Profitez des offres Memoirevive.ch!
Nisus – un vieil ami renaît de ses cendres

Nisus – un vieil ami renaît de ses cendres

Le voici enfin – Nisus Writer Pro, sorti des langes, ce qui en langage informatique se traduit par “a quitté la phase bêta”.

image

Rien qu’en regardant cette image, je me rends compte de tout ce qu’il faut que je vous explique.

Commençons par le commencement.

Cartes sur table: pour écrire, je ne connais rien de plus efficace que Nisus. D’une part parce que c’est un programme vraiment fait pour écrire, sans gadgets superflus; et d’autre part parce que derrière Nisus, il y a des gens, toujours prêts à aider. Je ne connais personnellement ni Dave, ni Martin, et pourtant ce sont des amis, avec qui je discute par internet (pas seulement de Nisus) depuis que j’ai accès à la toile, et avec lesquels je discutais par correspondance ou par téléphone avant (mais à l’époque cela se limitait à Nisus). Lorsqu’on a de bons amis, on a toujours envie de raconter comment on s’est connus.

Il était une fois…

…un jour de février 1991. J’étais chez moi, travaillant à l’aide de mon Mac SE/30. Il neigeait si fort que Zurich était ensevelie sous la neige, et il était exclu pour moi de sortir, d’autant plus qu’une semaine avant, par un soir où déjà il neigeait à perdre haleine, j’avais été la victime d’un accident de la circulation, passant au mauvais endroit au mauvais moment, et que j’avais une côte cassée. Bref, j’étais coincée.

image

Une ville noyée sous la neige – chouette à voir…

Pour penser à autre chose, j’avais décidé de commencer à écrire une histoire qui tournait dans ma tête depuis au moins deux ans. J’ai d’abord écrit dans un cahier; à la fin de chaque chapitre, je transférais dans l’ordinateur et j’imprimais, pour voir ce que ça donnait. J’avais donc, deux jours auparavant, ouvert Word, et j’avais transféré les deux premiers chapitres. Pas commode de taper avec une côte cassée, ça fait mal. Le jour de février dont je vous parle, j’en avais déjà une trentaine de pages tapuscrites néanmoins (et tant pis pour la douleur), au moment où mon document Word sauvegardé et backupé comme de juste, décide de disparaître. Je me rabats sur le back-up (sur une disquette externe, à l’époque), et le Mac me dit “Désolé, dossier corrompu”.

J’avais lu la pub pour un programme qui se voulait spécifiquement pour ceux qui écrivent dans une revue spécialisée. Dans un accès de rage, j’ai téléphoné au numéro qui figurait sur la pub, je suis tombée sur une gentille voix féminine à qui j’ai raconté ma mésaventure, et qui m’a suggéré, si je voulais, de m’envoyer les disquettes par express et par avion.

Je voulais.

Le programme coûtait cher en ce temps-là (plus de 200 dollars si je me souviens bien), je n’en étais pas à quelques francs près. Quarante-huit heures après, Nisus entrait dans ma vie.

image

J’ai toujours les disquettes des versions 3 et 4

J’ai été conquise en une minute. 10 (dix!!!) presse-papier, sélection non contiguë, retours en arrière (et en avant) des corrections (annuler/refaire) non pas une fois, mais… 37’000, etc., etc. Tout était tellement ÉVIDENT.

image

Ici, c’est la version 6.5, la dernière, mais l’aspect était déjà le même au début

Ces caractéristiques ont été copiées depuis, mais à l’époque, Nisus venait de les inventer, on ne les trouvait que chez eux. Et il y avait un détail qui m’a tranquillisée une fois pour toutes: une sauvegarde automatique avec back-up, externe si on voulait. J’ai donc dédié une disquette aux sauvegardes Nisus, et je n’ai PLUS JAMAIS perdu un texte depuis.

Nisus Writer: le cheminement

Si Nisus était tellement génial, c’est qu’il avait été écrit tout exprès pour Mac par des gens qui savaient ce qu’écrire voulait dire. Je les soupçonnais dès cette époque de ne pas être simplement des informaticiens, mais aussi des lettrés. Rien que le nom de leur programme: “Nisus”, nom latin venu de “nisi” (accomplir) et qui signifie à peu près “effort, accomplissement”. Rien que l’icône:

image

Il s’agit d’une représentation d’Hermès, le messager des Dieux. Hermès (Mercure pour les Romains) était le dieu de la science, de l’éloquence et de la ruse. Et il était le messager des autres dieux de l’Olympe gréco-romain. Il était traditionnellement représenté avec un chapeau ailé, et portait à la main un sceptre ailé sur lequel étaient enroulés deux serpents, appelé “caduceus”, en français caducée. Nisus a (logiquement) remplacé le caducée par une plume – et une plume à encre, avec un bec. La fana de stylos que je suis a évidemment tout de suite été conquise.

J’ai compris que j’avais à faire à des informaticiens humanistes (une de mes catégories humaines préférées).

Depuis ce jour-là, c’est simple, j’ai tout écrit avec Nisus.

Et pendant dix ans, de mise à jour en mise à jour (avec des améliorations que je ne détaillerai pas ici, ce n’est plus la peine. J’avais fait un test sur PommeA, à l’époque…), j’ai utilisé Nisus. Dans sa dernière version, Nisus Classic 6.5, j’avais même pu écrire un très long livre (1 million de signes) en un seul document, sans que cela le ralentisse, sans devoir craindre de le perdre, mais avec l’avantage de pouvoir consulter facilement ce que j’avais écrit auparavant.

Et puis est venu le jour où nous avons passé à Mac OS X, et Nisus a décidé de récrire son programme. Un jour, Nisus Writer Express est sorti (express ne voulant pas dire vite, en l’occurrence, mais s’exprimer – to express oneself).

Trop primitif. J’ai erré comme une âme en peine, de Apple Works à Text Edit, de Mellel à Mariner, de Neo Office à…

Et pendant ce temps, tous les usagers écrivaient à Nisus: comment avez-vous PU remplacer un programme idéal par ce rejeton qui n’a rien? En quoi nous nous trompions, bien entendu. Car Nisus avait quelque chose que beaucoup d’autres n’ont pas. Il était écrit en cocoa et avait un potentiel de développement important.

Entre-temps, le programme ne coûte plus des centaines de dollars, mais quelques dizaines seulement. La vie est donc difficile, pour les gens de Nisus: nous ne le savions pas, mais les manches retroussées dans la chaleur de Solana Beach, ils ne prenaient pas si souvent le temps d’aller à la plage. Ils travaillaient dur à remonter la pente. Peu à peu, les caractéristiques de Nisus Classic sont revenues, de la version 1 nous avons passé à la 2, et de la 2.0 nous avons grimpé lentement mais sûrement vers la 2.7, que vous pouvez télécharger ici et acheter au moment où je vous écris. Prix: 45 $ Je ne vous en parlerai pas, je l’ai testée .

Nisus Writer Pro

Il y a quelques mois, Nisus annonçait la prochaine sortie de Nisus Writer Pro, et en attendant, nous pouvions en avoir un avant-goût en testant la bêta. François (vous le connaissez) a aussitôt voulu savoir, a aussitôt tenté l’expérience – et le cliché “essayer c’est l’adopter” a pris un sens: il l’a adopté, et vous a fait part de sa satisfaction ici.

Bon, je vais essayer de préciser un peu – tout en vous priant de ne pas vous attendre de ma part à un test comme ceux qu’en font François & Co.

Je reprends donc mon image du début, et voici les premières remarques.

image

C’est simple et gai. Pas de rangées d’icônes dans l’en-tête, juste l’essentiel. Et si on a besoin de beaucoup de fonctionnalités, il y a les palettes (no 1) – que vous pouvez choisir de mettre à gauche ou à droite, j’y reviendrai.

