Profitez des offres Memoirevive.ch!
Test Express de « Adobe Photoshop Express »

WebApp?

Keskeceksa?

Vendredi, en faisant un tour sur DPreview, je suis tombé sur cette nouvelle: Adobe propose une beta de “Adobe Photoshop Express”, il suffit de se rendre à cette adresse pour s’inscrire et utiliser le logiciel.

A peine cette annonce faite, la polémique (Victor) fait rage sur un des termes du contrat de licence qui dit (citation de DPreview):

“The site’s terms and conditons, which appear to grant Adobe the right to re-use and license, potentially for profit, the images uploaded to public areas of the site”

En gros, Adobe s’arrogerait le droit d’utiliser, et de s’approprier les images publiées grâce au logiciel, pour éventuellement en tirer du bon argent! Finalement, grâce à des internautes qui ont le temps de lire les contrats en petites lettres, et qui ont râlé en masse sur le forum dédié, l’équipe des développeurs a promis que non, finalement, ça allait être retiré, un peu glauque comme pratique… Bien tenté! et à suivre…

Revenons à nos moutons: “Adobe Photoshop Express” est une RIA (Rich Internet Application), à savoir, un logiciel qui ne s’installe pas sur votre ordinateur, mais qui tourne dans n’importe quel navigateur internet, sur n’importe quelle plateforme. Développé avec
Flex, le framework OpenSource maison permettant justement de développer ce genre de produit (ne m’en demandez pas plus là dessus, je n’y connais rien, je me contente de paraphraser l’article de DPreview…).

Même une vielle version de Camino (version 1.0.6) fonctionne, Firefox 2.0.0.11 fonctionne, Safari 3.1 aussi et Opera 9.26 itou…

Et on fait quoi, avec?

Il s’agit d’un logiciel simplissime pour éditer et mettre en ligne, sous forme de galeries, vos images. Ses possibilités très faibles sont en fait son point fort: il s’adresse à Roger Cuneo ou à Mââââme Poppins, des utilisateurs d’ordinateurs qui n’ont pas ni l’envie, ni le temps d’apprendre à utiliser des logiciels complexes de traitement d’image, juste vite fait bien fait, sans se poser de question…

Tout d’abord, il faut s’incsrire, un petit formulaire classique à remplir (Flash 9 est requis), et hop:

image

La fenêtre d’accueil nous propose en option “quick start” d’envoyer des photos… bonne idée! vu que l’on dispose, pour commencer, de 2 Go d’espace disque.

Après l’ouverture d’une fenêtre du finder pour choisir les fichiers à envoyer…

image

L’envoi peut commencer

Voilà ce qui se passe quand c’est fini (c’est assez rapide, pourvu que l’on ait une bonne connexion en upload):

image

Les images sont dans une galerie, à l’arrière–plan.

Si tout se passe bien…

image

Pasque si l’on essaye d’envoyer des images issues d’un appareil “pro”, voilà ce que l’on obtient comme message. Enfin d’un appareil qui a beaucoup de pixels (4000×4000 pixels selon la boîte de dialogue, mais une image issue d’un D200, soit 3872×2592 pixels ne passe pas non plus…).

Bon, c’est clair que ce service s’adresse à l’amateur de base, mais il faudrait dire aux gars de la mercatique que les compacts grand public actuels vont jusqu’à 13 megapixels, soit 30 % de plus qu’un D200…

image

Voilà l’affichage avec les vignettes en petite taille (on remarquera l’interface en deuil, bien à la mode).

image

La même chose en bougeant le curseur de taille des vignettes vers le maximum (en haut à droite).

A noter que la transition est très rapide, mais il faut dire que les images sont minuscules “optimisées ouaibe”, de 20 à 63 ko (très fort pour ça, Graphic Converter, mais un certain SmallImage n’est pas mauvais non plus, pour faire perdre des “kilo” superflus à nos photos).

image

En mode visionneuse (ça me fait penser à un truc que j’ai testé récemment…).

image

Le troisième mode de visualisation permet d’obtenir des information sur les photos. En face de la vignette, on trouve: le nom du fichier, le nom de l’album dans lequel il se trouve, les dates de prise de vue, d’envoi et de modification, ainsi que la taille de l’image, largeur, puis hauteur en pixels et les étoiles de classement.

