Profitez des offres Memoirevive.ch!
«Democrats Abroad» – les Américains hors d’Amérique

«Je veux que nous retrouvions l’estime du monde.»

«Je vote pour un candidat qui nous rende la fierté d’être Américains.»

«Je veux que ça change!»

«Je vote pour un candidat qui nous sortira d’Irak.»

«Pour la paix dans le monde. Plus de guerres.»

«Que ça change!»

«Nous sommes une nation démocratique: il faut que nous retrouvions des politiciens qui croient en cette démocratie. L’Amérique, c’est un peuple. Mais ce peuple est aliéné, dépossédé, désinformé. Je vote pour un candidat qui lui rende le goût et la couleur de ce qu’il devrait être.»

«Je vote pour un Président qui croit aux droits humains et qui les respecte scrupuleusement.»

«Je veux que ça change!»

image

Foule et longues queues d’attente pour voter mardi dernier à Genève

La salle était comble – elle débordait de monde. Pour la première fois dans leur histoire, les Démocrates américains de l’étranger votaient par internet pour choisir leur candidat. Les responsables attendaient du monde – mais il faut croire que le flot humain qui a envahi la salle de l’hôtel Warwick (en face de la gare de Genève) dépassait toutes les attentes. En tout cas, Caitlin Kraft Buchman, la présidente suisse de Democrats Abroad, n’a cessé de répéter que les organisateurs devaient faire face à une marée humaine sans précédent.

image

Caitlin Kraft Buchman, présidente en Suisse des Démocrates de l’étranger

Et d’un bout du monde à l’autre, c’était pareil. A Londres, mille Américains que personne n’avait jamais vus ont tenu à participer à cette Primaire, et à Genève les responsables ne cessaient de s’émerveiller de toutes ces têtes inconnues qui ne cessaient d’affluer.

image

Avant le vote par internet, il faut remplir un questionnaire.

«C’est la première fois de ma vie que je participe à une Primaire, m’a dit un cadre d’ONG d’une trentaine d’années, mais pour rien au monde je n’aurais voulu manquer ça.» Il a choisi Barak Obama. «C’est l’homme du changement. Je veux retrouver la fierté d’être Américain. Je veux que ça change!»

C’était le leitmotiv de la soirée.

«Moi, affirme un des présents, qui est venu du Jura pour voter, si on ne change pas, je demande la naturalisation et je deviens citoyen suisse. Comme ça, je ne continue pas.»

Qu’ils aient choisi Barak Obama, dont c’est le slogan de campagne, ou Hillary Clinton, qui met plutôt l’accent sur l’expérience, tous veulent que l’Amérique change de leadership, change de politique, change d’attitude envers le monde.

image

On informe sur Obama

A Genève, cela se passait mardi dernier, le jour du “Super Tuesday” (super mardi) aux Etats-Unis, celui où le plus d’Américains ont participé aux élections primaires, tous partis confondus, pour choisir les délégués qui iront défendre leurs candidats à la présidence des Etats-Unis lors de la Convention démocrate.

image

Explications sur la campagne d’Hillary Clinton, dont les grandes lignes sont affichées ici.

Le système des primaires (je le rappelle pour qui ne saurait pas précisément) permet aux citoyens de choisir des délégués qui voteront pour le candidat de leur choix. Chaque parti peut choisir le nombre de délégués qu’il enverra à la Convention (démocrate ou républicaine) qui désignera à la majorité son candidat à la présidence.

Les différents Etats qui forment les Etats-Unis d’Amérique votent à des dates diverses, qui s’étalent entre janvier et mai. Dans la trentaine de succursales de Democrats Abroad (Démocrates de l’étranger) à travers le monde, «de Toronto à Tombouctou» comme ils disent, l’élection des délégués a lieu depuis huit jours, selon les pays. Les dernières se déroulent aujourd’hui, ou demain.

image

Une batterie d’ordinateurs, une foule de votants.

Pour ces Primaires, les Démocrates ont, pour la première fois, mis au point un système hypersécurisé qui permet de voter par internet. Plus de formulaires à expédier. Tout passe par la toile.

En novembre, lorsqu’il s’agira d’élire le président, on reviendra aux méthodes classiques, avec bulletin de vote. A ce moment-là, chaque citoyen votera dans la circonscription de sa dernière adresse aux Etats-Unis (ou à celle de ses parents s’il est né à l’étranger). Pour les primaires, les partis s’organisent comme ils veulent.

Les Républicains élisent 2381 délégués, les Démocrates 4049.

La dernière fois, les Démocrates de l’étranger ont envoyé au congrès de leur parti sept ou huit délégués.

En 2006, ce sont les Démocrates de l’étranger qui ont fait la différence, en permettant l’élection du sénateur démocrate Jim Webb (Virginie), ce qui a donné au parti la majorité au Sénat. Et on le martèle sans relâche: chaque vote compte.

image

Par ici les voix des citoyens

Je sais que les lecteurs de Cuk ne débordent pas de sympathie pour ce que je désignerai du terme générique d’Amérique – une chose qui m’a d’ailleurs toujours étonnée, vu que nous sommes de grands aficionados du Mac, objet éminemment américain. Mais je vous assure que je regrette de ne pas avoir pu vous emmener l’autre soir à l’Hôtel Warwick de Genève. Le besoin de créer une Amérique différente, la passion retenue des gens, l’optimisme et l’espoir – cela impressionnait, et cela touchait. Vous n’auriez pas pu vous empêcher d’être émus, vous aussi, je suis prête à le parier.

Il est vrai que nous avons à faire, hors des Etats-Unis, à des Américains atypiques. Ne serait-ce parce que, n’étant pas enfermés dans leur grand pays, ils ne sont pas à la merci d’une «information» qui les désinformerait à année faite. Ils ne s’en laissent pas conter – et ils ont toujours su, par exemple, que Bush mentait sur les fameuses armes de destruction massive qui lui ont servi de prétexte pour attaquer l’Irak. Ici, personne ne dit que Saddam Hussein serait responsable du 11 septembre. Au contraire. Or plus de 30% de la population américaine en est encore persuadée, tant l’administration Bush, relayée par la presse à sa botte, l’a martelé. Bref, les Américains de l’étranger sont conscients, péniblement conscients pour certains, que la réputation des Etats-Unis est au plus bas, et que ce qu’on pourrait appeler leur cote morale est carrément à zéro.

image

Les débats sont suivis avec attention

Les animatrices de la soirée ont posé quatre questions essentielles, qui ont structuré le débat:

  • que signifie le changement, et quel changement voudriez-vous voir?
  • que faire avec l’Irak? Quitter? Rester? Comment?
  • les Américains de l’étranger ont une vision plus large des choses; quelles peuvent être les leçons qu’ils pourraient transmettre au pays de leur expérience suisse?
  • que devrait faire une administration démocrate pour que la politique soit différente? Pour retrouver son rôle d’instrument de la justice démocratique?

Une transcription des discussions serait passionnante – mais sans doute trop longue à donner ici. Elles ont été animées par une assistance très attentive qui a donné toutes sortes de réponses – mais on en revenait toujours au même point, au même dénominateur commun, pourrait-on dire: quoi qu’on fasse, il faut que ça change. Il faut que le pays se transforme.

image

Tous les âges…

image

…toutes les provenances…

image

…assis ou debout – pourvu que ça change

Pour que ça change vraiment, une majorité des présents semble avoir choisi Barak Obama, dont la table genevoise a été prise d’assaut pendant toute la soirée: «C’est lui qui symbolise le changement le plus profond», disait-on de toutes parts. Personne n’a même mentionné qu’il était noir, sauf une dame qui m’a dit: «Vous savez qu’il est favori même en Caroline du Sud?» La Caroline du Sud étant autrefois un des bastions du racisme ségrégationniste.

