Profitez des offres Memoirevive.ch!
Monsieur Zidane, si vous permettez…

Monsieur Zidane,

J'ai hésité à prendre mon clavier pour vous dire immédiatement ce que je pensais de ce qui est arrivé lors de cette finale de coupe du monde, et puis j'ai préféré attendre un peu.

Et j'ai bien fait, parce que voyez-vous, ce que j'ai à vous dire n'est plus tout à fait la même chose.

Maintenant que je rentre de deux semaines dans votre beau pays, que j'y ai vu quelques réactions un tout petit peu sidérantes à votre propos, mais que les choses se sont un peu calmées, je tiens tout de même à vous faire savoir, si par hasard vous nous lisez au détour d'une recherche Google, les quelques questions que je me pose à propos des suites de ce qui s'est passé ce fameux soir du 9 juillet.

Je voudrais d'abord vous dire à quel point je vous admire en tant que footballeur. Encore deux minutes avant le moment fatidique, je m'exclamais sur votre coup de patte à nul autre pareil, qui nous enthousiasmait à chaque fois que vous effleuriez le ballon.

Vous êtes un gars qui avez du génie, dans votre domaine, c'est vrai.

Et puis, soudain, vous avez pété les plombs comme ils disent à la radio ou à la télévision, comme ils écrivent dans les journaux. Pété les plombs… Quelle vilaine expression, et tellement à la mode… On tue toute sa famille, on a pété les plombs, on massacre des gens dans un bistrot, on a pété les plombs. On va bientôt pouvoir faire n'importe que dans ce bas monde, cela s'expliquera par le fait qu'on l'on aura pété les plombs…

Moi sur le moment, j'ai été très triste pour vous. Me dire que vous quittiez comme ça le monde du foot, c'était vraiment dur. Le fait de voir que vous ne veniez même pas recevoir votre médaille de vice-champion du monde, c'était vraiment quelque part bouleversant.

Cela dit, vous avez agressé un joueur, avec une violence que l'on ne voit tout de même que très rarement, et c'est heureux, sur un terrain de foot.

Certes, Materazzi n'est pas un ange. C'est même certainement un pauvre type. Un de ces footeux qui représente tout ce que je déteste, tirailleur de maillot, destructeur, et très certainement insultant, peut-être même raciste.

La plupart des journaux français, et même suisses, ont trouvé dans ces injures non pas une excuse (quoique pour certains, c'était le cas) mais une raison qui expliquait votre geste.

Oui, vous vous êtes excusé.

Je précise que je n'ai pas vu ces excuses, mais que j'ai lu de nombreux comptes rendus de votre passage en exclusivité sur Canal+, votre partenaire qui a dû être très fier de votre fidélité et a dû être tout content du taux d'audience certainement exceptionnel de votre conférence de presse annoncée largement à l'avance.

Il n'y a pas de petits profits n'est-ce pas…

Cela dit, j'apprécie le fait que vous vous soyez excusé auprès des enfants et des éducateurs.

J'apprécie beaucoup moins que vous ne regrettiez pas votre geste, sous prétexte que si vous le faisiez, cela signifierait que "l'autre" avait raison comme vous le dites.

Parce que vous voyez Monsieur Zidane, ce "non-regret", eh bien ça bousille complètement vos excuses.

Savez-vous Monsieur Zidane que dans l'exercice de mon métier d'instituteur et de doyen, je vois très régulièrement des élèves que je dois remettre à l'ordre suite à des violences plus ou moins graves, et que ces enfants ont très souvent l'excuse qui tue pour expliquer leur acte violent: "oui mais il m'avait insulté: il m'avait traité de fils de pute".

Savez-vous Monsieur Zidane que nous passons de longs moments à leur expliquer, à ces élèves, que ces insultes ne sont pas une raison pour être violent, et que le monde serait bien triste si à chaque fois que l'on se trouvait face à une provocation, on répondait par un poing dans la gueule, un coup de couteau dans le ventre, ou un coup de revolver dans la poitrine de son agresseur. Que nous passons également beaucoup de temps à expliquer au provocateur que les choses qu'ils disent, sur la maman, la sœur, ou les préférences sexuelles de leur interlocuteur en tant qu'injures, et bien ce sont des choses qui ne se font pas.

Vous-même, vous avez tapé avec la tête, parce que la tête est la chose la plus puissante que vous aviez "sur vous" au moment de votre altercation avec votre provocateur. Vous auriez été un de ces petits jeunes, vous vous seriez promené avec un couteau, comme c'est malheureusement devenu "la normalité" chez pas mal d'entre eux, j'en serais presqu'à me demander ce que vous auriez fait…

Savez-vous Monsieur Zidane que ce message de non-violence que nous essayons tant bien que mal à inculquer à nos éleves est ma fois fort difficile à faire passer, et que désormais il sera encore moins évident de convaincre nos charmants bambins, surtout s'ils sont fans de foot, et qu'ils vous apprécient en tant que joueur, jusqu'à vous prendre pour modèle?

Alors oui, je sais, vous étiez certainement dans une situation de stress intense qui explique beaucoup de choses. Excusez-moi, mais vous êtes payé également en conséquence pour peut-être supporter ce stress. Chacun à notre petit niveau, nous sommes également sous pression, avec plein d'emmerdements, ce qui ne nous permet pas de réagir comme vous l'avez fait ce 9 juillet.

Et lorsque je lis sous la photo de votre coup de boule sur la couverture d'un hebdomadaire merdique de votre beau pays "Bravo Zidane", lorsque je commence à comprendre que vous passez presque pour un héros pour de nombreuses personnes dans votre pays pour ce que vous avez fait ce soir-là (que vous en soyez un pour votre carrière professionnelle, je ne le nie pas une seconde) eh bien je commencerais presque à avoir la nausée.

Lorsque nous entendons, ma femme et moi, un petit gars d'une dizaine d'années qui voit un surveillant de parc d'attraction porter un pull "Italia" et dire à son copain "Passe-moi une carabine, qu'on le descende", faudrait pas que j'aie trop mangé de barbe à papa pour me sentir vraiment mal.

Cela ne va pas mieux lorsque j'apprends que votre maman excuse votre geste, allant jusqu'à demander quelques éléments des parties génitales de celui qui vous a insulté sur un plateau. Moi, si des parents se comportent comme cela après que je les ai convoqués pour leur expliquer la bêtise de leur fils, d'une part, je me dis que ça explique bien des choses, et surtout, je vais plus loin et dénonce le cas à qui de droit.

Et puis, que dire de l'actualité de ces derniers jours? Certes, de la violence, il y en a toujours eu. Mais comme par hasard, vendredi passé, un petit jeune a planté un couteau dans le ventre de son congénère parce qu'il avait manqué de respect à sa sœur, et pas plus tard qu’hier soir, une jeune fille a subi une tentative d'étranglement avec un fil électrique, et a été tailladée à la lame de rasoir par des copines parce qu'elle avait proféré soi-disant quelques injures racistes.

Je ne veux pas vous mettre tout ça sur le dos bien sûr, mais comment expliquer à ces jeunes délinquants que ce qu'ils ont fait est une catastrophe, puisque l'insulte explique selon vous l'acte violent? Peut-être vont-ils s'excuser, mais ne pas regretter… Comme vous.

Alors voilà.

Ce soir je suis toujours un peu triste pour vous, mais je suis surtout révolté, parce que j'ai l'impression que pendant votre conférence de presse, vous n'avez pas su montrer à quel point votre geste était inadmissible. Vous auriez pu court-circuiter le mauvais exemple, en sortir grandi, ce n'est à mon avis pas le cas, et j'estime que vous avez rendu mon travail, celui de tous ceux qui bossent avec des jeunes, plus difficile.

Je suis révolté parce qu'une partie de la presse vous donne d'une certaine manière raison, ce qui est pire encore…

Je vous prie d'agréer, Monsieur Zidane, l'expression de toute ma considération en rapport avec ce que vous avez donné au football.

233 commentaires
3)
coacoa
, le 02.08.2006 à 00:24
[modifier]

S’il faut signer à quelque part pour dire que je partage ce point de vue, je signe illico…

4)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 00:31
[modifier]

Mirko, je préférerais que tu ne fasses pas de message marqué <censuré>, après, on va croire que c’est moi qui ai retenu un message.

Sans compter

1. que ça n’apporte pas grand-chose au débat
2. que l’on ne comprend pas pourquoi tu écris ça

Merci.

5)
6ix
, le 02.08.2006 à 00:38
[modifier]

Et oui Mirko… François se vange de l’article sur vi! hihi…

Pour revenir à l’article, je dirais juste: oui, très juste.

Et pour parler un peu plus général que cette affaire-ci, je trouve de plus en plus lamentable la façon dont sont jugées les mauvais actes en football (on pourrait sûrement le dire pour d’autres choses aussi).

D’abord on crie au scandale, on exagère tout, on se dit que les sanctions seront énormes… puis il y a recours… et finalement on oublie, l’impact est nul, la sanction bénine.

Des exemples?

Turquie-Suisse… Donner 200.- d’amende aux 2 équipes n’aurait pas été plus ridicule.

Le scandale en Italie: on relègue tout le monde, on parle du plus gros scandale du football, puis finalement… dans 1 année, tout sera à nouveau comme aujourd’hui.

Landis dopé? Jure-le! Armstrong a beau dire que les instituts français sont nul, ça ne changera rien, au contraire même… Qu’on arrête de nous faire croire n’importe quoi (si qqun y croit encore)!

Et après, on ose dire qu’on montre l’exemple… Tu parles! Pourquoi s’en priver, si l’on sait qu’un petit recours suffit?!

Dire à un enfant qu’il sera privé de tv pendant un mois pour une bêtise, puis tenir la punition 2 heures seulement ne lui apprendra qu’une chose: il sera toujours gagnant, les limites ne sont là que pour la parade, rien de plus.

Une question de responsabilités sans doute. De nos jours, on évite… Mais on crie sur l’autre, évidemment.

6)
Twidi
, le 02.08.2006 à 01:11
[modifier]

Bonjour

Je lis Cuk depuis pas mal de temps maintenant, je n’avais jamais surpassé le désagrément* de créer un compte pour laisser un commentaire, mais cette fois je suis profondément touché par votre humeur.

Père d’une fille de 8 ans que je ne vois que lors des vacances, quand elle est arrivée chez moi mi-juillet, c’est presque un des premiers sujets dont elle m’a parlé, et je me suis retrouvé un peu idiot de lui expliquer ces choses alors qu’on lisait et entendait presque partout le contraire.
Je suis donc, vous l’aurez compris, fondamentalement de votre avis sur ce sujet.
Bravo.

*c’était un désagrément mais je comprend cependant le besoin, étant éditeur de forums, j’impose la même chose à mes utilisateurs…

( b.twidi.com )

7)
yfic17
, le 02.08.2006 à 01:19
[modifier]

Tout ceci me fait penser à une réflexion de personnes se disant coupables mais non responsables.

8)
pter
, le 02.08.2006 à 01:36
[modifier]

mon fils de 14 ans a ete inscris au foot du coin…1 mois. L’entraineur etait plus vulgaire et chiffonier que les 20 gamins reunis. Il est passe au hand et il aime ca.
La question est pas tellement Zidane et la pichnette de la tete, la question est au niveau des dirigeants du foot. On apprends aux gamins les mauvais gestes et le mauvais esprit pour gagner a tout prix, au lieu de creer un esprit d’equipe et de respect de l’equipe adverse. Au basket tu bouscules le joueur tu prends une faute de suite, y pas de « prochaine fois je sort le carton ». Tu insulte l’arbitre, tu parles trop fort -> une faute. Ben ca calme rapidement.
Et ne pas faire l’amalgame entre deux gladiateur des temps moderne (Zizou et l’autre ‘mpaffé) et les derives de CERTAINS jeunes. Aucun de mes fils, freres ou soeurs ou membre de la famille ne connait des dervies d’agressions physiques: cela reste du ressort de l’education intra-famille. Kikonque penserait a faire une connerie de ce genre ce prendrait d’abord des GROSSES BAFFES de la famille. Et ca ca fait peur (on a de grande mains…hehe). Donc Si les parents n’eduque plus, ni Zizou ni les profs y changerons kekchose.bref, je m’egare. le sujet est sensible. les parents sont des laches. les gamins (ceux des autres) sont leurs victimes.

9)
vibert
, le 02.08.2006 à 02:21
[modifier]

Oui, je suis d’accord avec toi François… Les excuses présentées par Zizou n’étaient pas à la hauteur de ce qu’elles auraient du être.

Mais pour se rassurer : il faut probablement relativiser l’influence du foot (et de Zidane) en tant qu’exemple… Tout le monde sait (à commencer par les gamins) que les footballers sont dopés comme des cyclistes, (ça n’a rien à voire mais quand même) et qu’un match de haut niveau n’est un combat avec énormément d’argent pour enjeux (les jeux du cirques de notre Empire Romain contemporain). Tout ça est avant tout un grand spectacle et n’a souvent plus rien à voire avec l’esprit sportif ! Plus grand monde n’a d’illusions sur le foot depuis longtemps (les scandales de corruption d’arbitres et de match achetés, ect…). Donc je relativise beaucoup Zidane en tant que modèle d’intégration (un joli concepte de journalistes sportifs)… Et l’impacte négatif de son « coup de boule » donc…

Enfin, attention pas de malentendus : tous les français ne défendent pas le geste de Zidane et ses demies-excuses… Pas plus que ne le font tous les médias Français !

JFV Macandphoto.com

10)
Yama
, le 02.08.2006 à 03:36
[modifier]

Je suis un peu gêné par ce que je lis.

Je trouve la donnée de départ fausse dans le sens où je ne crois pas qu’on puisse s’aider d’une star comme modèle en vue d’éduquer.
« regarde il faut faire comme lui »

On le dit modeste (il me semble je connais pas tellement le foot), mais on le voit partout sur des pubs.
On le dit sage, mais il a réagit de manière violente et inattendue.

Je me demande s’il n’y a pas justement dans cet acte le moyen pour vous de casser le mythe, l’effet loupe.
Un homme de son talent s’il faisait du volley-ball ou de la plongée sous-marine ne serait pas aussi connu.

Votre capacité d’analyse, vos remarques vis-à-vis d’un public jeune seront plus efficaces que si vous vous basiez sur un modèle inébranlable. presque mystique, pour éduquer.
Justement, ce dérapage permet de revenir un peu à la réalité. Votre tâche est difficile, casser la sacralisation du personnage n’est pas aisé et vous allez vous heurter à une résistance. C’est plus dur mais avec sans doute un résultat plus efficace puisque vous allez attaquer en eux quelques chose qui leur est difficile à remettre en cause : leur foi en une idole.

D’autant que, personnellement, je soupçonne l’inconscient de chacun de ne pas croire tant que ça à la pureté de l’âme de quiconque, y comprit d’un « modèle » (comme Zidane).
on joue un jeu de dupe et pour une fois le voile tombe, car le fait de tenter de justifier l’injustifiable montre les journalistes en proie à une quadrature du cercle… et je me demande s’il n’y a pas un échec qui ne se verra que le temps passant.

Je pense plutôt que certain trouveront en l’acte de Zidane l’alibi à leur acte et non une influence « pour commettre » un acte sous prétexte que « Zidane l’a fait ». Ce qui n’est pas la même chose.

11)
Okazou
, le 02.08.2006 à 05:35
[modifier]

Oui, François, tu as dit ce qu’il fallait dire.

Ce qui s’est passé ce jour-là est simplement (!) un acte barbare. Un acte de non-civilisé incapable de se maîtriser. Le geste d’un type qui, bien qu’adulte par l’âge, n’a pas encore compris qu’être violent c’est se comporter en barbare, pas en homme. C’est absolument inexcusable, d’autant que dans cette folie de déification des joueurs (également barbare : un joueur de football miliardaire* [ou pas] est admirable, vraiment ?), l’on est considéré par ses admirateurs, souvent très jeunes, comme un exemple.

Zidane est un con et comme tous les cons, il est dangereux.


* D’ailleurs, accepter d’être payé ce que ces gens-là sont payés, c’est une barbarie. Mais c’est un autre débat.


« Œil pour œil, et bientôt la planète sera dépeuplée. » Gandhi

12)
Olympe
, le 02.08.2006 à 07:11
[modifier]

Pter a raison.
Même si je suis en grande partie d’accord avec toi François (et les autres) le problème majeur n’est pas une « star » de foot ou d’ailleurs; les gamins font très bien la différence. Je suis éducateur de foot depuis 18 ans, j’en est vu et entendu de belles, y compris à un niveau élevé et c’est toujours la même chose, la sanction est proportionnel aux intérêts qui seront « victimes » de la conséquence de cette sanction.
Zidane&Co sont d’une autre planète et nos jeunes terriens le savent très bien, le mal de vent pas d’eux mais des parents, de l’entourage des gosses et du l’yocrisie en générale de la société.
Tous le monde veut tout mais sans la moindre contrainte personnnel, sanctionne le mais que mes intérêts n’en soit pas victime…

Olympe

14)
fxprod
, le 02.08.2006 à 07:29
[modifier]

vu à la télé,
Zidane rentre dans le conseil d’administration de Danone!
y a t’il une autre marque de ptit pots….

15)
DrakeRamore
, le 02.08.2006 à 07:31
[modifier]

Tout à fait d’accord avec cet article.
Tu as de la chance d’être Suisse, en France dire ça est tabou : il faut pardonner à Zidane pour tout ce qu’il a apporté au foot et à la France.
Alors ce qu’il a apporté au foot, ok, mais ce qu’il a apporté à la France, je vois pas.
Il s’est surtout apporté des choses à lui même et à son compte en banque.

Je suis fan de foot, j’ai joué au foot à assez haut niveau.
Franchement ce qu’il a fait est impardonnable, inexcusable, débile et très con (ce qui ne veut pas dire que lui l’est).
C’est digne du petit con que j’étais à 14 ans quand je jouais avec/contre des mecs de 18.
Un gars qui a 34 ans (mon âge), des milliers de matchs dans les jambes, une coupe du monde au palmarès, une ligue des champions, des championnats nationaux, un gars qui joue son dernier match, un soir de finale de coupe du monde, devant 3 milliards de gens, ne DOIT pas craquer comme ça, même si on lui parle de sa mère (quel joueur de foot, même amateur n’a jamais entendu parlé de sa mère…)
Je crois surtout qu’il a eu peur et qu’il s’est dit que comme ça il n’aurait pas à subir une défaite, défaite qu’il sentait bien venir.

Mais en tant qu’homme réagir comme ça est impardonnable, en tant que capitaine d’une équipe, laisser se coéquipiers se débrouiller seuls à 10′ d’un match aussi important est d’une stupidité sans nom, en tant que représentant de son pays, donner une telle image devrait le priver à tout jamais de visites à l’Elysée, en tant qu’idole de son sport, il devrait être banni à vie pour ce qu’il a montré.

Quel exemple déplorable.
Et détrompez vous, plein de gens ne vivent que par ce genre d’exemples. Ca aura forcément un impact.
C’est exactement la même chose que l’amnistie de Guy Drut, il suffit d’avoir fait un exploit un jour et d’avoir du fric pour être pardonné de toutes ses erreurs suivantes ?
J’espère que non, sinon où va-t-on ?

16)
nicolier
, le 02.08.2006 à 08:20
[modifier]

Bravo… C’est le genre d’opinion que l’on aurait aimé lire en France durant les jours suivant le « geste » de Zidane… Mais en effet, en France, personne n’élève la voix pour oser critiquer l’icône que c’est devenu ce joueur… entré en plus hier au Conseil d’Administration de Danone ! On aura tout vu…

Ce qui me gène surtout chez ce joueur c’est sa totale indifférence au monde qui l’entoure, l’absence totale de prise de position sur des problèmes comme le racisme ou l’intégration. Alors que sa notoriété lui permettrait d’avoir une résonnance toute particulière dans ce domaine.

Je me suis amusé à chercher dans une base de donnée répertoriant des articles de toute la presse française les prises de position de Zidane sur ces questions ces dix dernières années. Réponse : ZERO !

Certes on ne demande pas à un footballeur de se substituer au politique. Mais un footballeur c’est aussi un citoyen non ?

17)
Claude Mouginé
, le 02.08.2006 à 08:36
[modifier]

Bonour à tous

Citation de Jean François :
Tout le monde sait (à commencer par les gamins) que les footballers sont dopés comme des cyclistes, (ça n’a rien à voire mais quand même) et qu’un match de haut niveau n’est un combat avec énormément d’argent pour enjeux (les jeux du cirques de notre Empire Romain contemporain). Tout ça est avant tout un grand spectacle et n’a souvent plus rien à voire avec l’esprit sportif ! Plus grand monde n’a d’illusions sur le foot depuis longtemps (les scandales de corruption d’arbitres et de match achetés, ect…).
Tu as raison en tant qu’adulte, mais je pense que tu te trompes quant à la perception qu’on de tout ça les mômes qui traient dans leur cité à longuer de journée, pour toutes les raisons que tout le monde connait.. Je demeure dans une banlieue qui compte pas mal de ces cités, et il suffit de voir le nombre de gamins qui se promènent avec un maillot bleu marqué « Zidane » dans le dos pour mesurer la responsabilité que ce monsieur a, peut être à son corps défendant, vis à vis de ces gamins. Je suis pleinement d’accord avec François à ce propos. Et puis, à mon avis, les vrais grands sportifs sont ceux qui ne se laissent pas aller à ce genre de dérapage.. Que Zidane regarde du côté de Monsieur Pelé, par exemple… On a vu, lors d’une autre coupe du monde, un certain Maradona pêter lui aussi les plombs. On a pu mesurer, depuis qu’il ne joue plus, les qualités de l’homme, maintenant que l’apparence du footeux n’existe plus. Et c’est bien là l’essentiel, l’homme qui se cache derrière le sportif, comme disant Thierry Le Luron dans un sketche bien connu…

18)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 08:40
[modifier]

Monsieur Zidane,

lorsque mon fils me demande: « pourquoi il a fait ça le Monsieur » (en fait il ne me l’a pas demandé mais supposons), je lui réponds: « parce qu’il était en colère, parce que l’autre était méchant, mais il n’aurait pas dû le faire quand même », et mon fils de 6 ans me répond: « oui, c’est pas bien de faire ça hein ». Et je lui dis: « tu vois, c’est tellement pas bien de faire ça qu’il a reçu un carton rouge et qu’il n’a plus le droit de jouer ».

C’est pas éducatif, ça? Un peu comme les 99% des dessins animés, films pour les enfants, etc. Le « méchant » est puni, où est le problème. Des cartons jaunes il y en a tout le temps, des cartons rouges ça arrive aussi.

Ça va être plus délicat, et pardon de le dire, nettement plus grave, nettement plus révoltant et moins exagéré de lui expliquer pourquoi on bombarde des civils au Liban, que des enfants meurent sous les bombes, et que là, il n’y a pas d’arbitre pour sortir un carton rouge. Moi, en tant que père, c’est cette image-là que je n’ai pas envie de montrer à mon fils, pas l’image d’un joueur, Zidane ou pas, qui fait un mauvais geste et reçoit un carton, ce qui arrive tous les jours.

L’éducation de mes enfants, Monsieur Zidane, je ne compte pas sur vous pour la faire, ce n’est pas votre rôle, même si je suis conscient de l’image que vous avez auprès de la jeunesse, et je vous laisse jouer au foot. Ça c’est le point de vue du papa.

En tant qu’homme, j’aimerais au contraire vous féliciter. Vous êtes un perdant magnifique. Vous avez démontré que la victoire ne justifie pas tout, que le sens de l’honneur passe devant, qu’on ne peut pas vous insulter, vous et votre famille, indéfiniment, sans que cela appelle une réaction. Ce que je lis dans ce geste, c’est bien sûr une erreur professionnelle (finale de Coupe du Monde, enjeu énorme), mais surtout une belle réaction d’homme.

