Profitez des offres Memoirevive.ch!
« Allez, Mamie, prends ton sac ! »
Vous la connaissez peut-être. L'armée du salut sonne à la porte d'Alfred "est-ce que vous avez quelque chose à donner aux bonnes oeuvres ?" Là, Alfred hoche la tête, se retourne vers l'intérieur de l'appartement et crie "allez, Mamie, prends ton sac, tu pars !"

Bon, d'accord, elle n'est pas forcément très drôle, cette plaisanterie, mais elle illustre assez bien le sentiment que j'ai : les "vieux", on les met trop souvent de côté. Et cette mise à l'écart commence alors qu'ils sont en réalité encore jeunes : après avoir exercé sa profession durant quarante ans, voire plus, le salarié se voit remercié pour les bons et loyaux services rendus à son employeur par une verrée, quelques amuse-gueule, un discours mou de son supérieur hiérarchique, un bouquet de fleurs qui lui encombre les mains et des accolades de la part des collègues, envieux pour certains, "tu viendras nous dire bonjour de temps en temps, hein, t'as de la chance, tu vas échapper au stage de team-building la semaine prochaine !"

Rares sont les entreprises qui gardent à l'esprit que ce nouveau retraité possède un know-how qui ne peut être acquis par aucun diplôme et qu'il est au bénéfice d'une expérience qu'aucune école ne peut transmettre à ses élèves; nombreux sont en revanche les employeurs qui laissent tout simplement partir cette personne qui a une connaissance importante de la vie de la société. Connaissance dont elle pourrait faire bénéficier les "jeunes". Lesquels n'ont souvent pas conscience que le bon usage d'un blackberry n'est pas garant de succès dans les affaires. Moralité, lorsque les petits fours ont été mangés et lorsque le vin est devenu tiède, ce collaborateur quitte pour la dernière fois les locaux de l'entreprise.

Et du jour au lendemain, lui qui consacrait fréquemment plus de quarante heures par semaine à son travail dispose de plus de quarante heures par semaine de temps libre ! Pour qui voit son appareil photo se couvrir de poussière, faute de temps pour l'utiliser, pour qui aimerait suivre des cours d'italien mais qui, en raison d'un horaire de travail trop irrégulier doit y renoncer, la perspective d'avoir autant de loisirs est agréable. N'empêche, j'ai la conviction que cet important changement dans la vie n'est pas forcément aussi simple à gérer que l'on se l'imagine.

J'ai donc entré "préparer sa retraite" dans google et quelle ne fut pas ma surprise : ces mots-clé, peut-être mal choisis, vous conduisent vers moult sites, certes, mais parlant tous uniquement... d'argent !

Bien sûr, l'aspect pécuniaire de la retraite est très important, les démarches pour obtenir le versement des différentes caisses pouvant être assez fastidieuses mais l'argent à lui seul ne fait pas le bonheur : une fois cet aspect réglé, il se pose aussi, je crois, la question de savoir comment cette personne va organiser ses journées, comment elle va faire pour se construire autrement que par son boulot, se définir autrement que par les fonctions qu'elle occupait.

L'espérance de vie atteignant dans de nombreux pays plus de 80 ans, je pense qu'il vaut largement la peine de voir cet "après-boulot" comme un nouveau départ, comme une nouvelle tranche de vie à saisir et non pas comme une fin ou comme une parenthèse d'une durée indéterminée avant la mort.

Forte de ma conviction que la retraite, ce n'est pas juste l'euphorie de pouvoir enfin faire des grasses matinées, j'ai changé les mots-clé : "cours préparation retraite". Ils m'ont permis de trouver évidemment d'autres sites, qui n'ont toutefois pas réellement répondu à mes attentes : franchement, "coaching evolution", ça vous fait envie, vous ? Pour ma part, la réponse est clairement négative : après avoir été "coaché" pour apprendre à gérer son temps, pour mener une équipe et/ou des entretiens conflictuels, après avoir été coaché pour faire face à des situations de crise, le retraité n'a certainement pas très envie d'être "coaché" une nouvelle fois.

