Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le Nikon D3 sous la loupe

image

Les photos présentant le Nikon D3 ont toutes été prises avec le Canon G9 testé ici (sauf indication contraire). Ben oui, je n’avais plus d’autre reflex pour photographier la bête, il m’a fallu tout vendre pour acheter la chose!
Bien évidemment, les photos d’exemple de prises de vue par le D3 sont issues de ce dernier:-)

Photos du boîtier prises avec le G9? Mais si, et je le prouve…

image

ahaa… on fait moins le malin là, quand je vous dis que je n’ai plus d’autre reflex que le D3…

J’ai déjà expliqué ici le pourquoi de mon retour (le combientième déjà? Je ne peux pas répondre avec précision) chez Nikon.

En gros, la réponse tient en trois points.

  • J’aime le Nikon D3, depuis le jour où l’on annonçait la sortie, je n’y peux rien, c’est comme ça…
  • Canon m’a immensément déçu au niveau de son marketing (publi-reportages à tout va, parfois signalés dans la presse, parfois pas – ce n’est pas le problème de Canon, ces questions d’éthique, mais tout de même – retrait des campagnes de pub dans Chasseur d’Images parce que le journal avait osé critiquer la politique plus que discutable de communication à propos des gros problèmes du 1D Mark III)
  • J’ai de la peine à ne pas craquer quand un fabricant nous sort un matériel largement au-dessus du lot… ce qui fait que je ne peux pas garantir que je ne retournerai pas un jour chez Canon, vous l’avez compris depuis le temps…

Et puis… il y a un quatrième point tout de même.

Nikon, c’est mon premier vrai reflex, un F2.

Ah la la, qu’est-ce que je n’ai pas fantasmé sur son catalogue en attendant de le recevoir, après commande!

J’ai été longtemps fidèle à la marque, qui est, selon beaucoup, à la photographie ce que le Mac est à l’informatique.

Donc il n’a pas fallu insister beaucoup pour que je fasse le pas.

En fait, il n’a pas fallu insister du tout.

Surtout le jour où j’ai pu le toucher, l’essayer pour la première fois (merci Pascal!).

Un capteur exceptionnel

Les spécifications du D3, vous pouvez les trouver ici.

Ce qu’il faut bien sûr savoir, c’est qu’il s’agit du premier Reflex Nikon à capteur plein-format de type 24/36 (pour être exact 23.9 sur 36 mm), donnant des images de 4’256×2’832 et qu’il constitue pour moi une surprise.

image

Image tirée du catalogue Nikon D3

En effet, si j’ai quitté Nikon il y a deux ans, c’était justement parce que je voulais absolument un capteur plein-format, et que Canon m’en proposait un (celui du 5D) à un prix relativement abordable. Je pensais surtout que Nikon ne pourrait pas passer au plein format, vu l’étroitesse de sa baïonnette.

Eh bien j’ai eu tort! Nikon a donc sorti son plein format, et de l’avis général, il s’agit d’une réussite assez incroyable.

Pour en revenir au plein-format, je suis persuadé que qui y a touché ne voudrait pas revenir en arrière.

Le plein format, c’est en particulier un grand bonheur de retrouver des flous de profondeur de champ presqu’aussi doux qu’en argentique en 24/36.

C’est aussi de la place pour de gros photosites capables de profiter au maximum de la lumière.

En effet, Nikon n’a pas donné dans la course aux Megapixel, même si 12.1 MP, ce n’est pas rien. Cela dit, le 5D propose cette définition depuis plus de deux ans, donc bon… D’un autre côté, le Canon EOS 1D Mark 3 est bloqué sur 10 MP, et il vient de sortir lui aussi (rappelons que le 1D Mark 3 ne dispose pas d’un capteur plein format, il faut passer sur le 1DS Mark 3 pour le trouver, mais avec une définition de 21 MP, et un prix très élevé.

Comme nous allons le voir, le choix de Nikon est payant, et les images sorties de ce boîtier sont exceptionnelles, grâce à ce capteur, et au traitement d’image EXPEED (Canon a son DIGIT, Nikon son EXPEED).

image

Image du site Nikon

Un boîtier beau et ergonomique à la fois

Ce boîtier, au premier abord, frappe par son côté massif et, comme toujours chez Nikon (à mon avis), par son esthétisme, puisque, depuis une éternité (enfin, disons depuis 1980), les ingénieurs japonais ont travaillé avec le designer Giugiaro, ce qui nous donne un boîtier de toute beauté, comme l’était d’ailleurs le D2X.

image

Ces deux boîtiers (le D2X est d’ailleurs toujours au catalogue) se ressemblent comme deux gouttes d’eau ou presque, ce qui fait que je n’ai pas été trop dépaysé lors de mon retour chez Nikon, puisque j’ai eu le plaisir de disposer pendant plusieurs mois de ce très bon appareil, il y a près de deux ans.

image

Notez que ce boîtier, comme tous les boîtiers pros, est en métal (en gros du magnésium), tant au niveau de son châssis qu’à celui de ses capots. Nous n’avons pas ici à faire à une structure tout en plastique sur laquelle on a simplement vissé une baïonnette en métal… De plus, le boîtier est bien entendu totalement tropicalisé, ce qui ne signifie pas qu’il est étanche lors d’une immersion, mais permet de le sortir tant à la poussière que sous la pluie. Heureusement, de nombreux appareils moyens de gamme commencent eux aussi à être étanches à la poussière et aux embruns, mais pour l’instant moins intensément qu’un 1D Mark III ou qu’un D3.

Le grip est juste comme il faut, rien à dire, de particulier. Ni trop collant ni trop glissant, parfait.

image

Aaaah, ce grip…

L’utilisateur Nikon ne sera pas du tout perturbé lors de la prise en main du petit nouveau (petit, petit, c’est un peu vite écrit, d’accord, le boîtier pèse sur ma balance 1,441 kg tout nu mais avec sa batterie, et tout de même 2,473 kg avec l’objectif que j’utilise le plus personnellement, le tout nouveau 24-70, véritable petite merveille), et pourra très vite retrouver ses marques, même si les menus ont été revus de fond en comble.

En fait, trois différences sautent aux yeux entre l’ancien et le nouveau:

c’est d’abord le tout nouvel écran de 3 pouces (7,6 cm) de 920’000 pixels, d’une précision diabolique, et qui permet d’être visible quelle que soit la position de l’appareil, dans des conditions même très difficiles (plein soleil).

image

Notez que cet écran n’est pas protégé par un plastique transparent amovible, comme sur le D2X. Dommage, j’aimais bien savoir que si je faisais une bêtise, je changeais un plastique à 10 francs plutôt qu’un écran à… Nikon prétend que son verre de protection est trempé, anti-rayures, vous m’excuserez de ne pas avoir testé la chose…

image

Peut-être bien qu’il ne se raie pas, n’empêche, comme toujours, on se rend vite compte du fait que notre peau est grasse… à force de frotter le nez dessus!

Cet écran est une avancée importante, gageons que dans quelques mois, toutes les marques s’y seront mises.

Puisque j’en suis à l’écran, qui sert tout de même avant tout à regarder ses images, je regrette le fait qu’aucune fonction ne nous permette de passer d’une page de vignettes à l’autre directement lorsqu’on regarde ses photos en miniatures, par groupe de 4 ou de 9 sur un écran, mais qu’il faille glisser toutes les images sans pouvoir faire des sauts, comme d’autres marques le proposent. Un peu dommage, espérons qu’un nouveau Firmware nous offre cette fonction qui ne doit pas manger beaucoup de pain.

Le zoom sur une image, comme toujours chez Nikon, est très bien géré, avec une visualisation par un rectangle jaune de ce qui va être agrandi avant de lâcher le bouton zoom, puis navigation par la suite à l’aide du pad. C’est le système que je préfère de très loin par rapport à tout ce que j’ai pu tester sur les autres marques. Notez que sur les images en pleine définition, vous pouvez agrandir l’affichage jusqu’à 27 fois.

Quant à la visualisation des images, tout est possible, avec des pages d’informations (entre trois et quatre), des affichages des zones brûlées ou sous-exposées, un histogramme RVB si désiré, bref, tout y est.

Deuxième “nouveauté”, le sigle “FX” pour plein format, en bas à droite du boîtier.

image

Un petit sigle qui change tout, l’air de rien!

Troisième différence immédiatement visible: le capot du viseur est plus plongeant, plus… aérodynamique:-)

image

Ici, le cache “griffe de flash” à moitié retiré, pour que vous voyiez le sens du détail du fabricant. Cela dit, je me demande si je vais le perdre tout de suite ou dans un mois…

J’ajoute que la petite fenêtre sur le viseur du D2X censée améliorer le calcul de la balance des blancs a disparu. Nikon s’en sort autrement. Pas toujours très bien, en mode automatique, mais visiblement, c’est malgré tous les efforts des fabricants encore le lot d’un peu tous les boîtiers. Je n’en connais personnellement pas de parfait à ce niveau.

Raison de plus de choisir le format RAW, qui permet ensuite de travailler finement la balance des blancs, de régler la température de couleur quitte à prendre avec soi une petite charte gris-neutre, histoire de calibrer une série d’images prises dans la même situation, une fois dans le logiciel de retouche.

Pour le reste, on retrouve très vite ses marques, et évidemment les délicieuses touches rouges de formatage direct de la carte, ou des cartes, puisque ce boîtier est doté de deux emplacements pour carte CompactFlash (parfait pour moi, certains auraient peut-être préféré une carte SD à la place de la deuxième CompactFlash, moi pas), deux touches tellement pratiques propres à Nikon.

image

Enfin… quand je dis qu’on retrouve très vite ses marques, c’est pour les fonctions de base, parce que je vais revenir à l’ergonomie plus bas: le D3 peut être également très compliqué, comme tout appareil doté de toutes les fonctions imaginables…

Le commutateur d’autofocus présente une position de moins, ce qui est très bien, puisque je ne me rappelais jamais sur quelle position il fallait que je place la chose!