Pour le dire de manière plus directe: les médiocres et les méchants ne passeront pas. De temps en temps ils faut qu’ils reçoivent une bonne leçon. (Même si en l’occurrence, Materazzi a eu ce qu’il voulait en réussissant à rendre fou de rage Zidane.)

J’écris tout ceci en vitesse, je style n’est pas très soigné, je pourrais m’exprimer mieux, mais inutile de dire que je ne suis absolument pas d’accord avec l’édito du jour.
Et je ne suis pas cynique, pas provocateur, ni violent. Mais je suis autrement plus révolté par les tricheurs style TdF que par ceux comme vous qui veulent juste jouer au foot, et que de petits m… style Materazzi (joueur très violent comme l’a démontré sa carrière) l’en empêchent.

Monsieur Zidane, vous avez peut-être perdu la Coupe du Monde, mais vous nous avez tous donné une bonne leçon, et je suis persuadé que si un micro avait capté tout ce que vous a dit Materazzi, tous les gens qui vous sont tombés dessus après la finale changeraient d’avis!

19)
DrakeRamore
, le 02.08.2006 à 08:40
[modifier]

Bof, un footballeur, c’est un footballeur, ce qu’on lui demande c’est de jouer au foot.
Son manque ou non de prises de position sur les problèmes de société n’a pas grand intérêt.
Et même si il s’exprimait, ça serait pour dire quoi ?
Il vit depuis 10 ans à l’étranger, ne vient en France que pour voir ses parents à Marseille ou pour les matchs de l’équipe de France…
Alors que connait-il de la France et de ses soucis ?

Est-ce qu’on demande à un chef d’entreprise industrielle de donner son avis sur des domaines qui ne le concernent pas.
Je n’aime pas (enfin plus) Zidane, mais lui reprocher de ne pas faire autre chose que du foot, c’est quand même exagéré.

Et si c’est pour prendre position et dire les mêmes conneries que Thuram, vaut effectivement mieux qu’il s’abstienne.
Comme disait l’autre : « mieux vaut se taire et passer pour un con, que de l’ouvrir et ne laisser aucun doute à ce sujet »

Et il n’est pas au conseil d’administration de Danone…
Faut aussi apprendre à relativiser les infos de la TV (qui sont toujours erronée, y a qu’à voir quand ça parle de mac ou Apple… ben c’est pareil pour tout le reste…).
Le patron de Danone a dit à un journaliste anglais, sur le ton de la plaisanterie, que Zidane pourrait, peut-être un jour, faire partie du CA de Danone.

Emile : donc faire justice soi-même c’est génial ?
Cool, le prochain qui me klaxonne au feu, je sors, je lui explose sa tronche, mais c’est beau, j’ai défendu mon honneur, y en a marre de me faire insulter quand je cale au feu…

Zidane a eu tort, c’est aussi simple que ça.

20)
orangers
, le 02.08.2006 à 08:58
[modifier]

Vous souvenez vous? Un certain Eric Cantona, avait, il y a bien longtemps, peu apprécié d’être remplacé au cours d’un match de foot. Il avait alors enlevé son maillot puis l’avait piétiné pour marquer sa désapprobation. Rien de grave vous m’direz. Rien de violent.
Rien de grave?
J’étais alors humble éducateur sportif bénévole dans une minuscule bourgade varoise; le lendemain, ô rage, ô désespoir, quelques uns de mes poussins et benjamins, contestant je ne sais quoi, avaient aussi, à l’exemple de leur ainé, piétiné leurs pauvres tuniques. Comme à la télé… Que leur dire? Que les sportifs ne sont pas exemplaires? Difficile, non? Oui, amis sportifs médiatiques, vous êtes « exemplaires » parce que ce que vous faites est extra-ordinaire.

21)
alec6
, le 02.08.2006 à 09:09
[modifier]

Panem et circenses !

J’avoue que rien dans le sport ne me révolte, rien ne me surprend non plus…

Ca ou la pub… je ne vois pas la différence
… alors je zape, depuis toujours je crois !

A… tous les défauts

22)
Franck_Pastor
, le 02.08.2006 à 09:13
[modifier]

(Même si en l’occurrence, Materazzi a eu ce qu’il voulait en réussissant à rendre fou de rage Zidane.)

OUI, Materazzi a eu complètement ce qu’il voulait, et il doit jubiler depuis. Rien que pour ça, Zidane devrait se dire qu’il n’y a pas de quoi être fier d’avoir réagi comme ça et de s’être fait rouler ainsi dans la farine. À sa place, je serais mort de honte, en fait, pour s’être fait berner de cette façon. Enfin, je ne comprends pas, tout ce qu’a raconté Materazzi, c’était du vent, c’était de la provocation comme Zidane a du en entendre mille fois dans sa vie sur les terrains et ailleurs, il était censé le savoir que la seule façon d’emm….. Materazzi était de l’ignorer, et il a craqué quand même. Triste.

23)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 09:16
[modifier]

Emile, Je ne vais pas argumenter sur la gravité de l’insulte (il semble que maintenant, on sache quasiment mot pour mot ce qui a été dit): RIEN n’excuse cette réaction.

Emile, le petit gars qui a mis un coup de couteau vendredi dans le ventre de celui qui a manqué de respect à sa mère, c’est une réaction d’homme aussi?

Emile, le sens de l’honneur, il explique tellement d’atrocités quand il est mal placé…

24)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 09:20
[modifier]

à DrakeRamore:

le fait que tu parles de « se faire justice soi-même » montre que tu admets qu’il y a donc un acte mauvais de Materazzi, qui réclame une sanction. Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié que Materazzi a aussi eu 2 matchs de suspension. Pourquoi personne ne lui fait la leçon à lui? Parce que ça ne se voit pas? Magnifique morale ! Faites vos saloperies, toutes celles que vous voulez, mais bien cachées, pour que personne ne le voit ou entende, et personne ne vous dira rien!

Deuxièmement, entre se faire klaxxoner aux feux et entendre quelqu’un pendant 1 heure et demi traiter votre mère, votre femme ou votre soeur de pûte, de salope, ou je ne sais quoi, je m’excuse mais il y a une différence. Si je me fais klaxonner aux feus, je soupire et je ne fais rien. Mais si un jour quelqu’un traite ma femme de pûte pendant 1 heure et demie et que je peux l’éviter, j’espère que j’aurai le courage au bout d’un moment, s’il n’arrête pas, de lui mettre mon poing dans la figure. Même s’il y a des enfants dans la salle.

Je ne nie pas que ça peut avoir une influence négative sur des jeunes qui vont reproduire le geste de Zidane (mais à ce compte-là, il faut supprimer les 90% des tacles dont certaines sont autrement plus violents que le petit coup de tête de Zidane, amplifié par le comédien Materrazzi), je dis que moralement il a bien fait.

25)
nicolier
, le 02.08.2006 à 09:22
[modifier]

Ok avec vous Darkmore… seulement si on considère Zidane seulement comme un joueur de foot ! Or vous savez bien ce que ce n’est pas le cas. Ce que je suis le premier à regretter pour être clair.

A partir du moment où l’on élève un homme au rang de statue, où plus aucun discernement n’est palpable dans l’opinion à son encontre, alors on est en droit d’attendre davantage de sa part.

Cela dit je ne suis pas d’accord avec vous, compte tenu des origines de Zidane, de son parcours, de sa réussite, etc, si lui n’a rien à dire sur les problèmes d’intégration ou d’immigration alors qui peut avoir la légitimité à le faire.

Je n’attends pas de lui des solutions ! Mais aucune parole émise sur ces questions en dix ans pour ma part cela me trouble…

A moins que l’homme ne soit plus subtil que l’on imagine à jongler avec les euros et les sponsors et qu’il craigne que toute prise de position viendrait contrarier cette image si lisse et si parfaite qui convient tellement aux supports publicitaires.

La presse française me pose un sérieux problème par son absence de recul vis à vis du personnage.

Je n’ai par exemple entendu aucun journaliste français (à part Denis Robert dans son livre) poser la question à Zidane de ce qu’il pouvait savoir des manipulations au sein du championnant Italien à l’époque où il était dans un club italien. Qu’on ne vienne pas me dire qu’il se désintéresse de ces questions ou qu’il n’a rien à en dire.

Pourtant silence radio total !

26)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 09:27
[modifier]

Je retiendrais surtout de Zidane le coup de tête malheureusement arrété par Buffone (quel gardien dites donc, même Barthez n’aurait pas pu arréter une patate pareille) quelques minutes avant ce deuxième coup de boule. Et puis l’ensemble de sa carrière. Son geste totalement déplacé et inexcusable sur Matterazi ne gâche pas trop à mes yeux une carrière somptueuse. Seul regret: qu’il n’ait jamais joué ici à Marseille. Mais bon on s’en remettra.

27)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 09:27
[modifier]

le fait que tu parles de « se faire justice soi-même » montre que tu admets qu’il y a donc un acte mauvais de Materazzi, qui réclame une sanction. Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié que Materazzi a aussi eu 2 matchs de suspension. Pourquoi personne ne lui fait la leçon à lui? Parce que ça ne se voit pas? Magnifique morale ! Faites vos saloperies, toutes celles que vous voulez, mais bien cachées, pour que personne ne le voit ou entende, et personne ne vous dira rien!

Justement Emile, comme tu le dis, Materazzi, sa punition, il l’a eue, dans le cadre du foot, donnée par un tribunal

Il n’est pas question, JAMAIS, de faire justice soi-même.

28)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 09:32
[modifier]

a François Cunéo:

Pardon, mais le coup de boule de Zidane n’est pas ce que j’appelle une « atrocité »: encore une fois, des coups violents sur un match de foot, il y en a tout le temps, et des plus douloureux (certains finissent à l’infirmerie, ce qui n’a pas été le cas de Materazzi, à ce que je sache).

Ensuite, comparer ça à un type qui sort un couteau, c’est de la mauvaise foi: si ça continue, on va me dire que Zidane est responsable de la violence dans les banlieues… il ne faut quand même pas exagérer.

Je ne défends pas la justice personnelle, bien sûr, dans la vie civile, je ne suis pas Charles Bronson, sans doute que tout compte fait Zidane a eu tort de faire ça, surtout à 10 minutes de la fin de sa carrière en Coupe du Monde, simplement je m’insurge contre le fait que tout le monde fasse la morale à Zidane et personne à Materrazzi, qui est quand même à l’origine du truc. C’est lui le méchant non?

Allez, une comparaison littéraire:

Materrazzi = Iago
Zidane = Othello
la Coupe du Monde = Desdemone

Et tout le monde fait la morale à Othello.

29)
DrakeRamore
, le 02.08.2006 à 09:38
[modifier]

Emile : me faire insulter, moi et ma famille pendant la durée d’un match de foot, je connais bien.
Les insultes racistes durant 1h30 aussi.
La meilleure réponse face à ces conneries, c’est le mépris et de rire à la tronche de celui qui agit de la sorte pour le rendre fou et que ce soit lui qui craque le premier.
Et au foot pour bien rire d’un mec comme ça, la meilleure solution, c’est de gagner contre lui, pas de sortir, la queue entre les jambes à 10′ de la fin alors que tout reste à faire.

Je dis bien « faire justice soi-même’, à aucun moment je n’ai dit que l’Italien avait raison (ou tort), qu’il ne devait pas être sanctionné (ou non).
Je me fous de ce que Materazzi a fait/dit, je constate juste que Zidane a eu tort de réagir.

Quand on vit dans un monde civilisé et qu’on se prétend intelligent, on ne se rend pas justice soi-même.
Et a aucun moment je ne prone le « Pas vu pas pris ».

Quant au coups de klaxons dans la rue, je réagis comment si j’entends le mec insulter ma mère en me faisant un doigt ?
Je défend mon honneur ? Je rentre chez moi comme un lache ? Ou je rigole en le regardant dans les yeux pour qu’il s’excite comme un malade ?

Halala, vivement que je sois millionnaire pour qu’on me pardonne tout…

Et Materazzi est peut-être méchant (enfin, je ne sais pas ce qu’il a dit exactement vu que Zidane n’a pas les couilles d ele dire au monde), mais Zidane a réagit comme un con (ce qui ne veut toujours pas dire qu’il le soit).
Qui est le meilleur des 2 moralement ?
Le con ou le méchant ? J’hésite :D

30)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 09:47
[modifier]

Si tu arrives à répondre par le rire et le mépris, bien sûr c’est encore mieux. Zidane a toujours eu une fragilité à ce niveau-là: Materrazzi le savait, il l’a provoqué pendant tout le match pour essayer de le faire craquer, et il a réussi.
Sachant cela, ce que je ressens, c’est du dégoût pour Materrazzi, et pour Zidane plus de la compassion que l’envie de lui faire la morale.
Voilà, en deux mots c’est ça.

31)
Lioda
, le 02.08.2006 à 10:00
[modifier]

MERCI !!
J’adhère totalement à votre raisonnement.
Je vous prie d’agréer, Monsieur CUNEO, l’expression de ma considération profonde en rapport à vos dires et ce que vous donnez tous les jours dans votre travail

Respectueusement,

Lionel

32)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 10:05
[modifier]

Ensuite, comparer ça à un type qui sort un couteau, c’est de la mauvaise foi: si ça continue, on va me dire que Zidane est responsable de la violence dans les banlieues… il ne faut quand même pas exagérer.

Eh bien c’est pourtant l’un des sujets principaux de cette humeur…

Le risque existe que le geste excuse d’autres actes.

Pardon, mais le coup de boule de Zidane n’est pas ce que j’appelle une « atrocité »: encore une fois, des coups violents sur un match de foot, il y en a tout le temps, et des plus douloureux (certains finissent à l’infirmerie, ce qui n’a pas été le cas de Materazzi, à ce que je sache).

Si! C’est une atrocité en sport. Et encore une fois, je l’ai écrit dans l’humeur, le Monsieur a pris ce qu’il avait sur lui de plus puissant pour réagir. Un gamin dans la rue prendra autre chose. Il fera exactement la même faute, la même erreur, avec des conséquences plus graves.

Rien que le fait d’écrire « C’est une réaction d’homme » va excuser les gamins qui feront des conneries. Ben ce seront des hommes quoi! Et en plus, ils seront fiers de l’être.

33)
Totophe
, le 02.08.2006 à 10:43
[modifier]

Moi qui ne suis pas un fan de foot, je trouve cela dommage ce coup de boule, je trouve navrant qu’une finale se termine aux pinalties et regrettable que des types comme materazzi se conduisent en toute à ce niveau. En même temps, une fois l’intéret du foot remis à sa juste place, je trouve assez rassurant que même un type du gabarit de Zidane dans le monde du football puisse péter les plombs lorsque la pression est vraiment trop forte.

Question mauvaise foie française, c’est parfois une qualité pour un pays comme la France qui je le rappelle n’est pas un pays neutre. Cela permet de ne pas se soumettre à une pensée unique même si cela est de moins en moins vrai même en France.

Zidane est considéré en France comme un modèle d’intégration. On se débrouille pour sauver la gloire du modèle même lorsqu’il pête les plombs. Apres tout c’est une question de regard qu’on veut bien porter.

34)
alec6
, le 02.08.2006 à 10:47
[modifier]

A lire tous ces commentaires, je m’étonne que l’on puisse attendre autre chose du sport que ce genre de comportements et d’analyses de la part de la presse spécialisée (ou non !).

Franchement ! C’est quoi le sport ? si ce n’est une bien mâle compétition dans laquelle il faut à tout prix montrer qu’on pisse plus loin que l’autre avec une bien plus grosse ?

Sincèrement, quel intérêt y-a-t’il à montrer que l’on va plus vite, plus loin ou que l’on marque davantage de but que l’adversaire ?
Séduire les femelles ? Parce qu’en tant qu’animaux (fussions nous dotés d’un néocortex imposant), nous sommes encore régis par nos instincts les plus triviaux quelque part entre la moelle épinière et le cervelet ?

Et qu’est le foot, si ce n’est une métaphore sexuelle où les buts sont le vagin ou l’anus de l’adversaire et le ballon le sexe ou le sperme de l’autre ?
N’avez vous jamais fait le rapprochement entre la bouteille de champagne agitée et jaillissante à l’issue d’une compétition et l’éjaculation ?

Pendant combien de millénaires l’humain aura-t’il encore besoin de ce type de compétition pour avoir le sentiment d’exister ? D’autant que le sport n’est qu’une facette de la connerie humaine, le désir de possession, d’exploitation jusqu’à la corde de tout ce qui nous entoure en sont d’autres.

C’est vraiment sans espoir !

A… tous les défauts et socio psy à la petite semaine !

35)
Iris
, le 02.08.2006 à 10:48
[modifier]

Ce qui m’a sidéré dans ses excuses, c’est la phrase: Je ne peux pas regretter mon geste car ce serait reconnaître qu’il avait raison de dire ce qu’il a dit.. Parce que ça, ça réduit à néant tout ce qu’on s’acharne à dire aux gamins qui justifient de s’être battus parce qu’ils ont été « insultés »! On pouvair attendre mieux d’un joueur de cette catégorie.

François, puis-je te suggérer de nous imprimer quelques cartons rouges à distribuer lors des prochaines récréations…

36)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 10:50
[modifier]

« L’animal voulait mordre tout le monde et était nerveux , comme Zidane à la fin de la Coupe du monde »
C’est ainsi qu’André Maia, un vétérinaire brésilien, décrit l’otarie qui s’est échouée dans la baie de Rio de Janeiro. Un mâle de six mois, agressif mais affaibli, qui a été du coup baptisé « Zidane ».

^. .^ GerFaut
=U= Equinoxiale
GerFaut c’est frais, mais c’est pas grave.

37)
JCP
, le 02.08.2006 à 11:06
[modifier]

Tiens, j’avais oublié cette histoire…

…et à mon avis vous feriez mieux de faire de même.

JCP

38)
Guillôme
, le 02.08.2006 à 11:09
[modifier]

François,

J’avais peur d’une disgression sur le thème « Zidane est un con » ou « Zidane, pourquoi cet homme fabuleux a-t-il fait ça? »… Heureusement, tu n’es pas tombé dans ce piège et j’ai aimé le ton juste et serein de ton humeur mettant en avant le problème au quotidien dans l’éducation des jeunes.

Que ce soit avec l’acte de Zidane ou pas, il sera de toute façon toujours très difficile d’expliquer pourquoi il ne faut pas faire justice soit même…

Enfin, pour moi, Zidane est un grand footballeur qui n’en est pas moins un con. Il faut savoir distinguer les qualités artistiques, professionnnelles… d’un homme de ses qualités humaines. Bien souvent, on confond les deux. C’est peut-être cela qu’il faut expliquer aux jeunes : ne pas confondre leur admiration du talent de Zidane avec l’admiration pour l’homme! S’ils comprennent ça, ils pourront alors aller très loin…

39)
Alexandre
, le 02.08.2006 à 11:10
[modifier]

dans un monde rempli à ras-bord d’hypocrites et de c*-molles (politiques, acteurs, …), je trouve le geste de zidane très fort, d’autant plus qu’il l’assume. pas de retrait le lendemain, pas de circonstance atténuante. il va jusqu’au bout de son geste, et là je dis bravo.

il vous a déçu? tant pis pour vous, il n’avait pas demandé a être déclaré « président » par-ci, « zizou » par-là. il n’a jamais prétendu être parfait, et la preuve en est, il ne l’est pas. comme nous tous, il a une faille. il est humain et ça, certains l’avaient oublié. et comme l’a dit émile (je crois), ce geste on en est tous capable…

vous avez un problème de pédagogie? comment vous expliquez à vos enfants que l’acteur de mad max est une illustre con, anti-sémite et intégriste? que le vainqueur de du tdf est un tricheur? que nos politiciens (européens) « laissent faire » au moyen-orient?

alexandre

41)
alec6
, le 02.08.2006 à 11:47
[modifier]

La réaction d’Alexandre n’est pas sans me séduire !

A… tous les défauts !

42)
Leo_11
, le 02.08.2006 à 11:52
[modifier]

Wouaou !!!!

Peut-être est-ce nous les petits spéctateurs qui faisons un mauvais débat… tout est truqué tous l’on dit alors qui dit que ce fameux coup de boule n’était pas prévu et agencé pour que le petit péquin puisse se souvenir et parler longtemps (durant 4 ans pourquoi pas ;-) ) de ce mondial qui, d’après certains commentaires de personnes avisées que j’ai pu lire ici et là, était au niveau purement sportif et footbalistique triste, insipide et vide de tout…

Enfin moi le foot j’y connais rien et ne le regarde jamais…

43)
DrakeRamore
, le 02.08.2006 à 11:54
[modifier]

Malheureusement, tout ceci est du même accabi.
Donc, non, je ne prétend pas avoir de réponses, mais j’osais espérer que « faire justice soi-même » était quelque chose que la société condamnait.
C’est malheureusement, semble-t-il, tout le contraire.
« Faire justice sois-même » semble être un rite de passage pour devenir un homme, sans quoi on n’est qu’une « c*-molle » (au point de ne pas oser l’écrire…).

Il ne faut pas se plaindre, quand on réfléchi comme ça, des malheurs terribles qui frappent le Moyen Orient.
C’est exactement le même raisonnement.
Un acte inadmissible est au départ de tout (l’enlèvement des soldats Israéliens sur le propre sol) et la réponse inadmissible équivaut à se rendre justice soi-même : Israël répond, seule, sans arbitrage, à un problème local.

C’est kifkif bourrique.
Mais au moins, Israël réagit en homme, et le Hesbollah aussi, vu qu’ils répondent eux-même aux attaques (inadminissbles)

Dire qu’on est au 3ème millénaire et que les gens continuent à penser comme en 400 avant Jean Claude, c’est désepérant.

44)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 11:57
[modifier]

Grosses différences Alexandre:

1. Gibson, toute la presse a dit que c’était un con lorsqu’il a sorti son film sur la passion de Jésus, ici, la presse donne raison à Zidane.

2. je n’ai encore vu aucun gamin porter le maillot de Gibson

3. Le vainqueur du tdf va se faire déclasser, la presse est très critique à son égard.

Zidane, qu’il le veuille ou non, a des responsabilités. Et merde, il est assez payé pour que ça lui pèse un peu non?

Quand tu écris, ce geste, on en est tous capables, peut-être bien. Ce qui est terrible, c’est de ne pas le regretter. Et de le dire haut et fort, pour l’exemple…

45)
alec6
, le 02.08.2006 à 11:58
[modifier]

Plutôt que de fermer pudiquement les yeux sur une réalité triviale et hormonale qui fait notre vie (sans jeux de mots), voici un accessoire pour IPod qui je le subodore, risque d’avoir un certain succès…

On est pas loin du foot !

A… tous les défauts !

46)
ToTheEnd
, le 02.08.2006 à 12:14
[modifier]

Celui qui m’a vraiment déçu dans cette histoire, c’est Valentino Rossi qui a porté le maillot de l’autre imbécile.

C’est lourd de signification ça et j’ai vraiment été déçu. Dans le fond, il cautionne cet abruti.

T

47)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 13:01
[modifier]

1. Gibson, toute la presse a dit que c’était un con lorsqu’il a sorti son film sur la passion de Jésus, ici, la presse donne raison à Zidane.

Faux, archifaux. Toute la presse lui est tombée dessus dans les jours qui ont suivi.