Comme je papote de la crise des deux ans, de la varicelle ou de la notion d'autorité avec des mères francophones sur différents forums, je me suis dit qu'il devait bien se trouver l'équivalent pour les retraités. C'est évidemment le cas ("forum discussion retraite") mais j'ai appris que la retraite active, c'est "les plus de 50 ans" ! Doit-on en déduire que le "déclin" professionnel commence déjà à cinquante ans ?

Bref, j'ai multiplié les recherches un peu dans toutes les directions, avec des mots-clés classiques ("après vie professionnelle") ou très simples (dont "retraite", qui m'a conduit dans un monastère), sans pour autant trouver le site qui me donnerait envie de me réjouir de ma retraite. Vous me direz que ça tombe bien puisque selon une certaine vraisemblance, je vais travailler encore plus de vingt ans.

Et lorsque sonnera pour moi l'heure de la retraite, je pourrai peut-être bénéficier de votre expérience : comment imaginez-vous cette retraite qui arrive plus ou moins bientôt ? Comment l'avez-vous abordée ? Comment la vivez-vous si elle a déjà commencé ?

22 commentaires
2)
zit
, le 23.06.2008 à 00:27
[modifier]

Ouais, c’est mal fichu, ce système, la retraite, ça devrait être entre 20 et 30 ans, pour découvrir le vaste monde quand on a encore les mollets qui vont bien, pour approfondir les langues et “voir du pays”…

Quand à moi, au train ou vont les choses, en France (une année de plus à travailler tous les ans pour une retraite à taux plein), c’est pas demain la veille que ce sera la quille…

z (de toute façon, je ne suis pas pressé, je répêêêêêêête : encore plein de choses à faire)

3)
levri
, le 23.06.2008 à 00:38
[modifier]

j’hallucine un peu … faudrait il des cours pour apprendre comment vivre sa retraite ? (pour que nous la vivions tous dans les normes et de la même manière, je suppose)

J’écoute Old Man de Neil Young sur l’album Fuck Me ‘Cause I’m Stoned

4)
THG
, le 23.06.2008 à 06:32
[modifier]

En tout cas, ça fait presque 20 ans que je ne bosse plus en France mais je me souviens d’un commentaire intéressant d’un de nos députés, dont j’ai oublié le nom,il y a quelques années, qui déclarait que le plus gros problème avec les entreprises, c’est qu’elles avaient tendance à considérer les employés comme un fardeau, alors, qu’en réalité, c’est la vraie richesse de la compagnie.

Je suis content de bosser en Suisse parce qu’on ne m’a jamais demandé une pile de diplômes + une étude grapho + la couleur de mes slips, mais de démontrer ce que je pouvais apporter au poste proposé et à l’entreprise.

Et j’apprécie cette différence de mentalité.

5)
Le Corbeau
, le 23.06.2008 à 08:27
[modifier]

L’espérance de vie atteignant 80 ans… On se calme Mme Poppins, il n’y a pas que des femmes dans le monde. après avoir travaillé jusqu’à 65 ans, il ne me restera que 10 ans à vivre en moyenne, et, à mon avis, les 2-3 dernières seront enfermées au mieux chez moi, au pire dans une maison de retraite !

Quand à mon entreprise, ce qui l’intéresse, c’est justement les jeunes avec blackberry qui donnent l’impression à nos vieux dirigeants d’être à la pointe de la gestion et leur ôte , de ce fait, tout sens critique.

6)
Roger Baudet
, le 23.06.2008 à 08:35
[modifier]

Dis, Madame Poppins, n’es-tu pas encore un peu jeunette pour parler de ce qui est encore si loin de toi ?

La seule fois où j’ai angoissé, c’est lorsque j’ai reçu dans ma boîte au lettre une proposition d’abonnement pour une journal “destiné aux aînés” !

