Profitez des offres Memoirevive.ch!
Test du Game Zero, le casque gaming de Sennheiser

Pour mon dernier article sur Cuk.ch, je vais aborder un sujet qui peut paraître un peu anachronique pour les utilisateurs d'Apple et de Mac en particulier : le test d'un casque de gaming ! Combien de fois ai-je entendu que l'on ne peut pas jouer sur MacOS, combien de fois ai-je lu des complaintes sur la carte graphique anémique des Macs. Ces reproches sont en partie vrais, mais pas totalement. Car oui, il existe encore des éditeurs qui proposent de bons jeux sur Mac et donc des joueurs... J'en fais partie ! Et quand on commence à jouer en ligne, que ce soit sur des MMORPG, des simulations sportives ou des FPS, l'achat d'un micro-casque devient quasiment une obligation.

Jouant sur un iMac ou un MacBook Pro, je suis confronté à une barrière de taille : il existe peu de casques pour joueurs ayant une compatibilité avec le matériel Apple, et encore moins avec le système. Que ce soit sur le plan du hardware, l'unique prise jack du Mac (faisant office à la fois de prise casque et de prise micro) semble être un obstacle insurmontable pour un certain nombre de fabricants. Que ce soit sur le plan du software, peu de constructeurs proposent des logiciels rendant compatibles les micros-casques dotés d'une prise USB (et USB-C, à ma connaissance, il n'y en a carrément aucun !) avec MacOS. Certes, j'ai la possibilité de jouer sous Windows via Boot Camp, mais dans la mesure du possible, je préfère rester sur le système d'Apple, ne faisant un switch que lorsqu'aucune autre solution n'est disponible (mauvais, très mauvais point pour OverWatch de Blizzard !).

Mais ce n'est pas tout ! Je recherchais un casque de gaming, car oui, il existe une différence entre un casque audio standard et un casque destiné aux jeux vidéo. Toute la différence réside dans le traitement audio que le constructeur va apporter au casque : en tant que joueur, je ne fais pas la course aux basses les plus profondes ou puissantes, ni aux sons chauds et colorés flattant l'oreille. Non, ce que je recherche c'est précision et clarté sonore, le tout couplé à une largeur de scène me permettant de bien identifier d'où viennent les sons.

C'est fort de ce cahier des charges un peu compliqué que je me suis mis en quête de trouver le casque répondant le mieux à mes contraintes... Et j'ai trouvé !

 

Game Zero, quand Sennheiser se met aux casques de gaming

Quand un constructeur aussi réputé que Sennheiser se met à faire des casques pour les joueurs, autant le dire tout de suite, cela ne pouvait être qu'une grande réussite ! Construit sur la base de l'excellent P350, le Game Zero ne se contente pas uniquement d'un relooking pour plaire aux joueurs. Avec un abaissement de l'impédance de 150 à 50 Ohm (depuis fin 2014), il va être utilisable sur un grand nombre d'appareils, dont les consoles de salon comme la PS4. Il répond également aux besoins des joueurs en fournissant deux câbles torsadés (pour une meilleure résistance) et détachables, allongeant sensiblement la durée de vie du casque. À noter que pour pouvoir l'utiliser sur un Mac, il sera nécessaire d'utiliser un petit adaptateur, le PCV 07, coûtant 10.- CHF. Il n'y a pas que sur la couleur que Sennheiser s'est inspiré des produits Apple...

 

Sennheiser Game Zero

 

 

Confort et qualité sonore !

Le confort est un point central d'un casque audio, encore plus lorsqu'on parle d'un casque de gaming. Tous les joueurs l'ont expérimenté au moins une fois, dès qu'on commence une partie, on ne sait jamais vraiment quand celle-ci se terminera. Il est donc impératif que le micro-casque offre un confort absolu au vu des longues heures d'utilisation continues qui nous attendent. Et dans ce domaine, le Game Zero n'est pas loin d'être la référence ! D'une part grâce à sa légèreté (300 grammes), mais surtout grâce à ses énormes transducteurs entourés de mousse à mémoire de forme en similicuir, répartissant de manière homogène la pression autour des oreilles. Même un porteur de lunettes trouvera un excellent confort, grâce aux nombreuses articulations permettant de ne pas oppresser inutilement les branches de ses lunettes.

De par son architecture et sa conception « type fermée », le Game Zero offre également une excellente isolation phonique : dès que le casque est en place, l'utilisateur se retrouve instantanément plongé dans l'atmosphère du jeu auquel il joue et bien peu de choses extérieures viendront interférer avec celui-ci. Au point que même un MacBook Pro soufflant à pleine vitesse se fera oublier durant la partie. Ce n'est qu'en retirant le casque qu'on se rend compte que sa machine ventilait au maximum.

