Profitez des offres Memoirevive.ch!
Al Gore, son PowerBook, sa vie et son film: An Inconvenient Truth

Introduction

Le 24 août dernier, j'ai été invité à une avant-première au bord du lac lors d'une séance de l'Orange Cinema de Bellerive, à Lausanne. J'adore regarder un film à la belle étoile et ce site, devant le lac et les Alpes, est fantastique.

Honnêtement, je n'étais pas trop convaincu par le film car il a été produit par Al Gore qui est avant tout un politicien et vous savez ce que je pense de ces gens…

Toutefois, après avoir visionné ce film, cette humeur est le minimum que je puisse faire pour que d'autres aillent aussi le voir!

Al Gore, c'est qui?

Comme il le dit lui-même en introduction, M. Albert Arnold Al Gore a été le candidat malheureux à la présidence des États-Unis en 2000. Comme vous le savez sûrement - à moins que vous habitiez dans une grotte - c'est George W. Bush qui a remporté cette élection, pour le plus grand malheur de cette planète.

Al Gore pendant son mandat de vice-président

Mais la carrière de cet homme ne s'est pas arrêtée ce jour-là et elle n'a pas non plus commencé ce jour-là.

Personnellement, je n'aimais pas trop ce type parce que pendant qu'il était vice-président de Bill Clinton de 1993 à 2001, il a souvent fait l'apologie d'Internet comme si c'était un "truc" qui lui appartenait à lui ou aux Américains.

De plus, juste après avoir échoué aux élections, il a intégré le conseil d'administration d'Apple…à mes yeux, une espèce de planque pour homme politique en déshérence.

Toutefois, au travers de ce film et sa brève biographie sur Wikipedia, je suis en train de réviser profondément ce jugement.

An Inconvenient Truth

En Français, ce film pourrait se traduire par "Une vérité incommode" parce que ce que ce film nous montre, c'est quelque chose que nous ne voulons pas voir, pas admettre, pas entendre.

Au lieu de film, je devrais plutôt parler d'un documentaire pour ne pas dire "road movie" car c'est de cela dont il s'agit; d'un documentaire de 100 minutes sur le réchauffement climatique.

L'affiche du film

L'action - si j'ose dire - se déroule dans un cadre assez simple puisqu'Al Gore expose depuis une petite scène, par l'entremise de son PowerBook et de ce que je pense être Keynote, une présentation à un public qui semble acquis à la cause. Tout est feutré et l'ensemble offre une image de déjà-vu.

Je ne peux m'empêcher de penser que l'orateur, Al Gore, s'inspire un peu de Steve Jobs et de ses présentations. Tout est fluide, diapo après diapo, les spectateurs suivent un fil conducteur qui n'est entrecoupé que par des petits interludes sur la vie privée de notre défenseur de la nature. Ajouter à ça quelques blagues et un peu d'autodérision… vous y êtes.

Bon, honnêtement, la présentation est d'une telle qualité que j'ai tout de même de la peine à croire que c'est lui qui l'a réalisée et ce, malgré les images où on le voit faire "mu muse" avec son PowerBook et les différentes diapos de la présentation.

Toute cette histoire prend forme assez tôt dans sa vie puisque dès son plus jeune âge, des professeurs intègres et rigoureux enseignent à leurs élèves que quelque chose est en train de se passer. Que leurs conclusions ne sortent pas de nulle part mais sont le résultat de mesures rigoureuses et de déductions logiques.

Bref, sur 100 minutes, il y a pas mal de théories et de chiffres qui doivent être assimilés, mais rien d'ennuyeux ou de difficile. Chacun sera plus sensible à un argument, à un graphique ou à une animation.

Le but

Globalement, le but n'est pas de vous faire un exposé pour que vous passiez un examen à la fin. Le but de ce film, c'est de vous aider à vous faire comprendre que la Terre est en train de radicalement changer et que c'est certainement à cause de nous et de nos activités.

Bien sûr, il faut que vous alliez regarder ce film et si possible, avec des amis, des connaissances et j'en passe. Toutefois, le but est bien de nous faire comprendre que nous devons changer, que nos habitudes doivent changer si nous ne voulons pas que la Terre devienne irrémédiablement hostile à notre espèce.

Personnellement, je ne sais pas si Al Gore joue un rôle ou si, comme il le raconte dans le film, il lui a fallu deux événements tragiques pour donner un sens à sa vie. Toutefois, il paraît sincère et même si les sondages semblent le donner favori pour une nouvelle campagne électorale en 2008, il semble garder les pieds sur Terre et ne donne pas l'impression de vouloir jouer un remake du "retour des morts vivants à la française".

Ce que j'ai bien aimé dans l'approche du film, c'est qu'Al Gore apporte des faits, juste des faits et qu'il établit certains parallèles qui, j'en suis certain, seront critiqués dans les mois à venir.

Toutefois, gardons à l'esprit les faits et ne tombons pas dans la critique facile. Ce n'est pas parce que quelqu'un se jette depuis le 98e étage et qu'il va bien en passant devant le 10e que tout va bien. La fin est proche et nous devons réaliser que si nous ne faisons pas quelque chose très vite, la fin sera tragique… pour nous tous.

Les faits, c'est qu'on peut remonter le temps grâce à notre calote glaciaire et analyser deux éléments très importants qui sont restés emprisonnés dans des bulles d'air: le taux de dioxyde de carbone ainsi que la température de l'époque.

Plus on creuse, plus on remonte le temps et Al Gore présente les résultats de ces recherches dans son film sur une "carotte" de 3.2km. En 650'000 ans, on a relevé entre 200 et 300 ppmv de dioxyde de carbone. C'est pas grand chose quand on sait que 1 ppmv est équivalent à une goutte d'encre dans 150 litres d'eau.

Toutefois, cette différence a généré sur cette période une multitude de cycles glaciaires et tropicaux sur l'ensemble de la planète ou presque... plus le taux baissait, plus la température baissait et plus il montait, plus il faisait chaud... et sur 650'000 ans!

On peut donc directement comparer le taux de dioxyde de carbone à la température ambiante sur une longue période... et les scientifiques viennent de livrer les dernières analyses sur le reste de la carotte qui permet de remonter jusqu'à 800'000 ans et les données sont identiques!

Alors que la nature (heu, avant qu'on soit là hein) mettait 1'000 ans pour augmenter de 30 ppmv le taux de dioxyde de carbone dans l'air, en ce moment, il faut à peine 17 ans... et ça s'accélère depuis le début du siècle.

Aujourd'hui, nous sommes à 380 ppmv et nous avons connu les 14 années les plus chaudes depuis 150 ans sur les 15 dernières années!

Serait-ce un signe? Combien vont contredire ces faits?

Et après?

C'est le plus difficile.

Par où commencer?

Il y a quelques mois, j'avais développé en long et en large nos différents moyens de production d'électricité et dans mes conclusions, j'abordais notamment la notion d'économie d'énergie. Plus que jamais, cet aspect est d'actualité mais nous n'arriverons pas à faire de miracle.

À plusieurs reprises, Al Gore parle de deux avertissements très clairs que la nature nous envoie et il fait l'analogie avec des canaris.

