Profitez des offres Memoirevive.ch!
La chronique du gourou…(7)

Chaque mois, lors de la nouvelle lune, ou presque, je me précipite chez mon libraire afin d’acquérir les quelques bibles francophones que l’hexagone nous destine. Il y en a présentement cinq principales. Jadis, il y en avait quatre mais certaines ont disparu et, Murphy’ s Law oblige, une de celles-ci était de très loin la plus originale et la plus intéressante. Je ne parle pas d’Univers Mac dont au moment de publier cette humeur nous ne connaissons pas vraiment la destinée et dont la disparition annoncée puis annulée, peut-être momentanément, ne fait que corroborer la substance de ce texte…

Non, en fait, j’éprouve beaucoup de nostalgie en me remémorant « Icônes », émanation soixante-huitarde de la plus pure lignée Apple, qui n’est plus depuis longtemps et c’est bien dommage, car les autres revues me déçoivent souvent. Comme tu es sévère avec elles, me direz-vous. Que nenni…

Imaginez ce qui se passe chaque mois dans les rédactions de nos magazines francophones préférés. La situation est évidemment infernale puisqu’il faut paraître, si possible, un jour avant les autres, mais avec le même contenu. On prépare la maquette, mais on attend d’abord les informations en provenance de l’espion qui travaille dans les rédactions concurrentes. Comme c’est encore plus ardu que de résoudre le problème de la quadrature du cercle, on se laisse un petit coin original, par exemple le courrier des lecteurs ou bien les conseils techniques. Pour les pubs, pas de lézard, on sait déjà que ce sera les mêmes que le mois passé. Il est vrai que parfois, l’un ou l’autre annonceur a le mauvais goût de changer un prix, mais bon… on ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre, sauter la crémière et manger la vache.

Je profite d’ailleurs de cette occasion pour remercier ma crémière de me conserver au frais le fromage de brebis des Pyrénées qui fait mes délices. Vous connaissez ? Vous devriez essayer.

Bref, j’en étais au moment où la rédaction, haletante, attendait les informations en provenance des espions. Ceux-ci devant être des agents double ou même triple, ce qui permet de réduire considérablement leur salaire puisqu’ils ont plusieurs sources de revenus. Bien sûr parfois, ça coince et c’est à ce moment-là que, sur la base d’informations inexactes, nos quatre revues présentent des sommaires totalement différents et originaux. Mais rassurons-nous, cela reste vraiment exceptionnel. La suite, vous la devinez, il suffit de dire la même chose sous une forme légèrement différente de manière à ce qu’on ne remarque rien.

Parfois, pour troubler l’adversaire, une revue change de titre et même parfois de mise en page. Mais nous ne sommes pas dupes, notre sens critique, toujours outrageusement développé, nous permet de flairer l’arnaque et le mois suivant nous sommes de nouveau installés dans notre petit confort qui nous permet de relire cinq fois les mêmes informations (peut-être afin de bien tout fixer dans nos petits cerveaux fatigués).

Heureusement, il nous reste Cuk… Là, pas de danger de rencontrer ce genre de coïncidence puisque les rédacteurs des articles sont, pour la plupart d’entre eux, des individualistes incorruptibles. Certains esprits mal tournés pourraient supposer que lesdits rédacteurs ne lisent pas la prose de leurs collègues français, certains même, assureraient que c’est parce qu’ils ne savent pas lire. Je peux, je dois vous dire que ce ne sont que fariboles et contes de grand’mères et j’en veux pour preuve cet article qui remet l’église au milieu du village, endroit qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

Néanmoins, un doute affreux m’étreint : je pensais naïvement que les possesseurs de Macs étaient, pour la plupart, des êtres responsables, moyennement intelligents (donc plus intelligents que la moyenne). Je crains, maintenant, que les rédacteurs en chef des revues françaises contribuent grandement à l’abaissement du QI de leurs lecteurs par la redondance de leurs articles. Qu’ils prennent bien garde cependant. À force de jouer ce jeu-là, ils finiront par nous mettre dans un état d’abêtissement tel que nous finirons tous par acheter des PC et utiliser Windoze et alors ils seront obligés de travailler pour un quelconque PécéMagazine sans avoir la possibilité, comme c’est le cas aujourd’hui (voir un ancien reportage corrosif de Canal+), de taper leurs articles et de monter leurs maquettes sur un bon vieux Macintosh.

