Profitez des offres Memoirevive.ch!
Pourquoi j’ai flashé sur Adobe LightRoom

Pendant ces vacances, je n’avais pas de connexion Internet.

Je l’ai déjà écrit, ça fait du bien. C’est là qu’on se rend compte combien de temps est soudain libéré rien que par le fait que l’on ne teste pas les derniers logiciels qui vous tombent sous la main, que l’on ne va pas voir si quelqu’un a déposé un commentaire sur Cuk.ch (en ce cas, on y répond souvent), que l’on ne relève pas le courrier Mail, que l’on ne va pas guigner sur MacUpdate, VersionTracker, si le logiciel tant attendu est enfin sorti, qu’on ne va pas lire ce qu’ont écrit les copains sur les sites amis et j’en passe.

Et encore, je ne suis jamais sur iChat (disons, une fois tous les deux mois, et pour cinq minutes, dans certains cas bien précis)! Je ne sais pas comment font les gens pour bosser en parallèle à iChat ou MSN (paraît que ça s’appelle autrement maintenant, mais je ne sais même pas comment).

Alors paf, plus (dans le sens + hein) de temps pour tout le monde, plus de temps pour lire, et plus de temps pour… regarder de près comment fonctionne un programme.

Parce que j’ai pris avec moi mon portable tout de même, eh oui. Remarquez, il y a quelques jours, lorsque nous sommes partis en week-end (je vous en ai vaguement parlé à propos de la place dans le coffre de l’Espace), je l’ai laissé à la maison. Cela devait bien faire une dizaine d’années que je n’avais pas passé deux jours sans ma machine.

Ben vous savez quoi? J’ai tenu le coup.

Mais oui.

J’en reviens à mon “plus de temps pour regarder de près comment fonctionne un programme”.

Voyez-vous, juste avant de partir, j’ai téléchargé la version 1.0 en anglais (elle est désormais en français) d’Adobe LightRoom, titillé que j’étais par un article de Volker Gilbert qui décrit ce nouveau logiciel, et qui précisait qu’au niveau du module d’impression, l’éditeur avait fait très fort.

Moi, pour imprimer mes images, c’est toujours un peu la galère. iView (version 3.1.3, faudra voir ce que donne la 4), sur ce point très précis (pas sur les autres n’est-ce pas!), est… nul. Enfin disons que je le trouve nul (mais j’insiste, j’ai bien écrit “sur ce point très précis”, qu’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas écrit!).

Jusqu’à ce jour, j’ai toujours imprimé avec Photoshop, qui me donne par exemple le contrôle du profil d’impression que je me suis mitonné avec mes petites mains (et ma petite sonde aussi, j’avoue).

Mais bon, avec Photoshop, j’ai toujours, par exemple, une image que j’ai de la peine à centrer parfaitement sur la page, malgré le fait que j’aie activé l’option ad hoc.

Alors quand on me parle de gestionnaire d’impression bien foutu au niveau photographique, moi, je saute dessus.

Et je dois dire que je n’ai pas été déçu.

Comme pour tout le programme finalement. Au point que je l’écris en préambule: LightRoom, j’adore. Comme ça, les choses sont claires n’est-ce pas!

Attention, ce qui suit est la première partie de ce que nous allons consacrer à LightRoom: une sorte de “pourquoi j’ai flashé sur ce logiciel”. N’y voyez rien de technique. Je vais en effet laisser la place vendredi à un petit nouveau chez nous, qui vous présentera le logiciel dans les détails.

image

La seule capture d’écran de cette humeur. Les autres, je les laisse à Gilles, pour son article de vendredi, je sais qu’il en a plus de 70 sous le coude.

Je précise que j’ai téléchargé à ce jour toutes les versions beta de LightRoom, mais que je n’avais jamais réellement croché au système de librairie. Là, ce dernier semble avoir changé, je ne sais plus, je n’ai pas vraiment utilisé la dernière beta.

En tout cas, la version finale 1.0 est parfaitement logique à mon goût, au niveau du classement des images en collections.

Notez que comme dans Aperture, les images peuvent être intégrées à une bibliothèque, ou qu’elles peuvent rester bien tranquillement dans leur dossier d’origine, n’importe où sur le disque. Vous pouvez même changer ces images de place, LightRoom les retrouvera sans rien vous demander, en tout cas sur le même volume. Il faut que je me penche sur la gestion du changement de volume, pour voir comment le programme réagit, ce que je n’ai pas encore fait.

Des piles, des instantanés et des versions, tout est là

Il me manquait dans LightRoom les piles d’images, elles sont là maintenant, avec également, comme dans Aperture l’automatisation de la création de ces dernières (toutes les images prises dans des temps rapprochés de X secondes sont empilées si vous le demandez). Ces piles, c’est génial, ça permet de gagner de la place dans le mode “Grille” du module Bibliothèque.

Il me manquait également les versions d’images (comment gérer plusieurs réglages différents pour une même image): elles sont là aussi désormais, et plutôt deux fois qu’une avec les magnifiques instantanés et les splendides copies virtuelles d’un original.

L’instantané (snapshoot dans la version anglaise), c’est la capture des réglages à un moment donné de votre travail, mémorisable et à laquelle vous pouvez donner un nom. Vous retrouverez ce snapshot à n’importe quel moment, même bien après avoir quitté et relancé le programme, puisque comme tout l’historique (contrairement à Photoshop), tout est précieusement conservé dans LightRoom au niveau de vos actions pour chaque image. Nous sommes bien d’accord que je parle d’un historique différent pour chaque image!