Pour ceux qui ne savent pas pourquoi, il faut savoir que les canaris ont un métabolisme extrêmement sensible et qu'ils étaient employés dans les mines ainsi que dans les premiers sous-marins pour prévenir des dangers (méthane, monoxyde de carbone, etc.). Généralement, si les canaris mouraient, l'homme n'avait plus que quelques minutes pour déguerpir.

Ici, point de salut. On ne fera pas surface en quelques minutes malgré les rêves les plus débiles d'aller sur Mars ou je ne sais où.

Nous sommes ici pour longtemps et si on veut que le monde reste relativement hospitalier pour notre espèce, il va falloir faire des efforts, beaucoup d'efforts.

Toutefois, il faut être réaliste et je veux prendre un exemple: les limitations de vitesses n'ont pas été respectées comme ça, par magie ou parce que notre espèce est respectueuse des limites qui lui ont été fixées. Elles sont plus ou moins respectées car les lois se durcissent et que les sanctions sont toujours plus sévères.

Alors ne nous leurrons pas, rien de bon ne sortira de ce film si nos politiciens ne se bougent pas un peu le cul. Bien sûr, si chacun pense à la prochaine élection et à ne rien faire qui pourrait contrarier son électorat, on ne va pas y arriver… et c'est ça que je regrette déjà car chacun œuvre pour son pays ou pour sa gueule alors que le problème est mondial.

Si le protocole de Kyoto est respecté et suivi par tous ou presque sauf par le plus gros pollueur de la planète, que peut-on faire?

Parfois, j'aimerais envahir les USA avec des tanks et leur larguer des bombes sur la gueule pour qu'ils deviennent plus intelligents ou du moins, plus écologiques. Pourquoi? Mais parce qu'ils apportent la liberté et la démocratie - comme ils aiment dire - de la même façon ailleurs dans le monde! Après 43'000 morts civils en Irak, on peut raisonnablement dire qu'ils sont sur le point d'y arriver non?

Je sais, je suis cynique, mais c'est plus fort que moi.

Peut être que si les américains se prennent encore quelques ouragans comme Katrina sur la tronche, ça déclenchera quelque chose dans leur cerveau?

Épilogue

Beaucoup vont certainement sauter sur un point: c'est le capitalisme qui détruit tout.

Ouais, quand on aura dépassé le syndrome de Pavlov, on pourra méditer sur un point cité par Al Gore qui me paraît déterminant:

Si les principaux gouvernements sont aussi timides pour ne pas dire sourds ou aveugles aux appels des scientifiques et aux petits canaris qui meurent autour de nous, c'est parce qu'ils tentent de préserver leurs acquis et ceux de leurs amis.

Ils ne pensent pas aux autres et encore moins à leurs propres enfants.

Toutefois, ce que ces gens ne comprennent pas, c'est qu'il y aurait bien plus de richesses à créer, distribuer et partager si nous dépassions un peu ce schéma "court terme".

Le problème est mondial et c'est les politiques qui doivent agir car à notre niveau, tout ce que nous pouvons faire, c'est ralentir la chute. Pour que la tendance s'inverse, il faut que le monde entier change… et ça voyez-vous, j'ai de la peine à le croire quand je vois que des gens qui se haïssent et se tapent dessus pour des bouquins qui ont été écrits il y a des milliers d'années.

En gros, la planète et nos politiciens sont en train de se préoccuper si on va aller skier cet hiver avec une combinaison bleue ou rouge alors que d'ici peu, il n'y aura plus de neige nulle part.

Enfin, je vous demande deux choses: allez voir le film dès le 11 octobre 2006 et, pour ceux qui comprennent un peu l'Anglais, allez visiter le site du film.

45 commentaires
1)
Raphaël Fauveau
, le 08.09.2006 à 00:22
[modifier]

J’ai vu ce film mi août à Berkeley.

Très bien fait. Je ne peux que conseiller, comme toi, à tout le monde d’aller le voir.

Et Al vient bientôt faire une conf à la Business School sur Business et Social Responsibility. Ca devrait être intéressant.

2)
lolopb
, le 08.09.2006 à 00:44
[modifier]

Al Gore s’est fait aider pour cette présentation cf :

Presentation Zen, Al Gore et Duarte

Cependant, il tient la scène :

Al Gore et son film

Bonne lecture :)

PS : il me fait envie ce film, la présentation a l’air extraordinaire quand même.


« Etrange époque où il est plus facile de désintégrer l’atome que de vaincre un préjugé. » Albert Einstein

3)
GG
, le 08.09.2006 à 00:59
[modifier]

Maaaaaaaaais Laureeeeeeeeent, tu m’as grillé la politesse pour les liens vers Presentation Zen :-D

Bon, cela dit, oui il s’est fait aider, mais sa présentation, il la maîtrise, car il l’a répété et jouée des centaines de fois. Quand on est rodé, ça se voit :-)


Ze GG of Ze Gete.net

4)
Inconnu
, le 08.09.2006 à 01:16
[modifier]

Vivement que le film sorte, j’ai terriblement envie de le voir. Et j’irais au cinéma en Prius, ca va de soit :)

5)
Anapi
, le 08.09.2006 à 07:20
[modifier]

Pas encore vu, mais j’espère qu’il va sortir en DVD bientôt.

Sinon, pour te rassurer TTE, tu peux observer le bilan écologique de quelques anciens pays communistes : la mer d’Aral par exemple, quasiment vidée de toute vie, la côte nord de l’ex URSS et ses sous-marins poubelles… Et tu peux également reprendre les positions des quelques partis d’extrême-gauche au cours des dernières années : c’est toujours l’Homme qui prime, c’est à dire que c’est la nature qui trinque. En bref, si ça pollue monstrueusement mais que ça fait travailler quelques personnes, où est le mal ? A remplacer par …et ça rapporte un max… pour le capitalisme.

Merci pour cet article, le premier cyclone utile va devoir balayer nos cerveaux.

6)
Gaël
, le 08.09.2006 à 07:48
[modifier]

Très bon article. Je suis du même avis que toi quant aux conclusion que l’on peut en tirer. Espérons ne pas être trop seuls à penser de la sorte.

J’irai voir le film.

Merci.

7)
apapage
, le 08.09.2006 à 09:17
[modifier]

Et tu en penses quoi des politiciens?…c’est avec des propos comme les tiens que l’on banalise et que l’on justifie les sentiments d’extrême droite de nos concitoyens. « Ces gens là » quel mépris généralisé envers ces hommes et ces femmes qui nous gouvernent…si ça se trouve cher ami, ceteris paribus, il doit certainement y avoir moins de « ces gens là » en politique que dans nos populations. Tes propos sont désolant

8)
Inconnu
, le 08.09.2006 à 09:28
[modifier]

Au pasage, j’ai trouvé courageux le geste de Schwarzenegger de respecter les critères de Kyoto en matiére de réduction de la pollution pour la Californie alors que Bush continue à royalement s’en foutre.