Là, c’est un peu plus simple puisque nous avons trois choix:

image

Tiens, puisque je vois le Pad ici en plus du sélecteur, je signale que je le trouve un peu mou. Pas très franc, avec un petit bruit pas tété.

  • AF sélectif (choix manuel du collimateur)
  • AF dynamique (choix manuel du collimateur, mais au cas où le sujet bougerait, le système met au point sur lui malgré tout)
  • Zone AF automatique (l’appareil peut reconnaître un visage, un sujet humain, et faire le point sur lui-même s’il n’est pas l’objet le plus proche)

Enfin, quand je dis plus simple, faut pas pousser tout de même puisque nous avons, cette fois dans le menu, la possibilité de faire en sorte que le programme travaille sur 9, 21, 51 points, ou 51 points (suivi 3D) pour le mode AF dynamique!

image

Image tirée du manuel de l’utilisateur du D3

Chacun de ces modes peut correspondre à des contextes différents!

Allez, je vous les glisse ici, histoire que vous vous rendiez compte, en extrait du mode d’emploi:

image

image

Images tirées du manuel de l’utilisateur du D3

Puisque nous en sommes à cet autofocus, deux remarques importantes:

  1. Je n’ai jamais vu un autofocus aussi précis, rapide, et discriminant, même dans des situations de luminosité très difficile (pensez, on prend des images avec cet appareil presque de nuit)!
  2. Quel dommage que les 51 collimateurs ne couvrent en réalité que la zone DX du capteur (celle par exemple du 300D) et pas le plein format. C’est pénalisant, et vraiment le point faible de cet appareil.

Le viseur: simplement le meilleur

Le viseur du D3 est tout simplement le meilleur viseur qu’il m’ait été donné de tester (je n’ai pas vu celui du 1DS Mark III, je tiens à le préciser)

Clair, lumineux, immense, couvrant le 100 %, il permet sans problème une mise au point manuelle.

Mieux, le dégagement oculaire permet, même au porteur de lunettes que je suis, de voir la totalité du sujet visé ET les deux ACL, sans le moins du monde avoir besoin de se tordre l’œil. Notez qu’un réglage dioptrique de –3–+1 d est disponible également si vous désirez retirer vos lunettes pour photographier, ce qui n’est à mon avis pas du tout nécessaire.

Une vraie merveille, qui n’est ternie que par le fait que le quadrillage du D80 (par exemple) activable par une simple commande n’est pas disponible ici. Dommage, pourtant, cela devait être possible, puisque le viseur sait très bien masquer la partie du viseur qui ne sera pas prise en compte lorsqu’on place sur l’appareil un objectif DX (fort pratique d’ailleurs, cette possibilité!). Heureusement… mais non, je vais vous en parler plus bas aussi, faut pas que je mélange tout.

Les indications par l’afficheur horizontal (au bas de l’image) et de l’afficheur de droite sont des plus complètes, mis à part le rappel du réglage de la balance des blancs, reporté sur l’écran LCD secondaire arrière (qui n’a pas oublié de remettre la balance des blancs en Auto après l’avoir passé la soirée précédente en fluo lève la main s’il vous plaît).

image

Image tirée du manuel de l’utilisateur du D3, en 1, le cercle de 12 mm pour l’exposition pondérée au centre, en 2, la couverture autofocus, en 3 les collimateurs.

Bref, ce viseur est sensationnel, brillant, large, immense, d’une précision diabolique.

Je suis enthousiaste sur ce sujet, arrivant pourtant du Canon 5D qui avait lui aussi un viseur époustouflant. Là, on est malgré tout quelques crans au-dessus encore.

Notons encore la présence d’un capuchon d’oculaire intégré (qui fonctionne par bascule d’un petit levier).

Des fonctions immédiatement disponibles

image

Puisque j’en suis à parler du 5D, j’en reviens à un défaut que j’avais évoqué par rapport à cet appareil (et pas mal de boîtiers Canon): les touches à double fonction…

Ce n’est pas le cas sur le Nikon D3. Lorsqu’on règle les ISO, on règle les ISO et on ne risque pas, parce qu’on ne touche pas la bonne molette, de dérégler la balance des blancs…

Les ISO, la balance des blancs, et la qualité de l’image se règlent en appuyant un bouton spécifique, sous le petit écran secondaire situé lui-même sous l’écran principal.. C’est clair, précis, net.

Les 4 touches à gauche de l’écran principal permettent, de haut en bas:

image

  • d’atteindre les menus
  • d’afficher sur l’écran les images (zoom, vignette et j’en passe)
  • d’afficher les informations sur la prise de vue en cours/verrouiller une image/apporter de l’aide selon le contexte

image

L’aide intégrée qui s’affiche à la demande lorsqu’une commande de menu est commentée (ce qui n’est pas toujours le cas).

  • de valider certaines options (OK)

Un nouvel affichage des informations sur l’écran principal est de la partie, et se trouve être ma foi très utile, puisque les informations du LCD supérieur et du LCD arrière y sont résumées.

image

Cela dit, d’un autre côté le Nikon D3 a certaines fonctions cachées, qui m’énervent un peu. Comme par exemple, vu que l’appareil a deux emplacements pour autant de cartes CompactFlash, il faut appuyer sur le bouton “zoom” et en même temps sur la flèche haute du pad pour choisir la carte à lire (si l’on veut passer de l’emplacement 1 à l’emplacement 2 ou vice-versa). Va-t’en souvenir Charles…

Autre chose: il faudra tout de même que les ingénieurs Nikon m’expliquent pourquoi, en position “paysage”, l’on dispose du bouton AE-L/AF-L et “AF-ON”, alors que derrière le deuxième déclencheur, position “Portrait” on n’en trouve plus qu’un: “AF-ON”. On photographie différemment en position portrait et paysage ou quoi?

image

image

Franchement, il n’y a aucune raison à ce manque, et ne me dites pas qu’on n’avait pas la place de rappeler ce AE-L/AF-L, ce d’autant plus que la touche qui reste, AF-ON, on s’en passerait facilement vu que le déclencheur à mi-course, par défaut, fait exactement la même chose, soit faire la mise au point.

Heureusement, il y a un palliatif à ce manque: il est possible de faire en sorte que la touche AF-ON (celle derrière le déclencheur vertical donc) mémorise à la fois l’exposition et la mise au point.

Parce que c’est une des caractéristiques de ce Nikon (comme d’ailleurs d’autres modèles de la marque): les touches peuvent faire un peu ce que l’on veut: tout se passe dans les menus. Les touches FN (fonction), centre du Pad, AE-L/AF-L et AF-ON, Info/visualisation sont concernées.

image

Il n’y a pas que sur les pistes qu’il faut être guidé, parfois…

C’est d’ailleurs ce qui explique aussi peut-être la complexité du Nikon dès qu’il s’agit de le personnaliser, et qui nous fait comprendre en partie pourquoi le mode d’emploi de l’appareil “pèse” 444 pages! D’ailleurs, dans Réponses Photo 192 de mars 2008, Jean-Christophe Béchet, sur une page complète, revient sur ce phénomène de la personnalisation du D3 (et de bien d’autres appareils modernes) en titrant “Dites 444!”. Très intéressante manière de voir.

Je précise que ce manuel est d’ailleurs très bien fait, qu’il est accompagné d’une notice rapide de 40 pages (celle qu’on prendra toujours avec soi) et que le tout est doublé par un fichier PDF parfait, avec titres et sous-titres dans la zone des signets, que du bonheur quoi!

Cela dit, cette personnalisation des appareils, si elle les rend plus compliqués, n’empêche pas l’utilisateur de travailler en mode P ou même avec les classiques modes priorité à la vitesse, diaphragme ou Manuel sans la moindre difficulté.

Puisque j’en suis à la personnalisation des touches de l’appareil, je signale que j’ai affecté à la touche AF-ON verticale la mémorisation de l’exposition et celle de l’autofocus, la mémorisation de l’exposition au flash sur la touche AE-L/AF-L (j’ai laissé la touche AF-ON “paysage” en mode “Autofocus seul” pour permettre la mise au point en mode Live View (voir plus bas) et que j’ai affecté à la touche de fonction l’horizon virtuel.

Eh oui, l’appareil affiche soit, sur l’écran arrière, une simulation de bulle à niveau, ou dans le viseur, sur l’afficheur de droite, une indication de la position de l’appareil. Rien de plus simple que prendre des photos droites dans ces conditions!

Cela dit, l’affichage sur l’écran principal n’est utile que lorsque l’appareil est sur un pied (et fonctionne également en mode portrait, contrairement à ce que j’ai lu dans la presse). Par contre l’affichage dans le viseur peut-être activé en tout temps, très facilement.

Bon, cela ne remplace pas vraiment le verre quadrillé, mais c’est fort utile.

Autre petit reproche: si afficher les indications dans le viseur se fait par simple pression sur une touche de votre choix, afficher le niveau sur l’écran arrière nécessite de passer dans un menu, pas vraiment facile à atteindre.

À propos de ces menus, notons qu’ils sont fort bien distribués, encore heureux d’ailleurs, vu l’énorme quantité de fonctions de l’appareil. Cela dit, comme toujours, certains choix me semblent d’une logique douteuse. Par exemple, pourquoi aller chercher la commande “Horizon virtuel” dans le menu Configuration, alors qu’à mon avis, il devrait se trouver dans le menu prise de vue. Bon, je veux bien que puisque cet horizon virtuel (celui qui s’affiche sur l’écran principal) n’est pas là pour un réglage sur le vif, on parle d’une “configuration de l’appareil”, mais je l’aurais vu ailleurs, moi.

Et justement, c’est possible, puisque l’utilisateur peut créer un menu dans lequel il placera ses commandes les plus utilisées.

Bien vu.

