Profitez des offres Memoirevive.ch!
Antidote RX, un magnifique outil d’aide à la rédaction

Superbe...

Telle a été ma première impression, lorsque j'ai reçu, installé, et surtout lancé Antidote RX pour révolution dix.

Pour expliquer le pourquoi de cette appellation, je me réfère à l'explication du manuel d'Antidote, que je vous livre ici: "Révolution, parce qu’Antidote RX innove radicalement. Pour la première fois, une nouvelle édition d’Antidote a moins de fenêtres que l’édition précédente, tout en ayant beaucoup plus de contenu. Par une refonte totale de son architecture, et une réécriture complète de son interface, trois fenêtres concentrent maintenant toute la richesse d’Antidote. La fenêtre du correcteur, avec ses prismes de correction, de révision et d’inspection, généralise et simplifie le principe du prisme introduit par la dernière édition. La fenêtre des dictionnaires n’offre pas moins de dix ouvrages elle regroupe tous les dictionnaires des éditions précédentes, des définitions aux synonymes en passant par la conjugaison et les familles, et les augmente d’un dictionnaire de citations et d’un monumental dictionnaire de cooccurrences. La fenêtre des guides, enfin, étend la couverture de l’ancienne fenêtre de grammaire à dix guides couvrant l’ensemble des sujets linguistiques utiles à la rédaction".

Voilà pour la dénomination du produit.

L'installation du programme, Universal Binary, ne pose pas de problème particulier, si ce n'est que l'ancienne version d'Antidote n'est pas désinstallée, ce qui peut être ennuyeux dans Word par exemple, où deux barres d'outils se trouvent présentes inutilement. Druide (l'éditeur d'Antidote) devrait prévoir de désinstaller la version Prisme en même temps qu'il installe la version RX.

Ouvrons maintenant une fenêtre de consultation.

image

Nous trouvons:

  1. la zone d'entrée du mot recherché (qui sera remplie automatiquement avec le mot sélectionné dans certains logiciels avec lesquels Antidote est totalement intégré, pas avec d'autres)
  2. l'historique de notre consultation. En effet, au fur et à mesure de vos clics, dans le dictionnaire, vous allez vous promener vers d'autres termes. Vous pourrez donc revenir sans problème au premier mot consulté par exemple, grâce à cet historique
  3. les outils d'impression, l'appel au dictionnaire Visuel, un dictionnaire qui illustre les mots donnés (32'000 mots) du même éditeur qu'il faudra acheter à part (seules les vignettes sont disponibles avec le RX de base), et l'accès aux guides, dont je reparlerai plus bas
  4. la liste des ouvrages disponibles (un clic sur l'un d'eux nous amène évidemment à lui)
  5. la zone où s'affichent les renseignements désirés: le glisser-déposer vers votre document d'un extrait ou de la totalité de cette dernière ne pose aucun problème (le résultat dans votre texteur est superbe, avec enrichissements et tout et tout!)
  6. la zone des flexions du mot recherché (féminin, pluriel, participe passé, etc.)
  7. la zone de fréquence, qui indique la fréquence relative d'un mot dans le corpus utilisé pour le dictionnaire des cooccurrences (quoi? Vous ne savez pas ce que sont les cooccurrences? Honte à vous! Je vous explique ça un peu plus bas...)
  8. la zone des mots proches
  9. le curseur qui vous permet de voir en plus gros ou en plus petit la zone d'affichage 5
  10. la zone de remplacement, très sympathique: en effet, imaginez que vous tapiez "Ces chiens sont gentils"; vous sélectionnez dans votre texte "chiens" et vous appelez les dictionnaires, par exemple celui des synonymes. Vous cliquez sur le synonyme "Cabot". La zone de remplacement affiche automatiquement "Cabots" avec un "s" puisqu'Antidote a vu que vous aviez écrit "Chien" au pluriel. Il ne vous reste plus qu'à cliquer sur "Remplacer" pour voir "Cabots" remplacer "Chiens" dans votre texte.

image

Les dictionnaires, au nombre de 10, d'où le rX

Les dictionnaires proposés sont fort nombreux, et certains sont originaux. Les voici d'abord...

image

À chaque fois, le contenu du dictionnaire choisi est affiché dans la zone 5, très clairement, avec une mise en page vraiment "classe".

Le dictionnaire des définitions est d'un très bon niveau. Ces dernières sont complètes, avec de nombreux exemples.

image

À droite de la fenêtre, les flexions, et commentaires éventuels

image

Le dictionnaire des synonymes est magnifiquement complet lui aussi, les entrées étant clairement différenciées.

image

Druide a pris l'option intéressante de garder au départ les définitions à droite de la fenêtre des synonymes, mais tout clic sur un mot de la zone explicative affiche sa définition dans cette même partie droite

image

Le dictionnaire des locutions dresse la liste des expressions qui tournent autour du mot recherché, en donnant leur définition.

image

Chaque sens du mot peut être plié ou déplié

image

J'ai déplié ici le sens "épouse", et contracté le sens "Personne de sexe féminin" montré dans la figure précédente.