9)
JCP
, le 08.09.2006 à 09:29
[modifier]

Aujourd’hui, nous sommes à 380 ppmv et nous avons connu les 14 années les plus chaudes depuis 150 ans sur les 15 dernières années!

Serait-ce un signe? Combien vont contredire ces faits?

Tous les statisticiens : 14 années ne suffisent pas à démontrer une corrélation.

Le marché des certificats de CO2, que l’on doit à Kyoto, est tout jeune et super-volatile : y a plein de blé à se faire!

Vive Kyoto!

JCP

10)
popey
, le 08.09.2006 à 09:34
[modifier]

Certe, il est regrétable de mettre tous les politiciens dans le même sac (la plupart des racourcis simplificateurs sont regrétables). Neanmoins, le fond de l’article reste vrai : il faut bouger !

Je pense que en europe, il y a quelques dirigeants qui s’en rendent compte. Il y a de plus en plus de rêgles et de limitation sur les produits (materiaux interdits par exemples), on a l’affichage des classe de consommation pour certain appareil electro-ménagers, la gestion du recyclage devient obligatoire pour les industries electriques et electroniques (nottament informatique) …

Petit à petit, je pense qu’on avance dans le bon sens … au moins chez nous. Certain pays emmergeants, qui ont une croissance monstrueuse sont moins impliqués, mais il est délicat de leur en vouloir : ils font ce que nous avons fait, un peu plus tard … il est délicat de leur dire « on s’est permi ce genre de choses pour permettre notre développement, pour vous, c’est hors de question ».

Enfin, une petit remarque sur la fin de l’article : en tant que particulier on ne peut pas faire grand chose, je dis SI : on peut faire le maximum, à notre échelle. Ca ne changera pas la face du monde, mais ça contribue 1-à éviter l’empirement de la situation 2-à entrainer d’autres personnes à s’interreser à la situation, ce qui peut avoir un effet pyramidal.

Bref, pas la peine de déprimer sur ce qui pourrait nous arriver, de baisser les bras, ou d’attendre que d’autres s’occupent de la situation, ça, ça ne fera rien bouger :-)

C’était le discours moralisateur du jour ;-)

11)
Anapi
, le 08.09.2006 à 09:39
[modifier]

c’est avec des propos comme les tiens que l’on banalise et que l’on justifie les sentiments d’extrême droite de nos concitoyens

Ton raisonnement est intéressant : si je comprends correctement, il faudrait dire du bien de notre personnel politique afin de ne pas faire le jeu de l’extrême droite ?
Il me semble que lorsque l’on se prive de la liberté de critiquer ceux qui ont le pouvoir, et que l’on somme ses interlocuteurs d’en faire autant, c’est une bien meilleure méthode pour faire avancer l’extrême droite.
Si tu crains tant la montée du fascisme, tu peux commencer par ne pas en employer les méthodes.

12)
alec6
, le 08.09.2006 à 10:18
[modifier]

Merci TTE pour cette piqure de rappel après mon article sur le livre de Jankovici « Le plein SVP » … (hé hop ! un peu de pub au passage !).
Nul doute qu’à sa sortie j’irai le voir.

En revanche lorsque tu nous dis « Beaucoup vont certainement sauter sur un point: c’est le capitalisme qui détruit tout » d’un air moqueur, il faut bien admettre que ce système économique n’a pas la capacité de répondre à ce problème de part sa vision du monde à très court terme. Mais comme le fait remarquer Anapi, un système « à la soviétique » n’a en pas eu d’avantage les possibilités !
Là est le problème.

Tant que nos politiciens/financiers n’auront d’autre vision que celle de la croissance, notre avenir environnemental sera mal barré. Notre avenir tout court d’ailleurs.

Aujourd’hui, les grands groupes pétroliers changent de métier et se font vendeurs/distributeurs d’énergie (le pétrole n’étant somme toute qu’une énergie parmi d’autres). A ce propos vous aurez remarqué les derniers logos de BP et Total qui n’ont plus rien à voir avec le pétrole (l’ancien logo d’ELF représentait un trépan).
Ces groupes donc, se diversifient et investissent dans l’éolien, les panneaux solaires, la biomasse et… le charbon.
Et là encore une fois c’est mal barré !
L’utilisation du charbon, si elle répond à la disparition programmée du pétrole est une source terrible de gaz à effet de serre…

Par ailleurs et pour rejoindre Apapage-7, je ne te suis pas dans ta critique définitive des hommes politiques. Que la plupart s’en foutent et ne pensent qu’à leur pouvoir (de quelque bord qu’ils soient, cf l’humeur précédente) ne fait aucun doute, mais vouloir les mettre dans un même sac revient à dénier la démocratie et en appeler à la dictature ou à l’anarchie…
Personnellement, considérant que nous sommes 6,5 milliards sur la planète, je doute de l’efficacité de ces deux systèmes pour résoudre nos problèmes.

Je n’aime pas, mais pas du tout Sarko et sa clique, et ne fais pas beaucoup confiance à ceux d’en face, mais je crois que nous n’avons pas le choix que d’en passer par LE politique et les diférents types de systèmes démocratiques qui nous sont offerts (on pourrait améliorer le système français, mais c’est un autre sujet…).
J’ai fait plusieurs fois référence à ce rapport 3021 de l’Assemblé Nationale co-écrit et co-signé par des députés de tout bords (téléchargeable ici) , sa première vertue est, je pense, d’être transpartisant et montrer que malgré tout, LE problème climatique est peu à peu pris en compte par certains.

Alexis… tous les défaut !

13)
Manu75
, le 08.09.2006 à 10:19
[modifier]

Très intéressant, merci !

Finalement, on en revient à ce dont nous parlions hier ici même.

Ce que vous soulevez, c’est la bêtise et l’ignorance des gens alors même qu’ils ont le choix …

Ce qui me fait encore plus peur, c’est que les « modes » mettent environ une dizaine d’années pour traverser l’atlantique avant d’arriver chez nous.

Je me souviens vaguement d’un passage de l’un des livres de Michael Moore. Il parle d’une enquête réalisée auprès de licenciés universitaires portant sur des questions de connaissances générales de niveau bac. Les résultats de ce sondage sont affligeants. Et dire que ces gens occuperont un jour des postes clés …

Ca fait froid dans le dos !
Mais c’est encore plus effrayant d’imaginer que l’europe se dirige dans la même direction.
Mais terminons sur une note d’espoir, l’avénement d’internet a boosté cette prise de conscience et nous permets aujourd’hui de partager rapidement des idées, des points de vue, etc … le moteur Pentone par exemple

L’Manu qui a congé ;o)

14)
Manu75
, le 08.09.2006 à 10:35
[modifier]

Citation de alec6

En revanche lorsque tu nous dis « Beaucoup vont certainement sauter sur un point: c’est le capitalisme qui détruit tout » d’un air moqueur, il faut bien admettre que ce système économique n’a pas la capacité de répondre à ce problème de part sa vision du monde à très court terme.