Un menu retouche d’images fait son apparition, qui permet d’effectuer des corrections sur un cliché à l’interne, directement dans le boîtier. Personnellement, ce menu, je n’y toucherai pas trop souvent, puisque je préfère travailler les photos dans Lightroom, mais il peut être utile au cas où il faudrait donner une image sans passer par l’ordinateur. Notez qu’un NEF retouché donnera un JPEG qui s’ajoutera aux images originales sur la carte.

Avant de passer aux performances et à la qualité d’images, je signale que la connectique du D3 est très complète, avec un USB2 très rapide (mais pas de FireWire, pas grave), et une prise HDMI qui permet d’afficher les images sur un écran HD.

Les performances

Le D3 est un appareil pour le moins nerveux.

Allumage, instantané.

Latence au déclenchement, 37 millisecondes, c’est-à-dire rien de perceptible.

image

Magnifique déclencheur…

Le déclencheur émet un bruit sec, métallique, pas des plus discrets. Pas le plus joli bruit de déclenchement qu’il m’ait été donné d’entendre, mais lorsqu’on passe en mode rafale, on comprend que Nikon a visé le côté efficace de la chose. Pensez, 9 vues par seconde en mode Full Frame, format RAW 14 bits, c’est du musclé. En mode DX, on passe même à 11 images par seconde. En guise de comparaison, le 1D Mark 3 (qui n’est pas un plein format) fournit des cadences de 10 images par seconde.

Cela dit, en ce qui me concerne, en mode RAW 14 bits, l’appareil freine dès deux secondes, soit à peu près entre 16 et 18 images, puis vous laisse prendre un tout petit peu plus d’une image seconde.

Je précise que j’utilise une carte SanDisk Extreme IV qui n’est pas en cause.

En JPEG Fin, la cadence rapide tient environ une seconde de plus, pour 26 d’images, l’appareil vous permettant de tenir la cadence d’une photo et demie par seconde ensuite. Vous retrouverez votre buffer totalement disponible après une vingtaine de secondes.

Le bruit de rafale est tout bonnement impressionnant. La mécanique est splendide, rien qu’à l’entendre. Tout cela avec une mise au point qui suit le sujet, et qui donne des photos nettes même si le sujet bouge de manière aléatoire, pour autant qu’il reste dans la zone des 51 collimateurs, ou qu’il en sort de très courts instants.

Je vous propose d’aller regarder le test de PictChallenge. Il s’agit d’une rafale d’un TGV arrivant sur l’auteur (tout de même sur un pont, le sacrifice a des limites). Le D3 est une vraie bête.

Plus simplement, j’ai pris des images de mes enfants courant vers moi, le plus vite possible: là aussi, je constate que le D3 suit mon sujet, à l’intérieur des 51 collimateurs, pour autant que je me sois calé sur le réglage “51 collimateurs 3D”.

image

Toutes les images sont nettes!

Tout simplement impressionnant, ce qui me fait regretter (je sais, je me répète), que ces collimateurs ne couvrent pas l’entier de l’image.

Je l’ai déjà écrit aussi, mais cet autofocus est tout bonnement génial. Dans la pénombre, et sans l’assistance d’un quelconque flash externe, il s’en sort sans difficulté.

Au cas où un problème se poserait avec un appareil, il est même possible d’effectuer un réglage précis de l’autofocus pour 20 objectifs au maximum, qui seront reconnus ensuite automatiquement par l’appareil. Cela dit, cette fonction n’est pas recommandée par Nikon, sauf en cas de besoin (décalage léger sur l’arrière ou l’avant du point), ce qui n’est pas le cas chez moi, heureusement.

J’ai constaté que mes flous sont maintenant:

  • ou bien des flous de profondeur de champ, ce que je recherche la plupart du temps
  • ou bien des flous de bouger, ce qui me fait regretter d’ailleurs que mon 24-70 exceptionnel, ouvert en constance à f2.8 ne soit pas stabilisé.

image

image

Cela dit, contre le flou de bouger, en plus d’un objectif très lumineux, vous avez une arme quasiment fatale avec le D3…

Une haute sensibilité qui tient enfin la route

Tout le monde en parle, c’est ce qui a fait que le D3 a secoué le monde de la photo numérique, et je l’ai déjà expliqué ici, ce nouveau Nikon a révolutionné la gestion des hautes sensibilités, ceci avec l’aide de ses gros photosites (eh oui, le capteur plein format a également cet avantage) et l’aide du traitement de son processeur de course EXPEED.

Ainsi, il est possible, sans le moindre souci, de monter jusqu’à 3200 ISO. Mieux même, 6400 ISO restent très bons, et 12’000 ISO restent tout à fait utilisables. Et franchement, si à 25’000 ISOS, le bruit est apparent, il reste d’une certaine manière agréable, proche de ce que l’on avait en 3200 ISO en argentique, en particulier si l’on prend soin de convertir l’image en noir et blanc. Cela dit, c’est clair qu’on évitera de dépasser les 6400 ISO si l’on désire imprimer dans un format plus gros que le 20/30.

Ce qui est assez incroyable, c’est que le D3 va chercher de la lumière là où il semble ne pas y en avoir. Je trouve ça tout bonnement extraordinaire.

Voici donc les détails d’une image d’un grammophone, pris par le D3 sur trépied, déclencheur souple, à différentes sensibilités ISO. Tout est donné directement sur l’image, par Lightroom. Notez que je laisse faire le setup de base pour le D3 par Lightroom, mais que la correction ISO n’est pas enclenchée sur le boîtier.

Image de base, à 200 ISO (éclairée par deux spots économiques de rien du tout):

image

L’image de base et plus bas les détails…

Comme toujours, cliquez pour agrandir à la taille 1:1, sachant qu’une compression JPEG est passée par là… (oui, je sais, c’est écrit TIF sur les images, mon appareil était sur ce mode lors des tests, je ne sais pas pourquoi, on touche tout quand on écrit un article, mais quand je dis qu’une conversion JPEG est passée par là, c’est pour l’envoi sur Cuk.ch).

image

image

image

image)

image

image

image

image

image

image

Notez qu’à 12800 ISO, l’image a encore fière allure non?

image

D’autres exemples rencontrés ces derniers jours…

image

Dix mille ISO…

image

3200 ISO “seulement”

image

Ma fille, à droite, disant au revoir à sa grande copine. Vite fait dans un vestibule mal éclairé, à 6400 ISO.

Certains ont essayé de m’expliquer que Nikon se débrouille avec une cuisine interne, qui mélange son processeur Expeed, son nouveau capteur CMOS et des recettes personnelles qui influent même sur le RAW, ce qui ne serait pas tout à fait d’un purisme absolu.

Vous voulez que je vous dise?

Mais je m’en fiche complètement moi, du pourquoi et du comment de ces résultats incroyables! Tout fabricant travaille ses RAW d’une manière ou d’une autre. Si Nikon a trouvé le truc pour que le résultat soit tellement supérieur à ce que l’on connaissait jusqu’alors, eh bien on ne peut que le féliciter, surtout lorsqu’on sait que la gestion du bruit dans l’image n’était pas vraiment son fort à l’époque.

D’autres ont prétendu que les ISO de Nikon sont gonflés par rapport à ce qu’ils représentent en réalité. Faux semble-t-il, puisque Chasseur d’Images, qui lui est équipé pour vérifier ce genre de choses a constaté la correspondance exacte entre ce qu’affiche le D3 et la réalité.

Donc voilà… Le D3 est exceptionnel, c’est tout.

14 bits, pour une gestion de la dynamique améliorée

D’abord, il est de notoriété publique que le mode d’exposition matriciel Nikon, avec ces 1005 segments, est le meilleur du marché. Niveau exposition donc, le D3, qui embarque pas moins de 30’000 situations types pour comparaison fait très fort. Certains halos lumineux apparaissent parfois sur le haut de portraits pris en contre-jour, mais le sujet est presque toujours juste, lui.

L’exposition peut être également de type spot (1.5 % de l’image, sur 4 mm, couplage avec le collimateur possible) ou pondérée centrale, avec choix de la pondération sur 8, 12, 15 ou 20 mm.

Étonnamment, le D3 est livré avec un réglage d’usine et une profondeur d’échantillonnage “classique” en RAW de 12 bits. Ce qui fait que j’ai photographié, sans le savoir, un certain nombre d’images dans ce mode, avant de me rendre compte, page 68 du mode d’emploi de l’appareil, que je n’étais pas en 14 bits (j’étais sûr qu’en RAW, on était en 14 bits par défaut).

image

J’aime bien cette ambiance… malgré le flou de bouger (fallait que je me grouille, j’étais en train de me faire gronder par le responsable du café littéraire). Mais je suis sûr qu’en 14 bits, j’aurais eu plus de détails derrière la fenêtre.

Ce qui fait aussi que j’ai été de temps en temps un peu déçu de la dynamique dans les hautes lumières du D3 dans les tout premiers temps.

Puis, lorsque j’ai vu que l’on pouvait passer en mode 14 bits, j’ai constaté que, si le D3 n’était pas le meilleur dans le domaine (le Fuji S3 Pro est encore plus fort), il s’en sort plutôt bien avec les hautes lumières, ce qui est un très grand pas en avant par rapport à son prédécesseur (en fait par rapport au D2X, le D2Xs, je ne l’ai pas essayé, mais je crois savoir qu’il n’y avait pas de différences entre les deux sur ce point.