Dommage, toujours cette orientation très “amateur” du logiciel ne nous donne apparemment pas accès aux EXIFS.

image

Et un mode diaporama, assez basique…

Le petit bouton tout en haut à droite permet de passer en mode “plein écran”, s’affranchissant complètement de l’interface du navigateur, bien plus confortable pour travailler, mais ça aurait fait de trop grandes copies d’écran à vous montrer.

Pour se retrouver dans l’interface, une petite “bulle d’aide contextuelle” s’affiche dès que le pointeur s’immobilise sur un bouton ou un outil; classique, mais bien pratique pour débuter.

Le mode “édition”.

Après avoir cliqué sur le petit bouton en bas, au milieu (le petit crayon), on se retrouve dans la fenêtre où l’on va pouvoir modifier ses images, trois palettes sont à notre disposition:

image

Les outils de base

  1. “Crop & Rotate” (recadrer et rotation), simple et efficace, avec l’affichage d’une grille pour mettre son horizon bien droit.
  2. “Auto Correct”, qui fait un peut ce qu’il veut.
  3. “Exposure” qui permet d’éclaircir ou de foncer son image.
  4. “Red–Eye Removal” pour corriger les yeux de lapin que n’aura manqué de produire le flash intégré du compact.
  5. “Touchup” une sorte de tampon simplifié.
  6. “Saturation” permet, comme son nom l’indique, de doser la saturation des couleurs.

image

L’outil “Crop & Rotate” (recadrage et rotation), simple et efficace

image

Le mode “Auto Correct” donne des résultats pour le moins “surprenants”...

image

L’outil “Touchup” (tampon), pas très pratique à utiliser quand on est habitué au tampon du grand frère.

image

Les trois petits carrés bleus en bas à gauche permettent de gérer la taille d’affichage de l’image: à gauche, zoom moins, à droite, zoom plus, au centre, ajuster à l’écran. En mode zoom plus, comme ici, une vignette permet de naviguer dans son image.

image

La palette d’outils “Tuning”. Permet de faire des réglages simples.

  1. “White Balance” comme son nom l’indique permet d’ajuster la balance des blancs.
  2. “Highlights” optimise les hautes lumières.
  3. “Fill Light” “rempli” les zones surexposées.
  4. “Sharpen” pour l’accentuation
  5. “Soft Focus” pour adoucir, flouter légèrement.

Je ne m’étendrais pas trop sur ces outils, je les trouve bien trop peu paramétrables pour que l’on puisse vraiment en faire quoi que ce soit de correct, mais bon, ça peut toujours dépanner…

image

La palette d’outils “Effects”. Pour des effets spéciaux “spectaculaires”.

  1. “Pop Color” permet de sélectionner et de modifier une couleur dans la photo, alors que toutes les autres teintes passent en niveau de gris.
  2. “Hue” pour modifier toutes les teintes de l’image.
  3. “Black & White” passe l’image en niveaux de gris.
  4. “Tint” va coloriser toute l’image en une seule teinte.
  5. “Sketch” va transformer l’image en “tableau”, comme si ça avait été peint.
  6. “Distort” permet d’appliquer des tortions et rotations à une portion d’image.

Dans tous ces outils, le même type de fonctionnement: l’image de base à gauche ou au milieu, et les variantes proposées dans une sorte de “time–line”, très peu (ou pas du tout) d’options de réglage fin.

image

“Pop Color” ne garde qu’une couleur, sélectionnée par la pipette, et passe le reste de l’image en niveaux de gris, résultats spectaculaires (et du meilleur goût) garantis.

image

“Hue” (cocotte) propose quelques variantes de couleurs. (sobre et élégant ;–)

image

“Black & White” permet de passer en niveaux de gris. A noter que les trois premières variantes me semblent être simplement chacune des trois couche en niveau de gris, les autres donnant de meilleurs résultats, plus par une désaturation je crois.

image

“Sketch” transforme la photo en dessin, avec plus ou moins de bonheur, ici, je trouve qu’il s’en sort très bien. On a tout simplement affaire à un savant dosage de plusieurs filtres, genre “Plâtre” + “Bas Relief” + “Néon” (je raconte n’importe quoi, ça fait partie des trucs que je n’utilise jamais dans Photoshop, je suis photographe, moi, pas graphiste!).

image

“Distort” permet de s’amuser au dépens de tante Ursule ou de pépé Gudule. Ici, de nombreux réglages possibles: cinq types de distorsion différentes, avec à chaque fois, un bouton permettant un réglage précis de l’effet.

image

Désolé, j’ai pas pu m’empêcher de vous pondre cette horreur… OYE COMO VA, MI RITMO, OYE COMO VA…

Des outils bien simples, peu nombreux et pas trop paramétrables… En même temps, compréhensibles en trois minutes par un enfant de trois à nonante–neuf ans.

