Profitez des offres Memoirevive.ch!
Et si on partait en vacances en bateau!?

Par ces temps de frimas, il n’est pas désagréable de penser aux prochaines vacances d’été!

Et si vous partiez naviguer en mer, sur un voilier?

Voici quelques trucs et astuces, ainsi que les pièges à éviter.

Pour illustrer l’Humeur, j’ai demandé au photographe Frédéric Billet de me prêter quelques images qu’il a réalisées aux Orcades (nord-Écosse), l’été dernier. Il avait en effet embarqué avec son Nikon D2 H. Voici ce qu’il en dit:

image

Frédéric photographié par un équipier

“Appareil pro dont les qualités me semblent être: solidité de construction, résistance aux intempéries, autofocus très performant, qualité et taille du viseur, accessibilité des différents réglages par des commandes externes au lieu du menu, mesure exposition, colorimétrie (supérieure aux Canon…), système flash avec mesure 3D, poids, prix en occasion (1000, 1200 €). Ses défauts: poids, capteur 4 millions seulement (mais tirages très corrects jusqu'en 50x75 en qualité pro), bruit au-dessus de 800 ISO. Problèmes rencontrés (utilisation intensive > 25 000 photos/an): cellule défectueuse remplacée gracieusement par Nikon France, hors garantie. Certains capteurs (Sony) pourraient rencontrer de sérieux problèmes de décollement, sans doute pris en charge par Nikon France, qui traite très bien les possesseurs de D2h…”

image

L’Écosse n’est plus qu’une fine bande, nous avons quitté la terre

Des vacances en voilier, pourquoi faire?

Ce qu’on cherche en vacances, c’est le dépaysement et le fait de casser la routine. En partant en mer, dès la sortie du port, tout votre environnement se bouleverse ainsi que le sens de vos priorités. Vous quittez un monde que vous maîtrisez, ou vous assurez, pour un autre qui vous est totalement étranger et où toutes les règles que vous connaissiez sont chamboulées. Vous devenez l’assisté, celui qui ne sait et ne comprend rien, celui qui n’a plus qu’une chose à faire… apprendre! Pour certains, cette situation est totalement insupportable. J’ai vu des gens paniquer à bord d’un bateau, angoissés parce qu’ ’ils ne retrouvaient plus leurs marques, car tout ce qui était stable sur terre devenait instable sur l’eau.

image

Dans les Orcades, pas de marina quatre étoiles. On grimpe par l’échelle rouillée

On fait quoi, sur un bateau?

Ce que vous voulez! Il y a des gens qui se laissent vivre, d’autres qui veulent tout apprendre. Les règles doivent simplement être clairement expliquées d’entrée de jeu. Si le chef de bord (skipper) ne vous demande pas, avant de partir, quels sont vos désirs, changez de bateau!

image

L’appel du large et la proue de notre OVNI 435

On part avec qui?

En vacances, on part en principe avec sa famille, avec ses amis. Sur un bateau, c’est possible, mais cela peut être risqué. De nombreux couples se sont brisés après une croisière. La cause? Monsieur voulait, mais pas madame (ou réciproquement). Pour celui “qui ne veut pas”, il y a souvent un blocage qui met tout le monde mal à l’aise. Les amis, eux, dévoilent parfois en mer une part de leur caractère qui, pour vous, n’est pas forcément la plus agréable! Il est souvent préférable de partir avec des inconnus ou des gens qui ont déjà de l’expérience. Les enfants, en règle générale, aiment bien le bateau, à condition que les escales soient nombreuses pour qu’ils puissent s’ébattre à terre.

image

L’équipage, élément rassurant en milieu étranger

La promiscuité

Elle fait peur à beaucoup. La journée, entre la cabine et le pont, il y a de la place. Il est facile de s’isoler et dehors, la mer ouvre l’horizon. La nuit, certains rechignent à l’obligation de partager la cabine avec un équipier. Dans ce cas… partez avec votre copine (ou votre copain)! Par mauvais temps, cette promiscuité a quelque chose de rassurant. On se sent plus solide, plus fort. En cas d’ennui, l’autre est là pour vous soutenir. Le marin “ours mal léché” n’est pas une légende… quand il est à terre! Mais en mer, c’est la plupart du temps le meilleur des compagnons.