Nous ne sommes pas encore au niveau d’un film argentique bien souple, mais nous n’avons plus du tout de taches disgracieuses sur le visage, si un rayon de soleil vient l’éclairer sournoisement (il est taquin ce soleil, des fois…).

image

Une image JPEG sans but artistique, juste pour montrer. Pas simple et pourtant, l’appareil s’en sort magnifiquement. Remarquez qu’il arrive malgré tout que l’appareil se plante parfois, mais c’est très rare.

image

J’aime bien cette lumière. Notez que bien entendu, il est possible de déboucher les ombres, mais l’image perd de sa magie.

image

On voit plus, mais j’aime moins!

image

Dans le même style…

Notez que Nikon a intégré un D-Lighting actif au D3, qui permet encore d’améliorer la dynamique, ou peut-être l’impression de dynamique de l’image. Contrairement au D-Lighting du menu “Retouche”, qui agit après coup, lors de la conversion en mode JPEG, le D-Lighting agit même sur le RAW (ce qui fait que certains hurlent au loup). Par défaut, cette fonction est désactivée, mais trois niveaux sont disponibles: Faible, Normal et High (en plus de désactivé donc).

image

Cela dit même en mode High, le D3 n’en fait pas trop en mode Actif.

image

Ici, l’on voit à droite des détails (D-Lighting High) dans les hautes lumières qui n’étaient pas visibles à gauche (D-Lighting désactivé).

Malheureusement, Lightroom, s’il affiche les différences entre deux clichés avec ou sans D-Lighting, est incapable de nous sortir dans les EXIFs si l’on a activé ou pas ce mode. Seul, à ma connaissance, Nikon NX, le programme de développement maison, peut vous le rappeler dans ses informations.

Je sais bien que ces programmes généralistes ne peuvent pas tout savoir des recettes internes de tous les boîtiers, mais tout de même, il faudra bien qu’un jour, ils puissent aller jusqu’au fond des boîtiers reconnus, même dans ces fonctions avancées.

Un piqué à la hauteur

En restant tout à fait doux au niveau de l’accentuation, le piqué du D3 est un vrai délice, associé aux objectifs haut de gamme (je n’ai pas essayé avec un bas de gamme, désolé, mais ça me tuerait de le faire sur un appareil de ce type.

image

Aaah ce 14-24 f2.8, quelle merveille!

Pour rappel, si vous montez un objectif DX sur l’appareil (faits pour couvrir les petits capteurs type D300 ou D60, enfin, disons tous les autres reflex numériques Nikon), le viseur affichera en clair la zone couverte, et en sombre celle qui ne l’est pas.

Le 14-24 f2.8 est tout bonnement divin niveau piqué, jusque dans les coins, et me semble révolutionner le grand-angle, le 24-70 f2.8 l’est tout autant, ces deux zooms étant dotés de la toute nouvelle la technologie nano-cristal (déjà présente sur le 105 macro, exceptionnel lui aussi) et le nouveau 60 macro.

Avec le 70-200 f2.8 VR stabilisé également, les résultats sont magnifiques, même si le nano cristal n’est pas de la partie.

image

Un détail d’une image à l’échelle 1:1 prise avec le 70-200. Cliquez sur l’image pour la voir vraiment en 1:1.

Live View, pour les sujets pas trop remuants

Comme tous les reflex modernes, le D3 est doté de la visée Live View, qui permet de viser à travers l’écran arrière.

Comme cet écran est excellent sous presque tous les angles, cela permet de prendre des photos les bras tendus au-dessus de la tête, ou de placer l’appareil au niveau des genoux, en le penchant légèrement. Certes, un écran pivotant serait encore plus agréable, mais n’oublions pas que très peu de photos seront prises, j’en suis certain, en mode Live View.

D’abord parce que sauf certains cas bien précis (certains reportages) ou en mode studio, il faudra beaucoup de temps pour changer les habitudes des photographes. Plus de temps en tout cas qu’il en a été nécessaire au grand-public pour viser à travers les écrans LCD. Il faut dire que les fabricants au mieux se fichent pas mal du viseur des appareils compacts, au pire les ont carrément supprimés.

Et comme le viseur traditionnel du Nikon est excellent justement…

Ensuite parce que photographier en mode Live View implique (en mode “main levée”)

  • d’appuyer sur le déclencheur à fond, de viser son sujet (le miroir se relève, et plus rien ne passe dans le viseur
  • d’appuyer sur le déclencheur à mi-course, pour faire permettre au capteur de phase de faire le point (l’écran devient noir, le miroir se remet en place)
  • d’appuyer à fond à nouveau sur le déclencheur, afin de prendre la photo, ou alors d’appuyer une nouvelle fois à mi-course pour refaire la mise au point.

image

À plat ventre? Pas du tout, mais à genoux, appareil au sol. Pratique tout de même… quand on devient vieux.

Un deuxième mode Live View “Pied” met en fonction l’autocus à détection de contraste pour faire la mise au point. Comme son nom l’indique, le mode “Pied” est conseillé pour les sujets statiques, l’appareil posé sur son trépied.

Bref, lorsque j’utilise le mode LiveView, j’utilise jusqu’à ce jour toujours le mode “Main levée”, mais uniquement dans des cas précis (et pour les besoins de ce test). Sinon, je préfère et de loin viser avec le viseur exceptionnel qui est l’une des grandes qualités de cet appareil.

Cela dit, (et je l’écris deux jours après avoir écrit le paragraphe précédent), je viens d’essayer mon système macro.

D3 sur le trépied, flashs macro (voir plus bas) et… bon dieu, faut que je monte sur une chaise pour viser dans le viseur. Et si j’utilisais le mode Live View “Pied”?

image

On choisit ce mode dans le menu, et on enfonce le déclencheur (souple en ce qui me concerne ici) à fond. Et puis ensuite, on peut déplacer le focus par tout petits pas sur toute la largeur du capteur (puisque c’est l’autofocus par détection de contraste qui travaille).

On appuie sur la touche “AF-ON” (il ne faut pas appuyer à mi-course sur le déclencheur), et l’on peut agrandir la taille de l’image jusqu’à 13 fois à l’aide de la molette pour s’assurer de la mise au point.

On appuie ensuite à fond sur le déclencheur, et paf, la photo est prise.

Je vous laisse la découvrir plus bas, dans le paragraphe “Photographie au flash”.

Dans ce cas, il faut bien avouer que le Live View est génial!

Comme quoi je suis capable de me contredire en une dizaine de paragraphes. Non mais bon, avouons que le Live View en reportage n’est pas très intuitif, et que là, on préfère le viseur. Mais sur trépied, ça se discute…

Remarquez que les deux sont complémentaires.

La photographie au flash

Bien entendu, le Nikon D3 n’est pas doté d’un flash interne. C’est d’ailleurs dommage que tous ces appareils reflex Pro n’en disposent pas, cela peut souvent juste dépanner. Leur viseur est bien trop sophistiqué pour permettre l’ajout de cet élément, de toute façon souvent de bien piètre qualité. N’empêche…

J’ai testé le D3 avec deux types de flashs: le SB-800 et le système de flashs Macro (kit R1C1, d’une souplesse presque magique, avec ses petits flashs que l’on peut placer soit sur l’objectif, soit où l’on veut sur une table).

Nikon a toujours été reconnu pour la qualité de son exposition en mode i-TTL (envoi d’un premier éclair invisible juste avant l’éclair principal), et ne faillit pas à la règle avec le D3, bien évidemment, ce qui fait que vous pourrez prendre des sujets même situés juste devant une surface réfléchissante.

image

La vitesse maximale de synchronisation de 1/250e de seconde est dans la norme pour ce genre d’appareil pro, et la synchro “ultra rapide” FP est bien évidemment de la partie.

Il est possible d’effectuer un bracketing sur l’exposition au flash.

La mise en place du système sans fil est très simple, j’essaierai de vous montrer cela dans un test annexe.

Pour piloter un système sans fil de flash, il vous faudra soit un contrôleur de flash SU-800, soit un autre flash SB (600 ou 800). Vous avez plus haut, au chapitre “Live View”, une illustration de la mise en place du système sans fil avec deux petits flashs.

Voici un exemple de ce que cela donne:

image

Si vous pouviez cliquer pour agrandir, ça me ferait bien plaisir… Deux petits flashs (amovibles) sur le 105 macro, un SB-800 tenu à la main sur le côté, et voilà! J’aurais pu faire mieux en créant un groupe pour les petits flashs, un autre pour le SB-800, et diminuer l’éclairage latéral de ce dernier, qui met un peu trop de lumière sur la feuille d’avant-plan, mais bon, pas mal non?

L’autonomie du D3

On m’avait annoncé le D3 comme capable de prendre des milliers d’images avec une charge de batterie.

image

Certes, si l’on désactive l’écran arrière, si le ne trifougne pas trop les menus, si l’on ne regarde jamais la moindre image, alors peut-être atteindra-t-on les 4300 à 4700 images annoncées par Nikon

Le manuel annonce ceci:

  • Norme CIPA: environ 4300 prises de vue. Mesure effectuée à 23 °C (±2 °C) avec un objectif AF-S NIKKOR 24-70 mm f/2.8G ED dans les conditions de test suivantes: objectif réglé de l’infini à la plage minimale et une photo prise avec les réglages par défaut toutes les 30s. Mode Live view non utilisé.
  • Norme Nikon: environ 4700 prises de vue. Mesure effectuée à 20 °C avec un objectif AF-S VR 70–200 mm f/2.8 ED dans les conditions de test suivantes: qualité d’image réglée sur JPEG normal, taille d’image définie sur L (large), vitesse d’obturation d’1/250s, déclencheur sollicité à mi-course pendant trois secondes et mise au point réglée de l’infini à la plage minimale trois fois. Après six prises de vue successives, le moniteur s’allume pendant cinq secondes avant de s’éteindre; ce cycle se répète une fois les posemètres éteints.

Avec mes normes à moi, je constate que j’ai dû recharger deux fois ma batterie EN-EL4a (les EN-EL4 sont également compatibles, donc si vous avez acheté plein de batteries pour votre D2X, elles fonctionneront sur votre D3) li-ion sur le volumineux chargeur fourni (qui peut charger deux accumulateurs) en l’espace de 1500 photos.