A la table de Hillary Clinton, on pouvait se procurer un très beau portrait de la candidate. Des jeunes filles en t-shirt ad hoc vous expliquaient son programme. Elle est moins clairement le symbole du changement, mais ce qui est certain, c’est que de l’un ou de l’autre, on attend des candidats démocrates qu’ils transforment la politique pour sortir l’Amérique du bourbier où l’a enlisée l’irresponsabilité de l’équipe Bush.

image

Calendrier 2008. Ou: le compte à rebours vers la fin du mandat

Pour qui comprend l’anglais, le discours que Howard Dean, candidat malheureux à la présidence en 2004, a fait à Genève fin janvier, se trouve ici. Il exprime bien le sentiment des Démocrates.

J’aurais bien voulu faire le même exercice chez les Républicains, mais cela n’a pas été possible, pour la simple raison que les Primaires, chez eux, sont différentes: un à un, les électeurs vont dans les ambassades et les consulats et leur vote est acheminé de manière classique. Seuls les Démocrates ont mis au point la Primaire par internet, et se sont ainsi réunis.

D’ici novembre, je continuerai à suivre l’approche des élections américaines telles qu’elles sont vues depuis la Suisse, et je vous en parlerai de temps à autre.

image

56 commentaires
1)
ToTheEnd
, le 12.02.2008 à 00:18
[modifier]

Je ne doute pas que beaucoup de ricains veulent un changement et particulièrement ceux qui vivent dans un pays où on explique pas toutes les 30 secondes à la TV pourquoi “on” est en guerre.

Toutefois, après la débâcle de 2004, je pense que l’Amérique est prête à refaire une énième ânerie… dans la continuité.

Pour l’européen, c’est très difficile de s’imaginer comment l’américain ingurgite l’information type McDo qu’on lui façonne tous les jours depuis les cuisines des journalistes qui ont le sens des responsabilités.

Bref, je suis assez pessimiste…

T

2)
Théodore Besson
, le 12.02.2008 à 00:33
[modifier]

Au fait, et aux risques de surprendre certains lecteurs saviez-vous que le quart de frère du Boss d’ici est américain (enfin, à moitié)!

Et les votations, il connaît!

Non, histoire de famille mis-à-part, je dirais que les américains me fascinent (pour la recherche, pour la musique, la littérature, pour les Macs, etc) et m’horrifient (politique étrangère, l’anglais et rien d’autres pour la plupart, le dieu dollar et la vision de la réussite version Hummer,etc) à la fois.

La plupart des américains que j’ai rencontré en Europe ou en Amérique du Nord, sont beaucoup plus ouverts qu’on le croît.

Mais comme Mister T, je reste tout de même pessimiste. C’est fou comme on peut faire gober n’importe quoi à coup de millions à travers les spots publicitaires (spécialement ceux des républicains).

Enfin, je me remémore un récent débat à la radio dans lequel un spécialiste des USA rappelait que le président américain avait surtout du pouvoir en terme de politique étrangère et finalement assez peu pour les affaires intérieures.

Ceci explique peut-être cela…

Bonne nuit!

3)
Alexandre
, le 12.02.2008 à 00:59
[modifier]

…n’oublions pas qu’hillary clinton a voté POUR la guerre en irak, qu’elle propose de modifié en profondeur le système de santé américain alors qu’elle a déjà échoué une fois (et qu’elle reproche à obama sa vision plus pessimiste réaliste? sur ce dossier)… elle est bien plus une candidate de l’establishment qu’elle veut bien le faire croire… alors optimiste? non, pas vraiment.

reste obama…

4)
Okazou
, le 12.02.2008 à 06:19
[modifier]

Qui pourra argumenter pour me convaincre qu’il est de l’intérêt des peuples non anglo-saxons du monde (presque 6 milliards d’humains) de s’intéresser de si près aux prémisses de l’élection (non pas l’élection elle-même) présidentielle US ?

Quand on sait comme les Américains se soucient à ce point de nous autres (Québec dixit) qu’ils ignorent même, dans leur très grande majorité, où se situent nos pays (nombre d’entre eux, interrogés pendant la guerre froide, situaient l’URSS là même où s’étend le Canada), on se demande pourquoi d’aucuns continuent, malgré les insultes et menaces dont ils nous ont abreuvés (nous, Français et quelques autres de notre acabit) lorsque nous ne les avons pas suivis dans la guerre contre le peuple irakien, à leur vouer cette étrange vénération, cette inexplicable révérence et, pour les plus atteints, à les gratifier de ces prosternations sans retenue, façon droite sarkozyenne.
Plus des deux tiers des Américains, républicains et démocrates confondus (dont la Clinton), ont soutenu le massacre des innocents irakiens qui ployaient déjà sous dix années d’un blocus économique inhumain et ravageur. On oublie ? On passe ces ignominies, ces monstruosités, ces atrocités à la trappe maintenant que plus des deux tiers des Américains ont changé d’avis ? Notre bienveillance à leur égard est de retour alors que cette guerre inique et illégale eu égard aux droits humains continue chaque jour dans un pays désagrégé, mis à feu et à sang pour que les Américains puissent continuer de surpolluer la planète avec leur industrie et leur mode de vie énergivore dont ils refusent de changer, quoi qu’il puisse en coûter à la planète et aux hommes qui voudraient continuer de vivre dessus ?

Qui pourra, démonstration faite, argumenter pour m’expliquer comment, cette fois, les Américains veulent vraiment changer, qu’ils veulent vraiment, croix-de-bois-croix-de-fer-si-je-mens-je-vais-en-enfer, « retrouver l’estime du monde » ?

S’ils veulent « retrouver l’estime du monde », il y a du boulot !
Il faudrait, s’ils y tiennent vraiment, qu’ils commencent par adresser au monde des torrents d’excuses. Il faudrait ensuite qu’ils demandent au monde ce qu’il souhaiterait que les Américains fassent et ne fassent plus. Il faudrait, par exemple, que les Américains signent le Protocole de Kyoto et s’engagent à aller rapidement plus loin encore. Il faudrait que les Américains cessent de se considérér comme les gendarmes du monde. Il faudrait que les Américains cessent de fomenter des troubles à travers le monde pour dominer la planète. Il faudrait donc, pour « retrouver l’estime du monde », que les Américains rapatrient toutes leurs troupes qui occupent, bon gré mal gré, comme les doryphores (« modernes ») sur des champs de patates, un tas de pays à travers le monde, y compris en Europe. Il faudrait qu’ils inscrivent enfin l’inconstitutionalité de la torture sur leurs tablettes sacrées. Il faudrait que les Américains, ces aspirateurs goulus à pognon, ne vivent plus avec l’argent des autres, qu’ils cessent de vivre à ce point à crédit avec l’argent de peuples qui en auraient bien besoin pour vivre pourtant plus modestement qu’eux. Il faudrait que les Américains abandonnent une bonne fois leur arrogance vis-à-vis des autres peuples de la terre. Pour « retrouver l’estime du monde », il faut commencer par apprendre que des peuples de culture millénaire n’ont pas a recevoir de leçon d’un pays adolescent qui établit et appuie sa puissance sur la barbarie.

Alors, nous dit-on, les Américains sont en train de nous montrer que les choses commencent à changer. Une certaine Clinton et un non moins certain Obama se bouffent le tarbouif en ce moment pour être celui qui va les changer, ces choses. Et l’enthousiasme serait si démonstratif « vous allez voir ce que vous allez voir ! » que cette fois, c’est la bonne : la Grande, Belle et Exemplaire Amérique est de retour ! A-t-elle jamais existé ailleurs que dans les fantasmes de ses dévots ?

Vous connaissez leur programme, aux deux aspirants à la candidature ? Vous pensez vraiment que les électeurs eux-mêmes le connaissent ? Vous pensez que ces deux candidats postulent sur leur programme ou sur ce qui entoure leurs nombrils respectifs ? Vous pensez que ce n’est pas le candidat aux préliminaires les plus dispendieux qui sera choisi ? Vous pensez vraiment qu’ils vont orienter la politique de leur pays vers la division par deux ou par quatre de leur gaspillage d’énergie ? Vous pensez que leur programme garantit l’arrêt des souffrances pour ceux qui subissent leurs guerres ou leur tyrannie économique ? Vous pensez que l’Amérique va devenir humble ? Vous pensez que les Américains vont afficher une commisération et une compassion sincères pour les peuples non anglo-saxons de la planète ? Vous le pensez sérieusement ? Si oui, quelles sont les raisons qui vous amènent à le penser ? Jamais l’Amérique n’avait eu deux si beaux et si prometteurs candidats ? Vous avez dit « prometteur »… Les promesses n’engagent que ceux qui ont la candeur de les croire. Depuis que la politique est soumise à l’économie libérale elle n’est, comme elle, que mensonge.