image

Pas un chat dans les Orcades, mais des phoques

Ma place à bord

Sur un bateau, la hiérarchie est verticale. Adeptes des réunions décisionnelles communes et des longs débats contradictoires sur la façon de régler les voiles (en cours de navigation, car au bar du port, c’est autre chose!) s’abstenir. Si vous êtes débutant et qu’on vous donne un ordre, vous obéissez, c’est tout! Mais cette hiérarchie fonctionne dans le respect de l’autre. Jamais on se moquera de vous parce que vous êtes malade ou que vous avez raté une manœuvre. En mer, chacun se rappelle qu’il a été un jour débutant.

image

Derrière la vache, tout au fond, notre voilier

Avant de partir

On commence par déterminer l’itinéraire. Le skipper vous en propose normalement plusieurs. Il y a les itinéraires “beau temps” et les “mauvais temps”. Vous ne pouvez exiger d’un équipage d’aller à un endroit “x” si la météo ne le permet pas. Vérifiez surtout les distances entre les escales: 10 à 15 Milles, c’est une promenade de trois heures, aucun problème. Mais 80 à 100 Milles, c’est une vingtaine d’heures sans voir la terre! Point fondamental: l’avitaillement ou, si vous préférez, ce qu’il y aura à manger à bord! Vous partez parfois plusieurs jours sans voir une épicerie, soyez attentifs à ce que certaines de vos habitudes alimentaires soient respectées, c’est très important pour votre confort.

image

Désolé, aucun marchand de glaces en vue

La technologie

Puisque vous êtes lecteur de cuk.ch, ce domaine vous intéresse. Vous serez content: un voilier c’est très technique. Mais cette technologie ne se pratique pas comme à terre. Vous ne vous contentez pas de suivre une route sur un GPS à carte. Si c’est comme cela que le navigateur dirige le bateau, je vous permets d’avoir peur! La navigation est un domaine passionnant qui met en œuvre une multitude de paramètres et d’appareils de mesure. Les marins aiment transmettre, si vous désirez apprendre, vous serez les bienvenus.

image

Pour le marin, le phare n’est pas décoratif, mais indispensable

Le nord ou le sud?

Le sud, c’est le chaud et le sec, mais c’est aussi un paysage plus brumeux et moins contrasté que le nord. La bonne photo est plus difficile à réussir. Au nord, on en prend plein les yeux, mais c’est plus dur physiquement. Les contraintes maritimes sont plus nombreuses (marées, courants), mais ça fait plus “aventure” (attention, en Méditerranée, le vent peut être très violent!).

image

Dans le nord, souvent la terre, le ciel et la mer se mélangent

Combien ça coûte?

Si vous passez par une agence ou une base de location (elles sont faciles à trouver sur Internet ou dans les revues nautiques) vous pourrez effectuer le calcul suivant: 1) Trajet du domicile au bateau et retour. Cela peut aller d’une centaine d’euros à plusieurs milliers. 2) Place à bord (avec un skipper ). En pleine saison, cela coûte 500 euros par personne pour les premiers prix, 800 à 1’000 euros pour du plus “cosi” et beaucoup plus si vous aimez le luxe (ces chiffres sont purement indicatifs). 3) La caisse de bord, soit les frais de nourriture, taxes de port, fuel. En général: 160 euros par personne.

image

Univers étrange où la mer brille plus que le ciel

Mais encore…

En mer, surtout quand “ça brasse”, les problèmes terrestres deviennent plus que relatifs. En mer, on ne peut pas tricher. Vous devrez accepter votre caractère et celui des autres, c’est tout. On en ressort le plus souvent grandi, avec l’impression d’avoir vécu dans un espace riche en émotions. Regardez les photos de Frédéric. Il n’a pas triché, notre croisière, c’était vraiment comme il l’a montrée.

image

Derrière la fenêtre, un “fish and chips”, Univers étrange pour notre volatile

18 commentaires
1)
François Cuneo
, le 08.03.2006 à 06:28
[modifier]

Très jolies images, tu féliciteras Frédéric Billet .

Quant au bateau, moi, c’est le chapitre promiscuité qui me pose un vrai problème.

