Profitez des offres Memoirevive.ch!
De beaux matchs, mais des supporters qui le sont moins

Introduction

Dans la vie, j'ai une petite passion. Un sport en fait que j'ai toujours regretté de ne pas avoir pu développer comme je l'aurais souhaité (rhaaaa, ces parents qui vous obligent à faire ce que vous ne voulez pas parce qu'ils pensent que c'est mieux pour vous).

Bref, j'adore le tennis et aujourd'hui encore, j'essaie d'y jouer aussi souvent que je le peux (malheureusement, pas suffisamment à mon goût).

J'ai donc tout particulièrement apprécié de recevoir une invitation pour les trois jours de la Davis Cup à Arena à Genève qui se déroulait du 10 au 12 février dernier mais ce plaisir fut quelque peu gâché par une bande de nazes.

Enfin, les photos sont de moi et elles n'ont pas été retouchées (le but n'était pas vraiment de faire des photos d'art).

Le tennis

À mon sens, le tennis est un des plus beaux sports jamais inventé par l'être humain (c'est subjectif hein… ai-je besoin de le préciser?).

Il requiert concentration, précision, force, vision, vélocité, touché et ce, tout au long d'une partie qui peut durer des heures. Le record de la plus longue partie jamais disputée est d'ailleurs détenu par deux joueurs français qui se sont "battus" pendant 6 heures et 33 minutes lors d'un match de Roland-Garros en 2004 à Paris (leur site web ne ressemble à rien hors saison… une honte).

Comme vous le savez, il existe plusieurs compétitions à travers le monde qui comptent pour le classement de Association Tennis Professionals (ATP) et Women's Tennis Association (WTP). Sur le site officiel de l'ATP, vous pouvez avoir accès à des centaines d'informations comme consulter la liste complète des tournois qui sont à disposition des joueurs et joueuses à travers le monde.

Chaque victoire rapporte des points qui sont comptabilisés dans le classement ATP. A cette date, c'est Roger Federer, un Suisse, qui occupe la place de numéro un mondial chez les hommes depuis le 2 février 2004. Son avance (2'660 points aujourd'hui) est telle sur le second, Rafael Nadal, que même s'il arrêtait de jouer demain, il faudrait à Rafael gagner plus ou moins tous les tournois de cette planète sur un an pour le rattraper.

Globalement, tous les tournois sont importants mais les "Grand Slam" tiennent une place particulière dans le cœur de chaque joueur! Dans l'ordre calendaire, il y a l'Australian Open (janvier), Roland-Garros (mai), Wimbledon (juin) et l'US Open (août).

Bien sûr, les prix remis lors de ces événements sont importants car au-delà de la fierté et de la coupe, les gagnant(e)s reçoivent également un joli chèque. Dans le cas du dernier Australian Open, gagné pour la seconde fois par Roger Federer, il s'est vu remettre un chèque d'un million de dollars.

À ma connaissance, le tennis est également un des seuls sports au monde qui offre pratiquement la même somme au gagnant et à la gagnante.

Même si ces quatre tournois sont le summum pour un joueur, il y a bien sûr plein d'autres tournois qui pour des raisons diverses sont intéressants et parmi eux, on trouvera la Davis Cup.

Davis Cup ou la Coupe Davis

En gros, c'est tout simplement une variante du mondial de foot appliqué au tennis masculin (désolé Mesdames, il n'y a pas d'équivalent pour les femmes). Une équipe nationale est constituée de plusieurs joueurs du même pays et affronte, au travers de 4 matchs en simple et un double, une autre équipe. Il y a plusieurs tours jusqu'à la finale et cette coupe se déroule sur plusieurs mois.

Bien que cette coupe fût introduite dès 1900, elle n'a pas le même retentissement qu'un tournoi du Grand Slam mais tout de même, les joueurs répondent généralement présents quand le capitaine de l'équipe nationale les appelle. Toutefois, cette année, Roger Federer (le numéro un mondial) a décliné l'invitation pour des raisons personnelles. La Suisse partait donc un peu affaiblie…

Pour 2006, c'est 133 nations qui ont demandé à participer à cette coupe mais seulement 16 nations ont été sélectionnées. De plus, l'équipe qui reçoit peut choisir la surface (en gros, terre battue, dure ou gazon).

