Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le bonheur est connu pour ses états de manque

Qu’est-ce qu’un livre exceptionnel ?

Bien que je n’ai pas de statistiques, il semble raisonnable de penser qu’une certaine majorité est plus enclin à revoir un film, à relire une bande-dessinée ou à assister à un même spectacle qu’à relire un livre. Je ne parle même pas de la musique que l’on peut écouter en boucle ou de l’art (peinture, sculpture) reproduit ou non que l’on va admirer autant que nécessaire.

La raison découle, je pense, de la plus grande facilité de la répétition (un livre demande une certaine concentration et, surtout, du temps puisqu’il faudra de nombreuses heures pour lire toutes les pages!).

Petit exercice simple, quels sont les livres que vous avez relus ? Et, quels sont les livres que vous avez lus et relus plusieurs fois ? Dans mon cas, ils sont peu nombreux mais je réalise en faisant ce petit bilan que ce sont des livres avec un grand « L », des œuvres majeures qui séduisent autant par la qualité du verbe et la profondeur du récit que par le travail d’écriture !

C’est bien simple, un livre qu’on lit plusieurs fois est, dans une certaine mesure, un grand livre!

Appel aux lecteurs

Récemment, j’ai découvert l’œuvre de Romain Gary – Emile Ajar et, en lisant La vie devant soi, j’ai trouvé là une œuvre faisant partie des rares capable de m’inciter à la relecture et capable de m’enthousiasmer au plus haut point.

Suite à ce choc relativement peu fréquent, je tenais à le faire partager avec vous au travers de cette humeur pour que vous puissiez me faire part des œuvres que vous jugez appartenir à cette catégorie afin que je ne me retrouve pas dans la situation que j’ai été, à savoir, avoir ignoré pendant des années La vie devant soi (honte à moi, mea culpa !).

Merci d’avance pour vos commentaires sachant que cela me permettra de remplir à peu de frais ma liste de lecture pour les prochaines semaines/mois à venir!

Quelques livres intemporels

Bien que ces livres soient reconnus par les experts comme chef-d’œuvre, qu’ils soient connus et ultra-connus, cela n’enlève en rien au fait qu’ils font partie des rares ouvrages que j’ai pris plaisir à lire et à relire.

A noter que l’ordre ci-dessous n’a aucun lien avec une hiérarchie ou une préférence.

Enfin, j’assume mes choix très orientés sur la condition humaine. Dites-moi ce que vous lisez, je dirai qui vous êtes ! Il est clair que je serai moins enclin à relire Rouge Brésil de Jean-Christophe Rufin, ouvrage superbe au demeurant, que Je m’en vais de Jean Echenoz que je vous invite à lire (ou à relire) !

  • La vie devant soi

L’histoire toute bête d’un orphelin arabe, Momo, élevé par une vieille femme juive Madame Rosa. Prix Goncourt 1975, l’auteur crée un univers et un vocabulaire propre qui renforce le récit.

image

La vie devant soi (Romain Gary / Emile Ajar) – Source : Amazon

Allez, un petit passage :

”- Monsieur Hamil, pourquoi ne me répondez-vous pas? - Tu es bien jeune et quand on est très jeune, il y a des choses qu’il vaut mieux ne pas savoir. - Monsieur Hamil, est-ce qu’on peut vivre sans amour? - Oui, dit-il, et il baissa la tête comme s’il avait honte.”

  • L’étranger

Un homme assiste avec indifférence à l’enterrement de sa mère puis, par une suite de circonstances, va être mêlé à la mort d’un homme.

image

L’étranger (Albert Camus) – Source : Amazon

Je ne résiste pas à citer le passage le plus connu qui est en fait le début du livre :

” Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. J’ai reçu un télégramme de l’asile : “Mère décédée. Enterrement demain. Sentiments distingués.” Cela ne veut rien dire. C’était peut-être hier.”

  • Le Procès

M. K est arrêté un matin par des policiers mystérieux, pour une faute qu’on ne veut pas lui dire. M. K reste libre mais, dès lors, va avoir lieu son procès qui va le hanter à chaque instant.

image

Le procès (Franz Kafka) – Source : Amazon

Un petit extrait pour le plaisir :

“Comment puis-je être en état d’arrestation? Et de cette manière, qui plus est? – Voilà que vous recommencez, maintenant, fit le garde en trempant une tartine dans le petit pot de miel. Nous ne répondons pas à ce genre de questions. – Vous allez devoir y répondre, fit K. Voici mes papiers, montrez-moi les vôtres maintenant et avant tout, le mandat d’arrêt. – Bonté divine! fit le garde. Pourquoi faut-il que vous soyez incapable de vous adapter à votre situation et que vous sembliez déterminé à nous irriter inutilement, nous qui, parmi vos semblables, sommes sans doute les plus proches de vous!”

  • Rhinocéros

Bérenger, un employé de bureau voit son quotidien transformé quand les gens autour de lui se transforment en Rhinocéros.

image

Rhinocéros (Ionesco) – Source : Amazon

Un petit extrait issu du dos de couverture :

“J’ai la peau flasque. Ah, ce corps trop blanc, et poilu! Comme je voudrais avoir une peau dure et cette magnifique couleur d’un vert sombre, une nudité décente, sans poils, comme la leur!”

  • Etre sans destin

image

Etre sans destin (imre kertész)- Source : Amazon

Le dos de couverture est tellement fort et explicite sur l’œuvre que je me contente d’en citer partiellement le contenu :

“Et malgré la réflexion, la raison, le discernement, le bon sens, je ne pouvais pas méconnaitre la voix d’une espèce de désir sourd, qui s’était faufilée en moi, comme honteuse d’être si insensée, et pourtant de plus en plus obstinée : je voudrais vivre encore un peu dans ce beau camp de concentration.”

De son arrestation, à Budapest, à la libération du camp, un adolescent a vécu le cauchemar d’un temps arrêté et répétitif, victime tant de l’horreur concentrationnaire que de l’instinct de survie qui lui fit composer avec l’inacceptable. Parole inaudible avant que ce livre ne la vienne proférer dans toute sa force et ne pose la question de savoir ce qu’il advient, quand il est privé de tout destin, de l’humanité de l’homme.

  • L’écume des jours

Une histoire d’amour entre Colin et sa femme Chloé, atteinte d’un mal étrange.
Un univers incongru, une ambiance angoissante, une poésie omniprésente font de ce livre un incontournable.

image

L’écume des jours (Boris Vian) – Source : Amazon

Un extrait :

“Son peigne d’ambre divisa la masse soyeuse en longs filets orange pareils aux sillons que le gai laboureur trace à l’aide d’une fourchette dans de la confiture d’abricots. Colin reposa le peigne et, s’armant du coupe-ongles, tailla en biseau les coins de ses paupières mates, pour donner du mystère à son regard. Il devait recommencer souvent, car elles repoussaient vite. “

Conclusion

Certes, je n’ai pas pris de risque, je pense, dans ma liste mais tel n’était pas le but… Allez, j’en prends un petit en vous conseillant de lire La femme des sables d’ Abé Kôbô, livre dont l’apparente absence d’action et de sens peut décourager le lecteur mais qui a été couronné, en France, du prix du Meilleur Livre étranger en 1967!