Je pense justement que nous assistons à l’émergence d’un nouveau modèle économique ou plutôt à une nouvelle répartition des forces en présence.
Avec l’émérgence de site tel que cuk, l’explosion des blogs, nous avons vu de grands groupes comme Nike faire marche arrière. Apple est actuellement sous les projecteurs avec ses sous-traitants pour la fabrication des iPods.
D’un autre côté, ces mêmes grands groupes intégrent de plus en plus des départements pour les questions écologiques. La prise de conscience est bien là. La solution à ce problème viendra de l’économie. C’est d’ailleurs déjà marché en pleine croissance … ;o)

Manu l’optimiste

16)
apapage
, le 08.09.2006 à 11:50
[modifier]

Pour faire court ma critique ne concerne que ce petit bout de phrase où tu généralise…dans le même registre l’extrême droite utilise le « tous pourris »…donc bien sûr qu’il faut s’élever ou critiquer tel ou tel comportement, bien sûr qu’il faut s’indigner et combattre tel ou tel dévoiement de la part de l’un où l’autre, mais je persiste et signe la généralisation mène tôt ou tard à l’effondrement des valeurs démocratiques dans la tête des gens et de la tête des gens à l’avènement du fascisme il n’y a qu’un pas. Tu sais pendant la dictature en Grèce, les généraux traitaient toute la classe politique qu’ils avaient déposés de communistes ce qui était faux bien sûr.

17)
alec6
, le 08.09.2006 à 13:22
[modifier]

Bige, ton info sur la Z_machine, n’est pas un « fake », elle(s) existe(nt) bel et bien et ce sont avant tout des simulateurs pour l’armement nucléaire notamment. Il semblerait que la France en soit aussi doté (au centre d’essai de Gramat dans le Lot paraît-il).
La température de 2 milliards de degrés aurait bien été atteinte par hasard, reste à en reproduire l’expérience et à pouvoir l’utiliser à d’autres fins. Là est le problème…
Et encore une fois on risque de produire énormément de chaleur à l’instar d’une centrale nucléaire, qui permettra de faire bouillir de l’eau dont la vapeur fera tourner des turbines et des alternateurs (rendement 30%).

Quant à JP Petit, s’il brille par ses documents de vulgaristion scientifiques (j’ai acheté un de ses CD), il est connu aussi pour des théories à la limite du sérieux (extraterrestres, on nous cache tout on nous dit rien…). Méfiance donc.

Alexis… tous les défaut !

18)
alec6
, le 08.09.2006 à 15:28
[modifier]

Bige… et tu oublies l’ancien vice président de la Banque Mondiale, le démissionaire Joseph Eugene Stiglitz soi-même… loin pourtant d’être un chantre du sovietisme ou même de l’altermondialisme, mais qui a vu de près les ravages d’un ultra libéralisme aveugle…

A propos de Gramat, certains ont découvert il y a qq années un taux de radioactivité dans la région bien étrange… nié évidemment par les « autorités » mais dû a priori à des expériences sur des obus flèches (à l’uranium « apauvri »)…

Circulez, y-a rien à voir !

Alexis… tous les défaut !

19)
Anne Cuneo
, le 08.09.2006 à 15:33
[modifier]

Bon, TTE, chacun son raccourci saisissant – et trop généralisant; hier c’était moi avec les délocalisations, aujourd’hui c’est toi avec les politiciens…
Le plus rigolo, c’est cette espèce d’ètonnement que tu ressens et qu’on lit entre les lignes lorsque tu dois admettre que Al Gore est un type bien.
Je te signale que tout au long de la présidence Clinton, c’était l’époque des premiers sites de “insiders” qui te racontaient des bribes du dessous des cartes, Al Gore a souvent freiné Clinton, ou poussé suivant les cas, pour lui éviter des conneries et des saloperies politiques.
Gore est un type foncièrement honnête et généreux.
J’ai vu son film, je n’attends qu’une chose: de le revoir, pour encore mieux l’assimiler.
Et à ce sujet: j’ai un ami américain dont le fils de 20 ans a été l’assistant de Gore pendant un certain temps: pour ce qui est du Mac, Gore est au moins aussi bon que Noé et François additionné. ;-)
Comme nous, il a acheté son premier Mac Plus en 1986… Et il suit depuis.

Anne

20)
Dialup
, le 08.09.2006 à 23:52
[modifier]

Et tu peux également reprendre les positions des quelques partis d’extrême-gauche au cours des dernières années : c’est toujours l’Homme qui prime, c’est à dire que c’est la nature qui trinque.

Pas forcément faux pour les Partis Communistes (PCs) historiques staliniens. Mais une partie de la gauche radicale et marxiste a largement intégré la dimension écologique en faisant le même chemin que le mouvement écolo. A quoi servirait-il de lutter pour la justice sociale, la libération de la femme et pour la socialisation des moyens de production alors que la planète se meurt?

Je pourrai peut-être faire un article sur la perspective éco-socialiste, mais
Michael Lowy le fait mieux que moi.

Qu’est-ce donc l’écosocialisme ? Il s’agit d’un courant de pensée et d’action écologique qui fait siens les acquis fondamentaux du marxisme – tout en le débarassant de ses scories productivistes . Pour les écosocialistes la logique du marché et du profit – de même que celle de l’autoritarisme bureaucratique de feu le « socialisme réel » – sont incompatibles avec les exigences de sauvegarde de l’environnement naturel.

in Qu’est-ce que l’écosocialisme

ou

Jean Zin

à lire à ce ce propos l’excellent ContreTemps No 4 (mai 2002) « Critique de l’écologie politique » (c’est l’ endroit où je l’ai trouvé en ligne le plus complet). La plupart des articles sont trouvables en ligne.

21)
al1
, le 09.09.2006 à 00:25
[modifier]

Il ya 2 Bige sur Cuk, non ?
J’ai du mal a croire que celui que je viens de lire est le même que celui au sujet de 68…
Faudra que je relise tout ça, ça a dû me tourner la tête !

22)
ToTheEnd
, le 09.09.2006 à 03:50
[modifier]

Bon, avant tout, désolé de pas avoir répondu plus tôt… j’étais pris, j’ai du préparé une présentation et, comme d’habitude, arnaquer un client…

Vu l’heure, vous vous doutez bien que j’ai bu (ok, c’est pas nouveau) et mangé!

apage: tu as de la famille dans la politique? Tranquille… je ne critique que les méchants!

JCP: j’ai investi à fond dans les boites de certification CO2… et je vais me faire tellement de fric que je pourrai climatisé mon court de tennis extérieur! Vive le blé!

popey: relis-moi, je n’ai pas dit qu’on ne peut rien faire… mais qu’au mieux, on peut ralentir ce qui est, de loin, insuffisant!

alec6: non! Le capitalisme peut faire beaucoup (j’en vois qui s’étranglent au fond… buvez un coup!) car l’argent n’est rien, ce n’est pas une fin en soit mais un moyen. Si tu finis avec des trillions de dollars sur ton compte mais que tu es seul sur Terre ou dans l’espace, ça te servira à quoi? Rien! C’est pourquoi, il faut donner d’autres buts que le simple amassement d’argent…

Manu75: je suis d’accord dans l’ensemble mais il ne faut pas être trop crédule ou trop optimiste car même si les boîtes font quelque chose, c’est juste pour satisfaire leur politique de communication et elles feront le minimum! Il faut des lois et des règlements pour définir un cadre.