C’est vrai que Valentino Rossi m’a déçu aussi…

48)
al1
, le 02.08.2006 à 14:05
[modifier]

Peut-être que l’impardonnable c’est de placer un homme, surtout un sportif, sur un tel piédestal. Est-ce que Zidane n’a pas voulu casser cette image lisse avant de tirer sa révérence ? Peut-être qu’il n’avait pas envie de finir aux côtés de Mme Chirac à récolter des pièces jaunes !? :P

Zidane est un homme, ni plus ni moins con qu’un autre, et il n’est pas que footballeur. Comme Thuram n’est pas que footballeur, n’en déplaise à Sarko et à DrakeRamore. Il dit ce qu’il a à dire, et s’il ne le peut pas, arrive un jour où la pression lâche et il ‘pète un plomb’.

Enfin ça m’a choqué aussi, et j’ai eu la même réaction que François.

Et Okazou, merci de rappeler la phrase de Gandhi, « Œil pour œil, et bientôt la planète sera dépeuplée. » , puisqu’on parle d’exemple en voilà un, on aimerait tous voir un Gandhi à la tête de l’état d’Israel.

49)
ToTheEnd
, le 02.08.2006 à 14:16
[modifier]

al1: heu, et un Gandhi à la tête du Hezbollah ou je ne sais quel autre groupe à la gomme, ça serait pas bien non plus?

Il y a un problème des 2 côtés…

T

50)
VN99
, le 02.08.2006 à 14:31
[modifier]

Je pense que Zidane a bien fait. Dans certaions cas il FAUT faire justice soi-même, sinon on glisse vers une société de tapettes.

51)
Franck_Pastor
, le 02.08.2006 à 14:41
[modifier]

Je pense que Zidane a bien fait. Dans certaions cas il FAUT faire justice soi-même, sinon on glisse vers une société de tapettes.

Et dans ce cas précis, ça lui a rapporté quoi de se faire justice soi-même ? Encore une fois, le gagnant de l’affaire, c’est Materazzi, qui en provocant l’expulsion de Zidane, a contribué à la victoire de l’équipe d’Italie et est devenu le héros de son peuple, ce qu’a bien montré Rossi :-/

52)
ToTheEnd
, le 02.08.2006 à 14:46
[modifier]

Je pense que Zidane a bien fait. Dans certaions cas il FAUT faire justice soi-même, sinon on glisse vers une société de tapettes.

Je vois, une éducation à la CCCP en somme…

T

53)
Franck_Pastor
, le 02.08.2006 à 14:48
[modifier]

a meilleure réponse face à ces conneries, c’est le mépris et de rire à la tronche de celui qui agit de la sorte pour le rendre fou et que ce soit lui qui craque le premier.

Entièrement d’accord. Zidane aurait du le savoir.

54)
Benoît Haller
, le 02.08.2006 à 14:57
[modifier]

(Bonjour ! Fidèle lecteur de Cuk depuis plusieurs années, je m’inscris nouvellement à mon tour étant donné la circonstance.)

Je pense que Zidane a bien fait. Dans certaions cas il FAUT faire justice soi-même, sinon on glisse vers une société de tapettes.

C’est une blague ? Avec des raisonnements comme ça, le monde n’est pas près d’aller mieux. J’en pleure.

Benoît

55)
VN99
, le 02.08.2006 à 15:14
[modifier]

LA CIGALE ET LA FOURMI vive la france

VERSION CLASSIQUE

La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule, elle
construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit,
danse et joue tout l’été.
Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
La cigale grelottante de froid n’a ni nourriture ni abri,
et meurt de froid.

FIN

VERSION FRANÇAISE MODERNE ET POLITIQUEMENT CORRECTE

La fourmi travaille dur tout l’été dans la canicule;
elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l’hiver.
La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit,
danse et joue tout l’été.
Une fois l’hiver arrivé, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
La cigale grelottante de froid organise une conférence de
presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d’être au chaud et bien
nourrie, tandis que les autres, moins chanceux, comme elle, ont froid
et faim.
La télévision organise des émissions en direct qui montrent la
cigale grelottante de froid et qui passent des extraits vidéo de la
fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de
provisions.
Les français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse
souffrir cette pauvre cigale tandis que d’autres vivent dans
l’abondance.
Les associations contre la pauvreté manifestent devant la
maison de la fourmi. Les journalistes organisent des interviews
demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale
et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi
afin qu’elle paie « sa juste part ».
En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une
loi sur l’égalité économique et une loi (rétroactive à l’été)
d’anti-discrimination.
Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit
aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.
La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la
fourmi n’a pas assez d’argent pour payer son amende et ses impôts.
La fourmi quitte la France pour s’installer avec succès en Suisse.
La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée.
Elle est en train de finir les dernières provisions de la
fourmi, bien que le printemps soit encore loin.
L’ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la
cigale, se détériore car cette dernière n’a rien fait pour
l’entretenir.
Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.
Une commission d’enquête est mise en place, ce qui coûtera 10
millions d’euros.
La cigale meurt d’une overdose ; Libération et l’Humanité
commentent sur l’échec du gouvernement à redresser sérieusement le
problème des inégalités sociales.
La maison est squattée par un gang d’araignées immigrées, le
gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la
France.
Les araignées organisent un trafic de marijuana et terrorisent la
communauté.

58)
Lebarron
, le 02.08.2006 à 15:34
[modifier]

C’est Sarko et Le Pen qui tapent sur le clavier ?
C’était évidemment pour la fourmi et la cigale, ou inversemment

61)
al1
, le 02.08.2006 à 16:03
[modifier]

Alors, petit tour du web pour voir d’où est parti cette prose magnifique, poétique et pleine d’amour de son prochain.
On la retrouve ici :
Chez Alain Madelin :
http://www.cerclesliberaux.com/newsite/newcercles/index.php3
La droite libre, on avait peur qu’elle soit muselée !!!:
http://blog.ladroitelibre.com/archives/173-La-cigale-et-la-fourmi-version-2006.html

Ah et aussi sur cet étron nauséabond qu’est le site « brave patrie ». Je me disais, aussi…
http://bravepatrie.com/Les-jeunes-sont-des-veaux

Un certain Simon, chercheur et entomologiste à Bruxelles, a fait un démontage en règle du texte :

 »
La pseudo-fable française sur la cigale et la fourmi est doublement démontable.

Démontage biologique:

– Les fourmis glandent beaucoup; elles ont deux tiers d’inactifs et leur société marche très bien (présente depuis plus de 100 millions d »années, les humains 3 millions).
– elles ne stockent pas les graines pour l’hiver, elles les mangent tout de suite et hivernent sans manger pendant l’hiver. Beaucoup meurent de froid.
– les cigales passent l’hiver au stade larvaire et les adultes ne meurent pas de faim, mais de froid, comme les fourmis. Normal, ce sont des animaux poïkilothermes, qui ne fabriquent pas leur propre chaleur (à la différence de nous, homéothermes).
– Les cigales sucent la seve sucrée des arbres et ne mangent pas de « mouches » ou de « vermisseau », comme le dit la fable.
– Ce sont les fourmis qui font chier les cigales car elles les mordillent pour les faire fuir et lecher à leur tour la petite goutte de seve qui sortira une fois la cigale partie… Ce sont les fourmis parasitent les cigales !
– Au sein de la colonie, les fourmis aussi ont des individus qui travaillent plus que d’autres. Celles qui travaillent beaucoup travaillent plus vite et mieux car elles ont appris à le faire plus jeunes et sont stimulées par le travail de manière rétroactive. Les autres ont été moins en contact avec le travail et sont donc moins stimulées à travailler. Comme celles qui travaillent font tout, il n’y a plus rien à faire, elles EMPECHENT donc les autres de travailler. Personne ne se plaint, il n’y a pas de conflits d’interet et les sociétés sont viables !

La Fontaine n’a rien compris à l’histoire naturelle et faisait partie d’une caste de privilégiés qui ne travaillait pas et qui imposait la valeur du « travail » à la plèbe, les autres évidemment.

Démontage social du texte :

C’est un texte satirique contre : les impots, la paresse, la solidarité, l’Etat français, la drogue, les squats et les immigrés.
C’est un texte pour : le mérite au travail, la compétition, la loi du plus fort, la suisse, la pureté de la race, la propriété.

Le texte est donc clairement individualiste, xénophobe et darwinien social.
Le « darwinisme social » est l’idéologie anglo-saxone de l’époque victorienne qui déformait les idées scientifiques de la « sélection du plus apte » de Darwin pour l’appliquer aux sociétés humaines sous la forme de la « sélection du plus fort », ce qui n’a aucune valeur scientifique. La théorie pronait donc le refus d’aider les pauvres parce qu’ils étaient des boulets pour la société et ils empechaient la société de « s’améliorer ». C’est l’idéologie à l’origine de l’eugénisme et plus tard… du néolibéralisme (loi du plus fort ou compétition extreme dans un contexte ultra-capitaliste).

Ce texte a apparemment été écrit par un français, raciste, faisant partie de cette caste de privilégiés, riches et « entrepreneurs » (un « gagnant ») qui a pour valeur le mérite et le travail (« gagner sa vie »), teintée de forts relents religieux (rédemption, pitié, « aide toi et le ciel d’aidera »), et surtout détestant la paresse (péché capital !). Il a également très peu de notions d’histoire, de philosophie et surtout d’altruisme.

Bref, c’est tout simplement un texte de merde qui prone la xénophobie, les inégalités, les valeurs religieuses réactionnaires et la compétition de tous contre tous (surtout contre les « perdants »).
 »
Rien à ajouter.

62)
Ant
, le 02.08.2006 à 16:10
[modifier]

Je ne suis pas de l’avis de l’humeur…
Je rejoinds Alexendre sur ce coup!
Si par hasard je réussis dans ma vie, je ne veux en aucun cas devenir un exemple pour quiconque… Si le peuple a proclamé Zizou dieu vivant, ca le regarde, me le salaire de Zizou n’a pas la clause: « Fais gaffe tu es un Dieu »!

Par contre, VN ça veut dire « véritable nationnaliste » ???

63)
VN99
, le 02.08.2006 à 16:12
[modifier]

Cela ne va pas mieux lorsque j’apprends que votre maman excuse votre geste, allant jusqu’à demander quelques éléments des parties génitales de celui qui vous a insulté sur un plateau. Moi, si des parents se comportent comme cela après que je les ai convoqués pour leur expliquer la bêtise de leur fils, d’une part, je me dis que ça explique bien des choses, et surtout, je vais plus loin et dénonce le cas à qui de droit.

Là, franchement, ça fait froid dans le dos. De la délation pure et simple. Les profs avec leurs « bonnes idées » politiquement correctes se substituent aux parents et dénoncent ceux qui ne sont pas d’accord.
Et on ose critiquer le régime stalinien avec ça?

64)
VN99
, le 02.08.2006 à 16:15
[modifier]

Par contre, VN ça veut dire « véritable nationnaliste » ???

Non, mais vu cette apologie de lavage de cerveaux…

65)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 16:44
[modifier]

il est bien ce conte sur la cigale et la fourmi. Tellement vrai :)

En bonne fourmi, j’irais bien vivre en Suisse mais il n’y a pas la mer :)

Amis Suisses, faites moi plaisir, envahissez le Sud de la France (Francois et sa famille, cela n’a pas été suffisant) et annexez nous :)

66)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 17:23
[modifier]

Là, franchement, ça fait froid dans le dos. De la délation pure et simple. Les profs avec leurs « bonnes idées » politiquement correctes se substituent aux parents et dénoncent ceux qui ne sont pas d’accord.
Et on ose critiquer le régime stalinien avec ça?

Non, ça s’appelle faire son travail, dire quand un élève est en risque de maltraitance. C’est une obligation professionnelle chez nous.

Quant à vos autres interventions, je ne vais même pas entrer dans la polémique, l’histoire des « tapettes » comme vous dites me suffit pour ne pas donner de l’importance à votre pensée.

67)
Leo_11
, le 02.08.2006 à 17:38
[modifier]

C’est vrai que le gagnant de cette histoire c’est Materazzi… moi qui ne suis jamais le foot je connaissais zizou parce que tout le monde en parle mais pour moi sa « cible » m’était complètement inconue mais maintenant qui ne sait pas qui est ce personnage ???

Concernant les salaires mirobolants des sportifs… je trouve que c’est pas plus choquant que le salaire d’un dirigeant d’entreprise qui avouent gagner 20’000.– par jour (voir plus)…

Pour moi le sportif qui réussit à force de sacrifices mérite ce salaire, celui qui est vissé sur son siège à diriger un empire la moitié moins…

Je sais on va me parler du dopage et autre artifices… c’est une gangrène du sport d’élite… mais avant de devenir « élite » le jeune doit faire preuve de talent pour arriver tout en haut et à ce niveau le dopage n’existe pas encore…

68)
drazam
, le 02.08.2006 à 17:39
[modifier]

Là je m’incline, VN toi tu es vraiment le roi des mudaks, respect mon gars…

Intéressant ton post François, intéressantes aussi les réactions (à quelques mudaks prêts bien sûr, on reste dans les stats). Le pire serait l’indifférence, et la passion n’exclut pas la raison. Avec un peu de recul, c’est Zidane qui risque l’indifférence par son comportement, dommage pour le personnage, pas le joueur vu sa carrière. C’est dur de ne pas se faire justice soi-même, mais dans ce cas il faut socialement assumer les excuses et les sanctions. C’est ça aussi être humain et montrer l’exemple. Juste dommage là. Quant à Materazzi, lui c’est le prince des mudaks, limite excusable, hein VN…

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

69)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 17:46
[modifier]

Je ne suis pas de l’avis de l’humeur…
Je rejoinds Alexendre sur ce coup!
Si par hasard je réussis dans ma vie, je ne veux en aucun cas devenir un exemple pour quiconque… Si le peuple a proclamé Zizou dieu vivant, ca le regarde, me le salaire de Zizou n’a pas la clause: « Fais gaffe tu es un Dieu »!

Il se trouve qu’il l’est pour pas mal de gamins, et qu’alors, au moins il se taise plutôt que donner des explications fumeuses, voir ce qu’écrit Iris:

Ce qui m’a sidéré dans ses excuses, c’est la phrase: Je ne peux pas regretter mon geste car ce serait reconnaître qu’il avait raison de dire ce qu’il a dit.. Parce que ça, ça réduit à néant tout ce qu’on s’acharne à dire aux gamins qui justifient de s’être battus parce qu’ils ont été « insultés »! On pouvair attendre mieux d’un joueur de cette catégorie.

C’est exactement le sens de cette humeur.

70)
al1
, le 02.08.2006 à 17:46
[modifier]

François, je plussoie, comme on dit. J’approuve, quoi.

Renaud, tu plaisantes j’espère ?!

71)
Lebarron
, le 02.08.2006 à 17:48
[modifier]

Mon pôvre Zizou, encore heureux que tu ne sois pas à l’OM, sinon …
Tu as bien fait d’annoncer ta retraite avant le début de la compétition, sinon nous aurions pu croire que tu partais sur un coup de tête.
Que de supputations sur ton (mauvais) geste….
Aller bonne retraite, et si tu as un petit brin de talent d’éducateur, svp apprend aux gamins la technique des pieds avec le ballon en courant, pour la tête laisse ça aux intellos, c’est leur boulot.

73)
drazam
, le 02.08.2006 à 18:00
[modifier]

D’un autre côté, jusqu’à la finale de 98 on estimait que la tête était la faiblesse du jeu de Zizou, et pourtant… On était prévenu!

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

74)
VN99
, le 02.08.2006 à 18:08
[modifier]

Là je m’incline, VN toi tu es vraiment le roi des mudaks, respect mon gars…

Bien, tu as appris un mot de russe. Alors, tu dois savoir ce que « ot takogo slichu » veut dire.

75)
VN99
, le 02.08.2006 à 18:11
[modifier]

Non, ça s’appelle faire son travail, dire quand un élève est en risque de maltraitance. C’est une obligation professionnelle chez nous.

Je ne vois pas où est le risque de maltraitance dans ce cas précis.

Pour le reste, je préfère quand vous parlez des Macs ou de la photo, c’est tellement plus agréable à lire.

76)
Okazou
, le 02.08.2006 à 18:21
[modifier]

« Concernant les salaires mirobolants des sportifs… je trouve que c’est pas plus choquant que le salaire d’un dirigeant d’entreprise qui avouent gagner 20’000.– par jour (voir plus)… »

Concernant les salaires mirobolants des sportifs… je trouve que c’est aussi choquant que le salaire d’un dirigeant d’entreprise qui avouent gagner 20’000.– par jour (voir plus)…


« Œil pour œil, et bientôt la planète est dépeuplée. » Gandhi

77)
drazam
, le 02.08.2006 à 18:28
[modifier]

Joli VN, essaie encore pendant une heure et demi, t’auras fièrement gagné ton maillot Materazzi, dis-je tout sourire. Et salutations de ma mère au besoin. Ce gars m’impressionne…

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

78)
Okazou
, le 02.08.2006 à 18:49
[modifier]

« Ce qui m’a sidéré dans ses excuses, c’est la phrase: Je ne peux pas regretter mon geste car ce serait reconnaître qu’il avait raison de dire ce qu’il a dit. »

En disant cela, Zidane signifie qu’il tient à rester dans le conflit, à l’éterniser en quelque sorte, façon vendetta corse. Il confirme ainsi qu’il porte en lui – et prône – la barbarie comme réponse à l’insulte sans même en percevoir la stérilité.
Quand la société des hommes, depuis des millénaires, n’a eu de cesse d’opposer à cette barbarie vaine et stérile (logique de mort) des réponses parfaitement appropriées en commençant par extirper les parties concernées du conflit qui les oppose, conflit qui sera jugé par des tiers, il reste encore des Zidane pour mettre à bas tout l’édifice.

Zidane est un grave con.

Quand l’homme oublie qu’il est, dans tous ses actes, soumis au double contrôle de son être propre et de la société qui l’accueille, il redevient barbare.


al1-63 : On ne pouvait mieux répondre à VN. Il fallait le faire.


« Œil pour œil, et bientôt la planète est dépeuplée. » Gandhi

79)
nlex
, le 02.08.2006 à 18:55
[modifier]

je signe !

qu’on le veuille ou non Zidane EST un modele, on peut le regreter mais pas le nier

80)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 18:55
[modifier]

Une chose encore: la mère de Zidane est paraît-il très malade. Matterazzi l’a insultée. Ça permet de mieux comprendre aussi la rage et la colère qui ont dû envahir Zidane. Tous les bienpensants et donneurs de leçon qui disent: « il n’aurait jamais dû faire ça », je dis qu’ils ont peut-être raison…

mais imaginez que votre mère (ou quelqu’un de proche dans votre famille, par exemple votre beau-père) est à l’hôpital, et qu’un petit merdeux vous dise pendant 1 h30: « ta mère est une pûte », ou « ton beau-père est un enculé », vous ne sentez pas la rage monter en vous? Vous croyez que vous allez pouvoir réagir « par le rire et le mépris »? Vraiment, vous êtes incapables de ressentir ce qu’il a dû ressentir ?

Alors je dis que Zidane n’aurait peut-être pas dû réagir de la sorte, mais que si sa mère est vraiment malade, et que Materazzi l’a vraiment insultée (ce qui est à peu près sûr ça), eh bien moi je le comprends Zidane et même je l’approuve.

Ce geste, c’est justement un geste pour dire: ce n’est pas tout la Coupe du Monde, ce n’est pas tout le fric, la gloire, le sport: il y a aussi ma famille, ceux que j’aime et auxquels je n’ai pas envie qu’on touche.

81)
Caplan
, le 02.08.2006 à 18:57
[modifier]

Al1, magnifique!

Pour le reste, je préfère quand vous parlez des Macs ou de la photo, c’est tellement plus agréable à lire.

Moi, je préfère quand tu ne parles de rien, c’est tellement plus agréable à lire!

83)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 19:31
[modifier]

Dites donc, plus de 80 commentaires, pas mal pour fêter dignement le retour de congés de Francois, visiblement très en forme :)

84)
VN99
, le 02.08.2006 à 19:35
[modifier]

Bon, passons aux choses sérieuses.

Loin de moi l’idée de prôner la violence comme seule réponse à tout comportement indélicat ou inapproprié. En revanche, je constate que ceux qui persistent dans la voie de non-violence coûte que coûte n’ont jamais été confronté à la vraie violence, aux vraies insultes ou autres agressions. C’est facile de condamner ce qui est effectivement condamnable en restant bien au chaud, mais j’ai pu constater par moi-même comment ces personnes changent si jamais elles doivent réellement se battre.

Ma cousine a été en clase d’une « non violente ». Elle se faisait tabasser par un garçon, la maîtresse appelait des parents dudit garçon, mais rien ne bougeait. Comme ils avaient moins de 12 ans, les flics ne voulaient pas en entendre parler. Mais à ma tente la maîtresse disait toujours qu’il fallait réagir avec la dignité, c’est-à-dire sans résister.

En revanche, quand ce même garçon a battu le fils de la maîtresse, elle l’a giflé. Comme quoi, on oublie vite la salade non violente quand ses proches dégustent.

Effectivement, dans un monde parfait le comportement antisocial serait une rare exception, immédiatement sanctionnée par une autorité compétente et impartiale. Faut-il rappeler que la réalité est toute autre.

Vous semblez oublier que des insultes et autres manifestations de la « petite délinquance » sont très pénibles à la longue. Or, des agresseurs savent trop bien jusqu’où il ne fait pas aller trop loin pour ne pas être sanctionnés. Donc, on encaisse et on souffre en silence ou on paie des factures des psys. Et les agresseurs? Ils vont parfaitement bien, merci pour eux.

Je peux citer deux exemples concrets où il m’a fallu en quelque sorte répondre au comportement discutable par un autre comportement discutable.

1) La fille des voisins de mes grands-parents organisait des petites sauteries amicales chez elle 2-3 fois par semaine, qui duraient jusqu’à 3 ou 4 heures du matin, avec un bruit d’enfer. Nous avons suivi la voie classique – palabres avec les parents de la « petite », appels aux flics, constats d’huissiers, tribunal. Ça n’a rien donné et ça a coûté très cher. Mes grands-parents sont très vieux et malades, il était donc impensable de leur faire subir davantage cette situation. J’ai parlé une fois avec la « petite », et ça a cessé.

Selon François Cuneo j’aurais dû laisser mes grands-parents mourir, car la justice n’a pas voulu sanctionner ce comportement, ou plutôt le juge des référés a refusé toute sanction provisoire en attendant le jugement sur le fond qui allait arriver dans deux ans. J’aurais dû laisser faire la justice et me comporter dignement. Je constate que mon intervention a été plutôt efficace.

2) Une personne de l’entourage de mes grands-parents a profité de leur faiblesse morale pour leur faire payer une facture bidon émise par la société de l’épouse de cette même personne. J’ai pu prouver devant le juge qu’il s’agissait d’une facture bidon qui ne correspondait à aucun service rendu, mais le juge a pris en compte le fait que ces deux personnes étaient au chômage et a prononcé une peine symbolique. Ceci dit, deux jours plus tard le mec est arrivé chez mes grands-parents avec l’argent et des excuses, et cela d’une façon « tout à fait spontanée ». Personne ne l’a frappé, mais le résultat voulu a été obtenu.

Je suis d’accord avec François quand il dit que tout comportement désagréable ou violent ne doit pas déclencher automatiquement une troisième guerre mondiale. Il faut d’abord essayer de résoudre le problème d’une façon civilisée. Mais peut-on dire que l’attitude de la maîtresse de ma cousine a été normale, quand elle a dit à ma tente que de se faire traiter de « sale pute » a 10 ans était une preuve d’amour de la part du con en question et a refusé des sanctions?

En refusant, au nom de la connerie ou du politiquement correct, de sanctionner la petite délinquance la société oblige des gens à se défendre eux-même, avec un grand risque de dérives.

Posons-nous la question simple: et si Zidane n’avait pas réagi, Matterazzi aurait-il été sanctionné? Je pense que non, malheureusement.

Et oui, j’avoue virer de plus en plus à droite en voyant où va le monde.