Je ne vois, personnellement, que deux grandes différences entre les deux candidats démocrates : le sexe et l’âge. Pour le reste, qui pourrait prétendre sérieusement qu’une fois à la présidence ils ne se soumettront pas, dès le lendemain, l’un comme l’autre, à la puissance des financiers, des lobbies pharmaceutiques (financiers de la campagne de Clinton – mal parti pour la sécu US !), des lobbies de l’armement, des lobbies du pétrole, etc. puissance encore plus forte – et depuis plus longtemps – là-bas que chez nous où elle paralyse le personnel politique ?
Ainsi, il faudra voter femelle (« female ») blanche ou mâle noir. Comme si cela pouvait être un programme politique. Quand on ne s’accorde plus que sur les apparences l’essentiel nous échappe ; d’autres auront su s’en saisir.

Faisons semblant, aussi, d’oublier que la grande tricherie électorale a déjà commencé, sans attendre le jour J. La tactique est devenue redoutable chez les républicains. Désormais, c’est du côté des inscriptions au vote, qu’ils attaquent. Dans un pays ou le délinquant est ipso facto déchu de son droit de vote, il est si facile de confondre des homonymes. Un exemple parmi d’autres. Beaucoup n’iront pas voter parce qu’on sera arrangé pour leur dénier le droit à l’expression politique sur de simples tracasseries administratives.

Et lorsque le républicain Mac Cain sera élu, les marchands de mouchoirs auront augmenté leur chiffre d’affaire et leurs bénéfices. Chiffre d’affaire et bénéfices, retour à la normale, voilà bien tout ce qui compte. Et c’est si rassurant un conservateur au pouvoir.


Un autre monde est possible.

5)
Madame Poppins
, le 12.02.2008 à 07:50
[modifier]

Je trouve que les photos sont également très parlantes : j’aime bien la grand-maman, les deux miss et le couple, autant de visages différents d’un pays multiple.

Merci pour cet article : ailleurs que sur cuk, le sujet n’aurait probablement guère retenu mon attention.

Bonne journée,

6)
ToTheEnd
, le 12.02.2008 à 08:17
[modifier]

Oui, moi aussi j’aime bien certaines photos… il ne manque plus que le numéro de téléphone.

T

7)
Saluki
, le 12.02.2008 à 08:31
[modifier]

Je connais quelques “Americans in Paris” qui, pour ne pas être aussi pessimistes que l’Agent O ont une vision “désillusionnée” de la suite.
Sans voir le Bonnet Blanc, Blanc Bonnet dans Hillary-Barack, ils croient à une inflexion des lignes politiques si l’un d’entre eux arrive au pouvoir (et non pas une rupture comme proclamé). Ils sont sûrs par contre que si McCain gagne, ce sera une fossilisation du système actuel.

Ce n’est pas un sondage, eh !

8)
Anne Cuneo
, le 12.02.2008 à 08:36
[modifier]

Qui pourra argumenter pour me convaincre qu’il est de l’intérêt des peuples non anglo-saxons du monde (presque 6 milliards d’humains) de s’intéresser de si près aux prémisses de l’élection (non pas l’élection elle-même) présidentielle US ?

Pour ce qui est de te convaincre, je m’en garderais bien ;-))

Pour ce qui est de l’intérêt que moi, participante des peuples non aglo-saxons, je porte aux élections américaines, c’est parce que les faits m’ont prouvé que, que cela me plaise ou non, ce qui se passe aux US influe sur mon destin.

Aussi je continuerai à observer tout cela de près en tentant de ne pas être trop simpliste.

Il y a peut-être des choses que je n’aime pas aus US, mais ils m’ont offert quelques-uns des meilleurs romanciers, quelques-uns des meilleurs cinéastes, quelques-uns des meilleurs comédiens et leurs oeuvres de ma vie. Et le meilleur ordinateur. Je ne peux pas faire abstraction de ça, même quand leur politique ne me plaît pas.

9)
pilote.ka
, le 12.02.2008 à 09:42
[modifier]

Le cinéma, la littérature etc… ne sont pas affectés par l’élection présidentielle. Il y a beaucoup de candeur dans ton article, car les raisons qu’énumère Okazou pour dire que les présidents des USA se moquent du reste de la planète du moment que les intérêts américains soient protégés me semblent vraies. J’ai même l’impression que l’intérêt des médias pour les primaires américaines est devenu un piège à c… surtout que ça va durer, durer…

10)
Anne Cuneo
, le 12.02.2008 à 10:15
[modifier]

Il y a beaucoup de candeur dans ton article, car les raisons qu’énumère Okazou pour dire que les présidents des USA se moquent du reste de la planète du moment que les intérêts américains soient protégés me semblent vraies. J’ai même l’impression que l’intérêt des médias pour les primaires américaines est devenu un piège à c… surtout que ça va durer, durer…

Faut croire que d’autres partagent ma “candeur” en pensant qu’IL Y A un intérêt à s’occuper des élections américaines.

Et si ça peut te rassurer à mon égard, je n’ai pas trop d’illusions sur les changements que peut provoquer un changement de gouvernement. Néanmoins, je me refuse à juger l’Amérique à l’emporte-pièces, et je tiens à rapporter l’attitude de tous ces gens rencontrés l’autre soir. Pour eux, leur VIE dépend d’un changement, ils le savent, ils tentent de faire quelque chose pour, et ils ont droit à mon respect. Quand ce n’est pas à mon amitié.

11)
Kermorvan
, le 12.02.2008 à 10:22
[modifier]

Okazou a dit l’essentiel, rien à ajouter.

Ah! si!

Le Mac, objet éminemment américain? Mais non: maintenant, c’est chinois.

12)
Théodore Besson
, le 12.02.2008 à 10:36
[modifier]

Obama, s’il est élu, je vous parie qu’il va casser la baraque!

Comment ça elle est pas drôle? C’était juste pour détendre l’atmosphère ;-)

@+

Théo

13)
alec6
, le 12.02.2008 à 10:58
[modifier]

A mon tour de mettre les pieds dans le plat…

J’aimerai bien que Mac Cain soit élu !

Si si vous avez bien lu ! MAC CAIN !

Pourquoi ? Parce que cela signifierait que Bush et sa troupe ne mettraient pas en application d’ici novembre la Directive 51 !

Et que vient faire la directive 51 dans ces élections me direz vous ? Ceci dont le lien vous donne en lecture l’article constitutionnel sur le site même de la Maison Blanche.
Si vous préférez lire la chose en français c’est par là

Pour faire bref, la directive 51 donne au président en exercice la possibilité d’annuler les élections présidentielles dans le cas d’une situation d’urgence nationale telle qu’un attentat terroriste ou un cataclysme quelconque entrainant de nombreuses victimes sur le sol américain. Quand on connait la propensions de ces zozos à fomenter ou à laisser faire des attentas pour servir leurs intérêts, Pearl Harbour, projet Northwood, ADM en Irak, pour ce qui est avéré et officiel… On est en droit de se poser des questions.

Si les biais subodorés par Okazou ne sont pas suffisants pour assurer l’élection de Mac Cain, les faucons passerons à la vitesse supérieure sans état d’âme. La mission divine des agités du bocal de toute obédience est sans limite… que ce soit pour 70 vierges ou pour le salut éternel !

Or… or le système américain est en faillite complète, leur économie est TOTALEMENT dépendante du militaire pour lequel Bush a fait voter un budget en hausse de plusieurs milliards de dollars (je ne retrouve plus les chiffres mais ils sont colossaux). Par ailleurs la crise des “subprimes”, des banques, de l’immobilier et de la perte de confiance dans le $ est sur le point d’achever un système qui depuis des lustres dépend des économies des riches européens, japonnais et maintenant des chinois aussi…

Remettez en une couche avec le pic pétrolier ou plutôt tel qu’il semble se présenter aujourd’hui, le plateau de production pétrolier (l’OPEP ne pourra jamais dépasser les 85 millions de barils/jour…) et on comprendra aisément l’intérêt étasunien pour les pays riches en pétrole comme l’Iran.

