Profitez des offres Memoirevive.ch!
Excel 2008 (Office aussi) sensible aux polices

J’ai assez rouspété sur Excel 2008 et sa lenteur.

Je me dois de vous informer sur une petite manipulation afin que le programme devienne tout à fait utilisable sur nos Macs.

J’ai reçu cette semaine le mail suivant de Jean-Pierre:

Je viens de résoudre (il me semble) un problème que j’avais avec ce cher Office 2008, c’est-à-dire une lenteur exaspérante, tant sur mon MacBook Pro (2×2.4, 4GB de RAM) que sur mon iMac (même configuration). Comme il me semble me souvenir que tu avais le même problème, je te passe l’info.

J’utilise FontAgent Pro, et j’en étais resté à la version 3. Je suis passé à la version 4, ce qui a été l’occasion de mettre un peu d’ordre dans mes polices. Je ne sais pas ce qui a été le plus efficace, du changement de version ou du nettoyage (de printemps… ). Maintenant, Word lance aussi rapidement que la version 2004 (c’est bien la moindre, comme on dit). Excel également. Je n’utilise pas de gros fichiers avec Excel, et je ne sais donc pas comment ça se passerait dans un tel cas.

Jean-Pierre

Franchement dit, je n’y croyais pas.

En effet, je sais que Word met un temps pas possible pour faire de l’ordre dans les polices à chaque lancement, mais après, je pensais que quel que soit le nombre de polices chargées, le programme allait à la même vitesse.

Eh bien je me trompais.

En effet, j’ai lancé mon Lintoype FontExplorer X ( gratuit et testé ici par Blues) et… oh purée, plus de 1000 polices ouvertes (toutes déclinaisons comptées, ce qui fait en réalité environ 200 fontes différentes à vue de nez)!

C’est que j’en ai fait des essais, entre les différents gestionnaires de polices…

Bon, je désactive tout et…

Bingo, Excel devient hyper rapide.

En fait, après une petite recherche et quelques essais supplémentaires, je vois qu’une police (au moins) devait gêner le programme, parce que selon la “moitié” des polices que je réactivais, le programme se comportait tout à fait convenablement, et selon l’autre se traînait comme un veau qui n’avait pas envie de retourner vers sa stabulation libre.

J’aurais pu faire des recherches pour cibler de plus en plus le coupable, mais finalement, j’ai décidé aussi de faire de l’ordre, et je me trouve maintenant avec 221 fontes actives (sachant que toutes les déclinaisons de chaque police sont toujours comptées (gras, italique, et j’en passe)), ce qui fait que mon système doit être bien allégé.

Donc voilà.

Vous me direz que c’est de ma faute tout ça, qu’au lieu de gueuler contre Microsoft, je ferais bien mieux de faire le ménage chez moi.

Pas tout à fait d’accord.

S’il est évident que j’avais bien trop de polices actives, tous les autres programmes fonctionnaient parfaitement bien avec ce choix.

Pourquoi depuis tant d’années, Microsoft nous embête-t-il tellement (pour rester poli) avec sa gestion des polices de caractères?

Mystère…

25 commentaires
1)
jeanb2
, le 12.04.2008 à 01:37
[modifier]

En effet, je sais que Word met un temps pas possible pour faire de l’ordre dans les polices à chaque lancement

Oh, hé, arrête ton char! “un temps pas possible…” chez moi l’ouverture de Word prend très exactement 13 segondes… (iMac, 2.16 GHz, 3GB ram).

2)
François Cuneo
, le 12.04.2008 à 07:17
[modifier]

Tu as très peu de polices alors.

De tout temps, Word “optimise” le menu Polices, et c’est ce qui retarde son lancement dès qu’on en a un certain nombre, ce que ne font pas les autres logiciels.

Et 13 secondes, sur une machine rapide, pour un traitement de texte, ce n’est pas court cela dit.

3)
Franck_Pastor
, le 12.04.2008 à 08:16
[modifier]

Et comment ça se fait qu’Excel traite autant de polices ? En tant que tableur, le nombre de polices qu’il utilise devrait être assez réduit, non ?

4)
marcsublet
, le 12.04.2008 à 11:30
[modifier]

Ce n’est pas seulement Office qui réagit mal à un trop grand nombre de polices/une typo corrompue.