Mais vous ne voyez qu’une image dans la bibliothèque, même si vous avez 17 instantanés différents. Il faudra cliquer sur leur nom dans le panneau de gauche, en mode “Développement” pour y avoir accès, ce qui n’est pas forcément pratique.

Les copies virtuelles sont des images… virtuelles d’un même original, qui s’affichent dans la grille, avec différents réglages que vous aurez faits.

Vous comprenez bien l’avantage d’une copie virtuelle! Si avoir trois images du même original de 6 Mb avec différents réglages prendrait 18 Mb sans les copie virtuelles, cela n’en prend que 6 Mb et quelques Kb (les fichiers de description de réglages sont très légers) avec ces mêmes copies! Votre disque ne pourra que vous remercier d’avoir choisi LightRoom (ou Aperture, ou encore LightZone, soit dit en passant) qui fonctionnent avec ces systèmes de versions virtuelles.

Au final, dans un diaporama, vous verrez ces différentes versions, alors que ce n’est pas le cas avec les Instantanés. Il va de soi que les réglages des Instantanés peuvent être envoyés à une copie virtuelle. Notez que les copies virtuelles forment une pile, mais que l’on peut très bien envoyer une copie vers une collection, et une deuxième (du même original) vers une autre.

Le fait d’avoir CameraRaw embarqué (le moteur de développement des images RAW d’Adobe) qui est selon beaucoup de professionnels l’un des meilleurs, le fait d’avoir certaines options de RawShooter (racheté par Adobe), comme “Vibrance” (que l’on retrouve également dans Bibble) qui touche la saturation des images sans détruire les tons “chair”, ce qui est assez génial, sont des plus un plus indéniables également.

Tout est pensé pour que le photographe s’y retrouve en un clin d’œil, à l’aide des 5 modules (Bibliothèque, développement, Diaporama, Impression et Web) et ses différentes vues. On passe de l’un à l’autre, c’est limpide. Oui, l’interface est très bien réalisée sur ce produit, on a toujours tout sous la main, on passe du mode plein écran en mode “avec palettes” en un ou deux clics, on diminue l’éclairage ambiant de différentes manières simplement tapant une touche de clavier (UNE) tout cela est assez impressionnant.

Je suis souvent passé d’Aperture à LightRoom et inversement pendant ces vacances.

C’est vrai que les deux ont leurs points forts. Mais à part les listes intelligentes et la gestion des écrans multiples, présentes dans Aperture et malheureusement non disponibles dans LightRoom, le fait que le logiciel d’Apple soit peut-être un poil mieux intégré à MacOSX (ou peut ou pourra trouver une bibliothèque Aperture dans d’autres logiciels) et la grande force d’Aperture pour créer des livres et des tables lumineuses personnalisées, je dois dire que le logiciel d’Adobe me convient (c’est personnel, je sais, certains penseront exactement le contraire) bien mieux que celui d’Apple.

Ne serait-ce que parce que l’intégralité des raccourcis-clavier de LightRoom ne me pose pratiquement aucun problème, alors qu’avec Aperture, sur un clavier suisse romand (je l’ai dit et redit), c’est la galère…

Et puis, ce problème de la non gestion de plusieurs écrans… J’en parlais avec Volker Gilbert (quel plaisir de l’avoir au bout du fil pendant près d’une heure l’autre jour!): ce dernier me disait que selon lui, ce n’était pas un problème justement puisqu’ avoir tout dans une fenêtre, bien intégré, c’est magnifique, et ça permet d’avoir Photoshop ou Lightzone (que l’on peut appeler depuis LightRoom) sur le deuxième écran. Pas bête non?

Ne serait-ce aussi que parce qu’au niveau de l’impression des photos simples, sans passer par un livre, donc. J’ai essayé de travailler avec Aperture, franchement, ce n’est pas terrible, ou alors, je n’ai rien compris. Avec LightRoom, vous faites ce que vous voulez, c’est dingue.

Le nombre d’images sur une feuille, les marges, l’espace entre les images, la rotation automatique des images pour remplir au mieux les cellules, la résolution d’impression, l’augmentation de netteté juste pour l’impression, selon la taille de votre sortie, la présence ou non d’un filigrane, devant ou derrière elle (par derrière, j’entends “sous l’image”, pas de l’autre côté de la feuille), c’est tout simplement génial.

La gestion du profil d’impression est également bien évidemment disponible, avec cependant deux modes de rendu seulement: perceptive, relative, contre quatre à Photoshop (absolue et saturation en plus). Pas de bol, j’ai fait tous mes profils avec “saturation”, mais bon, je me mets en “perceptive” et ça passe finalement très bien.

Tous vos réglages sont facilement sauvegardés dans des modèles, que vous pouvez rappeler à tout moment. Ah la la, vive le modèle “carte d’identité” que l’on se crée en trente secondes!

Cela dit, si quelqu’un connaît un programme qui propose mieux que LightRoom sur ce point très précis, je suis preneur, qu’on se le dise!

Ah, j’allais oublier une cerise sur le gâteau: les corrections de LightRoom sur nos précieux fichiers Raw ne sont évidemment pas destructrices. Il s’agit de fichiers annexes de description des modifications au format .xmp (fichiers sidecars). Eh bien si vous disposez de CameraRaw 3.7 ou ultérieur, vous pourrez profiter des réglages effectués dans LightRoom lorsque vous serez dans Bridge, et donc dans CameraRaw (et donc dans Photoshop).