Le dictionnaire des antonymes fait son travail de manière attendue, mais ne donne pas d'exemples ou de définitions de ces derniers, contrairement aux synonymes. Les définitions du mot de départ sont par contre à droite, comme pour les synonymes. Un clic sur un antonyme, et c'est sa définition qui vient prendre place dans cette même partie. Très bien réalisé tout ça.

image

Le dictionnaire des cooccurrences est à tomber par terre. Je vous montre un exemple, toujours pour "Femme"

image

Je pense que vous voyez maintenant ce que sont les cooccurrences. Je n'en avais personnellement aucune idée! Définition du mot, donnée par l'éditeur qui fait ça bien mieux que moi, vu qu'il y dû réfléchir au sujet un moment: "Le dictionnaire des cooccurrences présente l’ensemble des combinaisons lexicales les plus remarquables du mot en vedette, classées selon le contexte syntaxique, la force de cooccurrence et, s’il y a lieu, selon les divers sens du mot vedette. On entend par combinaison lexicale remarquable une paire de mots dont l’association dans la langue est forte, fréquente et spontanée. Comment, par exemple, qualifier une lumière d’« intense » ? Ce peut être: lumière vive, crue, aveuglante, éclatante, éblouissante, intense, incandescente, etc. Le dictionnaire des cooccurrences vous
offre ainsi une liste exhaustive des associations de termes les plus statistiquement fortes, dans tous les contextes syntaxiques intéressants"

Remarquez que pour le mot "femme", Antidote nous propose pas moins de 1290 cooccurrences. Cooccurrences dont il va tirer parti dans sa partie "correction de texte", comme je vais le montrer plus bas.

Mieux même, dans la partie de droite de la fenêtre, des exemples illustrant les cooccurrences choisies sont donnés. C'est incroyable de puissance, tout ça.

image

Remarquez le trait bleu, qui montre la fréquence de la cooccurrence par rapport au même contexte.

Le conjugueur fait parfaitement son travail et sépare les temps simples des composés, pour plus de clarté.

image

Jolie mise en page n'est-il pas?

Un dictionnaire des familles donne... les mots de la même famille que le mot recherché. Qui l'eût cru?

image

Toujours avec la définition du mot cliqué à droite...

Le dictionnaire des analogies est assez impressionnant lui aussi. Ainsi, si vous ne connaissez pas le cri du chien (je ne dis rien, ça peut arriver, mais à votre place, je me ferais du souci), tapez "Chien" dans le dictionnaire des analogies et vous verrez ceci:

image

Il y a "juste" 259 analogies pour chien, une paille quoi!

Le dictionnaire des citations est très joliment présenté lui aussi. Pour "Chien par exemple", nous disposons de 15 articles.

image

Notez les liens vers les sources, directement cliquables!

Le dictionnaire des anagrammes fait son boulot!

image

Voilà pour les dictionnaires.

Franchement, il s'agit ici du plus bel ensemble qui m'ait été donné de voir sur un ordinateur, qui écrase ici par sa technicité toute version "papier" au niveau puissance de recherche.

Extraordinaire travail, vraiment, ce d'autant plus que tout est complètement instantané. Jamais la moindre seconde d'attente. Incroyable...

Les guides, un puits sans fond de connaissances du français

image

Les guides d'Antidote sont également d'une densité rare.

  1. Les différents guides disponibles, au nombre de 10 (tiens, ça tourne toujours autour de ce nombre décidément, quand on a écrit RX, c'est RX hein!)
  2. Les chapitres du guide sélectionné, qu'on atteint d'un simple clic
  3. Les pages du guide, toujours aérées, et dont la taille est modifiable en continu à l'aide du curseur au bas de la fenêtre. Son contenu est à la fois plaisant et précis (de grammaire arf arf).
  4. La zone de recherche

Vous tapez par exemple "adjectif" dans cette zone, et vous avez tous les articles de tous les guides qui y sont relatifs.

image

Bien évidemment, un clic sur une entrée vous mène immédiatement au chapitre concerné.

Le correcteur, une bonne intégration, mais peu homogène

Antidote s'intègre à certains logiciels, de manière plus ou moins poussée.

Nous trouvons par exemple

  • l'intégration maximale associée avec Office (Word, Excel, PowerPoint et Entourage), où une petite barre d'outils supplémentaires vient vous proposer ses services.

image

Le texte est corrigé dans une fenêtre séparée, mais il est tout à fait possible de placer la fenêtre du document et la fenêtre de correction côté à côte. Le scroll dans la fenêtre de document est automatique. Mieux, toute correction dans cette fenêtre relance la correction du paragraphe concerné dans la fenêtre de correction.

image

 

  • l'intégration maximale sans barre d'outils, via le menu contextuel pour Pages

image

Pour sélectionner tout un document Pages, vous devrez simplement prendre garde de cliquer en dehors d'un bloc.

  • idem pour QuarkXpress, à la différence que l'appel des dictionnaires se fait via le menu AppleScript. Entourage de Microsoft appelle également la correction via ce menu

image

  • idem pour inDesign CS et CS2, mais via la palette des scripts

image

 

  • AppleWorks passe également par le menu script, même s'il est possible d'installer assez simplement (je n'y suis pas arrivé, mais en cherchant un peu…) une barre d'outils pour ce programme. Cela dit l'éditeur est assez clair: ce n'est pas facile d'ajouter des boutons, et l'on peut très bien s'en passer, ce qui est vrai.

image

 

  • Illustrator CS et CS2 passent quant à eux par le menu Edit

En ce qui concerne cette intégration, tous les logiciels décrits ci-dessus conservent leurs attributs, y compris les feuilles de style si elles existent, ce qui est extrêmement important, évidemment.

  • d'autres logiciels peuvent être corrigés via le menu Services, ou le dock

image

Ces logiciels conserveront les enrichissements RTF, mais pas par exemple les feuilles de style. Nous trouvons dans cette catégorie de logiciels pratiquement tous les texteurs modernes connus, comme Textedit, Nisus, Mellel. Cela dit, tout ce qui est placé dans le presse-papier, pour autant qu'il s'agisse de texte, peut être corrigé.

Comme vous le constatez, ces différentes manières d'appeler le correcteur ne sont pas un modèle d'homogénéité.