Bige: moi aussi, je ne partage pas forcément l’enthousiasme de certains sur les blogs. C’est pas parce que 20 millions de personnes gueulent dans leur coin que quelque chose va changer! Et merci pour le texte de E que je suis bien incapable de lire maintenant… demain sans doute et je répondrai à ta question…

Anne Cuneo: je ne reconnais pas entre les lignes… je dis clairement que ce type à l’air bien; ce qui m’épate – je le concède – vu son statut de politicien. C’est juste malheureux que ce soit pas les mecs biens qui gagnent les élections hein…

De plus, j’ai discuté ce soir avec quelques amis pendant que nous buvions, mangions, buvions, buvions et buvions. Au bout d’une heure de discussions animées sur l’humeur du jour (le film, pas mon humeur), nous n’étions vraiment pas d’accord car l’un deux soutenait que, dans le fond, la Terre a déjà subit des changements climatiques bien plus importants.

C’est juste. Probablement qu’à une époque, notre planète n’avait jamais vu de neige ou de glace… des millions d’années en arrière, voire même des centaines de millions d’années!

J’ai compris qu’à ce moment-là, nous ne parlions pas de la même chose et je lui ai dit: la question n’est pas tant de savoir si ça a été plus chaud ou non. Le problème est de savoir si 7 milliards d’humains pourront s’acclimater et vivre dans un confort relatif ou s’il faut commencer à s’habituer à vivre sous terre?

Question à laquelle il a répondu: « Ouais, c’est vrai, j’avais pas vu le problème sous cet angle! »

C’est bien de cet angle dont il s’agit! La Terre, sans nous, se portera à merveille car elle connaît des cycles très longs et ce, même si toutes les centrales nucléaires (440) de cette planète venaient à sauter!

C’est pour nous qu’il y a danger… pas pour la Terre! Il serait temps de faire la différence!!!

Bon… je vais me coucher!

T

23)
apapage
, le 09.09.2006 à 05:49
[modifier]

To « to the end »….de la famille ds la politique? heu non personne. Ds notre famille on serait plutot des résistants adeptes de « La liberté où la mort » qui est notre hymne national. Ns avons goûté à la prison, aux visites domiciliaires nocturnes, à la déportation, aux diverses tortures, aux camps de concentrations ds les stades, à la résistance à l’occupant nazi…les jeunes allemands posaient la question en ’68 : »qu’as-tu fait pendant la guerre papa? » Chez nous vois-tu pas besoin de se la poser.

24)
Phfred
, le 09.09.2006 à 09:16
[modifier]

A nouveau, vous et beaucoup de scientifiques vous inquiétez de l’arbre qui cache la forêt… Le problème n’est pas tant la surconsommation d’énergie dégageant des gaz à effet de serre et le réchauffement de la planète qui risque de la rendre inhabitable pour autre chose que des scorpions, le vrai problème est la popullulation (http://www.societal.org/docs/popullulation.pdf#search=%22popullulation%22).
Nous étions 1 milliard d’habitants en 1900 (en gros, j’ai plus les chiffres) Les gouvernements d’après guerre ont dit à Coluche et aux autres familles de faire 2,6 enfants et manifestement beaucoup n’ont pas trouvé la virgule et en ont eu 3 . Nous étions 3 milliards en 1980 et aujourd’hui 6,5 milliard (25 ans plus tard) et vous cherchez encore pourquoi la terre se réchauffe ?
Tous les gouvernements (et toutes les religions) ont toujours poussé à la « multiplication » pour alimenter la sacro-sainte croissance. « Croissez et multipliez ! » ou « nous gagnerons la guerre grâce au ventre de nos femmes » sont aussi du même niveau, et LA est le problème.

Nous n’avons plus le temps pour la methode molle utilisée jusqu’à aujourd’hui, (ni de savoir si le communisme est meilleur que le capitalisme à ce niveau), car bien que la terre n’ai rien à craindre (elle a encore 5 milliard d’année d’espérance de vie, elle) NOUS (et beaucoup d’animaux autour de nous) sommes en danger.

Dans le doute, frappe encore !

25)
François Cuneo
, le 09.09.2006 à 10:08
[modifier]

Et à ce sujet: j’ai un ami américain dont le fils de 20 ans a été l’assistant de Gore pendant un certain temps: pour ce qui est du Mac, Gore est au moins aussi bon que Noé et François additionné. ;-)

Hé là, faudrait voir à pas pousser hein!:-)

26)
bob
, le 09.09.2006 à 14:19
[modifier]

Trop nombreux ?

Je prends 6,5 milliards que je divise par 551 695 et j’obtiens 11,78187223013.

Autrement dit, si nous mettions la population entière de la terre à l’intérieur des frontières de la France, la densité de la population obtenue ne serait même pas celle de la Lozère (14 habitants / km²).

(un truc que j’ai lu il y a des années et que j’ai adapté aux chiffres du jour)

EDIT : et bien mal adapté ! Le résultat est 11 781,87223013. Merci WhyNot.
(mais pourquoi je ne suis pas resté couché – pourquoi)

27)
ToTheEnd
, le 09.09.2006 à 14:51
[modifier]

bob: alors là, j’aimerais bien savoir quel est la pertinence de ton intervention? Si la moralité c’est de dire qu’il y a encore plein de place pour 2, 3 ou 4 fois plus de monde… je pense qu’il faudrait que tu réflechisses un petit peu et pas juste t’extasier devant une règle de 3 à 2 balles.

T

28)
WhyNot
, le 09.09.2006 à 14:59
[modifier]

Désolé Bob,

Ton calcul est erroné d’un facteur 1000.
6,5 milliards divisés par 551 695 km2 donne 11781 habitants au km2!!
La densité de population française est actuellement de 93,53 habitants/km2 (source wikipedia

CEpendant, la bonne question n’est pas de savoir, si la densité humaine est trop importante ou non pour la planète. C’est plus de savoir si, dans les conditions climatiques actuelles, et surtout à venir, nous pouvons permettre à tout le monde de vivre décemment, en bonne harmonie avec l’environnement. Car si on détruit ce dernier, on en a pas pour longtemps..

WhyNot

29)
bob
, le 09.09.2006 à 15:19
[modifier]

Ne t’emballe pas comme ça, ToTheEnd. Et puis, d’abord, c’était en réponse à Phfred (29). Oui, j’aurais dû le noter.

WhyNot : Oulalaaaaaaa ! T’as raison. Toutes mes excuses.

Hop -> je sors

30)
drazam
, le 09.09.2006 à 15:31
[modifier]

Le capitalisme peut faire beaucoup…car l’argent n’est rien, ce n’est pas une fin en soit mais un moyen…C’est pourquoi, il faut donner d’autres buts que le simple amassement d’argent

‘Taaain, t’es keynésien (ok, libéral) toi???!!!