L'autre point important lors d'une partie multijoueurs, c'est la communication. Dans ce domaine, le casque de Sennheiser offre un micro proposant un système antibruit relativement efficace. Ce n'est, certes, pas du noiseless actif, mais la membrane entourant le micro est suffisamment bien dimensionnée pour offrir une réduction des bruits environnants relativement bonne. Ainsi, vos coéquipiers vous entendront de manière parfaitement claire et précise. Petit plus intéressant, il suffit de redresser le micro en position verticale pour que celui-ci soit automatiquement coupé.

Et l'audio dans tout cela ? Comme je l'ai laissé entendre au début de cet article, il s'agit véritablement d'un casque pour joueur, et non pas un casque audio au sens où on l'entend habituellement. Ainsi, la réponse en fréquence est très équilibrée bien que les basses soient un peu moins présentes. Cela va avoir comme conséquence de mettre en valeur les voix ainsi que tous les sons du spectre médium, comme les pas d'un personnage. En ce qui concerne les aigus, celles-ci sont également mises en valeur pour offrir une précision de haute tenue, permettant à l'utilisateur de bien distinguer la nature des sons que le jeu va lui offrir. Nous avons ici tous les ingrédients réunis pour faire du Game Zero un excellent casque de gaming, tant par sa précision que par sa clarté.

 

Deux livres à ne pas manquer !

Avant de conclure ce dernier article, j'avais envie de faire un petit retour en arrière concernant les divers livres dont j'ai parlé ici. Et si je ne devais en choisir que deux, je vous encourage à vous (re)pencher sur les deux références suivantes :

  • Juste après dresseuse d'ours (Jaddo) : Au travers de ce livre, à part de franches rigolades, vous allez entrer dans un monde où la médecine est redevenue humaine, où tant le patient que le soignant sont des hommes et des femmes avec leurs qualités, leurs défauts, leurs humeurs, leurs joies et leurs peines. La prochaine fois que vous aurez affaire à votre médecin (respectivement votre patient), après la lecture de ce livre, vous aurez probablement une attitude différente — plus saine — et ça, c’est tout le mérite de Jaddo !
  • L'imposture scientifique en dix leçons : C'est en lisant dernièrement un article (The Avogadro's constant as gone out the window. Homeopathy in question - Revue de psychoéducation, Volume 43 numéro 2, 2014, pp. 349-386) que je me suis souvenu qu'en 2004, je vous avais présenté ce livre. Datant de 1986 (remis au goût du jour en 2001), il reste d'une actualité totale et désarmante ! En plus de 30 ans, l'une des plus grandes impostures pharmaco-industrielle de la fin du XXème siècle et, malheureusement, du XXIème siècle - l'homéopathie - continue de trouver des personnes croyantes malgré les nombreux et spectaculaires démentis scientifiques. Je pense notamment au journaliste de Science et vie P. Rossion qui a avalé d'un coup plus de 800 granules (!!!) d'Arsenicum album (AS203) - de l'arsenic - sans subir le moindre effet alors que, si l'homéopathie ne s'était pas avérée une imposture, la quantité d'arsenic ingérée lui annonçait une mort certaine...

J'espère que mes articles vous auront permis de découvrir des choses intéressantes et surtout de prendre du plaisir à leur lecture. Cela a été très plaisant pour moi de pouvoir écrire ici, grâce à François qui m'a offert cette tribune, et surtout grâce à vous, chers lecteurs.

13 commentaires
2)
Modane
, le 16.02.2017 à 00:17
[modifier]

Merci pour le test. Connais-tu un casque 5.1 susceptible de nous faire apprécier un mixage 5.1 sous FCPX, sans carte son et système externe?

3)
Renan Fuhrimann
, le 16.02.2017 à 00:45
[modifier]

J’ai toujours de la peine avec cette notion de 5.1 voir 7.1 pour un casque sachant que le 5.1 demande 5 HP positionnés de manière très précise alors qu’un casque offre que deux HP. Ce d’autant plus que cet effet est souvent obtenu de manière logicielle (rarement compatible MacOS), et donc modifie de facto le son.

On trouve de vrais casque 5.1 mais ils ont obligatoirement un ampli pour diviser le son en 5 et alimenter chaque HP. Se sont souvent des casques pour le jeu, du coup la qualité sonore pour un montage vidéo, par exemple, n’est pas vraiment adaptée.

Après, dans le milieu des ingénieurs son, une des références est/était le Sennheiser HD 25 II. Même s’il a plus de 20 ans, son son très analytique et son isolation phonique font merveilles.

4)
Modane
, le 16.02.2017 à 02:38
[modifier]

Pas facile à aborder, cette spacialisation sur FCP… Pour le reste, j’ai un DT99 qui me va bien. Merci!