D’un coup d’œil, j’ai ma palette fonte (no 2), avec toutes les possibilités offertes par ladite fonte.

J’ai mon correcteur orthographique (no 3) – et si j’écrivais en anglais, j’aurais un thesaurus qui me suggérait des synonymes et des définitions. En français j’ai Antidote, c’est moins simple, ces deux producteurs de programmes ne se sont pas encore rencontrés, mais vous verrez que c’est très simple tout de même. En attendant, cette petite fenêtre me propose tout de même de corriger “beta” (faux) en “bêta” (juste) grâce au dictionnaire intégré, qui existe en de multiples langues, il suffit de le demander (au lieu de French on choisit Swedish, ou Chinese, ou…, ou…, ou…). Et si j’avais une incertitude sur l’orthographe d’un mot, j’en écrirais le début, puis je ferais “pomme-point”(.), et voilà ce que ça donnerait.

image

Ensuite – et pour moi qui suis journaliste c’est vital -, je sais à chaque instant combien de caractères, de mots, de paragraphes j’a écrit (no 4).

Suit la mise en forme du paragraphe:

image

Espacement, espacement entre paragraphes (avant et après), la suppression automatique (que je peux choisir ou non d’activer) des “veuves et orphelins” (mots qui se retrouvent tout seuls en haut ou en bas d’une page), garder ensemble les différentes lignes d’un paragraphe, etc.

Puis il y a la numérotation des sections, qui contient la possibilité d’écrire de droite à gauche pour les langues qui le demandent.

image

J’arrête ici sur la mise en forme, mais vous aurez compris le principe: tout est sous la main, facile à trouver, facile à comprendre, on ne doit pas se prendre la tête pour la mise en forme pendant qu’on est au milieu d’un truc compliqué.

image

Je passe aux tableaux. Simplicité totale – ils ont leur palette, vous pouvez les introduire où vous voudrez, de la taille que vous voudrez, en supprimer et en ajouter d’un clic, par lignes ou par colonnes.

Et puis je passe aux images.

image

Et c’est là qu’on se dit que Nisus, le bon copain du temps jadis (de 1989 à 2002), est de retour. Vous utiliserez les images en vous jouant, et vous pourrez choisir le comment d’un clic sur la palette. Nisus offrait déjà cela du temps de Classic, mais jusqu’ici, Nisus Express ne l’offrait pas.

Seules ou entourées de textes, liées à la page (elles restent toujours à l’endroit où vous les avez mises) ou au texte (c’est-à-dire qu’elles suivent le texte qui les entoure, même si vous supprimez du texte au-dessus ou au-dessous).

image

Je ne voudrais pas manquer de parler de l’indexation, simple comme bonjour, grâce à sa panoplie de palettes propres.

image

Et mentionnons encore (ouf!)

- les références croisées, très efficaces

- la table des matières.

Nisus Classic ayant toujours eu les références croisées, j’ai simplement fait “ouf” en les revoyant, mais autour de moi on s’exclame en les trouvant dans un traitement de texte, aussi je vous les signale, et bien entendu, pour terminer, il y a une palette pour la table des matières.

Préférences & Co

On me pardonnera d’avoir mis la charrue avant les bœufs. Ce n’est que maintenant que j’en viens à l’aspect général du document.

Pour ce qui est des préférences, les deux images qui suivent en disent plus que mille mots: j’y ajouterai qu’on peut fabriquer son propre modèle, décider du style qu’on veut pour en-tête, corps du texte, etc.

image

image

C’est ici, également, qu’on décidera de la langue dans laquelle le correcteur est activé – que vous choisissiez la version française ou anglaise du programme lui-même.

Au cas où vous voudriez changer en cours de texte, vous allez cliquer sur le petit drapeau qui se trouve en bas de votre document à droite, et un clic suffira.

image

Et ici je voudrais signaler que corriger les documents Nisus avec Antidote, c’est un jeu d’enfant: vous ne perdez aucune mise en forme. Il suffit de sélectionner le texte à corriger (tout le document si ça se trouve), de cliquer sa souris sur n’importe quelle icône en bas à droite, et on voit surgir un menu qui propose le correcteur, on le choisit, et on voit apparaître son texte.

image

À mesure que vous corrigez, cela se corrige dans le document Nisus.

Et enfin, je ne voudrais pas manquer de signaler deux éléments: la simplicité avec laquelle les styles sont créés, et la simplicité avec laquelle ils sont gérés. Vous les avez toujours à disposition dans l’en-tête de votre document. Vous cliquez là-dessus

image

et vous voyez paraître ça.

image

Si dans mon document il y avait dix styles différents, ils seraient tous là.

Dans ce chapitre, je voudrais encore signaler que vous pouvez faire des allées et venues de Word sans rien perdre. Deux méthodes pour cela: sauvegarder en .rtf ou en “Word Format” (.doc). Nisus ne lit pas le format .docx, mais quelle que soit la version du document Word, s’il est sauvegardé comme .rtf, ça marche. J’ai personnellement fait de nombreuses expériences (à ma rédaction il y a Word pour PC, version juste avant Vista), j’ouvre les documents dans les deux sens sans problème aucun (je n’ai même plus Word installé sur le disque dur de mon Mac).

Conclusions?

Certes, vous trouvez beaucoup de ces éléments dans d’autres traitements de texte: mais après avoir tout essayé (j’ai au moins une demi-douzaine de traitements de texte sur mon disque dur), je suis toujours revenue à Nisus – le correcteur, les statistiques, la simplicité d’utilisation, même pour les choses complexes, l’interface esthétique, l’ergonomie, les gens sympa, bref, je me sens bien avec Nisus.

La seule chose qui pourrait être simplifiée, c’est l’utilisation des macros. Dans Nisus classic, c’était enfantin, ici, il faut parfois se prendre la tête. Mais c’est bien le seul endroit, du moins en ce qui me concerne.

Je voudrais citer ici un des contributeurs assidus du Forum Nisus (www.nisus.con>forum), Scott Whitlock:
‘… {Nisus} offre une solution intuitive et élégante faite tout exprès pour le Mac. Comme du temps de OS9, on ressent pour Mac OS X le pressant besoin d’une véritable alternative à Word (Nisus Classic était à l’époque cette alternative). Mariner Write est dépassé et n’a jamais offert suffisamment de possibilités… AppleWorks a disparu et a été remplacé par un Pages compliqué et sans intuition aucune. Et Mellel est terrible à l’usage, utilise un format propriétaire et ne communique pas très bien avec le reste du monde lorsqu’on s’en sert. La meilleure alternative que nous ayons (ne serait-ce qu’à cause du format natif RTF, mais aussi pour beaucoup d’autres raisons), c’est Nisus, le traitement de texte auquel nous nous sommes attachés.’

Et pour les francophones qui ne comprennent vraiment pas un mot d’anglais, ils choisiront l’interface française.

image

Il n’y a pas, et je doute qu’il y ait jamais, d’aide en français. Nisus est une toute petite boîte, ils n’ont pas les moyens de faire traduire un mode d’emploi de près de 600 pages. Mais la plupart d’entre nous détestent les modes d’emploi de toute façon. On peut ouvrir un fil de discussion sur le forum, et ceux qui aiment bien ce programme, mais qui craignent de ne pas comprendre quelque chose posent leurs questions, et nous, les vétérans Nisus (ah, ah) répondrons, si nous pouvons – ou poserons la question pour vous à Martin ou à Dave, les deux Hermès de Nisus.