ProLexis lui, utilise toujours le même système dans sa dernière version. C'est tout de même plus pratique. Vous me direz que vous utilisez presque toujours le même texteur et que cela ne vous dérange pas? Ah bon, c'est vrai, je vous comprends. Cela dit, n'oubliez pas dans le menu "Aide" la commande "Lisez-moi logiciels" au cas où vous reviendriez plus tard sur un texteur qui vous est moins familier, puisqu'il y a fort à parier que vous ne vous souveniez plus de la façon de procéder.

Un peu dommage, mais pas vraiment important non plus, le principal étant surtout que le programme soit intégré au plus de programmes possibles. À ce propos…

Le correcteur et l'intégration: et le HTML?

Il semblerait d'après l'éditeur que je sois le seul à la demander, la correction intégrée de documents HTML… Mais bon sang, on corrige ou pas lorsqu'on écrit pour le Web? S'il faut passer par Word pour copier dans DreamWeaver, c'est un tout petit peu pénible.

Donc de correction HTML, il n'y en a pas, et c'est fort dommage. Mon adaptateur ProLexis pour DreamWeaver, même s'il n'est pas parfait (l'adaptateur donc), reste donc unique pour moi.

Allez Messieurs, avant, vous aviez l'excuse que vous ne saviez pas s'il fallait développer pour GoLive ou DreamWeaver. Maintenant, on sait que vous avez tout avantage à vous concentrer sur ce dernier. Donc bon, ce serait sympa de penser à ceux qui n'écrivent pas que pour le papier.

Le correcteur, la qualité et la vitesse: très bien

Les éditeurs de correcteurs grammaticaux, dont fait partie Antidote, ont compris depuis longtemps qu'ils ne pouvaient pas prétendre à la non-présence de fautes dans un texte, lisez plutôt:

Malgré sa technologie de fine pointe, le correcteur d’Antidote n’est pas omniscient. Chaque édition apporte des progrès notables, mais la complexité expressive de la langue demeure un défi technique immense. En particulier, le correcteur d’Antidote reste un correcteur grammatical, non un correcteur sémantique. S’il peut analyser un texte grammaticalement et en détecter les erreurs d’orthographe et de grammaire, il n’en comprend pas le sens profond pour autant, même avec les avancées considérables de l’édition RX.

Dans cette avancée vers le sens, les cooccurrences entrent en jeu (voir plus haut), puisque le logiciel peut puiser à dans cette liste pour mieux "comprendre" ce que vous avez écrit. Comme l'avance le mode d'emploi, Antidote sait désormais que tâche ingrate a plus de chance d'être correct que tache ingrate.

Antidote prend une toute petite minute pour passer en revue un manuel de formation de 67 pages que j'ai réalisé sous Pages, là où ProLexis prend moins de trois secondes.

Cette différence de vitesse peut être importante uniquement dans le cas d'une révision finale, juste avant de lancer l'impression de notre document. Là, la rapidité de ProLexis et surtout le fait que je vois d'un clin d'œil la liste des erreurs à gauche (s'il y en a peu, elles ne prendront que quelques lignes, ce qui me permet de passer de l'erreur de la page 2 à l'erreur de la page 12 en un clic) alors qu'il me faut scroller dans la fenêtre de correction d'Antidote, ou alors demander de passer à l'erreur suivante.

Cela se fait très rapidement à l'aide des touches fléchées (avant et arrière). Il vaudra peut-être mieux désactiver les alertes minimes dans ce cas, pour ne voir que ce que le correcteur estime vraiment être une faute.

image

Les modulateurs, de gauche à droite permettent:

  • d'afficher ou non les erreurs mineures
  • d'afficher ou non les alertes du type

image

  • d'afficher ou non les ambiguïtés du type

image

  • d'afficher ou non les marques d'analyse partielle qui se présentent ainsi

image

J'imagine que lors d'une première correction complète, vous laisserez tous ces modulateurs actifs. Lors de la révision finale, vous les supprimerez peut-être tous, pour ne voir plus que le rouge, les erreurs véritables, ou considérées comme telles.

image

Ce qui est assez magnifique, c'est qu'une fois que l'erreur est en surbrillance, un clic sur le guide vous mène directement vers le chapitre concerné du précis de grammaire. Ainsi, pour la figure précédente, nous obtenons:

image

Allez, je sais que ça ne plaît pas à tout le monde, mais passons vite mes phrases habituelles à la moulinette d'Antidote

Les enfants de ces nouveau habitants du quartier ramène tout les jours des amis.
Correction parfaite:Les enfants de ces nouveaux habitants du quartier ramènent tous les jours des amis.

Je chercherais demain les feuille que j’ai oublié a la maison.
Comme tous les correcteurs, Antidote laisse le "s" à chercherais, le reste est corrigé!
Je chercherais demain les feuilles que j’ai oubliées à la maison.

Après que tu sois venu, j’ai nettoyer la maison que tu avais visiter.
Antidote corrige correctement la phrase, et signale l'erreur du subjonctif "sois". Il vous laisse choisir…
image
Après que tu sois venu, j’ai nettoyé la maison que tu avais visitée.

Si j’aurais su, ne ne serais pas venu!
Là, Antidote me signale que ça ne joue pas, qu'il n'arrive pas à corriger ma phrase.
D'accord, le principal est là, je vois qu'il y a un "ne ne" (si je ne suis pas trop nunuche)
Je corrige ce "ne" de trop en "je", la correction est automatiquement reprise et là, tout est correct.
Si j’avais su, je ne serais pas venu!