Eh oui, les deux logiciels se reconnaissent mutuellement. Normal d’ailleurs me direz-vous pour des frangins.

Je rêve d’ailleurs d’un format XMP qui soit reconnu par tous les logiciels de retouche, mais bon, faut pas pousser, je sais que chacun a ses petites spécialités que d’autres n’ont pas, et que par conséquent, ce rêve touche à l’impossible. Ici, comme il s’agit en fait du même moteur dans les deux programmes, les choses sont bien plus simples.

Bon, et alors?

Voilà voilà! Je ne vais pas vous faire découvrir LightRoom de fond en comble, son histogramme en 4 zones bien distinctes, sa courbe de tonalité en 4 régions qui le sont tout autant, d’autres sont spécialisés dans le domaine. Il faut aller voir chez eux…

Reste un problème.

Entre Aperture et LightRoom, pour moi c’est bon, je sais, en tout cas dans les versions actuelles, vers quel logiciel mon cœur balance: le second. Et ce n’est pas une question de vitesse: car s’il est clair que le logiciel d’Adobe est nettement moins gourmand que celui d’Apple, sur mon “vieux” MacBook Pro de première génération, Aperture s’en sort très bien.

Je sais, une version 2 d’Aperture est attendue très prochainement, elle devrait apporter beaucoup à ce programme, je me réjouis de l’essayer.

Adobe LightRoom n’en est qu’à sa version 1 (mais quelle version bon sang!) et va évoluer aussi, ce d’autant plus que le programme est ouvert aux plug-ins.

D’un autre côté, je traite en très grande partie mes images, et je vais continuer à le faire, avec DxO, qui reste pour moi une référence au niveau développement de Raw.

Je les catalogue avec iView.

Alors que faire? Comment intégrer DxO dans LightRoom?

Que faire avec iView, qui garde pour lui la rapidité incroyable de gestion de milliers d’images, et son travail avec les métadonnées de type IPTC.

Parce que j’ai pris soin de répertorier par exemple dans iView les personnes sur mes photos. Je clique sur Basile dans la catégorie “Personnes” (et pas “mot-clé”) et paf, les deux mille photos du petit s’affichent sur mon écran.

Et si je répertorie ces images dans LightRoom, eh bien je ne les vois pas, ces personnes, dans les données IPTC. Les seules données que je retrouve, ce sont les mots clés. Bon, la solution éventuelle que je vois, c’est de faire une recherche sur Basile dans iView, comme au paragraphe précédent, ajouter un mot-clé “Basile”, et de glisser la sélection sur ce mot-clé. Ensuite une petite synchronisation de la sélection, pour “taguer” les images elles-mêmes et paf, une recherche sur le mot-clé Basile dans LightRoom me montrera toutes les images de mon fils. Remarquez que ces données “Personnes” d’iView se retrouvent dans le champ “Contact” d’Aperture!

Ce dernier me semble d’ailleurs plus complet que LightRoom dans ce domaine, même si tout le monde s’accorde pour dire que le logiciel d’Apple n’est pas au top non plus.

Bref, passer d’iView à LightRoom pour “tout” est très tentant, mais cette gestion de l’IPTC (qui est coupable? c’est encore un peu le boxon à ce niveau) me fait penser qu’il est encore urgent d’attendre, surtout qu’iView va sortir prochainement une version 4, gratuite pour les utilisateurs de la 3. Mais il faudra tout de même que Microsoft se montre très convaincant pour m’enlever ce titillement qui me donnerait envie de le lâcher pour passer chez Adobe.

Pour l’instant, je reste en veille technologique, mais il est clair que pour toute impression d’image sur mon Epson R2400, c’est par LightRoom que je vais passer. Les avancées de ce logiciel sont trop énormes sur ce terrain.

Décidément, Adobe est fort dans le domaine de l’image.

Très fort…

L’expérience sans doute…

Allez, à vendredi pour une découverte plus complète du produit.

48 commentaires
1)
Emix
, le 05.03.2007 à 01:43
[modifier]

Je n’ai jamais eu iView, j’ai téléchargé LR qui fonctionne sur mon «encore» eMac 700 (oui oui), c’est choisi, mais je ne pige pas tout – c’est le finder, mon catalogueur encore pour quelques temps – et je dois commencer à zéro.

J’attends vendredi avec impatience même si j’ai déjà lu ce qu’en dit Volker Gilbert

Mes galaries de photos

2)
Origenius
, le 05.03.2007 à 02:14
[modifier]

Voilà une nouvelle présentation bien intéressante, merci.

Photographe amateur, j’aime à lire ces tests et autres collections de conseils en tout genre pour me faire une petite idée de ce que je pourrai faire peut-être un jour. Mais voilà mon sentiment est un peu mitigé aujourd’hui, certainement pas à cause de la clarté de ces articles, mais à cause de la sacro sainte concurrence dont on dit qu’elle est saine et qu’elle tire la qualité des différents outils vers l’excellence. Peut-être. Combien de logiciels sont-ils disponibles pour développer nos précieux fichiers raw volés à la lumière ? Et pour les cataloguer pour soi disant les retrouver en un clin d’œil ? Entre les logiciels en test, pour 30 jours renouvelables, ceux dont on a acquis une license, tout conquis que nous étions de ce test de 30 jours. Sitôt oubliés par quelque concurrent dont les fonctions affriolantes nous séduisent : cercle sans fin ou simplement vicieux ?