85)
VN99
, le 02.08.2006 à 19:38
[modifier]

Moi, je préfère quand tu ne parles de rien, c’est tellement plus agréable à lire!

Une réponse typique d’un branleur gauchisant et impuissant.

86)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 19:50
[modifier]

Al1: non je ne plaisante pas, j’aimerais bien que la Suisse envahisse la Provence. Au moins Sanary sur mer.

87)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 19:53
[modifier]

Ou alors qu’on m’accord le statut de réfugié fiscal en Suisse, parce que j’en ai un peu marre de payer des impôts qui servent bien souvent à des choses inutiles (au hasard un porte-avion nucléaire stationné à 15Km de chez moi) ou qui sont détournés par des profiteurs et des abuseurs en tout genre. Avez vous remarqué qu’en France ceux qui gueulent le plus sont ceux qui versent le moins d’impôts, voir pas du tout?

88)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 19:55
[modifier]

Une réponse typique d’un branleur gauchisant et impuissant.

Tu vois VN, tu as parfois des commentaires comme le 87 où je peux entrer en communication, pas être d’accord (parce que tu n’as pas compris que nous sanctionnons la petite délinquance également lorsque nous punissons ET l’élève qui frappe, ET celui qui injurie dans notre école, nous sommes tout sauf laxistes).

Mais quand tu écris des commentaires comme celui cité ci-dessus, ou ci-dessous…

Je pense que Zidane a bien fait. Dans certaions cas il FAUT faire justice soi-même, sinon on glisse vers une société de tapettes.

… tu es d’une vulgarité crasse, qui fait que je n’ai même pas envie de répondre aux quelques commentaires où tu essaies de te tenir.

90)
François Cuneo
, le 02.08.2006 à 20:00
[modifier]

Bige, relis l’humeur, et tu verras que le problème est bien moins la faute du joueur, que le fait de la justifier en faisant semblant de s’excuser.

Le problème, c’est que la presse justifie la justice personnelle en pardonnant, en écrivant bravo.

Je pense que tu ne travailles pas avec des enfants, avec des jeunes, tu ne peux pas comprendre.

91)
Franck_Pastor
, le 02.08.2006 à 20:10
[modifier]

Et oui, j’avoue virer de plus en plus à droite en voyant où va le monde.

Virer à droite de cette façon-là, c’est devenir aigri. Pas bon, ça. On peut définir la droite de façon plus estimable, j’espère ! Comme je suis de gauche, et donc d’avis biaisé sur la question, je laisse le soin à d’autres de définir quoi.

92)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 20:17
[modifier]

gauche/droite, c’est comme Mac/PC, c’est-à-dire un clivage dépassé.

93)
Hallu15
, le 02.08.2006 à 20:19
[modifier]

(…)Et oui, j’avoue virer de plus en plus à droite en voyant où va le monde.

Il est vraiment trop facile de prendre la situation « du monde » actuel comme prétexte à un penchant pour « la droite » (qui ressemble beaucoup plus dans ces propos à « la droite de la droite », d’ailleurs), ce qui revient finalement à se déresponsabiliser de ses opinions et à ne plus les assumer, bel exemple de courage.

94)
DrakeRamore
, le 02.08.2006 à 20:20
[modifier]

En revanche, je constate que ceux qui persistent dans la voie de non-violence coûte que coûte n’ont jamais été confronté à la vraie violence, aux vraies insultes ou autres agressions.

Qu’en sais-tu ?
Pour ma part, c’est archi-faux !!!
J’ai grandi en banlieue chaude Strasbourg.
J’ai joué au foot dans ces banlieues.
La violence, j’ai beaucoup connu, les insultes, menaces, agressions et tout ce qui fait la vie d’une cité quand on est différent des autres, aussi.
Je n’ai pas toujours été blanc comme neige ou innocent, mais avec le recul et l’âge, je me rends compte que j’ai toujours eu tort de répondre aux cons.
Et que si le seul moyen de vivre en société c’est d’être plus violent que le con qui t’ennuie, autant se suicider de suite, le monde (et les cons qui le peuplent) ne mérite pas que j’y vive.

Zidane a exactement le même âge que moi et il n’a pas ce recul ?
Que dire ? Pas grand chose d’autre que : « on est mal barrés si on croit qu’il est dans son bon droit et qu’il agit en homme quand il se fait justice soi-même »

95)
coacoa
, le 02.08.2006 à 20:35
[modifier]

VN, concernant la non-violence, sache que c’est une force.

Ceux qui ne cessent de la choisir envers et contre tout ont de glorieux exemples qui ont ouvert le chemin, et même, parfois, libéré des pays entiers…

Choisir de répondre à la violence par la violence, c’est une facilité.

Vois : te répondre ainsi, alors que je suis une « tapette », et que je me suis senti agressé par ton commentaire, ce n’est pas une « facilité », crois-moi.

En lisant certains de tes commentaires, j’ai bien évidemment des bouffées de colère qui montent en moi, mais à quoi cela servirait-il de t’insulter en retour ? A nous lancer quelques noms d’oiseaux supplémentaires dans la face ? Et après ?…

La non-violence est un choix, le plus difficile peut-être, mais celui en lequel je crois.

Il y a déjà eu et il y aura encore (hélas) nombre de VN sur mon chemin avant que je ne me résolve à lever la main sur quiconque.

96)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 20:36
[modifier]

Bravo VN pour ta réponse 87. C’est exactement le fond de ma pensée.

Bien assis dans son petit confort, c’est facile de juger. Dans le cas présent, c’est facile de donner des leçons quand ce ne pas sa mère, sa soeur, etc.

Ce qui m’énerve, c’est l’arrogance de certains intervenants ici, qui pensent que eux sont tellement plus civilisés, tellement plus intelligents, tellement moins barbares que les autres… Mais se connaissent-ils donc si mal ? N’ont-ils pas eux aussi un point faible, une faille, un point sur lequel on pourrait appuyer suffisamment pour qu’ils enragent eux aussi et « pètent les plombs » ? Ne serait-il pas possible de trouver une situation dans laquelle tous leurs beaux discours seraient réduits à néant ?
Mais bien sûr que si.

L’une des particularités du politiquement correct, me semble-t-il, mais là je théorise largement au-dessus de mes compétences :-)… c’est de nier systématiquement les rapports de force, de penser que tout peut se régler par une discussion aimable, raisonnable, gentillette. Mais tout le monde n’est pas comme ça, le monde n’est pas comme ça, parce que la méchanceté, la jalousie, la connerie existent (et en chacun d’entre nous).

Les vulgarités de VN ne sont pas le fond de sa pensée, j’en suis sûr, seulement, il doit être comme moi tellement agacé par la suffisance de quelques intervenants qu’il ne peut s’empêcher de provoquer. Non? Petite faiblesse humaine là aussi…

Je ne partage donc toujours pas le point de vue de F Cuneo, même si son humeur est, comme toujours, remarquablement écrite.

97)
psychros
, le 02.08.2006 à 20:36
[modifier]

Pour revenir au sujet de base, je suis ô combien en accord avec cette humeur que j’ai eu beaucoup de plaisir à lire. D’ailleurs, si j’avais eu un site à moi, je l’aurais écrite aussi (mais peut-être avec un peu moins de style…).
A mon humble avis (et, visiblement, je ne suis pas le seul, ça fait toujours plaisir), Zidane aurait mieux fait de la fermer plutôt que de s’excuser de cette manière…

98)
VN99
, le 02.08.2006 à 20:44
[modifier]

Je suis assez d’accord avec psychros.

Dans la vie on fait des choix. Ils sont bons ou mauvais, c’est comme ça. Parfois il y a le choix entre mauvais et moins mauvais, mais c’est une autre histoire.

En revanche, si on a fait un choix discutable, il faut l’assumer et en payer le prix ou admettre qu’on a eu tort, mais sans ces « presque excuses » exclusives sur Canal+.

99)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 20:53
[modifier]

Post 83: Matterrazzi provoque
Post 88: Zidane réplique.

La réponse de Zidane est un peu sèche, mais c’est pas lui qu’a commencé.

100)
VN99
, le 02.08.2006 à 20:53
[modifier]

Virer à droite de cette façon-là, c’est devenir aigri. Pas bon, ça. On peut définir la droite de façon plus estimable, j’espère ! Comme je suis de gauche, et donc d’avis biaisé sur la question, je laisse le soin à d’autres de définir quoi.

Je sais, mais que veux-tu? Il est vrai que les grands partis politiques ne donnent plus des réponses à des vraies questions, en se refugiant dans un politiquement correct de très mauvais goût.

Je pense que la seule façon d’en finir avec la violence se trouve du coté de la tolerance zéro à tous les niveaux. Une mauvaise action doit être sanctionnée d’une façon rapide et proportionnée ou elle entraîne une réponse tout aussi mauvaise.

Mais de nos jours on vous dit que fumer un joint, ce n’est pas grave, gruger dans le métro, ce n’est pas grave, saccager des vitrines ou des rames de métro pour célébrer une victoire de l’équipe de France (très belle au demeurant), c’est pas grave…

101)
al1
, le 02.08.2006 à 21:10
[modifier]

VN, j’ai une frangine auxiliaire puéricultrice, et elle a appris un truc que tu n’arriveras jamais à comprendre, qui marche à tous les coups, c’est de gronder non pas celui qui a agressé mais celui qui a été agressé et tente de répondre. Ca déconcerte l’agresseur parcequ’au fond ce qu’il cherchait c’est la bagarre, et que ça tombe à l’eau. L’agresseur s’en va dans son coin, il ne peut évidemment pas se plaindre de ne pas avoir été grondé, et l’agressé ne comprend pas, mais sans l’intervention intelligente de l’auxiliaire (c’est ma sœur quand même !) la situation se serait envenimée dans un œil-pour-œil-dent-pour-dent. Les pleurs s’arrêtent de suite !

A la place des flics je proposerai à Sarko d’embaucher des psychologues et des auxiliaires de puériculture, et la France ira beaucoup mieux ! ;)

102)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 21:22
[modifier]

le problème des psychologues, c’est qu’ils cherchent toujours des excuses aux coupables.

103)
al1
, le 02.08.2006 à 21:26
[modifier]

Hé oui, et c’est ce qui marche le mieux : essayer de comprendre !!!
pa exemple toi qui es de Droite je suis sûr que tu as des excuses ! Pour être aussi désabusé, il faut avoir été abusé, je me trompe ?

;) ;)

106)
VN99
, le 02.08.2006 à 21:45
[modifier]

le problème des psychologues, c’est qu’ils cherchent toujours des excuses aux coupables.

Et pas que des psychologues…
Ça, c’est bien français de ne pas punir l’agresseur, mais celui qui tente de se protéger. Comme ça, l’agresseur va recommencer.

107)
al1
, le 02.08.2006 à 21:46
[modifier]

Trop fort que je suis !
T’était P.S., comme moi ?
Hé oui ça pardonne pas, ça !

108)
Gaël
, le 02.08.2006 à 21:49
[modifier]

Autant je suis plutôt de l’avis de François, autant je comprend NV – sans pour autant penser que la dérive à droite est une conséquence du « laxisme ».

En effet, François semble oublier les effets et conséquences des provocations répétées, le harassement, la perte de patience. Il n’y a pas beaucoup de moine boudhiste zen ou de jesus pour tendre l’autre joue.

Personnellement, je me considère très patient, il m’est arrivé plusieurs fois déjà de perdre patience. Environ trois fois. J’en ai tiré une conclusion, parfois il n’y a pas d’autre choix que de se mettre au même niveau que la provocation. La compréhension et les capacités ne sont pas les mêmes entre les protagonistes du conflit. Il faut parfois avoir recours à des arguments plus convainquant que les mots. C’est triste, mais réel.

Gaël

109)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 21:50
[modifier]

j’ai été PS, puis j’ai viré vers le centre droit (UDF) et maintenant me voila à l’UMP. Mais j’assume complétement mon virage politique, d’autant plus qu’il n’est pas dit que je switche à nouveau dans un futur plus ou moins lointain. S’il est vrai qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, alors je suis relativement intelligent :))

110)
al1
, le 02.08.2006 à 21:54
[modifier]

VN, tu es un garçon primaire.
Les gens primaires peuvent avoir plein de qualités, ils peuvent être de bons camarades, bon vivants, solidaires, …à condition évidemment de ne pas être trop différent… évidemment…

Il y a les gens primaires, qu’on retrouve partout, chez les sionnistes, chez les Hezbollah, …
Et il y a les autres, qui essaient de dire siouplait, y’a surement moyen de s’arranger, on est tous frères, faites un geste bordel de merde, et lâchez moi cette arme, oui évidemment l’autre en face a la même mais c’est bien une preuve que vous êtes frères, non ? Cinq doigt de la main qui tiennent une kalashnikov année 78, tout pareil !!!!

111)
alec6
, le 02.08.2006 à 21:55
[modifier]

@ Renaud 91

Attention ! quand on râle après les portes-avions nucléaires on est vite catalogué de « gaucho ».
D’autre part tu dois apprécier autant que moi je suppose que tes (nos) impôts servent à payer le tiers si ce n’est d’avantage de l’enseignement dit « privé » et que d’autre part les médecins en grève des cliniques privées en réclament à l’Etat,(donc nos impôts) pour financer leurs choix (que je respecte au passage) d’exercer dans le privé et payer leurs chères assurances !

Mais comme d’habitude dans notre beau pays on privatise les bénéfices et nationalise les pertes.
Privatisons tout d’abord TOTALEMENT ce qui est soi-disant « privé » afin que leurs acteurs puissent goûter à l’envie des joies de la concurrence, du marché et du reste.

Après nous pourrons toujours causer.

A… tous les défauts !

112)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 21:59
[modifier]

alec6, il y a quelques sujets qui fachent ici du côté de Marseille: la RTM (Régie de Transport Marseillais), la voirie municipale (vivement la réforme du diabolique « fini-parti »), le Port Autonome de Marseille (d’ailleurs injustement nommé car pas si autonome que ça) et last but not least, la SNCM, avec son fameux Syndicat des Travailleurs Corses (non ce n’est pas une erreur ca s’appelle bien comme ça).
Et moi comme un con je file mon pognon. A croire que je suis masochiste.

113)
VN99
, le 02.08.2006 à 22:02
[modifier]

VN, concernant la non-violence, sache que c’est une force… Choisir de répondre à la violence par la violence, c’est une facilité.

Vous n’allez peut-ête pas me croire, mais je suis entièrement d’accord.

En revanche, je préfère des fois un bon coup de pied dans le cul de l’agresseur que de garder tout pour moi.

Je ne passe pas mon temps à chercher la bagarre, car je sais justement trop bien que ce n’est pas la bonne solution. J’ignore 99,9% des insultes et d’autres saloperies qui se présentent. Mais elles finissent par pourrir la vie et de me poser la question sur la volonté des pouvoirs publics de lutter contre cette petite délinquence.

Et oui, je revendique de droit de faire bouffer ses dents à celui qui dépasse certaines bornes.

114)
alec6
, le 02.08.2006 à 22:09
[modifier]

@ Renaud,

Je ne connais pas bien les exemples dont tu me parles, mais j’ai cru comprendre que l’intransigeance des uns n’avait rien à envier au dogmatisme des autres et que dans tous les cas de figure l’usager seul pâtissait de cette dégradation de services publics, que ce soit par la grève des uns ou par la privatisation rempante des autres…

Me trompe-je ?

A… tous les défauts !

115)
jibu
, le 02.08.2006 à 22:16
[modifier]

En lisant ces commentaires en diagonale je comprend pourquoi j’ai finipar ne plus suivre l’actualité de ce monde médiatisé. vn tu fais peur. Je préfère partir, bonne nuit.

116)
Inconnu
, le 02.08.2006 à 22:16
[modifier]

alec6: tu n’es pas loin de la vérité, si vérité il y a :)
Le corporatisme est une valeur sure de notre société. Je vais d’ailleurs lancer le mouvement des Payeurs d’Impots mécontents, qui devrait rencontrer un large succès.

117)
alec6
, le 02.08.2006 à 23:02
[modifier]

Renaud
A l’inverse de toi je suis de gauche, du moins l’essentiel de mes idées sont de ce côté là, mais pour rien au monde je n’irais émarger dans un quelconque parti, aucun ne me séduit et certains me répugnent carrément. Leur leader en particulier !
Mais passons…

Je crois aux valeurs démocratiques et républicaines de l’impôt sur les revenus (ces trois mots ensembles nous éloignent de la réalité, je suis bien d’accord).
Le problème avec les impôts n’est pas tant ce que l’on paye que ce que l’on fait avec et là le problème est réglé par les urnes puisque nos choix politiques vont orienter les choix budgétaires. Si nous ne sommes pas content il suffit d’attendre les prochaines échéances électorales pour espérer changer qq chose.

D’aute part la critique de l’impôt par les uns et les autres n’est jamais mise en balance avec ce que nous « gagnons » tous les jours sans nous en rendre compte :
– entretient des routes, réalisations des infrastructures, services publics en tous genres, santé, pompiers, enseignement (la plupart des enseignants du privé sont payés par l’Education nationale !), TGV, viaducs, tunnels, recherche (aux US, toutes proportion gardée, l’Etat investit trois fois plus que chez nous), armée, police, et j’en passe.
Ensuite on peut comparer avec les autres et mesurer l’efficacité comparée d’un système et d’un autre (combien coûte une grossesse aux US ? pat exemple).

Je crois donc que la meilleure façon de râler contre les impôts c’est d’abord d’imaginer le fonctionnement de nos société sans impôts et d’autre part de demander des comptes à nos élus, ils sont payés pour ça et ont le devoir de nous recevoir si nous le demandons. C’est inscrit dans la constitution. Ne pas oublier par exemple que les mairies sont des lieux publics !

A… tous les défauts !

118)
al1
, le 02.08.2006 à 23:18
[modifier]

Merci alec6.
Je suis fonctionnaire dans la recherche, et ce que nous voyons arriver avec les ‘pôles de compétitivité’ est un exemple frappant des impôts qui arrivent dans la poche des grosses entreprises privées : on paye des chercheurs et leurs infrastructures pour travailler pour le privé.
Quand il s’agit par exemple d’étudier la dangerosité d’un produit c’est emmerdant d’être payé par ceux qui le produisent.

L’argent de l’état va beaucoup plus das les poches du privé qu’on ne l’imagine. Et je ne parle pas des emplois précaires des entreprises de ménage qui viennent travailler chez nous.

Et, ah oui, je suis de gauche aussi.

119)
Franck_Pastor
, le 02.08.2006 à 23:24
[modifier]

J’ai été PS, puis j’ai viré vers le centre droit (UDF) et maintenant me voila à l’UMP.

Tant que ce parcours ne finit pas au FN ;-)

VN, si je me réfères à ton message 119, nos points de vue se rapprochent.

Des éducateurs de rue sont parfois obligés de recourir à des arguments genre coup de poing dans la gueule pour se faire entendre… jusqu’à Guy Gilbert, « prêtre des loubards », qui a du apprendre le karaté pour se faire respecter de certains de ses « ouailles ».

Le piège serait de systématiser la violence. Parce que dans 99% des cas, comme tu dis, et les témoignages de Guy Gilbert vont aussi dans ce sens, les problèmes se résolvent autrement : souvent un brin d’humanité, de dialogue, fait des miracles. Et la violence dans ces cas-là ne fait que mettre le feu au poudres. Il faut s’y faire : il n’y a pas de solutions passe-partout, miracle. La répression systématique n’en est pas plus qu’une autre.

120)
Alexandre
, le 02.08.2006 à 23:36
[modifier]

françois, désolé de revenir dans le débat 12 heures plus tard (poste 39!) – travail oblige!

pour clarifier: je comprends ton souci pedagogique vis-à-vis de tes écoliers, la décéption, le modèle qui s’écroule, etc.

neanmoins le geste de zidane est un geste intègre, honnète, « jusqu’au boutiste ». alors que les autres exemples cité sont tous des lâches, des trompeurs, des tricheurs qui n’assument pas.

il y a pour moi là une énorme difference.

et dans un monde où l’arrogance (de matterazzi, d’un pays, etc) domine, une réaction assumée mais brutale m’inspire une certaine forme de respect. je ne suis pas un fan de la « justice personnelle », ni de la politique « oeil pour oeil, dent pour dent », les dérapages sont trop dangereux (peine de mort, etc). mais je crois à l’idée de remettre l’autre à sa place.

quand je me prennais une raclée dans la cour de récré, je ne tendais pas l’autre joue…

alexandre

121)
ToTheEnd
, le 02.08.2006 à 23:41
[modifier]

Bon, après quelques verres de vin, tout est sympa…

Heureusement que les Russes sont là… que ferait-on le premier mercredi soir d’août sans eux?

Je pense que quand on constate des inégalités comme le fait notre camarade VN et qu’on se sent toujours plus à droite; c’est qu’on sent l’invasion étrangère proche.

C’est un peu comme quand le chômage augmente, c’est de la faute de ces étrangers qui viennent nous prendre notre travail. Quels salops ces étrangers.

Mais oui VN, c’est bien malheureux de ne plus avoir cette paix du travail, on était si bien en ce temps là…

La vrai question est: pourquoi est-ce qu’autant d’étrangers fréquentent ce site… c’était mieux avant.

T

122)
al1
, le 02.08.2006 à 23:43
[modifier]

Hé, dites, vous avez vu un point Godwin, vous ?

Souriez, vous êtes chez Cuk !

123)
Nico206
, le 03.08.2006 à 00:01
[modifier]

Salut à tous !
C’est ma première intervention sur Cuk que je lis fréquemment.
Juste pour dire que je ne suis pas d’accord avec François mais plutôt avec Emile. Les hommes ne sont pas parfaits, Zidane comme les autres. Son geste n’était pas prémédité, c’est une réaction à une agression verbale. Mais j’ajoute que si Zizou avait vraiment voulu faire mal il aurait visé le nez… Là on sent bien quand même que le geste n’est pas destiné à blesser mais simplement à avertir, de façon très virile je l’accorde, la personne qui est à la base de l’agression.

D’autre part, je penses également que nous ne sommes pas dans un monde tout beau tout propre… Et j’espère que vous apprendrez ça à vos enfants sinon il vont être bien démunis lorsqu’ils devront voler de leurs propres ailes. Si vous attendez un semblant de justice dans ce pays c’est que vous êtes vraiment naïfs… Cependant, loin de moi de cautionner l’idée de faire justice soit même, non. Mais simplement rappeler que nous restons dans un monde où pour être respecter il faut être ou paraître le plus fort. C’est vrai d’un point de vu International (ce n’est pas pour rien que des pays veulent la bombe atomique, arme de dissuasion par excellence, mais c’est vrai aussi localement… Si votre voisin fait la fête tous les soirs, vous insulte et vous en fait voir de toutes les couleurs sans que vous ne réagissiez il est certain que rien ne changera et ce n’est certainement pas la police qui a d’autres chat à fouetter qui fera quelques chose. La diplomatie est bien entendu la première chose à tenter mais lorsqu’elle n’aboutit pas il ne reste que la force… Qu’elle soit verbale ou physique dans la limite du respect de la vie (j’entends par là qu’un bon coup de boule remet parfois les idées en place mais certainement pas un coup de couteau ou autre arme qui portent atteinte à la vie d’autrui)

Voilà, pour finir je ne sais pas ce que j’aurais fait à la place de Zizou mais je trouve sa réaction humaine et j’irais même à dire, François, que si tu étais présent devant moi et que tu insultais ma femme je n’hésiterais pas une seconde… Il y a des choses auxquels ont ne touche pas… Le respect ce n’est pas quelque chose acquis dés la naissance, ça se mérite!

124)
Hervé
, le 03.08.2006 à 00:44
[modifier]

J’avais l’impression de vivre dans une société civilisée, mais certaines réactions lues ici commencent à m’en faire douter.