Rassurez-vous jeunes gens, j’ai la cinquantaine bien entamée et plusieurs copains à la retraite. Personne ne se plaint ! Il faut dire que, comptez bien sur vos doigts, je fais partie de la génération des “soixante huitards” (sous les pavés la plages, il est interdit d’interdire, etc.), un groupe social qui n’a pas besoin de “coaching” pour organiser son temps !

La retraite, je m’en réjouis, mais ne suis pas pressé. Inutile de me proposer un stage au nom anglophone pour apprendre à gérer cette période de ma vie. Alors relax et bonnes vacances !

7)
Leo_11
, le 23.06.2008 à 08:47
[modifier]

La retraite, bien qu’elle soit dans 10 ou 15 ans… je n’y pense même pas… mais je peux imaginer, comme l’a fait un de mes ancien client qui avait fait l’acquisition d’un superbe motor-home, visiter les endroits que je n’ai pas eu le temps de visiter durant mes jeunes années… d’abord le monde, puis lorsque je serai vieux et fatigué… la Suisse…

Entre le jardinage du potager, la pêche, la peinture la sculpture ou la photo… je pense que je devrais trouver de quoi me distraire…

Mon père en est à 20 ans de retraite… ben il s’occupe plutôt bien… il est plus stressé que lorsqu’il travaillait… quoique depuis que ma maman a disparu voici une année et demi environ… il s’ennuie ferme quand-même…

Je pense que si les entreprises ne font rien pour leurs anciens c’est pas grave et ce n’est pas leur rôle… de plus ça me gonflerait probablement dêtre pris en charge par un boîte qui m’a exploité durant tant d’années :oD … mais lorsque ces anciens sont abandonnés par leur(s) enfant(s) sous prétexte qu’il(s) n’a (ont) pas le temps… c’est le début de la fin de cette société…

8)
Philob
, le 23.06.2008 à 08:51
[modifier]

Heureux hasard que ce billet; j’ai passé la cinquantaine et, en l’espace de deux semaines, j’ai reçu trois coups de fil de différents organismes qui voulaient m’envoyer un “prédateur” pour m’entretenir de mon 3 ème pillier. Je dois donc faire partir des futurs pré-retraités qu’il faut absolument tondre avant qu’ils soient à la retraite (alors qu’actuellement je n’arrive même pas à payer mes impôts, comment encore économiser ?).

Je n’y pense pas du tout à la retraite, car qui peut dire aujourd’huis qu’elles retraites (certainement au pluriel) il y aura dans 10 ans. Je vais juste essayer de ne pas avoir de dette et si possible être propriétaire avant ma retraite.

Mon père a 81 ans et l’hiver passé nous avons, comme chaque hiver, skié ensemble, vive la retraite!

9)
Caplan
, le 23.06.2008 à 09:01
[modifier]

Le travail, la retraite… Tout ça renvoie au sens de la vie en général (à quoi sers-je, où cours-je, dans quel état j’erre?…)

Donner un sens à sa retraite va de pair avec donner un sens à sa vie. Pour certains, travailler comme un fou n’a pas de sens, à part le désir de travailler comme un fou pour oublier tout le reste. Evidemment, ça pose un problème à la retraite…

Milsabor!

10)
benoit
, le 23.06.2008 à 11:11
[modifier]

La retraite ? Dans deux ans et je l’attends avec impatience. J’aurais travaillé pendant 40 ans, je me serai amusé au boulot presque tout autant mais j’avoue que je n’ai plus du tout le meme plaisir.

Je n’ai plus envie de faire des tableaux de reporting, je n’ai plus envie de vérifier que mes “objectifs sont atteints”, je n’ai plus envie de prouver quoi que ce soit face à des jeunes qui n’ont qu’une pensée “vivement qu’il se casse le vieux” et qui n’ont pas du tout envie de se voir transmettre un héritage culturel (mais j’étais comme cela à leur âge).