Une bonne guerre pour régler tout ça ! l’antienne est connue… et les troupes de l’oncle Sam sont prêtes du côté de Diego Garcia dans l’océan Indien…

Il ne reste qu’à trouver l’étincelle pour lancer l’armada… si les rapports du renseignement US et de l’AIEA via El Baradei à propos de l’uranium iranien ne vont pas dans le sens souhaité par Bush, il ne reste plus qu’à trouver d’autres menaces concernant des missiles, des attentas des incursions militaires iraniennes ou autre pour passer à l’acte. Et quel acte ! Ducon évidement veut être de la partie et a fait installer une petite base française face à l’Iran dans le Golfe…

Pour en revenir au sujet, je crains que cela soit très mal barré pour Obama ou Clinton, même si le premier m’est fort sympatique, mais comme l’a dit Eisenhower “Les Etats n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts”.

14)
levri
, le 12.02.2008 à 11:00
[modifier]

Je serais plutôt d’accord avec les commentaires d’Okazou et de pilote.ka.

Les primaires U.S, une opportunité offerte aux pisse-copies de noircir des pages ?

J’écoute Political Lies de Robin Williamson sur l’album Ten of Songs

Faut croire que d’autres partagent ma “candeur” en pensant qu’IL Y A un intérêt à s’occuper des élections américaines.

Pour qui vas tu voter ? :D

@ alec6 : … la directive 51 … tu joues à te faire peur ?

15)
zit
, le 12.02.2008 à 11:08
[modifier]

Cette affaire me passionne, autant qu’un fermier de l’ouest moyen (le fameux “cou rouge”, celui dont les ancêtres massacré les “peaux rouges” pour prendre leurs terres) s’est passionné de savoir, en 2006 qui, du petit Dominique, du grand Laurent ou de la belle Ségolène, porterait le flambeau de la “gôôche” dans une élection d’un pays lointain…

“Démocrates”, “républicains”, même combat, assurer l’hégémonie d’une nation, quitte à écraser toutes les autres (c’est pareil partout de toute façon! tant qu’il y aura des frontières…).

[…] mais ils m’ont offert quelques-uns des meilleurs romanciers, quelques-uns des meilleurs cinéastes, quelques-uns des meilleurs comédiens et leurs oeuvres de ma vie.

Et la musique aussi, tu oublie la musique, mais je crois que là n’est pas le sujet ;–).

z (j’écoute “I’m affraid of america” de David Bowie, sur l’album EART HL I NG, je répêêêête: à toi Levri ;-)

16)
Caplan
, le 12.02.2008 à 11:09
[modifier]

Même à l’intérieur, il y a des Américains critiques qui résistent. Passez faire un petit tour sur le Bildungblog de Fearguth (scrollez, scrollez!) et tout son “Blogroll”!

Je n’imaginais pas qu’un Texan puisse être comme ça!

Milsabor!

18)
FT'e
, le 12.02.2008 à 11:54
[modifier]

Qu’on soit anti ou pro-américains, ou neutres (ce que je suis par ailleurs, en bon suisse), et qu’on le veuille ou non, la politique américaine a une grande influence sur nos quotidiens. Pas forcément le quotidien de demain matin, mais le quotidien de la semaine prochaine sans aucun doute. On peut dire tout à fait la même chose des grandes puissances politiques ou économiques de notre boule bleue. La Chine, l’Inde, le Japon, les pays pétroliers, etc.

Concernant l’amérique, nous sommes gâvés de séries et films provenant de là-bas, et nous avons tous une image particulière de l’amérique telle que la véhicule tous ces médias, ainsi que CNN et consoeurs. Mais cette image, quoique pas si fausse, est fortement réductrice. Les USA, avant d’être des films ou des politiques, ce sont des gens. Des vrais gens, avec de vrais problèmes pas si différents des nôtres, et une base culturelle similaire – beaucoup plus que celle d’un Japonais du Japon ou d’un Chinois de Chine.

Une différence majeure touche au niveau de vie général. En Europe, nous ne nous en rendons pas assez compte, le niveau de vie est bien plus élevé. Oh je ne dis pas qu’il n’y a pas de misère en Europe, et en Suisse. Il y a juste un % bien plus important de gens qui vivent difficilement ou très difficilement aux USA qu’en Europe. Il y a des États où le salaire minimum est de $5, avec une unique semaine de vacances payée par an. Et sans assurance sociale. Alors aller au théatre ou acheter des livres, c’est un luxe.

Mon père dit souvent, les USA font partie du tiers-monde. Ma soeur a été mariée à un américain et a vécu en Orégon quelques années. Les deux disent la même chose. Je n’y ai passé que quelques mois et toujours dans des grands centres urbains, je me garderai d’avancer un avis sur l’amérique toute entière.

A l’inverse, je pense que les américains ont des années d’avance sur nous pour ce qui touche aux relations humaines. Si on oublie le puritanisme institutionnel ou autres dérives judiciaires, les relations interpersonnelles sont bien plus simples et agréables, en particulier au boulot (il y a des cons partout évidemment). Business is business, si on le sait on n’est pas surpris. Mais au moins les choses sont claires. C’est un peu que le meilleur gagne et sans rancune. C’est en particulier sur ce sans rancune qu’ils sont vraiment très en avance je pense.

Bref bref. C’est intéressant de voir comment la politique va tourner, ou ne pas tourner. Que ce soit une femme ou un noir qui représentent les démocrates, ce sera de toute manière une grande première. A quand un président noir ou arabe, ou une présidente, en France ?

Merci Anne pour ton regard sur ces évènements.

19)
alec6
, le 12.02.2008 à 12:01
[modifier]

@ Lévri… je ne l’ai pas inventée. L’info est sur le site de la “White House” par sur un site de complotistes comme les étasuniens savent les faire.

Les chances (sic) d’avoir une guerre USA/Iran d’ici la fin de l’année est très élevée (80% d’après l’inspecteur de l’ONU pour l’Iraq) et celles de voir la directive 51 mise en pratique tout autant. Il faudrait être fou pour le souhaiter et tout autant pour avoir raison de l’avoir dit au mois de février sur cuk.ch !

Dans tous les cas de figure, les USA ne vont pas changer avec l’élection d’un Obama ou d’une Clinton. Je souhaite simplement passer à côté d’une guerre supplémentaire dans ce coin là de la planète. Les conséquences d’un conflit risqueraient d’y être bien pire qu’avec l’Iraq, tant localement qu’internationalement.

Unfortunately… tous les indicateurs penchent de ce côté sombre…

20)
ToTheEnd
, le 12.02.2008 à 14:39
[modifier]

Les USA, avant d’être des films ou des politiques, ce sont des gens. Des vrais gens, avec de vrais problèmes pas si différents des nôtres, et une base culturelle similaire – beaucoup plus que celle d’un Japonais du Japon ou d’un Chinois de Chine.

Alors celle-là, je suis sur les fesses de la lire ici. Je ne doute pas qu’un ricain soit plus cultivé qu’un paysan de la Chine profonde ou un pêcheur du Japon… et encore. Mais en moyenne, je suis désolé de te dire, basé sur une expérience de 2 ans aux US, que le ricain de base est aussi bête qu’un Hamburger.

OK, ils ont le MIT, la NASA et autres mais n’empêche, leur culture générale est aussi élevée que l’altitude moyenne des Pays-Bas.