Alors, je vais dépasser le point Godwin allègrement, j’en suis conscient et je ne m’en excuse même pas.

1914 : la GRANDE guerre qui commence par l’assassinat du Grand Duc à Sarajevo. L’Autriche humiliée déclare la guerre à la Serbie … c’est normal n’est-ce pas, quand on est humilié, on répond par la force. Mais voilà, la Serbie est alliée de la Russie, donc la Russie prête la main à ses amis. Oui, mais l’Autriche, elle est l’alliée de l’Allemagne et donc son amie lui prête la main. Mais bon. la Russie, elle, elle a pour amie la France et comme celle-ci n’attend que l’occasion pour venger l’humiliation de 1870, elle prête la main à la Russie et entraîne avec elle la Grande Bretagne. qui est son alliée.

1919 : L’Allemagne est écrabouillée et la France peut enfin venger l’humiliation de 1870 en humiliant l’Allemagne. Et l’Allemagne s’écrase jusqu’à ce qu’un certain Monsieur Adolf arrive à convaincre les Allemands qu’il faut venger l’humiliation

OK, on continue ?

125)
Okazou
, le 03.08.2006 à 05:23
[modifier]

« Mais comme d’habitude dans notre beau pays on privatise les bénéfices et nationalise les pertes.
Privatisons tout d’abord TOTALEMENT ce qui est soi-disant « privé » afin que leurs acteurs puissent goûter à l’envie des joies de la concurrence, du marché et du reste. »

Le doux alec6 dans toute sa cruauté. alec006 : un tueur !

« Si nous ne sommes pas content il suffit d’attendre les prochaines échéances électorales pour espérer changer qq chose. »

Non, alec6, il ne faut surtout pas attendre !
Notre vigilance et notre contrôle sur les élus doivent être permanents.

Créons le « lobby » démocratique des citoyens pour annihiler l’action pas démocratique du tout sur NOS élus des « lobbies » d’affaires, action si dynamique que NOS élus deviennent leurs obligés, leurs valets ou leurs carpettes.

Il existe aussi une association démocratique qui prône la mise-à-pied immédiate de tout élu qui aura trahi ses engagements. « Tu tiens parole, citoyen député, ou t’es viré ! »
Nous allons bientôt voir le très libéral Parti Suiviste (Sarkolène en tête soutenue par son rosâtre et gélatineux compagnon) contourner toute trahison de ses promesses en se hâtant ne n’en point faire qui pourraient enrayer l’irrésistible (my foot !) marche du projet libéral et par là-même améliorer vraiment l’état des lieux en France.
L’américanisation (non latine !) du monde est l’objectif final. Je m’imagine déjà, me cherchant dans la glace et y trouvant un petit mickey avec de grandes oreilles (les mêmes que George W. Sarkozy).

Et vous trouvez ça drôle ?


« Œil pour œil, et bientôt la planète est dépeuplée. » Gandhi

126)
ptisuix
, le 03.08.2006 à 09:01
[modifier]

Juste mes cinq centimes (qui n’ont pas encore disparus). Monsieur Zidane n’est pas un saint: il a reçu 14 cartons rouges, et une expulsion en 1998 en CDM déjà. Ceci posé, M. Zidane n’est pas non plus un pauvre foutebauleur qu’on aurait lâché par hasard un 9 juillet dans une finale de coupe du monde. Il a joué des années en Italie et en Espagne, alors des insultes, il doit avoir l’habitude d’en entendre. Dans tous les sports, on cherche à destabiliser l’adversaire. Il connait les règles du jeu, et lui aussi les appliques: n’aurait-il pas dit le fameux « fils de pute » à un arbitre, mais en lui tournant le dos, ce qui fait que seule la caméra (et les quelques millions de téléspectateurs) l’ont deviné sur ses lèvres.

De plus, on a beau dire ce que l’on veut, M. Zidane est payé (et très bien) pour ça: bien jouer et encaisser les insultes. Si ça ne lui plaisait pas, il n’avait qu’à aller travailler. Le stress, il n’est pas le seul à l’affronter. Alors le pôôôvre peitit zizou qui pête les plombs parce qu’on l’insulte, puis essaye de se justifier sans remords, non merci. Et on ne parle pas de tendre l’autre joue, ici: c’est violence physique à une agression verbale. Si tous les gens qui subissent des agressions verbales (sans être aussi bien payé) pétaient les plombs, où irions-nous ? ne sommes-nous pas censés être (un peu)plus évolué que l’animal ?

P.

127)
Nico206
, le 03.08.2006 à 09:17
[modifier]

Vas y Hervé continu dans ton délire et parle nous de la seconde guerre mondiale à ce moment là…
Alors qu’est ce qu’on fait, on bouge pas… On demande à M. Hitler d’arrêter car vraiment c’est pas bien du tout ce qu’il fait… On le menace mais surtout on ne fait rien car la violence c’est vraiment vilain ?

Ce qui faut pas lire… Faire l’analogie entre un coup de boule dans le ventre et des guerres faut vraiment le faire….

Comme dirais l’autre, Tu pousse le bouchon un peux trop loin Maurice !!! :-)

128)
pter
, le 03.08.2006 à 09:44
[modifier]

« deux intelectuels assis vont moins loin qu’une brute »

Quand a les revenus et la carriere de Zizou on pisse sur le monde et sa morale (votre morale). Arretez d’etre naifs. L’argent vous tourne la tete, le pouvoir aussi. ET CELA COMPTE POUR TOUT LE MONDE ICI !!!!!
Il l’a fait. point. Les gamins qui singes ou les parents qui savent pas repondrent au questions betes, c’est pas la faute a zizou.

Ptisuix: l’animal est pas celui qui previens (gentiment) avant de mordre. Car aller pas me dire que la douce pichenette de la tete a fait mal au rital de Materazzi. J’ai vu moins experimenter que Zizou defoncer literalement la pomme du sbire d’en face par un coup de tete.
L’etre humain est bestial, je l’assume, et vous?
Nico206, Emile et Alexandre me parraissent quand meme plus realiste et francs dans leur interventions.

129)
Hervé
, le 03.08.2006 à 11:07
[modifier]

Je n’ai pas fait d’analogie entre le coup de boule et les guerres mondiales, simplement montré jusqu’où peut aller le désir de venger l’humiliation.

Quant au raisonnement de Mr. pter, il justifie toutes les violences … ce n’est certainement pas un monsieur avec qui j’aimerais avoir une relation quelconque. (Après cela, on passera aux insultes et je serai humilié !)

Entre nous, certains ont affirmé que Materazi avait passé 1 h.30 à insulter Zizou … Il a quand même pris le temps de marquer deux buts, entre deux insultes.

130)
DrakeRamore
, le 03.08.2006 à 11:20
[modifier]

Nico206, Emile et Alexandre me parraissent quand meme plus realiste et francs dans leur interventions.

C’est bien ce qui est triste…
Trouver réaliste et franche la justification d’une violence montre bien que le monde dans lequel on vit n’a pas changé depuis 3000 ans.

C’est peu être la réalité, peut-être que les humains ne comprennent que la violence contre la violence, l’oeil pour oeil, la dent pour la dent, ça n’empêche pas que c’est triste et déplorable.

Non ?

131)
François Cuneo
, le 03.08.2006 à 11:37
[modifier]

DrakeRamore, j’aurais quasiment écrit mot pour mot le même commentaire si tu ne l’avais pas fait.

pter, tu peux dire ce que tu veux, mais ne parle pas de manque de franchise de la part de ceux qui doutent de l’exemple donné par le Monsieur.

C’est un peu insultant. Heureusement que l’on est des calmes.

132)
al1
, le 03.08.2006 à 11:57
[modifier]

pter, ceux que tu dis réalistes et francs, moi je les appelle des primaires.
Vois comme tu dévies : ‘ce rital de Materazzi’
Et vois à quel point les agresseurs et les agressés se ressemblent.
Des primaires, des animaux, bref des humains, quoi.

133)
Inconnu
, le 03.08.2006 à 12:01
[modifier]

Ha c’est sûr si tout le monde était comme Drakemore, le monde irait beaucoup mieux…

A moins qu’il soit encore occupé par l’armée allemande.

(Pardon de donner ce genre d’exemple, moi aussi comme Nico206, je déteste ce genre de comparaisons idiotes, mais pour dire que la non-violence n’est, dans certaines situations , que le masque de la lâcheté.)

134)
al1
, le 03.08.2006 à 12:06
[modifier]

Emile, tu dis n’importe quoi. Il n’y a rien de plus lâche que la violence.
Essaie de comprendre que l’armée allemande c’est toi. L’ennemi c’est toi-même, et tu es violent parceque tu as la lâcheté de ne pas le voir.

135)
al1
, le 03.08.2006 à 12:36
[modifier]

Le message qu’on essaie de faire passer ici c’est qu’il n’est pas obligé de devenir une brute pour survivre parmi les brutes. C’est plus difficile de ne pas répondre à la violence par la violence. Ca demande une grande force de caractère, et ça s’apprend aussi.

A ceux qui pensent que je vis au pays des bisounours, je pourrai raconter ma vie, ça en scotcherai plus d’un. Sachez seulement que j’ai subi bien des coups et humiliations et que je peux me vanter de n’en avoir jamais donné un seul.

136)
Inconnu
, le 03.08.2006 à 12:38
[modifier]

Alors là, oui, en fait, euh non, comment dire, j’ai absolument rien compris à ton 2e paragraphe… (du post 140). En effet, je dois être l’un de ces Barbares incultes d’il y a 3000 ans. :-)

Mais cette question simple, répondez-y puisque Hervé a mis le sujet sur le tapis et puisque vous pensez que toute violence est condamnable (j’ai honte, j’ai honte, je parle encore de la 2e guerre mondiale, ça n’a rien mais rien à voir avec Zidane, mais tant pis):

Oui ou non, les Alliés ont-ils bien fait de déclarer la guerre à Hitler?

Si vous répondez oui, c’est que comme moi vous acceptez le principe d’une violence légitime.
Si vous répondez non, alors là… à quoi bon discuter.

Mais je vous connais, vous allez biaiser ou ne pas répondre…

Mis à part ça, bien sûr que je ne soutiens pas la violence à tout prix, je déteste la violence, je n’ai jamais frappé quelqu’un de ma vie, et encore une fois, je ne suis pas adepte de la justice personnelle… Si tu n’as pas réagi aux violences qu’on t’a infligées, je trouve ça formidable. Je dis juste, pour la 100e fois que parfois elle peut se comprendre et que parfois elle est nécessaire, à petite ou à grande échelle. C’est tout. C’est pas compliqué.

Même Mandela a décidé de recourir à la violence armée quand il s’est aperçu que le dialogue ne suffisait pas.
si ça vous intéresse
Mais Drakemore dirait: c’est bien la preuve que l’être humain n’a pas évolué depuis 3000 ans…

Même François Cunéo a dû employer la violence pour faire taire momo! :-)

Enfin bon, j’arrête là, et comme je suis d’un esprit pacifique (au fond), je vous laisse le dernier mot.

137)
Alexandre
, le 03.08.2006 à 13:47
[modifier]

de toute évidence, y’en a qui se sont jamais pris une raclée pendant la recré!

ça sera mon dernier mot.

alexandre

138)
François Cuneo
, le 03.08.2006 à 13:56
[modifier]

Eh bien non alexandre, je n’ai jamais pris de raclée à la récré.

C’est exactement ce que je dis à mes élèves, et je jure que c’est vrai.

Justement, je n’ai pas pris de raclée parce que je ne répondais pas aux provocations, je m’en allais.

J’ai 47 ans, je suis la preuve vivante que c’est donc possible.

139)
François Cuneo
, le 03.08.2006 à 13:58
[modifier]

Mis à part ça, bien sûr que je ne soutiens pas la violence à tout prix, je déteste la violence, je n’ai jamais frappé quelqu’un de ma vie, et encore une fois, je ne suis pas adepte de la justice personnelle… Si tu n’as pas réagi aux violences qu’on t’a infligées, je trouve ça formidable. Je dis juste, pour la 100e fois que parfois elle peut se comprendre et que parfois elle est nécessaire, à petite ou à grande échelle. C’est tout. C’est pas compliqué.

Eh bien justement, dans le cas précis, le moins que l’on puisse dire, c’est que cette violence n’était pas nécessaire. Et qu’elle en justifie d’autres, de violences.

142)
rackis
, le 03.08.2006 à 14:09
[modifier]

Bonjour à tous. Juste une petite réaction pas tant sur l’humeur que sur les réactions à l’humeur.

Quelqu’un peut il m’expliquer clairement ce que viennent faire la 2° guerre mondiale, les partis politiques et l’attribution de nos impots (Porte avions ou SNCM) dans le débat?

Le sujet de l’humeur n’a, me semble t il, qu’un rapport bien lointain avec tout cela.

A moins que ce ne soit que des pretextes pour se déchirer sur tout et rien…

Bon courage pour la suite cependant.

143)
Leo_11
, le 03.08.2006 à 14:18
[modifier]

@ Nico206

Tu as raison dans ton raisonnement du post 129… toutefois, je pense que Zizou aurait été grandi en résistant aux provocations sur le terrain et pourquoi pas lui fracapéter la boule pour de vrai après le martch hors champ des caméras ???

144)
al1
, le 03.08.2006 à 14:20
[modifier]

Oui c’est un peu décousu, mais ça se tient : Comment parler de la réponse à l’agression par l’agression sans parler de guerres ?
Ensuite, VN nous a gratifié d’une prose copiée-collée, je suis allé voir d’où ça venait, et il s’avère que ce texte est le véhicule d’une idéologie politique très très encrée à droite, d’où le glissement du débat sur ‘est-il honteux d’être de droite ?’

Normal, quoi ! Une conversation de bistrot, mais il en sort une réflexion sur l’esprit de compréhension de l’autre … ou pas !

Si t’as d’autres questions…

145)
al1
, le 03.08.2006 à 14:32
[modifier]

Et pour en revenir au sujet, ce Zizou est un sacré putain de nom de dieu de footballeur de génie, vous trouvez pas ? ;)

(excusez pour la vulgarité, mais soudainement je me suis vu auréolé avec des pièces jaunes à la main. Une vision d’horreur !;)

146)
alec6
, le 03.08.2006 à 14:49
[modifier]

Ben oui Rackis… ce site est par définition digressif ! le comptoir virtuel du café du (petit) Commerce.
Quand qq’un sort des anneries, il faut bien lui répondre, non ?
De surcroît tout se fait par clavier interposé, personne n’a donné de coup de boule à qui que ce soit.

Quant au sujet de départ, je n’ai personnellement rien à dire, je ne connais pas Zidane, ne m’intéresse pas au foute et ne regarde jamais les infos à la télé (exceptionellemnt sur Arte ou Euronews…)Alors… pas vu une image du délit. Jai dis plus haut ce que je pensais de cette mascarade visuelle (en 21 & 34). Rien à rajouter, mais la lecture des uns et des autres est instructive et m’intéresse.

Quant à la violence… vaste débat. On a cru longtemps que la « civilisation » et la « culture » pouvait nous mettre à l’abris de la violence… Doit-on citer des exemples (éternels) dans l’Histoire présente, récente ou ancienne pour ce convaincre du contraire ? Dois-je marquer un nouvau point Goldwin ?

A tous les défauts !

148)
coacoa
, le 03.08.2006 à 16:37
[modifier]

la FORCE d’aimer

pas les « couilles-molles d’aimer »

et COMBAT non-violent

pas « fuite non-violente »

La non-violence n’a JAMAIS empêché ni la FORCE (au contraire), ni le COMBAT… Ce sont les moyens mis en oeuvre qui sont non-violents. Dommage que Martin, que tu as l’air d’avoir bien connu, ne te l’ait pas mieux expliqué.

S’il faut un exemple pour illustrer le propos, soit, Ghandi a fait preuve de FORCE et a mené un COMBAT, sans pour autant avoir recourt à la violence.

Si je peux me permettre un commentaire, je ne crois personnellement pas que la démagogie permette de développer le débat.

Ah, j’oubliais, oui, je suis un pacifiste convaincu, je suis objecteur de conscience et m’y suis engagé de manière ferme. En tant que tel je me suis trouvé engagé à chercher et appliquer des moyens (non-violents) pour permettre à de jeunes délinquants de s’exprimer avec autre chose que des gestes ou des mots violents. Ce n’est pas forcément facile, mais j’y crois puisque nous avons déjà fait de belles choses.

On peut ne pas être d’accord, mais de là à m’insulter…

Je remarque en effet que « canaliser la violence » n’est pas une chose évidente, et les quelques lignes ci-dessus le prouvent : comme je suis une « tapette » (pour reprendre l’expression de VN) et un pacifiste, je suis conchié et insulté par deux fois dans le fil de ces commentaires. Juste parce que je suis qui je suis et ce que je suis.

J’ai une question : on a tenté de me faire comprendre que Zidane, qui a répondu par la violence à la violence, avait ses raisons de le faire… Soit. J’ai bein compris les avis des uns et des autres, personnellement je partage l’avis de l’humeur.

Peut-on par contre m’expliquer ce phénomène nouveau qui veut que dans les commentaires qui précèdent on répond à ma non-violence par la violence… ?

149)
François Cuneo
, le 03.08.2006 à 16:38
[modifier]

Bige, ce serait sympa si tu ne mettais pas dans la bouche de Martin Luther-King des choses qu’il n’a peut-être pas voulu dire comme tu les interprètes.

Merci.

150)
Inconnu
, le 03.08.2006 à 16:57
[modifier]

Et Mandela alors, il a eu tort de lancer des actions violentes?

Et Roosevelt, il a eu tort de déclarer la guerre à l’Allemagne?

Je n’ai toujours pas de réponse à ces deux questions.

(Après je me tais, promis.)

151)
Alexandre
, le 03.08.2006 à 17:50
[modifier]

…et les tibétains, ça leur a apporté quoi de rien faire, sinon fuir, face aux chinois?

« Après je me tais, promis »… moi aussi.

alexandre

152)
kostoglotov
, le 03.08.2006 à 18:03
[modifier]

Citons à nouveau Gandhi :
« Là où le choix existe seulement entre la lâcheté et la violence, il faut se décider pour la solution violente. J’aimerais mieux que l’Inde défendît son honneur par la force des armes plutôt que de la voir assister lâchement et sans se défendre à sa propre défaite. Mais je n’en crois pas moins que la non-violence est infiniment supérieure à la violence ».
Cette phrase, ainsi que d’autres choses intéressantes se trouvent sur la page wikipedia dédié à ce grand homme .

Ca résume bien la problématique : QUAND faut-il en arriver à user de violence?
Quand est-ce inévitable ? …

153)
DrakeRamore
, le 03.08.2006 à 18:04
[modifier]

Roosevelt a déclaré la guerre 10 ans après l’arrivée de Hitler au pouvoir, presque 3 ans après le début de la guerre, presque 2 ans après l’invasion de la France.

Il ont déclaré la guerre à l’Allemagne après que le Japon ait attaqué les USA, parce que le Japon et l’Allemagne étaient alliés.

Alors qu’ils aient eu tort ou pas, je ne sais pas, en tous cas, ça les a pas beaucoup dérangé de voir le monde se faire bouffer par un tyran, de voir des peuples se faire gazer, tant qu’on lui avait pas coulé son porte-avion.
Alors les placer en héros pour ça… bof.
Des brutes comme les autres, ça oui.

Mandela, je sais pas, je connais pas les détails de son combat.

Et les tibétains, ils ont gagné une chose : être moins con que les chinois, et c’est déjà beaucoup.
Et si ils avaient usé de la force contre la Chine, ça ferait belle lurette qu’il n’y aurait plus un seul tibétain vivant…

154)
drazam
, le 03.08.2006 à 18:10
[modifier]

Facile de balancer vos questions pour vous donner bonne conscience (raison ?). Ok, à mon tour de jouer alors, ça a l’air sympatoche comme tout.

Si la violence peut être la réponse, pourquoi y a t’il toujours des opprimés sur terre? Pourquoi le Moyen-Orient est-il toujours à feu et à sang? Pourquoi « Manhattan-Kaboul », en 2001 et de nouveau pour bientôt? Et si le nucléaire redevenait une arme de destruction et non de dissuasion? On continue? Même pas drôle.

Ca m’arrive trop souvent d’avoir des réactions violentes, et bizarrement, à chaque fois, je regrette par la suite.

Coacoa, tu n’as pas à te justifier en donnant de ta personne.

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

155)
Inconnu
, le 03.08.2006 à 18:23
[modifier]

Alors qu’ils aient eu tort ou pas, je ne sais pas

Et les tibétains, ils ont gagné une chose : être moins con que les chinois, et c’est déjà beaucoup.

Putain, ça fait peur… je m’arrête là.

Kostoglotov, merci pour la citation de Ghandi, qui elle, est pleine de bon sens, de courage, et d’humanité. J’ose espérer que la non-violence de coacoa et les autres rejoint cette philosophie, que je respecte infiniment.

156)
al1
, le 03.08.2006 à 18:33
[modifier]

On a parlé du tibet, je vous donne un lien sur « La non-violence, seule voie de libération pour le Tibet, conférence de Samdhong Rinpoché »

http://www.buddhaline.net/article.php3?id_article=56

Un court extrait :
 »
La non-violence est plus forte que la violence, elle nécessite le plus héroïque des courages. Ce n’est pas l’arme des faibles. La violence naît d’émotions négatives, la non-violence d’émotions positives. La non-violence n’est pas l’attitude des lâches. Elle est en résonance avec notre nature humaine profonde, la nature de Bouddha en nous.
 »

Je ne suis pas bouddhiste, mais je crois en l’amour, la compassion, je crois que nous formons tous une même âme universelle, enfin quelquechose comme ça.

Et je veux bien me faire traiter encore une fois de bisounours ou de tapette, les protagonistes s’épuiseront d’eux-même.

157)
Franck_Pastor
, le 03.08.2006 à 18:41
[modifier]

Au juste, Alexandre, Emile, il ne s’agit pas de Mandela ou de seconde guerre mondiale, la question serait plutôt la suivante, et il me semble que vous n’y avez pas répondu : ça lui a rapporté quoi, concrètement, ce coup de boule, à Zidane ?

Au moins une chose de sûr, je le redis : Materazzi gagnant sur tous les fronts (façon de parler :-)

J’aurais peut-être réagi façon Zidane sur le coup, parce que moi non plus je ne suis pas sûr de me contrôler lorsqu’on insulte ma mère, seulement voilà, je considère que ça aurait été particulièrement crétin de ma part, et je n’en aurai retiré que de la honte de m’être mis au niveau de l’abruti d’en face, alors qu’il y avait bien mieux à faire : répondre par le mépris, ce qui dans ce cas précis aurait autrement affecté l’insulteur que ce simili-coup de boule. Point.

158)
kostoglotov
, le 03.08.2006 à 18:51
[modifier]

En effet : si, plutôt que de le frapper, Zidane avait ignoré les injures de son adversaire, aurait-on dit qu’il a fait preuve de courage ou plutôt de lâcheté ? (en supposant que l’affaire ait fait quelques bruits, ce dont je doute, puisque les insultes verbales sont paraît-il le lot quotidien des footeurs)

La réponse variera, je n’en doute pas, selon l’endroit où chacun place ses valeurs, et dans quel ordre … l’honneur de la famille, les responsabilités prises et les devoirs afférents, la satisfaction du travail accompli, l’amour de la patrie, les espèces sonnantes et trébuchantes, la mâle camaraderie, la nouvelle BM qui m’attend après le match, etc.

159)
alec6
, le 03.08.2006 à 18:55
[modifier]

A relire ce qui a été dit ici, si je comprends bien, M. Zidane a répondu à des injures par un coup de tête sur la poitrine de son verbal agresseur. (Je précise à nouveau que je n’ai rien vu de celà et que de toutes façon je m’en fiche).