Oui je me sens encore jeune dans ma tête et c’est dès maintenant que je veux en profiter. Qui sait dans quel état je serais à 70 ans ? Et si je vais encore bien, tant mieux, je continuerais à en profiter. Les livres, le cinéma encore plus que maintenant, le jardin, les enfants, les (peut-être) petits-enfants rempliront déjà une bonne partie de l’année.

Mais comme je suis bien conscient que cela n’est peut-être pas suffisant alors j’ai rejoint une équipe municipale, qui a été élue cette année, et à laquelle je pourrais me consacrer pleinement.

Finalement, le travail gêne énormément pour pouvoir faire toutes les choses intéressantes de la vie !

Je compte les jours…

Benoit

11)
languedoc
, le 23.06.2008 à 13:58
[modifier]

J’ai eu un triple privilège :

– exercer un métier qui me plaisait – pouvoir prendre ma retraite à 57 ans – occuper ma retraite – j’ai 73 ans ! – très agréablement : mise en pages, conférences, bricolage…

12)
jpp
, le 23.06.2008 à 14:33
[modifier]

J’ai eu beaucoup de chance : j’ai travaillé dur dans un groupe qui a toujours rêvé de virer ses + de 50 balais (t’as plus le look coco…) en changeant de métier tous les quatre ans en moyenne. Quelques dispositions particulières m’ont permis de partir à la retraite assez jeune et de pouvoir m’investir dans pleins de sujets ce que mon activité professionnelle très prégnante m’interdisait. Bref, je manque de temps! Photo, vidéo, recherches, études, site internet (un quasi mi-temps depuis 2 ans), actualités scientifiques, connaissance de la flore, le mac et son environnement, sont au menu. Et comme j’adore communiquer et essayer de partager modestement ces quelques connaissances, je donne quelques conférences deci-delà (Vietnam, changement climatique, les métamorphoses des paysages jurassiens du jurassique à nos jours : les trois conférences actuelles). Ajoutez un zeste de potager, histoire de manger le plus sain possible, et la boucle est bouclée…

13)
Iris
, le 23.06.2008 à 16:30
[modifier]

“Quand on travaillait, on n’avait pas une minute, maintenant qu’on est à la retraite, on n’a pas une seconde…”

C’est la devise des quelques retraités que je côtoie et je tâcherai de m’en inspirer le moment venu!

14)
ToTheEnd
, le 23.06.2008 à 17:27
[modifier]

Quelle idée… ça me paraît tellement évident de savoir quoi faire quand j’aurai du temps que je pourrais prendre ma retraite demain! Franchement, tu me donnes la moitié de mon salaire demain pour les 40 prochaines années, je signe de suite!

Pour le chapitre sur les vieux qui en connaissent un rayon, j’abonde. Malheureusement, nous sommes dans une région où le vieux est moyennement apprécié, à la maison comme au boulot. Pour avoir côtoyé pas mal de vieux ici, je dois bien avouer que pour la plupart, ils n’étaient pas très “partageurs” et pas très “drôles”. Le Japon est (pas seulement dans cette catégorie) très différent.

Bref, vivement la retraite mais d’ici à ce que j’y arrive, la limite aura certainement été rehaussée de quelques années!

T

15)
François Cuneo
, le 23.06.2008 à 18:00
[modifier]

Quelle idée… ça me paraît tellement évident de savoir quoi faire quand j’aurai du temps que je pourrais prendre ma retraite demain! Franchement, tu me donnes la moitié de mon salaire demain pour les 40 prochaines années, je signe de suite!

Ah moi, avec la moitié de ton salaire, je signe aussi!:-)

Cela dit, je vous jure que je me réjouis, je ne vous dis pas comment, de pouvoir enfin faire ce que j’ai vraiment envie de faire…

17)
levri
, le 23.06.2008 à 19:23
[modifier]

Je serais assez d’accord avec 2- Zit, d’ailleurs j’ai fait ma première retraite à 10 ans pour ma communion (et oui, “on” m’a mal élevé).