T

21)
alec6
, le 12.02.2008 à 15:38
[modifier]

… sans oublier TTE, que la plupart des chercheurs, prix Nobel, enseignants dans les Grandes Universités et autres sont originaires de tous les pays sans distinction… Ce qui n’enlève rien à la valeur des zaméricains bien entendu.
Là où le bât blesse, c’est leur propension à rendre américain ce qui ne l’est pas. Comme par exemple donner la paternité de l’aviation aux frère Wright en oubliant que 10 ans plus tôt clément Ader avait déjà volé. Certes, on pourra toujours arguer que les français ne valent pas mieux en nationalisant Léonard de Vinci pour avoir séjourner qq années dans les Pays de Loire, ou Picasso et bien d’autres. Mais force est de reconnaître qu’aucun pays européen n’a jamais hurlé à l’anti-francisme/germanisme/hispanisme ou suissisme primaire quand un quelconque étranger s’en prenait à l’un ou l’autre de ces pays ! Et c’est là une grande différence !

D’autant qu’avec Ducon au pouvoir les français sont de moins en moins fier de leur pays…

22)
pat3
, le 12.02.2008 à 16:02
[modifier]

To The End,je crois que tu as mal compris “base culturelle similaire”… mettons ça sur le compte de la fatigue (c’est ton nouveau boulot, t’en fais trop :-) ). Je comprends le mot de FT’e comme “une culture commune, à base christiano-européenne, ce en quoi on est loin de la culture chinoise et de la culture japonaise.

Quant au propos d’Okazou, j’y adhère assez, tout en trouvant qu’il n’empêche en aucun cas de s’intéresser aux élections américaines. Que je sache, les élections françaises ont passionné les gens, ici, sans que leur résultat aient un grand impact sur leur vie quotidienne, non? Et ce qu’on fait les USA en Amérique du Sud (ils sont quand même mêlés à TOUS les terrorismes de là-bas, implantés pour la plupart par la CIA pour éviter le communisme massif), la France l’a fait en Afrique (il suffit de se pencher sur 1) [le pétrole, 2) les politiques agricoles des pays africains producteurs, pour se donner une idée), mais aussi en Amérique du Sud (cf. Crédit Agricole et krack argentin)…

Il y a bien longtemps (en France, à mon sens, le virage a eu lieu sous Mitterand) que les élections ne changent pas grand chose au déroulement de la politique mondiale, qui se fait à coup de très gros intérêts financiers, et de maintien coûte que coûte de ces intérêts. Nous en sommes les jouets, les pantins, les victimes, consentantes ou non. Mais aucune constitution d’aucun pays industrialisé n’a modifié ses lois, depuis plus de vingt ans, dans le sens du pouvoir au citoyen.

Je ne savais pas pour la directive 51, mais on a déjà eu droit à notre 49/3, et ce serait drôle de recenser ces mesures possibles dans l’appareil légistatif de chaque pays.

Nous prenons déjà la musique, le cinéma, les fast-foods, les séries télé, l’informatique, les 4×4 (c’était eux, bien avant nous), le jeans, etc… aux américains – pourquoi pas le feuilleton de leurs élections?

Ils dominent le monde, non? Quand ils pissent, ça nous tombe dessus, non? S’intéresser à leurs élections, c’est préparer son parapluie pour le sortir au bon moment, c’est tout :-)

Merci Anne pour ce billet à hauteur d’humain, ce qui te caractérise toujours, depuis que je te lis.

[mode ultra-désabusé ON]

L’intérêt demeure dans le face à face humain, pour le reste, je ne me fais plus aucune illusion. Mais notre vie n’est pas faite de slogan et de croyance politique, elle est faite de rencontres et d’événements vécus côte à côté; c’est la dernière chose qui nous reste, conservons-là: le reste, c’est le champ de bataille de géants de la finance pour qui nous ne sommes, au mieux, que des porte-monnaies (à tous les sens du terme).

[mode ultra-désabusé OFF]

Pour faire comme notre ami, j’écoute “Où vont les rêves”, de Michel Jonasz, de quoi se faire des réserves de mélancolie pour quelques jours…

23)
Anne Cuneo
, le 12.02.2008 à 16:18
[modifier]

en moyenne, je suis désolé de te dire, basé sur une expérience de 2 ans aux US, que le ricain de base est aussi bête qu’un Hamburger

Là où le bât blesse, c’est leur propension à rendre américain ce qui ne l’est pas. Comme par exemple donner la paternité de l’aviation aux frère Wright en oubliant que 10 ans plus tôt clément Ader avait déjà volé.

Je vous aime tous, raison pour laquelle je me sens d’autant plus à l’aise pour vous le dire, les gars: la seule chose que j’ai beaucoup de peine à encaisser chez quelques-uns d’entre vous, c’est le réflexe anti-américain primaire. Non, non, c’est pas moi, vous direz sans doute aussitôt, mais le fait est que les personnes que je pensais se sont fendues des remarques que j’attendais.

TTE, le Suisse de base est aussi con qu’une fondue, l’Italien de base aussi idiot qu’une pizza, le français de base aussi imbécile qu’une crêpe suzette etc.etc., avec des affirmations un rien méprisantes de ce genre on va où exactement?

Quant au fait que les Américains se seraient appropriés ceci ou cela, ne me faites pas mourir de rire – je ne connais aucun pays au monde où on ne vous explique pas qu’on a inventé la poudre avant Confucius.

Comme tu le dis si bien, alec6, l’intelligence ne connaît pas plus de patrie que la bêtise. Personnellement, j’ai des problèmes avec le GOUVERNEMENT américain, surtout maintenant, mais pas avec les Américains “de base”, qui sont VICTIMES de la désinformation dont ils sont l’objet.

24)
djtrance
, le 12.02.2008 à 17:04
[modifier]

L’amériqueuhhh, l’amériqueuhhh, je veux l’avoir… et je l’aurais… SIFFLOTEMENTS

Non, sans blague, je suis enfin content pour les américains que Bush quitte son poste… Anne le dit encore très bien, le soucis, ce n’est pas les américains même, mais le gouvernement…

En même temps, qui a élu Bush? Mais, ce que je veux dire, il y a malgré tout la “mentalité américaine” qui reste bien présente, celle du maître du monde, tout puissant, plein pouvoir… Je suis américain donc tu es…

Une amie photographe est partie en Amérique un jour, elle a été choquée de voir que dans la même ruelle, à gauche les riches, à droite les pauvres, sans état d’âme… Tout cela pour dire que, il y a non seulement un président à changer, mais aussi certaines mentalités!

A présent, j’ai aussi, comme tous le monde, des amis Américains qui sont géniaux! Je n’en fait donc pas une généralité…

Mais, par contre, je suis pas d’accord avec Anne, je ne suis pas con comme une fondue et pas aussi idiot qu’une pizza!!!!!

25)
Anne Cuneo
, le 12.02.2008 à 17:16
[modifier]

Mais, par contre, je suis pas d’accord avec Anne, je ne suis pas con comme une fondue et pas aussi idiot qu’une pizza!!!!!

Loin de moi l’idée… Ce n’était qu’une démonstration. D’ailleurs, une fondue n’est pas con, une pizza pas idiote – et un hambourger, c’est surtout très gras, mais sa bêtise reste à démontrer, elle.

26)
levri
, le 12.02.2008 à 17:17
[modifier]

@ Anne Cuneo :

bah “anti americain”, peut-être, primaire, c’est moins sûr. A force de vouloir diriger la planète, il est un peu “normal” qu’il y ait un retour de bâton ! anti-américanisme serait il plus juste ? ;)

Pendant longtemps j’ai cru que les ricains étaient des gens “normaux”, tous ceux que je connaissais étaient musiciens ou écrivains, ils avaient une bonne culture générale et même des notions de langues autres que l’anglais. Et puis j’ai fait des rencontres sans rapport avec mes affinités usuelles, avec ce qu’il est convenu d’appeler “des américains moyens”, les premières fois que dieu est apparu dans la conversation, je pensais que c’était de l’humour … surtout qu’en général il apparaissait pour étayer des affirmations “énaurmes” … et puis non, j’ai appris que dieu était à leur côté, et que par conséquent ils étaient toujours dans leur “bon droit” …

Je n’ai pas fait d’étude statistique pour connaître la proportion de “débiles culturels” états uniens par rapport aux autres nations … mais le problème, c’est qu’eux sont persuadés d’avoir raison, qu’ils élisent leurs pairs à la direction de leur pays, et prétendent faire adopter leur vérité au reste de la planète.