Je ne suis pas un bagareur, ni un pacifiste, mais j’ai le sentiment que répondre de cette façon est bien plus une violence symbolique qu’une violence réelle dans le sens où un vrai « coup de boule dans la tronche » eut été réél et violent ! Le joueur italien s’est-il plein de coups et blessures, un médecin a-t’il constaté des lésions ?
Là est la question.
On peut donc penser que M. Zidane s’est en quelques sorte retenu de lui casser la gueule pour de vrai et a, en quelques sortes, donné une fessée à ce gamin peu respectueux. Pour ma part, j’ai toujours pensé qu’une tape sur les fesses de ses enfants n’était pas de la violence à la différence d’une giffle ou pire (et j’ai trois enfants encore petits !).
Viennent ensuite deux problèmes : la Justice (celle du code pénal) et l’Exemple qu’un individu médiatique est « censé » montrer.

La Justice
Il existe des règles et tout un système fort complexe de gradation des peines, de jurisprudence, de défense, d’accusation, d’instruction et j’en passe (ce n’est pas mon métier…).
A mon humble avis la meilleure réponse à la violence se trouve dans la Justice comme l’un des trois pouvoirs de nos démocraties occidentales.
A mon niveau je n’ai pas d’autre choix que de faire globalement confiance à ce système quand bien même le système serait (est) perfectible (l’Affaire Outreau en est un exemple, mais ne fout pas en l’air pour autant tout l’édifice). Nous ne sommes pas encore dans une dictature et volens nolens l’Europe nous mets à l’abris de pas mal de dérapages (abolition de la peine de mort par exemple !).
Je laisse donc la Justice se charger de ce geste…

L’Exemple
Franchement, venant d’un spectacle télévisuel (ne jamais oublier la petite phrase de Patrick LeLay…) qu’est cette parodie du Sport (telle que l’entendaient les grecs anciens) appelée Footbal ?
Une ode à l’entraide, à la franchise, à l’amitié des individus et des peuples, au respect de l’autre et accessoirement de l’adversaire d’un soir ?
Je suis sûrement naïf, mais j’ai toujours pensé que la valeur du premier était donnée par les performances du second, elles même valorisées par les actions du troisième et ainsi de suite… et ce, d’une manière éphémère. Si je ne me trompe pas, on est loin, très loin de celaà, non ?
Dès lors que voulez vous attendre du foot, des joueurs, des commentateurs et des supporteurs ?
Apprenez plutôt à vos enfants que le sport et le foot en particulier sont une vaste connerie, raciste, xénophobe, individualiste, haineuse de l’intelligence, de la réflexion et de la générosité.

Dans ce monde ou la frustration est institutionnalisée et organisée par la publicité, le sport comme le 4×4, la bagnole (en tant que fière possession et non simple moyen de transport), la chasse, l’hyper-consommation… est un exutoire hormonal qui permet aux crétins d’avoir le piètre sentiment d’exister. Zidane et son coup de tête ne sont qu’un épiphénomène de ce système.

Je vous semble méprisant… c’est fort possible ! à la limite de la mysanthropie même.
Malheureusement rien dans le comportement des humains en cet an de grâce 2006 ne laisse espérer quoi que ce soit de meilleur pour les générations futures, Bien au contraire ! !

Alexis… tous les défauts !

160)
kostoglotov
, le 03.08.2006 à 19:23
[modifier]

Alexis, chacun aura sa propre interprétation du geste de ZZ, et c’est bien là le problème.
Dans cette note, François voulait mettre en avant le fait que Zidane n’a pas envisagé les conséquences de cette interprétation, ni les actes qui en découlent ; car il n’a pas mesuré l’ampleur de sa popularité auprès d’une certaines population d’enfants (puisqu’on parle d’éducation) ou (pire) il l’a simplement ignoré, pour des raisons que chacun jugera bonnes ou mauvaises, celà n’y changeant rien…

La discussion ici est bien représentative de ce problème : l’objet a glissé de ces conséquences (la discussion sur la façon dont les enfants ont perçus cet acte) vers la justification (ou non) de l’acte en lui-même, pour arriver à un débat global sur l’usage justifié (ou non) de la violence (en passant – une fois n’est pas coutume – par les multiples digressions politicos-je-ne-sais-quoi habituelles)…

C’est finalement assez marrant de voir certains rétorquer à ceux qui parlent d’éducation : « oui mais il faut comprendre, Materazzi lui tirait la langue depuis le début de la récré … »

161)
romillo
, le 03.08.2006 à 20:27
[modifier]

Bonjour,
D’accord avec l’article.
Que signifie s’excuser sans regretter ?
A priori, on regrette puis on s’excuse.

162)
Leo_11
, le 03.08.2006 à 20:51
[modifier]

@ 169. kostoglotov

Très bien résumé… j’applaudis des deux mains enfin quelqu’un qui a compris… bravau kostoglotov

163)
VN99
, le 03.08.2006 à 21:02
[modifier]

Heureusement que les Russes sont là… que ferait-on le premier mercredi soir d’août sans eux?

Fastoche, vous pouvez toujours rester planté en écoutant des syrènes des pompiers, comme tous les premiers mercredis du mois ;)

164)
Alexandre
, le 03.08.2006 à 21:14
[modifier]

Au juste, Alexandre, Emile, il ne s’agit pas de Mandela ou de seconde guerre mondiale, la question serait plutôt la suivante, et il me semble que vous n’y avez pas répondu : ça lui a rapporté quoi, concrètement, ce coup de boule, à Zidane ?

justement… rien! et c’est là toute la différence.

alexandre

166)
Gamma gt
, le 03.08.2006 à 21:45
[modifier]

Sur la non violence, les conséquences de Monsieur Gandhi,
non violent !!!
deux nouvelles puissances nucléaire,
et des millions de morts ( personnes ne connaient le nbre )
point de morale
je constate un fait.
triste, mais réel !
strictement rien à voir avec Zizou,
qui a fait le con
amicalement
gamma

Gamma gt

167)
Zallag
, le 03.08.2006 à 22:19
[modifier]

Merci de ce billet d’humeur.
Je trouve fascinant de constater qu’il ait suscité autant de réactions, serait-ce parce qu’on parle de comportements humains qui sont universels ?
Une insulte, c’est un fil que l’insulteur tire pour voir si son adversaire, sa marionnette, va faire les mouvements qu’il espère lui imposer.
Une insulte, c’est une tentative de manipulation de l’autre. Si on y répond, l’insulteur a gagné, il a été un bon marionnettiste.
Répondre à une insulte, c’est entrer dans le jeu de l’autre. C’est s’abaisser à son niveau.
Une insulte, c’est un peu de vent.
Le propre d’un individu supérieur à celui qui insulte, c’est de ne pas entrer dans ce jeu de la violence, de la riposte, de l’escalade auquel il tente de nous forcer à participer, c’est refuser de se soumettre à sa volonté.
Ainsi, les insulteurs perdront toujours, et je sais qu’ils ressentent profondément cet échec de réussir à manipuler.
Si on parvient à le dominer de cette manière, l’insulteur est perdant, et il le sait.
Il s’agit d’apprendre à dévier le coup verbal et ne pas le prendre comme un révélateur de nos défauts. Si quelqu’un nous dit «tu es nul, ou tu es lâche», si nous réagissons, c’est parce que nous avons peur que ce soit vrai.
Mais si nous savons que cette remarque est stupide parce que nous nous sentons courageux et lucides, l’insulte nous fait plutôt sourire, car elle dévoile au grand jour la petitesse, l’étroitesse d’esprit de la personne qui nous insulte.
Imaginez qu’on vous insulte, votre réaction première serait d’être offensé. Si l’on faisait un compliment, vous feriez probablement le choix d’être heureux ou flatté. Quand on y réfléchit bien, il s’agit d’une décision.
En recevant un compliment, vous pouvez choisir d’être flatté, mais aussi de ne PAS vous sentir flatté. Qui vous l’interdit ? Personne ! Pourquoi ne pas imaginer, en cas d’insulte, faire le choix de ne pas se sentir offensé ?
Même si nous pouvons nous sentir libres, nous sommes devenus prisonniers de réflexes conditionnés et prévisibles.
Nos réactions semblent provoquées par des personnes ou par les circonstances. Or, ces réactions sont en fait nos choix, les miens, les vôtres, ou celui de Zidane. Je ne trouve pas qu’il ait fait le meilleur. Là, la marionnette, c’était lui. Comme c’est dommage !
« Décidément, merci Zizou, après nous avoir fait rêver, tu nous invites à réfléchir. »

Zallag

168)
Caplan
, le 03.08.2006 à 22:29
[modifier]

Une réponse typique d’un branleur gauchisant et impuissant.

Le propre d’un individu supérieur à celui qui insulte, c’est de ne pas entrer dans ce jeu de la violence, de la riposte, de l’escalade auquel il tente de nous forcer à participer, c’est refuser de se soumettre à sa volonté.
Ainsi, les insulteurs perdront toujours, et je sais qu’ils ressentent profondément cet échec de réussir à manipuler.
Si on parvient à le dominer de cette manière, l’insulteur est perdant, et il le sait.

170)
François Cuneo
, le 04.08.2006 à 00:07
[modifier]

Alexis, chacun aura sa propre interprétation du geste de ZZ, et c’est bien là le problème.
Dans cette note, François voulait mettre en avant le fait que Zidane n’a pas envisagé les conséquences de cette interprétation, ni les actes qui en découlent ; car il n’a pas mesuré l’ampleur de sa popularité auprès d’une certaines population d’enfants (puisqu’on parle d’éducation) ou (pire) il l’a simplement ignoré, pour des raisons que chacun jugera bonnes ou mauvaises, celà n’y changeant rien…

La discussion ici est bien représentative de ce problème : l’objet a glissé de ces conséquences (la discussion sur la façon dont les enfants ont perçus cet acte) vers la justification (ou non) de l’acte en lui-même, pour arriver à un débat global sur l’usage justifié (ou non) de la violence (en passant – une fois n’est pas coutume – par les multiples digressions politicos-je-ne-sais-quoi habituelles)…

C’est finalement assez marrant de voir certains rétorquer à ceux qui parlent d’éducation : « oui mais il faut comprendre, Materazzi lui tirait la langue depuis le début de la récré … »

Oh! Merci kostoglotov, c’est tellement ce que je ressens!

171)
François Cuneo
, le 04.08.2006 à 00:09
[modifier]

Bonjour,
D’accord avec l’article.
Que signifie s’excuser sans regretter ?
A priori, on regrette puis on s’excuse.

Là aussi: un résumé parfait de ce que je pense. Bravo. Il y en a qui ont un sens de la synthèse que j’envie.

Merci!

173)
Gamma gt
, le 04.08.2006 à 00:14
[modifier]

à 177

répondre, alors allez faire dodo !
absolument pas d’accord !
si nous ‘baissons la tête’ devant des tarés,
non, je respecte votre pensée, un peu , je ne dirais pas naïve,
mais crédule et utopique,
non, faut justement répondre à ces imbéciles,
et ce qui les désarçonnent,
c’est la courtoisie et le sourire
même ( surtout ) à 2 h du mat dans un bar
jsuis pas en Suisse
en France , ça peut aller jusqu’à 5H

Gamma gt

174)
VN99
, le 04.08.2006 à 01:05
[modifier]

Une insulte, c’est une tentative de manipulation de l’autre. Si on y répond, l’insulteur a gagné, il a été un bon marionnettiste.
Répondre à une insulte, c’est entrer dans le jeu de l’autre. C’est s’abaisser à son niveau.
Une insulte, c’est un peu de vent.
Le propre d’un individu supérieur à celui qui insulte, c’est de ne pas entrer dans ce jeu de la violence, de la riposte, de l’escalade auquel il tente de nous forcer à participer, c’est refuser de se soumettre à sa volonté.
Ainsi, les insulteurs perdront toujours, et je sais qu’ils ressentent profondément cet échec de réussir à manipuler.

Bravo, quelle marque de courage!
Avec une telle attitude on arrive à des aberrations quand un seul individu arrive à imposer sa volonté à des dizaines d’autres.
Vous voulez un exemple? Il suffit de prendre le RER à Paris.
Il y a quelques semaines j’ai vu un mec fumer un pétard dans une rame de RER bondée. Il était seul et une bonne centaine de personnes, dont une moitié de ceux qui ont tort de penser qu’ils sont des hommes faisaient très attention de regarder ailleurs.
Une bande de lâches qui se croient des êtres de lumière et qui se sentent obligés de donner des leçons au monde entier.
Bien sûr, la non violence est une force… de ceux qui préfèrent voir les autres faire le travail à leur place pour rendre ce monde plus beau.

175)
Hervé
, le 04.08.2006 à 01:43
[modifier]

Il y a quelques semaines j’ai vu un mec fumer un pétard dans une rame de RER bondée. Il était seul et une bonne centaine de personnes, dont une moitié de ceux qui ont tort de penser qu’ils sont des hommes faisaient très attention de regarder ailleurs.

Tu l’as vu et t’as pas réagi … T’es pas une HHHOOMME !

177)
zitouna
, le 04.08.2006 à 02:15
[modifier]

Je plussoie aussi sur la partie excuses minables en exlu sur canal, mais je crois que zz n’en était pas, et de loin, à son coup d’essai, et de toutes façon, ce spectacle (non, je n’ai pas dis « sport ») est souvent très violent, je ne pratique personellement aucune activitée qui nécessiterait que je quitte le terrain de « jeu » sur une civière!
Il semblerait que la fin d’un commentaire récent ait été perdue dans une faille spacio-temporelle, j’ai réussi à en rattraper un bout, je vous le livre tel quel:

…Et donc, comme tous ces pleutres ne levaient pas le petit doigt, j’ai attendu l’arrivée d’une rame en sens contraire et j’ai balancé le pétard par la vitre ouverte, bon, le type le tétait encore, ma note de pressing a été salée (la matière cervicale, ça tache!), mais ça fait du bien, j’ai fais respecter la loi et l’ordre! non mais, pour qui y se prennent ces kayra, je vais leur apprendre, moi, ki c’est le plus fort!…

Apparemment, la canicule n’est pas finie pour tout le monde…

Je plussoie aussi sur la non-violence totale… et limitée, faut pas pousser quand même!

Pour ce qui est du « léger différent » entre l’Inde et le Pakistan, je crois qu’en faire peser la reponsabilité sur la non-violence de Ghandi est, soit de l’aveuglement total, soit une magnifique mauvaise foi! J’ai plutôt l’impression que l’empire britanique a fait en sorte de quitter la région en mettant de l’huile (de l’essence, de la poudre) sur le feu, de sorte qu’on en vienne presque à les regretter :(

Sur ce, il se fait tard…

z (super concert de salsa samedi 5/8 à aubervillier, salle dock Eiffel: Willie Colon)

179)
Franck_Pastor
, le 04.08.2006 à 09:08
[modifier]

Je vois pas bien le rapport avec cette histoire de pétard… Dans ce cas, il s’agit d’un problème de lâcheté (collective, qui plus est), dans l’autre il s’agit de quelqu’un qui ne parvient pas à contrôler ses nerfs, et qui s’il se défoule pendant une fraction de seconde, va le payer toute sa vie.

181)
-Pilou-
, le 04.08.2006 à 13:31
[modifier]

Imaginez qu’on vous insulte, votre réaction première serait d’être offensé. Si l’on faisait un compliment, vous feriez probablement le choix d’être heureux ou flatté. Quand on y réfléchit bien, il s’agit d’une décision.
En recevant un compliment, vous pouvez choisir d’être flatté, mais aussi de ne PAS vous sentir flatté. Qui vous l’interdit ? Personne ! Pourquoi ne pas imaginer, en cas d’insulte, faire le choix de ne pas se sentir offensé ?

Bonjour, C’est quand même plus facile de recevoir un compliment…
Pour s’en convaincre il suffit de se réfèrer à une humeur passée de François, nous invectivant à émettre plus de réactions aux billets d’humeur, légèrement agressive, quant au faît d’un manque, relatif (mais peut-être me trompes-je ?) à un déficit de reconnaissance.
Et, puisque l’on en est a tout mélanger, je vais y aller de mon petit exemple de voisinage : Cela fait deux ans que mon voisin « vit » trè bruyamment, je ne l’ai pas (encore) tapé, la violence ne sert pas toujours, nous sommes d’accord. A maintes reprises, je lui ai fait part du manque de respect émanant de son attitude. Résultat : il me fuit ( ?, peur du conflit, partisan de la non violence, même verbale ? )
Mon sentiment : Au bout de deux ans de « maitrise de moi », il est très clair, que si cette situation perdure, celà va dégenérer… qui a tort (ou raison) ?
Ceci dit, il ne faît aucun doute à mon esprit que zidane à réagit de a à z tès médiocrement, surtout à la télé (cf c+ = contrat d’exclusivité = pognon).
Excusez moi de ma réaction, quelque peu décousue, et bonne continuation à toutes et à tous.

-Pilou- qui ne tendra pas la joue indéfiniment.

182)
M.G.
, le 04.08.2006 à 14:05
[modifier]

Cher François,

Je comprends parfaitement ta réaction devant le geste insensé de Zidane.

Ton statut de père de famille responsable, d’éducateur et d’homme de bien (que personne ne peut te contester) rend tes propos sincères et estimables.

L’explication du geste de Zidane – et je ne parle pas d’excuse – tient à son atavisme, avec les qualités et les défauts de tous les « Homos Mediterraneus », terme que j’emploie pour englober tous ces mâles du pourtour de la Méditerrannée, qu’ils soient Kabyles, Arabes, Siciliens, Corses ou même tout simplement Pieds-Noirs : code de l’honneur suranné, en totale contradiction avec nos valeurs de tolérance, certes, mais toujours bien vivace et qu’ils se doivent de respecter au risque de déroger.

Non, Zidane n’a pas « pété les plombs ». Il a réagit avec ses tripes et tout le vernis de l’intégration sociale a brutalement craqué devant l’insulte.

C’est d’autant plus dommage que l’image de bon garçon authentique (et ça, j’y crois) que les médias ont diffusé à satiété a totalement occulté l’autre face de l’individu, celle qui risque de nous déranger si elle se manifeste.

Marc, l’Africain

183)
alec6
, le 04.08.2006 à 14:28
[modifier]

… en route vers le 200e ?

et au passage, prenez du recul, éteignez votre « machine à préparer les cervelles pour CocaCola », cessez de vous intéresser au « Sport » (mais FAITES-en !), boycottez la pub… vous verrez ça fait du bien.
Parallèlement, n’utilisez plus votre véhicule qu’en dernier recour, marchez à pied, prenez le temps de préparer vous même à manger, n’achetez plus de plats automatiques ou de surgelés, buvez de l’eau (boycottez les sodas), vous n’en apprécierez que d’avantage les bons vins, bânissez le sucre et le sel de vos plats (dans la mesure du possible !), cessez d’acheter des conneries aux gamins ou pour vous même qui finissent irrémédiablement à la poubelle, fuyez les sectes, les religions et autres superstitions, faites des photos (et arretez de regarder votre appareil)… en bref, cessez de consommer connement, fermez votre porte-monnaie et ouvrez vous et appréciez le présent…

D’ici trois ou quatre mois faites l’expérience de jeter un œil au JT de 20h sur TF1… Si vous n’avez pas la nausée, vous êtes indécrotables.
Ce dont je doute ici tout de même !

Alexis… tous les défauts ! et auteur de vastes programmes

184)
kostoglotov
, le 04.08.2006 à 14:39
[modifier]

He, Alexis, aurais-tu lu d’autres bouquins sur le Peak Oil, depuis la dernière fois ?

185)
alarache
, le 04.08.2006 à 14:44
[modifier]

Et si ça avait été un policier qui s’était fait insulter et avait mis un coup de boule?
Ou un dentiste qui aurait refusé une urgence et répliquer avec ses bas instincts à une remarque déplacée?

Car le gros problème c’est que Zidane a fait celà dans le cadre de son TRAVAIL!
J’imagine que face à) un tribunal, celà à plus de poids encore que dans la rue.
Cet homme est gracieusement payé, il se doit à se titre d’assumer qu’il est regardé par des millions de personnes et donc en conséquence doit agir comme il se doit.

Pour ma part, sincèrement vous pouvez y aller:
maltraitez moi de fils de pute ou je ne sais quoi.
Ca ne me touchera que le jour où ce sera vrai, jusque là, je dors bien……
Qu’ouïë-je? « Les roux ça puent »? Bien on avance….
On peut même faire un mauvais jeu de mot sur mon prénom que j’ai souvent entendu jusqu’en primaire mais désolé, même à cet âge là j’ai préféré l’indifférence, qui énerve encore plus, à la réplique gestuelle.

La meilleure réponse n’aurait elle pas été de courir avec la coupe à la main face à la tronche de l’insulteur??……..

186)
Anne Cuneo
, le 04.08.2006 à 15:07
[modifier]

Décidément, deux jours de non consultations et c’est la surprise.
Une bonne surprise. Il ne manque à ton humeur, François, qu’un argument, donné par Al1 très haut, au 48e commentaire.

Peut-être que l’impardonnable c’est de placer un homme, surtout un sportif, sur un tel piédestal. Est-ce que Zidane n’a pas voulu casser cette image lisse avant de tirer sa révérence ?

Devenir un cas à part, déifié ou quasiment, AVANT de s’être retiré dans sa tour d’argent, c’est très difficile, et ça pèse d’une manière terrible sur la psyché, ceux qui ont ce qu’on appelle une vie publique le savent bien. Les vedettes de cinéma, du rock, etc. s’enferment et s’entourent de murs pour supporter, d’anciens cyclistes laissent passer un temps où ils se font oublier, j’ai eu l’occasion de discuter avec quelques-uns d’entre eux. Même avant le coup de boule de Zidane, je me demandais comment il faisait pour supporter la pression de cette espèce de déification (je parle uniquement de cette pression-là, pas celle du jeu, qui est normale et pour celle-là les sportifs de haut niveau sont payés pour).
Cette pression de la vedette déifiée provoque souvent une réaction qui à mon sens a été celle de Zidane, j’en ai été persuadée dès l’instant où je l’ai vu faire: il a suicidé son image – sans réfléchir à grand-chose d’autre.
Sauf que comme il est resté en vie, lui, il aurait dû regretter et s’excuser, je ne reviens pas là-dessus, ça a déjà beaucoup été dit.
La preuve que ce geste était important, tout de même, et symboliquement fort, pour les jeunes aussi sans doute, c’est qu’on est là à s’écrire depuis deux jours que la réflexion a été lancée.

187)
Zallag
, le 04.08.2006 à 15:16
[modifier]

A Pilou, ci-dessus.
Rien n’est simple, tes relations avec le voisin le prouvent.
Si tu lui dis calmement, tranquillement, de manière neutre si tu y parviens, que tu aimerais lui parler un de ces prochains jours d’une situation qui vous concerne les deux (trouver comment formuler ça de manière neutre, sans reproche ni provocation, ni trop de précision), tu seras déjà dans une position plus forte que lui, tu seras celui qui a décidé de mener le jeu.
Lui proposer de donner lui-même un délai suggérera une réflexion, une préparation et une anticipation de ta part, c’est un moyen pour qu’il pense que lui aussi pilote l’histoire (il faut toujours laisser à l’autre un peu de cette impression, vraie ou fausse…).
Et – je te le souhaite – il y a des chances pour qu’il craigne de perdre la face, de paraître lâche et trouillard s’il refuse.
Un HHHOMME ne refuse pas ça, comme dit Hervé plus haut. C’est ainsi qu’on retourne des situations.
Une telle confrontation lui sera bien plus difficile que de te balancer un poing dans la gueule ou de vomir une bordée d’insultes.
S’il refuse, il gardera peut-être l’impression que tu l’as emporté sur lui.
S’il accepte, ce sera pareil. Il sera devant ce que les professionnels appellent une « double contrainte ».
Ensuite… tu verras bien… Bonne chance.
PS.: je ne suis pas psy, sociologue ou autre familier des relations interpersonnelles!