Tout cela dit, Nisus “coûte un prix”: relativement avantageux: 79$. Si vous achetez groupé (la même famille, la même maison), trois licences coûtent 99$. Aux Etats-Unis il y a des prix Education, mais je ne crois pas qu’ils s’appliquent à l’Europe. Et si vous aviez déjà Nisus Express, la mise à jour (la première payante depuis Nisus Express 1.0) coûte 45$.

60 commentaires
1)
ptit tom
, le 17.07.2007 à 00:32
[modifier]

Ça a l’air chouette! J’avais essayé nisus express, et c’était malheureusement trop limité pour un usage professionnel.

Par contre…

C’est quoi les références croisées?

Amicalement,

2)
Port-Royal
, le 17.07.2007 à 01:02
[modifier]

Merci Anne pour cette présentation ! J’ai aussi quelques traitements de texte sur mon disque dur et je n’emploie plus aujourd’hui que Pages et Nisus Writer Pro – bien que je suive encore l’évolution de Mellel (il y a longtemps que j’ai abandonné Word et je ne garde NéoOffice que pour certains textes qui me sont adressés et que je retraite)… Les petites palettes de Nisus et sa gestion des styles me plaisaient beaucoup mais j’avoue que le passage de Nisus Express à Nisus Pro bêta a relancé mon intérêt pour ce logiciel. Je l’ai testé à nouveau pendant un mois et j’ai fini par l’acquérir. Comme vous j’écris beaucoup, rapports et livres, et l’usage de Nisus Pro offre vraiment un trésor de facilité. Comme j’ai la chance d’avoir un pied dans le milieu universitaire, j’ai adressé par courriel à Nisus une copie de ma carte professionnelle et j’ai reçu dans l’heure un lien pour bénéficier du tarif Éducation, soit 39 $ ! Chapeau à Dave Larson pour sa compréhension, sa réactivité et la qualité de son travail ! Comme vous, Anne, j’encourage tous les Cukiens qui écrivent pour des raisons professionnelles à essayer cet excellent logiciel aisément paramétrable et conçu dans l’esprit Apple : Nisus Writer Pro est un bijou.

4)
Zitoune
, le 17.07.2007 à 06:53
[modifier]

Merci Anne pour cet aperçu de la nouvelle version de Nisus que j’adopterais volontiers s’il savait ouvrir directement (sans manipulation préalable) les .cwk et .odt.

5)
Origenius
, le 17.07.2007 à 07:10
[modifier]

Depuis que j’ai décidé hier de reprendre ma carrière d’écrivain, cet article tombe au bon moment !

Je connaissais Nisus depuis fort longtemps, puisque, à ma connaissance, il était le seul traitement de texte capable d’écrire les langues asiatiques. (C’est faux, il y avait aussi Wintext. C’était une vraie usine à gaz mal foutue ; je n’ai jamais été capable d’écrire quoi que ce soit avec.) Je n’en suis même pas à Classic ici, j’évoque le système 7.1 qui, avec son extension linguistique ad hoc, ouvrait déjà des horizons multilingues. Je m’y étais essayé à l’époque (1993), sauf que mes connaissances dans la langue d’Endo Shusaku était encore bien limitées. Aujourd’hui, je constate que, par le truchement de Mac OSX, tous les logiciels sachant traiter un minimum le texte savent gérer plus ou moins les langues bizarres. Je veux dire qu’ils savent coder sur deux octets.

Pages est en retrait par rapport à AppleWorks sur un point important pour moi puisque la version japonaise de celui-ci savait orienter le texte non seulement horizontalement (pas très original), mais aussi verticalement, et ça, c’est remarquable. Aujourd’hui, à part les versions japonaises de Word et d’Indesign, aucun ne me donne satisfaction sur ce point. Quid de Nisus Writer Pro ? Je l’essaie depuis ce matin mais je n’ai pas encore trouvé cette fonction.

Cela dit, Nisus Writer Pro est séduisant, il semble bien bâti et stable. Il me tente bien ! Merci Anne pour cette présentation !

Puisque je m’y suis remis, force est de constater que je suis bien ennuyé : je l’écris dans quelle langue mon prochain bouquin ?

Amitiés

6)
WhyNot
, le 17.07.2007 à 07:38
[modifier]

Merci pour le test, le logiciel a l’air vraiment intéressant. Bien plus simple que Word ou Open/Neooffice.

Mais possède-t-il une fonction de Word que j’utilise régulièrement, le suivi des modifications par différents auteurs?

7)
Thierry Vial
, le 17.07.2007 à 07:59
[modifier]

Je travaille depuis quelques jours sur Nisus, suite à l’article de François. C’est effectivement beaucoup plus réactif que Word.

WhyNot : je ne pense pas qu’il y ait de suivi des modifications.

Je n’ai pas trouvé la gestion des images aussi efficace que Anne le laisse entendre. Nisus ne parvient pas, chez moi et chez d’autres aussi selon le forum, à redimensionner une image qui serait à l’origine plus grande que la page (il faut passer en mode brouillon, redimensionner, puis revenir en mode Page).

Par rapport à Word, il n’y a pas non plus, sauf erreur, la possibilité de créer des zones (blocs) de texte à traiter comme des objets indépendants sur une page. Personnellement, ça ne me manque pas trop.

8)
Cosmike
, le 17.07.2007 à 08:38
[modifier]

Ces dernières années j’ai essayé de “quitter” Word. Ragtime me semblait une bonne solution, mais même en suivant les pas à pas du mode d’emploi impossible de répéter les exercices de celui-ci ! En 2005 je suis passé à Pages, malheureusement ses lenteurs sont extrêmement désagréables et l’absence de la gestion des tableaux m’ont fait revenir à Word.

Difficile d’oublier une vingtaine d’années d’utilisation d’un logiciel, la grande habitude de certaines ses fonctions et surtout les centaines de documents enregistrés !

Bon c’est décidé, j’essaie Nisus…

A part ça, Anne, quand nous fais-tu une humeur sur les stylos et autres plumes dont tu es fana ? ;-)

9)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 08:41
[modifier]

@ptit tom: les références croisées, c’est quand tu marques un mot ou une phrase que tu veux citer plus tard ou revoir plus tard, tu peux reporter ta référence, et si tu as ajouté ou enlevé du texte, la référence croisée s’adapte à la page où elle était à l’origine (je ne sais pas si cette explication est claire…)

@zitoune Je ne sais pas ce que c’est que .cwt et .odt, mais je pose la question à Nisus

@Origenus: je pose aussi la question de l’écriture verticale

@WhyNot: il n’y a pas le suivi comme dans Word, mais je trouve que les “Bookmarks” me permettent un suivi de modification facilement

De façon générale: l’aspiration No 1 de Nisus, c’est d’offrir un traitement de texte aussi simple que possible. Et la caractéristique des gens de Nisus, c’est qu’ils continuent à développer, et qu’ils nous offriront des surprises. Cela dit, la qualité No 1 pour des gens comme moi, c’est qu’il est limpide à utiliser et que – je sais, je me répète affreusement – je n’ai plus jamais perdu une virgule depuis que je l’emploie. Et ce n’est pas comme si je n’avais pas de comparaison possible: là où je travaille, il y a des PC avec Word, je suis forcée de l’employer sans cesse, et je suis régulièrement irritée par la lourdeur, les étrangetés de ce monstre.