La parole est à vous en commentaire.

69 commentaires
1)
levri
, le 13.03.2008 à 03:06
[modifier]

J’ai lu tous les livres de ta liste sauf imre kertész alors que j’avais entre 14 et 19 ans, je ne pense pas les avoir relus, sauf la plupart des Boris Vian.

S’il est rarissime que je revoie un film, il m’est arrivé de relire certains livres. On pourrait rajouter à ta liste quelques classiques intemporels comme Rabelais, Homère (dans de bonnes édition), Montesquieu, La bruyère, Platon et quelques autres, que j’ai lu adolescent, et relu plus tard avec autant de plaisir.

Cependant il y a nombre de livres que je considère comme très bon que je ne pense vraiment pas relire un jour, alors que j’en relis parfois certains de moindre qualité poussé par la “nécessité”. En effet, je suis incapable de dormir avant d’avoir lu quelque chose, si je n’ai rien de nouveau sous la main, je fouille dans mes rayonnages, et selon mon humeur je choisi du plus ou moins bon. Le moins bon me permettra de m’endormir plus vite, le meilleur me permettra de prendre plus de plaisir, avec le risque d’un temps de sommeil fortement réduit.

Je suis un grand amateur de littérature d’anticipation et assimilée, aussi peut-être pourrait on rajouter à ta liste (de mémoire avec risque d’erreur dans les noms) “Les dépossédés” ou “La main gauche de la nuit” d’Ursula K Leguinn, “Dune” de Franck Herbert, “Demain les chiens” de Simak, “Seigneur de lumière” de Roger Zelazny, Les Maîtres chanteurs d’Orson Scott Card … J’arrête là un titre en amenant un autre je pourrais passer des heures à énumérer, et il est certain que certains que j’ai oublié de citer seraient supérieurs à ceux déjà nommés.

J’écoute Jungle Book de Weather Report sur l’album Mysterious Traveller

2)
Okazou
, le 13.03.2008 à 06:24
[modifier]

Relire un livre ? Jamais !

Sauf… une merveille de livre, le seul qui me sidère à chaque lecture. Chef d’œuvre : Les liaisons dangereuses de Laclos.

Voilà un livre que je lis toutes les années en 9. Autant dire que je le relirai l’année prochaine pour la cinquième fois. L’attente patiente de ce grand moment me le fait apprécier encore plus.

Bien sûr, je découvre un nouveau roman à chaque lecture puisque j’évolue, forcément, je me transforme et ma façon de voir le monde aujourd’hui est assez différente de celle d’hier et d’avant-hier. Mes attentes ne sont pas les mêmes, mon regard sur les choses de la vie non plus, quant à mes « outils » de perception et de compréhension, il me semble qu’ils sont plus fins, plus subtils. Oui, je vous assure !

Tu nous proposes d’excellentes lectures, Guillôme. Bien sûr, j’ai lu tous ces bouquins. À l’exception d’un seul : La vie devant soi. Non pas que je considère que c’est un mauvais livre, au contraire, c’est sans doute un de ces petits joyaux que la littérature française nous propose de temps en temps. Non, je ne l’ai pas lu parce que mon Ex le lisait et le relisait sans cesse. C’était une dévoreuse qui n’hésitait pas, contrairement à moi, à relire deux ou trois fois ses romans préférés. Il lui arrivait même de recommencer la lecture d’un roman à peine sa première lecture achevée.

Ma chérie d’aujourd’hui est également une gourmande et je lui propose méchamment des bouquins impossibles (mais toujours excellents) pour contrôler, réguler en quelque sorte, sa boulimie. Ainsi, je viens de lui offrir, hier, un pavé de Cohen, Belle du Seigneur, dont je m’étais gavé moi-même du côté de 68. Chef d’œuvre, bien sûr.

P.S. : Ah oui, j’allais oublier ! Camus. Il faut lire et relire Camus.

3)
Smop
, le 13.03.2008 à 06:34
[modifier]

J’ai aussi quelques livres que je ne me lasse pas de relire, mais s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute le génial Horla de Maupassant, décrivant la subtile descente aux enfers d’un borderline, oscillant entre lucidité et folie…

Mon extrait préféré :

“14 juilllet. – Fête de la République. Je me suis promené par les rues. Les pétards et les drapeaux m’amusaient comme un enfant. C’est pourtant fort bête d’être joyeux, à date fixe, par décret du gouvernement. Le peuple est un troupeau imbécile, tantôt stupidement patient et tantôt férocement révolté. On lui dit : « Amuse-toi. » Il s’amuse. On lui dit : « Va te battre avec le voisin. » Il va se battre. On lui dit : « Vote pour l’Empereur. » Il vote pour l’Empereur. Puis, on lui dit : « Vote pour la République. » Et il vote pour la République.

Ceux qui le dirigent sont aussi sots ; mais au lieu d’obéir à des hommes, ils obéissent à des principes, lesquels ne peuvent être que niais, stériles et faux, par cela même qu’ils sont des principes, c’est-à-dire des idées réputées certaines et immuables, en ce monde où l’on n’est sûr de rien, puisque la lumière est une illusion, puisque le bruit est un illusion.”

La nouvelle est intégralement disponible au format PDF sur le site de l’association des amis de Guy de Maupassant

Bonne lecture !

4)
Okazou
, le 13.03.2008 à 06:46
[modifier]

« s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute le génial Horla de Maupassant »

Maupassant, bien sûr. Le horla roman au-delà de l’étrange. As-tu vu le film qu’en a tiré Jean-Daniel Pollet ?

Ne pas manquer la série TV qui passe ces temps-ci. L’honneur de la télévision publique. Claude Santelli n’est plus là mais son esprit rôde encore.

5)
Smop
, le 13.03.2008 à 07:04
[modifier]

As-tu vu le film qu’en a tiré Jean-Daniel Pollet ?

Non, je ne le connaissais pas. A vrai dire, je ne savais même pas que le Horla avait été adapté au cinéma. Apparemment, il y en aurait eu plusieurs versions. Tu as éveillé ma curiosité…

Voilà d’ailleurs qui me fait penser à un autre bouquin dont je ne peux me lasser, que j’ai d’abord connu grâce à la magnifique adaptation de Jean-Pierre Melville. Il s’agit du Silence de la mer de Vercors. Absolument incontournable !

Et quel autre superlatif trouver pour le Voyage au bout de la nuit de Céline ?

Moins connu, Nocturne indien de Tabucchi avec là aussi une très belle adaptation au cinéma par Alain Corneau.

6)
Caplan
, le 13.03.2008 à 07:25
[modifier]

Mon problème, c’est que je lis tellement lentement que je ne peux pas me permettre de lire plusieurs fois le même bouquin! :-/

Milsabor!

7)
Argos
, le 13.03.2008 à 08:18
[modifier]

J’ai la très mauvaise habitude de lire plusieurs livres à la fois. En ce moment Le Seigneur de Bombay de Vikram Shandra, Mon Nom est Rouge d’Orhan Pamuk et je suis en train de relire la Joueuse de Go parce que son auteur, ShanSa, Chinoise d’origine, vient nous rendre visite à l’occasion de la semaine de la francophonie. J’ai écrit auteur, et non auteure, ou autrice comme le commet la société des écrivains suisses, connue par ailleurs pour ses pratiques de ségrégation politique. Mais c’est une autre histoire.