Aujourd’hui, mon disque dur, c’est la jungle ! Entre les catalogues, les sauvegardes nécessaires (selon le principe : une photo non sauvegardée est une photo perdue) et incrémentales (puisque l’espace disque est précieux), les dérawtiseurs (quelle merveille de néologisme !) en tout genre meilleurs que les autres sur telle ou telle fonction, sans compter les différents boitiers photographiques couplés à tel ou tel objectif avec des formats raw différents s’adaptant plus ou moins bien à tout ce foutoir.

Pour dire la vérité : je ne sais plus ou j’en suis.

L’abondance de clarté nuit-elle à la clarté elle-même ? Mon sentiment, c’est que nous sommes trompés sur la marchandise : M’a-t-on fait croire que je pouvais avec mon G5 et ses multiples outils, mes Nikon D100 (déjà ancien) et D200, mes imprimantes PM 4000 PX (déjà ancienne) et Pro 9000, et je n’oublis pas tous les bouquins sur le sujet, dont les auteurs liront sûrement ces lignes, devenir photographe “éclairé” avec studio personnel et portatif ? Bref avoir un deuxième métier à part entière mais seulement aux heures de loisir ? Quelle tromperie me dis-je ?

Je constate que malgré toutes les précautions prises, toutes les outils au top de la technologie, tous ces modèles d’ergonomie facilitant soi disant la vie du photographe numérique débutant, passionné, eclairé, professionnel au choix, mes belles photos sont bel et bien perdues, quelque part au fond de mon disque dur…

La prochaine révolution technologique sera-t-elle celle de la simplicité ou celle de nous montrer enfin que c’est un leurre que de vouloir être calife à la place du calife ?

Salutations aux vrais photographes !

3)
Inconnu
, le 05.03.2007 à 06:18
[modifier]

Oui, le module d’impression de LR est génial, avec l’option accentuation. Utilisateur d’Aperture depuis plus d’une année, je dois dire que j’hésite toujours à choisir entre les 2.

4)
François Cuneo
, le 05.03.2007 à 06:32
[modifier]

origenius, je suis assez d’accord avec toi.

C’est la jungle.

Sauf que personnellement, je n’ai pas dû perdre beaucoup de photos, et elles sont toutes classées dans un gros catalogue iView, et différents sous-catalogues. Donc je retrouve tout.

Donc tant que je ne trouverai pas aussi efficace, je garde cette structure. Mais j’étudie la possibilité de tout passer sur LightRoom. Quand j’aurai trouvé la solution aux déplacements de fichiers, comment gérer mon portable et les disques à la maison, je pense que je vais le faire.

5)
THG
, le 05.03.2007 à 06:47
[modifier]

Ce qui est impressionnant avec Lightroom, c’est la facilité avec laquelle on aborde ce logiciel. Tout est facile, fluide, bien présenté. Je recommande chaudement d’apprendre les raccourcis claviers, comme d’habitude chez Adobe. Bien sûr, il y a des choses à améliorer ou à ajouter mais pour une version 1.0, Lightroom est déjà remarquablement bien doté et “polishé”. Le système des betas publiques a payé…

Et ce n’est sûrement pas fini. Le potentiel de développement de Lightroom est très étendu, grâce à son architecture modulaire. L’étendue et la puissance des fonctions va être multiplié de façon exponentielle dès que des plug-ins apparaîtront.

Gilles.

6)
Dub
, le 05.03.2007 à 07:05
[modifier]

pour les versions d’une image: clic droit sur la vignette et “parametres de developpement” … Lightroom “recupere” beaucoup de données d’ IVew …et gére les mots clés en “parent enfant” … + la loupe direct + + + IView à pris un sacré coup de vieux … Dub

7)
THG
, le 05.03.2007 à 07:21
[modifier]

C’est marrant tout d’un coup cette démotivation vis-à-vis de iView. Pourtant, les fonctions de cataloguage dans Lightroom ne me semblent pas aussi évoluées, non ? Est-ce l’effet Microsoft ? En ce qui me concerne, Lightroom est le premier logiciel qui m’a donné envie de faire le ménage et de classer. J’ai pourtant une licence pour iMatch ( PC only ) et j’ai bien sûr testé iView… mais je n’ai jamais accroché parce que ce sont des logiciels beaucoup trop puissants pour l’usage que je pourrais en faire. Je comprends parfaitement les besoins des pros qui ont énormément de production et qui ont la possibilité de scripter pour développer des automatismes de travail – ce qu’iView et iMatch font très bien. Mais le principe tout en un de Lightroom me convient beaucoup mieux. Je le considère comme un “hub” qui me permet de bosser et d’expédier mes images là où je veux et les récupérer quand je veux. Il y a quelques semaines, le boss du projet avait dit que rien n’empêchait un éditeur tiers de développer un vrai catalogueur d’images intégré sous forme de module additionnel dans Lightroom. Y a quelqu’un qui s’y connait et qui maîtrise MySQL et Lua ?

Gilles.

