choc qu’on ne le pense!

Cinq voyages en Australie, imaginez les conditions dans le désert…Aucun problème avec quelques précautions dont pas d’exposition directe au soleil (évidemment…) et petits sacs isothermes. Par contre problème avec le contrôle de sécurité à Roissy au retour de 34000 KM de voyage et 7 autres contrôles. Une jeune employée, peut-être pas très bien informée ni formée, panique devant les micro-aiguilles de 8 mm dont on ne sent pratiquement jamais la piqûre.

Un quart d’heure de discussions débiles avec tout le service avec par exemple “il faut que les diabétiques soient accompagnés d’un membre du personnel de la compagnie”. C’est bien la France, quand on a pas de loi, tout un chacun s’arroge le droit d’en inventer une qui a l’air de régler le cas qui se présente.

Ceci dit, les choses s’arrangent, maintenant les contrôleurs deviennent beaucoup plus courtois, et ne font plus aucune remarque à propos de notre matériel de survie.

Voyagez sucrés ou non sucrés, mais voyagez.

19)
Guillôme
, le 13.05.2008 à 10:18
[modifier]

Concernant la sécurité des avions, anecdote pas plus tard que hier lors de mon vol retour, j’ai failli me voir interdire un fromage en cabine (et oui, j’avais oublié, fromage = pâte molle = équivalent dentifrice = interdit en cabine…).

Heureusement, vu que c’était un petit vol intérieur avec tous les passagers ayant au moins un fromage, le contrôleur a été souple ;)

Concernant l’escalade des mesures de sécurité, je suis relativement contre. Je pense que trop de sécurité tue la sécurité. On est dans une société où l’interdit prime sur la responsabilité et c’est dommage. Mais il faudrait que j’écrive une humeur entière compte tenu des nombreux arguments pour et contre :D

François, sur les logiciels, tu fais une corrélation qui a toutes les chances d’être fausse (comme celle de la part des marchés et des virus par exemple ;) ).

20)
djtrance
, le 13.05.2008 à 10:28
[modifier]

Ayé, je me suis attardé sur ton article et je trouve cela scandaleux! Sincèrement… Pour de telles raisons, cela ne devrait pas être permis…

D’accord, la sécurité à bord, on est d’accord, mais bon, dans ce cas, avec un stylo, tu peux le planter également… Et pourtant, tu peux voyager avec un stylo…

Alors, la restriction, oui, d’accord… Mais, ne pas oublier les cas “spéciaux”, il y en a toujours, et manque de bol, on pense jamais à eux… Je préconiserais un appel à la compagnie sur laquelle tu t’apprêtes à partir, voir même, si ça coince, à être en relation avec un responsable… Si tu as un papier de la compagnie avec, c’est encore mieux…

Mais, je pense qu’il y a quand même quelque chose prévu pour le diabète, c’est malheureusement bien répandu aujourd’hui…

21)
zit
, le 13.05.2008 à 10:44
[modifier]

sui192, je suis d’accord sur le “security theatre” mais pas sur le but recherché: il faut que les gens aient peur, c’est comme ça qu’ils vont “bien voter”.

Et effectivement, le coup des liquides, c’est risible!

Un couteau comme celui–là, lame de 18,7 cm en céramique et manche en ABS passe sans problème n’importe quel portique à métaux, et une lame en céramique coupe plus qu’un rasoir…

z (tous à poil! je répêêêêêêêête: libérez les corps de leur gangue textile)

22)
Crunch Crunch
, le 13.05.2008 à 10:52
[modifier]

Question 1) Ces règles ne m’ennuies pas (avis personnel, évidement).

Question 2) Je ne suis pas du tout gêné par ces restrictions. Cependant, je ne suis pas diabétique non plus. Et là je suis bien conscient des ennuis que cela dois créer.

23)
Le Zolive
, le 13.05.2008 à 11:00
[modifier]

pour Ptisuix et Jeeper : suis d’accord avec vous. La peur n’engendre pas le danger, en l’occurence, elle le masque en jouant le coup de la grosse parano, une fois de plus.

Surtout que bientôt, on pourra rajouter plein d’autres choses à interdire dans les avions, parce que comme le rappelait pter, entre le verre et les couteaux distribués (en fait, c’est p’tet parce que les pirates n’ont pas les moyens de se payer ce genre de classe…), on pourrait y ajouter… n’importe quoi.

Travaillez un peu les arts martiaux et vous verrez qu’absolument n’importe quel objet de la vie quotidienne peut devenir une arme mortelle. C’est effrayant à quel point c’est facile… :-/

La seule solution pour voyager peinard sans risquer quoique ce soit : tous nus et attachés dans nos siège, endormis de force… ;-)

Sébastien, je laisse toujours mes stylos dans mon sac photo, et l’avantage est qu’il ne sont jamais vus (l’ipod, le compact, le reflex, l’ordi attirent bien plus l’oeil!) et la seule fois où un policier (français, à Roissy) l’a repéré, ça l’a fait marrer que je sois sidéré à ce point et que je le félicite de sa sagacité… :-) Il m’a dit lui-même en avoir l’habitude et d’avoir des consignes relax.

Moi, le seul truc qui m’embête quand je prends l’avion, c’est de ne plus pouvoir garder ma bouteille d’eau avec moi.

