Profitez des offres Memoirevive.ch!
La chronique du gourou…(11)

Au-delà de toutes les angoisses existentielles sur l'avenir de la planète, sur le prix de l'énergie et sur la probabilité du grand cataclysme, je voudrais vous narrer la dernière aventure motocycliste (je devrais peut-être dire cycliste) qui est survenue à Madame Guru.

Dans un fol élan de générosité, je lui avais offert, il y a un an environ, le destrier de ses rêves: un Ciao Piaggio.

image

Elle le voulait... Je lui avais proposé d'autres montures, un tantinet plus sophistiquées, petits scooters de 50 cc, etc. Las, rien n'y faisait. Son vrai rêve, c'était le Solex de sa jeunesse.

Certes, il existe encore mais dans une version nouvelle dont tous les utilisateurs se plaignent; fiabilité, sécurité ne semblent pas au rendez-vous; et puis, comme l'engin devait être utilisé dans notre refuge toscan, il fallait assez de puissance pour gravir les pentes raides qui nous entourent.

Donc point de Solex, ni de vélo électrique, il ne restait que le Ciao. Cet engin était, il y a un an, en fin de fabrication et il m'a fallu le commander... en Belgique.
En Italie, l'usine Piaggio se trouve à 30 km de chez nous, mais la législation italienne ne nous permet pas d'immatriculer un véhicule dans la mesure où nous ne sommes pas résidents, c'est-à-dire que notre adresse principale n'est pas en Italie.
L'objet ayant été commandé en Belgique, il y a été livré puis transporté sur la galerie de la voiture jusque notre résidence d'été.

Dans nos pays (la France et la Belgique... pour la Suisse, je ne sais pas), les cyclomoteurs de moins de 50cc ne sont pas pourvus d'une plaque d'immatriculation; ce qui pose certains problèmes lorsque ces engins sont utilisés par des voyous puisqu'ils ne sont pas identifiables grâce à leur plaque. En Italie, par contre, ils doivent être immatriculés...

Madame Guru roule donc sur un engin pourvu d'une plaque "B" mais point d'une plaque minéralogique. À chaque sommation de la maréchaussée étrusque, elle doit donc exhiber la facture du Ciao, une lettre du consulat d'Italie à Bruxelles et un certificat d'assurance belge. Soit, mais elle peut rouler en toute légalité...

En ce mois d'octobre, nous décidons de nous rendre au marché, elle sur son Ciao, moi sur mon Beverly, et après quelques centaines de mètres le Ciao s'arrête et refuse désormais de continuer son dur labeur.
Démontage du carburateur, test de la présence d'étincelle à la bougie et vérification d'icelle, rien n'y fait. Comme nous étions venus en avion, nous avions loué une Smart et comme je le disais: "pas question de transporter le Ciao sur la Smart, l'inverse étant peut-être possible..."
Bref, à 15 kilomètres du concessionnaire Piaggio le plus proche, comment faire sans s'appeler Eddy Merckx?

"Qu'à cela ne tienne," me dit "le concessionnaire le plus proche", "il existe un n° vert grâce auquel vous pourrez demander qu'on vienne vous dépanner chez vous."
Diantre que voilà une nouvelle qu’elle est bonne!

Nous l'appelons donc illico (quel drôle de nom pour un numéro vert!):

"Bonjour, je suis en panne avec mon Ciao qui est sous garantie et il paraît que vous pouvez venir me dépanner à domicile."

"Oui Monsieur, en effet. Donnez-moi votre numéro d'immatriculation."

"Mon véhicule n'est pas immatriculé car la législation italienne ne nous permet pas d'immatriculer un véhicule dans la mesure où..."
Je vous passe la suite que vous connaissez déjà.

"C'est dommage mais dans ce cas, nous ne pouvons rien faire pour vous!" et de raccrocher sans plus de manière...

Et que vive l'Europe et la normalisation!