De son temps, les produits Macromedia n’aimaient pas du tout ça (Director en particulier qui plantait au démarrage… jusqu’à ce que je fasse le lien avec la font incriminée)

C’est idem avec Illustrator, il rame dans la semoule si la liste de polices est trop grande.

Mais je trouve que la gestion des polices est un des gros points noir d’OSX.

5)
Sadique de la forêt
, le 12.04.2008 à 11:57
[modifier]

En fait, après une petite recherche et quelques essais supplémentaires, je vois qu’une police (au moins) devait gêner le programme, parce que selon la “moitié” des polices que je réactivais, le programme se comportait tout à fait convenablement, et selon l’autre se traînait comme un veau qui n’avait pas envie de retourner vers sa stabulation libre.

Héhé, la campagne qui t’entoure déteint sur ton language, mon cher François. Ça doit bien faire marrer les élèves, là-bas, à la ville…

6)
Blues
, le 12.04.2008 à 12:24
[modifier]

Sans entrer dans les détails de fonctionnement de M$ Office 2004 / 2008, mais en parlant uniquement gestion de fontes concernant votre système et tous vos softs en général…

LE BUT ULTIME POUR MOI EST D’ALLÉGER ! Perso dès l’installation d’un nouveau système et des applications effectué… après quelques semaines, une fois que tout tourne plus ou moins bien, voici comment je pratique

—-

1. je vire toute les fontes inutiles (= que je n’utlise pas régulièrement) dans les 4 ou 5 dossiers concernés

y compris dans le dossier system/biblio/fontes (en admin -> attention “be careful” -> = laisser les indispensables pour que le syst. tourne

Pour info, dans Mac OSX 10.5, le minimum conseillé (polices «protégées») à laisser dans system/biblio/fontes est :

Geneva.dfont

Keyboard.dfont

Helvetica.dfont

LastResort.dfont

HelveticaNeue.dfont

LucidaGrande.dfont

Monaco.dfont

Pour simplifier la gestion, je laisse le dossier “user/biblio/fontes” entièrement vide (= pourquoi ne pas partager TOUTES vos fontes avec d’autres comptes en les déposant dans Biblio/fontes ?) Pour moi, le “user/biblio/fontes” est un dossier égoïste.

Vous l’avez compris, mon minimum de fontes est donc déposés presque uniquement dans Biblio/fontes (à part bien sûr le dossier spécialisé d’Adobe)

NB: depuis MacOS 10.5 et les MacIntel, le dossier système d’OS9 classic a disparu = un dossier de moins à gérer

2. une fois ce nettoyage drastique effectué (= reste le minimum légal) je n’injecte les fontes supplémentaires qu’avec un utilitaire de chargement de fontes en externe (dans mon cas uniquement qu’avec le fabuleux et gratuit FontExplorer X (Nb: j’ai acheté et testé Font Agent Pro il y a 2 semaines, j’en suis mécontent = ou quand le gratuit fait aussi bien voir mieux que le payant).

Voilà en gros: autant bosser avec système léger, que de gain de temps à l’ouverture des softs, gestion des menus police (dans les softs) bien plus ergonomique, etc … presque que des avantages ! Désavantage: et s’il manque de temps en temps une fonte ou deux (ou si un soft en demande, hop je les recharge… plutôt que d’avoir toujours tout à disposition en même temps ! = que de charge pour le système.

—-

Ci-dessous, pour être plus explicite en mode images… quelques copies d’écran:

Mon principe de fonctionnement

mon jeu de fontes minimal dans biblio/fontes

jeu de fontes minimal dans system/biblio/fontes

Font Explorer X – Polices chargées en externe et possibilités de visualiser des fontes non activées – avant de se décider si on l(es) active(s) – ou non –

—-

A propos de gestion de fontes, de conseils, etc… (pour les intéressés) QUELQUES LIENS

je vous propose de lire

Gestion des fontes dans OSX (de Kurt Langen / en anglais)

puis, ceux écrit par votre serviteur bi-bi

Gestion des fontes dans OSX (il y justement un paragraphe nommé : Evitez de charger trop de fontes !)