24)
Crunch Crunch
, le 13.05.2008 à 11:05
[modifier]

baume pour les lèves, ta crème de jour, ton dentifrice, franchement, tu vois le lien, toi, entre attentat et ces objets d’utilisation courante ?

OUI !!! De nos jour, une substance explosive peut être liquide (ou visqueux)! Ce n’est pas à l’aéroport, qu’il vont analyser un à un les liquides et autres baumes à lèvres, pour savoir si le contenu est réellement le produit de base, OU un explosif quelconque. D’autant plus que des produits inoffensifs, peuvent certainement se transformer en explosifs, s’ils sont mélangés à d’autres produits soit disant inoffensif.

C’est la magie de la chimie Madame Poppins :-) L’interdiction de “TOUS” les produits qui ont l’apparence des produits explosifs, est donc une bonne chose.

Je suis entièrement d’accord avec François. Il ne faut pas se tromper entre la “cause” et l’”effet”…

C’est comme se plaindre du dentiste qui nous “fait mal”, parce que nous avons une carie ;-) C’est quoi le problème. La carie ou le dentiste ?

25)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 11:11
[modifier]

D’abord, pour Pioum, (outre que je m’appelle François et pas Herbert:-)), les logiciels surprotégés ne sont pas copiés. Je ne vais pas les citer ici, mais j’ai des exemples… Allez, ProLexis par exemple (dont la protection ne gêne plus jamais) n’est pas copiable, Point barre.

Ensuite, vous êtes bien gentils. Mais mettez-vous une fois du côté des autorités.

Il se trouve qu’elles doivent prendre des options pour protéger leur population. Certes, si TOI ou VOUS, ça ne vous dérange pas qu’on puisse éventuellement transporter un liquide explosif dans un un avion, parce que vous n’avez pas peur, c’est votre choix.

L’autorité elle doit voir plus large. Donc elle agit, et c’est très bien ainsi.

26)
JeMaMuse
, le 13.05.2008 à 11:22
[modifier]

Les mesures de sécurité actuelles sont une vraie paranoïa. Une fois à bord, il existe une quantité incroyable d’objets qui peuvent être transformés pour devenir potentiellement dangereux.

Il y a quelque temps, j’avais oublié dans mon sac à dos un joli tire-bouchon. Je passe le contrôle à Genève, et le préposé le voit. J’étais aussi étonné que lui. Il m’a demandé où j’allais. Londres lui dis-je. “Ca ne devrait pas poser de problème…” qu’il me répond en le remettant dans le sac. Le plus drôle c’est qu’au retour je l’avais à nouveau oublié dans le sac à dos. Mais à Londres personne ne l’a vu.

En ce qui concerne le matériel de diabétique, j’ai trouvé qu’aux US ils étaient plutôt cool : lors d’un voyage, une agente de sécurité m’a vivement recommandé de bien garder mon matériel avec moi, rien en soute, et surtout de ne pas le perdre. C’était juste avant les restrictions sur les liquides. Mais je serais curieux d’entendre les recommandations de cette personne aujourd’hui.

Enfin, pour celles et ceux concernés par le diabète, il y a une séance d’information prochainement au CHUV.

27)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 11:37
[modifier]

Mais bien sûr qu’il peut y avoir d’autres objets dangereux auxquels nous n’avons pas pensé.

Est-ce une raison pour laisser passer ceux que nous connaissons?

29)
NicoMac
, le 13.05.2008 à 12:18
[modifier]

En ce qui me concerne, je voyage beaucoup et les règles de sécurité ne sont plus qu’une habitude à laquelle je me plie volontiers.

A propos de voyage, je pars ce vendredi pour deux semaines… au Japon :bon voyage à vous deux Sébastien !

30)
Madame Poppins
, le 13.05.2008 à 12:26
[modifier]

Si j’ai bien compris qu’un liquide pourrait être un explosif, est-il pour autant “auto-suffisant” pour faire exploser l’avion ? Ne requiert-il donc aucune autre condition pour le faire “péter” ? Mon échantillon de dentifrice, je veux bien qu’il soit suspect mais admettons que je l’aie remplacé par un explosif, ne dois-je pas avoir d’autres “outils” pour en faire une arme ?

31)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 12:33
[modifier]

pioum, personne n’utilise un ProLexis sans avoir sa licence, en tout cas pas le Grand ProLexis, le petit, je ne sais pas.

Copiable=utilisable pour moi, pas copiable tout court, puisque copier, toute le monde peut le faire. Utiliser ensuite par contre…

32)
Sébastien Pennec
, le 13.05.2008 à 12:41
[modifier]

En attendant, des logiciels superprotégés ne sont pas copiés, et les avions n’explosent plus!

Heu, François: les avions n’explosent plus… à cause de liquides. Mais le jour où un avion explosera à nouveau…

Par contre problème avec le contrôle de sécurité à Roissy au retour de 34000 KM de voyage et 7 autres contrôles. Une jeune employée, peut-être pas très bien informée ni formée, panique devant les micro-aiguilles de 8 mm dont on ne sent pratiquement jamais la piqûre.