8)
alec6
, le 13.03.2008 à 09:22
[modifier]

Je n’ai relu que peu de livres, malheureusement à l’instar de Caplan je n’arrive pas à lire vite et la position allongée suffit à m’endormir…

En revanche comme tu l’écris si bien en introduction de ton humeur, Guillôme, nombre de livres m’ont tenu en allène de la première à la dernière page et ont marqué ma vie de lecteur. Je citerais dans le désordre et j’en oublie :

  • Manathan Transfer de Dos Passos
  • Cent ans de solitude de Garcia Marques
  • Les météores de Tournier
  • Le Dernier Jour d’un condamné de Victor Hugo
  • Salambo de Flaubert
  • Dune d’Herbert
  • et bien d’autres dont la plupart de ceux que tu cites (je n’ai pas lu Ajar… mais vais me rattraper, promis !)

J’ai redécouvert Maupassant grâce à une série des “Chemins de la connaissance” de FC que j’ai podcasté. Si certains sont intéressés, faites le moi savoir.
Le Horla attends patiemment sur mes étagères…

10)
Marcolivier
, le 13.03.2008 à 09:38
[modifier]

Eh bé, Guillôme. J’ai lu presque tous les livres que tu cites, et je confirme, “La femme de sable” est un livre passionnant. Qu’on pourrait peut-être mettre en parallèle avec “La montagne magique” de Thomas Mann, livre où il ne se passe rien, mais où cependant tout se joue dans ce manque d’action, dans l’observation et la description de la vie intérieure des protagonistes. Je le recommande vivement, bien que j’ai eu à lutter pour passer le cap des 200 premières pages.

Sinon, je vous recommande la lecture du plus beau livre de la terre, enfin de mon point de vue. Il se nomme Le Cheval rouge de Eugenio Corti. C’est l’histoire d’une famille italienne du milieu des années 30 au années 80. C’est bouleversant, vrai, poignant, humain, beau, triste, un magnifique reflet de la vie humaine, sans aucun cynisme mais plutôt remplit d’espoir. Je recommande.

11)
Iris
, le 13.03.2008 à 09:39
[modifier]

Je proposerai La visite de la vieille dame de Friedrich Dürrenmatt.

C’est l’histoire d’une vieille dame richissime qui revient dans son village natal et les retrouvailles sont plutôt acides. Fable cruelle sur le pouvoir de l’argent, la cupidité, la lâcheté. Des comportements qui restent bien présents de nos jours, n’est-ce pas?

Une pièce écrite en 1957, qui reste très actuelle et qui peut être transposée à propos de nombreuses situations.

12)
Karim
, le 13.03.2008 à 09:58
[modifier]

J’y vais aussi de mon petit conseil, du côté de nos contemporains : Michel Rio. Une langue magnifique également (j’écris également car je pense aux liaisons dangereuses). On peut commencer par le pseudo-polar “La Statue de la Liberté”. Au milieu de l’action on trouve des échanges ahurissants qui ne sont pas sans rappeler certains commentaires d’articles sur cuk, les vertus du marché vs les bienfaits du service public (à moins que ce ne soit le contraire). Ce n’est qu’un début, avant de sentir l’irrépressible besoin d’acheter les autres romans (en poche heureusement, souvent quelques-uns dans les bibliothèques).

13)
Manonet
, le 13.03.2008 à 09:59
[modifier]

“Pourquoi j’ai mangé mon père” de Roy Lewis

Ce livre m’a redonné gout à la lecture après une adolescence passée devant la Télé!!!

14)
Blues
, le 13.03.2008 à 10:07
[modifier]

Merci Guillôme, j’ai aussi lu la plupart de ces livres (le procès de Kafka, j’avoue que j’ai eu beaucoup de peine à arriver au bout). Le film basé sur la vie devant soi avec Simone Signoret était super. Pour Vian mon préféré est l’Automne à Pékin.

Voici quelques livres qui m’ont laissé quelques souvenir, sans qu’ils soient forcément intemporels

littérature enfantine: Bilbo le Hobbit de Tolkien et Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl

SF ou fiction: les robots d’Assimov, Fahrenheit 451 de Bradbury

Drôle, étrange ou déjanté: tout ce qu’ont pu écrire / ou écriront Arto Paasilinna (je suis fan) Roald Dahl (à part sa période pilote de guerre) Dino Buzzati, Daniel Pennac, et d’autres dans la même veine

16)
Guillôme
, le 13.03.2008 à 10:16
[modifier]

Merci pour vos commentaires, mais… mais… pas de commentaire d’Anne Cuneo ???? Que fait la police!

P.S. : Ah oui, j’allais oublier ! Camus. Il faut lire et relire Camus.

Camus et Kafka, deux auteurs formidables dont j’ai presque tous leurs écrits.

J’ai lu tous les livres de ta liste sauf imre kertész

Tu sais ce qu’il te reste à faire ;)

mais s’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute le génial Horla de Maupassant

A un moment, j’avais fais une cure de Maupassant. Tu me donnes l’envie de m’y remettre ;)

Mon Nom est Rouge d’Orhan Pamuk

Houlala que je ne l’ai pas aimé celui là :D Je n’ai pas assez de culture de l’Empire ottoman de la fin du XVIème siècle apparemment pour l’apprécier!

Dune d’Herbert

Marrant qu’il soit autant cité. Et pourquoi pas le Seigneur des Anneaux, voire son Silmarillion? Fondement de tout l’heroic fantasy et lecture qui m’avait occupé tout un été.

“Pourquoi j’ai mangé mon père” de Roy Lewis

A la manière des films dont on entends beaucoup trop de bien, j’ai été déçu par la lecture de ce roman…

17)
Modane
, le 13.03.2008 à 10:23
[modifier]

Il y a un livre que je relis au moins une fois par an, c’est La Pierre Et Le Sabre de Yoshikawa Eiji, et sa suite La Parfaite Lumière. Si vous aimez les sagas, le Japon, le zen et Myamoto Musashi, vous serez comblés!

Je relis aussi régulièrement, mais c’est long, la saga de Dune d’Herbert (montons un club?). Si la sociologie recrée dans Dune vous plaît, vous trouverez dans les autres romans du même auteur ce souci d’imaginer des collectivités aux principes différents, toujours sous couvert de SF. La Barrière Santaroga est un bon exemple.

Et je continue à dire que Joseph Eliot Pattison écrit des romans policiers extraordinaires…. Le quatrième est paru (La Prière du tueur). Si le troisième m’avait paru un peu plus faible, toute mesure gardée, celui là a au moins la force du premier opus.

18)
borelek
, le 13.03.2008 à 10:27
[modifier]

Suis en train de relire “Le discours de la méthode” de Descartes, presque quarante ans après ma première lecture. Ai relu, par hasard, “L’île mystérieuse” de Jules Vernes. Ai relu, volontairement, “Les Choses” de Georges Perec.