10)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 08:46
[modifier]

A part ça, Anne, quand nous fais-tu une humeur sur les stylos et autres plumes dont tu es fana ? ;-)

Mais quand tu veux, cher ami, seulement elle n’aura rien de scientifique – je ne parlerai pas des octets de l’encre ou des références croisées des cartouches, mais juste de crissements, de couleurs, de papier… et de souvenirs. ;~)

11)
zitouna
, le 17.07.2007 à 09:46
[modifier]

Ça donne envie, Anne. J’aime beaucoup l’introduction historique de ton test. Mais n’étant pas du tout écrivain, je crois que je vais continuer sur TextEdit, suffisant largement à mes besoins actuels…
z (les tests des Cuneo, c’est de l’enthousiasme concentré, je répêêête: les tests des Cuneo, c’est de l’enthousiasme concentré)

12)
Cosmike
, le 17.07.2007 à 10:09
[modifier]

Mais quand tu veux, cher ami, seulement elle n’aura rien de scientifique – je ne parlerai pas des octets de l’encre ou des références croisées des cartouches, mais juste de crissements, de couleurs, de papier… et de souvenirs. ;~)

Anne, c’est bien ainsi que je l’entends ! Yapluka…

13)
bens
, le 17.07.2007 à 10:40
[modifier]

Pour ma part, j’utilise souvent des documents word pour faire des cahiers des charges. Je duplique mon modèle, qui est rédigé avec des titres numérotés et hiérarchisés. Mon premier geste est “d’élaguer” le modèle dupliqué en supprimante des titres (et leur contenu) via le Mode Plan de Word. Ce mode plan existe-t-il dans Nisus? ou dans un autre TT?

14)
fxprod
, le 17.07.2007 à 10:46
[modifier]

comme toujours un texte traité de façon magistrale par un membre de la famille Cunéo, c’est tjrs un réel plaisir d’attendre minuit 10 pour vous lire.

15)
Stilgar
, le 17.07.2007 à 11:20
[modifier]

Bonjour,

Une petite question concernant la gestion des styles de Nisus : sont ils créés manuellement ou automatiquement ?

Cette question car sous Word (je ne sais plus depuis quelle version), chaque modification du texte créé automatiquement un style !!! On se retrouve avec des dizaines de styles inutiles !!! Cela devient ingérable. Je veux rester maître à bord : je veux un nouveau style, j’en créé un. Sinon, rien ! Les modifications sont prises en compte mais ne donnent pas lieu à la création automatique d’un nouveau style.

16)
Lou
, le 17.07.2007 à 11:59
[modifier]

Grâce à toi et à François, je n’utilise plus que Nisus que je me suis empressé d’acheter dès la sortie de la version pro définitive, et je ne veux plus entendre parler d’autre chose pour écrire…

Du bonheur…

Merci à vous deux pour cette découverte !

17)
Zitoune
, le 17.07.2007 à 12:56
[modifier]

@Anne

Pour les extensions, en fait c’est .cwk (AppleWorks) et .odt (OpenOffice).

Merci ;)

18)
lyonelk
, le 17.07.2007 à 14:32
[modifier]

Comme Anne, mon parcours avec Nisus a commencé avec la version Nisus Classic (la 5.0 je crois). Depuis le passage à Mac OS X, les temps n’ont pas été vraiment à la fête au niveau des traitements de texte. Je suis aussi content que Nisus Pro soit sorti et puisse remplacer (enfin!) Nisus Classic (un must). Quelques problèmes encore à l’importation des fichiers Word cependant. Ils concernent les en-têtes, principalement celles comportant des images. Qui aurait une solution?

19)
François Cuneo
, le 17.07.2007 à 14:55
[modifier]

Stilgar, les styles sont merveilleusement gérés par NisusWriter Pro, ne t’inquiète pas.

Cela dit, le problème que tu soulèves avec Word, il me semble que je le rencontre seulement avec la version XP (Windows). Sous Mac, ça ne se passe pas trop mal non plus.

Bens, non pas de mode plan dans NWP. Mais il me semble que l’on peut très bien s’en passer. Cela dit, si tu en as vraiment besoin…

20)
Okazou
, le 17.07.2007 à 15:00
[modifier]

« Mon premier geste est “d’élaguer” le modèle dupliqué en supprimante des titres (et leur contenu) via le Mode Plan de Word. Ce mode plan existe-t-il dans Nisus? ou dans un autre TT? »

AppleWorks dispose du mode plan et ça fonctionne très bien sur les longs textes à chapitres.

21)
François Cuneo
, le 17.07.2007 à 15:02
[modifier]

lyonelk, Anne a tout essayé pour me faire aimer Nisus 5 en version Classic à l’époque. Elle me l’avait même offert si je me rappelle bien.

Ben je détestais. Je préférais mille fois Word, c’est dire.

Là, c’est tout autre chose, ce logiciel est simplement superbe

Anne: très bonne, ton explication des références croisées!:-)

Carnea, j’ai importé des images (par glissement) bien plus grandes que la page, elles ont pris directement une taille de largeur de page. Pas toi?

A ce propos, je viens d’écrire ces deux derniers jours un test d’appareil de photo qui paraîtra à mon retour. Je l’ai fait sous Nisus bien sûr.

J’y ai intégré plein d’images, et la sauvegarde automatique était ma fois devenue bien lente. C’est un peu ennuyeux, ce qui fait que je l’ai demandée toutes les dix minutes à la place de toutes les 5 minutes.

Pas trop grave d’ailleurs, Nisus ne plante jamais.

22)
François Cuneo
, le 17.07.2007 à 15:05
[modifier]

Okazou, tu ne vas tout de même pas faire dériver nos lecteurs sur AppleWorks ou bien?

Pas qu’il soit catastrophique (je ne l’aime pas, c’est clair, pourtant, je l’ai enseigné pendant des années, donc tu m’excuseras, je connais, par exemple ses problèmes dès qu’on ouvre un document alors que l’imprimante n’est pas la même), mais il n’est plus développé. Ecrire sur AppleWorks, c’est quasi être sûr de ne pouvoir rouvrir son document dans trois ans…

Alors que Nisus ne devrait poser aucun problème, même si le programme s’arrêtait.

Et après ce qu’ils ont vécu, s’ils ont tenu le coup, ils resteront…

23)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 15:26
[modifier]

Ah, François! Tu sors du trou! Tu as trouvé une borne WiFi, alors?

Correction: je viens de lire que tu communiquais de temps en temps avec nous au moyen de ta CARTE! J’avépâvu.

24)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 15:31
[modifier]

Une petite question concernant la gestion des styles de Nisus : sont ils créés manuellement ou automatiquement ?

Quand tu ouvres l’icône aux 4 carrés en haut, tu vois le style “normal” que tu as choisi. Tu peux alors créer de nouveau styles en partant de “normal” ou des styles nouveaux tout court. Mais une fois qu’ils sont là, c’est toi le maître. Essaie pour voir: tu peux tester Nisus gratis pendant un mois, largement de quoi faire tes expériences.

Et si tu sais trois mots d’anglais, il y a un forum Nisus super.

25)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 15:40
[modifier]

@zitoune Je ne sais pas ce que c’est que .cwt et .odt, mais je pose la question à Nisus

@Origenus: je pose aussi la question de l’écriture verticale

Réponse de Nisus: il ne gère pas tes formats, Zitounet, mais si cwt c’est AppleWorks, je viens d’ouvrir un texte écrit avec lui en texte seul, et j’ai récupéré tout ce que j’avais écrit, sauf les styles. Quant à OpenOffice, j’ai sauvegardé en texte seul, et je l’ai rouvert aussi, ce n’est pas parfait, mais c’est possible. Donc officiellement la réponse est NON, officieusement, en bricolant ce n’est pas impossible. Mais qui donc aura envie d’écrire avec OpenOffice une fois qu’il aura goûté à l’ivresse Nisus ;~))) ?

Quant au texte de bas en haut, la réponse officielle est NON, mais un membre du forum m’a écrit ceci; They are left to right when you write horizontally. Up to down and right to left when you write vertically but it is a variant of the ordinary left to right writing (rotate 90° clockwise). Je ne comprends pas vraiment, ce qui fait que je ne peux même pas traduire, mais peut-être que ça répondra à Origenus.