Ma mer m’attends demain et j’irai la retrouvé avec plaisir.
Hé là! Mais pourquoi Antidote (pas plus que le correcteur de Word ou ProLexis) ne m'indique-t-il pas que "Ma mer" est au moins peut-être une erreur? Le reste est corrigé parfaitement. Ma mer m’attend demain et j’irai la retrouver avec plaisir.

Ce mécanicien et cette hôtesse chante dans ce groupe de chanson anciennes.
Correction correcte, même si j'aurais préféré un pluriel à Chansons anciennes: Ce mécanicien et cette hôtesse chantent dans ce groupe de chanson ancienne. En fait, il aurait été utile qu'Antidote me permette de changer non pas seulement l'adjectif, mais le nom qu'il accompagne. Ainsi, j'aurais eu le choix de mettre au pluriel "chanson", ce que je voulais en fait. Notez qu'Antidote me propose aussi de d'écrire "ancien", pour accorder l'adjectif avec "groupe". Ça tient la route.

Ces machines ont été créer par Apple et elles leurs plaisent, à tout ces fanatique.
Correction sans problème: Ces machines ont été créées par Apple et elles leur plaisent, à tous ces fanatiques.

Travailler c’est trop dur, et volé c’est pas beaux.
Correction correcte: Travailler c’est trop dur, et voler ce n’est pas beau. Même si c'est plus difficile à chanter rythmiquement…

Ce camion et cette voiture sont belles.
Correction correcte: Ce camion et cette voiture sont beaux.

Un homme qui se dit tranquille, et une moto très rapide, fait un couple  qui ne sont pas trop dangereux.
Correction partielle (pourquoi "fait" ne devient-il pas "font"?): Un homme qui se dit tranquille, et une moto très rapide, fait un couple  qui n’est pas trop dangereux. Et puis une virgule avant le "et" me gêne… Cela dit, ProLexis fait exactement la même correction.

Bon, si je prends ce petit florilège de fautes, je constate que les correcteurs, depuis des années, laissent les mêmes petites dernières.

De toute manière, dans la découverte des erreurs, tant ProLexis qu'Antidote ont toujours été bons. C'est dans le nombre des fausses détections (les erreurs vues par le logiciel alors que ce n'est pas le cas) que le programme de Diagonal a été supérieur selon moi depuis toujours. Même en version Prisme (la précédente), Antidote faisait encore trop de fausses détections par rapport à ProLexis, ce qui le pénalisait.

Qu'en est-il avec cette nouvelle version?

Eh bien, les choses se sont bien arrangées. Certes, Antidote souligne par défaut les erreurs en rouge, certaines erreurs moins graves en orange, les alertes en orange plus fin, et votre texte risque parfois d'être un peu trop "chargé en couleurs", ce qui fait que finalement, on risque de passer à côté d'erreurs, en oubliant de cliquer sur certaines d'entre elles.

Une solution consiste par exemple dans le masquage de l'orange, ou juste des alertes.

Et d'une manière générale, le logiciel fait son travail de manière assez spectaculaire et il faut bien l'avouer, avec efficacité. En effet, il ne vous dérange plus pour rien (ce qui était le cas dans les anciennes versions, un peu moins dans Prisme) et force est de constater que lorsqu'il souligne quelque chose, c'est qu'il y a bien un truc qui ne va pas dans votre texte. Les conseils vont loin, et sont souvent fondés.

image

Un passage de texte pour montrer l'aspect de la fenêtre de correction

image

Un exemple de conseil…

Si, il y a quelques années, j'aurais de toute manière renoncé à faire corriger un texte de 67 pages (toujours le même, dans Pages, mais à l'époque, dans Word), tant les fausses détections étaient insupportables, je n'hésite plus désormais à le passer au moins une fois à la moulinette d'Antidote RX.

Je regrette une chose tout de même: pourquoi, lorsque je fais une erreur qui se répète plusieurs fois dans mon texte, n'est-il pas possible de dire à Antidote "Corrige-les toutes"? Cette fonction serait pourtant tellement utile. La fonction "Ignorer toujours" par contre est de la partie, heureusement.

En contrepartie, je trouve très pratique de pouvoir cliquer sur "Régler…" dans le menu contextuel, lorsqu'une faute est signalée (manque une espace par exemple), afin d'atteindre immédiatement les préférences concernées (ne pas mettre d'espace avant les deux points, dans notre charte typographique suisse romande).

image

Le menu contextuel tel qu'il apparaît lorsqu'on sélectionne une faute.

Antidote a toujours été un correcteur d'une très grande puissance. Il l'utilise désormais bien plus sobrement, et s'en trouve être bien plus efficace.

Cela dit, il peut encore arriver des choses étranges. Soit une petite circulaire envoyée à mes parents d'élève, deux fois le même texte sur une feuille A4, du tout simple quoi…

image

(Comme toujours, cliquez pour agrandir)
C'est tout de même assez étrange non?

Alors bon! J'ai commencé par penser que le programme était un petit foufou sur ce coup. J'étais obnubilé par l'erreur d'accord. Or, ce qui gênait Antidote, eh bien je l'ai compris lorsque j'ai lancé l'analyse complète de mon texte:

image

Antidote essaie d'accorder "nombreuses" et "variées" avec "effet" et non pas "activités". Je me suis demandé pourquoi, et l'ai compris soudain! Il manquait une virgule après "variées" (Antidote ne me le signalait pas), ce qui fait que le programme a compris tout de travers. Je l'ai rajoutée, cette virgule, et tout est rentré dans l'ordre. Donc dans la plupart des cas, fiez-vous aux explications, mais parfois, il vous faudra réfléchir, même si Antidote a finalement raison de vous signaler que quelque chose ne va pas.

Comme quoi l'humain garde encore toute son importance!