188)
Inconnu
, le 04.08.2006 à 16:21
[modifier]

Toute la différence entre l’humeur de F Cunéo et le commentaire d’Anne Cunéo, c’est que le premier juge, moralise et donne des leçons, tandis que la deuxième tente de comprendre.

Et je préfère les gens qui tentent de comprendre aux gens qui donnent des leçons.

A la réflexion, ce que j’ai trouvé pénible dans cette humeur, ce n’est pas tant le fond, que je comprends tout à fait (Zidane aurait dû s’excuser plus clairement, influence négative sur les jeunes, etc.) et que je respecte, que le ton, supérieur et moralisant.

C’est une affaire qui date d’un mois, dans laquelle Zidane a « tout » perdu, et quasi-toute la presse lui est tombée dessus: à quoi bon encore hurler avec les loups?

Je remarque aussi que dès qu’une question vous dérange (Mandela, ou la citation de Gandhi), vous n’y répondez pas, ou faites semblant de ne pas l’avoir lue.

Les gens ouverts d’esprit, prêts à se remettre en question et tolérants ne sont décidément pas toujours du côté qu’on croit.

Bon week-end à tous!

189)
Inconnu
, le 04.08.2006 à 16:37
[modifier]

Quasiment 200 commentaires sur ce « geste technique », ca laisse rêveur.
Alors qu’il y a bien d’autres sujets préoccupants que les états d’âme d’un joueur de foot, desquels on parle souvent beaucoup moins.

190)
François Cuneo
, le 04.08.2006 à 16:37
[modifier]

C’est une affaire qui date d’un mois, dans laquelle Zidane a « tout » perdu, et quasi-toute la presse lui est tombée dessus: à quoi bon encore hurler avec les loups?

Non mais dites-moi que je rêve…

On n’a pas dû lire la même presse, et le Monsieur n’a rien perdu, à part la coupe du monde.

191)
ToTheEnd
, le 04.08.2006 à 17:05
[modifier]

Bon, on parle d’abord d’un geste et puis sur plusieurs dizaines de messages, on philosophie sur la violence.

Où commence-t-elle, où s’arrête-t-elle?

Je l’ai déjà dit, la violence commence par les mots et c’est l’autre qui a commencé… toutefois, ce n’était que des mots. J’aurais peut-être mieux compris ce geste si c’était une réponse directe à un geste violent… mais ce n’est pas le cas.

On arriverait probablement au même nombre de commentaires si on demandait: Pour vous, où commence la tromperie?

Tout ça est bien vaste car autant de gens ont autant d’avis… pas tous faux, pas tous justes.

Enfin, j’aimerais juste ajouter un truc parce que j’ai lu quelque chose que peut être beaucoup ignore ici. ZZ a été sorti par le 4ème arbitre… soit celui qui a regardé la vidéo car sur le moment, personne n’a compris ce qu’il c’était passé à part qu’un joueur était à terre.

Peut-être pensait-il passer entre les gouttes avec son geste?

Enfin, il vient d’être nommé au conseil d’administration de Danone… mais qu’elle blague. Au moment où on parle moins des emplois fictifs, je trouve ça délirant… en quoi est-ce que ce type peut être utile à un conseil d’administration d’un groupe d’agro-alimentaire?

Tester les yogourts? Dingue.

T

192)
Inconnu
, le 04.08.2006 à 17:05
[modifier]

C’est pas tant qu’il ait perdu la Coupe du Monde, c’est surtout qu’il ne l’a pas gagné. Mais sans lui et quelques uns de ses collègue, ni on était qualifié et ni on passait le premier tour.

193)
Inconnu
, le 04.08.2006 à 17:41
[modifier]

TTE: il n’a pas été nommé au conseil d’administration. C’était une boutade d’un journaliste à Franck Riboud, le PDG de Danone.

194)
Lebarron
, le 04.08.2006 à 18:03
[modifier]

Ces commentaires me font penser à Coluche de son vivant, quel vulgarité, et maintenant Télérama est prêt à le canoniser.
Zinade finira comme le pourfendeur des tricheurs!!!
Cet homme ne sera jamais « neutre ».

195)
alec6
, le 04.08.2006 à 18:05
[modifier]

Ca y est ! nous sommes vendredi et TTE fait son gaucho !
;-)

@ Kostoglotov

Non, rien lu de plus si ce n’est suivre l’actualité et constater que l’idée fait son chemin indépendamment de ce que je pense, dit ou fait, je n’ai vraiment pas la prétention de pouvoir changer quoi que ce soit au cours des choses !

J’avoue simplementvoir été surpirs de la pub d’EDF faisant référence à la disparition de la civilisation Rapa Nui de l’Île de Pâque… c’est de la pub, certes, néanmoins ce message ne serait pas du tout passé il y a à peine deux ans.
A noter aussi que les cours du brut et de l’uranium continuent à grimper, lentement mais sûrement… la faute à… leur consommation tout simplement !
Accessoirement le conflit israélo-libanais ne semble pas y changer quoi que ce soit… pour l’instant ! Ni le coup de boule de M. Zidane !

Alexis… tous les défauts !

196)
Claude Mouginé
, le 04.08.2006 à 20:15
[modifier]

Bonsoir à tous..

Ouf ! 205 commentaires, ça prend du temps.

Je voudrais en ajouter deux, forcément moralisateurs :-)

Un: Les injures ne salissent que ceux qui les profèrent.

Deux : Heureux ceux qui savent rire d’eux-mêmes, ils n’ont pas fini de s’amuser..

Ce n’est (hélas), pas de moI

197)
Emix
, le 04.08.2006 à 20:23
[modifier]

C’est énorme (le nombre de commentaires) et l’importance donnée à cette anecdote zidanesque, j’en reviens pas …
Pour moi, absent quelques jours et n’ayant pas pu lire tous ces commetaires (206, quel boulot), mais seulement l’humeur, pratiquement tout est dit par François …

Zizoudane n’est pas exemple à suivre …

Mes galeries.

200)
François Cuneo
, le 04.08.2006 à 23:44
[modifier]

Oui Iris, un monde formidable, plein de gens courageux comme le monsieur en question dans l’humeur.

Au fait pour Emile qui me traite de moralisateur au ton supérieur.

Oui Emile, je revendique le fait d’être parfois moralisateur.

J’aime mieux revendiquer ce genre d’attitude que le fait que l’homme soit une bête, comme certains voudraient qu’on le fasse, à lire leurs commentaires.

201)
Hervé
, le 05.08.2006 à 00:16
[modifier]

Formidable ce monde, on en a même fait une chanson « Coup de boule » que les jeunes peuvent télécharger sur leur portable.

Ce n’est plus le ZZ footballeur de génie qui devient l’idole des jeunes, c’est le ZZ Cootboulleur !

202)
-Pilou-
, le 05.08.2006 à 09:55
[modifier]

Si tu lui dis calmement, tranquillement, de manière neutre si tu y parviens, que tu aimerais lui parler un de ces prochains jours d’une situation qui vous concerne les deux

Entièrement d’accord, cette approche fût ma première réaction, seulement, après les belles palabres et promesses, les « je ne m’en rendais pas compte », « excuses, cela ne se reproduira pas », rien n’a changé. Je n’aime pas dire du mal des gens, surtout absents, mais force est de constater que mon voisin est un con, qui ne me respecte pas et, un jour, je prends déjà pas mal sur moi, il est envisageable que je me comporte comme un con bestial.
Toutefois, force est de constater que Mr zidane a manqué cruellement de lucidité, discernement (?), bref d’intelligence. Et qu’en est il du rôle, d’éducateur, de Mr Domenech, bien obligé de constater que Zidane était cuit, que matterazzi le taquinait (peut-être) depuis un moment. Peut-etre une sortie, de « notre dieux », sous les ovations d’un public conquis, nous aurait tout cela. Parce que le semblant de coup de boule, j’en ai pas, vraiment, saisis l’intérêt. Une bonne explication à la sortie de « l’école »…

Ps: je ne voulais pas, non plus, manquer de respect, ni à François, ni au bon travail dont il nous abreuve, sur cuk ! Merci

203)
Zallag
, le 05.08.2006 à 13:10
[modifier]

Si un lecteur de cette humeur (et des autres contre-humeurs qui précèdent et suivront peut-être encore un peu mes lignes) me donnait une attitude – pratique – inspirée par la lecture de ce petit proverbe que je crois être chinois, je le remercierais jusqu’à la fin de mon existence :

 » Si la haine ne cesse pas de répondre à la haine, jusqu’où ira la haine? »

Je sais, la guerre au Liban, la violence dans les écoles, les banlieues, on ne peut pas faire grand’ chose parfois pour changer le monde et l’univers.
Mais volons plus bas, sous les nuages, restons dans le quotidien : le bus, le RER, les trottoirs des villes, le bistrot, la famille peut-être, sont des milieux où on peut aussi réfléchir à la manière dont on fonctionne, alors pourquoi ne pas garder le proverbe en tête un petit moment?

204)
romillo
, le 05.08.2006 à 14:07
[modifier]

Peut-être devrions-nous retenir la réponse de son responsable de travail, R. Domenech :
Je comprends mais je n’excuse pas.
Ou encore celle de T. Henry : Alors que je me dirigeais vers le banc des remplaçants, j’ai entendu un bruit puis j’ai vu un joueur italien par terre. Je ne ferai pas de commentaire.

205)
Zallag
, le 05.08.2006 à 15:10
[modifier]

Romillo, ce que tu dis en 214 me fait un peu penser à ce que disaient parfois les paysans de mon coin, après une solide dispute:
« Je te pardonne, mais j’oublierai pas… ».
Mais tu as raison : essayer de comprendre ce qui se passe, c’est déjà faire mieux que les protagonistes. Et ne pas faire de commentaires, c’est aussi faire mieux qu’eux. Alors tu penses, les deux… le top!

206)
Sadique de la forêt
, le 05.08.2006 à 19:06
[modifier]

Houla, je me réveille un peu tard pour commenter cette humeur!

Je ne dirais qu’une chose:

Si Zidane s’est excusé sans regretter son geste, alors il devrait regretter de s’être excusé…

Sadique, c’est le prénom…

208)
marcdiver
, le 05.08.2006 à 19:30
[modifier]

Une chose est certaine : le foot n’a pas fini de faire parler de lui ! Cette humeur aurait-elle passé les 200 commentaires si Zidane avait été un joueur de pétanque ?!?

209)
François Cuneo
, le 05.08.2006 à 20:55
[modifier]

Si Zidane s’est excusé sans regretter son geste, alors il devrait regretter de s’être excusé…

Ben dis, t’as un sens de la formule formidable toi! Je t’ai dit, je t’engage sur Cuk quand tu veux!

Génial!

210)
alec6
, le 06.08.2006 à 09:43
[modifier]

Hallucinant !
220 commentaires pour un jeux débile de milliardaires en culottes courtes…

A

211)
François Cuneo
, le 06.08.2006 à 10:31
[modifier]

Hallucinant !
220 commentaires pour un jeux débile de milliardaires en culottes courtes…

Le problème dépasse largement le foot, d’ailleurs, le foot n’était pas du tout le sujet de l’article.

L’avais-tu remarqué?:-)

212)
gbuma
, le 06.08.2006 à 22:40
[modifier]

Voilà. En bon élève, je viens de passer 2h à lire tout les commentaires d’un coup.

Je vous remercie tous pour vos paroles. Un temps, j’ai presque senti la fumée du bistrot, le bruit des verres. J’aurais aimé entendre vos voix qui, faute de contexte sonnent toutes pareils dans ma lecture (le son, pas le contenu).

Je vois toute cette histoire comme une tragédie : le héros, poussé à bout par les circonstances commet un acte tragique (il tue son père, il viole sa mère, etc). J’aime bien les tragédies, elles parlent de nos limites (on est pas des dieux) et de nos grandeurs (on est pas des bêtes).

Sauf que cette tragédie-ci se termine par des excuses mal ficelées. C’est décevant. Il devait se crever les yeux, se rouler par terre, manger le banc du vestiaire et se pisser dessus de rage, tout ça sous le feu des caméras. Bref, il aurait dû pleurer d’avoir succombé à la bête qui est en lui, d’avoir cédé face à l’adversité, comme tout héros tragique. Mais non, monsieur fait le mariolle et tout finit en jus de chaussettes.

Ça fait un peu discours politique : je dis une chose parce qu’il faut bien, même si j’en pense une autre car assumer ce que je pense ne serait stratégiquement pas à mon avantage (d’où le coup dans le torse: prendre un demi-risque).

Si je devais parler aux enfants de cette histoire, je dirais :

1. si on te provoque avec des injures et que tu arrives à les ignorer, bravo, tu est un chef.
2. si ça te fait très mal et que tu parviens encore à penser, pars en courant avant que ça dégénère.
3. si tu ne peux pas partir ni supporter cette situation, bats-toi et assumes les conséquences (bleus, excuses pour la violence, punitions, etc).
4. dans tous les cas et quoi qu’il arrive, fait au mieux, tu ne t’aimeras que plus.

213)
vindicatif
, le 07.08.2006 à 07:01
[modifier]

bonjour
je pense qu’une grosse partie du probléme est là…
200 commentaires pour une histoire de ballon!!!!
quand pendant ce temps la terre brûle,etouffe,ploie sous les guerres et autres joyeusetés…
peut être aurait dont eu nommer « zidane » président en 1998???
autour de moi c’est pareil,tu essayes de parler politique: silence radio,tu parles foot,f1 ou autre:carton plein.
pauvre monde…

214)
François Cuneo
, le 07.08.2006 à 09:13
[modifier]

Justement vindicatif, ça n’a rien à voir avec une histoire de ballon. Le problème de fond est tout différent.

L’air de rien, on n’est pas si loin de cette terre qui brûle, chauffe etc.

Peut être le même fond de sauce en fait.

215)
ToTheEnd
, le 07.08.2006 à 09:21
[modifier]

TTE: il n’a pas été nommé au conseil d’administration. C’était une boutade d’un journaliste à Franck Riboud, le PDG de Danone.

On m’a donc menti… et moi qui lisait religieusement les Mic et Mac… ça m’apprendra.

T (qui fera plus attention!)

216)
Olivier D
, le 08.08.2006 à 21:14
[modifier]

Votre éditorial me va droit au coeur. Le Liban est le siège d’un nouveau conflit. S’il avait donné un coup de boule à chaque aggression, fut-elle verbale, ce pays serait une ruine. Ses habitants ont fait preuve de tolérance – et pas de mollesse, ni de lacheté – et pendant 20 ans leur pays a grandi. Ils ont choisi de ne pas s’armer, de ne pas répondre à la violence par la violence, d’essayer d’intégrer les différents courants de pensée. La haine est destructrice, la montrer en exemple, oui, mais pour la désavouer, pas pour l’honorer. Merci à Mr Zidane, homme devenu demi-dieu, de nous avoir permis de le citer en exemple « à ne pas suivre ». Son geste et votre réaction, si bien exprimée, m’aideront à apprendre les gestes de paix à mes enfants (et peut etre à mes étudiants ?). Avez vous posté votre article à l’intéressé ?
J’apprécie depuis longtemps votre site, mais j’ignorai qu’il était animé par un homme de coeur – courageux.

Olivier D

217)
François Cuneo
, le 08.08.2006 à 22:02
[modifier]

J’apprécie depuis longtemps votre site, mais j’ignorai qu’il était animé par un homme de coeur – courageux.

Glups…

Merci, c’est trop…

218)
pat3
, le 09.08.2006 à 12:29
[modifier]

D’autre part tu dois apprécier autant que moi je suppose que tes (nos) impôts servent à payer le tiers si ce n’est d’avantage de l’enseignement dit « privé » et que d’autre part les médecins en grève des cliniques privées en réclament à l’Etat,(donc nos impôts) pour financer leurs choix (que je respecte au passage) d’exercer dans le privé et payer leurs chères assurances !

Mais comme d’habitude dans notre beau pays on privatise les bénéfices et nationalise les pertes.
Privatisons tout d’abord TOTALEMENT ce qui est soi-disant « privé » afin que leurs acteurs puissent goûter à l’envie des joies de la concurrence, du marché et du reste.

Après nous pourrons toujours causer.

Pfou! Premier post avec lequel je sois entièrement d’accord dans ce fil passionnant, éreintant, et inquiétant, tour à tour.
Pour le reste:
– Zidane est une icône montée en épingle par la presse, qui ne peut se dédire ensuite si facilement. On a eu monté en épingle Platini auparavant, ou Maradona (beaucoup des numéros 10, vous avez remarqué, ce qui montre bien que la presse n’a que faire des valeurs collectives d’un sport collectif);
– Je comprends le geste de Zidane, et ce geste remet les pendules à l’heure sur le fait que ces hommes mis sur un piédestal sont des humains comme les autres, et que les milliards gagnés n’atténuent pas leur humanité (il suffirait pour cela de se renseigner sur les loisirs, les vices et les manies des milliardaires) ou leur connerie: les divas qui réclament des conditions abracadabrantes pour leur hôtel, notre président qui couche à nos frais tous les étés dans un hôtel grand luxe d’une île italienne à 2000 euros la nuit (je dis 2000 parce que je ne me souviens plus du vrai chiffre, mirobolant), etc.
– Je considère que tout ce cirque alimente une économie de l’information visant à sa pérennité perpétuelle, et dont la mise en place est un écran de fumée digne du faux monde de la matrice (de Matrix): pendant qu’on s’excite sur ça, le monde crapuleux continue de tourner tranquille, en évitant toute vélléité de révolution.
– J’avais d’abord oublié le geste de Zidane: geste d’énervement d’un footballeur en fin de carrière, coup de boule significatif d’un joueur dont la tête avait été arrêtée face à un joueur l’insultant dont la tête avait permis l’égalisation, bref, un coup de tête à tous les sens du terme. Le mieux qu’on puisse lui accorder, c’est cet oubli: ce n’est PAS un événement mondial ni national, c’est un geste circonstanciel à l’importance toute relative.
Pour revenir à l’humeur et aux avis qu’elle permet d’exprimer:
– je crois que bien que l’humeur de François soit bien écrite, elle est déplacée: j’aurais beaucoup plus de facilité à expliquer le geste de Zidane à des enfants, qu’à expliquer les exactions de notre actuel chef de l’état, dont la dernière en date est l’amnistie de son pote Guy Drut fait ministre des sports pour avoir,une fois dans sa vie,gagné une finale olympique du 110m haies – ça suffit pour être ministre?
– je suis plutôt de l’avis d’Emile (notamment 100), de Bige,et de VN 87 (ça va quand même beaucoup mieux quand on s’explique!); ayant été animateur plus de 10 ans, pion 6 ans, et étant enseignant du supérieur aujourd’hui, j’aurais 1000 anecdotes pour montrer qu’il est parfois payant de montrer qu’on ne laissera pas les choses aller plus loin – ce dont relève, à mon sens, le geste de Zidane, même si ce n’était pas la réponse adéquate dans ce contexte. Et, bien que prof en sciences humaines, ou peut-être pour cela, je me méfie des jugements lointains à hauteur épistémologique sur les actes liés à un moment et à un contexte. Pour avoir vécu dans ces quartiers qu’on dit difficile toute mon enfance, je sais ce par quoi passe le fait de se faire respecter: montrer une limite que les autres ne doivent pas dépasser, et, dans mon quartier de l’époque, ça passait par les poings, ou, en tout cas, au minimum, par le fait de montrer qu’on n’hésiterait pas à aller jusqu’aux poings, quelle que soit la taille de l’adversaire.
Je crois qu’il faut avoir connu ce monde pour comprendre que les règles de son fonctionnement diffère de celles de la seule bienséance. Et pour avoir traversé plusieurs univers sociaux, je ne trouve pas moindre la violence larvée, institutionnalisée, et hypocrite du monde bienséant dans lequel j’évolue aujourd’hui. Il permet à des secrétaires incompétentes de faire rater des bourses à des étudiants, à un groupuscule d’étudiants manipulateurs de bloquer une université pendant 8 semaines sous des prétextes de grève nationale et de prendre en otage les étudiants et l’ensemble du personnel « bienséant ».
Bref: je ne suis pas sûr que ces valeurs et leurs applications soient en parfaite adéquation, dans le monde où nous vivons, et la stigmatisation du geste de Zidane me paraît être un peu un arbre maigrelet qui cache une forêt gigantesque.
Zidane dit au fond: coupable et j’assume mes responsabilités,on a vu plus retors comme réponse (responsable mais pas coupable, vous vous souvenez?).
Et j’arrête là (j’avais commencé par me dire: ne réponds pas, c’est un débat ancien et il est maintenant clos, mais j’ai craqué).

pat3 à Toulouse

219)
pat3
, le 09.08.2006 à 14:27
[modifier]

Si tous les gens qui subissent des agressions verbales (sans être aussi bien payé) pétaient les plombs, où irions-nous ? ne sommes-nous pas censés être (un peu)plus évolué que l’animal ?

L’animal ne connaît pas l’agression verbale…

pat3 à Toulouse

220)
ToTheEnd
, le 09.08.2006 à 14:33
[modifier]

L’animal ne connaît pas l’agression verbale…

C’est une blague? Tu as déjà entendu l’aboiement entre chien ou les cris entre singes?

T

221)
pat3
, le 09.08.2006 à 15:27
[modifier]

C’est une blague? Tu as déjà entendu l’aboiement entre chien ou les cris entre singes?

Verbale ne signifie pas vocale, sans quoi les chiens et les singes parleraient, et pourraient, eux aussi, s’insulter. Or, quand des chiens aboient entre eux, ils peuvent au mieux marquer leur territoire, et je suppose que si M avait dit à Z « ici c’est chez moi » pendant une heure trente, il n’y aurait jamais eu de coup de boule.

La provocation ou l’agressivité à long terme ne sont que le fait, à ma connaissance, des hommes et des animaux domestiques, et je pense que ces caractéristiques sont acquises du fait de la cohabitation forcée à laquelle les hommes les obligent. Pour les animaux sauvages, le conflit est réglé, vite, par la soumission de l’un des protagonistes, ou son exclusion, ou sa mort. En quoi nous ne sommes pas des animaux, puisque notre culture nous amène à gérer des conflits de longue durée – je n’ai pas dit que c’était mal et qu’il faudrait retourner à l’état sauvage, je dit que celui-ci, comme l’état culturel, ont des inconvénients qui leurs sont propres.
Se chercher pendant des heures, c’est un fait humain, qui est autorisé par le fait qu’on sait qu’on est en deça de la limite collective. Le problème, c’est que cette limite collective reste la limite d’une collectivité d’individus, c’est-à-dire qu’elle a beau l’être en droit, l’essentiel et qu’elle le soit en fait. Dit autrement: elle n’a de valeur qu’entretenue par les individus, tous les individus, chacun des individus. Il y a bien des lois pour régir les relations de voisinage, mais l’essentiel des relations entre voisins n’est pas géré par ces lois – mais par la relation entre ces voisins. C’est la plupart du temps là que vont se gérer, et se régler, les conflits.
Bref, si chaque individu évite de réagir directement (je n’ai pas dit violemment) en s’en remettant à la loi, on est vite dans une société où l’acte de débordement n’a plus de répondant – une société comme la nôtre?

pat3 à Toulouse

222)
drazam
, le 09.08.2006 à 17:28
[modifier]

Comme disait MC Solaar, j’ai pris mon Magnum, j’ai dû mal comprendre…

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

223)
alec6
, le 09.08.2006 à 22:54
[modifier]

Merci Pat3 pour ce développement… j’avais oublié l’affaire Guy Drut (entre autres…), mais bon, passons…

Quant au langage des animaux… non ! mille fois non !
L’animal ne connait pas l’expression verbale.
Les animaux sont comme nos machines, elles communiquent des infromations simples, un point c’est tout. A la différence des machines, ces informations sont de plusieurs ordres : manger, boire, dormir, se reproduire, se protéger et protéger éventuellement sa progéniture. Mais ça ne va pas plus loin et les quelques mots qu’un chimpanzé peut apprendre ne seront jamais du langage. Nos correcteurs orthographiques en connaisent bien d’avantage.