Je précise que dans mes normes sont compris un certain nombre de transferts d’images vers Lightroom (sans aucun problème, l’appareil est reconnu et monte même sur le bureau), le mode RAW permanent, et surtout l’apprentissage de l’appareil avec de très fréquents appels à l’écran principal. À cela s’ajoute un oubli assez fréquent de l’extinction de l’appareil (qui se met bien entendu en mode veille, en tout cas au niveau de l’écran tout seul).

Lorsque l’appareil passe sur le dernier segment de la batterie, sur l’écran secondaire, ne vous dites pas qu’il vous reste des tonnes de photos à faire, rechargez. En effet, on arrive très vite alors à un blocage de l’appareil, je l’ai constaté. Et pour recharger l’accumulateur à 100 %, il vous faudra compter un peu plus de deux heures. Bref, je pense qu’en mode normal, une fois que l’appareil est maîtrisé et qu’on arrête de faire mumuse avec son écran arrière comme je l’ai fait, on peut passer sans problème la barre des 1000 images par charge, en RAW, un peu plus sans doute en JPEG, mais je me vois mal aller jusqu’aux 4’300 images annoncées.

Notons encore un affichage bien précis de l’état de notre batterie (nombre de charges, énergie restante, état de vieillissement) sur l’écran arrière, à l’aide d’un menu.

Et encore?

Si Nikon a eu besoin de 444 pages pour vous faire prendre en main (de manière approfondie, certes) son appareil, vous pensez bien que ce n’est pas ici que je vais tout pouvoir vous dire.

Bien évidemment, les fonctions telles le bracketing (au niveau du flash, de la balance des blancs, et de l’exposition) sur 9 images (ou moins) est de la partie, tout comme l’intervallomètre totalement paramétrable.

image

Les modes d’optimisation d’images (les styles d’images de Canon) apparaissent également, et peuvent être modifiés au niveau de la saturation, du contraste, de la luminosité, de la teinte et de l’accentuation. Vous pourrez encore régler pour les optimisations NB le filtre et le virage. Notez que ces réglages sont effectués en observant une grille sur l’écran arrière de l’appareil, pour que l’on se rende compte de l’effet sur une image d’un réglage.

La personnalisation, comme je l’ai déjà dit, est extrême (4 jeux sont disponibles, pour autant d’utilisateurs ou d’utilisations).

Je défie quiconque de tout savoir d’ailleurs sur cet appareil, même après avoir lu toutes pages du manuel.

image

Là, je l’avais en mains depuis deux jours. Comme quoi même sans avoir lu tout le mode d’emploi, si le sujet est beau…

Deux formats d’images sont encore de la partie en plus du classique 24/36, soit le format DX (24/16) et le format 5/4 (30/24), plus carré donc, dont je me demande bien pourquoi je pourrais bien l’utiliser un jour.

Et puisque l’on parle format, parlons taille: le D3 fournit de NEF (RAW compressés sans perte qui pèsent entre 12 et 14 Mb, des RAW compressés avec perte de 10 Mb environ, des RAW non compressés de 24 Mb, des JPEG haute qualité qui tournent entre 2.5 et 3.3 Mb, des TIFF d’environ 20 Mb.

Comme je l’ai déjà expliqué, je travaille en RAW, mais compressé sans perte, et franchement, je ne vois pas de différence entre le sans perte et le non compressé. D’ailleurs, Nikon dit bien que ce RAW compressé sans perte est aussi bon que le non compressé. Allez comprendre…

En conclusion

Nikon a frappé très fort avec ce D3.

S’il n’est pas parfait (voir les défauts évoqués plus haut), il reste un appareil tout bonnement exceptionnel, ne serait-ce que pas sa souplesse d’utilisation. Son capteur plein format a une définition certes qui n’est pas record, mais de 12.1 MP tout de même, ce qui suffit largement pour une couverture double-page, même recadrée (pas trop sévèrement, certes), permet de jouer avec la profondeur de champ comme du temps de l’argentique, offre une dynamique en net progrès, et surtout une montée en sensibilité impensable il y a un an.

Alors, qu’attendre du D4, qui sortira dans un peu plus de deux ans, si Nikon continue à renouveler sa gamme à son rythme?

Un autofocus d’aussi bonne qualité, mais couvrant le plein-format, une dynamique encore meilleure (dans les hautes lumières, on peut encore faire mieux, on pourra toujours faire mieux), un rappel du bouton AE-L/AE-F sur la poignée verticale et… un anti-poussière plus efficace que son traitement antistatique du filtre passe-bas.

Franchement, fin 2007, il fallait oser sortir un capteur sans le moindre système mécanique de nettoyage.

Je précise que j’ai déjà été touché par des poussières, qui heureusement, contrairement à mon Canon 5D, dont j’ai expliqué les problèmes de graisse ici, n’ont pour l’instant jamais collé sur mon filtre, et se sont envolées, grâce au système dont j’ai toujours dit que j’allais vous parler un jour, qui vise à pulser un air propre et dénué de graisse et d’eau sur le filtre passe-bas, une fois le miroir relevé (pitié, pas une bombe à air hein, ne faites pas de bêtises!).

Cela dit, j’aurais un bon anti-poussière intégré, que ça me ferait bien plaisir tout de même.

Voilà!

image

Si vous en avez marre des chats dans les tests, faut que vous écriviez à Zit, c’est lui qui a commencé à en mettre partout. Il est joli mon Titou non?

Vous vous posez peut-être la question de savoir si je regrette ou non mon 5D?

Vous voulez une réponse?

Eh bien non. Rien de rien, non, je ne regrette rien.

Certes, le 5D est l’appareil de chez Canon qui m’a le plus épaté, depuis des années. Il n’est pas dénué de défauts non plus, mais même trois ans après sa sortie, je le trouve toujours à la hauteur, et vraiment, je l’ai toujours apprécié.

Cela dit, le Nikon, associé à ses nouveaux objectifs extraordinaires (je ne montais que des objectifs L sur mon 5D, donc il n’était pas défavorisé), apporte un plus pratiquement à tous les niveaux.

Certes, le D3 n’est pas dans la même catégorie que le 5D (qui, lui, n’a pas une finition Pro tout temps), mais si je veux aller chez Canon pour disposer d’un plein-format, avec le côté “boîtier professionnel, avec le viseur et la finition qui vont avec”, eh bien je dois passer sur le 1DS, qui coûte deux fois plus cher que le D3, avec certes une définition de 21 MP, mais sinon rien vraiment de plus. Et comme pour l’instant, même si je ne cracherais pas dessus, je n’ai pas vraiment besoin d’une telle définition…

Prix de la chose (sans objectif!):

  • pour la Suisse, de 5900 à 8500 francs
  • pour la France, de 3900 € à 5000 €

À vous de voir…

Quant à moi, ce qui me réjouit surtout, c’est de voir que la concurrence pousse les fabricants à se surpasser, et que la photo numérique n’a pas fini de nous étonner.

En tout cas moi, ce D3 m’étonne tous les jours.

image

61 commentaires
1)
Saluki
, le 28.03.2008 à 00:19
[modifier]

Ah ! Enfin! J’aurai de quoi lire dans le TGV Paris-Strasbourg de 08h21 !

Merci Patron.

2)
Timekeeper
, le 28.03.2008 à 02:28
[modifier]

Il est trop, trop, trop beau ce chat ! Ah ! J’espère bien le revoir dans les prochains tests :-P

4)
Madame Poppins
, le 28.03.2008 à 06:46
[modifier]

Alors, ça, non faire de la pub pour Avent sur cuk…. Pour le surplus, je suis à chaque fois épatée que tu aies le temps de faire tes tests aussi longs, poussés, bien illustrés (le fait que je ne les piges pas ne change pas le fait que je me doute du boulot qu’il y a derrière) ! Tu dors parfois ?

5)
ToTheEnd
, le 28.03.2008 à 07:08
[modifier]

Plus que 2 ou 3 ans max à attendre pour avoir ce machin à 1’000 balles. Je me réjouis.

T

6)
François Cuneo
, le 28.03.2008 à 07:12
[modifier]

Tu sais Madame Poppins, j’ai commencé ce test à Ovronnaz, là où Juliette ne dormait pas, et nous non plus.

Et puis on a eu des vacances, là… Mais c’est vrai qu’avec tous les problèmes que nous avons sur le site ces jours, en particulier dus à Safari 3.1 qui pose des problèmes avec Ajax, je ne te raconte pas comment il a fallu feinter.

J’ai d’ailleurs perdu une journée de travail dans un faux copier-coller mercredi, j’ai cru que j’allais pleurer…

7)
Bruno L
, le 28.03.2008 à 07:55
[modifier]

Bonjour,

Excellent test comme d’ab !

Moi qui me tâte depuis quelques temps pour passer au D300 (je suis en Canon) qui est parait-il un “mini” D3, ça m’a achevé !

Faut que je vois ce que je peux lui mettre devant le nez pas trop chère pour commencer. 24-70 2.8 Sigma peut-être ? Mais je pers mon 70-200 F2.8 Canon que j’aime trop, arghh le dilemme :-/

Merci pour le test je vais pas en dormir !

8)
djtrance
, le 28.03.2008 à 08:38
[modifier]

Magnifique article François! Un plaisir à lire et surtout une envie folle de se le procurer, il a vraiment l’air sublime!

9)
Alain Le Gallou
, le 28.03.2008 à 08:41
[modifier]

Pour Safari 3.1 je suis passé il y a plusieurs mois à Camino, et en suis très satisfait.

Pour un vrai 24×36, j’en serai heureux, mais 2,4Kg plus un bouquin de 444 pages!!! Je reste avec mon Leica M8, peu de bouton donc pas de bouquin. Je reconnais qu’il ne prend pas les photos tout seul des enfants qui courent, utile quand on devient bigleux en vieillissant. J’irai tester ce D3 chez mon photographe, mais les 2,4Kg me bloquent ayant échangé mon macbook pour un macbook Air juste pour le poids.