Très forte d'ailleurs, à titre informatif, cette analyse complète!

image

Ah, une petite chose tellement importante tout de même: à l'époque où nous copions-collons des circulaires, des lettres, il arrive très souvent que nous oubliions de changer les dates. Par exemple, l'année passée, le 22 octobre pouvait être un jeudi, mais pas cette année. Vous ne changez pas la date, parce que vous oubliez de le faire. Antidote vous signalera automatiquement que le 22 octobre n'est pas un jeudi… cette année! C'est tout bonnement génial, et ça m'a sauvé la mise très souvent.

Gestion de la typographie: suffisante pour Monsieur Tout Le Monde

Antidote gère les espaces et la ponctuation de manière relativement basique, mais suffisante pour un utilisateur normal.

Par contre, le demi-cadratin et le quart de cadratin semblent ne pas être gérés, contrairement à ce que fait ProLexis. Dans Word ou un texteur par exemple, cela n'a pas d'importance, dans XPress par exemple, pour un éditeur professionnel, c'est un manque selon la charte typographique en vigueur dans certains pays.

image

Le prisme de révision

Après avoir corrigé l'orthographe et la typographie de votre document, vous allez peut-être vouloir vérifier son style. Et là, le prisme de révision est immensément puissant.

Voyez plutôt un des 32 filtres proposés, les répétitions.

image

Un autre, les phrases longues:

image

Un autre encore…

image

Ah mais bon Dieu! Enfin quelqu'un qui nous comprend! Tous ces dictionnaires qui n'acceptent jamais "Agender", alors qu'on écrit ce verbe trois fois par jour en Suisse… Je viens seulement de comprendre pourquoi. Merci Antidote!

image

Ouah! En 67 pages, j'ai réussi à n'être jamais argotique, et à peine dix fois familier! La Classe!

Bref, vous avez compris à quel point les filtres du prisme de révision peuvent être utiles. Il faut juste avoir le courage de se lancer dans la chose, mais pour un texte important, ça peut être bigrement utile. Je ne sais pas si je vais utiliser ce prisme tous les jours, mais il est d'une intelligence que je trouve tout simplement faramineuse.

image

La liste des filtres

Le prisme d'Inspection

Une autre manière de voir le texte, après l'avoir corrigé, c'est de le passer au travers des quatre-vingts prismes d'Inspection.

image

Ce prisme permet de voir votre texte à un niveau plus technique. D'un clic par exemple, vous allez trouver toutes les flexions (féminin ou masculin), les sujets, les compléments d'objet, les subjonctifs, les infinitifs ou que sais-je. Vous allez même trouver les mots que vous avez écrits de manière traditionnelle, alors qu'ils sont sujets aux modifications de l'orthographe rectifiée.

C'est dingo! Bon, pas tous les jours utile (pour moi en tout cas), mais incroyable au niveau force. Je constate par exemple que l'on me reproche souvent d'utiliser trop d'adverbes. Je regarde (toujours pour mon texte de 67 pages) et je constate qu'il y en a simplement 648. Une paille!

image

Paramétrable, jusque dans les détails

Antidote est paramétrable jusque dans les plus petits détails, voyez plutôt ces quelques fenêtres parmi tant d'autres:

image

image

image

image

En conclusion

Ouh qu'il est beau cet Antidote RX!

Quel outil formidable d'aide à la rédaction! Complet, intelligemment présenté, confortable, ergonomique, efficace, il a vraiment tout pour plaire.

Tellement d'ailleurs que je souffre beaucoup du fait qu'il ne soit pas disponible pour la rédaction HTML.

Les progrès sont impressionnants depuis la dernière version (qui était déjà bien meilleure que la précédente!) et le prix est tout à fait abordable: 169 CHF en Suisse, ce qui correspond à 107 € environ. Mise à jour pour 49 € depuis une version précédente. Les renseignements sont sur cette page.

Du très beau travail, vraiment. Que vous ne pourrez pas tester gratuitement, malheureusement, puisqu'à ce que j'ai vu, aucune version de démonstration n'est disponible pour ce produit.

Au fait, cet article a été corrigé par Antidote (via un couper-coller, malheureusement, puisqu'il est écrit directement sur DreamWeaver) et ProLexis. Pourtant, il va rester des fautes…

Vous êtes-vous vous-même mis à jour?

32 commentaires
1)
zitouna
, le 22.09.2006 à 00:16
[modifier]

Ouah, le test, pas encore tout lu, mais pour « optique », comme synonyme, y’z’ont « caillou » ? ;-))
Ça m’a l’air d’être un outil fabuleux, ce truc, pour ceux qui écrivent!
z (qui n’écrit pas beaucoup, dommage…)

3)
Olympe
, le 22.09.2006 à 04:57
[modifier]

Merci pour ce test, je me passe depuis longtemps (trop longtemps) de correcteur car je n’étais pas convaincu, d’autant que je suis une bille en français et tu sais quoi ?
Tu viens de me convaincre d’acquérir la bête :-)

Olympe

4)
Gilbert Seltzman
, le 22.09.2006 à 07:52
[modifier]

Je confirme. Moi qui m’insupporte lorsque je laisse passer des coquilles dans mes rapports, voilà un outil idéal que j’utilise depuis 2 semaines. Le pied ! (oui, je sais, c’est du langage familier ;-) ))

Gilbert Seltzman, roi de la crêpe au suc’

5)
Inconnu
, le 22.09.2006 à 08:31
[modifier]

Fidèle à ProLexis depuis ses débuts (et les miens ;-)), j’avoue ne pas être convaincu.

En particulier, la gestion des espaces typographiques me paraît un atout de ProLexis, indispensable pour tout utilisateur de InDesign (ou XPress).