25 commentaires
1)
Cosmike
, le 03.12.2007 à 08:04
[modifier]

Je suppose que l’allumage est toujours commandé par des vis platinées sur ce type de trapanelle ! Bref, Madame Guru eut dû t’écouter sur ce coup là. La prochaine fois elle passera au crible tout les secoue-terrre…

3)
Madame Poppins
, le 03.12.2007 à 09:22
[modifier]

Quand j’ai vu la photo, mon coeur a battu plus fort : je voyais là, pour la première fois depuis très longtemps, mon rêve, jamais réalisé, d’adolescente ! Papa-Maman ayant toujours refusé un tel achat, c’est à la force de mes mollets de Suisse que j’ai parcouru ma région : en lisant la chronique, je me dis que le vélo avait quand même du bon !

4)
Anne Cuneo
, le 03.12.2007 à 09:58
[modifier]

… et moi je voyais là ce qui fut, pendant une dizaine d’années, “mon cheval” (prénom: Céleste). Le mien, ne m’a jamais fait de misères, et pourtant, Lausanne, ça monte et ça descend.

5)
alec6
, le 03.12.2007 à 10:04
[modifier]

Il y a donc une justice divine ! le doigt de dieu a puni cet appareil pétaradant et polluant ! Amen et vive la Velorution !

;-)) Hein, je blague hein !

PS: mais au fait, qu’est un “Beverly” ?

6)
Guillôme
, le 03.12.2007 à 10:08
[modifier]

“Oui Monsieur, en effet. Donnez-moi votre numéro d’immatriculation.” “Mon véhicule n’est pas immatriculé car la législation italienne ne nous permet pas d’immatriculer un véhicule dans la mesure où…” Je vous passe la suite que vous connaissez déjà.

Pour avoir vécu des situations kafkaïennes, je compatis. Dans ces moments là, on hésite entre s’immoler par le feu ou insulter par pure gratuité et plaisir le pauvre robot que l’on a au téléphone ou en face de soi…

Chez american express, on signe un contrat comme quoi son code de carte est confidentiel et connu uniquement par soi-même… Et on est invité à définir le code avec un opérateur téléphonique!

Je ne vous parle même pas du classique “Bonjour, j’ai perdu mes papiers, je voudrai refaire une carte d’identité” “Parfait, monsieur, avez-vous une pièce d’identité?”.

Ou encore de la fois comique où j’ai voulu prendre un sandwich+boisson+dessert “à la carte” car c’était moins cher que la formule menu (sic!). Cas apparemment non prévu et quasi-insoluble pour la caissière.

Enfin, la dernière en date dont je me rappelle, c’est quand ma ligne téléphonique et mon internet ne fonctionnaient plus, et que l’on me demandait d’appeler de chez moi pour faire les manipulations ou les tests!

7)
Smop
, le 03.12.2007 à 10:45
[modifier]

Dans nos pays (la France et la Belgique… pour la Suisse, je ne sais pas), les cyclomoteurs de moins de 50cc ne sont pas pourvus d’une plaque d’immatriculation

Concernant la France, ce n’est plus vrai depuis déjà quelques années. En effet, l’article 19 de la loi n° 2001-1062 du 15 novembre 2001 prévoit que la mise en circulation d’un cyclomoteur neuf est soumise à immatriculation depuis le 1er juillet 2004. Ceux acquis avant cette date devront être immatriculés avant le 1er juillet 2009. La carte grise est attribuée au véhicule à vie.

8)
levri
, le 03.12.2007 à 11:07
[modifier]

@ Mme Poppins : Aaah les parents ! je me suis souvent demandé s’il ne faudrait pas trouver un produit de substitution ! :D

Dés l’âge de 12 ans, je m’étais arrangé pour avoir la jouissance non officielle d’un vieux Solex retapé (en commun avec un copain plus âgé). ça les parents ne l’ont jamais appris …

Lorsque j’ai atteint l’âge légal de 14 ans, j’ai essayé de négocier auprès de l’autorité parentale l’acquisition d’un véhicule motorisé du style du Ciao. Cette demande s’est heurtée à un ferme et définitif refus … dont je n’ai tenu aucun compte! donc j’ai roulé sur ce type d’engin avec plaisir, pendant une année avant de m’apercevoir, que c’était somme toute relativement limité, et qu’une “vraie” moto, c’était définitivement mieux. Ayant compris la leçon, je n’ai rien demandé, et par une belle soirée d’été je rentrais à la maison sur sur une Ducati 350 desmo (sans avoir l’âge requis, sans permis de conduire et sans assurance bien sûr) … il parait que j’avais “dépassé les bornes” … je ne développerai pas mais en gros ça s’est très mal passé… ;)

Enfin ! mettez vous à ma place ! comment auriez vous réagi face à une dictature de cet ordre !