10)
Inconnu
, le 28.03.2008 à 08:47
[modifier]

Un point qu’il me semble non évoqué dans ton excellent billet est l’utilisation du parc d’anciennes optiques… Certes, le 14-28 est exceptionnel mais ce n’est pas une raison pour jeter les anciennes optiques… Laurent en a parlé ici lors de son propre test du D3 fin décembre 2007 :

http://www.urbanbike.com/index.php/site/exclusif-le-nikon-d3-sur-urbanbike-8/

nb : et tes autres petits monstres…?? Amitiés à ta tribu et à bientôt en vrai !

nb2 : malgré ta propagande et celle de Laurent, je garde mes outils Canon : je teste en ce moment le 85 mm de 1.2 et c’est un réel plaisir ;-)

11)
fxprod
, le 28.03.2008 à 09:05
[modifier]

Merci de ce super test bien fouillé, certains journaleux feraient bien d’en prendre de la graine, plus pisse copies que testeurs…..

Un conseil, dès que tes finances seront remises d’aplomb, vire cette courroie trop visible, surtout si tu vas à l’étranger, tous les pays ne sont pas aussi sécure que la suisse, de plus le confort d’une large sangle néoprène est bon pour le portage.

12)
Emilou
, le 28.03.2008 à 09:18
[modifier]

Outre le fait que l’article soit excellent, il décourage néanmoins les possesseurs de matériel moins pointu et donc moins coûteux. Chapeau pour tes photos qui ne doivent pas uniquement leur réussite à cet appareil de rêve. Pourrais-tu faire une exception à ton ostracisme,que tu nous dis passager, pour canon et nous parler du 40d…. bon je rêve.

13)
François Cuneo
, le 28.03.2008 à 09:18
[modifier]

C’est vrai JCC, tu as raison, j’ai oublié de parler des optiques anciennes.

Il y a d’ailleurs un très chouette truc sur pictchallenge

Et j’ai adoré le test de Laurent. Tu lui diras, vu qu’on n’est même pas fichu de mettre un commentaire sur ton excellent site!:-)

Fxprod, c’est vrai. Je vais y penser.

14)
François Cuneo
, le 28.03.2008 à 09:20
[modifier]

Pourrais-tu faire une exception à ton ostracisme,que tu nous dis passager, pour canon et nous parler du 40d…. bon je rêve.

Non non, le 40D devrait suivre si fxprod fait son test, comme il l’a proposé.

Sérieusement, aucun ostracisme, tu penses! Le problème, c’est que le 40D a été “testé” de tous les côtés, et tellement de fois de manière un peu… disons dirigée par l’argent de Canon.

15)
A.DOU
, le 28.03.2008 à 10:27
[modifier]

Merci à ce courageux et heureux homme, ce bon FRANçOIS de SUISSE !!! Je m’ autorise à renseigner que pour la balance du blanc ( sur tout appareil, avec mémorisation d’ un blanc de référence ), il existe, certes, différents systèmes complémentaires; mais, quant à moi, celui que je préfère est l’ EXPODISC. Il se présente comme un filtre avec une face laiteuse et de l’ autre prismatique. Contrairement aux autres systèmes, on ne mesure pas la qualité de la lumière réfléchie, mais, avec ce filtre sur l’ objectif, on mémorise la lumière incidente. Je ne peux que dire que ce bidule rend de précieux services. Amitiés à tous.

16)
FT'e
, le 28.03.2008 à 11:07
[modifier]

Raaah, les tests à la François. Toujours un festin d’informations, toujours très agréable à lire. Et toujours fort long. Magnifique !

C’est vrai qu’il fait rêver cet appareil. Pourtant, certains points sont pour moi rédhibitoires. Le prix, je pourrais m’en accommoder. Mais le poids et l’encombrement ! Oulà. C’est qu’il est massif le bestiau. Trop pour moi, beaucoup trop.

J’apprécie le poids de mon 40D monté du 17-55/2.8. Le matin. L’après-midi, après 6 ou 7 heures de marche, j’apprécie moins. Il m’arrive de ne partir qu’avec le 10-22 monté, pour 300 grammes de moins. Appréciable. Et ça me force à changer mes compositions.

Je lorgne plutôt vers le D300. Mais il y a un mais.

La gamme optique. Je me suis fait mon trou chez Canon avec quelques beaux cailloux. Beaucoup, 3 sur 4, n’ont pas d’équivalents directs chez Nikon. Les plus proches concordances sont moins intéressantes et plus chères (et pas meilleures optiquement).

A dire vrai, deux appareils m’intéressent plus actuellement. Le E-420, pour sa compacité incroyable, mais disqualifié par son capteur 4:3 limite capteur de compact, et le dernier Pentax. Ils font très fort Pentax ces temps je trouve. C’est une marque à suivre.

vire cette courroie trop visible

Je n’ai qu’une seule recommendation à faire: Sangle Lowepro Voyager

J’en ai essayé pas mal alors que je passais dans une très grande enseigne photo à Portland, et j’ai ramené ça. J’en suis vraiment très content, je recommande chaudement.

Pour dériver un peu… il y a une chose que je ne comprends pas, mais alors pas du tout. Les fabricants nous proposent des réflex fort intéressants certes, mais ils nous imposent leurs choix en matière de capteur.

Avec les compacts, il n’est pas rare de trouver des appareils très semblables avec juste le nombre de pixels comme différentiateur, ou presque. Avec les réflex, jusqu’à il y a quelques semaines à peine et l’annonce des derniers Sony, point de choix. C’est je pense très avisé de Sony que de proposer deux A3×0 très semblables, différentiés par le capteur.

17)
François Cuneo
, le 28.03.2008 à 11:27
[modifier]

FT’e, honnêtement, je crois que le 14-24 f2.8 écrase le 16-35 testé d’ailleurs ici chez Canon. C’est la révolution du zoom grand-angle, vraiment, au niveau du piqué.

Le 24-70 est meilleur que le Canon aussi. Pour le 70-200, les deux sont équivalents.

Le 105mm Macro est tout simplement incroyable chez Nikon.

Me manque un 50mm 1.4 ou l’équivalent de mon superbe 85.mm 1.2 de chez Canon. Mais j’attends une mise à jour du 50, avec une motorisation ultrasonique.

Mais bon, si tu es content de ton 40D, faut pas changer pour le 300D il me semble. Attends l’arrivée du 5D mark 2 (ce dont j’ai été incapable!:-))

18)
levri
, le 28.03.2008 à 12:23
[modifier]

Depuis le temps que j’attendais un capteur 24*36 … pourrais je enfin réutiliser mes excellents cailloux AI ? :D

19)
FT'e
, le 28.03.2008 à 12:27
[modifier]

FT’e, honnêtement, je crois que le 12-24 f2.8 écrase le 16-35 testé d’ailleurs ici chez Canon. C’est la révolution du zoom grand-angle, vraiment, au niveau du piqué.

14-24 veux-tu dire ?

Le souci n’est pas tant en 24×36, mais en APS. Le 14-24 semble effectivement être une tuerie. Mais rapporté à l’APS, il couvre un champ bien moins intéressant et le prix est sérieusement costaud…

Le format de boîtier pro façon Canon 1D ou Nikon D3 n’est pas pour moi. Je n’y pense même pas. En format “compact”, que reste-t-il ? Le 5D 24×36, et de l’APS. Et du 4:3, mais là encore, ce n’est pas pour moi. Tout compte fait et considérant les optiques disponibles, l’APS me convient fort bien. Et donc en APS ou DX, il n’existe pas d’équivalent à mes 10-22, très bon à défaut d’être excellent et surtout sans équivalent ailleurs sauf Olympus (mais 4:3, 2.5x le prix), 17-55/2.8 dont la stabilisation fait défaut chez Nikon alors que le caillou est plus cher (et pas meilleur), ni pour le 70-200/4. Il n’y a pas de télézoom haut de gamme compact chez Nikon. Cet objectif chez Canon est une merveille absolue. La stabilisation est redoutable d’efficacité et le piqué stratosphérique, et pour moins de 800 grammes.

Reste l’objectif macro. C’est le 1/4 qui contrarie mon propos. J’ai l’EF-S 60/2.8, qui est excellent. Nikon propose un 60mm similaire en tous points, et ce 105mm stabilisé sans équivalent Canon. Une merveille. Un chouia long rapporté au format APS cependant, et j’aurai du mal à lui trouver un usage autre que macro, alors que j’utilise le 60mm dans toutes sortes d’autres situations (raison pour laquelle j’ai préféré le 60mm au 100mm, quoique maintenant que j’ai le 17-55/2.8 son usage hors macro a drastiquement diminué). Canon nous sortirait un équivalent, pour autant qu’il soit au niveau, je n’hésiterai pas plus de 10 minutes je pense.

Bref, j’aimerai un D300 avec mes optiques actuelles. Mais je peux pas. Zut. ;)

20)
Marcolivier
, le 28.03.2008 à 12:47
[modifier]

Ahhhhh, quelle belle revue. De quoi s’allécher les babines avant d’aller manger, et de rêver à son prochain D300.

Merci beaucoup François pour ce merveilleux test qui suscite en moi une très forte envie de partir en voyage, à la chasse aux belles images, de désert notamment et de Moyen-Orient.

21)
zit
, le 28.03.2008 à 12:49
[modifier]

Splendide!

Encore un test qui donne envie de changer de matos! Ah, si je n’avais pas toutes ces optiques sur mon 5 D!

Je vais peut être en vendre quelques unes parce que ce 14-24, c’est quand même quelque chose d’exceptionnel! La photo du poteau est formidable (comme les arbres d’ailleurs)…

Je crois qu’un petit D300 compléterait bien le 5D… (et puis j’ai quand même déjà un paquet d’optiques Nikon, d’ailleurs, mon placard à matos, ça commence à être un peu problématique, le rangement…)

Pour le viseur, celui du 1 Ds mark III (purée quel nom à la con!) est très bon aussi, je n’ai pas pu les comparer mais, il est vraiment bon…

Sinon, le chat est magnifique, et les enfants aussi ;–)

FT’e, j’ai aussi une de ces courroies Lowepro et je confirme: impossible de s’en passer après l’avoir essayée, le matos paraît au moins 30% plus léger!