Et surtout, je relis chaque été pour soigner mon blues de juillet, “Ecotopie” de Ersnt Callenbach. Moi je le relis et Cosmike, lui, l’a relié. Merci encore à lui.

Tous ces livres m’ont formé. Mais il y en a un qui, lui, m’a ébranlé si fort que je ne souhaite pas le relire; c’est “Homo faber” de Max Frish”

19)
borelek
, le 13.03.2008 à 10:37
[modifier]

mais… mais… pas de commentaire d’Anne Cuneo ???? Que fait la police!

je dirais même plus … que fait la police de caractères !

Parmi les livres que je me réjouis de relire un jour “Le maître de Garamond” et “Le trajet d’une rivière”

20)
levri
, le 13.03.2008 à 11:10
[modifier]

ça fait plaisir de voir qu’il y a d’autres “dévoreurs” de livres ici. Comme alec6, ma position de lecture préférée c’est allongé sur le côté, mais un gros pavé de qualité me fera passer une nuit blanche ! pire que le café ! Quand je commence un livre, je me sens forcé de continuer jusqu’à la page de fin, heureusement je lis assez vite. Par contre, je ne lis généralement qu’un livre à la fois.

Dune d’Herbert – Marrant qu’il soit autant cité. Et pourquoi pas le Seigneur des Anneaux, voire son Silmarillion? Fondement de tout l’heroic fantasy et lecture qui m’avait occupé tout un été.

Dune c’est de la SF, Tolkien de la Fantasy, Je l’ai lu sous forme de gros pavé lors de sa sortie, mais maintenant qu’il est disponible en poche il semble être apprécié par des publics très divers. Cela reste donc une bonne suggestion pour inciter à la lecture de SF. C’est un livre où les personnages sont bien développés, proposant quelques développements originaux, des digressions vers le fantastique et la religion et un bon fond écologique(comme dans tous les livres d’Herbert). Les cinq ou six volumes (les enfants de Dune etc) qui ont suivi sont cependant de moindre qualité.

Historiquement “Le seigneur des anneaux” n’est pas le fondement de l’heroic fantasy ! et le Silmarillion m’avait assez déçu (écrit par son fils d’après des notes de Tolkien , si ma mémoire est bonne)

Pour les paresseux intéressés par le genre et son historique, je viens de chercher sur wikipedia : http://en.wikipedia.org/wiki/Fantasy

http://en.wikipedia.org/wiki/History_of_fantasy

22)
Jérémie
, le 13.03.2008 à 11:32
[modifier]

Personne pour citer Windows pour les nuls ? Hum ?

Windows pour les Nuls? c’est pas un pléonasme? ;D

23)
rolando
, le 13.03.2008 à 12:25
[modifier]

Dans les lus et relus :

Le Parfum – Suskind; Le Petit Prince – St Exupéry; Ravage – Barjavel; La Vie Devant Soi – Gary; L’Ecume des Jours – Vian; Presque tous les contes de Sternberg; Les textes de scène de Desproges; Les textes de scène de Sol; Oscar et la Dame Rose – Schmidt

J’en oublie c’est certain mais c’est assez rare quand même que je relise un livre au contraire de certaines BD par exemple que je relis plusieurs fois.

24)
bgc
, le 13.03.2008 à 12:30
[modifier]

Cuk.ch de François Cuneo

Plein de personnages passionnants

:-)
25)
Diego
, le 13.03.2008 à 12:42
[modifier]

Je ne dirais qu’une chose, mais trois fois :

Pennac, Pennac, Pennac !

Et puis, en fait, aussi :

Eco, Eco, Eco !

Mais encore, bien sûr :

Ludlum, Ludlum, Ludlum !

Comment ça hétéroclite ?

26)
Diego
, le 13.03.2008 à 12:45
[modifier]

Ah, merci rolando, Suskind, Barjavel …

Tant de papier, si peu de temps …

  • ANNONCE * A vendre, très jolie TV, fonctionnant parfaitement maisdevenue inutile …*
27)
François Cuneo
, le 13.03.2008 à 13:15
[modifier]

Cuk.ch de François Cuneo

Plein de personnages passionnants

:-)

Très bon point pour bgc, sauf que l’auteur est multiple, il n’est pas tout seul…:-)

Pour moi, je vais faire dans le traditionnel et le moderne.

Zola a marqué ma jeunesse, j’en ai lu tout plein, et j’ai été passionné.

Actuellement, il y a Anna Gavalda qui m’a mis dans tous mes états de bonheur avec “Ensemble c’est tout”, et oui, Anne avec son “Maître de Garamond”, le seul qui m’ait fait chialer de rage et de révolte sur les WC, endroit choisi parce que je ne pouvais pas attendre d’en sortir pour lire la fin tragique .

28)
Blues
, le 13.03.2008 à 13:52
[modifier]

Anna Gavalda qui m’a mis dans tous mes états de bonheur avec “Ensemble c’est tout”

Ouaip, super extra…. je l’ai lu il y a quelques mois…. superbe = à mettre dans toutes les mains. 4 personnages hors du commun. Et ce Frank (le cuisinier) qu’on a envie de flinguer au début du bouquin et qui finalement devient si attachant.

Par contre je me demande si le film vaut le livre ? qui l’a vu ?

31)
alec6
, le 13.03.2008 à 14:29
[modifier]

Non, non Diégo… y-a des trucs bien parfois à la tv… si si ! Sur ARTE par exemple, avant hier soir “Le Monde selon Monsanto”… Je l’ai d’ailleurs enregistré avec le débat qui suivit… et si certains sont intéressés…

32)
Calvin
, le 13.03.2008 à 15:16
[modifier]

Je ne sais pas si je peux me qualifier de grand lecteur – 173 cm quant même :-) – mais c’est vrai que les livres que je lis plusieurs fois ne sont pas légion… Je suis donc assez d’accord avec le ton de l’humeur du jour (les livres que l’on lit sont ceux que l’on aime particulièrement), mais plus encore avec le commentaire 1 de Levri: je ne relis pas que des choses qui sont bonnes, cela dépend des circonstances du moment. On peut peut-être ajouter, mais c’est probablement une évidence pour tous les lecteurs, que les goûts évoluent avec les années: à 20 ans, j’aurais probablement mis dans la liste de mes incontournables: Crime et châtiment de Dostoïevsky, Les Misérables de Victor Hugo, Paul Auster, Henry Miller (disons: les deux Tropiques), et quelques autres. Maintenant, plus vraiment. D’autres par contre sont restés comme les livres majeurs de ma bibliothèque:

Knut Hamsun, La Faim (un coup de poing… à l’estomac!) Anne-Lise Grobéty, Pour mourir en février (pour la force de conduite du récit) Denis Diderot, Le neveu de Rameau (pour… la verve, bien sûr – et la philosophie sous-jacente) Dino Buzzati, Le désert des Tartares (un livre avec rien, mais où tout est dit…) Max Frisch, Homo Faber (pas encore sûr de l’avoir vraiment compris celui-là…) Jean-Paul Sartre, Huis-clos (résumer la société en quelques scènes, superbe); et La nausée (résumer l’humain en quelques chapitres, superbe) Albert Camus, La peste (effrayant – réveille des peurs ancestrales et/ou enfantines) Jacques Chessex, La confession du pasteur Burg (littérature romande qui offre une belle alternative à celle de France – dommage que pour l’auteur, cela soit devenu un procédé).