8)
Alain Le Gallou
, le 05.03.2007 à 07:25
[modifier]

François nous dit : “Je clique sur Basile dans la catégorie “Personnes” (et pas “mot-clé”)” dans iView, mais il n’a pas la fonction dans LR. Ce qui l’oblige à mettre le mot “personne” comme mot clef. Le problème, à mes yeux, provient donc que iView n’a pas de liste hiérarchique de mots clefs. C’est le seul manque que je trouve à iView, et qui m’a fait rester avec iPhoto (lamentable par lui-même en mot clef) mais parfait en ajoutant pour 19 euros l’addons “Keyword manager” qui gère les mots clefs hiérarchiques. Et ceci, malgré le fait que iPhoto est plus lent, surtout au lancement, et moins pratique pour transférer une photo d’un dossier vers un autre. Voila c’était un petit message pour ceux qui sont sur iPhoto et qui ne connaissent pas “Keyword manager”, et qui envisageaient de passer à iView beaucoup plus cher.

9)
nlex
, le 05.03.2007 à 09:07
[modifier]

Le dernier LR est en effet vraiment bien, je pense l’adopter. Jusqu’ici mes photos c’est vrt le bordel et je suis incapable de retrouver quoi que ce soit, je me demande si LR pourait me servir pour les cataloguer, ou si, il faut un logiciel tiers style iView. En clair la bibliotheque de LR peut elle servir à gerer une rgande quantité de clichés ou ça n’est pas vraiment fait pour ça ?

10)
jp
, le 05.03.2007 à 09:31
[modifier]

Ce qui est inquiétant, c’est de se sentir prisonnier dans un système “iPhoto, Aperture, LightRoom, …” et les difficultés liées à un changement, quand c’est possible !

11)
Inconnu
, le 05.03.2007 à 09:35
[modifier]

Je stocke les mots clés grace à iView dans les données du fichier et puis hop, ensuite j’en fais ce que je veux: recherche dans Spotlight, passage par DxO ou par Aperture, ou encore Bibble. L’important c’est le fichier, pas le programme.

12)
nlex
, le 05.03.2007 à 09:35
[modifier]

tout à fait

j’ajoute qu’il me manque deux choses dans lightroom : la correction de perspective, et Noise Ninja; deux choses qui pourraient bien arriver sous forme de plugin !

13)
THG
, le 05.03.2007 à 09:53
[modifier]

Pour la correction de perspectives, l’éditeur de PT Lens a promis un module dès que le SDK Lightroom sera disponible. Pareil pour les éditeurs de Noise Ninja…

14)
henrif
, le 05.03.2007 à 13:05
[modifier]

Citation de François Cunéo : Mais bon, avec Photoshop, j’ai toujours, par exemple, une image que j’ai de la peine à centrer parfaitement sur la page, malgré le fait que j’aie activé l’option ad hoc.

Ah merci ! Je ne m’en sortais pas de mes problèmes de marge, maintenant je sais que ce n’est pas la peine d’espérer mieux. Je vais de ce pas acheter un massicot, c’est moins cher qu’une licence Lightroom ;)

15)
nicoved
, le 05.03.2007 à 13:08
[modifier]

Alors, moi aussi, j’ai flashé pour LR … et j’ai pour l’heure abandonné IVMP pourtant assez pratique dans la gestion de la bibliothèque (quoiqu’un peu fouilli à mon goût). J’ai néanmoins un problème que d’aucuns résoudront peut être rapidement ici : sur mon bon vieil iBook G4 qui supporte hyper bien LR, je n’ai jamais réussi à activer la surveillance automatique des dossiers de LR. En gros, je souhaite pouvoir modifier les dossiers du finder et je veux que la fonction de catalogage de LR se mette à jour sur les modifs (ajouts ou autres), pratiqués dans ces dossiers (exactement comme le fait IVMP en synchro auto des dossiers). Suis je clair ? Alors, je ne sais pas si c’est possible, je sais néanmoins que si tel était le cas, une mise à la poubelle de IMVP interviendrait rapidement ;-) Sinon, c’est vraiment au top !

16)
THG
, le 05.03.2007 à 13:33
[modifier]

nicoved,

Lightroom n’a pas encore de système de “smart folders”. ca devrait venir un jour.

Gilles.

17)
nicoved
, le 05.03.2007 à 13:43
[modifier]

Et bien, merci Gilles ! Je pense que je cherche depuis le 19 février et la version 1.0 une solution qui n’existe donc pas ! En revanche, qu’est ce donc que cette fonction auto import avec surveillance d’un dossier que j’avais activée frénétiquement en pensant que ce serait bon ?

18)
THG
, le 05.03.2007 à 13:59
[modifier]

nicoved

Je ne l’ai pas encore utilisée mais je suppose que si on importe des photos dans ce dossier, il faut ensuite les distribuer manuellement à leur emplacement final… mais les dossiers / listes intelligents comme dans Aperture n’existent pas encore.

20)
THG
, le 05.03.2007 à 14:15
[modifier]

Toujours le même problème avec les versions 1.0 : l’éditeur doit faire un choix et établir des priorités. Il semble que pour Lightroom, la priorité a été la mise au point des outils de retouche et editing.

21)
zorglou
, le 05.03.2007 à 14:20
[modifier]

Bonjour, est il possible avec LR du faire du sans marge, impossible de le faire avec les versions beta et meme si je prefere margées avec du noir, les photos sans marges présentes parfois un intérêt…

22)
François Cuneo
, le 05.03.2007 à 15:48
[modifier]

Aucune idée zorglou, vu que je n’aime pas les photos sans marge. En effet, on y perd toujours un peu.

Est-ce que qqn aurait une idée du comment faire pour récupérer les données “personnes” d’iView dans LightRoom?