Comme je le mentionnais dans l'introduction, le premier tour de cette compétition pour la Suisse a eu lieu à l'Arena de Genève du 10 au 12 février 2006. Nous recevions l'Australie alors que l'Allemagne, dans le même temps, recevait la France.

À la différence d'un match de tennis traditionnel, le public supporte "sa nation" plutôt qu'un joueur et ces dernières années ont vu un véritable changement s'opérer au sein de ces supporters à l'opposé de ceux qu'on peut voir à un match traditionnel.

L'équipe de Suisse… avec des Suisses derrières (en cas de doute)…

Drapeaux, cloches, avertisseurs sonores, etc. sont les quelques accessoires qu'on retrouve lors dans ces matchs qui s'apparentent toujours plus à des matchs de foot. Le public s'exprime très bruyamment et aussi souvent qu'il le peut sauf pendant les échanges vu que les joueurs ont besoin d'un minimum de concentration pour jouer convenablement.

Il y a à peine quelques jours, j'étais déjà à l'Arena pour un concert avec quelques milliers de personnes et cette fois, c'était pour une série de matchs de tennis!

Ci-après, un bref résumé des matchs.

Premier jour!

Michael Lammer (SUI) contre Peter Luczak (AUS)

Le match s'annonçait relativement équilibré puisque Michael est classé au 209e rang mondial et Peter est 119e.

Le match a bien commencé pour Michael qui a gagné le premier set 6-1 en à peine 29 minutes. Il semblait dominer le match et a pris les 2 balles de break qui se sont offertes à lui.

Dès le second set, le rythme changea. Peter, beaucoup plus présent, offrait un niveau de jeu équivalent à Michael et profita d'une balle de break à 4-3 pour passer à 5-3. C'est sans problème qu'il remporta ce set 6-3 en 37 minutes.

Peter Luczak (AUS)

La perte du second set a eu comme conséquence de déstabiliser Michael qui s'effondra totalement au troisième set puisqu'il perdit ses 3 mises en jeu à cause d'un service très faible (seulement 45 % de premières balles sur l'ensemble du set)! Le set fut plié en 27 minutes et Peter infligea un cinglant 6-0 au Suisse!

Finalement, Michael se réveilla un peu au quatrième set mais ne parvint pas à inquiéter le service de Peter. Pendant les 39 minutes que durèrent le set, il sauva tout de même 3 balles de break mais a dû s'incliner 6-3.

Michael Lammer (SUI)

Malgré un début difficile, l'Australie finit pas s'imposer assez facilement 1-6, 6-3, 6-0 et 6-3 en 2 h 12.

Stanislas Wawrinka (SUI) contre Chris Guccione (AUS)

Le match s'annonçait difficile pour Chris (167e joueur) puisque Stanislas a réalisé de bons tournois ces derniers mois et qu'il est classé au 52e rang mondial. De plus, en l'absence de Roger Federer, c'est Stanislas qui est le numéro 1 de l'équipe Suisse ce qui, pour un jeune homme qui n'a pas encore 21 ans, peut être difficile à porter…

C'est Stanislas qui sert en premier et aussitôt, Chris lui met la pression et il sauve la première balle de break avec un Ace… tout en commettant une double faute sur le point suivant! Chris s'empare du premier jeu.

Stanislas a l'air un peu impressionné d'être là et il a du mal à développer son jeu. Il arrive toutefois à récupérer son service sur le 6e jeu de son adversaire et gagne facilement sa mise en jeu grâce à 2 Aces.

Le reste du set est très disputé puisque Stanislas sauve 9/12 balles de break et que Chris en sauve 1/3… Stanislas remporte ce set 7-5 en 45 minutes en prenant le service de Chris à 6-5.

Chris Guccione (AUS)

À ce stade, on pensait que le Suisse était bien parti dans son match et les deux premiers points du second set semblent donner raison à ce scénario puisque Stanislas aligne 2 Aces de suite! Toutefois, Stanislas poursuit avec deux doubles fautes et semble accusé le coup. Il finit tout de même par marquer son jeu. Au troisième jeu, malgré un Ace pour le premier point, Stanislas commet encore deux doubles fautes, subit les échanges et finit par perdre le jeu.