26)
Bernard
, le 17.07.2007 à 16:21
[modifier]

Anne, Merci pour cette présentation très tentante. J’utilise Appleworks depuis plusieurs années et n’ai pas eu de problème pour ouvrir des textes vieux de trois ans ou plus. Si je passe à Nisus, y-a-t-il la possibilité ded reprendre des textes Appleworks? Je travaille aussi pour des Windowsiens et une fois mes textes créés, je les sauvegarde en Word pour les leur transmettre. Si j’ai bien compris, cette possibilité existe aussi avec Nisus. Je suis toujours un peu en retard en informatique et n’ai pas encore adopté Intel. Cela peut-il poser un problème? Bien cordialement,

27)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 16:28
[modifier]

J’utilise Appleworks depuis plusieurs années et n’ai pas eu de problème pour ouvrir des textes vieux de trois ans ou plus. Si je passe à Nisus, y-a-t-il la possibilité ded reprendre des textes Appleworks?

Tu peux voir un peu plus haut le conseil de François: AppleWorks n’est plus développé, je pense que le mieux ce serait de transférer tes textes importants pendant que c’est possible… J’ai souvent ouvert des textes AppleWorks avec Text Edit, puis sauvegardés en Nisus. On perd la mise en forme, mais même pas tout.

Quant à l’aller retour avec Word, dans mon expérience cela marche très bien, avec quelques variantes dans les marges, mais minimes. Je fais des aller retours constants avec Word pour PC entre maison et rédaction.

Je pense que si tu te contentes de Appleworks, c’est que Nisus Writer Express te suffirait. Essaie-le pendant un mois gratis, tu verras ce que tu en penses.

Il fonctionne avec tous les processeurs.

28)
Origenius
, le 17.07.2007 à 16:32
[modifier]

Quant au texte de bas en haut, la réponse officielle est NON, mais un membre du forum m’a écrit ceci; They are left to right when you write horizontally. Up to down and right to left when you write vertically but it is a variant of the ordinary left to right writing (rotate 90° clockwise). Je ne comprends pas vraiment, ce qui fait que je ne peux même pas traduire, mais peut-être que ça répondra à Origenus.

Merci Anne, c’est super sympa d’avoir fait cette demande.

Je ne suis pas surpris outre mesure de la réponse officielle : c’est quand même une fonction particulière… Je comprends la réponse de ce membre du forum : il suffirait de faire une rotation de page de 90° dans le sens des aiguilles d’une montre, mais il faudrait aussi faire une rotation inversée de chaque caractère individuel pour retrouver la cohérence du texte. Sauf que ce n’est pas jouable, car il faut penser entre autre aussi à la ponctuation qui est particulière, laquelle varie selon l’orientation de l’écriture. Et oui, le japonais est ainsi fait qu’on peut l’écrire dans tous les sens. La forme littéraire habituelle étant de haut en bas en commençant à droite de la page. (En effet les livres s’ouvrent à l’envers). Il se trouve que la généralisation des « machines à écrire » tend à populariser l’écriture « à l’occidentale ». Je considère que c’est dommage : une page manuscrite, non pas à la plume mais au pinceau, étant tellement belle et équilibrée lorsqu’elle est verticale ! La « voie de l’écriture » est un pillier de la culture japonaise !

Amitiés

29)
borelek
, le 17.07.2007 à 18:00
[modifier]

Bon, rien à voir et tout à voir en même temps : je viens le 8 septembre. C’est le (futur) test des stylos plume qui m’a convaincu mais François et ses avatars perdus, et Cosmike aussi. Et puis on ne peut pas préférer les relations humaines aux relations numériques ET ne pas aller au CUKdays, n’est-ce pas ?

30)
alpha
, le 17.07.2007 à 18:26
[modifier]

J’utilise Nisus, depuis la présentation de François. Dès sa sortie finale, j’ai sauté sur la version et l’ai acheté. C’est vraiment du plaisir ce logiciel. Simple et pas besoin de grande explication pour le comprendre. D’ailleurs, je n’ai jamais eu besoin de l’aide pour pouvoir l’utiliser. Je travaillais jusqu’à présent sur WORD et puis néooffice et dernièrement Page (qui, il faut le dire, comme tout le monde le dit d’ailleurs, est d’une lenteur sur mon G4ppc à mourir… il faut vraiment qu’ils se mettent à la Page pour nous autres), mais bon il m’est toujours bien utile se petit logiciel pour mes infos qui ont besoin de style. Voilà, tout cela pour dire… achetez Nisus et vous verrez que ce n’est pas de l’euphorie mal gérée mon petit mot. Merci Anne pour ton enthousiasme que tu communiques bien.

31)
Jerome974
, le 17.07.2007 à 18:55
[modifier]

Est-il possible d’avoir des blocs de texte indépendants (flottants) ? Par exemple, pour un CV des infos alignées en haut à gauche et d’autres en haut à droite ?

32)
Zitoune
, le 17.07.2007 à 19:22
[modifier]

Merci Anne de t’être renseignée pour les formats de documents. Le .odt étant un format “ouvert”, Nisus pourrait l’intégrer et/ou en faire son format par défaut.

Sinon, l’article ci-dessus est indiqué sur le site de Nisus ;)

33)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 19:42
[modifier]

l’article ci-dessus est indiqué sur le site de Nisus ;)

Ben ouais, j’ai fait leur pub, la moindre des choses c’est qu’ils nous retournent l’ascenseur. Je leur ai signalé quej’avais fait le test – entre temps on se connaît (par mail uniquement, bien sûr – dommage). Malheureusement, ils ne parlent pas français, alors Cuk, à part le test de leur produit…

34)
Alain Le Gallou
, le 17.07.2007 à 20:10
[modifier]

Il pleut à torrent aujourd’hui, j’ai donc fait un nouveau test de Nisus. En prémisse je rappelle que je vomis régulièrement sur Apple pour être en sommeil logiciel (Aperture, iWork 07, etc). Point important, car je ne vais pas acheter Nisus et rester avec Pages, malgré la lenteur de Pages, et le manque de fonctions de Pages comme “texte tabulé vers tableau”, et mon désir de dire merde à Apple qui se moque de l’utilisateur que je suis (j’ai acheté Lightroom et le tableur Tables). Pourquoi je reste avec Pages ?. Nisus est superbe en fonctionnalité, mais plus vers l’utilisation pur texte. (gros rapport, livre, etc) et moins généraliste que Pages (pas de calcul facile dans un tableau, de suffix monétaire, etc). Enfin un petit défaut pour moi : Il y a tellement d’options que les Palettes sont en assez petits caractères, fatiguant pour des yeux usés). Plus, j’ai pas vu de sélection discontinue de case dans un tableau (usuellement touche pomme), et curieux j’ai crée une table des matières, visible dans le tiroir de gauche, et pas été capable de la placer en début de texte. Cela ne devrait pas prendre plus de deux clics dans Insert. Il manque aussi l’outline processing pour réorganiser les gros rapports. Voir aussi les blocs signalés dans une autre intervention. Résumé pour moi, Nisus bien pour l’écrivain, pas assez généraliste pour le quidam.

35)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 22:27
[modifier]

Il y a tellement d’options que les Palettes sont en assez petits caractères, fatiguant pour des yeux usés).

Curieux argument… Les palettes sont certes écrites petit, tout comme celles de Photoshop ou autres. Celles de Nisus peuvent être utilisées une à une si tu veux, le tiroir peut être arrangé à ton gré. Tu peux aussi te passer complètement du tiroir, tout est dans les menus.