23)
Dub
, le 05.03.2007 à 16:46
[modifier]

Y’a pas un script IView qui permet de transferer “personnes” dans les mots clés , qui eux sont reconnu par lightroom …

25)
Zephir
, le 05.03.2007 à 19:41
[modifier]

Je suis à 100% avec François. :) J’ai aussi pas mal hésité entre Aperture et LR mais même sur mon G5 LR était plus rapide, n’en parlons pas sur mon macbook…

Pour le cataloguage, je crois que même si LR atteint le niveau de iVMP, ce dernier restera quasiment indispensable à cause de sa rapidité.

Par contre, pour le développement, je me contente largement de LR, bcp plus pratique que Bible ou DxO je trouve.

Comme d’habitude, il est urgent d’attendre Aperture v2, iVMP v4.

Pour les friands de posts sur le sujet, je vous invite à jeter un coup d’œil sur le mien ;-)

edit : tiens, la version tryout vient de disparaitre du site d’adobe :(

26)
François Cuneo
, le 05.03.2007 à 20:18
[modifier]

Très bien Zephir, ta présentation!

Quant à ton lien vers “Utiliser Lightroom”, tu risques d’avoir une surprise vendredi!:-)

27)
Zephir
, le 05.03.2007 à 22:59
[modifier]

ah bon ? il reviendrait aux affaires ? ce serait tellement bien !

Je veille au grain; merci ;-)

28)
THG
, le 06.03.2007 à 06:51
[modifier]

Non, je ne pense pas revenir aux affaires mais si je peux fournir un article intéressant sur Lightroom, je le proposerai en priorité ici.

J’essaye aussi de répondre dans la mesure de mes connaissances sur le site Photim. Mais, comme tout le monde, je découvre…

Une petite astuce d’ailleurs que j’ai découverte hier soir : l’outil de correction des défauts et poussière a une petite singularité très plaisante. En effet, après avoir cliqué sur le défaut à corriger avec le petit réticule blanc, ce dernier devient rose ( cible ) et un autre réticule vert ( source ) s’affiche à côté. Ensuite, vous déplacez le réticule vert pour trouver la zone à cloner. En utilisant la souris, les mouvements sont assez saccadés. Essayez maintenant avec les flèches du clavier … ;-) Il faut bien sûr être en rapport d’agrandissement d’au moins 1:1.

Autre truc : le diamètre du réticule blanc s’ajuste avec le curseur dans la barre d’outils mais aussi avec la molette de la souris.

Gilles.

29)
Alain Le Gallou
, le 06.03.2007 à 10:49
[modifier]

Je me pose la question de la pertinance d’achat de Lightroom ou Aperture versus Capture One ou DXO + iView ou iPhoto comme catalogueur.

Notons que Capture One LE est gratuit avec l’achat d’une carte SD extreme III ou un M8, sinon 99 euros la version LE suffisante. Et que Lightroom et Aperture sont cher. Qu’apporte de plus Lightroom ou Aperture ?

30)
THG
, le 06.03.2007 à 10:57
[modifier]

Qu’apporte de plus Lightroom ou Aperture ?

Voilà le genre de question qui me laisse toujours perplexe …

Pour faire simple : – Capture One est un convertisseur de fichiers raw. – Lightroom et Aperture sont des logiciels de gestion du flux de travail.

C’est clair, non ?

Gilles.

31)
Alain Le Gallou
, le 06.03.2007 à 11:44
[modifier]

Non, ce n’est pas clair. Vous ne décrivez pas ce que c’est un logiciel de gestion de flux de travail. I votre style est méprisant. Typique des personnes qui ont passé beaucoup de temps pour apprendre et se moquent de ceux qui débutent.

32)
THG
, le 06.03.2007 à 12:39
[modifier]

@ legallou

Merci pour le temps passé à avoir préparé et écrit des tas de didacticiels Lightroom sur mon blog, sans parler de l’article à venir ce vendredi… et sans parler des excellents papiers publiés ici et là, par Volker Gilbert, Blazouf, entre autres… Pas exactement ce que j’appelle se moquer de ceux qui découvrent le logiciel…non ?

Le problème avec Lightroom – et Aperture – est qu’il s’agit d’une nouvelle génération de logiciels, se détachant complètement de ce qui existait jusqu’à présent, ce qui implique de profonds changement s d’habitudes de travail.

Gilles.

http://www.volkergilbertphoto.com/lightroom_v1.html http://utilserlightroom.blogspot.com

33)
nicoved
, le 06.03.2007 à 13:34
[modifier]

Sans vouloir y mettre mon grain de sel, et bien que carrément débutant, je rejoins quand même Gilles, et je plussoie des deux mains, tant il apparaît que tout internet regorge des termes de Workflow, de flux de production itout itout … alors, même en béotien que nous sommes Legallou, reconnaissons à des gens comme ceux cités plus haut, que ni vous ni moi, n’aurions peut être même jamais essayé Lightroom, sans leur apport expert (je renvoie au géniaux blogs sus cités) Voilà !

34)
THG
, le 06.03.2007 à 13:37
[modifier]

J’ai simplement mis mon nez dedans et décidé de partager ce que j’ai appris mais je débute aussi sur Lightroom et je dois bâtir mon flux de travail qui était … inexistant.

Gilles.