34 commentaires
2)
pter
, le 09.07.2007 à 01:57
[modifier]

Je crois malheureusement que c’est tout vrai. Le pire c’est que les magazines MAc Americains ou Anglais de HongKong servent exactement le même contenu que les versions Françaises d’iCreate, MacFormat, etc….

copier/traduit/coller. Moi qui vit en Chine, je sais que c’est a la mode…copier!

A quand un magazine “CUK”? ;-)

4)
stefb
, le 09.07.2007 à 02:07
[modifier]

Faut dire qu’a l’époque d’Icones, le web existait pas (ou peu). La difficulté maintenant, c’est d’avoir une info, un article qui ne se trouve pas déjà sur le web.

A quand un magazine “CUK”? ;-)

Et on le mettrait où dans les kiosques? Sous “Informatique”, “Photo”, “Cuisine”, “Voyages”, “Politique” ?

5)
iker
, le 09.07.2007 à 02:12
[modifier]

le coin des encyclopédistes, comme du temps des humanistes du XVIIIe siècle… Il y a du Diderot, Montesquieu , Condorcet, D’alembert, Voltaire et Rousseau, Condillac ou Buffon dans CUK.

Les débats des derniers jours relevaient de la philosophie, et la qualité des propos ne démérite pas des propos des philosophes du siècle des lumières sur les enjeux d’aujourd’hui. … quant aux arts et techniques du moment… ça ne vous rappelle pas les planches sur les métiers, les machines, publiées dans les premières encyclopédies ? Ce site s’inscrit dans une longue tradition qui se poursuit avec l’éducation populaire ou les universités populaires.

6)
François Cuneo
, le 09.07.2007 à 06:23
[modifier]

Le problème d’un magazine sur le Mac, c’est qu’il doit parler de l’actualité Mac.

Or l’actualité Mac est la même pour tout le monde.

Difficile de ne pas écrire un contenu sur le mois écoulé qui soit très différent de son voisin.

Ici, nous avons un énorme avantage: nous pouvons parler de Mac quand nous en avons envie, et d’autre chose aussi.

Allez sortir une revue Mac et parlez des chaussettes à neige, de l’aide au suicide, ou des élections françaises, et vous verrez si ça passe… Trois mois après, les éditeurs ferment boutique.

Icônes était une belle revue, j’ai adoré son rédacteur en chef trop tôt décédé.

Mais Vous et Votre Mac par exemple est une bien belle revue aussi, originale, et qui apporte pas mal de valeur ajoutée à ce que l’on trouve partout.

Et c’est vrai que le Web gratuit ne doit pas simplifier les choses…

Moi qui achetais toutes les revues Mac à l’époque, je n’en achète qu’une par mois maintenant.

Bref, pas simple certainement, de faire paraître un journal, sur quel sujet que ce soit d’ailleurs, mais d’autant plus s’il est “limité”, comme l’est le Mac.

Je serai donc personnellement beaucoup moins sévère que guru…:-)

7)
Inconnu
, le 09.07.2007 à 07:07
[modifier]

Un journal d’info ne peut (plus) fonctionner par scoop. Il reste la pratique.

Un collègue peu désirer d’accumuler du papelard me donne régulièrement ses numéros de MacLife qui je trouve regorge d’excellents tutoriaux de toutes sortes… et ça, c’est (AMHA) un meilleur argument de vente que tout ce qu’on pourrait trouver par ailleurs ici ou

Je sais, c’est en gliche, mais quand on se dit à la pointe, faut apprendre cette langue, surtout quand on s’affuble d’un surnom anglais (pourquoi “guru” et quand “gourou” ?).