Pour le reste, je ne discuterai pas ces affirmations péremptoires. Il est vrai que la sélection non contiguë fonctionne à l’intérieur de chaque cellule, mais pas au niveau des cellules; si on doit changer quelque chose de répétitif, on a la fonction Chercher/remplacer, dont je n’ai pas parlé, mais qui est certainement la plus efficace du marché.

36)
Chichille
, le 17.07.2007 à 23:35
[modifier]

Aaahhh ! ça ne va pas être facile de ne pas l’acheter…

Mais je me retiens. Je viens, pour écrire ce petit billet, fautes éventuelles comprises, d’ouvrir la version d’essai, qui a opiniâtrement refusé de fonctionner : roulette inarrêtable et «Forcer à quitter» me confirme en effet que «Nisus ne répond pas».

Après plusieurs essais pour le relancer, procédure de soins de l’ordinateur par ToolsX3 (quotidien, hebdo et mensuel dans la foulée; d’ailleurs, c’est prévu) et là, chance ou miracle, ça fonctionne. Est-ce que ce problème est répertorié ?

Ce «léger» détail mis à part, notre Hermès paraît effectivement aussi sympathique – et pratique ! – qu’Anne le dit avec tant de conviction, du moins pour les textes simples. Pour les documents de structure complexe, Ragtime reste le plus intéressant (mais la dernière version est bien chère!!!). Peut-être bien que je vais tout de même me laisser aller… J’aimerais tout de même ne pas devoir faire la toilette de ma bécane tous les matins en me levant.

37)
Anne Cuneo
, le 17.07.2007 à 23:59
[modifier]

Après plusieurs essais pour le relancer, procédure de soins de l’ordinateur par ToolsX3 (quotidien, hebdo et mensuel dans la foulée; d’ailleurs, c’est prévu) et là, chance ou miracle, ça fonctionne. Est-ce que ce problème est répertorié ?

Non, il n’est pas répertorié, pour la simple raison qu’il ne peut tenir qu’à ta bécane… Si tu m’avais posé la question, je t’aurais dit de faire ce que tu as fait tout seul: permissions, prebinding, reconstruction du bureau, scripts quotidien-hebdo-mensuel. La preuve – après ça a marché.

Je n’ai jamais pu me faire à RagTime, et j’ai toujours pu tout faire avec Nisus Classic à l’époque. Depuis 18 mois environ, je peux de nouveau tout faire avec Nisus, et maintenant qu’on peut mettre des images, j’ai tout ce qu’il me faut.

La beauté de programmes comme Nisus, c’est qu’ils sont simples, et qu’ils n’essaient pas d’absolument tout faire, ce qui leur donne une solidité que les bêtes-à-tout-faire n’ont pas (suivez mon regard). Alors il y a toujours un truc que celui-ci veut, ou celui-là, et qui manque pour lui.

Et comme tu dis, il y a la différence de prix.

38)
Alain Le Gallou
, le 18.07.2007 à 07:05
[modifier]

Curieux argument… Les palettes sont certes écrites petit, tout comme celles de Photoshop ou autres. Celles de Nisus peuvent être utilisées une à une si tu veux, le tiroir peut être arrangé à ton gré. Tu peux aussi te passer complètement du tiroir, tout est dans les menus.

Curieux argument…

Ha, c’est curieux comme argument de vieillir et d’avoir une moins bonne vue!!!

Celles de Nisus peuvent être utilisées une à une si tu veux

Et cela change quoi à leurs tailles, et à la fatigue visuelle. Et vous osez me dire que j’ai de curieux arguments.

Tu peux aussi te passer complètement du tiroir, tout est dans les menus.

Et être inefficace à dérouler des menus en permanences.

Je vous renvoie votre “Curieux argument…” avec un “s” pour trois curieuses réponses.

Bonne journée à tous.

39)
nowall
, le 18.07.2007 à 07:57
[modifier]

hmm un vieux traitement de texte que j’adorais: MacWrite Pro… haaaa la sélection de texte multiple quel bonheur! dommage que jamais personne n’aie repris l’idée…

Dans les magnifiques softs récents je vous conseille de jeter un oeil sur iCalamus.

Site officiel

Très abordable, très intuitif et très performant, permet de faire, à mon goût, plus classe et plus facile que Pages. Pas besoin de connaître XPress ou InDesign, le soft ce prend en main très rapidement.

Une connaissance qui travaille dans un cabinet de psychologues sociaux, m’a demandé de trouver une solution car ils voulaient faire une newsletter imprimée+online, avec des rédacteurs venant de tous horizons et bossant sur Word. C’est comme ça que je leur ai trouvé iCalamus. je leur ai fait un modèle, avec des calques verrouillés pour le design, des styles prédéfinis pour les textes, et roule simone ça marche très bien, toute l’équipe s’y est mise facilement

40)
Anne Cuneo
, le 18.07.2007 à 08:52
[modifier]

e vous renvoie votre “Curieux argument…” avec un “s” pour trois curieuses réponses.

J’ai mal lu – c’est que quand je n’ai pas de lunettes, toutes les palettes me paraissent petites. Néanmoins, je suis désolée, je ne voulais pas vous heurter.

41)
Anne Cuneo
, le 18.07.2007 à 09:06
[modifier]

Dans les magnifiques softs récents je vous conseille de jeter un oeil sur iCalamus.

Magnifique, vraiment. Cependant, c’est un programme d’édition, de mise en page complexe, pas seulement un traitement de texte, et personnellement (et je sais ne pas être la seule), je préfère un traitement de texte qui se concentre sur le traitement de texte. iCalamus partage avec Nisus quelque chose dont j’ai oublié de parler parce que je n’ai pas eu l’occasion de l’utiliser: LinkBack, une possibilité simple d’introduire dans Nisus des objets venus d’autres applications. Je ne peux pas trop expliquer LinkBack, je n’ai fait que deux ou trois essais il y a pas mal de temps. Mais quelqu’un de plus apte que moi pourrait jeter un oeil à leur site et nous en parler mieux que je ne pourrais le faire.

42)
Chichille
, le 18.07.2007 à 09:18
[modifier]

Désolé, mais malgré toute sa séduction, je laisse tomber Nisus !

Je viens à nouveau d’essayer de le mettre en marche, et il a à nouveau refusé de fonctionner. Pre-binding ? ça va bien après l’installation, mais pas tous les jours tout de même. C’est peut-être la faute de ma machine, mais c’est le seul logiciel qui me fasse ce coup-là.

Pour le texte au kilomètre, TexEdit et même Word me vont finalement bien (mes textes sous Word ne passent pas leur temps à disparaître…). Et pour les documents élaborés, avec une vraie mise en pages et de l’interactivité, Ragtime est sans égal. Par contre, il faut s’en tenir à la version 5.5, pas chère, voire gratuite, et ne pas se lancer dans la version 6.

Pour ce qui est d’iCalamus, je vais aller voir…

43)
Chichille
, le 18.07.2007 à 11:21
[modifier]

Un premier coup d’œil sur iCalamus fait apparaître un logiciel de mise en pages agréable, clair, intuitif (ce qui n’est pas vraiment le cas de RagTime, puissant mais confus) avec en particulier un traitement très intéressant des formes et l’affichage simultané de plusieurs vues d’un même travail (et une loupe allant jusqu’à 10 000 % !)

Par contre, il semble beaucoup moins doué que RagTime sur le plan bureautique : je n’ai rien trouvé sur la réalisation de tableaux et a fortiori de banque de données. Ai-je loupé quelque chose ?

D’ailleurs, il se compare lui-même aux classiques de la PAO comme XPress ou InDesign. Avec l’avantage d’un prix très compétitif, ce qui peut être une raison de “switcher”, comme il le suggère.

A noter que certains passages de la version française de l’aide auraient besoin d’une relecture par un francophone. Nobody is perfect !