Chris ne lâchera plus la barre et arrivera même à prendre encore une fois le service de Stanislas pour gagner le set 6-3 en 39 minutes.

Le troisième set est très équilibré jusqu'à 4-4 et au 9e jeu, Chris démarre son jeu par une double faute et Stanislas en profite pour mener 5-4. Le 10e jeu est tendu puisque Chris mène 0-30 et Stanislas doit sauver 3 balles de break avant de gagner ce set 6-4 en 38 minutes.

Le quatrième set fut âprement disputé puisque aucune balle de break ne s'est offerte à l'un ou l'autre des joueurs. À 6-6, c'est le tie-break qui départagera les joueurs.

Stanislas réalise immédiatement le mini-break pour mener 2-0 mais commet une double fautes. Les hommes se suivent à un point près jusqu'à ce que Stanislas bénéficie d'une balle de match à 6-5. Chris sauve provisoirement le match mais se retrouve encore sur la sellette à 7-6… Le Suisse tient le coup et transforme cette seconde balle de match en victoire!

Stanislas Wawrinka (SUI)

La Suisse remporte le match 7-5, 3-6, 6-4 et 7-6 en 2 h 57.

Second jour!

La Suisse se trouve à égalité avec l'Australie 1-1 et cette journée est consacrée à un match de double. Je ne suis pas un fan du double donc je ne me suis pas rendu au match mais je peux en faire un très bref compte rendu (j'ai vu une petite heure à la télé).

Yves Allegro et Stanislas Wawrinka (SUI) contre Wayne Arthurs et Paul Hanley (AUS)

Perso, je ne donnais pas cher à la Suisse sur ce match car l'Australie alignait leurs meilleurs joueurs de double… Wayne occupe la 17e place mondiale alors que Paul est à la 11e position. La Suisse elle, malgré la bonne position d'Yves (54e au niveau mondial), n'a plus vraiment une bonne équipe de double (Stanislas est classé 234e dans cette catégorie).

Même si c'est toujours du tennis, les doubles sont très différents des simples. Ils sont beaucoup plus tactiques et il est essentiel d'avoir un bon camarade de jeu et de pratiquer intensément pour être au top.

Le premier set est assez équilibré malgré une première alerte pour les Suisses au 7e jeu puisque les Australiens tiennent à leur disposition 2 balles de break. Toutefois, Yves tient bon avec son service et marque le 4-3.

Les deux équipes se retrouvent au tie-break à 6-6 et ça commence bien pour la Suisse puisqu’elle arrive à mener 4-0. Encore mieux, elle mène 6-4 et se retrouve avec deux balles de set mais les Australiens tiennent bons et passent devant pour remporter le set 7-6 avec 8-6 au tie-break en 53 minutes!

Le second set n'est pas meilleur puisque Yves doit encore une fois sauver 2 balles de break au 4e jeu avant de gagner son service. Mais la chute viendra au 10e jeu alors que Stanislas sert à 4-5 pour revenir à 5 partout. Menés 0-30, les Suisses sauvent une première balle de set mais n'arrivent pas à sauver la seconde. Les Australiens s'emparent du second set 6-4 en 36 minutes.

Dans le troisième set, le premier jeu est acharné et les Australiens sauvent 3 balles de break avant de perdre leur service sur la 4e balle de break! La Suisse arrive même à reprendre encore une fois le service de Wayne au 5e jeu et mène 4-1 avec service à suivre.

Mais au 8e jeu, alors que Stanislas sert pour le set à 5-2, il perd son service à cause d'une double faute. Grosse frustration parce que les Australiens remontent à 5-4 mais heureusement, Yves ne craque pas et la Suisse emporte le set 6-4 en 41 minutes.