Un quart d’heure de discussions débiles avec tout le service avec par exemple “il faut que les diabétiques soient accompagnés d’un membre du personnel de la compagnie”. C’est bien la France, quand on a pas de loi, tout un chacun s’arroge le droit d’en inventer une qui a l’air de régler le cas qui se présente.

C’est justement le genre de cas qui m’effraie un peu. Tu ne sais jamais si tu vas tomber sur une personne compétente et bien formée (comme une fois au départ de Genève l’année dernière) ou sur une personne nettement moins au clair. Et dans ce dernier cas, la situation peut très bien aller jusqu’à l’annulation du voyage.

Je préconiserais un appel à la compagnie sur laquelle tu t’apprêtes à partir, voir même, si ça coince, à être en relation avec un responsable… Si tu as un papier de la compagnie avec, c’est encore mieux…

Pour nous, c’est papier du médecin, en anglais, décrivant en détails le matériel et la manière de le transporter. C’est supposé suffire.

Sébastien, je laisse toujours mes stylos dans mon sac photo, et l’avantage est qu’il ne sont jamais vus

Je pense qu’on va faire quelque chose du genre. Moins on attire l’attention dessus, mieux on voyage.

Je suis entièrement d’accord avec François. Il ne faut pas se tromper entre la “cause” et l’”effet”…

C’est comme se plaindre du dentiste qui nous “fait mal”, parce que nous avons une carie ;-) C’est quoi le problème. La carie ou le dentiste ?

C’est étonnant comme discours. Tu es donc prêt à accepter n’importe quel remède, si le mal est violent? Je ne comprend vraiment pas… C’est évident que la sécurité est très importante, et que le mal en question doit être combattu. Si ton dentiste t’opère sans anesthésie, tu vas accepter le traitement? Juste parce qu’il faut se concentrer sur la cause et pas sur l’effet???

Mais bien sûr qu’il peut y avoir d’autres objets dangereux auxquels nous n’avons pas pensé.

Est-ce une raison pour laisser passer ceux que nous connaissons?

Non, évidemment. Mais n’y a-t-il pas une manière plus générique d’arrêter les gens mal intentionnés, que d’interdire des types précis d’objets? Pour moi, le problème est clair: plus on est précis dans les interdictions, plus il faut interdire, et plus on “aide” les personnes qui souhaitent contourner les interdictions, car elles savent exactement ce qui va passer et ce qui ne passera pas.

Merci à tous pour vos commentaires, je ne pensais pas que ma petite humeur de préparation de voyage allait vous intéresser autant :)

33)
colonel moutarde
, le 13.05.2008 à 12:42
[modifier]

Personnellement, je suis persuadé que toutes ces mesures de sécurité ne sont là que pour augmenter le sentiment d’insécurité des gens. Ainsi, les gouvernements occidentaux (je vous rappelle que la plupart de ces règles absurdes ont été exigées par Washington) peuvent justifier toujours plus de contrôle et de mainmise sur les libertés individuelles en entretenant cette culture de la peur.

34)
levri
, le 13.05.2008 à 12:45
[modifier]

un liquide pourrait être un explosif, est-il pour autant “auto-suffisant” pour faire exploser l’avion ? Ne requiert-il donc aucune autre condition pour le faire “péter” ?

… la pile de ton sonotone ? ;)

35)
Guillôme
, le 13.05.2008 à 12:48
[modifier]

Prochain article sur Cuk, en exclusivité, comment fabriquer une bombe artisanale avec détonateur télécommandé avec un simple MacBook et une batterie Sony ;)

36)
ysengrain
, le 13.05.2008 à 12:49
[modifier]

Je ne vois pas pourquoi les stylos à insuline ne séjourneraient pas en soute dans leur protection thermique. La température y “régulée” puisqu’on y fait voyager des animaux vivants et qui le restent. @ Le Zolive: les collègues médecins et pharmaciens qui t’ont dit que tu ne risquais (j’ai écrit risquais) à ne pas garder l’insuline au froid, ne sont pas d’une compétence irréprochable. Personne ne peut raisonnablement énoncer qu’une protéine, car l’insuline en est une, peut rester à température ambiante sans dénaturation de sa structure. L’efficacité peut ne pas être altérée, mais … un peu de physiologie. La peau est une protection contre les agressions. L’injection d’une substance dans la peau peut générer des intolérances voire une véritable allergie. L’insuline, parce que sa structure est conservée par le froid, est tolérée. Dans le cas contraire, une immunisation contre le produit apparaît. Dans ma discipline, la néphrologie, 168 cas d’immunisation contre l’érythropoïétine on été détectés après qu’une rupture dans la chaîne du froid soit apparue. La publication de ces données a fait que l’utilisation du produit (EPREX ©) a été interdite plusieurs mois. le laboratoire qui commercialise l’Eprex est depuis à genoux.

38)
Sébastien Pennec
, le 13.05.2008 à 12:57
[modifier]

Je ne vois pas pourquoi les stylos à insuline ne séjourneraient pas en soute dans leur protection thermique. La température y “régulée” puisqu’on y fait voyager des animaux vivants et qui le restent.

Bonne question. C’est un conseil qui nous a été donné, mais j’avoue ne plus me souvenir de la source. Médecin, site web, livre, etc… on s’informe pas mal, (en sélectionnant les sources, hein…) mais là je ne sais plus d’où vient l’info.