De même, la rapidité de ProLexis est bluffante. Et puis, j’aime sa façon de lister les erreurs dans une colonne, plutôt que le coloriage d’Antidote.

Et, pour répondre à Raphael, j’ajoute que ProLexis peut corriger l’anglais comme le français : c’est-y pas beau, ça ?

François pourrait-il nous donner son avis sur la comparaison ProLexis/Antidote ?

Cordialement,

Laurent

6)
Jean-François
, le 22.09.2006 à 08:48
[modifier]

Purée, quel test ! Merci François, pas encore tout lu.
Antidote reprend des couleurs à mes yeux d’aficionado ProLexis.
Moi qui ne fais qu’écrire toute la journée, je suis fort séduit par cette nouvelle mouture.

Un comparatif ProLexis/Antidote ? Ouiiiiiiiiiii !

Jean-François

7)
Inconnu
, le 22.09.2006 à 08:53
[modifier]

Ben toi quand tu fais un test, on peu dire que t’es exhaustif (écrit sans dictionnaire, ni correcteur !!!).
Bravo pour ce test superbe et complet. Un peu comme Zitouna, il me ferait presque regretter de ne pas écrire plus pour pouvoir l’utiliser.

Luis

8)
RBGreg
, le 22.09.2006 à 09:05
[modifier]

J’ai acheté Antidote prisme voilà un mois, et je vais à nouveau dépenser 50€. Le pire: je ne le regrette pas. Habitué à travailler avec pages plutôt qu’avec word (bien que mon péché mignon soit LaTeX, mais on n’a pas toujours le temps), j’ai redécouvert la correction. Je me fiais, jusqu’ici au correcteur de base l’OS, tout en comptant sur mes souvenirs de latiniste. Là, on a vraiment un outil incroyable.

Un exemple que ne cite pas François:
Ma copine rédigeait son projet de mémoire pour la HEP, et moi je relisais. Antidote me souligne un truc qui ne m’avait pas percuté:

…le but final serait de…

je regarde les raisons de ce soulignement que j’estimai abusif: but final est un pléonasme. Bon sang, il m’avait échappé!

Un autre avantage d’Antidote est son dictionnaire des synonymes, qui est au delà de toute comparaison. EN effet, il est capable de donner les synonymes des noms propres.
Exemple: Venise =>la cité des amoureux, la cité des Doges, la Sérénissime, la ville des amoureux
(et je vous parle pas du dictionnaire qui peut encore aiguiller pour trouver d’autres idées.
Rajoutons la possibilité de chercher des hyponymes (Labrador pour chien), et on a un outil d’aide à la composition qui va bien plus loin que mes espérances.

Reste la correction typographique qui n’est pas extraordinaire (mais il faut utiliser LaTeX dans ces cas là ;)

Une petite question à François: ce dictionnaire visuel que je peux obtenir avec la mise à jour pour trois fois rien, il vaut la peine?

9)
François Cuneo
, le 22.09.2006 à 09:38
[modifier]

J’ai fait exprès de ne pas les comparer pour une fois. J’avais déjà fait ce comparatif à l’époque.

Oui, j’aime la rapidité de ProLexis pour réviser un texte. Mais il faudra de toute manière du temps ensuite pour le corriger!

Et j’ai écrit dans le test la relative faiblesse au niveau typographique d’Antidote, par rapport à ProLexis, pour le professionnel (pas pour ceux qui travaillent dans un texteur normal).

Oui, ProLexis est toujours un chouchou pour moi, mais Antidote l’est devenu aussi. Je les apprécie tous les deux, et les utilise à toute occasion.

10)
Bertrand
, le 22.09.2006 à 15:23
[modifier]

Ouh qu’il est bon ce François !

Mis à jour téléchargé.

11)
rolando
, le 22.09.2006 à 15:47
[modifier]

Le, ‘the’ test !
Toutes mes bravos !

Je m’en vais faire la mise à jour.
J’utilise déjà Antidote Prisme quotidiennement (je suis concepteur-rédacteur pub) que je trouve excellent. C’est un outil fantastique, rarement stupide et jamais intrusif (je pense à la daube livrée en série avec Word, à déconnecter illico pour éviter de désapprendre).

Au début, c’est comme la photo, faut le laisser en automatique le temps de le ‘sentir’, ensuite, c’est un bonheur de le personnaliser.

Je joue des curseurs en fonction du style (soutenu, argotique,…) que je veux donner à mes textes. Il ne remplace pas la main qui tient la plume, mais quel précepteur !

Coocurrence est en effet tout bonnement génial.
Il ne lui manque que les rimes (pourtant, je leur ai déjà demandé plusieurs fois :-((

Bref, ce qui me plaît le plus dans l’approche de ce programme c’est qu’il ne borne pas à corriger, il enseigne.

Précision : je ne travaille pas pour eux et je ne suis pas leur agence de pub ;-))

12)
Eric Schuepbach
, le 22.09.2006 à 23:51
[modifier]

Le test de François m’ayant convaincu, je décide d’acheter séance tenante ce logiciel.

Mais là, cela se gâte. En effet, il semble qu’il soit impossible d’acquérir Antidote sur le site de son éditeur. Débile non ?

Le site indique Payot et la Fnac comme revendeurs à Lausanne. Pas de trace de Antidote sur les sites (merdiques par ailleurs) des deux entreprises précitées.

Où avez-vous acheté ce logiciel ?

13)
Nicolas
, le 23.09.2006 à 00:05
[modifier]

Personnellement, je me suis fourni à la Fnac, à Lyon !

Par contre, quelle galère : l’enregistrement en ligne foire complètement, sur Mac comme sur PC…
Même l’aide en ligne n’accepte pas mon numéro de série (pourtant bien vérifié)…

Du coup, j’ai envoyé un mail, en expliquant mon problème… En espérant qu’ils soient réactifs chez Druide !