5)
Madame Poppins
, le 16.02.2017 à 07:00
[modifier]

j’avais sur ton conseil acheté le livre de jaddo et en avais apprécié la lecture, merci. J’apprécie nettement moins cette longue succession de derniers billets….

6)
yomel
, le 16.02.2017 à 08:03
[modifier]

Merci pour cet article et pour le rappel des livres. J’avais découvert Jaddo il y a longtemps je ne sais plus comment, peut-être par cuk d’ailleurs, et c’est un plaisir à lire.

Je rejoins Madame Poppins, cette succession de derniers billets ça fait tout bizarre :(

7)
François Cuneo
, le 16.02.2017 à 08:04
[modifier]

Merci pour tes articles Renan, et tout de bon pour ta santé pour la suite.

En ce qui concerne ton casque, un truc que je ne comprends pas… J’ai deux modèles de caques avec micro USB de chez Logitech. Bon, le son n’est pas bon, là n’est pas la question… Je me rends simplement compte qu’ils sont parfaitement adaptés au système, et qu’il suffit que je choisisse ce périphérique en entrée et en sortie dans les Préférences Son pour que tout soit en place.

Pourquoi ne serait-ce pas pareils avec les jeux?

8)
guru
, le 16.02.2017 à 08:48
[modifier]

@ fxc des mêmes auteurs (les frères ennemis)
« Allo Daphnis, c’est Chloé »
« Ah bon. Et ça tient ? »

9)
Renan Fuhrimann
, le 16.02.2017 à 09:36
[modifier]

Merci pour vos messages :)

@François : Avant de changer de casque, j’avais un Logitech USB qui fonctionnait comme tu l’as décrit. C’était un truc tout simple, de bien mauvaise qualité aussi.

Depuis qu’ils ont changé de ligne en voulant faire des produits plus spécifiquement pour joueurs, les casques Logitech intègrent des fonctions/boutons (pour les FPS, pour les conversations, pour la musique, etc… ) qu’il faut paramétrer via un logiciel. Ce qui est impossible avec MacOS et fige le casque dans un EQ tout en rendant inutilisable les boutons. Et pour être honnête, je préfère avoir un casque spécifique, qu’un truc qui se veut multifonctions en jouant sur des EQ logiciels qui vont obligatoirement détériorer le son.

10)
jd
, le 17.02.2017 à 09:25
[modifier]

Aller, un petit dernier commentaire :-).

J’ai moi aussi cherché un casque-micro de bonne facture, que j’utilise des heures durant au travail, étant donné que mon équipe est très répartie géographiquement. Je peux passer 4 ou 5 heures par jour connecté avec un collègue à distance pour travailler (avec un logiciel bien choisi – et qui bien entendu ne sont pas les ténors du marché – et une bonne connexion, on arrive d’ailleurs à un confort et une efficacité redoutable aujourd’hui je trouve).
De plus de ces conférences par internet, j’apprécie aussi beaucoup de pouvoir écouter de la musique dans de bonnes conditions. Comme l’a souligné Renan, trouver un casque qui fonctionne pour ces deux usages n’est pas simple.

Au final, après des heures de recherche et de lecture d’articles sur internet, mon choix c’est porté sur un casque HyperX Cloud de Kingston. Kingston n’est pas très connu pour ses périphériques audio, mais il a eu la bonne idée d’aller chercher cette expertise ailleurs. En l’occurence chez QPad, avec son modèle QH85, lui même inspiré par un modèle de Beyerdynamic.
Ca n’est certainement pas le meilleurs casque hifi qui soit, mais il est plus que raisonnable dans ce domaine. le confort est bon aussi, et il est livré avec l’adaptateur qui permet de le brancher aussi bien sur un mac que sur un téléphone. Pratique :-).

Bonne continuation à toi Renan, merci pour cet article !

11)
Renaud LAFFONT
, le 17.02.2017 à 10:40
[modifier]

@jd j’ai le même casque que toi, pour le boulot (Skype for business). Mais j’ai un Sennheiser Momentum pour la musique car le HyperX est atroce pour autre chose que de la voix selon moi.

12)
bobi
, le 17.02.2017 à 18:51
[modifier]

@fxc des mêmes
« posa sa hache et lança des invectives, en deux lettres? »
« Ua »
« ben non il y aurait trois lettres »
« ben si: « posa sa hache… »

13)
Renan Fuhrimann
, le 19.02.2017 à 00:40
[modifier]

@jd & Renaud :
C’est tout le problème de ces casques. Je n’ai pas acheté l’HyperX car il est effectivement trop orienté voix/discussion alors que le Sennheiser est un casque de jeu avec de réelles qualités audio. Si on voulait l’utiliser pour écouter de la musique (même s’il ne s’agit pas de sa fonction première), ce serait tout à fait possible en utilisant un EQ accentuant un peu les basses.