A quoi on peut ajouter des livres que j’ai lus plus récemment: Nicolas Bouvier, Le poisson-scorpion (la meilleure expression de l’état d’esprit dans lequel on tombe parfois en tant que voyageur) Umberto Eco, Le nom de la rose (en particulier pour les 100 premières pages, celles qui sont une épreuve initiatique imposée au lecteur) Sophie Calle, Douleur exquise (une merveille! A découvrir pour la cohérence complexe de la mise en page) Amélie Nothomb, Stupeur et tremblement; et Métaphysique des tubes (les deux sont les écrits les plus personnels de l’auteur, et aussi (ou: donc?) les meilleurs) Anne Cunéo, Le maître de Garamond (tiens, celui-là, on est beaucoup à l’aimer…) Boris Vian, J’irai cracher sur vos tombes (encore un coup de poing, qui nous remet dans l’ambiance du racisme ordinaire des années 1950-60 aux USA) ; et Vercoquin et le plancton (comment résister à pareille description de fêtes?) Raymond Queneau, Zazie dans le métro (surtout pour la langue, bien sûr) Edmond Rostand, Cyrano de Bergerac (idem) Jacques Prévert, Paroles (idem encore…) Agota Kristof, la trilogie des jumeaux (notamment pour la construction extraordinaire du récit)

Je vais peut-être m’arrêter là, non? :-)

Calvin

33)
Guillôme
, le 13.03.2008 à 15:52
[modifier]

: à 20 ans, j’aurais probablement mis dans la liste de mes incontournables: Crime et châtiment de Dostoïevsky, Les Misérables de Victor Hugo,

Un incontournable remplace l’autre : La vie devant soi n’étant finalement qu’un remake moderne des misérables!

Crime et châtiment reste pour moi un incontournable bien que je sois plus proche des 40 que des 20 :p

Jean-Paul Sartre, Huis-clos

Je ne pouvais pas tout mettre dans mon humeur mais celui-là, qu’est-ce que j’ai pu le lire! Un chef d’œuvre absolu.

34)
levri
, le 13.03.2008 à 17:02
[modifier]

@ Calvin : Je ne suis pas sûr que mes goûts aient vraiment changé depuis mon adolescence, la différence d’appréciation venant plus d’une perspective différente, du fait qu’à 10 ou 12 ans chaque chose c’est “la première fois”. Plus âgé ça devient de plus en plus difficile d’être étonneé, surpris, ou de “découvrir” de nouvelles choses.

Ah “Le désert des Tartares”, encore un que j’ai lu ado. “le K” un recueil de nouvelles fantastiques de Buzzati m’avais plu, aussi avais je suivi mon habitude de chercher d’autres livres du même auteur. C’est un des bouquins les plus chiants que j’ai jamais lu ! d’un autre côté il engendre un ennui d’une telle profondeur que ça en devient de l’art ! Je reconnais que c’est un bon livre bien écrit, je ne saurai dire que j’aime, et je n’ai aucune intention de le relire. Comment “gâcher” une vie dans la routine, c’est l’exact opposé de mon idée de la vie.

Sartre, Camus, Ionsco etc., encore des livres que j’ai lu et apprécié adolescent, mais que je n’ai jamais eu envie de relire jusqu’à présent … mais qui sait, peut être un jour … ?

35)
Blues
, le 13.03.2008 à 17:49
[modifier]

que j’ai lu ado … “le K” un recueil de nouvelles fantastiques de Buzzati m’avais plu, aussi avais je suivi mon habitude de chercher d’autres livres du même auteur.

Idem pour moi, que de souvenirs. Perso je préfère ses nouvelles ou ses contes à ses romans. La chute de l’histoire de l’hôpital aux “sept étages” est superbe, l’écroulement de la Baliverna n’est pas triste non plus. Dernièrement j’ai lu un recueil de nouvelles que je connaissais pas : Panique à la Scala (un excellent cru)

36)
Modane
, le 13.03.2008 à 18:13
[modifier]

J’y pense… Le Pape des escargots et Les étoiles de Compostelle d’Henri Vincenot…

37)
rolando
, le 13.03.2008 à 18:15
[modifier]

Personnellement, je ne sais pas ce que c’est un chef d’oeuvre absolu. Je n’y vois aucun sens sauf celui du réflexe d’étiquetage et de classement. Bien sûr qu’il y a des livres bien supérieurs à d’autres, mais pas de là à faire une hiérarchie figée (je ne dis pas que quelqu’un le fait). Il y a tant de choses qui rendent un livre très important : son propos, sa qualité d’écriture, son lecteur, son époque, son retentissement, les questions, réponses, évolutions, effets qu’il provoque.

Je cite par exemple St Ex et Barjavel (et Hugo, et Vian, et Simenon). Ils sont pour moi des grands livres car ils ont eu un rôle déclencheur déterminant. J’ai eu grâce à ces livres une soif de lecture toujours pas étanchée. Ils ont joué le rôle d’ascenseurs vers d’autres auteurs et livres.

Alors, l’an dernier entre un Philip Roth et un Carlos Luiz Zafon, j’ai repris Ravage de Barjavel comme on retourne parfois dans ses photos de classe. Et ça m’a encore plu. Sans doute parce qu’il y a une reliure invisible entre tous les livres que j’ai aimé.

Prochain relecture probable : Extrêmement Fort et Incroyablement Près de Jonathan Safran Foer. Un de mes très gros bonheur depuis très longtemps.

38)
Caplan
, le 13.03.2008 à 18:37
[modifier]

Testament à l’anglaise, de Jonathan Coe. Je le relirais bien, mais maintenant je connais la fin…

Les livres que je relis, ce sont des BD: Maus, de Spiegelman, un monument. 120, Rue de la Gare, de Léo Malet et Tardi. Relus au moins 30 fois chacun.

Je peux le dire? J’ai essayé de lire du Pennac à l’époque où il était à la Série Noire: rarement lu quelque chose d’aussi vide…

Milsabor!

39)
mff
, le 13.03.2008 à 18:47
[modifier]

Anne avec son “Maître de Garamond”, le seul qui m’ait fait chialer de rage et de révolte sur les WC, endroit choisi parce que je ne pouvais pas attendre d’en sortir pour lire la fin tragique .

Ouille ! François ! avez-vous plusieurs WC chez vous,? ce n’est de loin pas un petit livre! Je suis entrain de le lire mais confortablement installée les jambes en l’air :)

Celui qui m’a marqué vers 17 ans au point que je n’ose pas le relire de peur de le voir différemment: “L’écume des jours”

Un peu plus tard mais tout à fait différemment: Chemin faisant de J.Lacarrière

41)
Puzzo
, le 13.03.2008 à 19:33
[modifier]

Ah l’Ecume des jours!!!! Juste splendide. Comme toi mff, j’ai longtemps hésité avant de le relire car j’avais peur de moins l’aimer après plusieurs années. Je n’ai pas été déçue. Même avec un regard un peu plus adulte sur le récit, j’ai à nouveau pleuré.