Message to Albert Arnold Gore, Jr (if you read us, of course because of mac & cuk huh): Al, if 2008 is too far away, we have a really serious job to propose you, in 2007 here in France…
Et le règne du mac vivra! On le devrait le nommer Dr. Honorus Causa sur Cuk surtout si s’il équivaut François+Noé…

___________________________________
signé encore ce mudak de drazam

31)
alec6
, le 09.09.2006 à 17:53
[modifier]

Cher TTE,
Je vais prendre quelques petits exemples a priori insignifiants.
Depuis hier ma chasse d’eau fuit (les WC ont 5 ans d’age). Je démonte car je suis bricoleur, j’osculte et constate qu’il s’agit d’un système d’une rare complexité et par là fragilité. Conclusion, impossible de réparer (et j’ai pourtant de la ressource), il faut changer le système de flotteur. Si je n’était pas bricoleur (et ma compagne non plus) nous aurions appelé un plombier qui se serait fait un plaisir au mieux de changer l’ensemble du réservoir, au pire l’ensemble des WC…
Conclusion : dépense d’énergies et de matières premières énorme pour un truc mal conçu ou du moins conçu pour « tenir » qq années tout au plus. Mais grace à ça, la machine économique fonctionne, on crée de la croissance et du PIB.

Autre exemple.
J’ai un vélo neuf depuis 10 ans dont j’ai déjà changé les plateaux, la chaîne et les pignons pour cause d’usure. Il me faut aujourd’hui recommencer. « Ben oui, mon brave monsieur, ça ne tient que 3000 km, il faut tout changer » me dit le réparateur de byciclettes.
Bis repetita ! le vélo de mon grand père avait tenu 40 ans sans le moindre problème de ce côté là. Curieux non ?
Mêmes conclusions que précédemment.

Un autre exemple ?
Prenez un aspirateur… durée de vie 5 ans. Si vous êtes bricoleur vous changez les charbons du moteur et c’est reparti pour 5 nouvelles années. Mais 5 ans plus tard c’est un autre truc à la c… qui pète et à force de réparation on le fout en l’air et s’en paye un nouveau plus cher et d’une « marque », en espérant qu’il tienne 10 ans…
Mêmes conclusions que précédemment.

Inutile je crois d’en rajouter, tout le monde a des milliers d’exemples de cet acabit !
Des aigrefins feront remarquer que je fais là l’apologie du « bon vieux temps », avec des « bons vieux » machins qui fonctionnaient, eux !
Non ! là n’est pas le propos. Ces exemples ne sont là que pour montrer que si l’on savait faire solide à ces époques, on devrait a fortiori savoir le faire aujourd’hui ! Vous qui lisez et travaillez majoritairement sur Mac, savez pourquoi nos belles machines sont un peu plus chères et un peu plus costaudes !

Conclusion à tout celà.
Le capitalisme et son corolaire la société de consommation n’ont de cesse de produire toujours plus, pour vendre toujours plus et consommer toujours plus.
C’est son fond de commerce si j’ose dire. Le crédo des écoles de commerce, de pub ou de design (là c’est mon domaine) est là : consommez et vous ferez tourner la machine économique et vous serez heureux !

Dois-je rappeler le sens du slogan « Avec Carrefour, je positive » qui résume assez bien ce principe fondamental?
L’inverse de ce slogan serait : « Sans Carrefour, je négative ». Changer « Carrefour » par « consommation » et vous obtenez :
« Sans consommer, je négative » ou son inverse :
« Avec la consommation, je positive ».
Simplifiez à nouveau et vous obtenez le fameux :
« Sans consommer, je n’existe pas », « Sans avoir, je ne suis pas » ou encore:
« J’ai donc je suis ».

On peut trouver à ce slogan un pendant plus international dans le fameux « Just do it ». En d’autre terme « fait ce que tu as envie de faire sans te soucier de qui ou de quoi que ce soit ». En d’autres termes :
« Pour exister tu as le droit d’emmerder le reste de la planète. »

Quand je critique le Capitalisme TTE, je ne parle pas du capitalisme des Adam Smith, Ricardo, Valras ou consort qui sont de bien beau théoriciens auxquels les Marx et Engels d’en face n’ont rien à envier dans le registre de l’utopie.
Non ! je pense au capitalisme tel que nous le vivons aujourd’hui sur toute la planète et sans partage, que celui ci soit mâtiné de socialisme, de démocratisme (!) ou même de sino-communisme ou à l’inverse de bushisme, blairisme ou autres.

Ce capitalisme là ne peut imaginer une seconde de devoir moins fabriquer, moins consommer, moins travailler… et voir disparaître les écoles de commerce, de finance, de pub, de design, supprimer les centre commerciaux, les voyages touristiques, l’habitat individuel, les déplacements et les bagnoles inutiles, le « jetable », les assiettes en cartons, les verres en plastiques, les embalages à la con, les aspirateurs en toc, les perceuses à main, les glaces pour le goûter des petits, les cartables qui « font pas la saison »et caetera, et tutti quanti et compagnie und so weiter and so on et j’en passe ad libitum…

On se marre dans les rangs ?
J’ai autre chose à proposer ?
Non ! même pas ! les socialismes et communismes sont de la même engeance et de toute manière ces « machins » là ont disparus, fini, pfuit!! au mieux du blabla au pire de la schlage (là je pense à Castro).

Mais aucune alternative ne pointe son nez, nulle part en vue. Et quand bien même… (la Suède a bien décidé de se passer de pétrole d’ici 15 ans, mais ils sont bien les seuls), le mouvement devrait être général et immédiat. Au lieu de celà, une grosse poignée y songe pour dans quelques années (…) et une infime poignée agit… et encore ! quand il ne s’agit pas de bobos de gôche bien pensants dont les étagères croulent sous les trucs et les machins ramenés de vacances lointaines…

Six milliards et demi de clampins sur la planète et soixante millions supplémentaires par an qui n’aspirent qu’à consommer et à vivre comme des occidentaux… avec bagnole, télé, lave vaisselle, perceuse, aspirateur, imac, ipod, imachin, itruc et cie…

Et tu voudrais, cher TTE que je crois aux vertues du « capitalisme » ?
Les sonnettes d’alarmes furent tirées dès le XIXe siècle quand certains prirent conscience que des ressources énormes ne signifiaient pas infinies, plus tard aussi avec le fameux Hubbert et sa théorie du peak oil dans les années 50 et même Einsenhover (cf Bige 21), sans parler bien sûr du club de Rome dans les années 70 ou des recents rapports de toutes espèces et horizons (CNRS, ESA, Nasa, ASPO, GIEC, rapport 3021 de l’Assemblée Nationale…). Non, tout le monde s’en branle !

C’est sans espoir.

Alexis… tous les défaut !

32)
ToTheEnd
, le 10.09.2006 à 03:07
[modifier]

Bige: ton exemple et donc méthode de consommation est bête et effectivement, anti-écolo parce que dénuée de sens. Pourquoi ne pas acheter sa brique de lait quand tu fais tes courses hebdomadaires? Parce que si tu devais les faire à pied, peut être prévoirais-tu cela à temps ou différemment!

alec6: alors soyons clair, je comprends tes exemples et j’y adhère. La seule différence, c’est l’objectif.