10 ou 20 ans de retraite avant de prendre le collier d’esclave économique, ce ne serait sûrement pas une mauvaise idée ! :D

J’écoute Captain’s Holiday de Captain Beefheart sur l’album Blue Jeans And Moonbeams

18)
ysengrain
, le 23.06.2008 à 19:54
[modifier]

comment imaginez-vous cette retraite qui arrive plus ou moins bientôt ?

Je ne peux répondre pour l’instant qu’à la première question: en avril 2011, je quitterai le monde du travail. j’ai eu la chance de pouvoir exercer mon métier de manière assez indépendante, en n’ayant que les contraintes liées à la gestion des patients dont j’ai la charge. Je n’ai pas de supérieur direct (à l’exception d’une Zezette connue ici). Je peux choisir mon emploi du temps. Il y a longtemps que je songe à cette période post-boulot. Ma tête est organisée pour ça: je ne quitterai pas totalement le monde médical, Internet me permettra de rester au contact de la spécialité que j’exerce. J’ai aussi assez de “distractions”: lutherie, musique, photo. J’essaie de voir en ce moment comment je pourrais dispenser ce que j’ai appris dans des pays qui n’ont pas encore mis en oeuvre les techniques que je maîtrise. Par ailleurs, il est redoutablement triste d’observer comment notre société traite les gens qui ne produisent pas. Autre sujet de “tribulations” ou de billet, chère MP

19)
Saluki
, le 23.06.2008 à 21:48
[modifier]

Je ne vois pas la différence.

Depuis ma “retraite” je n’ai pas arrêté de travailler: honoraires au lieu de salaire, puisque je ne peux plus être salarié de ma boîte. Oui MA boîte, celle que j’ai créée avec deux poignées de cerises quand, à cinquante balais, j’ai été foutu dehors parce que “trop vieux, trop cher pour être DG”.

Mais je mets quand même la pédale douce, sauf que, …à partir de lundi dernier, je dois redresser une grosse boîte en dépôt de bilan. Les trente-cinq heures sont/seront donc en trois jours. Mais, ce coup-ci je ne raterai pas la cukday puisque je ne suis pas loin de la frontière.

Le directeur informatique, sans doute un esthète, à qui je demandais ce qu’il pensait du mac m’a répondu que c’était “une toupie pour amuser les lopettes”. Depuis qu’il a vu ce que je sortais de ma sacoche, il se demande s’il va être repris dans la nouvelle société… Ça c’est un plaisir que je n’avais pas avant d’être consultant ;°)

20)
levri
, le 23.06.2008 à 22:01
[modifier]

Le directeur informatique, sans doute un esthète, à qui je demandais ce qu’il pensait du mac m’a répondu que c’était “une toupie pour amuser les lopettes”. Depuis qu’il a vu ce que je sortais de ma sacoche, il se demande s’il va être repris dans la nouvelle société…

J’espère que tu as eu la présence d’esprit de lui sortir un truc du style “ça tombe bien je suis homo …” ou équivalent ? :D

J’écoute When I Was On Horseback de Steeleye Span sur l’album Ten Man Mop

21)
Anne Cuneo
, le 23.06.2008 à 22:14
[modifier]

Je ne vois pas la différence.

Depuis ma “retraite” je n’ai pas arrêté de travailler: honoraires au lieu de salaire

Moi idem. Et la plupart du temps, je n’ai pas une seconde.

22)
dulrich
, le 25.06.2008 à 09:04
[modifier]

Je pense que le système de retraite devrait être un peu modifié… Plutôt qu’un départ brusque à 65 ans (ou 63) celui-ci devrait être progressif… Un départ étalé sur 5 ans en perdant 1 jour de boulot par semaine par exemple. Cela pourrait profiter aux entreprises qui gagneront en expérience et en passage de relais. Maintenant il faut que ce soit optionnel ;)