D’après toi, la soute permet un transport long (13h ou plus) de l’insuline sans problèmes? Tu utiliserais quoi pour protéger les stylos contre les mauvais traitements des bagages? Si un sac/une valise tombe d’un ou deux mètres, ce qui est fréquent, rien de doit se casser.

Cela dit, si tes bagages n’arrivent pas à destination, tu fais quoi? L’insuline que l’on trouve dans le pays de destination n’est pas forcément la même qu’en Suisse et un changement de traitement nécessite une période d’adaptation (nombre d’unités à piquer, etc…). Pas le genre de choses que l’on veut faire en vacances.

Honnêtement, même si l’insuline pouvait être transportée correctement dans la soute, je ne sais pas si j’aurais assez confiance dans les compagnies aérienne pour leur confier l’insuline de mon épouse.

39)
stefb
, le 13.05.2008 à 12:58
[modifier]

OUI !!! De nos jour, une substance explosive peut être liquide (ou visqueux)! … D’autant plus que des produits inoffensifs, peuvent certainement se transformer en explosifs, s’ils sont mélangés à d’autres produits soit disant inoffensif.

Tu pourrais me citer un exemple de produit, facilement transportable, d’apparence inoffensive, et qui soit un explosif?

Si tous ces produits liquides/pateux sont potentiellement dangereux, pourquoi obliger les passagers à les jeter dans une poubelle située à un endroit où il y a beaucoup de monde qui passe?

Bruce Schneier (déjà cité) organise un concours chaque année où les gens peuvent soumettre une idée de scénario catastrophe. En 2007, le sujet était : obliger la TSA (agence de sécurité des avions) à bannir un objet courant: le gagnant a soumis un scénario qui empêcherait d’avoir de l’eau à bord d’un avion: c’est ici: Movie-Plot Threat Contest

Le problème c’est de trouver l’équilibre entre sécurité et liberté. Et de ne pas confondre “impression de sécurité” avec “sécurité”.

Those who would give up Essential Liberty to purchase a little Temporary Safety, deserve neither Liberty nor Safety.

40)
Le Zolive
, le 13.05.2008 à 13:04
[modifier]

Pour ysengrain : Je ne peux constater quand même que même après 3 semaines de chocs thermiques +/- importants, je n’ai eu aucun souci.

Encore une fois, ce n’est que mon témoignage, et donc pas un exemple… En même temps, sachant qu’une cartouche me dure environ une dizaine de jours, ça fait au moins ce temps-là qui court en théorie contre moi. Pourtant, je suis très bien équilibré, et cela fait des années que ça dure.

(sans compter tout le stress en moins… :-p )

41)
ysengrain
, le 13.05.2008 à 13:16
[modifier]

D’après toi, la soute permet un transport long (13h ou plus) de l’insuline sans problèmes? Tu utiliserais quoi pour protéger les stylos contre les mauvais traitements des bagages? Si un sac/une valise tombe d’un ou deux mètres, ce qui est fréquent, rien de doit se casser.

Sous l’angle de la température, sauf information contraire je crois que le transport d’insuline en soute, bien protégée dans les conditions que tu citais dans ton billet, peut se faire.

Cela dit, si tes bagages n’arrivent pas à destination, tu fais quoi?

Je n’ai bien sûr pas de réponse.

bq%Le Zolive%. Pour ysengrain : Je ne peux constater quand même que même après 3 semaines de chocs thermiques +/- importants, je n’ai eu aucun souci. %% L’apparition des anticorps dirigés contre une protéine dénaturée ne se fait qu’après plusieurs injections: c’est le principe utilisée dans la vaccination. Dans les cas que je citais, l’EPO, l’immunisation n’est apparue qu’après plusieurs semaines. Elle a été catastrophique, générant des anémies très sévères et réfractaires à tout traitement.

42)
djtrance
, le 13.05.2008 à 13:21
[modifier]

Quand tu vois comment sont traités les bagages… Tu m’étonnes que tu n’as pas envie de mettre tes doses d’insuline avec…

Lors d’un voyage au Kenya, un mec qui était avec nous a retrouvé sa valise totalement ouverte et démolie sur le tapis à l’arrivée… TOUT était loin! Et c’était à Zürich (petit coup de pub…), autant dire que nous, qui avions quand même rapporté quelques souvenirs, on avait peur!!

Alors, j’ose pas imaginer lorsque c’est quelque chose de vital…! Je suis désolé, du moment que c’est médical, et qu’il y a une lettre du médecin, il ne devrait pas y avoir de problèmes. POINT.

Et ce, méme en Amérique!

43)
Puzzo
, le 13.05.2008 à 13:30
[modifier]

Perso, je me suis toujours pliée de bonne grâce aux interdictions de certains objets pour monter dans l’avion (bon, j’admets en râlant juste de temps en temps).

Pourtant voici ce qui m’a fait changé d’avis. Vol depuis Paris, direction Genève. Nous sommes à l’embarquement et nous donnons tous un à un nos tickets au stewart.