Les choses qui me furent refusées vers l’âge de 14 ans : Le parachutisme, le vol à voile et la plongée (y’en a sûrement d’autres) Non vous avez bien lu ! le fascisme dans toute sa splendeur sous nos latitudes !

Tout ça avec des justifications d’une parfaite mauvaise foi ! … ayant perdu mon combat contre une voiture vers l’âge de trois ans, je m’en sortis avec de multiples fractures du crâne et une double trépanation subséquente … “cela m’aurait fragilisé et empêcherait la pratique de la plongée et du parachutisme” … pour le vol à voile, je ne me souviens plus de leurs justifications … sûrement tout aussi foireuses …

On croit rêver !

Cette apparente digression pour dire que sans les parents, il y aurait plus de Piaggio sur cette planète !

PS : vous donneriez l’autorisation d’élever des enfants, et éventuellement de procréer à des tarés dans mon style, vous ?

PS2 : @ Guillôme : le truc de “vous avez vos papiers” pour pouvoir déposer un plainte suite au vol de TOUS mes papiers … on me l’a fait récemment :-(

9)
Tom25
, le 03.12.2007 à 11:53
[modifier]

Je voulais moi aussi une mobylette, mes parents n’étaient pas d’accord. Finalement, on a récupéré la “vieille bleue” (Motobécane) qui était à ma mère, puis qui est devenu propriété de mon oncle, qui avait entre autre fait le tour de Corse avec. Bref, elle était très vieille et très fatiguée cette machine. Si elle ne m’a pas beaucoup trainée, jamais bien loin, elle a eu le mérite de m’apprendre un peu la mécanique. A chaque sortie, j’avais le choix entre dépanner sur place et rentrer en mobylette ou alors rentrer en la poussant. J’avais enlevé les pédales, ce n’était pas beau, et de toute façon on n’allait pas bien loin en pédalant tellement ces machines étaient lourdes.

Mon rêve c’était une 80 cc à vitesses, mais ça était niet de la part des autorités. J’ai fini par abandonner la Motobécane, j’allais plus vite en vélo. Plus tard j’ai récupéré la R5 de ma sœur.

10)
levri
, le 03.12.2007 à 13:47
[modifier]

@ Tom25 : pas fiable la mobylette bleue ?

Après une pratique assidue de la moto pendant une grosse année (passer la semaine à sécher les cours et préparer la concentr ou la course de côte du w-e qui allait du vendredi après midi au lundi matin en général). Je décidais de changer de mode de vie et revendais ma Norton 750 … Mais j’avais “promis” d’être aux Elefantentreffen (si vous ne connaissez pas, googlez !) ça se passe en Allemagne dans le massif de l’Effel (on peut même faire un tour sur le Nürburgring) … en plein hiver. Les “elephants”, c’étaient les moto attelées (side-cars) de l’armée Allemande lors de la WW2, et au départ ce rassemblement leur était réservé. En résumé : on se les caille grave sur un deux roues non caréné à se les faire …

Plus de moto donc! j’empruntais la mob “bleue” de mon frangin “pour aller voir un copain, ce week-end” … je l’équipais façon “raid” : PLEIN de mousse sur la selle (je tenais à garder mes fesses en état), un réservoir supplémentaire (un bidon d’essence sur le porte bagages) … et 2 sacoches pleines d’outils, parce que cette route avec une mob , j’avais des doutes et préférais pouvoir faire face à toutes les situations.