L’utilitaire FontExplorerX

—-

Extensis le développeur des utilitaires “Suitcase” et “FontReserve”, met à disposition un PDF qui donne des trucs et astuces pour la gestion des fontes dans OSX

7)
jeanb2
, le 12.04.2008 à 15:40
[modifier]

Tu as très peu de polices alors. … Et 13 secondes,… ce n’est pas court cela dit.

1. J’en ai quand même 170 (familles)

2. Tu rigoles : 13 secondes c’est long!

Ceci dit, 170 ou 200 polices est-ce vraiment raisonable ? Si c’est pour se vanter du nombre, on peut en ajouter beaucoup plus. Si c’est pour travailler on peut en retirer un très très gros paquet. Sauf bien sur pour un graphiste qui se spécialise dans la typographie. Sinon, sincèrement, dans le travail quotidien combien de fontes emploies-tu ? 10 ou en étant très généreux 20 tout au plus!

As-tu utilisé une fois la Britannic Bold, ou la Calibri et tant d’autres ? moi, non mais elles sont installées on ne sait pas trop comment, par qui et pourquoi!

9)
nic
, le 12.04.2008 à 17:10
[modifier]

Quand il y a un problème de police, il faudrait un signal d’alerte fait “sting”!

eh eh eh ;-) ils sont bientot de retour! à zurich, apres le magnifique concert de septembre dernier à geneve

ciao, n

10)
Franck_Pastor
, le 12.04.2008 à 17:17
[modifier]

Oh purée, il m’en a fallu du temps pour la comprendre, celle-là !!!

11)
Inconnu
, le 12.04.2008 à 18:00
[modifier]

@Blues : bonjour Roland… Je dois être béni des dieux mais FontAgent Pro 3.3.2 fonctionne très bien sur ma vielle machine (et je n’ose pas indiquer le nombre de fontes actives sous peine de me faire lyncher) De plus FA “range” très proprement les typos, lance celles qui me manquent instantanément quand j’ouvre un fichier qui en éprouve le besoin.

Dernier point, FEX que tu plébiscites comme d’autres amis reste le bras souriant — et efficace — de Linotype et de sa boutique en ligne. Pour ma part, je passe par nombre de petites fonderies indépendantes ou, accessoirement, par Myfonts (…qui, certes, est une émanation de Bitstream). Bref, le payant me permet aussi d’échapper au contrôle amical de Linotype.

@François : salut, le truc que j’ai indiqué il y a qq semaines m’aide également à charger Excel plus vite mais il est vrai que je ne l’utilise que pour lire quelques tableaux expédiés par mes clients…

Enfin, je tiens à rebondir sur ta remarque pleine de bon sens en fin de billet… Que l’on nous explique pourquoi les produits de Microsoft sont les seuls à s’étouffer dès que l’on dépasse une dizaine de typos…?!

Amicalement

12)
Blues
, le 12.04.2008 à 19:55
[modifier]

@ JCC Pour FontAgent, j’ai dit mécontent (dans mon cas) et pas qu’il ne fonctionnait pas; je ne le déconseille donc pas. Il faut dire que j’employais FEX depuis si longtemps que j’ai préféré conserver mes habitudes ;-)

Par contre il est vrai que quand il existe un gratuit qui fait aussi bien que Font Explorer X et qui est largement suffisant pour le 80% des utilisateurs, pourquoi vouloir acheter un équivalent ? Le reste n’est qu’une question d’habitude d’emploi. Les pros qui utilisent des produits comme Suitcase, Master Juggler, Font Reserve, Font Agent, etc. sont je pense tout aussi convaincu que moi qu’ils emploient le “bon” produit. Concernant le “contrôle amical de Linotype”. A) on est pas si sûr qu’un gendarme rôde et 2) et même si, pour quelqu’un qui n’a rien a se reprocher, c’est pas si grave.

Les produits de Micro$oft ne pas sont les seuls à avoir des problèmes quand trop de fontes sont installées. J’ai dépanné une version d’Indesign (CS2) sur un Mac en 10.4 la semaine passée; elle plantait dés qu’on la lançait. On a fait le ménage dans les fontes et hop tout est rentré dans l’ordre. Ok les produits Adobe sont moins sensibles, mais quand le système est “surchargé” de fontes c’est tous les softs qui ont de la peine à se lancer; d’où prendre l’habitude de bosser avec un minimum syndical, n’est je pense pas un mauvais conseil.