Alors, quelle est la différence avec l’homme qui, sommes toutes, est assujéti pareillement à ces besoins basiques ?

La communication est UNIVOQUE, elle n’a qu’un seul sens dans un contexte donné. En revanche, le langage lui est par définition EQUIVOQUE ! le même mot peut avoir plusieurs définitions, la même réponse dite sur un ton différent peut signifier tout et son contraire. Il suffit de penser à toutes les façons que nous avons de répondre « oui » à une question toute simple… Dès lors qu’il s’agit de faire des phrases et a fortiori des textes… Un principe linguistique de base dit que ce ne sont pas les mots qui donnent le sens de la phrase, mais la phrase qui donne le sens des mots, et, partant, le contexte qui donne le sens de la phrase.

Alexis, tous les défauts !

224)
Okazou
, le 10.08.2006 à 06:19
[modifier]

« ce n’est PAS un événement mondial ni national, c’est un geste circonstanciel à l’importance toute relative. »

Qu’on le veuille ou pas, quand une star-modèle-pour-la-jeunesse (d’ailleurs sous-entendu « des banlieues pauvres ») dérape et quand les mômes pour qui l’on a façonné ce demi-dieu (anesthésique social) chantent en chœur (je l’ai entendu) :

Le rital, il a eu mal
Zidane il a frappé

l’Italien ne va pas bien
Zidane il a tapé
L’arbitre l’a vu à la télé

Zidane il a frappé
Mais la coupe on l’a ratée
On a quand même bien
rigolé

on comprend, sans chercher midi à quatorze heures, que François, homme, citoyen, père de famille et instituteur, ait bien pris la mesure des conséquences fâcheuses du coup de boule de Zidane pour publier son humeur. Il va falloir réparer la connerie du héros (y parviendra-t-on ?) alors qu’il y a tout de même autre chose à faire, comme tu le dis, d’ailleurs.

Cet évènement survenu en Allemagne au cours d’un des plus grands « shows » télévisé de l’année fait réagir un Suisse et provoque plus de 200 réactions sur son site, notamment de Belges et de Français (même un faux Africain !). Gageons que les petits Africains connaissent la chanson citée aussi bien que tous leurs semblables dans la francophonie. Iris nous apprend que la silhouette du coup de boule est protégée commercialement en Chine, on baptise du nom de « Zidane » une bestiole agressive au Brésil. La presse européenne (et au-delà) a réagi comme un seul homme (profit facile) et les télévisions aussi.

Comme événement ni mondial ni international, on a déjà vu mieux puisqu’il est, par exemple, plus international que la nomination de copinage de Drut au ministère des sports, que les peuples du monde ignorent, comme son amnistie, d’ailleurs. Quand à « l’importance toute relative » du geste, il reste à en parler.

« j’aurais 1000 anecdotes pour montrer qu’il est parfois payant de montrer qu’on ne laissera pas les choses aller plus loin – ce dont relève, à mon sens, le geste de Zidane, même si ce n’était pas la réponse adéquate dans ce contexte. »

Nous (les « non-violents ») ne disons pas autre chose que ce que tu exprimes dans le premier membre de ta phrase. Il n’est pas question de ne pas réagir, bien entendu ! Et tu nous suis encore quand tu dis que Zidane n’a pas offert la réponse adequate au problème posé. C’est effectivement l’objet de l’humeur. Ceci constaté, en quoi trouves-tu que l’humeur de François soit déplacée ?

Après avoir évoqué la méfiance justifiée que tu portes sur les « jugements lointains […] sur les actes liés à un moment et à un contexte », tu invoques l’expérience de ta vie en banlieue pour nous convaincre que dans ces lieux, ce n’est pas la loi commune qui fait… loi : « Je crois qu’il faut avoir connu ce monde [des quartiers « difficiles »] pour comprendre que les règles de son fonctionnement diffère de celles de la seule bienséance. »

Ici, j’ai du mal à te suivre car ce que nous dénonçons c’est la violence, notamment physique, comme réponse à une agression verbale, or, ces comportements ne sont en rien l’apanage des jeunes banlieusards (sauf pour le bourgeois). Les faits divers des journaux sont remplis de coups de boule, voire de meurtres, commis lors d’une querelle de parking entre gens-bien-comme-il-faut. Les campagnes elles-mêmes (Ah ! Le calme de la campagne…) occupent les faits divers à grands coups de chevrotines distribués par des notables locaux pour un oui, pour un non, quand il ne s’agit pas d’accidents de chasse providentiels. Tout motif est bon pour le barbare mais une seule réponse s’impose : la violence. Bien sûr, le violent saura souvent expliquer son acte par le comportement de sa victime et d’abord en expliquant que la victime, c’était lui, pas l’autre !
Alors comment une victime se laisse-t-elle entraîner à devenir le bourreau de son bourreau, transformant celui-ci, ipso facto, en victime et lui-même en coupable ?
Question connexe : Pourquoi la très grande majorité des humains sait trouver la réponse non-violente au même problème ?
Question connexe 2 : Pourquoi et comment les non violents ont-ils appris à répondre civilement à un problème (comment sont-ils devenus non-violents ?)quand les premiers cognent (sont devenus des barbares) ?

En clair, il ne faudrait pas prendre les enfants du canard pour des bons dieux sauvages (ou l’inverse) et vouloir nous faire oublier que :
1 – Tout le monde est susceptible de subir des violences verbales ;
2 – Seule une petite minorité de gens y répond par la violence physique*.
3 – La violence physique est un caractère (déviance) individuel indépendant de l’origine sociale — on l’a vu ici-même (forum ?) avec la violence faite aux femmes (Marie Trintigant/Bertrand Cantat) – mais elle peut être engendrée par l’histoire familiale.

« Bref: je ne suis pas sûr que ces valeurs et leurs applications soient en parfaite adéquation, dans le monde où nous vivons, et la stigmatisation du geste de Zidane me paraît être un peu un arbre maigrelet qui cache une forêt gigantesque. »

Mieux vaut parler de l’arbre que de n’en pas parler, même s’il cache une forêt de problèmes.
Nous ne parlons pas ici de la violence physique pour éviter de parler de la violence de la société marchande. Il est clair que les valeurs supposées du sport volent en éclat devant la marchandisation des sports au premier rang desquels on trouve le football. Nous sommes donc ici, dans ce débat, tout à fait au cœur d’un problème politique de grande ampleur, même si nous n’en évoquons que la marge.

« Zidane dit au fond: coupable et j’assume mes responsabilités,on a vu plus retors comme réponse »

La société des hommes ne demande pas aux violents d’assumer leur violence, elle leur demande d’apprendre à ne plus être violents, de cesser de nuire.

Il y avait, vers la fin des années 1970, une association d’extrême-droite – Légitime défense –, qui s’était fait une spécialité de régler ses problèmes elle-même, par la violence si nécessaire. Elle arguait que la justice ne remplissait pas son rôle et trouvait normal qu’un de ses membres liquide à coups de chevrotines le premier rôdeur venu assurant, dans ce cas, la défense du criminel. Dès que la presse eût parlé d’elle, les premières bavures sont apparues et Le Pen profita bien, électoralement parlant, de l’appel de cette association à se défendre et se faire justice soi-même plutôt que de faire appel aux services de police mis en place par la société.

Que je sache, sur un terrain de football, le juge de paix n’est pas absent, c’est l’arbitre. C’est à lui que Zidane devait s’adresser. Il a préféré jouer l’auto-défense et reste persuadé qu’il a eu raison de le faire. Comme tous les barbares qui refusent la loi commune et nuisent ainsi à la société des hommes.


* Au passage, chaque fois que George W. Sarkozy est ministre de l’Intérieur, cette violence physique augmente de 8 à 10% sur le territoire (chiffres disponibles sur le site du ministère en cherchant un peu – pour les incrédules). Il est instructif de noter que lorsque le plus libéral (et le plus américain) des politiques français reçoit des responsabilités, il aggrave la situation dont il hérite.


« Œil pour œil, et bientôt la planète est dépeuplée. » Gandhi

225)
Okazou
, le 10.08.2006 à 06:29
[modifier]

« En quoi nous ne sommes pas des animaux… »

Oh que si, nous sommes des animaux ! Et c’est d’ailleurs heureux à plus d’un titre que nous soyons autre chose que de purs esprits !
Ce que nous ne sommes pas, c’est des bêtes.
Tous les animaux sont des bêtes, sauf l’homme.

C’est sur ce refus d’être une bête que l’homme se civilise depuis qu’il est homme*.

« Se chercher pendant des heures, c’est un fait humain, qui est autorisé par le fait qu’on sait qu’on est en deça de la limite collective. Le problème, c’est que cette limite collective reste la limite d’une collectivité d’individus, c’est-à-dire qu’elle a beau l’être en droit, l’essentiel et qu’elle le soit en fait. Dit autrement: elle n’a de valeur qu’entretenue par les individus, tous les individus, chacun des individus. Il y a bien des lois pour régir les relations de voisinage, mais l’essentiel des relations entre voisins n’est pas géré par ces lois – mais par la relation entre ces voisins. C’est la plupart du temps là que vont se gérer, et se régler, les conflits. »

Ici, je te retrouve complètement. Tu me rassures !

« Se chercher pendant des heures » est un apprentissage social qui devrait permettre de conduire, de gouverner les rapports conflictuels avec une grande subtilité puisque, ce faisant, on a appris, « pendant des heures », toutes les ficelles pour dégonfler un conflit sans jamais arriver à la castagne.
A contrario, les plus démunis pourraient se trouver parmi ceux qui n’ont pu bénéficier, pour une raison ou l’autre, de rapports sociaux « chauds » et vivants. Diminués, appauvris par l’absence de l’expérience du conflit (et parfois, en plus, de la tutelle de parents absents), ces anémiques de la vie sociale pourraient ne voir leur rester, comme réponse à une agression verbale, que la fuite ou la violence physique : deux non-réponses.

Encore une fois, ne nous trompons pas, l’apprentissage de la vie, c’est aussi l’apprentissage de l’autre et une vie sociale intense, profonde, dès le plus jeune âge, ne peut être que salutaire. Dans une famille nombreuse, l’apprentissage de la résolution des conflits par les enfants s’effectue avec le plus grand naturel ; quel que soit le caractère de l’enfant, il y a toujours une réponse qui s’impose dans la non-violence. Maintenant, quand une famille moyenne comprend moins de deux enfants (1,8 en France ?), l’apprentissage doit s’effectuer dans les lieux communautaires et l’école constitue le meilleur terrain mais aussi les associations, les colonies de vacances et… les sports collectifs, s’ils ne sont pas pourris par l’esprit infect qui règne chez les stars-modèles du showbize du sport. Voir un poussin (les plus jeunes) tirer le maillot – sans que l’adulte encadrant ne réagisse – d’un autre poussin, qui lui refile, après coup, un coup de latte en loucedé, c’est assez navrant, je vous assure.

Ce n’est effectivement pas le conflit qui pose problème, il est sain et profitable (nous le voyons souvent ici-même) et l’on ne doit surtout pas le fuir, c’est sa résolution, qui ne peut être que non-violente, ou ne pas être. Un conflit ne peut que perdurer si la violence s’est imposée : c’est le flagrant délit d’échec. Zidane, sur ce coup, est en échec.


* Il est, ici aussi, très intéressant de noter que, arguant de la nature animale de l’homme, les idéologues du libéralisme se plaisent à établir dans leurs communications (retransmises servilement par les journalistes de Bouygues, de Rotschild ou de Lagardère) de nombreuses comparaisons (recherche d’analogie) entre les comportements bestiaux et les comportements humains. Ils espèrent ainsi faire avaliser, par Dame Nature soi-même, les comportements inhumains induits, requis et commandés par leur dogme.
Libéralisme et lois de la nature, loi du plus fort créant des rapports « naturels » de domination, darwinisme social, sociobiologie et ses lois « biologiques ». En attendant la génétique de la pauvreté ?
Cette tentative d’assimilation des comportements bestiaux ou pseudo-naturels à ceux de l’homme est sans doute ce que cette idéologie renferme de plus abject.


« Œil pour œil, et bientôt la planète est dépeuplée. » Gandhi

226)
François Cuneo
, le 10.08.2006 à 08:19
[modifier]

je crois que bien que l’humeur de François soit bien écrite, elle est déplacée: j’aurais beaucoup plus de facilité à expliquer le geste de Zidane à des enfants, qu’à expliquer les exactions de notre actuel chef de l’état, dont la dernière en date est l’amnistie de son pote Guy Drut fait ministre des sports pour avoir,une fois dans sa vie,gagné une finale olympique du 110m haies – ça suffit pour être ministre?

pat3, est-ce qu’on ne peut pas parler d’un problème parce qu’il en existe des plus graves?

Okazou, joli commentaire 234!

Rigolo, je me suis dit que ce fil s’était éteint, mais je vois qu’il couvait!:-)

227)
ToTheEnd
, le 10.08.2006 à 09:24
[modifier]

pat3: je pense que nous pourrions philosopher beaucoup et longtemps sur le fait que les animaux ont une communication verbale ou vocale… mais ils communiquent, c’est un fait établi. Par conséquent, comme dans toutes communication même visuelle, on peut se risquer à quelques conclusions.

Certes, ils n’ont pas de cravate, n’utilisent pas le dictionnaire et ne vont pas à l’uni… mais ça ne veut pas dire qu’ils ne communiquent pas, y compris avec des insultes… et des gentils sons (pour ne pas dire mots).

T

228)
alec6
, le 10.08.2006 à 11:00
[modifier]

Mais TTE, la grande, l’immense différence entre la comunication des animaux entre eux et le langage des humains est que le symbole n’existe pas chez l’animal. Il ne fera jamais la différence entre le « pour de faux » et le « pour de vrai » chers à nos enfants. L’humour n’existe pas, la blague pas d’avantage.
La communication des animaux est univoque, elle n’a qu’une seule signification, même s’il y a une gradation dans l’attaque/défense par des cris, des postures ou autres, il n’y a pas langage au sens humain du terme. Les animaux ne font pas de théâtre ! ils n’imaginent pas que l’autre pourrait faire semblant, ils n’imaginent rien du tout.
Un enfant développe très tôt des capacités d’abstraction et par là même de langage. Pour cela l’humain est doté d’un néo cortex imposant, l’animal non ! il ne connaît au mieux qu’une série de réflexes conditionnés, le reste est du domaine de l’inné pour lequel le cervelet et quelques glandes endocrines suffisent amplement.

Il n’y a pas de philosophie là dedans (c’était valable encore au XIXe siècle), mais depuis, biologie, biochimie, éthologie, sociologie, sémantique, sémiologie et cie ont réglé la question du « langage » des animaux.

L’homme possède aussi un cervelet et quelques réflexes animaux innés. Mais théoriquement cette trivialité est maîtrisée par la couche supérieure : le langage, l’éducation, la socialisation (l’homme est un animal social, hein TTE, pas inscrit au PS).
C’est peut-être là qu’intervient la philosophie : sommes nous maître de nos pulsions/passions ou en sommes nous le jouet ! Quid du libre arbitre ?

Depuis des siècles certains penchent du côté du libre arbitre total, arguant que Dieu ayant créé l’homme celui-ci soit toujours pleinement conscient de ses actes et donc responsable ! (là nous pourrions digresser sur les analyses que les différentes religions font de cette destinée).
D’autres en revanche pensent que le libre arbitre est réduit à pas grand chose puisque l’homme est avant tout le résultat d’un environnement social, culturel et géographique.

D’une façon caricaturale la première pensée est plutôt de droite et la seconde plutôt de gauche (rien à voir avec un quelconque parti).

Quant au sport ! sa vertu est de développer la production de testostérone, adrénaline et autres hormones principalement musculaire (coeur, muscles divers), mais dont le cerveau n’a que faire.
Je ne sais pas si le sport et le foot en particulier rend stupide pour ses raisons, mais dans tous les cas de figure ça n’aide pas au développement intellectuel de l’individu.
Pour en revenir à Zidane on peut appeller ça des « circonstances aténuantes ».

Alexis, tous les défauts !

229)
Hervé
, le 11.08.2006 à 02:14
[modifier]

Depuis des siècles certains penchent du côté du libre arbitre total, arguant que Dieu ayant créé l’homme celui-ci soit toujours pleinement conscient de ses actes et donc responsable ! (là nous pourrions digresser sur les analyses que les différentes religions font de cette destinée).
D’autres en revanche pensent que le libre arbitre est réduit à pas grand chose puisque l’homme est avant tout le résultat d’un environnement social, culturel et géographique.

Intéressante cette digression sur le libre arbitre, car certains scientifiques vont encore beaucoup plus loin en niant le libre arbitre.
Selon Michaël Ruse, toutes nos pensées sont des mécanismes biologiques régis par les lois physiques et chimiques. De ce fait, elles ne sont le résultat que d’un déterminisme absolu.
Heureusement, on sait que les phénomènes biologiques ne sont pas des phénomènes linéaires. Donc, si on combine deux processus, on ne peut pas prédire la valeur du résultat !

230)
ToTheEnd
, le 11.08.2006 à 15:26
[modifier]

alec6, pat3 et les autres: c’est pas que j’aime avoir raison ou que je veux juste foutre la merde, mais je recommande la lecture d’un article paru dans le Science & Vie du mois de juillet 06 intitulé: L’homme est un singe comme les autres.

Je ne vais pas vous recopier tout hein, mais je donnerai juste l’intro: Nous ne sommes pas des créatures supérieures! De récentes études à l’appui, l’éminent primatologue Frans de Waal fait voler en éclat l’ultime frontière entre les hommes et les grands singes. Ses observations le prouvent: empathie, conscience de soi, coopération [ou guerre] existent aussi chez les primates.

Après, à savoir s’ils parlent comme nous… effectivement, ils ne parlent ni Français, ni une langue connue sur Terre par les humains… C’est pas parce que nous ne connaissons pratiquement rien de l’environnement/espèces que nous flinguons tous les jours qu’ils ne communiquent pas.

D’ailleurs, la nature – en se rendant toujours moins hospitalière pour l’humain – ne nous communique-t-elle pas quelque chose? Genre: vous commencez à faire chier tout le monde là!

Ne me remerciez pas, je fais que passer.

T

231)
pat3
, le 11.08.2006 à 16:59
[modifier]

]Merci Pat3 pour ce développement… j’avais oublié l’affaire Guy Drut (entre autres…), mais bon, passons…

Quant au langage des animaux… non ! mille fois non !
L’animal ne connait pas l’expression verbale.

On est bien d’accord, donc? Ton « non » semble dire le contraire?

pat3 à Toulouse

232)
alec6
, le 11.08.2006 à 17:21
[modifier]

Mais tu as parfaitement raison TTE, ce que du dis ne vient pas en contradiction avec le reste. Pour ma part je ne voulais montrer que la différence qu’il existe entre communication et langage, c’est tout.

Pour ce qui est de la supériorité de l’homme sur l’animal… il est certain qu’il y a beaucoup à dire et redire !
Certains depuis les grecs au moins pensent que l’homme est un loup pour l’homme, ce qui n’est pas sympathique pour les loups qui ne se massacrent pas avec l’efficacité et la constance que l’on connait chez l’humain (dois-je marquer de nouvaux points Goldwin au 241e post ?).
La longévité ? 100 000 ou 150 000 ans pour l’homo sapiens sapiens, c’est faible comparé au reste du règne animal.
Le comportement sexuel ? un petit tour chez les bonobos nous fera oublier tout complexe de « supériorité » inventive et/ou perverse de l’homme sur l’animal.
L’adaptabilité ? pas mieux que les fourmis dont les colonies sont présentes partout où l’homme s’est sédentarisé.
Non, je crois que les seules différences notables entre le primate qui prend son bus le journal sous le bras et nos « cousins » c’est notre capacité infinie à détruire notre environnement, notre goût immodéré pour l’avilissement de nos congénères et leur massacre planifié et effectivement l’invention de l’écriture, de l’art et des dieux.

Anthropomorphiquement parlant on peut appeler ça de la supériorité.

Alexis, tous les défauts !

233)
pat3
, le 11.08.2006 à 17:41
[modifier]

Comme tu dis François, ce fil semblait s’éteindre, mais tel les incendies qui ravagent le sud de l’Europe actuellement, il ne faisait que couver (je sais, la comparaison est très malheureuse).
Pour revenir sur le langage animal: alec6 le dit bien, le langage animal est univoque, à la différence du langage humain. Ça n’empêche pas, Alec6, que les animaux comprennent le « pour de faux », qui est même une clé du comportement d’apprentissage (le chien n’ayant pas vécu auprès de sa mère, par exemple, maîtrise mal l’intensité de sa morsure).

Je ne vais pas vous recopier tout hein, mais je donnerai juste l’intro: Nous ne sommes pas des créatures supérieures! De récentes études à l’appui, l’éminent primatologue Frans de Waal fait voler en éclat l’ultime frontière entre les hommes et les grands singes. Ses observations le prouvent: empathie, conscience de soi, coopération [ou guerre] existent aussi chez les primates.

Qui a parlé de supériorité? Je corrigeais juste un élément de vocabulaire: les animaux n’ont pas de langage verbal. Bien sûr, ils ont des comportements communicationnels, mais univoques (alerte, intimidation, pariade, etc.), et la très grande majorité de leurs échanges concernent la satisfaction des besoins vitaux ici et maintenant, de sorte que seul l’homme peut dire: « qu’est-ce qu’on va faire demain? »

pat3, est-ce qu’on ne peut pas parler d’un problème parce qu’il en existe des plus graves?

Non pas. Mais disons que l’événement est prétexte à la réflexion, qui, à mon sens, s’en écarte, et qui aurait pu prendre d’autres exemples plus pertinents. Mais bon, l’humeur et là, et le débat aussi, dont acte: il semble qu’il y avait bien matière à discussion.
Disons que c’est la forme de la lettre ouverte à Zidane qui me gêne un peu, par sa fausse familiarité (même polie, même déférente). Mais la longueur, la fréquence, la durée et l’engagement des commentaires te donnent raison: il fallait en parler, y compris pour voir à quel point on peut être en accord ou en désaccord.
J’ai eu une discussion similaire avec une collègue d’infocom, qui m’a relayé plusieurs adresses d’animation flash relatives au coup de boules: you to can be Zizou , head butt outrage
C’est vrai, j’avais tort, c’est, de fait, un événement médiatique, et sa reprise par divers acteurs hors des instances autorisées de la sphère médiatique en fait un événement tout seul. Mais ça m’énerve, parce qu’à mon sens c’est un événement mineur – c’est peut-être pour cela qu’on peut en parler à loisir.
Je déteste le fonctionnement médiatique qui fonctionne par mise en lumière parcellaire et aveuglement corollaire. Je ne sais plus qui a dit que Zidane avait en quelque sorte brisé son image (si, Anne Cunéo, décidemment, François, ta fille est quelqu’un): c’est peut-être ce que je trouve de plus important dans son geste. Ce n’est pas un provocateur médiatique, mais la position dans laquelle il se trouve fait de chacun de ces gestes un symbole. Si on pouvait, avec le temps, comprendre celui-ci comme l’expression de la facticité du star system, de la fébrilité toute humaine de quiconque…

pat3 à Toulouse