A part ça, c’est vrai que le système flash Nikon, quelle merveille, c’est vraiment dommage de ne pas avoir de flash intégré rien que pour piloter des flashes distants, tellement ça fonctionne bien (sur le D300, par exemple).

Donc bientôt un test du R1C1? J’en salive déjà!

z (qui peut m’expliquer ce collier d’ambre que porte la belle Juliette? je répêêêêêête: appartenance à une secte?)

22)
Guillaume Wallut
, le 28.03.2008 à 12:50
[modifier]

Merci, François, pour cette belle, nette (avec quelques flous dans la profondeur) (pouf pouf !) présentation du Nikon D3 qui fait en effet rêver…

Nous arrivons donc (enfin) à la génération des capteurs plein-format et avec un traitement très poussé. Chouette !

Cela dit, il faut aussi mettre le prix, pour le moins macro, et je suis d’accord avec ToTheEnd et Émile Verschueren (mais comment font-ils pour poster des commentaires à des heures pareilles) : peut-être cela vaut-il la peine d’attendre la concurrence et la baisse des tarifs…

23)
jibu
, le 28.03.2008 à 13:19
[modifier]

le collier d’ambre fait partie d’une légende urbaine, avec ce collier plus de mal de dents !

24)
fxprod
, le 28.03.2008 à 13:58
[modifier]

Non non, le 40D devrait suivre si fxprod fait son test, comme il l’a proposé.

Il faudra attendre un peu,cela fait une semaine que j’ai le 40d et mes neurones n’ont pas encore assimilés la totalité du mode d’emploi, J’en suis qu’au 2/3…… je lis lentement, quant à acheter le bouquin sur le 40d, peut-être quand j’aurai fini le manuel livré avec le 40d.

25)
Inconnu
, le 28.03.2008 à 13:58
[modifier]

Impressionnant ce test, mais où trouve-t-il le temps avec les enfants, les courses, la vaisselle, la lessive, etc. ?
La bandoulière est très bling-bling, je suis sûr que S. a un Nikon

26)
Argos
, le 28.03.2008 à 14:26
[modifier]

Eh bien c’est du lourd! Là je parle aussi bien de l’article de François que du D3. L’article, je le lirai et l’apprécierai tranquillement ce week-end. Pour le D3, j’aimerais aussi attendre jusqu’à ce qu’il vaille mille balles, mais hélas j’ai l’impression que ce ne sera pas pour demain. Enfin, l’espoir peut fait vivre. En attendant, un D300 me semble plein de promesses et tout aussi efficace pour un amateur.

27)
François Cuneo
, le 28.03.2008 à 14:41
[modifier]

FT’e Si j’ai corrigé, désolé… Si Nikon a fait aussi fort avec son 60 qu’avec son 105, ça doit donner. Et c’est ce qui est le cas d’après tout ce que je lis. Le 105 Macro Nikon est bien meilleur que son équivalent chez Canon (je le sais bien, je l’avais). En fait, avec ton 60, en effet, tu as l’équivalent quasi en focale que mon 105 sur le plein format.

Zit, comme l’explique jibu, c’est pour les dents de Juliette. Pour pas qu’elles lui fassent mal quand elles poussent.:-)

Fxprod, au boulot mon gars!

Haddock, toujours la même réponse: dès que t’as 5 minutes, tu écris un bout d’article, quelle que soit l’heure. Oui oui, je vais changer de courroie. Plus les sous tout de suite, mais ça vient!:-)

Argos, le D300 est splendide en effet, mais n’a pas le plein format, tellement formidable.

Guillaume Wallut, non non, TTE a tort, tout ça dans un boîtier à mille balles, on n’aura jamais. Une partie de la technologie oui, pas tout ce qui est décrit ici.

Et merci aux autres pour vos encouragements.

28)
ToTheEnd
, le 28.03.2008 à 15:08
[modifier]

Ma gé tankurage ossi… ma si tu di ancore uné fois ké gé tor… gé té kass lé dos jambe…

Non mais sans déc, regarde le numérique en 2001, dans le haut de gamme de Nikon (D1X) à plus de 6’000 balles, il a l’air ridicule par rapport au D60 d’aujourd’hui et pas seulement en terme de pixels.

Au delà de la taille et du poids, ces numériques sont des ordinateurs et on sait tous comment ça va dans ce milieu… tu as vu ce que tu avais dans un MacBook de 2002 par rapport à aujourd’hui?

Je parie (pas mon HD!) que je n’ai pas si tort que ça et que le temps me donnera raison.

T

30)
johweb
, le 28.03.2008 à 16:31
[modifier]

Grâce à l’image en 1:1 du chat, on peut s’apercevoir qu’il faut nettoyer le nez du chat !!! Superbe article !

31)
Guillaume Wallut
, le 28.03.2008 à 16:49
[modifier]

Merci François pour votre réponse à mon commentaire, bien naïf, comme d’habitude, en ce qui concerne les prix.

Quoiqu’il arrive, il va falloir se résoudre à économiser pour passer à un capteur plein format avec le système qui va bien (Expeed pour Nikon, Digit pour Canon, RP Pro pour Fuji, etc.).

Parce que 4 500 euros (30 000 francs français !!!), quand même, c’est plus du double de ce qu’on avait jusqu’ici…

32)
fxprod
, le 28.03.2008 à 23:11
[modifier]

Fxprod, au boulot mon gars!

il y a des jours ou il vaut mieux la fermer, c’est pas que je veux pas le faire mais les mauvaises langues vont comparer mon test avec le tien et je suis battu d’avance de plus sur un autre fil de discussion j’ai donné mon avis que je partage avec moi-même et je le répète:

le 40D IL EST BIEN

33)
giampaolo
, le 29.03.2008 à 07:08
[modifier]

Magnifique test une fois de plus. Bravo François. Tu es vraiment doué pour cela! Et il y a quelque chose de magique dans ce test. On sent que tu t’es fait plaisir en achetant cet appareil fabuleux. Tu as bien fait. Si je n’avais aucun appareil et qu’il me fallait du haut de gamme, je choisirais probablement ce D3. Mais je suis très content avec mon matériel et mes objectifs (honte à moi si je ne l’étais pas!). Je ne vais pas non plus changer mes yeux; or, quel que soit le capteur et la finition d’un beau boîtier, c’est avec ses yeux, son corps et son coeur que l’on essaie de faire de bonnes photos.

Merci pour ce beau test.

34)
François Cuneo
, le 29.03.2008 à 07:37
[modifier]

Gianpaolo, quand je vois les photos que tu fais avec ton matériel, je me dis que tu aurais tort de changer en effet. Bien sûr que ce 5D et ta kyrielle d’objectifs sont magnifiques.

fxprod… C’est trop court comme test “le 40D, il est bien”.:-)

T'as qu'à faire différent, on n'est pas là pour comparer les tests!

Johweb, j’ai vérifié, Titou a le nez propre ce matin.

C’est un chat un peu collant, il est sur moi là d’ailleurs maintenant (il a sa patte qui repose sur mon bras gauche, pratique pour écrire!), et il fourre son nez partout toute la journée. M’étonne pas qu’il ne soit pas tout le temps propre.

Tant pis, c’est le chat le plus rigolo que je n’aie jamais eu. Et tellement sympa!

35)
giampaolo
, le 29.03.2008 à 08:21
[modifier]

Merci François. Surtout que depuis début décembre, je n’ai plus de 5D mais un splendide 1Ds mark III dont je suis totalement content. J’avais 2 boîtiers 5D. Je les ai vendus pour m’offrir le 1Ds. Que du bonheur. Comme tu vois, tu ne pas le seul à acheter puis revendre. Je te comprends donc très bien :-)

37)
Déclic
, le 29.03.2008 à 08:59
[modifier]

L’occasion de poster ma première intervention sur Cuk est trop belle :

Premièrement, j’ai la chance de posséder ce fabuleux D3 pratiquement depuis sa sortie fin novembre 2007.

Inutile de vous dire que je partage l’opinion de François dans ce test qui donne envie de le lire et le relire, tellement vivant et impartial…

Mais le plus rigolo, c’est que j’ai également un Titou (si, si, c’est vrai !!), et il a dû prendre des cours avec celui de François car il ne me quitte pas d’une semelle et adore rédiger avec moi…

Vive le D3, vive les Titou et vive Cuk !!

38)
François Cuneo
, le 29.03.2008 à 10:38
[modifier]

Gianpaolo, fallait pas me dire ça. A quand le test de ton DS??

Pour le flash, le système Nikon est tellement génial que je ne vais pas acheter cette chose qui coûte bien cher tout de même… Mais c’est vrai que ça a l’air très bien.

39)
François Cuneo
, le 29.03.2008 à 10:39
[modifier]

Bienvenue Déclic!

Une caresse à Titou!:-)

Vois-tu d’aures défauts-qualités à ce que j’ai écrit dans le test, histoire de compléter?

40)
fxprod
, le 29.03.2008 à 11:40
[modifier]

fxprod… C’est trop court comme test “le 40D, il est bien”.:-)

IL EST TRES BIEN LE 40D c’est mieux et en plus il fait des photos.

41)
fxprod
, le 29.03.2008 à 11:42
[modifier]

Application error

Rails application failed to start properly”

c’est énervant quand on poste ce truc, il “derail”

3 commentaires en plus rien que pour le 40 D3 magique non.

43)
Déclic
, le 29.03.2008 à 13:00
[modifier]

Bon, je vais me permettre de parodier légèrement Audiard : “Le prix s’oublie, la qualité reste !!”, là, je crois que j’ai bon, voici donc ma version, “Le poids s’oublie, la qualité reste”.