Grand absent à mon avis, un outil simple d’édition de texte, et peut–être aussi la possibilité de faires quelques flèches, comme dans ImageWell ou dans Skitch. Dommage aussi de ne pas pouvoir redimensionner une image pour une taille “écran”, la plupart des APN d’aujourd’hui proposant des tailles d’images bien trop grandes.

Par contre, un bon point pour la “virtualisation” des modifications: dès que l’on effectue un changement sur une image, une petite case cochée apparaît à côté de la fonction choisie, dans la palette, il suffit de décocher la case pour revenir à l’étape précédente, et de la recocher pour appliquer à nouveau l’effet! On se croirait dans Nikon Capture NX. Le grand frère ferait bien de s’inspirer de ce principe bien pratique: on fait ses modifications, et quand on est satisfait du rendu, on lance les calculs finaux…

Publier.

Après avoir bien trafiqué ses images, Photoshop Express propose de les faire admirer au vaste monde, avec un mode “Publishing” aussi simple qu’efficace.

image

Quand on se trouve dans un “Album” (sélectionné dans la colonne de gauche), le bouton “Share Album”, en bas à gauche permet donc de partager le fruit de son dur labeur.

image

Il nous demande quand même si l’on est certain de vouloir montrer nos horreurs à tout le monde.

image

Quand c’est fait, on se retrouve dans une fenêtre qui nous donne l’URL de nos galeries, où l’on peut “tagger” sa galerie, lui donner une description (oui, je sais, il n’y a qu’un “n” à Ana Popovic).

Photoshop Express sait aussi se connecter chez “Facebook”, “Photobucket” et “Picasa” pour aller y chercher ses propres images. Ayant une ou deux galeries chez Picasa, j’ai tenté la chose. A peine un clic sur le bouton et:

image

Y z’ont pas l’air d’être au courant, chez Google! Voire même légèrement suspicieux…

Nonobstant, après avoir accepté, j’ai eu la surprise de retrouver directement dans Photoshop Express mes galeries Picasa, sans même qu’il me demande où elles pouvaient donc se trouver ni me demander le moindre mot de passe! J’en suis réduit à supposer qu’il a été chercher ça grâce à mon adresse email chez Gmail, sacré détective, ce Photoshop Express! On nous observe…

image

Ma première galerie chez Picasa…

image

La deuxième, intégrée dans l’interface de Photoshop Express…

Une fois là, on peut évidement éditer les images et enregistrer les changements. Un bel exemple d’interconnexion. Maintenant, faudrait qu’ils arrivent à trouver un accord avec Yahoo! pour permettre la même chose avec les galeries Flickr…

N’ayant pas de compte ni chez “Facebook” ni chez “Photobucket”, je n’ai évidement pas testé ces options…

Conclusion

Pour une version Beta, ça fonctionne déjà très bien. Si certaines opération sont assez lentes (chargement d’une image de la galerie vers le mode édition), on a affaire à un logiciel assez agréable à utiliser et plutôt rapide. L’upload est aussi assez rapide, maintenant, je suis loin d’avoir rempli les 2 Go proposés, et il faut voir si, avec quelques milliers d’images ça ne perd pas un peu de nerf…

Les contre:

  • Taille maximale des images limitée.
  • Pas de possibilité de modifier la taille.
  • EXIFS inconnus au bataillon.
  • Pas d’outil d’édition de texte ni de flèches.
  • Pas d’intégration avec Flickr.
  • Pas de possibilité de légender les images.

Les pour:

  • Gratuit.
  • 2 Go d’espace offert.
  • Simple et ludique.
  • Intégration réussie avec Picasa
  • Rapide.
  • Réglages et modifications d’images “virtuels”.
  • Interface simple et intuitive.