Une dame arrive avec sa valise et des sacs en disant: “Il paraît que c’est à vous que je dois donner ma valiser.” Le stewart surpris: “Non, c’est au check-in Madame”. La dame: “Alors attendez-moi, j’ai mon billet, j’y vais vite et je reviens”. Le stewart : “Mais non, c’est trop tard, le check-in est fermé. Restez-la et nous allons voir ce qu’on peut faire”.

Dans l’avions, nous constatons que les hôtesses comptent et recomptent les passagers. Au bout de 15 minutes, on leur demande quand même ce qu’il se passe. “Nous avons un passager en trop”. En résumé, ils nous ont fait poireauter 1 heure dans l’avion avec un passager en trop, qui pour le coup aurait bien pu avoir une bombe avec lui…, pour finalement découvrir qu’il s’agissait de la fameuse dame qui s’était trompée de vol car elle devait partir UNE SEMAINE PLUS TARD.

Ca veut dire quoi? Que cette dame a pu passer tous les contrôles avec ses valises pleines, elle a pu monter dans un avion sans ticket officiel (juste l’impression de la réservation sur internet) et en plus cette réservation n’était pas à la bonne date!

Il me semble plus dangereux d’avoir une personne non identifié dans l’avion qu’une bouteille d’eau!

44)
Crunch Crunch
, le 13.05.2008 à 13:39
[modifier]

C’est étonnant comme discours. Tu es donc prêt à accepter n’importe quel remède, si le mal est violent?

Je n’ai jamais dis “n’importe quel remède” ?!? Je donnais un exemple de “cause à effet”.

Si ton dentiste t’opère sans anesthésie, tu vas accepter le traitement? Juste parce qu’il faut se concentrer sur la cause et pas sur l’effet???

Je ne sais pas que dire, je ne me suis jamais trouvé dans la situation du patient face à ce problème: La douleur destructrice de la carie, ou la douleur salvatrice du dentiste, puisque nous avons la chance d’habiter un pays ou l’on est soigné correctement. Mais j’imagine que dans certains pays, des personnes sont confrontées à ta question.

Cependant, à voir certains traitements médicaux, je serais tenté de dire oui. Que mes propos ne blesses personnes, j’ai vécu cela de près dans ma famille. Je pense à certaines chimiothérapies, et effet secondaires quelles engendres. Puisque c’est LA seule solution, les effets secondaires sont acceptés…

45)
Crunch Crunch
, le 13.05.2008 à 13:43
[modifier]

Dans tous les cas, il faut résoudre le problème, ou au mieux diminuer l’évolution du problème. L’ignorer serait un crime.

46)
Sébastien Pennec
, le 13.05.2008 à 13:53
[modifier]

Crunch Crunch,

Tu as raison, excuse-moi, tu n’as pas écrit n’importe quel remède.

Je suis juste étonné de lire, de ta part ou de François, qu’il faut plutôt se plaindre de la cause que du remède. C’est évident que la cause est infiniment plus importante, mais est-ce une raison pour ne pas se plaindre du remède, si on le juge inapproprié? Il ne me semble pas. Un remède peut être critiqué quel que soit le mal qu’il tente d’éradiquer.

Dans tous les cas, il faut résoudre le problème, ou au mieux diminuer l’évolution du problème. L’ignorer serait un crime.

Tout à fait d’accord.

47)
ToTheEnd
, le 13.05.2008 à 14:18
[modifier]

Ceci est un vaste sujet que j’aurais aimé aborder dans une humeur…

Ces contrôles ne sont qu’une vaste supercherie et escroquerie. Bien sûr, n’importe quel “expert” qui touche des ronds dans cette affaire viendra dire que depuis que les contrôles ont été renforcés, aucun attentat a eu lieu avec un avion.

C’est d’un pathétique.

On se croirait un peu à l’époque où nos amis CCCP disaient que les gars qui travaillaient sur le toit éventré de Tchernobyl ne risquaient rien qu’à leur “bleu” de travail (du coton de la tête au pieds hein) les protégeaient des radiations.

Dormons tranquille, une bande d’incapables veille sur nous.

Et puis dans certains pays, il faut enlever les chaussures, dans d’autres sa ceinture et dans d’autres encore il faut laisser le l’incapable de service passer un produit sur l’ordi pour voir s’il n’aurait pas été au contact d’explosif.

Si demain un terroriste se fait exploser avec du HMX dans le cul, je me réjouis de voir ce que nos experts en sécurité mettront ont point pour les contrôles…

T (qui a pris 62 fois l’avion en 38 semaines…)

48)
fxprod
, le 13.05.2008 à 14:41
[modifier]

On se croirait un peu à l’époque où nos amis CCCP disaient que les gars qui travaillaient sur le toit éventré de Tchernobyl ne risquaient rien qu’à leur “bleu” de travail (du coton de la tête au pieds hein) les protégeaient des radiations.

et ou nos amis français expliquaient avec force graphique que le nuage radioactif allait passer à coté de la france.

49)
iVince
, le 13.05.2008 à 15:22
[modifier]

François, je souris doucement en te lisant. Pour connaitre un peu le fonctionnement d’une administration, je peux te garantir que le but des autorités administratives n’est absolument pas de “protéger” les citoyens mais uniquement de se couvrir juridiquement en cas de problème.