J’écoute The Booger Freaks Of America de Frank Zappa & The Mothers Of Invention sur l’album We Are The Mothers And This Is How We Sound Like

27)
Leng
, le 12.02.2008 à 17:22
[modifier]

Cela faisait un bout de temps que je voulais mettre mon grain de sel, voici l’occasion.

Présentement, je devrais être à bosser comme un malade aux USA, au lieu d’écrire ce commentaire depuis la Suisse. Un copain, là-bas, a de la peine à trouver pour sa boite du personnel qui ne terminerait pas chaque deuxième phrase par “Et vous voulez des frites avec ça?”. S’il vendait des hamburgers, cela serait nickel, mais dans le support informatique, avec des réseaux et des ordinateurs qui plantouillent, les frites n’aident pas vraiment!

Il m’a demandé si je voulais venir, j’ai dit oui et les douaniers américains ont dit non. Comme carte de visite, on ne fait pas mieux: le douanier qui ne connaît pas ses propres lois! À voir sa tête, au douanier, je m’attendais presque à ce qu’il m’en propose des frites! Bref, après 6 heures: “Toi criminel potentiel, toi dehors, et pour être sûr, hop, on annule tous tes visas!” OK, je le reconnais, me suis-je vraiment fait tutoyer? Jamais je ne le saurai.

Comme j’avais un vol via le Canada et que depuis quelque temps la douane américaine ne se trouve plus au point de destination mais juste avant, donc au Canada, j’ai demandé où était le guichet de la douane canadienne. Surprise des douaniers américains (étais-je le premier à formuler telle demande?) qui m’ont accompagné vers la douane canadienne (mais non, j’veux y aller seul, y va penser quoi le douanier canadien s’il me voit venir accompagné) où j’ai été reçu en ami en même pas 5 minutes!

Bref sur sol canadien en plein hiver, j’ai pris la température. Eh ben, ce n’est pas empreint d’amour que les Canadiens parlent des USA. C’est plutôt le contraire, entre celui qui refuse d’y mettre le pied (si si, au singulier), celui qui était prêt à me donner un coup de main à placer des bombes dans l’hôtel si Bush s’y trouvait (il pensait que c’était parce que j’avais des roquettes nucléaires dans ma valise que j’ai été refusé l’entrée aux USA. Si tel était le cas, j’aurai plutôt eu une suite “royale” dans les Caraïbes dans l’hôtel “Gitmo”!) et un autre qui s’énerve que les USA se moquent de la décision de l’OMC concernant l’importation de bois canadien aux USA (il devait être bûcheron, mais il avait laissé sa chemise à carreaux dans sa cabane!)

Et ça ne va pas en s’améliorant, vu que les Canadiens, depuis quelques semaines, doivent aussi présenter un passeport pour entrer aux USA (avant le permis de conduire suffisait). Cette décision fait surtout peur aux petits commerçants américains proches de la frontière qui craignent perdre cette clientèle. Eux s’étaient habitués à accepter l’argent de Monopoly (c’est comme ça que les Américains appellent les billets colorés du Canada), ce qui refuse toujours la douane américaine (“T’as pas de dollars américains pour payer les frais, tu restes dehors, rien à faire de tes millions en Monopoly!” Quand tu vois ton bus partir dans la nuit parce que le bureau de change n’ouvre quand dans 7 heures, tu apprécies).

Bref, les USA sont en train de se faire une superbe réputation dans le monde, et je ne pense pas que les prétendants au poste qui se libère dans quelques mois vont changer grand chose. Il semblerait que Hilary qui a voulu changer le système de la santé ait fini par accepter près d’un million de dollars du lobby (vu dans Sicko de Michael Moore). Barack serait favorable à étendre la “guerre” de l’Afghanistan au Pakistan (ce qui aurait aussi comme avantage d’encercler un poil plus l’Iran) (dépêches reuters).

Pour finir, j’ai trouvé à Berne un petit livre qu’il faudrait mettre entre les mains de tous les Américains (au lieu ou en même temps que la Bible): “100 Ways America Is Screwing Up The World” de John Tirman (ISBN 978-0-06-113301-5), 258 pages en anglais, je ne sais pas si ça a été traduit. Je savais que les USA “foutaient” le bronx sur la planète, mais à ce point!

Bref, je ne me fais point d’illusion quant à un changement radical et prochain aux USA. Ce n’est pas que l’administration, c’est aussi le peuple. Eh, le peuple l’a quand même réélu, le W! Ou étaient-ce les logiciels dans les machines des bureaux de votes?

Pat3, va falloir penser à acheter des parapluies blindés!

29)
FT'e
, le 12.02.2008 à 21:10
[modifier]

Alors celle-là, je suis sur les fesses de la lire ici. Je ne doute pas qu’un ricain soit plus cultivé qu’un paysan de la Chine profonde ou un pêcheur du Japon… et encore. Mais en moyenne, je suis désolé de te dire, basé sur une expérience de 2 ans aux US, que le ricain de base est aussi bête qu’un Hamburger.

En relisant mon commentaire je me disais, hum, quelqu’un va mal comprendre mon propos. Je voulais m’économiser un judéo-chrétien, je n’aurais pas dû.

Quant au niveau culturel tel que tu le comprends, le problème n’est pas l’idiotie ou la connerie des américains. Ils ont ni plus ni moins de neurones que nous. Le problème est le pognon. Les livres, ça coûte. La télé coûte. Qui a passé quelques heures devant la téloche américaine en Amérique comprends le niveau pathétique et franchement honteux des chaînes gratuites, ou même pas chères. Pour avoir de la qualité, il faut payer. La dernière fois que j’y suis allé bosser, je suis sorti mater des films tous les soirs plutôt que de m’emmerder devant la télé. Pas très culturel, mais divertissant. Sans pubs. Et Beowulf en 3D, même si ça reste un navet d’enfer (quoi que moins bon que la version avec Lambert, savoureusement légumesque), bien ça en jette pas mal.

Ça me fait penser à un exemple très simple mais qui se transpose à tout aux USA. Le papier. Allez, disons que je vais à la Migros et que je me prends un paquet de feuilles M-Budget pour ma laser. Bin il est nickel ce papier. Peut-être un peu moins blanc, et encore. Aux USA, le papier el chipos ne résiste pas à une imprimante laser. Il en sort déchiqueté. Oh ! il est vraiment très très el chipos. L’emballage est de meilleure qualité. C’est de la merde et rien que de la merde. Et tout est comme ça.

La bouffe est comme ça. Tu vas dans un resto de merde, tu payes 3 dollards et tu es malade 2 jours. Tu va dans un resto plus cher, tu as de la viande prémium, des légumes “organic” comme ils disent et un verre de jus d’orange fraichement pressé devant toi, le tout avec un charmant sourire. Et sans fumée !

La culture est comme ça aussi.

T’as pas de thune aux USA, t’es rien et t’as rien. Et tout le monde s’en fout. Sauf quand ça fiche en l’air l’économie, subprimes tout ça.

Si vous voulez accuser les USA de se foutre de ses pauvres, on pourrait parler de l’Australie par exemple. Et de comment les blancs traîtent les aborigènes dans les rues. Ils sont civilisés et culturés les Australiens pourtant, non ?

On va me taxer de pro-américain après ce commentaire. :) Rappel: je suis neutre. Il y a du bien, du très bien, de la daube et de la sur-daube.

Fichtre, les américains ont releasé Aperture 2 ! J’installe, j’installe !!!

30)
alec6
, le 12.02.2008 à 21:43
[modifier]

Tiens ! encore un petit lien à propos de la crise financière qui nous pend au nez.

Bon, d’accord, il s’agit là d’un scénario catastrophe de première bourre ! paru néanmoins dans Forbes et traduit ici sur le site de Contreinfo.

J’aime bien les scénarios catastrophes… la réalité est ensuite plus facile à accepter !