Je ne suis pas spécialement chétif, mais je n’ai pas non plus la carrure d’un déménageur et j’avais peur de souffrir. Et bien, croyez-le ou non, même au bout d’une journée entière avec la bestiole, je n’avais toujours pas envie de le quitter et mes épaules et mon coup ne m’envoyaient pas de signaux alarmistes…

Bon, j’avoue humblement que j’ai appris à redécouvrir les qualités de quelques fixes sympathiques (24 f/2.8, 50 f/1.4 et 85 f/1.4) qui ne grèvent pas trop le poids.

Ton test a mis le doigt sur la plupart des qualités et défauts que j’ai moi-même constaté, du coup je n’ai pas grand chose à ajouter et je ne peux que conseiller à ceux qui le peuvent, de sauter le pas vers ce boîtier.

C’est une sacrée somme, mais c’est aussi un autre monde.

Lors d’une sortie photo à La Roque d’Anthéron, un collègue qui jugeait cet achat complètement déraisonnable et déraisonné en début de sortie, piaffait d’impatience d’aller voir son banquier pour lui faire un grand numéro de charme, dès le soir venu ;-)

Depuis, il m’en veut de lui avoir mis entre les mains mais ne regrette pas une seule seconde son achat malgré l’énorme colère de son épouse…

Titou a beaucoup apprécié la caresse, merci…

44)
levri
, le 29.03.2008 à 13:13
[modifier]

Le poids s’oublie, la qualité reste

Que la masse soit avec toi !

La gamme “Pro” de Nikon a toujours utilisé des alliages de magnésium et bronze, pour des question de rigidité et de masse. La masse étant le meilleur moyen d’amortir les vibrations, et par conséquent d’améliorer le piqué.

Ceci dit je les ai toujours trouvés bien équilibrés, bien en mains … on oublie facilement le poids. :D

J’écoute Blue Sky du Jan Garbarek Group sur l’album Photo With Blue Sky, White Cloud, Wires, Windows & A Red Roof

… tout un programme :)

45)
fxprod
, le 29.03.2008 à 14:58
[modifier]

Tu sais que tu peux supprimer les messages inutiles? Je l’ai fait!:-)

C’était juste pour expliquer, lorsque je fais envoyer le commentaire c’est la phrase citée plus haut qui vient, malgré cela le commentaire s’affiche, vraiment ennuyant ce mini bug.

47)
François Cuneo
, le 30.03.2008 à 14:09
[modifier]

Il est fou ce gars! Mais bon, ça m’a l’air concluant. Du coup, je vais être moins nerveux pour mon futur éventuel iPhone!:-)

48)
François Cuneo
, le 30.03.2008 à 14:10
[modifier]

Il est fou ce gars! Mais bon, ça m’a l’air concluant. Du coup, je vais être moins nerveux pour mon futur éventuel iPhone!:-)

50)
Tony
, le 31.03.2008 à 00:19
[modifier]

La question, au final, qui me semble essentielle est de savoir, François, s’il te semble que tu fais de meilleures photos avec le D3 qu’avec le 5D ?

P.S: c’est vrai que le gars dans Youtube avec son D3 est un peu barge ou alors très riche et barge.

51)
gbuma
, le 31.03.2008 à 09:41
[modifier]

Merci pour le test. Ce D3, c’est le rêve devenu réalité pour les photos en salle (théâtre, danse)…

Ah, les flous du plein format. C’est comme si les images respiraient à nouveau.

Bien du plaisir avec tous ces beaux sujets de photographie (enfants, chants et amis) !

Gaspard

PS: D3 drop test (ahhh, ça fait mal).

52)
nicoboss1
, le 31.03.2008 à 15:34
[modifier]

de 5900 a 8500Chf..!! Quel écart!! Quelle est la justification?

54)
François Cuneo
, le 01.04.2008 à 20:15
[modifier]

C’est vrai que c’est fou, ces différences.

Tony, non, pour l’instant, je ne fais pas de meilleures photos je pense, quoique…:-)

55)
vibert
, le 05.04.2008 à 02:20
[modifier]

Salut François… J’ai moi aussi du retard dans mes lectures et je viens seulement de lire ta prise en main du D3 (imprimée depuis longtemps elle attendais un soir ou je ne me couche pas épuisé ;-)

C’est chose faite, bravo pour ce papier ! Un de plus… Du grand Cunéo !

Une question : j’ai fait de multiples test pour comparer le 12 bits et le 14 bits avec le D300… Sans avoir jamais pu voir la moindre différence (développé dans Lightroom). Y compris avec des contre jours et des très hautes lumières…

L’as-tu constaté toi-même ? Car je me prend à douter… De toutes façons les rafales du D300 sont bien trop lentes en 14 bits et les images trop lourdes ! Donc a réserver pour des cas exceptionnels !

Mais comment fait Canon avec ses RAW de l’EOS 40D en 14bits à 6,5 images / sec ;-) Tu sais qu’il est vraiment très bien mon petit EOS 40D, plus je l’utilise plus je l’aime… (tellement plus léger que le D300). Evidement le D300 est mieux (mais ce n’est pas le mien, c’est celui de la Nikon School)…

Pour ma part il y a des années que j’ai dit adieux aux mastodontes (j’ai trimbalé des années deux EOS 1n argentiques dans mon sac à dos des années…) et même si le D3 est exceptionnel je n’en voudrait pas pour voyager ! Je préfère 1000 fois emporter deux boîtiers Experts…

Alors ce 14bits ? Mythe ou réalité avec du recule ?

56)
adonis
, le 10.04.2008 à 16:09
[modifier]

Sous la loupe, c’est peu dire… Le D3 n’aura bientôt plus de secret pour personne, mais pour l’amateur qui hésite encore pour des qestions budgetaires je pense qu’il faille attendre la sortie prochaîne d’un nouveau D80 qui pourrait s’appeler D90 ou qqch du genre, avec des caractéristiques techniques très enviables par la concurrence… Encore bravo pour le D3 ( pas celui de gibraltar) hi..hi..hi..

57)
r-numerik
, le 11.04.2008 à 15:18
[modifier]

Superbe test, j’ai fureter sur le net pour vois des prises en main du D3, et je suis satisfait. Maintenant plus qu’a attendre la bête pour pouvoir s’amuser avec. Merci pour ce bon test.

58)
zastraudos
, le 27.06.2008 à 14:45
[modifier]

J’ai perdu mon pseudo alors j’en ai crée un autre (à moins que François me le retrouve..;)

Je sais, il s’est passé plus de 3 mois entre cet excellent test et mon petit commentaire mais saviez-vous qu’une rumeur traine sur des annonces que Nikon ferait le 1er juillet.

Il s’agirait d’un D700=D300 plein format, d’un D3X et d’un SB900…..voir ici ou encore

On peut toujours réver mais moi je rêve du plein format pour les raisons que François à évoqué et surtout la sensibilité élevée travaillant sur scène.. Cela dit mon D300 actuel me procure une réelle avancée par rapport à mon défunt D80 même si ce dernier était couplé à un 70/200 VR2.8..

Nous verrons si ce boitier à 3000€ est un coup de bluff ou pas….

59)
r-numerik
, le 27.06.2008 à 14:52
[modifier]

Pour l’instant je suis satisfait de mon D3. Un D700 pourquoi pas mais pas de suite, car d’abord il faut que je fasse le tour du D3 et j’en ai pour quelques temps ;-)

60)
lelorrain
, le 03.07.2008 à 15:37
[modifier]

Superbe article sur le D3 dont j’ai fait l’acquisition il y a 1 mois et que je suis en train de découvrir. Passant du D200 au D3, c’est vrai que je suis déçu par l’absence de quadrillage ds le viseur qui pouvait être une aide précieuse à la composition; je pense que techniquement, cela devait être difficile à réaliser. Hormis ce détail, une vrai bombe! J’ai en même temps, fait l’acquisition d’un 24-70 f2,8 qui est également exceptionnel. Possédant déjà par ailleurs un 105 macro, j’envisageais l’achat d’un 200 ou 300mm pour compléter la gamme, mais ton article m’a presque convaincu de commencer à l’opposé par un 14-24! Merci encore pour cet article

61)
nikon33
, le 20.03.2009 à 20:05
[modifier]

Utilisant le D3 depuis un an et demi environ, je suis tombé par hasard sur le test de François. Ce test est très réaliste, je n’y rajouterai rien.Oui le D3 est génial, oui il est cher, mais quand on aime, on …compte moins. Je l’utilise avec un 70-200 VR 2.8, un 50 mm D 1.4, le 105 macro vr, un sigma 12-24 3.5-5.6 et le 24-85 2.8-4. Tous ces objectifs sans exception permettent de faire d’excellentes prises de vue avec le D3 (le 24-85 est d’ailleurs économique à l’achat)Je n’ai pas encore le 14-24 Nikon mais il est évidemment plus lumineux que le Sigma, peut-être a-t-il un meilleur piqué (faut que je voie quelques test là dessus) et il déforme certainement plus les perspectives que le Sigma dont c’est la plus grande qualité. Je crois que le D3 ne fait pas forcément des images bien meilleures que les divers 5d, 1D, 1ds…de Canon. Mais il a bien deux atouts: Une qualité de fabrication et de tenue en main au top, et puis il permet de faire des photos dans des cas où on n’essaye même pas avec les autres, toutes marques confondues d’ailleurs. Jouer avec les ombres et les contre- jours devient facile….Et puis il permet de se remettre en question:avec lui, si la photo n’est pas top, ce n’est à priori pas de l’appareil que ça vient…..Grâce à lui, j’ai encore beaucoup à apprendre en photo, alors que je pratique depuis 25 ans..alors un grand merci à Nikon pour ça . Et je garde le D3, le D3x est un peu moins sensible, moins magique…