8)
Yip
, le 09.07.2007 à 07:46
[modifier]

Ô grand Guru, je serais le mari de ta crémière, je me poserais des questions…

9)
JCP
, le 09.07.2007 à 08:56
[modifier]

Voilà un article que l’on qualifierait de “filler” dans le monde de la musique.

10)
Atypo
, le 09.07.2007 à 09:02
[modifier]

Icônes avait ce je ne sais quoi qui la distingue encre de toutes les revues « Mac ». Le ton, le noir et blanc, le papier, le format, aussi. Et si elle a disparu avec son créateur (Rip) ce n’est pas pour rien.

Je ne lis plus de revues Mac depuis déjà un moment. Tant pis pour elles.

11)
Jonathan
, le 09.07.2007 à 09:15
[modifier]

Bah moi je trouve la presse Mac plutôt sympa, et comme François, j’apprécie beaucoup “Vous et votre Mac”, ainsi que “Avosmac”, que je prend uniquement en format PDF (enfin un journal qui permet de choisir !), c’est écolo, et ça permet de garder et surtout retrouver, les articles qui nous intéresse en particulier.

Le hic, c’est que j’ai switcher dans l’autre sens (ben oui, j’adore OSX, mais par contre pas du tout les machines, et Apple devient beaucoup plus obscure que l’autre côté, comme par exemple avec son iPhone, ou on ne peut pas changer de batterie sois-même, pas choisir chez qui on veut son abo etc.) Bref, vive le monde de la liberté !

Mais pour revenir à nos moutons, la presse… PC ! Là, ça fait mal ! Je n’ai pas encore trouvé un seul magazine aussi bien fait et intéressent que “vous et votre mac” et encore moins un magazine en PDF style “Avosmac”. Le désert ! Seul SVM version PC vient un peu sauvé le niveau. C’est juste incroyable, vu le nombre de lecteur potentiel !

12)
Jérémie
, le 09.07.2007 à 09:21
[modifier]

Personnellement, je n’achète qu’une revue de sept en quatorze, quand la couverture m’intéresse. Alors de savoir que les cinq autre disent la même chose, franchement, je m’en tape le cul au plafond.

Et je ne sais pas trop quoi penser d’une personne qui achète régulièrement cinq revues tout en se plaignant qu’elles ont le même contenu. Surtout en rajoutant un paragraphe sur le QI des utilisateurs mac. ça me laisse perplexe. Pourquoi ne pas en choisir une, simplement? car finalement, à en acheter autant, on entretient le système dont justement on se plaint.

13)
ToTheEnd
, le 09.07.2007 à 09:30
[modifier]

Et bien voilà une humeur que je n’aurai plus besoin d’écrire.

Je n’ai pas trop le temps de développer mais en bref, je suis assez d’accord avec tout ce qui est reproché aux magasines Mac…

Pas assez de fond, définitivement. Pour moi, les magazines jouent dans la même cour que les sites pro-Mac ce qui fait qu’on les compare trop facilement et le papier n’en sort pas gagnant puisque toujours en retard. De plus, pourquoi payer si c’est pour lire les mêmes news avec 2 ou 4 semaines de retard?

Si les magazines allaient plus loin dans les analyses et qu’ils proposaient des articles sur la programmation sur Mac (débutant, moyen et avancé), je suis certain qu’il y aurait une partie du lectorat qui serait attirée par cette formule.

Mais je ne me fais aucune illusion… dès que le nouveau iMac sortira, le mois suivant, je sais déjà à quoi ressemblera la première page de chaque magazine: une grosse photo avec un titre du genre “WOUUHHHHAAAA”… et 10 pages qui racontent comment Apple est géniaaaalllleeee…

T

14)
Origenius
, le 09.07.2007 à 09:41
[modifier]

Bonjour tout le monde !