La Suisse entame le 4e set remontée à bloc mais aucune équipe n'arrive à prendre le dessus jusqu'à ce qu'Yves serve pour passer de 5-6 à 6-6. À cause de 2 fautes, la Suisse se retrouve immédiatement menée 0-30 mais arrive à revenir à 30-30. À 30-40, la Suisse sauve une première balle de match et Yves devra distiller un Ace pour sauver la seconde balle de match du jour. Enfin, un dernier Ace permet à la Suisse de marquer le 6-6. Pour la seconde fois, c'est un tie-break qui départagera les deux camps.

Le tie-break est très disputé mais la Suisse arrive à mener 5-2… avant de se faire rattraper puis dépasser par les Australiens qui remportent le tie-break 7-5 et donc, gagne le set 7-6 en 57 minutes et le match!

L'Australie gagne le match 7-6, 4-6, 6-4 et 7-6 en 3 h 07.

Troisième jour!

C'est une grosse journée qui attend les Suisses! Menés 2-1, ils n'ont plus le choix! S'ils veulent passer au second tour, ils devront gagner les deux matchs en simple du jour et pour le troisième jour de suite, c'est Stanislas qui va défendre les couleurs de la Suisse.

Stanislas Wawrinka (SUI) contre Peter Luczak (AUS)

Le match commence bien et au 4e jeu, Peter est en difficulté puisqu'il commet une double faute et offre à Stanislas la première balle de break du jour. Malheureusement, il n'arrive pas à concrétiser et Peter marque son jeu.

Comme souvent, cette opportunité manquée déstabilise un peu Stanislas qui perd immédiatement sa mise en jeu et se retrouve mené 3-2, puis 4-2. Mais Peter n'arrive pas à garder ce break d'avance et perd sa mise en jeu au 8e jeu. Stanislas mène d'abord 5-4 puis arrive a s'emparer encore une fois du service de l'Australien pour gagner le set 6-4 en 45 minutes.

Stanislas est en confiance et ça se sent tout de suite au second set. Il domine et s'empare immédiatement du service de Peter pour mener 2-0 suite à une double faute de son adversaire.

Stanislas Wawrinka (SUI)

Tout va bien pour le Suisse qui gère son avance sans se forcer jusqu'à 5-2. Peter sert pour revenir à 5-3 mais les choses ne se passeront pas comme ça. Il commet encore une double faute et se retrouve à 40-40 suivi d'un très joli point gagnant de Stanislas qui lui offre une première balle de set. Mais l'Australien tient et s'offre même une balle de jeu.

Ce point va durer de nombreuses minutes puisque l'Australien n'aura pas moins de 5 balles de jeu qu'il n'arrivera pas à concrétiser! À la troisième balle de break, Stanislas marque enfin le jeu et remporte le set 6-2 en 37 minutes.

Le troisième set sera beaucoup plus disputé puisque le Suisse sauvera 6 balles de break et arrivera à faire 3 doubles fautes dans un seul jeu. Peter sauvera lui aussi 2 balles de break avant de se retrouver à 6-6, chacun ayant gagné sa mise en jeu. On disputera donc un tie-break pour départager les deux hommes.

Stanislas commence fort avec un Ace en entrée de jeu et les deux hommes sont au coude à coude jusqu'à ce que Peter s'offre à 6-4 deux balles de set. Mais il n'en profite pas et Stanislas lui passe devant à 7-6… c'est une balle de match mais Peter égalise à 7-7 avec un superbe point gagnant. Peter finit par gagner le set 7-6 en 71 minutes avec un tie-break à 9-7!

Au début de ce quatrième set, Stanislas est frustré et à la rage. Il met immédiatement Peter sous pression et s'offre 3 balles de break mais n'arrive pas à les concrétiser.

Stanislas gagne son service sans problème et remet à nouveau la pression sur Peter et remporte la mise en jeu de son adversaire. Il mène 2-1 et grâce à son service, il confirme ce break en menant 3-1. Puis, à 4-2, il met encore une fois la pression sur Peter qui lâche son service une seconde fois et se retrouve mené 5-2. Stanislas sert pour le gain du match et gagne la seconde balle de match du jour avec un set de "retard"!

La Suisse gagne le match 6-4, 6-2, 6-7 et 6-2 en 3 h 08.