P.-S. : sur un zoli MacBook, on peut installer le soft sur sa session MacOSX, et sur sa session Windows XP ? (un seul poste à priori, mais je préfère demander !)

En tout cas, félicitation pour ce fantastique test… Je tournais autour depuis quelque temps, cette nouvelle version, ainsi que le test a fini de me convaincre ! ^^

NiCOOo

15)
rolando
, le 23.09.2006 à 07:58
[modifier]

[quote]Où avez-vous acheté ce logiciel ?[quote]

A Montréal dans une boutique (99$ Can).
En Europe dans les Fnac.

16)
Anne Cuneo
, le 23.09.2006 à 08:01
[modifier]

Mais là, cela se gâte. En effet, il semble qu’il soit impossible d’acquérir Antidote sur le site de son éditeur. Débile non ?

Encore un essai, Eric, je t’assure que tu vas réussir. Non seulement, étant une fan quasi inconditionnelle de Antidote, je suis allée le chercher sur leur site, mais je l’ai déjà téléchargé, j’ai reçu le No de série et le code d’activation, tout ça entre hier soir 22 heures (16 h au Quebec, donc encore heure de bureau) et ce matin 7 heures.

Voici le lien dont je suis partie.

Par contre, quelle galère : l’enregistrement en ligne foire complètement, sur Mac comme sur PC… Même l’aide en ligne n’accepte pas mon numéro de série (pourtant bien vérifié)…

C’est vraiment étrange, chez moi c’est allé comme une lettre à la poste: j’avais perdu mon No de série de l’ancienne version, ils me l’ont envoyé en quelques minutes, j’avais une question, ils ont répondu aussitôt, j’ai enregistré, ça a fonctionné au quart de tour.

Je parle donc d’une expérience que j’ai faite aujourd’hui-même…

17)
Invite
, le 23.09.2006 à 12:45
[modifier]

Anne, seul l’achat d’une mise à jour est disponible (me semble-t-il) sur le site. C’est pratique pour une quasi inconditionnelle, mais moins pour les néo-convertis par François.
Cependant, si Druide choisit de ne pas concurrencer les distributeurs qui assurent sa visibilité en rayon, c’est un peu hâtif de trouver cela débile.
Et puis Alapage.com avec une réduction de 10 €, Amazon.fr ou Fnac.com ne sont pas des sites confidentiels.

18)
Nicolas
, le 23.09.2006 à 12:59
[modifier]

C’est vraiment étrange, chez moi c’est allé comme une lettre à la poste: j’avais perdu mon No de série de l’ancienne version, ils me l’ont envoyé en quelques minutes, j’avais une question, ils ont répondu aussitôt, j’ai enregistré, ça a fonctionné au quart de tour.

Je parle donc d’une expérience que j’ai faite aujourd’hui-même…

Problème corrigé : il s’aggissait d’une erreur de typo sur le numéro de série fourni dans le carton. Il faut entrer un 0 à la place d’un O.
Le service client est très réctif et aimable, aucun souci !

Enfin, pas de problème non plus pour installer Antidote sur une session OSX et Windows XP sur un MacBook : ça passe ^^

That’s all good !

Encore merci,

NiCOOo

20)
Smop
, le 23.09.2006 à 16:35
[modifier]

Magnifique test, merci François ! Quel dommage que l’on ne puisse pas acheter et télécharger Antidote chez son éditeur, comme le propose Diagonal pour Prolexis. C’est tellement plus pratique qu’un CD-ROM. Même remarque concernant l’absence d’une version d’évaluation…


De Serendipity à Rapa Iti , en passant par SunWizard !

21)
Chichille
, le 23.09.2006 à 21:57
[modifier]

Bon, ben moi j’ai travaillé avec la version Prisme et c’était l’HORREUR ! Pas rapide, ça non, et surtout, une incroyable quantité de fausses corrections qui faisaient perdre un temps fou (parce qu’on les regarde quand même toutes une à une, n’est-ce pas ?). Sans compter le nombre d’analyses partielles, très supérieur à ce que me fournit ProLexis. Et la capacité de celui-ci à traiter dans la même séquence tous les blocs d’un document XPress est bien agréable.

D’autant plus dommage que le produit a l’air sympa : les termes de Druide, Antidote, Prisme… sont bien trouvés et l’icône très réussie. Mais, comme toujours, un bon marketing ne suffit pas à faire un bon produit.

Et puis, quand je lis l’un des exemples présentés par François, les définitions de « femme » et que je lis :

« Être humain femelle adulte, qui se différencie généralement de l’homme par des seins renflés, des hanches larges ainsi qu’une pilosité et une musculature plus faible »,

Je me dis qu’outre le fait que la définition ne va peut-être pas à l’essentiel – mais nous ne sommes pas dans un ouvrage de physiologie -, l’histoire de la pilosité m’intrigue – grammaticalement parlant, s’entend !

En effet, l’adjectif « faible » est probablement au féminin, même si ça ne se voit pas, mais sûrement au singulier. Donc, il se rapporte uniquement à la musculature qui le précède, car s’il se rapportait aussi à la pilosité, un « s » final serait du meilleur effet et en tout cas nettement plus explicite. Mais alors ! mais alors, dis-je, que vient faire cette pilosité non caractérisée, sauf qu’elle différencierait l’homme de la femme ? Je me perds en conjectures diverses et variées.

Pour être honnête, je dois dire que je suis le seul à m’inquiéter : ProLexis ne trouve rien à redire à cette phrase. Dont acte.