13)
djtrance
, le 12.04.2008 à 20:41
[modifier]

Quoi??? 13 secondes pour ouvrir Office? Mais c’est la mort, sérieux! Avec les bécanes qui existent aujourd’hui…

Et puis, il faut quand même noter que toute la gamme Adobe scanne l’intégralité des polices activées, alors, s’il y en a 1000, bonjour la lenteur!

Mais, merci pour les précisions François, c’est bien d’être revenu sur ton article ;)

14)
François Cuneo
, le 13.04.2008 à 00:02
[modifier]

François : salut, le truc que j’ai indiqué il y a qq semaines m’aide également à charger Excel plus vite mais il est vrai que je ne l’utilise que pour lire quelques tableaux expédiés par mes clients…

Oups! Je ne l’avais pas vu cet article! Désolé… D’ailleurs. je ne le trouve pas. Il est où???

15)
Inconnu
, le 13.04.2008 à 00:11
[modifier]

Et bien merci François ! Je viens de faire le test : désactivation de 512 polices sur 562 au total. Word 2008 a mis un temps fou à se lancer (environ une quinzaine de secondes) mais c’est moins que les vingt-cinq (!!!) nécessaires d’auparavant.

Vive Petit Logiciel………..

16)
VRic
, le 13.04.2008 à 05:39
[modifier]

Pourquoi depuis tant d’années, Microsoft nous embête-t-il tellement […] Mystère…

Il n’y a rien de mystérieux, ils sont mauvais, c’est tout. Une part non négligeable des prétendus “bugs” de logiciels MS sur Mac ne sont pas du tout des bugs mais des défauts de conception dûs à l’incompétence des développeurs ou de leurs chefs. Un peu comme ce que les connaisseurs reprochent à Windows (d’être conceptuellement défaillant, pas juste “buggé”).

Quand MS Office est seul à foirer avec Spaces, ce n’est pas un simple bug qui aurait pu arriver à tout le monde, c’est que quelqu’un chez MS a estimé judicieux de réinventer la roue plutôt que de laisser comme tout le monde le système afficher les fenêtres. Parfois un développeur prend ce genre de décision pour par exemple dépasser les performances des routines standard, mais personne n’a jamais soupçonné MS d’être plus rapide que les autres sur Mac. On peut “corriger” le problème après coup, mais on pouvait aussi au départ ne pas perdre de temps à développer des réponses aberrantes à des questions qui n’existaient pas et, en alourdissant le code, augmenter mathématiquement la probabilité de problèmes.

Quand une mise à jour met 5 minutes à échouer à trouver Word ailleurs qu’à un endroit précis qu’elle se garde bien de mentionner dans son dialogue d’erreur abscons et alors que la doc d’origine proposait l’installation manuelle n’importe où, ce n’est pas juste un bug. C’est que ces ânes ignorent toujours après plus de 20 ans qu’ils peuvent en une ligne et une fraction de seconde demander au système l’emplacement de Word où qu’il se trouve et quel que soit le nom que lui ait attribué l’utilisateur, comme le savent de simples amateurs.

S’ils ignorent même ça, comment faire confiance au reste de leurs compétences éventuelles? Où doit-on supposer que cesse leur incompétence? N’est-il pas plus simple de jeter le merdier, se faire rembourser, ne plus jamais leur parler? Comme on ferait avec tout autre fournisseur.

Pour le novice, un éditeur “connu” est a priori au-dessus de tout soupçon, ou en tout cas hors de son champ d’évaluation; mais en apprenant on remarque l’incompétence lorsqu’elle se présente. On peut raisonnablement supposer que quelqu’un de plus compétent en remarque encore plus souvent ou dans des domaines plus avancés: l’incompétence, quand elle dure depuis plus de 20 ans même sur des trucs à la portée d’un utilisateur avancé, ce n’est plus un problème de personnes, c’est une culture d’entreprise.