Tu crois vraiment que le sous-directeur de l’aviation civile qui a pris les arrétés ineptes sur l’interdiction des matières dangereuses dans l’avion avait en tête le seul souci de préserver des vies humaines ? Détrompe-toi cher ami, l’unique but de cette directive absurde était de consituer un parapluie sur la tête de celui qui l’a prise : “ah bon un avion a sauté… mais pourtant vous constaterez que j’ai pris toutes les mesures nécessaires, c’est pas ma faute”.

Toutes les administrations marchent ainsi. On fait descendre des mesures contraignantes sur la tête des administrés pour que les directeurs aient la paix.

Encore récemment, dans mon administration, un génie a mis en place un moyen d’éviter la diffusion par mail de données sensibles. Je vous fais pas le détail tellement c’est risible, inutile et chiant pour envoyer des mails au quotidien mais le résultat est là : le type a pondu sa note administrative, il est couvert, il peut reprendre sa sieste.

Quant aux avions qui n’explosent plus… D’abord une certitude : il en explosera d’autre. Et puis une remarque : combien d’avions ont explosé en vol à cause d’un explosif dans les 50 dernières années ? Pour être prudent, je dirais très peu et si je me laissais aller je dirais aucun.

50)
Crunch Crunch
, le 13.05.2008 à 15:59
[modifier]

Ces contrôles ne sont qu’une vaste supercherie et escroquerie.

l’unique but de cette directive absurde était de consituer un parapluie sur la tête de celui qui l’a prise. On fait descendre des mesures contraignantes sur la tête des administrés pour que les directeurs aient la paix.

C’est peut-être vrai…. Mais à mon avis, la majorités des institutions ne fonctionne pas ainsi. Je me refuse à croire que le monde est tel que vous le décrivez…

Je suis peut-être un utopiste, mais je crois profondément au caractère philanthrope de l’homme ! Encore une fois, je ne fais pas de généralités. Mais je crois sincèrement, que la majorités des humains agissent (au quotidien), pour le bien de l’humanité. J’ose espérer que “se couvrir” par des textes, est le but d’une minorité.

Encore récemment, dans mon administration, un génie a mis en place un moyen d’éviter la diffusion par mail de données sensibles. Je vous fais pas le détail tellement c’est risible, inutile et chiant pour envoyer des mails au quotidien mais le résultat est là : le type a pondu sa note administrative, il est couvert, il peut reprendre sa sieste.

C’est marrant, cela me fait penser à la dernière entreprise (de la région VD), dans laquelle j’ai travaillé. C’était exactement tel que tu le décris. MAIS, cette entreprise n’arrive pas garder ces employés. Les gens s’y sente mal, et partent… Ce qui renforce mon avis que les institutions tel que tu le décris, NE SONT PAS TOUTES AINSI, et que l’homme cherche le “meilleur”.

51)
François Cuneo
, le 13.05.2008 à 16:44
[modifier]

iVince, j’admets que la couverture des responsabilités entre en ligne de compte.

Mais si c’était toi qui étais responsable, je pense que tu ferais pareil. On touche ici au fait que l’on n’accepte plus le moindre accident, la moindre horreur même sans que ça retombe sur un pauvre gars qui n’a rien fait d’autre que d’être responsable de n’avoir pas prévu l’imprévisible.

Faut comprendre aussi!

Cela dit, le but de protéger les citoyens est également présent.

En tout cas chez moi (et j’ai été responsable de l’eau pendant des années dans mon village, avant d’être responsable tout court).

52)
Argos
, le 13.05.2008 à 17:39
[modifier]

Pendant que vous passez une partie de votre temps de voyage aux contrôles,d’autres y échappent en voyageant en jet privé.Et peut-être que ceux qui sont à l’origine des contrôles se trouvent parmi eux.

53)
Caplan
, le 13.05.2008 à 18:10
[modifier]

On se croirait un peu à l’époque où nos amis CCCP disaient que les gars qui travaillaient sur le toit éventré de Tchernobyl ne risquaient rien qu’à leur “bleu” de travail (du coton de la tête au pieds hein) les protégeaient des radiations.

… Ou à l’époque où nos amis capitalistes de Philip Morris nous juraient que la fumée du tabac n’était pas dangereuse ni addictive… Ou à l’époque où nos amis capitalistes de chez Eternit nous faisaient croire que l’amiante était bonne pour la santé…

Milsabor!

54)
levri
, le 13.05.2008 à 18:46
[modifier]

@ Caplan : si tu veux faire une liste exhaustive des fois où d’honorables responsables / dirigeants etc ont pris les gens qu’ils étaient sensés guider et protéger pour des cons, tu pourrais y passer ta vie !

L’exemple de l’URSS en valait d’autres du côté “capitaliste” effectivement, mais on pourrait rajouter les dirigeants religieux, les intérêts corporatistes des “professions nobles” comme les médecins etc … je te dis la liste est sans limite, un exemple suffisait. :D

J’écoute Liar des The Sex Pistols sur l’album Never Mind The Bollocks, Here’s The Sex Pistols

55)
iVince
, le 13.05.2008 à 19:37
[modifier]

Ca me rappelle également cette époque archaïque où des gens faisaient croire à leurs contemporains que des colliers en ambre pouvaient avoir une quelconque influence sur la douleur provoquée par une dent de lait traversant une gencive…

Ne me cherchez plus, je suis sorti très loin…

56)
Madame Poppins
, le 13.05.2008 à 19:52
[modifier]

iVince, bien sûr que le collier d’ambre a une influence sur la douleur, il “soigne”…. la mère ! Et lorsque la mère se porte mieux, Bambin se porte mieux aussi, CQFD !