Eh bien non monsieur, la mob ne m’a pas trahi! j’ai juste cassé la chaîne quelques fois, et ça se répare vite fait :D

PS : arrivé sur place, j’ai obtenu un franc succès quand les mecs me demandaient ce que j’avais comme bécane, ou pour ceux qui me connaissaient s’attendaient à voir la Norton (j’étais vêtu d’un équipement de motard complet)

PS2 : à l’époque c’était encore fun et rustique, rien de prévu pour l’hébergement etc … mais les autochtones ne nous laissaient pas crever de froid dans la neige! j’avais trouvé à dormir avec une vingtaine d’autres cinglés sur le sol de la salle TV d’un hôtel… (vous n’imaginiez quand même pas que j’avais de l’argent, ou prévu quoi que ce soit avant de partir ?)

11)
Saluki
, le 03.12.2007 à 15:06
[modifier]

Ah les pannes !

Aujourd’hui coup de pelleteuse dans le câble téléphonique, heureusement ce n’est pas le tuyau de gaz…

Donc pas de téléphone, d’adsl et tout el toutim. J’appelle le SAV sur mon natel, comme on dit là-bas, GSM comme on dit ailleurs,et le disque me signale que c’est gratuit si on appelle de sa ligne fixe.

Bingo, ce n’est donc pas gratuit !

Pour ce qui est de l’internet, mazette, je me connecte en wi-fi sur la borne du chantier qui a foutu en l’air la ligne. C’est pas généreux, ça?

12)
fxprod
, le 03.12.2007 à 16:00
[modifier]

Combien de fois je me suis arrêté sur le bord de la route, plaçant mes outils sur la selle, attendant le bon vouloir d’un motard afin de retendre la chaîne de ma honda 500 twin. L’attente ne fut jamais longue et le pot pris ensemble après la réparation toujours agréable.

13)
alec6
, le 03.12.2007 à 17:30
[modifier]

J’ai eu un 102, celui de mon père ! si si si ! le casque n’était même pas obligatoire à mes débuts ! De toutes manières, au fin fond du Lot… la circulation n’était pas très dense ! Jamais de soucis ! et nous n’avions que de minables antivols, voire pas d’antivol du tout !

14)
Smop
, le 03.12.2007 à 18:24
[modifier]

J’appelle le SAV sur mon natel, comme on dit là-bas, GSM comme on dit ailleurs

Pour l’anecdote, en Polynésie française on parle de Vini, qui est à l’origine le nom d’un passereau du coin.

15)
François Cuneo
, le 03.12.2007 à 18:41
[modifier]

J’ai fait le tour de Suisse en Bravo, le petit frère du Ciao.

A l’époque, je savais que j’allais pouvoir le toucher à une date donnée.

Pendant des semaines, j’ai lu et relu le prospectus.

J’ai adoré cet engin.

On m’avait dit “Faut le rôder 500 km, ne pas dépasser le 18 km à l’heure”.

Je l’ai fait.

A 501 km, j’ai foutu les gaz à fond, il n’a jamais été plus vite.

Il a fallu que le garagiste me fasse des choses pas très nettes pour que j’arrive aux 30 km heure autorisés en Suisse.

Cela dit, il n’allait pas vite, mais il tenait la montée.

16)
Tom25
, le 03.12.2007 à 18:44
[modifier]

La mienne de vieille bleue n’était pas fiable, mais je pense qu’en général c’était une bonne machine. En fait mon père me faisait faire du mélangé à 6% pensant que comme c’était un vieux moteur, cela valait mieux. La mobylette de l’époque était la 103SP qui roulait au mélangé à 4% je crois. Mais c’était plus une histoire de qualité d’huile que de moteur. J’aurais dû faire du 4%. Car mes pannes étaient toujours les mêmes, bougie mouillée. Je démontais, séchais, puis repartais. Quand ça ne repartait pas je démontait le volant magnétique et nettoyais les vis platinées. On avait même changé la bobine.

Alec6 tu es du Lot ! :•) . Sais tu que je suis né en Aveyron et que la famille de ma mère est toujours là-bas ?

17)
fxprod
, le 03.12.2007 à 18:46
[modifier]

Cela dit, il n’allait pas vite, mais il tenait la montée.

et son propriétaire tient bien en descente…..

---> parti sur le plat.

P.S. le bâton est cadeau.