44)
Anne Cuneo
, le 18.07.2007 à 12:54
[modifier]

Désolé, mais malgré toute sa séduction, je laisse tomber Nisus !

Tu as essayé de retélécharger? Mon Nisus s’ouvre en quelque chose comme 10 secondes sur mon MacBook et 15 sur mon eMac (pas Intel) – je n’ai jamais eu le moindre problème, et finalement des milliers d’utilisateurs non plus. Sur le forum quelqu’un se plaint comme toi de temps en temps, et le conseil qu’on leur donne c’est de passer Tools ou quelque chose d’équivalent, et si ça persiste de refaire un téléchargement. Ils reviennent tous dire que maintenant ça marche.

Je ne comprends pas ce qui peut t’arriver, mais cela ne vient pas de Nisus lui-même.

Pour ce qui est de perdre des textes avec Word, c’est vrai que ça n’arrive pas tous les jours ;-)), mais pour moi qui écris pour vivre, une ou deux fois par année cela suffit.

Je n’ai pas essayé iCalamus moi-même, j’ai juste regardé leur site, je ne peux pas en dire plus, c’est nowall (post 39) qui l’a suggéré et qui l’utilise.

45)
Chichille
, le 18.07.2007 à 13:14
[modifier]

Tu as essayé de retélécharger?

Aaahhh !!! Merci Anne ! Voici à nouveau un (admirable) texte entièrement en Nisus.

J’avais tendance à croire à une incompatibilité avec un bout de logiciel traînant sur mon Mac. Mais non ! C’était vraiment le fichier téléchargé qui était fautif !

Je ne vais donc plus avoir d’excuses pour ne pas approfondir la question.

Comme il s’ouvre effectivement très vite, et qu’il a une bonne tête, il va peut-être remplacer à la fois TextEdit et Word.

Wait and see, comme disent les Helvètes.

46)
Chichille
, le 18.07.2007 à 13:51
[modifier]

La compatibilité avec Word paraît bonne. J’ai enregistré le texte de ma précédente intervention au format Word, avec un en-tête et un pied de page. Et tout ça s’ouvre très bien sur Word. («Word» est un mot inconnu du dictionnaire de Nisus… Mais «Nisus» aussi !).

J’ai d’abord enregistré le texte seul, et j’ai eu l’immense bonheur de voir le fichier affublé de l’icône Word. Après ouvertures successives dans Word et dans Nisus, j’ai ajouté en-tête et pied de page. Ça s’ouvre toujours aussi bien sous Word, mais le fichier est affublé d’un petit Hermès (le dieu des voleurs, je suis tout de même un peu inquiet).

Après quelques allers-retours sous l’un et l’autre, cela paraît toujours fonctionner. En l’enregistrant à nouveau à partir de Word, au format Word, j’obtiens à nouveau mon joli petit W bleu, tellement «Aqua»…

Toutefois, un fichier Word avec des tas d’illustrations s’ouvre très vite, mais avec les images seules, sans les graphiques, réalisés sans doute sous Excel.

Bref, on va se garder le Word pour les cas désespérés.

Once again, wait and see…

47)
François Cuneo
, le 18.07.2007 à 17:03
[modifier]

Chichille, content de voir que ça fonctionne.

J’aurais proposé aussi de jeter les préférences, mais si ça va comme ça…

iCalamus est très intéressant, mais pour l’instant ne gère pas les tableaux. Dès qu’il le fera par contre…

Et savez vous qu’inDesign CS3 est tout simplement fabuleux?

Mais voui!

Moi c’est simple: NisusWriter Pro pour le quotidien, si je dois faire une fiche d’élève u peu sophistiquée, hop, départ sur inDesign.

Word?

Aux oubliettes.

Par contre, il semblerait que la version 2008 sera extraordinaire. Au niveau des idées, je n’en doute pas (Word 2004 est déjà excellent), par contre, au niveau des finitions et des bugs, j’attends de voir.

De toute manière, je me paierai une version édu, ça c’est sûr.

48)
nowall
, le 18.07.2007 à 18:32
[modifier]

oh oui François je confirme la suite toute entière Adobe CS3 est géniale!

Les applis CS3 sont enfin REACTIVES (on attend plus des minutes entières aux lancement comme avec CS2) bon a savoir: CS2 et CS3 cohabitent très bien sur un même ordi. En l’occurrence pour moi c’est pratique, car j’ai régulièrement des fichiers XPress à ouvrir/convertir, que j’ouvre dans Indesign CS2 grâce au plug-in Q2ID (c’est même plus rapide que l’ouverture dans XPress.. ce plug-in est vraiment fabuleux!) car Q2ID n’est pas encore compatible ID CS3

Et pour les fontes, FontAgent Pro, même si officiellement il n’est pas supporté dans InDesign CS3 il marche très bien (mon Dieu, dire que je me suis fait **é avec Suitcase pendant des années avec sa lenteur et ses conflits de polices! FontAgent a changé ma vie de graphiste!)

Sinon tout va bien, c’est presque la canicule et moi j’ai la crève :-(

PS Ah oui dans les indispensables, je vous conseil Clean Text 5. Il fait ce que son nom indique: lorsque la secrétaire Machine de la boîte Bidule vous envoie un texte que vous devez remonter quelque part, et que Machine met des doubles espaces/retour, des espaces à la place des tabulateurs, ne connaît rien aux règles de ponctuations et d’unités, enfin bref toutes les horreurs qu’on peut imaginer et que vous vous avez besoin d’un texte au kilomètre, Clean Text sera votre ami, il dispose de plein d’option pour nettoyer automatiquement (avec des réglages manuels pointus bien sûr) la typographie et la casse des textes

49)
Thierry Vial
, le 19.07.2007 à 10:01
[modifier]

Une remarque concernant le placement d’images dans Nisus. J’avais affirmé qu’on ne pouvait pas redimensionner les très grandes images en mode «page» et qu’il fallait passer en mode «brouillon». François avait répondu que chez lui le redimensionnement marchait très bien. Je viens de constater que le redimensionnement marche aussi chez moi en mode «page» si j’affiche en 100%. Avec l’affichage à 200%, ça bogue (sur un écran 20 pouces) !

50)
Anne Cuneo
, le 19.07.2007 à 15:32
[modifier]

carnea: je suis contente que tu aies vu que ça marche – sur ton écran 20 pouces ce n’est peut-être pas parfait (chez moi c’est bon sur l’écran du portable et sur le 20 pouces, mais bon…), mais sur le papier ça l’est. Personnellement, j’agrandis toujours tout à 150 %, ce qui donne à peu près le format A4.

51)
D-Sky
, le 19.07.2007 à 23:50
[modifier]

Son principal défaut! Maintenant que je l’ai essayé je ne vais plus pouvoir m’en passer.

J’avais déjà pratiqué Nisus en Classic, mais sur OSX, je n’avais rien trouvé qui me satisfaisait vraiment, Jusqu’à maintenant.

52)
François Cuneo
, le 21.07.2007 à 08:48
[modifier]

carnea, il y a encore un ou deux bugs d’affichage lorsqu’on a beaucoup beaucoup d’images en mode autre que 100%. Je viens de le constater en effet.

nowall, merci du tuyau pour Clean Text, je télécharge dès que je rentre.

Pour FontAgent Pro, tu sais que Linotype FontExplorer est compatible CS3 complètement, et qu’il est gratuit?

J’ai XPress 7, c’est vrai qu’il est insupportable au lancement ce truc… quelle horreur… Rien que ça, ça m’enlève de travailler avec lui.