35)
giampaolo
, le 06.03.2007 à 13:43
[modifier]

Monsieur Le Gallou Pourquoi accuser? Il y en a qui en savent plus que d’autre (comme dans tous les domaines). Ici, tout est gratuit! Alors ne reprochons pas à celles et ceux qui font l’effort de répondre et de partager leur savoir de ne pas tout expliquer de A à Z. Chacun peut très bien partir lui-même à la recherche des informations qui lui manquent. Pour ma part, je n’ai pas du tout trouvé méprisant ce que Gilles a écrit. Il a juste voulu montrer que l’on ne peut pas comparer LR et Aperture face à Caputre One et autre logiciel qui ne font qu’une chose (traiter le raw). Et il a pleinement raison. Donc, pour moi, merci Gilles pour tout le travail effectué. Un grand merci. Merci aussi à vous Monsieur Le Gallou pour votre site. giampaolo possagno

36)
A.DOU
, le 06.03.2007 à 17:05
[modifier]

Bonjour à tous ! Moi ausi, je vais adopter L.R. Mais, j’ ai besoin d’ un conseil : en module SLIDE SHOW, L.R. exporte bien le fichier en PDF, mais, j’ ai un message comme quoi il est impossible de le lire ( aperçu ) ou bien endommagé ( acrobat ). Avez-vous une explication ? Est-ce parce que je suis en version d’ évaluation ? D’ avance, merci.

37)
giampaolo
, le 06.03.2007 à 18:51
[modifier]

Pour A.DOU J’ai fait l’essai chez moi. Cela fonctionne parfaitement. J’ai aussi une version d’évaluation.

38)
giampaolo
, le 06.03.2007 à 19:02
[modifier]

Je suis de plus en plus content de LR. Mon problème est du type organisationnel. Je précise que j’ai plusieurs licences de logiciels pour les photos: iViewMedia Pro / Aperture / Ligthroom (commandé) / DxO / Photoshop CS 2 et béta CS3

Ils sont tous excellents. La question à laquelle je n’ai pas encore de réponse satisfaisante, c’est de savoir comment gérer intelligemment toutes ses photos. J’ai un dossier avec tous les originaux (en raw), un autre avec une structure similaire et les versions retouchées et converties en .tif Ca devient de plus en plus lourd. 2 disques durs en FireWire 800 pour sauvegarder tout à double en alternance. Donc ce que je me demande, par exemple, c’est si je dois intégrer les images retouchées avec Photoshop dans LR . Bref, des problèmes de luxe! Mais des problèmes tout de même. Quand je regarde mes classeurs de négatifs 6×6, 6×7 ou 24×36 intacts et parfaitement rangés, je doute de la fiabilité à long terme de tous ces ‘raws’. Au fond, le problème n’est pas au niveau des logiciels (bien que…!) mais de la stratégie la plus intelligente à choisir.

J’aime bien aller sur ce site: http://aperweb.ovh.org/pages/forum.html

De quoi faire encore plus hésiter entre LR et Aperture. On y trouve également un forum très vivant.

39)
François Cuneo
, le 06.03.2007 à 19:49
[modifier]

Gianpaolo, je suis dans la même merdouille dans la tête!:-)

Cela dit, avec LightRoom, tu oublies le passage en Tiff. Tu gardes le RAW, avec les modifs. Tu sors les modifs faites par LR ou autre en JPEG pour l’export. Mais le Tiff n’a plus sa raison d’être selon moi.

Avec LR, t’as justement l’original en RAW, et l’équivalent du Tiff dans le rendu, mais juste avec le fichier de description qui ne pèse rien. Et même dix versions différentes pour chaque photo si tu veux! Le bonheur quoi!

Sauf que c’est vrai que si les modifs sont faites par une autre application, elles ne sont perdues.

Mais rien ne t’empêche d’avoir un dossier de projet DXO au même endroit, pointant sur le même original, et en certains cas retrouver tes réglages qui ne pèsent rien de plus ou si peu en ouvrant le projet.

Amicalement F

40)
giampaolo
, le 06.03.2007 à 23:17
[modifier]

François, je partage ton avis. Dans mon cas, je ne me contente pas de retravailler le raw. Lorsque je conserve une version en .tif ou .psd c’est parce que je l’ai retravaillée avec les calques et je conserve alors la version ‘très lourde’ avec les calques. Ce n’est qu’après que j’applatis l’image et la conserve en jpg pour pouvoir la donner. Cela dit, pour tout le reste, je te donne raison.

Paradoxe, LR que j’utilise beaucoup ces jours m’a permis de redécouvrir Aperture que j’avais un peu rapidement écarté. Caramba!

41)
Zephir
, le 07.03.2007 à 03:30
[modifier]

Merci Gilles pour photim, ou devrais-je dire CI ?!

Je ne vais que très rarement sur leur site et je n’avais jamais mis les pieds dans leur forum. Il est asssez, comment dire…, pourri niveau interface :/ Ils ne savent donc pas que des scripts de forum libres et gratuits existent ???

Le pire de tout : pas possible de rechercher par nom d’auteur. Lolesque (je copyrighte ce mot mais vous autorise à le pirater :p )

Puisque l’on parle sauvegarde, voici comment je fonctionne ou plutôt ce que je compte faire. Très simple amateur, je le rappelle :)

Quand je suis arrivé sur OS X je suis venu avec un vieux réflexe de 15ans de Win : faire soit même sa structure de dossiers/sous-dossiers Les systèmes 100% tags, j’aime pas tout simplement parce que si un jour le soft qui taggue les fichiers et les lit disprait, ben je me retrouverai devant des milliers de photos en vrac…

Actuellement je ne fais pas de backup (vi c pas bien je sais). Alors voila ce que j’ai prévu : – me prendre un dd externe firewire 800 de capacité “moyenne-supérieure”, je pense au “MyBook” de 500 Go. Je préfère les dd aux supports optiques.