2)
Chichille
, le 08.03.2006 à 07:16
[modifier]

Si je comprends bien, l’essentiel est d’avoir un Nikon.

Parce que sinon : on devient un assisté, on brise son couple, on promiscuite avec n’importe qui (sauf si on est parti en couple, mais… cf ci-dessus), on obéit bêtement, on ne va pas où on veut, les contraintes sont nombreuses, il faut accepter le sale caractère des gens (« quels sales types les gens ! » notait déjà Alphonse Allais).

MAMAAAN !!! Apporte moi mon doudou !

Bof ! Bof ! Bof !

3)
drazam
, le 08.03.2006 à 08:19
[modifier]

Magnifiques photos (la guéguerre Nikon-Canon est relancée, n’est-ce pas François?), superbe article instructif et qui donne envie, comme d’hab’ merci Roger. Une question alors: à quand une CukSailing? Passk’ici, y’a une joyeuse bande de bras cassés, ça promet!

___________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

4)
Franck_Pastor
, le 08.03.2006 à 09:53
[modifier]

Très peu pour moi, je déteste naviguer, je n’aime pas les bateaux de toutes sortes, je me sens mal sur l’eau, même sans avoir le mal de mer… Ça ne m’empêche pas de savourer les belles photos maritimes : heureusement qu’il y en a de mieux accroché que moi pour me faire profiter de paysages que sans eux je n’aurais jamais su voir !

5)
alec6
, le 08.03.2006 à 10:40
[modifier]

Pétole ou force 3 mollissant localement… 1 à 2.

Visiblement sur tes photos la croisière fut calme. J’ai connu pire… toi aussi sûrement !

Tout ça fait bien envie, d’autant que je ne connais pas ces mers nordiques qui ne sont pas réputées pour leur calme plat ! Je ne suis pas allé plus loin que les îles Scilly et la Cornouaille.

6)
Roger Baudet
, le 08.03.2006 à 11:09
[modifier]

François, je transmets !

Chichille, tu as tout compris !

Drazam, j’ai l’impression que le Cuk Team navigue mieux sur Internet qu’en pleine mer !

Frank, c’est un fait, la mer, on aime ou on détèste, il n’y a pas de milieu.

Alec6, la pétole, on ne l ‘a pas eu souvent. La haut, c’est plutôt force 6-7 et creux de 2 mètres !

7)
alec6
, le 08.03.2006 à 11:35
[modifier]

Ha ! tu me rassures, Roger ! je me disais aussi… tu as truqué les images !
Quoi qu’il en soit tu ne nous donne pas ton périple. D’où êtes vous partis, combien de temps… ?

Mais nous sommes sur un site Mac (!) et visiblement les amateurs de voile ne sont pas légion.

Il est vrai que la marine suisse…

8)
David Klaus
, le 08.03.2006 à 11:52
[modifier]

Drazam>Cuk Sailling OK. Nous les suisses,on prend le bâteau d’Allingi et vous le Clem’. Ca marche ? ;-)

9)
Roger Baudet
, le 08.03.2006 à 13:01
[modifier]

Alec6, nous sommes partis de Inverness et avons terminé à Oullapool.
La navigation a duré quinze jours et s’est déroulée dans les Orcades avec passage à Kirkwall et Stromnes entre autre. Nous avons également croisé un peu dans le nord-ouest de l’Ecosse.

10)
Chichille
, le 08.03.2006 à 13:37
[modifier]

Il est vrai que la marine suisse…

Ne pas dire de mal de la marine suisse ! Outre le glorieux amiral de « La vie Parisienne » d’Offenbach, il y a des résultats pas si mauvais en Coupe de l’America, crois-je me souvenir.

La navigation a duré quinze jours et s’est déroulée dans les Orcades

Un peu plus au Nord, il y a les Shetlands. Et, là, miracle pour les « seasicks », il y a possibilité de louer toute une île et de jouer à Robinson, avec plein de vagues autour, du ciel gris au-dessus et des oiseaux un peu partout (jamais été attaqué en piqué par une sterne ?). Et aucun besoin de « border – choquer – lofer – abattre ».