J’ai été abonné à l’une de ces revues sur le Mac pendant une douzaine d’années. Habitant trop loin du premier kiosque à journaux de langue française, c’était bien pratique. Or il se trouve que cette année, je n’ai pas renouvelé celui-ci, non pas que je ne sois plus aussi passionné du monde Mac qu’auparavant, mais la satisfaction que j’en retirais n’a cessé de baisser. J’ai simplement pu suivre la ligne éditoriale de mon mensuel quotidien (je le lisais et relisais tous les jours !) et constater un glissement inexorable. Non pas celui du prix de l’abonnement qui est resté globalement constant, il a sans doute pris le rythme de l’inflation, et c’est tout.

Mais je ne crois pas me tromper en affirmant que sa substance a fondu au soleil : de plus de 180 à 200 pages il y a 12 ans, il n’en faisait plus qu’une centaine récemment. Alors j’ai eu le sentiment d’être trompé. Un lecteur qui découvre une telle revue ne peut pas lui faire grief d’avoir été plus consistante auparavant puisqu’il ne le sait pas. Mais moi je m’en suis rendu compte. Je me suis demander, si ça continuait ainsi, si je ne paierais pas 50 pages dans deux ou trois ans pour le même prix !

Aujourd’hui, je me contente de sites Internet relatifs à cette passion du Mac, dont Cuk d’ailleurs tient une place à part, beaucoup plus vivants (je veux dire interactifs) à mon goût du fait entre autre que le “courrier des lecteurs” est instantané et non filtré !

@+

15)
Caplan
, le 09.07.2007 à 10:35
[modifier]

Ça me rappelle un post que j’avais mis il y a un an dans “Rions un peu” du forum. Il montre la différence entre les magazines PC et Mac:

Milsabor!

16)
Saluki
, le 09.07.2007 à 11:04
[modifier]

J’étais un lecteur assidu de la presse française et étatzunienne traitant du Mac, et aussi de Wired.

Je ne suis plus que lecteur abonné de VVM et iCreate. La maquette du second est un régal pour les yeux. Et on y trouve des trucs et astuces que même François ne nous avait pas dégotté. C’est dire.

Mais il y a plus grave: VNU (l’éditeur des SVM et autres PC direct/expert) a été cédé et il va sûrement y avoir du dézingage de titres. Le “web” n’y est pour rien, cf les images de 15 Caplan.

Bises de Bejaïa, il fait déjà 30°C.

17)
M.G.
, le 09.07.2007 à 11:06
[modifier]

Ah ! « Icônes » ! C’était bien la seule revue Mac dont le contenu soit vraiment original et enrichissant. J’en ai gardé la collection complète :-)

Si elle s’est arrêtée au n°55, c’est à cause de la mort inopinée (!) de son rédacteur en chef et éditeur, pas pour cause de déconfiture financière :-(

18)
Saluki
, le 09.07.2007 à 11:09
[modifier]

Le vrai pb de la presse info est la disparition des annonceurs. Il n’y a pas que les glaciers alpins qui retrécissent et ça a un impact direct sur le nombre de pages possibles.
La concentration des revendeurs n’est pas neutre également: la galaxie Motek (CLG) en a aggloméré un certain nombre pour ne pas dire la quasi totalité des acteurs majeurs.

19)
alec6
, le 09.07.2007 à 11:10
[modifier]

Jérémie:je n’achète qu’une revue de sept en quatorze
?!
Est-ce la version suisse de l’expression “gauloise” (!) tous les 36 du mois ?

C’est par ailleurs mon cas aussi depuis des lustres ! Macbidouille, Slashdot et cie suffisant à mon bonheur pour l’info macintoshienne… quant à Cuk… j’ai effectivement remarqué qu’on y cause Mac… parfois ! hi hi hi hi !

20)
Arnaud
, le 09.07.2007 à 11:45
[modifier]

Du côté anglo-saxon, il y a MacTech qui reste incontournable pour son aspect communautaire. Ceci dit, avec les blogs et autres sites Web spécialisés, j’ai cru comprendre que ce magazine a bien du mal à joindre les deux bouts.