J’écoute Le Quatuor n°16 en fa majeur de Beethoven ! Ouhaaa ! que du bonheur ! Tout peut crever… dans 100 000 ans des extraterrestres à l’autre bout de la galaxie pourront encore écouter ces œuvres éternelles émises par nos radios d’aujourd’hui ! hi hi hi !

31)
Médard
, le 12.02.2008 à 21:47
[modifier]

Obama, s’il est élu, je vous parie qu’il va casser la baraque!

Je ne sais pas, mais là ils sont pessimsites : titre

32)
ToTheEnd
, le 12.02.2008 à 23:34
[modifier]

Oui, oui, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même sac et c’est vrai que j’ai mal compris la phrase de FT… je suis en surmenage.

Par contre, pour répondre à Anne, où est-ce qu’on va quand près de 50% d’un pays vote pour un âne? Et bien on obtient le chef des ânes. Et qu’est-ce qu’il reste après avoir élu des ânes? Une ferme de 200 millions de personnes.

Je ne suis pas méprisant en disant ça. Je fais un constat.

A raison, tu me diras que ces gens sont aussi bêtes que d’autres… là aussi, je suis d’accord. Et puis quand je regarde cette vidéo, je trouve cette ferme formidable et je me marre tout du long (parfois quand même ça m’inquiète mais bon):

Des questions bêtes pour des ânes

Je sais ce que tu me diras: tu pourrais faire la même vidéo en Suisse mais même moi, alors que je me baladais avec une copine d’Australie dans le grand canyon, j’ai eu un cas épic quand on a engagé la conversation avec des autochtones (de Californie, je précise).

Au bout de quelques phrases, le mec lance: “L’Australie? Mais ça doit faire loin en train…”

Je ne veux aller nulle part avec des exemples de ce genre… tout au plus démontrer un certain parallèle entre les ânes et ces gens.

Plus que quelques mois à vivre sous cette pression et après, on aura encore 4 ans pour se lamenter. C’est un cercle vicieux.

Très franchement, j’aimerais bien que toutes les élections dans le monde se passent au même moment, ça nous ferait des vacances.

T

33)
Anne Cuneo
, le 13.02.2008 à 10:31
[modifier]

TTE, le cynisme et le mépris avec lesquels tu regardes le monde et tu traites tes co-humains me font de la peine pour toi. Je préfère qu’ils me soient étrangers, au risque d’être traitée de naïve, ou même, qui sait, d’âne.

34)
ToTheEnd
, le 13.02.2008 à 11:06
[modifier]

Rhhhooo désolé. Tu n’as pas remarqué il me semble que j’ai enlevé 100 millions d’âmes… qui ne sont pas des ânes. Je ne suis pas aussi tranché que ça ou bien?

Ton empathie me touche mais je ne la comprends pas.

Gageons qu’un bon républicain soit élu (et oui, choisi par le peuple) et qu’on se retrouve de nouveau avec 4 ans d’axe du mal, guerre contre le terrorisme, frappe pro active contre des pays “hostiles”, etc. pourra-t-on encore dire que ces gens là sont à même d’avoir une réflexion supérieur à celle d’un âne?

Bref, je ne veux pas pourrir ces commentaires… je partage une simple opinion et peut comprendre qu’on ne la partage pas.

T

35)
alec6
, le 13.02.2008 à 11:50
[modifier]

Nous on a Ducon… et tout les jours en ouvrant son journal on se demande ce qu’il a bien pu faire ou dire comme connerie, quel nouveau stylo il a piqué, quelle nouvelle loi scélérate il aura pondu au bénéfice d’une infime minorité de nantis… il en fait rire encore quelques uns, mais il insupporte de plus en plus de monde… et pourtant 53% ont voté pour cet abrutis ! Autant les élections américaines, leur système de grands électeurs et de machines à voter rendent suspect le président en place, autant le système français, s’il n’est pas au dessus de tout soupçon est, il me semble, plus fiable.

Le petit film est assez rigolo tout de même TTE.

38)
ToTheEnd
, le 13.02.2008 à 13:53
[modifier]

Très didactique comme réponse. Heureusement, je n’ai pas eu que des profs comme ça. Mais j’oubliais, tu n’es pas prof. CQFD.

Kermorvan: c’est un peu là où je voulais en venir… des bêtas il y en a partout, j’ai juste l’impression qu’il y en a plus là-bas (mais c’est un avis subjectif hein).

T

39)
gbuma
, le 13.02.2008 à 20:06
[modifier]

La vidéo des ânes m’a bien fait rire. C’est vrai que c’est assez facile de filmer des gens et de prendre les réponses les plus débiles. J’aimerais bien trouver une étude comparative concernant la culture générale des citoyens de ce monde…

Juste pour le plaisir, une autre vidéo débile

PS: J’apprécie le ton peu politiquement correct de certains qui disent ce qu’ils pensent, même si c’est si facile de les flageller avec du “oui mais quand même, il ne faut pas généraliser, y’en a des bons, etc”.

40)
levri
, le 13.02.2008 à 21:56
[modifier]

c’est si facile de les flageller avec du “oui mais quand même, il ne faut pas généraliser, y’en a des bons, etc”.

reugneugneu … et toutlemondequ’ilestbeauqu’ilestgentil …

Appeler un chat un chat, c’est très mal vu, maintenant qu’on parle de géniteur d’apprenant et de technicien de surface. Les nains, les aveugles et les sourds n’existent plus, nous vivons dans le “meilleur des mondes” et “1984” est loin derrière nous. Le “politiquement correct” n’est ce pas l’abandon du simple bon sens et à rapprocher de la “pensée unique”?

Maintenant qu’on soit “facile à flageller”, ça reste à prouver, j’ai des doutes quand à la mentalité maso de certains, et “tendre l’autre joue” n’est pas au programme ;)

Le coup de “trouve moi un seul bon et je bute pas tous les autres” c’est une idée du fol dingue mégalo ça, mais c’est vrai qu’il y a toujours une exception qui rachète (en partie) la connerie ambiante (heureusement) :D

J’écoute The Idiot Bastard Son de Frank Zappa & The Mothers Of Invention sur l’album We’re Only In It For The Money

41)
alec6
, le 14.02.2008 à 10:12
[modifier]

Hola ! attention avec les jeux télévisuels dont le but n’est pas de faire jouer et gagner des clampins lambda, mais d’attirer le spectateur, de le captiver suffisamment longtemps pour qu’il puisse voir la pub. Ne pas oublier la phrase célèbre de Patrick Le Lay, PDG de TF1 à propos des cervelles à préparer à la vente du Coca…

Ces jeux sont totalement bidons ! les joueurs triés sur le volet sont payés pour dire des conneries. Comment imaginer un jeux dont les participants seraient supérieurement intelligents à la moyenne ? Le spectateur lambda serait renvoyé face à sa vacuité intellectuelle… et là… il zape ! fini la pub ! A l’inverse, le spectateur est de fait flatté par les réponses débiles du pseudo participant… il est donc “bon pour la pub”. Voilà bientôt 80 ans que les technique publicitaires et de propagande s’affinent ! Méfiez vous donc !
Bien sûr, d’autres jeux sur d’autres chaînes, à d’autres heures… mais sur TF1 ? Non ! La cervelle disponible ! La pub !

Il y a très longtemps, une émission tardive de M6 avait démonté en partie le système, Le Lay n’avait pas encore sorti sa fameuse phrase…

42)
Kermorvan
, le 14.02.2008 à 11:57
[modifier]

@Alec6 Lorsque des célébrités viennent sur TF1 étaler leur inculture, ce n’est pas vraiment pas bon pour elles. Ne pas prendre le français moyen pour plus stupide qu’il n’est. Ségolène Royal en a fait les frais: entre autres, sa confrontation télévisée avec Sarkozy a prouvé qu’elle était gravement incompétente; sur ce point, Claude Allègre a raison. Bon, je ne vais pas faire la liste de ses dramatiques insuffisances, c’est à pleurer.

43)
alec6
, le 14.02.2008 à 15:23
[modifier]

Justement Kermorvan, montrer des “monsieur et madame Toutlemonde” bien stupides rend intelligent ceux qui regardent. C’est la vertu de l’idiot du village… il rend les autres intelligents.