On a affaire ici à une version Beta (je sais je me répêêêête), et, quand on connaît la capacité d’écoute des équipes d’Adobe (voir Lightroom), les possibilités d’évolution sont encore importantes.

Un bien joli bébé qui devrait combler les utilisateurs “basiques”, ceux ou celles qui ne veulent pas se prendre la tête avec des usines à gaz mais qui souhaitent simplement partager leurs photos avec la famille ou les amis. En ce qui me concerne, je ne suis pas certain d’utiliser le module d’édition, mais la publication de galeries peut parfois être pratique. Cependant, je préfère encore Picasa ou Flickr pour ça, ne serais–ce que pour la possibilité de légender les photos.

Si vous voulez tenter l’aventure, c’est ici que l’on s’inscrit. Apparemment, Adobe fait très fort en offrant la version complète la suite CS3 au 100000ème inscrit, et après, tous les 10000, c’est Photoshop CS3, le millionième gagne une licence totale à vie sur tous leurs softs!

Juste un dernier petit mot à François: désolé! ça fait deux semaines de suite que je teste un logiciel gratuit, je vais essayer de ne pas en faire une habitude…

22 commentaires
1)
Le Citadin
, le 01.04.2008 à 01:02
[modifier]

Hmm.. Je ne comprends toujours pas l’attrait de ces softwares gratuits en ligne, comme PS Express ou ceux de Google, par exemple:

1- ils dépendent de la rapidité et de la fiabilité d’une connexion Internet; donc, pas de connexion, on est foutu. 2- ils sont toujours limités, et le fait d’uploader les fichiers sur des serveurs d’une corporation quelconque soulève, selon moi, quelques questions concernant l’aspect privé des documents.

En plus, y a toujours un équivalent gratuit de ces softwares qui peut etre installé localement sur notre prid, ce qui permet aussi une accessibilité rapide des fichers (qui demeurent à nous et privés)…

2)
François Cuneo
, le 01.04.2008 à 06:52
[modifier]

J’ai restarté Rubby, ce qui fait qu’on peut remettre des commentaires.

Quel barbe ces plantages…

Avoir les documents en ligne est aussi assez intéressant. Il devient rare de ne pas être connecté d’une manière ou d’une autre. Donc intéressant, même si je préfère aussi les logiciels en interne, de toute manière bien plus puissants.

Cela dit, j’ai eu du bol! Je ne sais pas combien d’inscrits il y a eu, mais je suis l’un des dix mille dont tu parles. Et bingo, un CS3 gratos, que je vais donner à ma femme.

4)
Blues
, le 01.04.2008 à 07:56
[modifier]

Merci Zit, excellent plan.

Moi j’lui piquerais bien sa “Telecaster” à la guitariste, j’ai justement besoin d’une gratte de secours ;-)

5)
djtrance
, le 01.04.2008 à 08:04
[modifier]

Ben, encore une fois, quel coup marketing pour Adobe, intéressant d’être le millionième! Je vais essayer, on sait jamais!!

Merci pour le test, très instructif! Et merci aussi à notre boss d’avoir restarté Rubby! :)

7)
djtrance
, le 01.04.2008 à 08:29
[modifier]

Mhhhhhh, bien vu Jérémie!

Je me suis inscrit, afin d’essayer de gagner hein ;) Je crois pas que j’ai réussi (à gagner :P), parce que, en attendant, j’ai tellement pas le temps de me faire une galerie sur la toile que, voilà…!

8)
benoit
, le 01.04.2008 à 08:57
[modifier]

Je ne comprends toujours pas l’attrait de ces softwares gratuits en ligne, comme PS Express ou ceux de Google, par exemple:

Imaginez vous avec votre Iphone. Vous prenez une série de photos, vous les traficotez aussitôt avec Photoshop Express et votre galerie est en ligne.

Bon, c’est pas mon truc, mais cela peut en attirer plus d’un

9)
henrif
, le 01.04.2008 à 09:41
[modifier]

Mouaiisss, bof, bof. On est quand même à des milles de Photoshop. J’y vois juste un buzzzz d’Adobe pour être présent sur le web 2.0 en faisant clignoter la bannière Photoshop. iPhoto fait bien plus et uploader une galerie sur le web n’a rien de miraculeux.