C’est méchant de dénigrer les braves gens de la MacBU qui sont certainement bien intentionnés et même brillants, mais c’est une évidence quand on est confronté à la démonstration répétée de leur ignorance parfois volontaire d’un fond commun que les autres développeurs Mac maîtrisent sans avoir pourtant leur longue “expérience” sur Mac.

Certains indices placent Adobe sur la même pente, c’est inquiétant. Pour l’instant ça semble affecter principalement leurs installeurs, mais le type qui fait ça, il est si fantastiquement incompétent qu’il finira bien par monter en grade. Le jour où il devient chef, on est dans la merde.

17)
Blues
, le 13.04.2008 à 10:10
[modifier]

Je viens de faire le test avec ma configuration privé comme montrée en “copies d’écran” (voir au milieu de mon commentaire 6) de “polices minimum syndical”.

Config Hardware: PPC G5 2×2, 6 Gb de RAM

Config Software: MacOS 10.5.2, pack M$ Office 2004 full

Temps de lancement, prêt à cliquer dans un fichier

Word: 3 secondes

Exel: 2 secondes

Power Point: 3 secondes

Voilà-voilà, bon il s’agit d’office 2004, ok, mais tout de même, c’est bizarre ? je suis largement au dessous des valeurs annoncée dans vos commentaires. Sans tenir compte des fontes minimales, le PPC processeur G5 et surtout la grande quantité de RAM (6gb) seraient responsable de ces valeurs 7 à 10 X inférieures ?.

A titre de comparatif: Adobe Illustrator CS3 qui est l’appli qui prends le plus de temps à se lancer met 18 secondes !!!

C’est vrai aussi, que lorsqu’on a beaucoup de RAM, c’est très agréable: on lance les applis importantes une fois pour toute en début de journée, et après on est tranquille.

18)
Inconnu
, le 13.04.2008 à 12:24
[modifier]

@Blues… Roland, que je sois contrôlé ne me gène pas, chacun claque son fric où il le veut et moi dans dans les typos (!!!), ce qui me gène est que l’on soit incité à passer par leur guichet. Ensuite, je m’interroge de plus en plus en plus sur le gratuit qui est devenu “aussi” une manière subtile de tuer les concurrents…

19)
infisxc
, le 14.04.2008 à 10:43
[modifier]

Pour moi, le “user/biblio/fontes” est un dossier égoïste.

Je peux pas te laisser dire ça. C’est parce que tu es administrateur et/ou seul utilisateur de ta machine que tu as ce regard là. Sur un système multiutilisateur, seul l’admin a le pouvoir d’aller installer des nouvelles polices dans /system/biblio et /biblio. Et pour des tas de raisons, il peut ne pas vouloir en installer beaucoup (toute la discussion d’aujourd’hui le montre). Mais quand toi, pékin moyen, utilisateur du système comme peut-être 50 autres personnes as envie d’utiliser la-super-police-que-ma-grand-mère-a-dessiné-pour-mon-anniversaire, tu es bien content d’avoir ce mécanisme du /user/biblio pour pouvoir l’utiliser. Parce que tu ne connais pas forcément l’admin et parce que même si tu le connais, il n’a pas forcément envie d’installer ta police.

C’est toute la force des systèmes vraiment multi-utilisateurs ce mécanisme : n’importe quel utilisateur peut réellement faire ce qu’il veut avec la machine, sans qu’il soit nécessaire de lui donner les pouvoirs de super-utilisateur.

20)
Blues
, le 14.04.2008 à 15:35
[modifier]

@ infisxc … tu as tout à fait raison, du moins pour les environnements où les gens ne se connaissent pas ou peu, où alors dans le cadre d’une politique d’entreprise restrictive (par ex. nombre de package de fontes insuffisant pour l’emploi par tous) .

Par contre dans mon cas (et celui de la plupart des users Mac que je connais – qui correspondent à une moyenne représentative -) voici la vision adoptée

Privé: les comptes de ma famille et de mes amis… ils ont le droit d’employer toutes les fontes à disposition

Entreprise-pro: les fontes sont achetées par package permettant à (presque) tous les comptes d’êtres employées.

Evidemment pour les quelques cas de fonte(s) “unique”; celles-ci sont déposées quelque part chez le “user (session)” qui (les) l’installe par le biais de son gestionnaire… elles restent donc invisibles / inactives par une autre session.