My dear Roger, c’est bien d’indiquer les limites de l’exercice, mais il me semble qu’il faudrait d’abord donner envie aux néophytes. Sinon on se retrouve entre habitués. Il est vrai que pour tout ce qui est vie communautaire je préfère avoir affaire à des gens motivés.

Bof ! Bof ! Bof !

11)
Iris
, le 08.03.2006 à 14:38
[modifier]

Magnifiques images qui rendent bien les caractéristiques du climat écossais! J’y suis allée plusieurs fois, surtout sur la côte ouest, vers Oban, Mallaig, l’île de Skye. C’est superbe.

Voyager en bateau, c’est une des meilleures manières de découvrir une région, de s’en imprégner. La côte défile tout tranquillement. Tous les sens sont activés et ainsi on ne mémorise pas seulement les paysages, mais aussi l’air, les embruns, les odeurs, l’humidité, la salinité, les sons. Les images qui restent en tête ont alors plus de relief.

Etant malheureusement sensible au mal de mer (et même de lac) , je ne suis jamais restée plusieurs jours sur un bateau (sauf en pénichette sur une rivière!) mais chaque fois que l’occasion s’est présentée de passer une journée sur un voilier, je l’ai fait, et c’est chaque fois un souvenir très vif.

12)
Frédéric Billet
, le 08.03.2006 à 14:40
[modifier]

Roger est une perle d’équipier ! Ses talents sont multiples et variés… Outre ses qualités humaines indéniables, ses compétences sur le pont, ses convictions syndicalistes et ses connaissances oenologiques, il a réalisé un superbe reportage video sur cette croisière estivale au parfum d’hiver et en plus il sait en parler. Je vous souhaite un tel compagnon pour vos futures aventures, nautiques ou pas! Salut l’ami.

Blog photos/textes du Coyote

13)
Roger Cuneo
, le 08.03.2006 à 16:47
[modifier]

Il y a encore deux ans, je n’avais jamais mis les pieds sur un voilier. On m’a demandé à cette époque, vu mes antécédents théâtraux avec des jeunes, si j’étais prêt à participer à une expédition avec des enfants âgés de huit à douze ans placés dans un foyer.
L’objectif était d’aller voir des baleines en Méditérannée et le responsable avait estimé qu’avant de partir avec douze pré-adolescents en difficulté sociale, il fallait souder le groupe dans un travail collectif et imaginait que de monter avec eux une pièce de thâtre pouvait préparer les enfants à la solidarité, aux difficultés, qu’exigeait une croisière de quinze jours en mer.
J’ai donc commencé le travail en septembre, le départ étant prévu en août de l’année suivante (donc en août 2004).
Je ne connaissais pas ces enfants, mais dès les premières rencontres j’ai compris que c’étaient des enfants en difficulté, chacun à des niveaux différents, bien-sûr. Par exemple, le jour où nous avons parlé de la pièce. des personnages, d’apprendre les textes, un enfant, David, a demandé à me parler en particulier. Nous sommes allés sur le pas de la porte et il m’a dit: « mais moi, je ne sais pas lire, comment je vais faire… » Je lui ai dit: « les éducateurs, tes camarades, moi, on t’aidera à répéter le texte, et petit à petit tu le sauras. Et même, quand tu le sauras un peu, tu pourras ainsi petit à petit apprendre à lire, l’un ira avec l’autre… ». David, habituellement très réservé, m’a sauté au cou, tellement il était content et il a ajouté: « super, super, je suis tellement content de travailler avec toi que tu vois, j’aimerais que ce nuage là-haut, tombe sur toi et te tue… »
Le reste du travail n’était pas aussi assassin, mais souvent désespérant. Les enfants ne savaient pas garder des acquis: ils étaient un jour parfaitement dans leur rôle et la fois suivante se comportaient sans intérêt, comme s’ils découvraient le texte.
Ce fut un long cheminement, parfois par la gronderie, parfois par l’encouragement, tantôt dans l’espoir de voir avancer les choses, puis par le doute, la désespérance…
A trois semaines de l’échéance, tout étant prêt, affiche, réservation de la salle, appel au public, j’hésitais encore à les lancer dans l’aventure, tant je tenais à ce que ce travail les valorise, leur donne conscience de leurs possibilités, plutôt que de les montrer incapables, ridicules.
Deux semaines avant la première, le miracle s’est produit et ils ont été parfaitement à la hauteur de mes attentes: des enfants sérieux et drôles, précis et joyeux, généreuux, solidaires, bref… magnifiques.
Cette partie s’étant soldée par un vrai succès, aussi bien pour l’équipe éducative que pour moi, mais surtout pour eux, le départ en mer fut confirmé.
Personnellement je craignais cettedeuxième partie de l’entreprise encore davantage que le théâtre.
Trois voiliers avec un professionnel par bateau, quatre enfant et quatre
adultes par voilier. Tout devait être fait, sous la surveillance du professionnel de la mer, par un adulte et un enfant simultanément: repas, vaisselle, nettoyages, gouvernail, surveillance de la mer pour éviter les mauvaises rencontres et pour rechercher les baleines, enfin une vie pleinement communautaire, avec régulièrement des retours à terre pour mélanger les groupes. se retrouver.
Je croyais avoir le mal de mer, j’étais heureux sur les vagues; je pensais que la promisquité du bateau allait être difficile, j’ai été heureux d’avoir le temps de cotoyer enfants et adultes, de me raconter, de les entendre, de partager avec eux des moments très forts de grand large, de vent, de vagues, de nature que je ne connaissais pas,
Ma seule dificulté a été d’être enfermé la nuit dans ma petite cabine, alors on m’a proposé d’installer mon matelas sur le pont en plein air et ainsi j’ai bien dormi toutes les nuits sous un ciel immense et beau, un grand lumignon d’étoiles.
Et je dis qu’une croisière en voilier est une magnifique aventure: je garde de la mienne un souvenir joyeux, heureux, d’une humanité profonde, d’un plaisir immense. J’ai largement été payé de mes difficultés de neuf mois de travail, par ces quelques jours en mer. Et nous avons vu deux baleines…