Enfin si ça peut être utile à certains…

11)
zit
, le 01.04.2008 à 11:22
[modifier]

@ Le Citadin, l’attrait est pour l’instant limité à la possibilité de travailler sur ses documents depuis n’importe quelle machine, sans devoir les emmener avec soi. Tout le monde n’a pas de portable (oui, je connais le prix d’une clé USB 4Go ;–). Quand aux possibilités, elles sont effectivement bien limitées, mais largement suffisantes pour leur cible: le grand public, l’impossibilité d’envoyer de grandes image en est une des preuves (outre l’indigence des outils).

@ François: veinard!

@ Blues: Tu peux aller la chercher , elle t’attends…

@ Jérémie, on est bien d’accord, le but de l’article était un peu aussi de recueillir vos réactions sur le sujet…

@ benoit: oui, je crois que c’est ça, leur cible.

@ henrif: vu le blé qu’ils gagnent avec la CS3, il ne vont pas l’offrir à tout le monde gratos (juste quelques heureux élus ;o). Et pour ce qui concerne l’upload d’une galerie, nombreux sont ceux qui en sont incapables…

@ Le Corbeau: très bon résumé ;–)

z (le million d’inscription n’est pas encore atteint, je répêêêêête: tous ceux qui ont gagné ont tenté leur chance)

12)
Blues
, le 01.04.2008 à 12:02
[modifier]

@ Blues: Tu peux aller la chercher , elle t’attends…

Hey, mais c’est que ça groove super… (les titres soft j’aime moins) Elle a du talent cette Ana (voix et guitare)… t’as dû passer un super moment ?

13)
alec6
, le 01.04.2008 à 12:12
[modifier]

@ Jérémie… bien vu.

Moralité… téléchargez les logiciels gratuitement et basta !
Ou plutôt, histoire de ne pas me faire virer par le patron d’ici, il serait judicieux qu’Adobe et consort comprennent la nécessité de vendre leur logiciels moins cher afin d’éviter la “coulage” (piratage ?) en réaction à des pratiques mercantiles, répressives et libertivores…

L’idée commence à faire son chemin dans le monde de la musique où il est de plus en plus commun d’y trouver des musiques officiellement téléchargeables et souvent gratuites (ou dont le montant est laissé à l’appréciation de l’auditeur).

L’avenir est à la licence globale !

14)
cerock
, le 01.04.2008 à 14:01
[modifier]

@alec6

Je ne trouve pas le prix de photoshop element exorbitant. Et pourtant combien d’utilisateurs lambda pirate la version complète de photoshop… surement pour ce croire un peu “professionnel” ou alors car il n’est pas gratuit.

@zit

Joli test (comme d’hab) Je ne trouve pas encore l’utilité d’un tel logiciel mais bon…

Avoir les documents en ligne est aussi assez intéressant. Il devient rare de ne pas être connecté d’une manière ou d’une autre. Donc intéressant, même si je préfère aussi les logiciels en interne, de toute manière bien plus puissants.

Autant je trouve les éditeur de texte, comme le google word pratique sur le net… autant une image, je ne vois pas l’utilité.

15)
zit
, le 01.04.2008 à 14:14
[modifier]

Ah mais oui, Blues, elle est redoutable la belle Ana. Sur scène, c’était à ses débuts, déjà cinq ans, et bien que très bonne, on la sentait un peu stressée, très concentrée, pas super à l’aise sur scène, contrastant avec ses zikos qui étaient, eux, très bon aussi, mais “facile”… Faut dire que c’était au “New Morning” le “temple” du blues et du jazz vivants à Paname, petite salle, mais tant de géants s’y sont produits.

Elle a du se bonifier avec l’age, comme une bonne bouteille.

z (d’ailleurs, si elle repasse par Paname, j’en serais, je répêêêêête: elle passe en Suisse, à Cham…)

16)
pat3
, le 01.04.2008 à 15:58
[modifier]

Juste pour info: un graphiste usager d’un site concurrent (aviary) a publié un comparatif des logiciels de retouche-galerie photo-en ligne, ici