57)
XXé
, le 13.05.2008 à 21:57
[modifier]

Pas pu tout lire les commentaires alors désolé si je suis un peu redondant.

Je rejoins Jeeper (suis également pilote, privé) et d’autres : une certaine parano s’est emparée de nos instances dirigeantes.
Ok François, ne laissons pas passer n’importe quoi. Mais ne tombons pas dans l’excès inverse non plus.

Voici deux exemples de stupidité dans la sécurité.

1) nos centrales nucléaires, en France, sont “protégées” par des zones interdites de taille variable mais généralement 5 km de rayon (3 km pour la centrale proche de mon aérodrome, sinon on ne pouvait plus décoller !).
Sauf à imaginer qu’un terroriste va respecter cette interdiction (après tout, il peut aussi y avoir des terroristes crétins ! :-D ), cette sécurité est totalement illusoire puisqu’un avion léger ne pourra pas transporter assez d’explosifs pour faire de sérieux dégâts et qu’un avion de ligne, en admettant qu’il soit sous contrôle de tarés, mettra une vingtaine de secondes pour traverser cette zone de “protection”. Même si on admet qu’un avion d’armes soit prêt à aller l’abattre, il faudrait qu’il tourne en permanence autour de chaque centrale pour avoir le temps de réagir…
En fait, ces zones interdites ne font que compliquer la vie des pilotes lambda et même mettent leur sécurité en jeu lorsque la météo est un peu limite et qu’on navigue dans la vallée du Rhône par exemple.
Ah oui, il y a une centrale en Alsace qui est protégée par cette zone interdite. Mais comme elle est située juste sur la frontière avec l’Allemagne, ladite zone n’existe que… côté français ! Messieurs les terroristes, faites donc le tour et vous serez en règle ! :-D

L’autre exemple me paraît encore plus sympathique.
Certains pilotes d’une compagnie aérienne X avaient l’habitude de prendre une thermos remplie de soupe pour leurs journées de vol.
Plus de liquides à bord = plus de soupe.
Bien entendu, personne, n’a semble-t-il, imaginé qu’un pilote qui voudrait faire péter son avion n’avait rien d’autre à prendre avec lui que… lui-même ! Il lui suffit de pousser sur le manche et hop, tout le monde sera ad-patres…

Bref : pour pluss de sécurité dans les avions, il suffit de supprimer les passagers et les pilotes.
Hop.

Didier

58)
Madame Poppins
, le 13.05.2008 à 22:08
[modifier]

Didier, je suis estomaquée qu’on puisse refuser un thermos de soupe à un pilote, c’est pour moi l’illustration de la bêtise en matière de sécurité.

59)
Caplan
, le 13.05.2008 à 22:19
[modifier]

Didier, je suis estomaquée qu’on puisse refuser un thermos de soupe à un pilote…

C’est parce qu’il est sensé maintenir l’assiette de l’avion!

Milsabor!

60)
XXé
, le 14.05.2008 à 00:47
[modifier]

Didier, je suis estomaquée qu’on puisse refuser un thermos de soupe à un pilote, c’est pour moi l’illustration de la bêtise en matière de sécurité.

Nous sommes bien d’accord !
Quoique, sait-on jamais, une soupe au choux ça pourrait présenter des risques d’explosion…
:-)))

C’est parce qu’il est sensé maintenir l’assiette de l’avion!

:-D
J’expliquerai ça aux pilotes de cette compagnie ! :-))

Didier

61)
RLL
, le 14.05.2008 à 07:26
[modifier]

Grande nouvelle: hier j’étais à Heathrow, et ils ne demandent plus de sortir le PC du sac. Apparamment on revient au bon vieux temps, ou on savait “voir” un PC à travers un sac. Par contre, on enlève les pompes. Donc mieux vaut les tongues (ou les mocassins dans mon cas) que les Rangers ou les cuissardes.

62)
ToTheEnd
, le 14.05.2008 à 09:03
[modifier]

C’est peut-être vrai…. Mais à mon avis, la majorités des institutions ne fonctionne pas ainsi. Je me refuse à croire que le monde est tel que vous le décrivez…

Je suis certain qu’il y a encore des gars qui croient au père Noel… il faut de tout pour faire un monde de moutons.

T

63)
chtito
, le 14.05.2008 à 11:06
[modifier]

Les mesures de sécurité dans les avions sont ridicules et inutiles, ça devrait être évident pour tout le monde. Mme Poppins et d’autres le disent d’ailleurs très bien. En outre, ce règlement anti liquide ne s’applique, que je sache, uniquement aux US et en Europe (sous la pression des États-Unis). J’ai voyagé en Afrique et en Asie avec des bonnes bouteilles d’eau fraîche bien remplies sans qu’on me prenne pour un terroriste. Aucun avion n’a explosé pour autant dans ces régions !