Il faut tout de même noter que : … Et pour des tas de raisons, il peut ne pas vouloir en installer beaucoup (toute la discussion d’aujourd’hui le montre)… qu’un gestionnaire de fontes sert justement a activer “par session” la quantité de fontes désirées. Donc pas de problème de gestion quantitative par user/session… à chacun de faire son ménage ;-) (On pourrait même approcher ce fonctionnement d’un dossier user/biblio/fontes, puisque les gestionnaires installent les copies des fontes “à activer/désactiver” dans leur propre dossier généré au niveau de chaque user – à part que toutes les fontes sont disponibles, puisque je préconise de mettre les “originales” à la racine du disque -> voir mon comment. no 6)

Voilà pour ma vision… du moins tant que mes divers environnements (et les impératifs prof.) me permettront de pratiquer de la sorte.

21)
Nouwanda
, le 17.04.2008 à 18:19
[modifier]

Le point du profane (qui se prend pour un génie de l’informatique car il croit avoir saisi comment on peut mettre en gras un texte.

Tout d’abord : spéciale dédicace à Caplan/Milsabor pour son signal d’alerte qui fait Sting. Permettez moi de signaler que Mme Poppins faire sur son blog aujourd’hui une apologie du bide qui mérite le détour. Passons

Alors pour faire simple, j’ai débarqué sur Mac il y a 3 ans maintenant et il y a encore à mes yeux des éléments obscurs. Toutes ces histoires de polices en son une. En fait, si j’ai bien tout compris, il hésite des logiciels dont la raison d’être est la gestion des polices ? C’est fascinant, j’imagine que les éditeurs et graphistes en ont besoin. C’est incroyable une gestion aussi pointue de son système, il est vraiment possible d’améliorer les performances de sa machine avec ce genre de truc ?

Pour ma part je tourne sur un vénérable (G4 1,5 ghz avec 768 de ram (NB : je suis passé sur mac avant le passage sous Intel, j’y croyais moi (là je réclame des félicitations en fait)), avec Nisus writer express en traitement de texte par défaut (Merci Cuk sur ce coup d’ailleurs). Serait-il possible pour moi d’obtenir le même genre d’amélioration que celle obtenu par Blues ? Tant que de question, ok je sors.

Bonne soirée à tous Nouwanda

ps : il serait possible d’avoir une petite explication d’ordre général sur tout ça, juste d’un point de vue vocabulaire par ex (Fontes = vocabulaire de l’imprimerie ?)

ps 2 : je vous l’avait dit c’est le point de novice

ps 3 : non j’suis pas encore passé au blueray (oui juste un prétexte pour un bide dsl)

22)
levri
, le 17.04.2008 à 19:10
[modifier]

@ 21. Nouwanda : je pense que “fonte” ça vient de l’époque pas si lointaine ou l’offset n’existait pas et où les caractères d’imprimerie étaient fondus. Une “fonte” devait désigner un ensemble de caractères de la même police et taille.

Pour la petite histoire l’alliage de plomb et antimoine utilisé était recherché par les utilisateurs d’armes à feu, car parfait pour fondre les projectiles … :P

J’écoute Washington Bullets de Clash sur l’album Clash On Broadway

23)
fabricepsb
, le 18.04.2008 à 18:07
[modifier]

Le terme « fonte » vient du fait que les premières fontes de caractères étaient faites d’un alliage de plomb et d’antimoine fondu afin de reproduire plusieurs caractères identiques à partir d’un moule unique.

source Wikipedia

24)
levri
, le 18.04.2008 à 19:30
[modifier]

@ 23. fabricepsb : bah, c’était donc bien ça et j’étais ptet même plus complet que wiki ;)

25)
xgonin
, le 29.04.2008 à 23:09
[modifier]

Il semblerait qu’en rennomant le fichier FontCacheTool, en rajoutant un tilde (~) devant, les softs de la suite Office 2008 sont beaucoup plus rapide d’ouverture, sans qu’on aie à désactiver des polices.

Et si ça ne devait rien changer, il suffit alors de remettre le nom d’origine aux fichiers.

Pour ma part, avec 436 fonts et le fichier renommé, Word 2008 se charge en 15 secondes….