Plus récemment, j’ai découvert un chef-d’oeuvre que je vous présenterai certainement lors d’un prochain article sur cuk. Il s’agit “Des piliers de la Terre” de Ken Follett. Je n’en dis pas plus.

Je trouve aussi énormément de plaisir à lire des romans qui ne peuvent pas être classés dans la catégorie “chef-d’oeuvre”. Et pourtant… Allez, dans les récents, je pense à la série des Millénium de Stieg Larson (Les hommes qui n’aimaient pas les femmes, La fille qui rêvait d’un bidon d’essence et d’une allumette et La reine dans le palais des courants d’air)

Merci pour vos conseils aussi. Plusieurs noms à noter pour ne pas les oublier lors du prochain raid à la librairie!

42)
Argos
, le 13.03.2008 à 19:48
[modifier]

Gullôme, tout à fait d’accord, avec toi, le Pamuk, cela fait déjà deux fois que j’ai eu envie de le jeter par la fenêtre, mais ensuite il faut que je descende dans le jardin, sinon ça pollue. Pour me remettre, je vais relire encore les Mémoires de Casanova, chef d’oeuvre de la littérature française du dix-huitième siècle auquel Fellini que j’admire pourtant, n’a rien compris.

43)
levri
, le 13.03.2008 à 21:40
[modifier]

@ 32- Calvin : “J’irai cracher sur vos tombes” avait été signé du nom de plume de Vernon Sullivan, si je me souviens bien. Comme il a été censuré quelques décennies, il m’avait évidemment attiré, mais je l’avais trouvé quelconque. Dans la même veine il avait fait “Et on tuera tous les affreux” et d’autres dont je ne me souviens plus.

Et le divin marquis, les bouquins de la beat generation, Tim leary, Castaneda etc pas d’amateurs ?

J’écoute The Cosmic Crusaders de Clearlight sur l’album Les Contes Du Singe Fou

44)
Nouwanda
, le 13.03.2008 à 22:22
[modifier]

Tous les 2-3 ans je relis Antigone (celle d’Anouilh).

Souvenir de l’époque où je ne sais pas en fait mais j’aime le relire.

Nouwanda

47)
Calvin
, le 14.03.2008 à 01:51
[modifier]

Levri: Effectivement, il était signé Vernon Sullivan; mais il semble que le nom de l’auteur réel était un secret de polichinelle? A vérifier. En tout cas, Vian avait écrit la préface sous son propre nom, ceci a pu mettre la puce à l’oreille des lecteurs qui connaissaient quelque peu l’individu.

Si je trouve “J’irai cracher sur vos tombes” excellent, je suis d’accord avec toi pour les autres ouvrages signés du même pseudo: ils ne valent pas tripette, c’est juste de la mauvaise redite.

Le divin marquis: ben oui, et au risque de passer pour pédant :-))), les scènes sm finissent par être répétitives (le q lasse, comme disait… x?). Ce qui reste finalement, ce sont des idées philosophiques décapantes et parfaitement de leur siècle.

Beat generation: pas testé, mais c’est une bonne idée. Tu as des titres à conseiller?

Calvin

48)
Blues
, le 14.03.2008 à 08:02
[modifier]

Beat generation – quelques livres “référence”

Sur la route de jack Kerouac

Howl de Allen Ginsberg

Le Festin nu de William Burroughs

Contes de la folie ordinaire de Charles Bukowski

49)
levri
, le 14.03.2008 à 09:24
[modifier]

@ Calvin : pour les beats, ça date un peu pour moi, et je ne suis pas un expert du genre. Il y a évidemment le “classique” de Kerouac , “Sur la route”, William Burroughs ‘assez décousu et expérimental : “Nova express”, “le festin nu” (qui a donné un film) et “Speed”, “Les portes de la perception” d’Aldous Huxley, pour tim Leary je n’ai plus de titres en tête. Je te les cite de mémoire, donc attention aux erreurs possibles, j’en avais lu d’autres mais je suis incapable de me souvenir des titres (allen Ginsberg, Watts ?) … je ne les pas relu depuis mes 18-20 ans …

Pour Sade, c’est encore une lecture d’ado (trouvé dans les coin “pas pour les enfants” de la bibliothèque de ma mère) mais vu le nombre de références et allusions à son oeuvre dans notre société, c’est une lecture indispensable imho, j’avais commencé par “Justine”…

EDIT : ooops, Blues avait déjà répondu, et rajouté Bukowski (faisait il parti de la bande ?)

50)
marief
, le 14.03.2008 à 10:46
[modifier]

J’ai lu et aimé une bonne partie des livres cités, sauf la “beat generation” et la science-fiction. Dans ce domaine, j’en suis restée au “Monde des Ô de mon adolescence, que j’ai dévoré passionnément.

Un petit pour la route, et une révélation pour moi : “Discours de la servitude volontaire” d’Étienne de la Boétie.

51)
jeje31
, le 14.03.2008 à 11:05
[modifier]

Pour ceux qui aiment Romain Gary et Emile Ajar (j’imagine que tout le monde connait l’histoire la plus célèbre de la supercherie), étant un admirateur de son oeuvre, je me permets de vous conseiller quelques livres :

– “La promesse de l’aube”: récit très émouvant de sa jeunesse et de la relation très forte qu’il avait avec sa mère

– “La nuit sera calme” : livre d’entretien fictif (Gary se pose des questions à lui-même) dans lequel il développe plusieurs idées sur la vie, la politique, etc et notamment dans lequel il en appelle à la féminisation du monde

– “L’angoisse du Roi Salomon”: dernier livre écrit sous le pseudo Ajar, l’histoire d’un taxi un peu “paumé” qui devient le chauffeur attitré de Salomon, le roi de la fringue

– “Vie et Mort d’Emile Ajar”: 30 pages, publié 6 mois après sa mort, explique en détail le canular monté avec la connivence de son petit-neveu. Portrait au vitriol des journalistes et du monde de l’édition. Succulent.

Quelques extraits de son œuvre: “Elle avait un vrai talent pour le silence: on pouvait se taire avec elle sans avoir l’impression qu’on n’avait rien à se dire” (l’Angoisse du Roi Salomon)

“Je pensais que je ne pourrais jamais vivre sans elle. Mais on peut toujours. C’est même ça qui est dégueulasse” (je crois que c’est dans la Nuit sera calme)

“Vivre est une prière que seul l’amour d’une femme peut exaucer” (Au delà de cette limite, votre ticket n’est plus valable)

Il y a un site web dédié à R. Gary Amis de Romain Gary

Et aussi une émission radio Radioscopie de Gary

52)
Blues
, le 14.03.2008 à 13:19
[modifier]

j’en suis restée au “Monde des Ô de mon adolescence, que j’ai dévoré passionnément.

Ah, Van Vogt, je les ai presque tous lu… et durant la même période que toi. Marief si tu le ne savais pas, sache que le “Monde des Ô possède deux suites: “les Joueurs du Ā” et “La Fin du Ā” (bof) ces 3 livres forment le “Cycle du Ā”… Il est toujours temps de les lire, même si la période d’adolescence est passée ;-)

Au fait, dans le genre SF, personne n’a parlé du prophéthique “1984” de Georges Orwell ou de la “La Guerre des mondes” de H. G. Wells

53)
levri
, le 14.03.2008 à 13:30
[modifier]

@ marief : Le monde des à faisait également partie de mes premières lecture en S.F, Van Vogt est assez facile et agréable à lire, mais actuellement je le trouve un peu “léger”.