Pour te faire comprendre, je reprends un de tes exemples et j’en ajoute un autre!

Les vélos d’abord! En Suisse, l’armée a aussi ses vélos. J’en ai chevauché quelques-uns et ils étaient increvables… Ils pesaient 22 kilos (!) et, si je me souviens bien, coûtaient CHF 6’000 balles (presque 4’000 Euros!) pièce.

Alors oui, ils étaient incassables et indestructibles… pour ce prix, il y avait intérêt. Le truc, c’est que 20 ou 30 ans après avoir été introduit, il a fallu les remplacer et là, personne ne les voulait, même pour 50 balles (si je me souviens bien).

La moralité? Attends, j’y viens.

Passons aux bagnoles maintenant! Il y a 20 ou 30 ans, on faisait certainement des caisses qui étaient très bien, mais le problème, c’est que tu ne faisais pas 100’000 km avec 3 ou 4 services comme les voitures d’aujourd’hui. Récemment, des copains ou connaissances se sont séparés de leur bagnole avec 250’000 km au compteur… sans trop de frais.

Alors quoi, on fait vraiment des trucs plus merdiques?

Non, on fabrique les choses pour une durée déterminée.

Peut-être que tu gardes ton vélo 5 ans, 10 ans ou je ne sais combien. Mais le fait est que la plupart des gens changent leur matos avant cette date et non pas parce que le matériel est à bout, mais parce qu’ils veulent autre chose. Les constructeurs adaptent donc cette nouvelle donne dans l’équation prix/durée de vie.

C’est un peu comme les habits. Je ne suis pas certain que tu portes les affaires de ton père et ce, même si tu as le même gabarit/proportion et que ce ne sont pas des guenilles. Pourquoi?

Parce qu’au-delà de paraître un peu « has been », peut être que ces affaires ne te plaisent pas.

Je me répète mais le but n’est pas forcément de développer un produit qui pourrait tenir 1’000 ans, mais le temps nécessaire à son existence, à son cycle de vie. C’est très différent en terme de recherche, coûts de développement et « manufacturing » (yeah).

Bien sûr, tu pourras toujours me demander si c’est normal que nous nous lassions d’un truc qui a plus de 3 ou 5 ans, qu’on ne veut plus porter tel vêtement ou un autre. Etc.

Mais bon, c’est un choix et contrairement à ce que tu dis, ce n’est pas une conspiration du capitalisme effréné et aveugle!

T (qui va se coucher… rond)

33)
alec6
, le 10.09.2006 à 10:33
[modifier]

TTE !
Ne vois là aucune idée de conspiration de ma part, ce serait trop beau, j’y ai peut-être vaguement adhéré à une époque, mais plus maintenant. Il n’y a aucune conspiration, simplement un « système » qui se nourrit de surproduction, surconsommation, surdéchets, surexploitation de tout ce que tu voudras… (et auquel TOUT le monde participe, moi le premier). A partir de là je suis convaincu que le « capitalisme » ou si tu préfères le « système occidental » ne peut pas répondre efficacement et rapidement aux défits environnementaux dont on commence à cerner l’ampleur…
J’aurais peut-être dû finir mon intervention précédente par deux exemples dont les protagonistes n’avaient pas la moindre idée de ce que pourrait être un jour le Capitalisme ou même l’Occident !

Ces deux exemples sont maintenant un peu connus, il s’agit de l’île de Pâques (Rapa Nui) d’une part et des colonnies vickings au Groenland d’autre part.

Les premiers connurent une civilisation florissante sur une île riche (faune, flore, climat…), mais dont les habitants divisés en castes ennemies exploitèrent la forêt à tel point q’ils n’en laissèrent rien… en quelques années tout s’éfondra et une poignée de survivants y vécurent chichement jusqu’à la venue d’hollandais (je crois) au XVIIe siècle, qui découvrirent l’île et ses surprenantes statues…

Les seconds importèrent au début du moyen-âge leur mode de vie et leur troupeaux sur un continent pour lequel l’écosystème n’était pas du tout adapté. Au lieu de vivre comme les autochtones inuits, ils surexploitèrent le sytème à une telle vitesse qu’ils crevèrent tous de faim en l’espace de quelques années !

Moralité de tout celà ? Comme eux nous surexploitons le système (notre bio-sphère) jusqu’à la corde, et nous ferons crever la dernière baleine ou le dernier tigre parceque sa valeur marchande sera telle, qu’elle saura affuter les plus vils appetits… et nous crèverons avec !
Comme tu le fait remarquer, le problème n’est pas la survie de la planète, mais notre survie à nous, humains.

Enfin… tu as vu le film… je n’ai rien à te démontrer.
Si tu en as l’occasion, lis le bouquin dont j’ai parlé au mois de juin (Le plein SVP).

Alexis… tous les défaut !

34)
colonel moutarde
, le 10.09.2006 à 15:56
[modifier]

le moteur Pentone par exemple

Il en est où ce moteur ? Quelqu’un a-t-il essayé ? J’ai bien envie de tester sur mon vieux bus VW.

35)
alec6
, le 10.09.2006 à 17:43
[modifier]

Si tu cherches dans gogle tu trouveras des sites qui en parlent en long en large et en travers. Il s’agit en fait d’une amélioration d’un moteur thermique classique avec réchauffement du mélange air/essence et recyclage des gaz d’échappement par ces même gaz.
Le système améliore le rendement du moteur existant et polluerait moins.
Comme Zit, je n’ai qu’un vélo… je n’en connais donc pas d’avantage.

Alexis… tous les défaut !

36)
zitouna
, le 10.09.2006 à 20:03
[modifier]

OUIIII?
Absolument d’accord avec Alec6 (comme souvent, pas toujours, mais souvent;-) au sujet de notre société de consomation. Pour continuer sur le sujet, avez-vous vu « l’homme au complet blanc » , un chercheur qui invente un tissus inusable et insalissable: résultat, il se met à dos à la fois les patrons de l’industrie textile (qui achètera de nouveaux vêtements s’ils ne s’usent pas?) et le monde ouvrier (couturières, blanchisserie… qui vont perdre leur travail), la boucle est bouclée!
Concernant la « Kroissance », toujours plus, bien obligé, j’ai lu (je ne sais plus où, sans doute un polar) cette petite chose: « la croissance, toujours croitre, le plus possible, dans un organisme vivant, du point de vue des cellules, c’est ce qu’on appelle le cancer, non? » (c’était mieux écrit que ça, mais le sens est là).
TTE, je te sens un peu schizophrène, des fois, Docteur To et Mister TheEnd. Laisses sortir le gôchiste qui est au fond de ton coeur plus souvent que le vendredi, tu verras, il n’est pas si méchant…
z (vite, la décroissance! décroissons tous ensemble)

37)
Franck_Pastor
, le 10.09.2006 à 20:46
[modifier]

J’ai un vélo neuf depuis 10 ans dont j’ai déjà changé les plateaux, la chaîne et les pignons pour cause d’usure. Il me faut aujourd’hui recommencer. « Ben oui, mon brave monsieur, ça ne tient que 3000 km, il faut tout changer » me dit le réparateur de byciclettes.
Bis repetita ! le vélo de mon grand père avait tenu 40 ans sans le moindre problème de ce côté là. Curieux non ?