Que l’inculture soit toujours mal vue en France est plutôt bon signe…

Par ailleurs, s’agit-il des insuffisances de Ségolène ou d’Allègre ? hi hi hi hi! Quoi que, concernant Allègre il s’agirait plutôt de suffisance !

44)
Kermorvan
, le 14.02.2008 à 15:49
[modifier]

C’est justement ça; non seulement nous avons des politiciens qui estiment depuis des années que pour parler au peuple, il faut s’aligner bas, mais encore, à force de s’aligner bas, les voici réellement bas. Quels sont les politiciens français qui parlent correctement, ne commencent pas toute phrase par ‘je pense que’ ou ‘je crois que’ ou ‘en fait’, la manie du moment? Combien de députés sont conscients qu’autrefois la phrase interrogative était marquée par l’inversion du sujet et du verbe? Ecoutez Raffarin, Ségolène Royal, Claude Allègre… et beaucoup d’autres, c’est au mieux tout creux, au pire inepte. Je connais des professeurs d’université qui tapent sur leur clavier américain: les accents ont totalement disparu de leurs courriers électroniques en français. Tandis que mes correspondants américains font l’effort d’écrire en français en accentuant correctement. La question est: serait-ce qu’ici le poisson pourrit par la tête, ou que nous avons les élites que nous méritons? Quelle décadence! Plus l’on allonge la scolarité obligatoire, plus ça va mal. Mes ancêtres (et ceux de ma femme) qui étaient au travail à quatorze ans étaient finalement plus instruits qu’un bachelier (voir un maîtrisé) de nos jours.

45)
Kermorvan
, le 14.02.2008 à 16:46
[modifier]

Alec6, ce n’est pas la faute de Patrick Le Lay. Le bon peuple est responsable, sait lire et écrire, va beaucoup à l’école. La pub, s’il la regarde, c’est qu’il aime ça. Il est libre, il a le choix, les émissions ne sont pas toutes débiles, loin de là. Certes, il y a toujours eu ceux qui se moquent des mal bâtis, des estropiés, des vieux, des fous, des vieux fous, ce sont ceux là, mais ils ne sont probablement pas la majorité, qui se sentent plus intelligents de par la contemplation d’un idiot. Pour en revenir aux élections américaines, selon la formule, les promesses électorales n’engagent que ceux qui les écoutent. Comme pour la publicité.

46)
Inconnu
, le 14.02.2008 à 20:24
[modifier]

J’adore l’Amérique et les Américains, Ces gens sont nos cousins, ils sont déjà venus 2 fois nous sauver les fesses. Je déteste l’Europe (la France) donneuse de leçons. Soit ils ont des défauts, soit on ne peut ne pas être d’accord avec leur politique étrangère et nous et nous ? Valons-nous mieux, 50 ans (60 ans) cela n’est rien par rapport à l’histoire, l’horreur nazie, 40 ans, c’est la guerre d’Algérie, 10 ans le drame de la Yougoslavie, chez nous dans notre arrière-cours. Nous n’avons rien à dire aux USA. Nous sommes simplement moins puissants. A tout les donneurs de leçons je dits, attendez que la Chine, grande démocratie se réveille et vous verrez votre douleur, parlez-en au Tibétains, la Suisse de l’Asie

47)
Kermorvan
, le 14.02.2008 à 22:00
[modifier]

à lilou: Si vous révérez ceux qui sont morts en luttant contre l’Allemagne et le Japon, alors vous devez révérer les Russes. Durant la seconde guerre mondiale, les Etats Unis d’Amérique n’ont pas eu trois cent mille morts (mais leur armée a provoqué bien plus de trois cent mille morts, et aucun général américain n’a été jugé, pas même pour les bombardements de Tokyo) tandis que l’Union Soviétique a eu environ vingt millions de morts. C’est tout autre chose. Les faits sont les faits, il suffit de les considérer.

48)
levri
, le 14.02.2008 à 22:34
[modifier]

@ Kermovan et lilou :

Si on parle d’histoire, il faut situer précisément les faits. Les Russes avant d’être les “libérateurs” des pays qu’ils ont d’ailleurs occupés ensuite étaient les alliés d’Hitler. J’ai la chance d’habiter une ville française que les américains ont contribué à “libérer”; elle fut détruite à plus de 90% lors de la ww2 … par les bombardements américains.

De plus des motifs économiques n’étaient pas étrangers à leur démarrage dans la guerre. Bon l’histoire est écrite par les vainqueurs, et un tit peu de folklore pour motiver les foules pour la prochaine, ça peut toujours servir ;)

50)
levri
, le 14.02.2008 à 23:01
[modifier]

@ alec6 : certainement mais Hitler et Staline étaient quand même bien potes … et si on devait déterminer lequel des deux était la pire ordure, le choix serait quand même assez difficile !

Tu es parti pour défendre la politique Russe durant la ww2 ?

51)
alec6
, le 14.02.2008 à 23:02
[modifier]

Quant aux motifs économiques des américains… ils sont primordiaux. “Les états n’ont pas de sentiments, ils n’ont que des intérêts” D. Eisenhower. Les autres états ne sont pas en reste, mais là encore les européens continuent à réagir à “l’antique” avec un minimum de sens des responsabilités quand les étasuniens n’agissent QUE pour leurs intérêts ! En 1917, comme en 1943, comme au Kosovo, comme en Irak ou encore au Darfour face aux ambitions énergétiques… chinoises !!!

Qu’on le veuille ou non, la première puissance économique aujourd’hui… c’est l’Europe ! mais elle n’existe pas sur le plan diplomatique et à peine plus sur le plan militaire. Pourtant les budgets militaires cumulés des 27 n’est que la moitié du budget US (je ne retrouve pas mes sources…) et donc loin devant le budget russe et chinois (même s’il ne faut pas en être fier)! Malheureusement, il n’y a aujourd’hui aucun leader européen digne de ce nom ! et il ne faut pas compter sur Ducon pour le devenir… sa femme est italienne et son stylo plume roumain (cf YouTube), mais cela ne suffit pas à tirer l’Europe vers l’avant. Vaste sujet !

52)
alec6
, le 14.02.2008 à 23:08
[modifier]

Oui, oui, Levri 50, bien sûr ! que du bonheur le petit père du peuple ! Les ukrainiens ont apprécié… les officiers polonais aussi… sans parler de tous les autres.

53)
levri
, le 15.02.2008 à 13:29
[modifier]

Heu … un peu hors sujet, mais j’écoutais la radio, et il semblerait que le nabot national voudrait entrer en religion (et nous convaincre de faire de même) et faire jouer la marseillaise dans les écoles, en apprenant aux enfants qu’il faut se lever…

ça ne ressemblerait pas à “travail, famille, patrie” ça ? … il veut lancer la mode du dieu à nos côté des ricains ?

55)
ToTheEnd
, le 15.02.2008 à 16:57
[modifier]

Comment vous y allez camarades! Des ricains aux nazis en passant par les rouges… le week-end s’annonce saignant.

T

56)
gbuma
, le 16.02.2008 à 19:03
[modifier]

reugneugneu … et toutlemondequ’ilestbeauqu’ilestgentil …

Appeler un chat un chat, c’est très mal vu, maintenant qu’on parle de géniteur d’apprenant et de technicien de surface. Les nains, les aveugles et les sourds n’existent plus, nous vivons dans le “meilleur des mondes” et “1984” est loin derrière nous. Le “politiquement correct” n’est ce pas l’abandon du simple bon sens et à rapprocher de la “pensée unique”?

Maintenant qu’on soit “facile à flageller”, ça reste à prouver, j’ai des doutes quand à la mentalité maso de certains, et “tendre l’autre joue” n’est pas au programme ;)

Je dois avouer que tu as tout compris de travers: j’ai dit que j’apprécie le ton peu politiquement correct = appeler un chat un chat, si tu préfère. Je dis aussi qu’il est facile de flageller (fouetter, punir), celui qui ne parle pas novlangue. Ça ne veut pas dire “ils s’exposent au fouet et en redemandent”. Je n’apprécie pas d’être cité sans avoir été lu.