J’ai peur quand je voit qu’on promulgue des règlements idiots et une bonne partie de la population opine sans réfléchir. Surtout quand il s’agit de “sécurité”. Il faut plus d’esprit critique dans notre société. Merci à tous ceux qui râlent contre cet absurde règlement anti-liquide dans les avions !

Enfin, pour ceux qui croient qu’on prend leur sécurité au sérieux : avez vous pensé qu’il n’y a pas le moindre contrôle dans les stations ou gares ultra bondées des grandes villes ? On ne peut pas avoir un cure-dent sur soi dans un avion mais on peut traîner 20 kg de dynamite dans n’importe quelle gare. Qui s’en soucie ? Personne. Et c’est tant mieux!

Pour ceux qui veulent rigoler un coup : Le Pilote et la suite

64)
ToTheEnd
, le 14.05.2008 à 12:46
[modifier]

Content de voir qu’il n’y a pas que des moutons… mais encore une fois, ce site ne reflète malheureusement pas la population dans son ensemble.

T

65)
Nihao
, le 14.05.2008 à 15:49
[modifier]

Ouais ces controles sont de plus en plus “debiles” j’ai vu des gens se faire confisquer des coupes ongles ! En plus il faut sans arret faire la queue pour montrer son passeport puis enlever sa ceinture, ses chaussures, etc … Pour les medocs ca craint effectivement si on ne peut emporter que le minimum necessaire au temps de vol … encore un truc pondu par un enarque ou equivalent, et les retards ? et les bagages qui arrivent une semiane apres ? Sinon j’ai bien aime Hong-Kong, je lui ai trouve un charme particulier, j’ai trouve ca tres vert par rapport a l’idee que j’en avais… J’ai aussi tres envie d’aller au Japon Quelques photos sur Honk-Kong

66)
Okazou
, le 15.05.2008 à 04:25
[modifier]

Si un type (ou une poignée de types) veut, aujourd’hui, s’emparer d’un avion en vol et réitérer le coup du 11 septembre, il le fera. Il le fera sans couteau, sans cutter, sans d’autre arme que ses mains et sa folle détermination. Aucun contrôle n’y changera rien. Au contraire, au lieu de risquer d’avoir à faire à des zozos retournables, on aura désormais droit à des types entraînés qui auront bien préparé leur affaire. Prochaine étape : des gardes armés dans les avions. Ça ne changera rien non plus. Escalade, quand tu nous tiens…

Imaginer que les vols sont plus sûrs depuis l’apparition de la batterie de contrôles, c’est se leurrer. Un mal de notre époque. Un autre genre de folie tant on tient, quoiqu’il en coûte en matière de liberté (un prix inacceptable pour un démocrate), à fuir le réel pour croire au premier discours officiel venu, à la première autorité venue. C’est tellement rassurant, n’est-ce-pas ?

colonel moutarde-33 nous dit que la fonction vraie de ces contrôles est d’« augmenter le sentiment d’insécurité des gens » et justifier sur ce sentiment d’insécurité (bien entretenu), cette « culture de la peur » qui entraîne « toujours plus de mainmise sur les libertés individuelles ». Je me range à son raisonnement qui se dégage si bien des croyances de l’esprit du temps.

On arrive donc aujourd’hui à transformer certains hommes en moutons acceptant (voire recommandant) la soumission au berger nommé autorité.

Aussi ai-je aujourd’hui le grand honneur (et le petit avantage) d’annoncer (d’avouer ?) solennellement à cette digne assemblée que l’autorité, je l’emmerde. J’emmerde l’autorité depuis tout petit et je cesserai de l’emmerder quand je serai mort. Pas avant.
L’autorité, ça n’a aucun sens. Ça n’avait aucun sens hier, ça n’a aucun sens aujourd’hui et ça n’aura aucun sens demain.
L’autorité, c’est un képi sur la tête d’un crétin ; je changerai d’avis lorsqu’on m’assurera qu’aucun crétin ne porte képi. L’autorité, ça déclare la guerre que tu vas devoir faire ; l’autorité, c’est la mère de l’obéissance aveugle ; l’autorité, c’est la défroque de l’impuissant ; l’autorité, ça rend con ; l’autorité, ça se confère d’un coup de tampon sur une carte officielle ; l’autorité, ça raisonne à ta place ; l’autorité, ça ignore ton : « Pourquoi ? » ; l’autorité, ça ne se conteste pas, c’est in-dis-cu-ta-ble ; l’autorité, c’est l’embryon de la tyrannie ; l’autorité, ça te met à genoux au nom…de l’autorité. Mais tu peux résister.

Car si l’on est homme, on ne se rend qu’à la raison. L’homme de qualité se rend aussi à l’amour. Mais jamais au grand jamais à l’autorité, cette gueuse, cette chienne de garde qui nous chique les mollets quand on sort de la ligne de la pensée con-venue.

Bon, on attend le prochain hi-jacking (t’as vu comme je maîtrise ?) et on en reparle… des illusions entretenues. Mais entretemps, de grâce ! cessons de chanter l’air de la bêtise (tu sais, celui qui commence par : « Bêêêêêê… »), on l’entend trop souvent ces temps-ci.


« Pour avoir quelque autorité sur les hommes, il faut être distingué d’eux. Voilà pourquoi les magistrats et les prêtres ont des bonnets carrés. » Voltaire