Au fait, dans le genre SF, personne n’a parlé du prophéthique “1984” de Georges Orwell ou de la “La Guerre des mondes” de H. G. Wells

… sans oublier “Le meilleur des mondes” d’Huxley … Je les ai également lu, mais ils ne font pas partie de mes préférés, et ce sont les ouvrages immanquablement cités si on parle de S.F, donc je pense que tous le monde connait.

J’écoute Miniluv de Hugh Hopper sur l’album 1984

Certains trouvent que cet album restitue bien l’atmosphère de “1984”

54)
ToTheEnd
, le 14.03.2008 à 13:31
[modifier]

Dans le désordre, mes 3 livres préférés qui ont eu une profonde influence sur mon être:

J’irai cracher sur vos tombes de Boris Vian

Voyage au bout de la nuit de Céline (merci de m’épargner les leçons de morale)

Le roi des Aulnes de Michel Tournier

Bien sûr, les autres m’ont aussi touchés mais pas autant que ces 3…

T

55)
Calvin
, le 14.03.2008 à 14:38
[modifier]

Blues et levri: Ah bah oui, c’est vrai, “Le festin nu”… Je l’avais commencé, il y a longtemps, jamais fini… et pas trop envie de le reprendre. Par contre Kerouac et Bukowski, je vais voir ça. Merci!

Question SF, j’ai lu pas mal de livres d’Isaac Asimov, j’adorais la trilogie de la fondation (qui comprend je crois finalement 5 volumes…), ainsi que Babel 17 de Samuel R. Delany – j’en garde des souvenirs fantastiques :-), je me demande ce que je penserais si je les relisais maintenant.

Calvin

56)
levri
, le 14.03.2008 à 15:00
[modifier]

@ Calvin : essaye “Triton” de Delany, je l’avais trouvé excellent.

Orson Scott Card a écrit quelques trucs pas mal aussi.(La Statégie Ender, Xénocide etc)

En Heroic Fantasy, Elisabeth Lynn a écrit quelques romans agréables, mais avec une certaine originalité.(la trilogie de la Tour de guet, ou “loeil du peintre” par exemple)

… le problème c’est qu’il y en a tant qu’il serait intéressant de lire …

57)
Madame Poppins
, le 14.03.2008 à 17:27
[modifier]

Je comprends tellement bien certains choix ici cités mais je constate que vos lectures sont assez “sérieuses” : je l’avoue, je m’attendais à voir aussi apparaître un “Petit Nicolas” ou un retour en enfance avec un “Charly et la chocolaterie”… Non pas que ces ouvrages soient des chefs d’oeuvre mais parfois, il est bon de se plonger, je trouve, dans des lectures légères, qui sont “faciles” et c’est tellement amusant d’en faire profiter ses enfants qui sont tout étonnés “ah oui, toi aussi, t’as lu ça quand t’étais petite ?”

58)
Blues
, le 14.03.2008 à 18:07
[modifier]

je m’attendais à voir aussi apparaître un “Petit Nicolas” ou un retour en enfance avec un “Charly et la chocolaterie”…

Il faut croire que tu n’as pas bien lu :-* éventuellement un petit tour chez l’oculiste ?

Puisque :

14.Blues a parlé de: Bilbo le Hobbit de Tolkien et Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl

18. Borelek 18 a parlé de: “L’île mystérieuse” de Jules Vernes

23. rolando a parlé du: Petit Prince de St Exupéry

59)
levri
, le 14.03.2008 à 18:20
[modifier]

@ Maame Poppins : une cliente m’a offert les 3 premiers tomes de Harry Potter, ça compte ?

Nous avons surtout parlé des bouquins marquants, et comme tous les intervenants sont des adultes, la littérature enfantine n’a pas été abordée … quoique … “Le petit Prince” n’a t il pas été cité ?

Tout petit, je me souviens que j’avais plein d’énormes bouquins illustrés, style “la vie des animaux”, les voitures, les bateaux, enfin un peu sur tout quoi, et des livres de contes. Je me souviens par contre du premier “vrai” bouquin que j’ai “vraiment” aimé et qui m’avait été offert vers 7 ans. Une superbe édition des “Contes de la Table Ronde”, et vers la même époque, toujours en relié, couverture toilée, Huckleberry Finn, je les possède encore. :D

@ Blues : je ne pense pas que Bilbo conviendrait à un gosse de 5 ans ! Je l’ai lu, j’ai assez aimé, n’empêche que je trouve le style un peu lourd.

Par contre c’est vrai que les Jules Vernes, ça mérite d’être lu et c’est une lecture facile.

EDIT : personne n’a cité H.P. Lovecraft ! mon préféré c’était “Démons et merveilles”

60)
zit
, le 14.03.2008 à 20:27
[modifier]

C’est vrai que certains auteurs ont le talent de donner la vie à des personnages “attachants”, ces romans que l’on dévore et qui doivent impérativement être finis avant la fin de la nuit, dût–elle être pauvre en sommeil… Et quand ils sont finis, c’est terrible, on se sent orphelin, abandonné. On s’attache à un Maître Augereau, à une Zia Zaida, aux personnages fantasques de l’univers de Garcia–Marquez, à Anna Karenine ou à Jean Valgean, tout comme à un commissaire Maigret à l’inspecteur Harry Bosch ou aux personnages déjantés de Carl Hiaasen…

Je lis beaucoup, beaucoup, mais relis assez (très) rarement… Un que j’ai déjà lu deux fois et que je relirais sans doute: “Cosmicomics”, d’Italo Calvino, sinon, j’ai prévu de relire tout Queneau, quand j’aurais fait l’emplette de ses oeuvres complètes, dans la Pléiade, je pense que j’essayerais aussi de relire “Ada” de Nabokov, et oui, pourquoi pas “Dune” (bienvenue au club;–) et même la série des “Hypérion and co” de Dan Simmons, “Mytale” et surtout “Etoiles mourantes” d’Ayerdhal, le théâtre de Sartre ou les romans de John Steinbeck…

Mais en même temps, tellement d’auteurs que je n’ai jamais lu, “La vie devant soi ” par exemple, “Ulysse” de Joyce, et tant d’autres…

Caplan, d’accord pour Pennac…

D’accord pour “Les piliers de la terre”, formidable (mais le reste de la production de Ken Follet n’est vraiment pas du même niveau, dommage).

Ah, “La pierre et le sabre”, j’ai aussi adoré ce pavé (et j’avais aussi vu la trilogie cinématographique en une nuit au “Max Linder”).

z (ah, les livres, je répêêêêête: chouette, les livres)

61)
mff
, le 14.03.2008 à 21:00
[modifier]

Chouette, plein de titres à ajouter sur ma liste pour lorsque je vais à la bibliothèque :)

62)
Smop
, le 14.03.2008 à 22:01
[modifier]

Voyage au bout de la nuit de Céline

Tu vois que nous avons des points communs ! Je vais finir par te faire aimer Bakounine ;-)

Tiens, à propos, un autre incontournable à lire, à relire et à relire encore : Walden, ou, La vie dans les bois de Thoreau.