Je garde un trés bon souvenir de l’époque OS 7-8-9 de MacTech, et en particulier du framework Sprocket qui m’a initié à la programmation objet sur le Mac!

Amitiés,

Arnaud

22)
henrif
, le 09.07.2007 à 20:14
[modifier]

Le vrai pb de la presse info est la disparition des annonceurs. %% Sauf AVosMacs qui a très peu de pub et qui a choisi une ligne rédactionnelle différente des autres.

PS : j’y arrive vraiment pas avec les citations, on pourrait pas avoir qq chose de plus simple que les bq

23)
François Cuneo
, le 09.07.2007 à 21:42
[modifier]

PS : j’y arrive vraiment pas avec les citations, on pourrait pas avoir qq chose de plus simple que les bq

Hé henrif, quand même! tu tapes ton nom à la place de Auteur et tu colles le texte de la citation à la place de Texte.

Plus simple, ce n’est pas possible tout de même…

24)
Franck_Pastor
, le 09.07.2007 à 23:10
[modifier]

Ne pas oublier de sauter une ligne après le champ de citation…

Au fait, j’ai remarqué qu’il était impossible de faire des citations imbriquées… Non, décidément, j’aime pas Textile…

26)
guru
, le 11.07.2007 à 16:41
[modifier]

C’est vrai que “Vous et votre Mac” et “A vos Mac” c’est globalement mieux qu’avant… et que j’ai été un tantinet sévère, mais qui aime bien chatouille bien.

Quant au fromage des Pyrénées, c’est le fromage de brebis de la vallée d’Ossau que l’on trouve parfois quand, comme moi, on est copain avec sa crémière.

27)
zit
, le 11.07.2007 à 17:44
[modifier]

Heuu, avec de la confiture de quoi, le brebis?
z (le fromage de brebis, c’est le plus léger à digérer, je répêêêête: le fromage de brebis, c’est le plus léger à digérer)

28)
iker
, le 12.07.2007 à 03:08
[modifier]

Guru Mon truc à moi, c’est d’être copain avec les bergers (et les bergères) qui le produisent. ;-)

L’ardi gasna (se prononce hardi gachna, veut dire “fromage de brebis” est produit depuis la nuit des temps ici)… comme l’appenzeller, l’emmental, le gruyère, le fromage des grisons, le vacherin fribourgeois, la tête de moine ou la tomme vaudoise… il fait partie intégrante de la tradition gastronomique, quasi culturelle, des habitants des vallées où on le produit.

Zit, le fromage de brebis, au Pays basque nord, c’est avec de la confiture de cerise (si possible de la cerise noire d’Itxassou) Au Pays basque sud, c’est avec de la pâte de coing… (qu’ils appellent le membrillo)

Dans les deux cas, c’est non seulement délicieux au goût, mais ça contribue à rendre le fromage encore plus digeste. Cette alchimie est tellement subtile que le couple ardi gasna-confiture de cerise est culturellement présente sur toutes les tables d’un repas traditionnel qui se respecte, et même quotidiennement chez les paysans.

Depuis peu, on commence à le voir utiliser rapé pour les gratins (alors que traditionnellement, même ici, ce sont les gruyères et l’emmental qui servait à cette usage) et même en fondue… usage que nous avons emprunté à la Suisse et la Savoie.

En fait l’appelation AOC est Ossau-Iraty : la vallée d’Ossau est en béarn, la forêt d’Irrati, est la plus grande hêtraie (forêt de hêtres) d’Europe, situé en Pays basque, au dessus de Donibane Garazi (Saint Jean Pied de port, en français).

Il y a des dizaines de de fromages de brebis portant le label Ossau Irrati… Il y a néanmoins un pour qui j’ai une petite tendresse… il est produit par une toute petite coopérative de producteurs au Pays basque qui s’appelle Arradoy, du village d’Eiheralarre (Saint Michel en basque).