George Bastl (SUI) contre Chris Guccione (AUS)

Ce match promettait d'être serré puisque les deux joueurs sont classés à peu près au même rang mondial (137e pour le premier et 167e pour le second). Toutefois, la grosse différence - c'est un avis totalement personnel - c'est que George a sa carrière derrière lui ou presque (il fêtera ses 31 ans cette année) et qu'il était mieux classé dans le passé (71ème en 2000). Son adversaire, Chris, fêtera ses 21 ans cette année et sa carrière ne fait que commencer…

De plus, la Suisse et l'Australie sont à 2-2… tout repose donc sur les épaules de George.

Le match débute bien et Chris connaît une première alerte sur son service quand à 2-2, il offre deux balles de break à George qui ne parvient pas à les concrétiser notamment grâce à un Ace de Chris qui lui sauve la mise.

À 4-4, Chris est à nouveau en difficulté puisqu'il doit sauver pas moins de 3 balles de break. Mais Chris ne se démonte pas et sert 3 fantastiques Aces et finit par remporter sa mise en jeu. Puis, à 5-5, c'est encore la même histoire puisque George s'offre encore une balle de break qu'il n'arrive pas à concrétiser puisque Chris se sauve avec un Ace!

George est donc mené 6-5 mais doit servir pour essayer de décrocher un tie-break mais ça commence mal puisqu'il est mené 0-40. Chris s'offre ainsi 3 balles de break et donc de set mais George ne lâche rien. Il revient à 40-40 et offre encore 3 autres balles de break!

La 7e balle de break sera la bonne pour Chris qui s'empare du service de George et gagne ainsi le premier set 7-5 en 56 minutes. Il est a noté que Chris a réussi 15 Aces dans ce premier set (contre 3 pour George) dont 5 quand il avait une balle de break contre lui…

Le second set est très disputé et Chris ne montre pas seulement une bonne habilité au service mais également au filet avec des fantastiques points "réflexes" et ce, malgré ses 2 mètres de haut (les joueurs de tennis très grand n'ont pas la réputation d'avoir un bon touché de balle au filet).

Pour être plus précis, le second set est disputé au niveau des services. Chris sert exactement 3 Aces pour chacune de ses mises en jeu et au 8e jeu à 4-3, George accuse le coup est se retrouve mené 0-40. Chris saisi la première balle de break et mène 5-3. On se dit alors que George va tout donner dans le dernier jeu de Chris mais celui-ci n'est pas en mesure de faire quoi que ce soit puisque ce dernier sert 4 Aces… et remporte donc ce jeu ainsi que le set 6-3 en 30 minutes.

Pour ce set, c'est 16 Aces qui ont été distillés par le camarade Chris…

Le troisième set est vraiment disputé puisque Chris a une petite baisse de régime au niveau de ses Aces… mais vers 4-4, Chris recommence à distribuer entre 2 et 3 Aces par jeu. Aucun des deux joueurs n'arrive à prendre l'ascendant sur l'autre jusqu'à 6-6.

C'est donc un tie-break qui va permettre de savoir si la Suisse a encore une chance ou si l'Australie a gagné.

Les deux hommes sont au coude à coude et Chris arrive à se détacher et à mener 6-4, c'est donc 2 balles de match qui s'offre à lui. Mais George tient et il passe même devant pour mener 7-6! C'est donc une balle de set qui s'offre à lui mais encore une fois, Chris décoche un service d'enfer à 248 km/h… (c'est presque 20 % plus rapide que la vitesse moyenne des meilleurs serveurs du circuit). Il en remet une couche en servant un 4e Ace dans ce tie-break pour mener 8-7 et enfin, conclut 9-7. Ce dernier set est gagné 7-6 en 48 minutes.

Chris Guccione (AUS)

En tout, Chris a servi 39 Aces sur ces trois sets… probablement un record dans le circuit professionnel.

L'Australie gagne le match 7-5, 6-3 et 7-6 en 2 h 18.

Épilogue

Vous l'aurez tous compris (et vous le savez si vous suivez un minimum les actualités), la Suisse n'ira pas au second tour contrairement à la France qui a gagné face à l'Allemagne. Elle devra même jouer des matchs de barrage en septembre pour rester dans la coupe Davis pour 2007.