Mais je ne sais si mon info ne va pas tomber à plat, vu le peu d’enthousiasme, ici, pour ces solutions (peu d’enthousiasme que je partage, étant 1) limite béotien en retouche d’image, et largement content des outils simplifiés mais efficaces d’iPhoto, 2) adepte des photos en ligne, mais extrêmement réticent à les filer à une entreprise commerciale intéressée par mon profilage (je ne fais confiance qu’à mon FAI – NE POUVANT FAIRE AUTREMENT), et de plus, à les laisser à la libre vision du monde entier…

17)
levri
, le 01.04.2008 à 16:09
[modifier]

Pour les paranos, ou simplement ceux qui ne voient pas d’intérêt à publier leur photos perso au bénéfice de toute la planète, il y a les fonctions FTP et “web server” du système qui vous permettront d’héberger sur votre propre ordinateur avec protection par mot de passe…

J’écoute Too Much Paranoias de Devo sur l’album Q: Are We Not Men? A: We Are Devo!

18)
Inconnu
, le 02.04.2008 à 00:00
[modifier]

Franchement bien foutu leur truc !

Un peu lent en effet, mais j’ai remarqué que ça ne dépendait finalement pas vraiment de la connexion Internet, car à l’uni (fibre optique, débit de malade) comme chez moi (3000 kbps en downstream), la vitesse était la même, sauf pour les transferts d’image, bien entendu.

Mais bon, je n’utiliserai que peu, voire pas du tout ce service. J’ai tout ce qu’il me faut sur mon ordinateur ! :)

19)
zit
, le 02.04.2008 à 09:36
[modifier]

Pour les paranos, ou simplement ceux qui ne voient pas d’intérêt à publier leur photos perso au bénéfice de toute la planète, il y a les fonctions FTP et “web server” du système qui vous permettrons d’héberger sur votre propre ordinateur avec protection par mot de passe…

Tu nous fait un article?

Sinon, le seul usage sympa que je trouve à la chose, c’est pour un événement genre mariage, de créer un utilisateur spécifique, de donner l’adresse et le login à tous les invités pour qu’ils postent leurs images dans une galerie, comme ça tout le monde peut en profiter…

z (bricolage et jardinage sont les deux mamelles de la courbature, je répêêêêêête: KC, le Z)

20)
levri
, le 02.04.2008 à 12:34
[modifier]

@ 19- zit : désolé, pas d’article en vue, depuis un certain temps je n’ai plus le temps, ni le feeling pour ça. :(

Ton idée pour le partage de photos lors d’une cérémonie poserait peut-être un problème s’il existe un seul compte, dans ce cas, les gens risqueraient de poster au même moment, et je doute que plusieurs connections simultanées avec le même compte soient possibles.

De plus je crois que la qualité des photos est limitée, ce qui est dommage si on désire récupérer toutes les photos d’un événement.

J’écoute Wedding Music de Daevid Allen’s University Of Error sur l’album Money Doesn’t make it

21)
zit
, le 02.04.2008 à 12:58
[modifier]

Un petit tour sur Photoshopdisasters, pauvres graphistes débordés, merci pour cette bonne tranche de rigolade…

z (qui ne déteste pas tous les graphistes, je répêêêêêête: non, rien…)

22)
Donald égaré
, le 04.04.2008 à 04:14
[modifier]

Avant toute chose, merci pour ce test express aussi clair à comprendre que net à lire. Une fine investigation, toujours aussi agréable à lire.

〜 ( ( ( ( (( (((parenthèse))) )) ) ) ) )〜

>Lors de l’inscription à ” l’aventure de l’offre Adobe© ”, le futur identifiant n’a guèèèère de choix quant au nom du pays ( requis pour poursuivre la procédure d’inscription ) du fait – semble t-il, de la conjoncture actuelle: un seul choix. Les Etats Unis. <

Espérons que cette petite bourde ( simple coquille ou gros “bug”?mystèèère) soit résolue au plus tôt. Etant un garçon profondément susceptible et passablement buté, donc aisément rebutable, me voilà rebuté par ce détail administratif en soi assez lambda. Quelle mouche me pique donc au point de ne plus vouloir poursuivre plus loin dans ces engrenages informationnels?Quelle mouche me pousse donc à fuir certains produits(même gratuits)?

Un indice NULS ce n’est pas la mouche qui pète.

Mais cessons de nous en prendre aux mouches car n’oublions que ❝[…] les droits de l’homme s’effacent devant les droits de l’asticot❞ (Pierre Desproges).

Draculito bientôt en CDI