Je comprends tellement bien certains choix ici cités mais je constate que vos lectures sont assez “sérieuses” : je l’avoue, je m’attendais à voir aussi apparaître un “Petit Nicolas” ou un retour en enfance avec un “Charly et la chocolaterie”…

OK, pour moi ce fut les séries Le Club des Cinq (Enid Blyton), Fantômette (Georges Chaulet), Les Six Compagnons (Paul-Jacques Bonzon) et Les Conquérants de l’impossible (Philippe Ebly), en parallèle avec Picsou, Pif Gadget et Strange. Un peu plus tard, il y a eu l’Herbe bleue que nous avons presque tous lu (qui a pensé “fumé” ici ?). Dans un autre genre, j’appréciais beaucoup Van Vogt et Lovecraft. Je me souviens aussi d’un certain engouement pour Barjavel, en particulier pour le Voyageur imprudent. Sans oublier le magazine Métal hurlant ainsi que Philémon, la fabuleuse BD de Fred. Que du bonheur !

63)
Madame Poppins
, le 14.03.2008 à 22:37
[modifier]

Ok, Blues, j’avais loupé Charlie mais je me demande si on peut réellement considérer que Bilbo le hobbit et le Petit Prince sont des livres pour enfants, ça doit dépendre de ce qu’on entend par “enfant”.

Mais oui, un tour, même un grand, chez l’ophtalmo s’impose de toute évidence :-) parce que cumuler “blonde” et “de plus en plus myope”, c’est vraiment pas bon !

Je—>

PS: avec l’évocation du club des cinq (Claude et son chien) et les Fantômette, c’est comme une énorme bouffée d’enfance qui m’est venue, quel bonheur ! Smop, merci de les avoir évoqués !

64)
Zallag
, le 14.03.2008 à 23:20
[modifier]

Le club des Cinq? “Wouah! fit Dag”. Elle est juste, ma citation? Je les ai tous lus… à mes enfants, le soir. Eux, ça ne les endormait pas, je peux vous dire… Encore une page, papa… encore une…

65)
illianor
, le 15.03.2008 à 14:30
[modifier]

J’adore lire. Avec tout le temps que je passe dans le train ou les transports communs en général, j’ai eu le temps de m’y adonner. Par contre autant j’aime lire autant je déteste re-lire. Donc c’est assez simple, je n’ai jamais relu un livre par plaisir (pour les cours c’est une autre chose). Il m’est arrivé de tomber par hasard sur un vieux livre oublié et mal rangé puis de le feuilleter 5 minutes. Mais jamais je n’ai relut un livre. Peut-être es-ce que ça vient du fait que je lit beaucoup de Fantasy ou de SF et que l’histoire standard pour moi se développe sur 5 gros tomes voir plus comme pour L’assassin royal – les aventuriers de la mer – the towny man qui sont une seule et même histoire divisée en trois cycles et dont l’ensemble fait environs 14 tomes.

Sinon un must dans le style reste Le trône de Fer de G.R.R Martin qui se développe en 12 tomes environs en version française (pas encore fini) mais seulement 4 je crois en version anglaise dont un tome de 1500 pages…

Autre point fondamental pour moi, ce qui me fait plaisir dans le fait de lire, c’est de découvrir petit à petit un personnage, une histoire, un monde… Dans le fait de relire un livre, je vais perdre cette découverte et donc le livre perd à mes yeux de sa valeur. Par contre j’ai un petit livre fétiche que je n’ouvre pas souvent, mais régulièrement suivants les périodes. C’est un livre de poésies soufies, un vrai petit régal que je consomme petit à petit en ouvrant le livre au hasard. Je prend même de plaisir à relire certains passages. C’est la seule exception dans ma bibliothèque.

Bref, vive la lecture! Je laisse la relecture à d’autres…

66)
levri
, le 15.03.2008 à 16:45
[modifier]

@ illianor

Il semblerait que tu sois surtout lecteur de Fantasy Anglo-Saxonne récente. ;)

Pour le Trône de Fer, sept tomes sont prévus, dont quatre déjà parus en anglais. Les deux premiers sont traduits en français sous forme de 5 volumes.

Une petite remarque : depuis quelque temps j’ai remarqué que les éditeurs (surtout en “poche”) avaient la sale manie de fractionner les volumes originaux. Nous estiment ils trop stupides pour acheter un gros pavé, ou est ce plus intéressant financièrement de vendre plusieurs volumes à prix “moyen” plutôt qu’un seul volume “cher” ?

Une deuxième remarque : Est ce grâce au fait que la technique d’écriture soit enseignée dans les universités U.S, que depuis quelques décennies certains auteurs nous sortent des séries à la chaîne ? Si en général la qualité d’écriture est excellente, je ne voie pas une grande originalité dans cette écriture, et dès le deuxième tome de presque toutes ces séries fleuve, ce n’est que redite différemment tournée.

Et comme jamais 2 sans 3 : “de la détestation de la relecture”

Pendant longtemps je n’ai jamais relu, moi aussi, mais après avoir lu quelques milliers de textes dans le genre S.F/Fantasy le choix d’un nouveau livre devient de plus en plus difficile, et si on se jette sur la dernière parution, juste parce qu’on est en “manque”, il y a parfois le risque d’être déçu.

Aussi à un certain moment la relecture, surtout s’il s’agit de romans présentant des idées originales et non conventionnelles avec un développement non moins intéressant, peut donner plus de plaisir qu’une parution récente, peut être bien écrite, mais sans contenu.

67)
Isaacm
, le 16.03.2008 à 16:05
[modifier]

Pour bien lire, il faut être disponible et je l’ai été peu souvent. J’ai donc peu lu mais ce que j’ai lu, je l’ai lu avec beaucoup d’intensité et de bonheur :

– La Trêve de Primo Lévi

– Roman avec cocaïne de M. Aguéeev (très sombre)

– Belle du seigneur d’A. Cohen

– Austerlitz de W. G. Sebald

– L’œuvre au Noir de Marguerite Yourcenar

– Ligne de Faille de Nancy Huston

– Portnoy et son complexe de Ph. Roth

– Voyage au bout de la nuit de L. F. Céline

– Vie et destin de V. Grossman

– Mars de F. Zorn (Un livre que je commence souvent mais que je ne peux finir)

– deux livres d’auteurs Israéliens découverts il y a peu : Théra de Zéruya Shalev et Infiltation de Yehoshua Kenaz

– Marx, Groucho Marx, Mémoires d’un amant lamentable (n’y voyez aucune allusion à mon cas personnel.)

Pour la philosophie, toute la série des Carrefours du Labyrinthe de Cornelius Castoriadis.

68)
Guillôme
, le 18.03.2008 à 10:46
[modifier]

Merci à tous pour vos commentaires et idées de lecture :)

Je vais regarder cela calmement pour faire mes futurs achats de livres :)

69)
mff
, le 20.03.2008 à 15:49
[modifier]

Cherche contes de* caractère* ,intéressent à rebrousse-poils pour enfants 8-12 ans .