Mais quand même, j’ai un doute…

Bof ! Bof ! Bof !

22)
Invite
, le 23.09.2006 à 22:17
[modifier]

On appelle cela couper la pilosité en quatre (et au passage le pluriel disparaît).
Il est vrai que la citation-définition ressemble à du Viallate dont il manquerait la pointe.

23)
François Cuneo
, le 24.09.2006 à 10:16
[modifier]

C’est vrai chichile qu’un s serait bienvenu dis…

Bon, quant au reste, j’écris justement que ces fausses détections sont bien moindres dans cette nouvelle version.

J’étais également à fond en préférence pour ProLexis jusqu’à il y a peu. Prisme était bon, mais encore inférieur à PL. Maintenant, on peut vraiment discuter.

Au niveau outils de référence, Antidote est meilleur, même s’il n’a pas certains dictionnaires proposés par PL. Il ne s’occupe aussi que du français, alors que PL fait de l’anglais (sans la grammaire).

J’ai corrigé tout à l’heure un texte avec PL, il avait laissé passer des fautes qu’Antidote a vues. Si je vais dans l’autre sens, c’est exactement l’inverse! Donc, ces produits sont complémentaires.

Et encore une fois, j’ai pu corriger de longs documents avec Antidote, j’ai enfin pu être efficace avec cette version RX.

De diou, je constate qu’Antidote est capable de corriger un commentaire dans Safari directement… Incroyable ça!

24)
MacGestion
, le 24.09.2006 à 15:00
[modifier]

Merci pour le test, je suis allé le chercher immédiatement pour corriger mon site.

Une précision : il y a une possibilité de correction HTML, mais il faut écrire le site avec l’encodage européen iso-8859-1 et non l’encodage américain. Ainsi, on peut écrire directement avec les caractères accentués. Il ne reste plus qu’à activer l’option d’antidote « ne pas prendre en compte le texte des balises » et le tour est joué !

pour moi, ça fonctionne très bien, je corrige directement le texte dans mon éditeur html (skEdit) exactement comme dans Pages (et comme dans tous les programmes cocoa, comme omniweb)…

il reste tout de même un problème : le code html de l’espace insécable non reconnu par antidote.

olivier

25)
Anne Cuneo
, le 24.09.2006 à 16:57
[modifier]

De diou, je constate qu’Antidote est capable de corriger un commentaire dans Safari directement… Incroyable ça!

Comment tu fais, François, pour que Antidote corrige directement? Je n’ai réussi à faire que comme dans Nisus. Je sélectionne un texte, j’appelle Antidote par les Services, je fais mes corrections et à la fin un copier-coller dans Safari.
Y a-t-il un autre moyen?

Autre question pendant qu’on y est: y a-t-il une limite de taille du texte qu’on peut corriger? Quelqu’un a-t-il testé ça.

A part ça, Antidote RX est vraiment GENIAL.

Anne

26)
Raphaël Fauveau
, le 24.09.2006 à 18:03
[modifier]

laurent: comme l’a confirmé François, ProLexis ne traite que l’ortographe anglais. Je veux un outil complet, qui traite aussi la grammaire…

27)
Chichille
, le 24.09.2006 à 22:36
[modifier]

Je ne voudrais pas passer pour un raseur (nous avons déjà échangé 95 messages sur le sujet) et je veux bien admettre qu’Antidote travaille désormais au petit poil. Mais comme je n’ai pas vu de version d’essai sur le site de Druide, que ProLexis me convient bien pour toutes les raisons expliquées notamment par Laurent Chéno, je vais m’empresser d’attendre, d’autant que j’ai quelques améliorations plus urgentes à apporter à mon installation informatique. Mais peut-être qu’un jour, si une très jolie druidesse pas trop épilée parvient à me convaincre…

Bof ! Bof ! Bof !

28)
nic
, le 26.09.2006 à 10:00
[modifier]

ça a l’air interessant! vraiment dommage l’absence d’une version demo…
quelque questions: ça marche avec BBedit? ça marche avec l’encodage en UTF-8?

merci

ciao, n
un vieux cadeau? c’est par là

29)
Smop
, le 29.09.2006 à 02:58
[modifier]

Raphael Fauveau : A ma connaissance, il n’existe que deux outils de correction grammaticale anglaise sur Mac OS X : Grammatica d’Ultralingua et Grammarian Pro X de Lingusoft. J’ai testé assez longuement les deux, et ce dernier est très convenable, même si on n’atteint pas le niveau de ProLexis. Le rapport/qualité prix est également excellent. J’ai été beaucoup moins convaincu par le produit d’Ultralingua, même si la gamme de dictionnaires, de traducteurs et de langues de cet éditeur apporte dans certains cas une plus-value.


De Serendipity à Rapa Iti , en passant par SunWizard !

30)
Alain Le Gallou
, le 30.09.2006 à 19:45
[modifier]

Pour Nic

Oui, Antidote marche avec BBEdit et UTF-8. Je vérifie mes pages web avec, bien sur antidote tique un peu sur les balises.

31)
Synapse Développement
, le 27.10.2006 à 15:15
[modifier]

Bonjour,

Connaissez-vous Cordial 2007 édité par la société Synapse Développement ? Un autre correcteur très complet qui pourrait peut-être vous intéresser.

Malheureusement, il n’est pas disponible sous Mac, par contre, il s’intègre sous Dreamweaver …

Vous pourrez vous procurer une version de démonstration sur simple demande auprès de info@synapse-fr.com.

32)
Tullio
, le 14.11.2006 à 19:39
[modifier]

Bonsoir Synapse,

En ne développant pas pour Mac, on risque de couler une boite de nos jours. J’aimais bien Cordial sous Mac à l’époque…