Roger Cuneo

14)
Chichille
, le 08.03.2006 à 18:16
[modifier]

Merci et bravo à Roger pour ce témoignage. D’autant que ce genre d’expérience, sans préparation, peut être à la fois très difficile pour les adultes et sans intérêt pour les jeunes. C’est arrivé surtout lorsque on a voulu mettre les gamins à bord en imaginant que les contraintes de la vie commune allait leur faire comprendre l’importance du lien social. Naturellement, c’est le contraire qui survient. Donc encore bravo, à la fois pour l’intention et pour la réalisation.

Et pas de bof ! bof! bof ! cette fois-ci.

15)
Caplan
, le 08.03.2006 à 19:00
[modifier]

Roger et Roger, merci et bravo!
Quand je serai grand, je voudrais aussi être Roger!

Et naturellement bravo aussi à Frédéric Billet!

16)
Roger Baudet
, le 08.03.2006 à 19:20
[modifier]

Les jeunes sur un bateau, en général, ça marche ! J’ai suivi plusieurs expériences et les rares qui ont raté sont dues à l’incompétence des adultes. Idem pour les spectacles de théâtre, domaine que je connais bien. L ‘expérience la plus dingue est celle de cette équipe de la banlieue de Brest qui avait monté un opéra… en latin (!) avec des « jeunes-de-banlieues-difficiles ». Merci Roger (pas moi, l’autre !) pour ton témoignage.

17)
zitouna
, le 08.03.2006 à 19:43
[modifier]

Merci pour ce(s) recit(s), qui donnent bien envie de sentir les embruns, mais attention au matos photo, ça aime moyen les embruns, le matos!
Superbes photos, d’ailleurs.
z

18)
fckr
, le 08.03.2006 à 20:35
[modifier]

Que du bonheur !! Un site mac qui parle de voile !! Je viens juste de rentrer à Arcachon venant, en solo, de Pôrto Santo (Madères)(1000 milles et des brouettes) et lorsque je me connecte à mon site favori pour me mettre au courant des dernières nouvelles concernant Arthur (mon PB) que vois-je? On peut être Mac et voileux. Merci pour ce documents et ces photos. Perso, seul à bord je n’embarque pas d’appareil photo (photographier mon bateau? ma binette?) mais préfère de loin m’emplir la tête de souvenirs. Bon vent à Cuk

fckr