18)
Saluki
, le 03.12.2007 à 21:07
[modifier]

@ Caplan 2

Il y a le Chant des Marais. Il arracherait des larmes à une statue de bronze.

19)
XXé
, le 03.12.2007 à 23:30
[modifier]

“Oui Monsieur, en effet. Donnez-moi votre numéro d’immatriculation.”

“Mon véhicule n’est pas immatriculé car la législation italienne ne nous permet pas d’immatriculer un véhicule dans la mesure où…”

Comme l’a dit Smop, en France les cyclos sont désormais immatriculés.
Mais ce que tu aurais dû communiquer à ta charmante (!) interlocutrice, c’est le numéro de cadre ou de moteur. C’est ce qu’on utilise pour faire une carte verte par exemple.

Ou encore de la fois comique où j’ai voulu prendre un sandwich+boisson+dessert “à la carte” car c’était moins cher que la formule menu (sic!). Cas apparemment non prévu et quasi-insoluble pour la caissière.

Idem dans notre hypermarché local : pendant 2 ans j’ai payé à l’unité des bouteilles d’eau achetées en packs. Moins cher de 2 centimes d’euro au litre à l’unité. Va comprendre, Charles… Là aussi, va expliquer ça à la caissière… Une fois, j’ai dû lui dire que j’allais déballer mes 5 packs pour qu’elle accepte d’enregistrer 30 bouteilles ! (elle n’en scanne qu’une hein ! :-) )

Les énoOormes pots de Nutella sont d’ailleurs victimes du même syndrome de la fausse économie : prix au kilo double (si si !) de celui des pots standards… Mais là, difficile de payer à l’unité ! À la cuillère ? :-D

Didier

20)
archeos
, le 04.12.2007 à 07:29
[modifier]

bq%XXé%. Idem dans notre hypermarché local : pendant 2 ans j’ai payé à l’unité des bouteilles d’eau achetées en packs. Moins cher de 2 centimes d’euro au litre à l’unité. Va comprendre, Charles… Là aussi, va expliquer ça à la caissière… Une fois, j’ai dû lui dire que j’allais déballer mes 5 packs pour qu’elle accepte d’enregistrer 30 bouteilles ! (elle n’en scanne qu’une hein ! :-) )

%%

Les deux ¢ sont logiques : le plastique, l’emballage, le service rendu. Tout ce qu’on paie dans un Mac en somme ;-)

22)
Franck_Pastor
, le 04.12.2007 à 16:13
[modifier]

Arf, pour moi, dans ces engins, il y a toujours un élément en trop, et c’est le moteur. La preuve est faite une fois de plus que c’est trop lourd à trainer dans les côtes :b

Saluki, le chant des marais, c’était la chanson de mes classes de service militaire. Le moins que je puisse dire, c’est qu’elle ne m’a pas arraché de larmes, et je ne suis pourtant pas de bronze…

23)
Indigo
, le 04.12.2007 à 19:21
[modifier]

Ca m’as toujours fait bien rire ces “Bogets” comme on dit chez nous. C’est d’une mécanique si simple, qu’il est très rapidement fait de les transformer bêtes de course … (pour peu qu’on sache ou trouver les pieces qui ne sont pas toujours données). Chez nous, lorsque l’on se faisait attraper en roulant à 90km/h (vitesse de base, 30-45km/h), la police avait la fâcheuse tendance à nous les rendre en cube de 20 Cm x 20 Cm.

24)
XXé
, le 04.12.2007 à 21:30
[modifier]

Les deux ¢ sont logiques : le plastique, l’emballage, le service rendu. Tout ce qu’on paie dans un Mac en somme ;-)

Vivi…
Mais…
Dans ce cas, pourquoi maintenant le pack est au même prix que l’unité ?
:-)

Didier

25)
XXé
, le 05.12.2007 à 13:49
[modifier]

Ca m’as toujours fait bien rire ces “Bogets” comme on dit chez nous. C’est d’une mécanique si simple, qu’il est très rapidement fait de les transformer bêtes de course …

Malheureusement, dans ce cas on les transforme encore plus en machine à handicaper et à tuer…

Didier