53)
nicolier
, le 24.07.2007 à 21:24
[modifier]

J’adore ce nouveau Nisus… mais j’ai tout de même un énorme souci que je n’avais pas avec la version “non-PRO” : des soucis d’ouverture des fichiers RTF envoyés par internet.

– la semaine dernière un utilisateur MAC, encore sous système n’a pas pu le lire.

– cette semaine c’est deux utilisateurs PC différents qui n’ont pas pu lire non plus les fichiers écrits sous Nisus, me demandant de leur renvoyer en Word (donc .doc)

Je trouve que cela fait beaucoup pour être un problème isolé. Ou alors cela vient de moi, mais dans ce cas le problème m’échappe puisque je n’ai jamais ce genre de souci.

54)
Anne Cuneo
, le 25.07.2007 à 22:55
[modifier]

– cette semaine c’est deux utilisateurs PC différents qui n’ont pas pu lire non plus les fichiers écrits sous Nisus, me demandant de leur renvoyer en Word (donc .doc)

Je trouve que cela fait beaucoup pour être un problème isolé. Ou alors cela vient de moi, mais dans ce cas le problème m’échappe puisque je n’ai jamais ce genre de souci.

Etrange, étrange, je fais continuellement des allers et retours sans problème. Je crois que le problème, ce n’est pas Nisus, mais Word, et le mieux, c’est de ne pas oublier, avant d’envoyer un document à un PC-iste ou à un Mac-User qui n’a pas Nisus, de faire “Sauvegarder en…Word”, et alors il y a le suffixe.doc, et tu faire tes allers et retours sans peine. Comme Nisus est bâti sur .rtf, si quelqu’un d’autre n’arrive pas à lire, c’est qu’il n’a pas le traducteur .rtf – ou en tout cas pas le même.

55)
lyonelk
, le 26.07.2007 à 00:45
[modifier]

Pour des documents relativement complexes (entrées de table des matières, tableaux avec différents fonds et couleurs, notes bas de page), le traducteur .doc de Nisus Pro rencontre quelques difficultés lorsqu’il s’agit d’importer ou de les importer dans un autre traitement de texte (NeoOffice, OpenOffice, ThinkFree Write…). J’ai toujours aussi des problèmes avec les fichiers .doc comportant des images. Non seulement dans l’en-tête, mais aussi dans le corps des documents (images placées de manière aléatoire soit plusieurs pages après leur place initiale).

A noter que cela est vrai pour tous les traitements de texte (cela arrive même entre les différentes versions de Word non compatibles dans un sens ascendant…!). Par contre, pour les images, c’est loin d’être au point pour le traducteur de Nisus… c’est un peu plus gênant (car cela nécessite d’avoir à disposition un autre traitement de texte capable d’ouvrir les documents .doc—> NeoOffice pour moi)

Néanmoins, ses qualités compensent ses défauts. Un vrai Mac like « traitement de texte ». Pour moi, ce sera surtout une véritable intégration avec Antidote. En effet, lorsqu’il s’agit de corriger un texte comprenant des notes bas de page, à part Word, c’est le seul qui permet leur correction et leur maintien à la fin de leur traitement (si, si…). A cela s’ajoute la rapidité d’ouverture comparativement à NeoOffice (vivement la version définitive d’OpenOffice sans X11, car la version alpha est déjà très rapide à l’ouverture). Le côté affectif de ma relation avec ce vieux compagnon retrouvé (ou presque…) fait la différence. À tel point que j’ai fait le saut aujourd’hui en passant mon travail de thèse de NeoOffice à Nisus. Ce qui m’a permis de découvrir quelques potentialités de la version Pro et de me refamiliariser avec les styles (quelques comportements « bizarres » néanmoins). Dans ce cadre-là, je me réjouis de le faire fonctionner avec Bookends (logiciel de bibliographie supérieur à Endnote sur Mac)—> http://www.sonnysoftware.com/

Voilà, c’est tout pour ce soir… ;-)

56)
nicolier
, le 26.07.2007 à 12:48
[modifier]

Etrange, étrange, je fais continuellement des allers et retours sans problème. Je crois que le problème, ce n’est pas Nisus, mais Word, et le mieux, c’est de ne pas oublier, avant d’envoyer un document à un PC-iste ou à un Mac-User qui n’a pas Nisus, de faire “Sauvegarder en…Word”, et alors il y a le suffixe.doc, et tu faire tes allers et retours sans peine. Comme Nisus est bâti sur .rtf, si quelqu’un d’autre n’arrive pas à lire, c’est qu’il n’a pas le traducteur .rtf – ou en tout cas pas le même.

Texte

Merci Anne de ta réponse…

Je creuse la question et je viens de tomber sur un bug de Mail 2 qui d’une part remplacerait par des caractères ésotétiques tous les caractères accentués et seraient ainsi illisibles si le mail est lu sous PC. Et d’autre part pourrait corrompre les fichiers RTF.

Je viens de corriger ce bug de Mail par une commande du terminal… Et en effet maintenant les mails de mes interlocuteurs sous PC reçoivent des mails propres !!!!

A tester si cela résoud les problèmes liés au RTF

57)
Tartopom
, le 14.09.2007 à 14:05
[modifier]

Pour ceux qui comme moi sont devenus des fanatiques de Nisus Writer Express – grâce à Cuk-, la version 3 est sortie aujourd’hui. Je l’essaie.

58)
Tartopom
, le 02.11.2007 à 20:25
[modifier]

Bon, ben… pas très compatible Leopard, notre ami Nisus. La version Express 2.7 sur laquelle je suis restée finalement plante systématiquement, elle est inutilisable! J’espère qu’il y aura un correctif rapidement.

EDIT: je viens d’essayer TextEdit sur Leopard en attendant, et ça devient pas mal du tout TextEdit! Tableaux, listes, lit parfaitement les .doc, etc., vraiment pas mal. Il ne me manque que le comptage du nombre des caractères, qui m’est indispensable, mais sinon, pour quelqu’un qui veut juste écrire, c’est suffisant.

59)
Cortel
, le 03.04.2008 à 01:52
[modifier]

Ce retour de Nisus est excellent. Il reste cependant des fonctions qui font défaut ou ne sont pas efficaces.

Le défaut le plus grave que j’ai touvé après quelques heures de prise en mains est le fonctionnement de la césure en français : ainsi ima-giner n’est pas coupé ainsi. Nisus établit la césure ainsi : imag-iner !! Et ce type de fantaisie est fréquent.

Je n’ai pas trouvé de fonction permettant de corriger cela. A cet égard Mellel est plus efficace. Dans l’aide en ligne, j’ai trouvé ceci : Allow Hyphenation Causes all the text of your document to hyphenate based on Apple’s internal hyphenation dictionary.

Bravo à Apple !

Quelqu’un a-t-il une solution ? Merci.

60)
aladdinsane
, le 13.09.2008 à 10:41
[modifier]

Tout à fait d’accord avec Cortel : j’ai essayé Nisus (mais pas la nouvelle version, celle précédente), et je suis revenue à Mellel : la césure est effroyable sur Nisus.

De plus, Nisus poserait (car je n’ai pas testé) des problèmes lorsqu’il y a beaucoup de pages… (par contre, cela concernait l’ancienne version : peut-être la nouvelle s’es-elle améliorée à ce niveau ?)

Par contre, niveau esthétique et intuitif, c’est vrai que Nisus est très mac (= parfait !).

Bref, j’utilise Mellel, auquel je reviens toujours – la dernière mise à jour est très utile : enfin il permet la création et gestion de bookmarks (entre autres innovations, mais pour mon usage celle des bookmarks est essentielle).

Néanmoins, Mellel a beau être parfait comme traitement de texte, il a un défaut de taille : son langage… Comme j’aimerais que DevonThinkPro, que j’utilise, affiche les doc Mellel !…