– backup supplémentaire sur un espace disque distant. Comprendre sur le net mais là le problème c’est que c’est soit trop petit, soit trop cher car service de backup pro soit trop lent.

Si vous avez des idées dans ce domaine, je suis tout ouïe :)

42)
THG
, le 07.03.2007 à 07:02
[modifier]

Zephir, j’utilise un MyBook 500 Go triple interface et j’en suis satisfait. Je l’utilise en FW400 chez moi, en attendant de trouver une p….n de carte PCI FW800 – dans les magasins français, on trouve des câbles FW800 mais pas les cartes ( typiquement français ) – et, au boulot, seuleemnt en USB2. Pour pouvoir mettre une FW sur mon poste de travail, ma boîte doit négocier avec Swisscom car ce n’est pas prévu dans le package hard ni le contrat de support IT… Mais, bref, ça roule. Et je ferai un 2e backup avec mon vieux DD externe 250 Go ( USB2 only ). Quand tu importes dans Lightroom, tu peux choisir un backup simultané dans le menu ad hoc. Et à propos de la structure dossiers / sous-dossiers, celle de Lightroom est un miroir de ce que tu as sur ton disque. Chaque déplacement de fichier via Lr se produit physiquement, contrairement au système des Beta. Si un jour tu abandonnes Lightroom, ça n’aura aucune incidence sur tes dossiers. Quant à Photim, oui, une petite modernisation serait bienvenue mais, bon, quand je vois comment ils gèrent l’actu, sans parler de la couverture du magazine qui reste affichée un an, je n’ai pas beaucoup d’espoir. Quoi qu’il en soit, il y a du passage et des participants intéressants. J’aime bien les forums anglo-saxons aussi mais il y a un peu trop souvent les mêmes questions qui reviennent du genre “24-105 ou 24-70 sur mon 5D ?”…

En comparaison, tout est différent sur cuk et c’est plus cool et plus ouvert. Bien que je ne sois pas utilisateur de mac, on ne m’a jamais fait de remarque désobligeante à ce propos. Tandis qu’ailleurs…

Gilles.

44)
THG
, le 07.03.2007 à 07:49
[modifier]

Yep. Vu la quantité d’images que nous faisons tous, sauvegarder sur CD / DVD est devenu un non-sens et une perte de temps.

Gilles.

45)
A.DOU
, le 07.03.2007 à 20:47
[modifier]

Un merci tout spécial pour GIAMPAOLO. Le slideshow fonctionne avec du JPEG et pas du RAW. SORRY pour le dérangement.

46)
Alexandre
, le 08.03.2007 à 01:29
[modifier]

bonsoir concernant le “workflow”, je vous propose une lecture (en anglais…) assez intéressante:

The DAM Book – digital asset management for photographers, de peter krogh, éditions o’reilly.

Le livre est sorti avant Lightroom et Aperture et donc ne prend pas en compte les logiciels “tout-en-un”, mais reste néanmoins d’actualité comme référence méthodologique (archivage, nomenclature, etc).

Le site de o’reilly dédier à Aperture est aussi plein d’infos, et pour ceux qui hésitent entre la solution Adobe ou Apple, un des auteurs propose un comparatif en plusieurs chapitres.

http://digitalmedia.oreilly.com/aperture/

ainsi que:

http://digitalmedia.oreilly.com/2007/03/05/aperture-vs-lightoom.html

47)
THG
, le 08.03.2007 à 07:26
[modifier]

Merci Alexandre pour le lien vers la comparaison Aperture / Lightroom qui est assez détaillée. L’auteur du site, un gourou d’Aperture en quelque sorte, a l’air d’être très impressionné par Lightroom, sans pour autant démonter Aperture. Grosso modo, il met l’accent sur le fait qu’on dispose ici de deux applications étonnantes et performantes et que nous bénéficieront de la concurrence…

Gilles.

48)
lnk
, le 22.06.2007 à 12:01
[modifier]

Bonjour, Moi aussi j’ai flashé sur LR – déjà dans la version beta, même si je m’emmêlais un peu les pieds dans la bibliothèque, qui est devenue bien plus claire avec la version 1. Mais j’ai un peu les mêmes problèmes “de luxe” que Giampaolo. Le verre à moitié vide : pour la retouche, les possibilités sont moindres que celles de Photoshop (pas de calques ni de masques et d’une manière générale pas de possiblité de retouche fine d’une zone de la photo seulement) ; pour le catalogage, je n’ai pas abandonné IView qui a des fonctions plus évoluées (mais je n’ai peut-être pas encore bien maîtrisé toutes celles de LR). Donc un peu moins de ceci, un moins de cela… reste le “tout en un”, la qualité du module d’impression… Et pourtant (belle dissert en deux parties!) de fait j’utilise tout le temps LR, Je recours à Photoshop pour moins d’un dixième de mes photos (avec les problèmes d’export déjà discutés). Pour l’instant je continue à utiliser iView, je n’ai mis dans LR que mes nouvelles photos, mais avec le temps je finirai peut-être par ne plus utiliser que LR pour le catalogage… Et par cesser d’avoir besoin de DD de plus en plus gros.

PS à quand un tutoriel pour les nuls sur la gestion des couleurs et la calibration – j’ai des photos en noir et blanc qui sortent rose ou vertes (mais moins avec LR qu’avec Phoroshop, je le reconnais)?