Les bergers partent au printemps en estive, dans des cayolars, et produisent le fromage en partie sur place.

Certaines années il a remporté les médailles d’or et d’argent du concours général agricole du Salon de l’agriculture.

Et il n’est pas impossible qu’il y en ait une tome à la CUK day… mais chuuuut ;-)

29)
zit
, le 12.07.2007 à 12:32
[modifier]

Une tonne, yaisse, mais avec 500 pots de confiture, alors!
z (chuuuuuut, je repêêêêêête: chuuuuuuuuuuut!)

31)
zit
, le 12.07.2007 à 13:28
[modifier]

Exellent, haddock! A en croire les media, tous les bergers seraient contre les ours… (même pas de chez nous, les ours d’ailleurs!)
z

32)
iker
, le 12.07.2007 à 13:52
[modifier]

J’aime beaucoup ton fromage des ours Haddock… ça c’est une chouette idée.

… l’idée de faire cohabiter les ours et les bergers… comme c’est le cas dans le nord ouest de l’Espagne (dans la province de Cantabrie ou dans les Asturies par exemple), où les habitants et les ours n’ont jamais cessé de vivre côte à côte sur les mêmes territoires en toute intelligence… respectant mutuellement leurs territoires.

L’ours fait même partie des armoiries de certaines provinces d’Espagne, comme en témoigne cette statue sur la Puerta del sol à Madrid

Sur la face nord des Pyrénées, les deux espèces ne savent plus cohabiter… si bien que l’une des deux est en voie de disparition, et qu’il a faire venir des ours slovène pour essayer de repeupler le massif pyrénéen…

Déja que les ours locaux, ils n’étaient qu’à moitié tolérés, mais des ours étrangers vous n’y pensez pas : qui ne parlent ni occitan, ni gascon, ni basque, ni même le français, tu penses bien… forcément, ils n’avaient plus de repères, livrés à eux mêmes, tous seuls dans la nature, parfois même pas sevrés… alors, poussés par la faim, dans un environnement totalement étranger, dans lesquels ils n’ont pas eu le temps d’apprendre les usages des ursidés, transmis de mère ou de père en fils, ils en ont été réduit à la mendicité, à venir fouiller nos poubelles, jusqu’aux portes mêmes de nos maisons, ne comprenant aucun de nos panneaux qui indiquaient, dans l’esprit sinon dans la lettre, “ici c’est le territoire des humains”.

Alors sur place, quand je discute avec certains paysans, ils me rétorquent : “C’est le problème avec tous ces ours étrangers… avant d’accepter de les faire venir ont aurait du, dans leurs pays d’origine, leurs faire apprendre nos langues locales, nos mœurs, notre façon d’élever nos petits, nos usages culturels… ainsi ils auraient pu subir une épreuve de civilisation à l’ambassade de France de Slovénie, et alors… mais alors seulement, s’ils avaient réussi leur épreuve, ils pouvaient envisager de venir s’installer dans nos montagnes françaises… d’abord seuls pendant cinq ou dix ans… et puis… si leur intégration s’était déroulée correctement, on pourrait envisager un regroupement familial…” Mais non Haddock… tu leur tend la main… et ils te mettent la patte dans le fromage…

C’est dingue… ce qu’ils sont humain ces ours… mais ce qui est encore plus dingue, c’est ce qu’ils sont fauves ces humains. ;-)

33)
Inconnu
, le 12.07.2007 à 14:37
[modifier]

Merci iker, adhérent du FIEP depuis 17 ans j’apprécie ton bon sens et ton humour, comme le remarque zit la vision du problème dans les medias dominants est affligeante, exemple

34)
guru
, le 16.07.2007 à 16:57
[modifier]

Du fond de la Toscane où je passe l’été, je frémis en pensant aux Pyrénées. Mon cher iker, moi mon coin c’est plutôt les vallées d’Aspe et d’Ossau avec un petit berger du côté de Lescun… mais bon je te pardonne ta basquitude, finalement le Béarn c’est bien aussi, non?