En-dehors du débat de fond, je réagis à ce petit problème concret : il exagère, ton vélociste, ou bien il veut faire de l’argent !! Au bout de 3000 kms, on remplace la chaîne. Éventuellement, les pignons, et encore si la chaine a été correctement entretenue et maintenue propre, ainsi que les pignons, ce n’est pas forcément nécessaire au premier changement de chaîne. Quant aux plateaux, d’expérience, ils durent bien plus longtemps que 3000 kms ! Les miens ont toujours supporté au moins 4 chaînes avant que je les change, ça nous mène largement au-dessus des 10 000 bornes !

38)
Franck_Pastor
, le 10.09.2006 à 20:56
[modifier]

Franck, si tu voyais l’état des plateaux et des pignons, tu ne dirais pas la même chose car le plateau central et les pignons dans son prolongement sont usés à un point que grimper Menilmontant devient un calvaire avec des coups de pédale dans le vide (et les conséquences que tu connais sur le périné) ne faisant qu’accentuer le phénomène d’usure !
Que le vélociste en rajoute, je ne le nie pas, mais il me devient réellement urgent de pratiquer une ablation suivie d’une prothèse idoine…
Si tu as une technique, une marque de quincaille particulière ou autre à me proposer… je suis preneur.

(Bon, Machin ne va pas être content, je ne parle pas du Mac ou de photo non plus !)
Hé, hé, hé !

Alexis… tous les défaut !

Comment ça se fait que tes pignons et surtout ce plateau soient aussi usés après « seulement » 3000 bornes ? Tu entretiens bien tes chaînes ? C’est-à-dire la nettoyer et la huiler une fois par semaine, si tu roules tous les jours… et après chaque sortie par mauvais temps ! Oui, je sais, c’est contraignant :-)) Si tu le fais, alors c’est que la pignonnerie est de très mauvaise qualité !

Pour les marques de plateaux, j’utilise des « Spécialités TA », increvables. Ils en font pour tout type de vélo. Le reste, c’est Shimano, probablement pareil que toi.

39)
Franck_Pastor
, le 10.09.2006 à 21:09
[modifier]

Et autrement, parfaitement d’accord, cette tendance à la surconsommation que tu relèves, est une évidence. Essayons au moins d’être vigilants à nos petits niveaux, tous…

40)
zitouna
, le 10.09.2006 à 23:29
[modifier]

Bon, on va un peu s’écarter du sujet, quoique…
Alec6, pour tes problèmes de pignonerie, si je puis me permettre un peu de réclame, vas donc chez:
« Cycles GUILLOCHON Gérard
8bis, rue du 14 Juillet 01 46 58 20 15 »
c’est au Krémelin Bicètre (sur la RN7, la deuxième rue à droite après le périph… sortie porte d’Italie, en bas de l’avenue du même nom).
Un monsieur très sympa et compétent, qui ne pousse pas à la consomation, loin de là, j’y était avant hier pour la même punition que toi (pas pour les mêmes raisons= une côte très très raide ayant résisté à mon 42/23, je suis passé sur un 39/26 plus « fluide »). Il a d’abord insisté pour que j’essaye de ne changer que le plateau (du « Spécialités TA », d’ailleurs), pour voir, puis devant mon insistance, il a fini par céder: changement de cassette, changement de chaîne, changement de plateau, changement de cable de dérailleur, dévoilage de la roue arrière (au passage), réglage des dérailleurs (Campagnolo, chez moi), graissage…
le tout pour 130€, pièces et main d’oeuvre ( au moins une heure et demie!) Je suis resté en sa compagnie pour le voir faire et essayer de comprendre un peu son art (quelle aisance!) et il a bien évoqué des pignons super haut de gamme en alliage au titane qu’il faut changer avec la chaîne après de 4500km (pour des cents et des milles…), mais j’ai bien senti qu’il parlait d’un truc qui ne lui plaisait pas trop!
Vraiment pas un commerçant, ce monsieur, plutôt, un artisant, « à l’ancienne », comme tu doit les aimer, si j’ai bien compris…
Mieux vaut appeler avant d’y aller, si c’est pour une « grosse intervention », car sa boutique est toute petite et il travaille tout seul (avec madame qui vient de faire les 1350km de Paris-Brest-Paris en 13 jours, cet été…)
z (bonne route;-)

41)
alec6
, le 11.09.2006 à 00:23
[modifier]

… en partant de la porte des Lilas… ça va me faire une belle balade en terme de fumet automobilesque !
Mais bon, s’il faut en passer par là.

En y songeant bien l’usure en question est sûrement le résultat de couples plateau/pignons pas vraiment recommandables quelque part entre les rues Oberkampf et Pyrénées…
Quant à l’entretient tel que préconisé par Franck… j’admire en lui l’âme des puristes qui fit, fait et fera encore sûrment la fierté de la Walonnie… mais pour ma part… ouille ! le nettoyage et graissage de rigueur n’ont pas été souvent au rendez-vous.
Et de causes en conséquences, de Belleville en Ménilmontant… craaaaaac… encore un coup de pédale pour rien !

De l’art de philosopher en réparant sa byciclette.

Merci les gars !

Alexis… tous les défaut !

42)
Franck_Pastor
, le 11.09.2006 à 08:55
[modifier]

bq%Alec6%. Quant à l’entretient tel que préconisé par Franck… j’admire en lui l’âme des puristes qui fit, fait et fera encore sûrment la fierté de la Walonnie… %%

Houla, je me sens rougir, là… :-)

Mais bon, je dois préciser que je suis un hexagonal, que j’ai usé mes premiers triple plateaux dans les montagnes grenobloises, et que ces dernières années je ne vis pas en Wallonie, mais à Bruxelles (les gens de ce pays tiennent particulièrement à faire la distinction).

bq%Alec6%. mais pour ma part… ouille ! le nettoyage et graissage de rigueur n’ont pas été souvent au rendez-vous.
Et de causes en conséquences, de Belleville en Ménilmontant… craaaaaac… encore un coup de pédale pour rien !%%

Une fois toute la transmission changée, promets-moi de bien l’entretenir, et tu verras, ça durera bien plus longtemps ! Si si ! ;-)

Sur ce, le boulot m’appelle :-(

44)
Franck_Pastor
, le 11.10.2006 à 20:23
[modifier]

Oui, même en Belgique tous les journaux en parlent :-)

45)
ToTheEnd
, le 01.03.2007 à 11:50
[modifier]

Je ne peux pas m’empêcher de faire un clin d’oeil à cette histoire.

The Guardian vient de publier un petit article rigolo sur la consommation électrique de la maison de M. Gore en 2006. Résultat? 221’000 kWh!

C’est 20x la moyenne nationale américaine (qui est déjà haute, faut-il le rappeler).

Bref, la chargée de presse de Gore dit que la maison consomme une énergie “verte” puisqu’elle est alimentée par une centrale photovoltaïque du coin.

Mouais…

T