La bonne nouvelle c'est que Stanislas confirme qu'il est un joueur aux nerfs solides et qu'il faudra compter sur lui dans le futur car il n'a pas encore 21 ans. Je me réjouis de le voir cet été à Roland-Garros car la terre battue, c'est sa surface préférée et il semble vraiment progresser à chaque match.

Et alors, c'est quoi mon histoire de nazes?

En fait, c'est simple et je n'ai pas voulu en parler dans mon compte rendu parce que vraiment, j'étais énervé et déçu.

Pourquoi?

Parce qu'au tennis, il existe un respect entre les joueurs mais également entre le public et les joueurs. Qu'on soit du même pays ou qu'on préfère l'un ou l'autre, on doit respecter les joueurs ainsi que les arbitres.

Mais ici, pendant ces trois jours, j'ai été le témoin de scènes débiles!

Dès le premier jour, des sifflets et des huées émanaient du public quand un Australien demandait la vérification d'une marque ou remettait en question un jugement. Comme par hasard, quand c'était pour un point à la faveur du Suisse, pas de sifflet mais quand c'était en faveur de l'Australien, on aurait dit que certains auraient aimé descendre sur le court pour expliquer comment les choses devaient se passer.

Des milliers de personnes beuglaient quand un point litigieux était en défaveur du Suisse. Est-ce que ces milliers de gens ont une meilleure vue à 20 mètres que des juges professionnels qui sont en face des lignes à 3 mètres? Peut-être que ces "supporters" pensent que plus on gueulera, plus la marque sera bonne? Un peu comme le "distorsion field reality" à Jobs quoi.

Le summum du débile et de la honte s'est produit lors du dernier match. Dès le milieu du second set, une partie du public a commencé à siffler les Aces de Chris. Mais c'est quoi ce cirque? Il n'y avait pas de match de foot ce jour-là et quelques-uns sont venus s'entraîner ici?

Il y a peu, la Suisse était choquée par les débordements des Turcs lors du match de qualification pour le mondial de foot 2006. Alors, comment peut-on justifier une attitude pareille?

OK, personne n'a physiquement agressé les Australiens, mais la violence, c'est comme tout, ça commence avec les mots et les gestes.

Les Australiens ont gagné et en plus, avec la manière. La Suisse a eu quelques occasions d'inverser les matchs mais elle n'a pas su les saisir; c'est la vie ou plutôt, c'est le jeu!

Je conseille fortement à tous ceux qui ne respectent pas les joueurs et les arbitres d'aller sur les bancs d'un match de foot… ils seront plus à leur aise.

ToTheEnd (et non pas François, comme indiqué à la ligne suivante!)

32 commentaires
1)
Tony
, le 21.02.2006 à 00:16
[modifier]

Euh François :

C’est quoi le Grand Slam ? La grand botté/claque ou le Grand Chelem ?! Faut pas laisser le correcteur d’ortographe travailler tout seul ;-)

Il me semble que l’équivalent de coupe Davis pour ces dames est la fed Cup

C’est certainement navrant de tels comportements. Malheureusement, la passion de certains personnes en devient du fanatisme. Cela rappelle les jeux du cirque de l’antique Rome, sauf qu’à l’époque on sortait souvent les pieds devant.

Tony

********************************
beyondbits.com

2)
Franck_Pastor
, le 21.02.2006 à 00:20
[modifier]

De plus en plus, « supporter » s’apparente à « beauf »…. C’est peut-être une impression, parce que ces derniers sont de toutes façons toujours plus bruyants que les « purs ». Mais je ne supporte plus de voir sur place quoi que ce soit comme « événement » sportif. C’est trop pénible, exactement pour ces raisons…

3)
fxprod
, le 21.02.2006 à 00:22
[modifier]

pris sur le fil, l’équivalent féminin de la coupe davis est la fedcup, non mais des fois, peut-être que la suisse n’a pas de tennis- woman à la hauteur…….

amicalement

4)
Okazou
, le 21.02.2006 à 00:30
[modifier]

ToTheEnd, les filles vont te taper sur les doigts !

FedCup

P.S. : Belles, les photos !


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

5)
alarache
, le 21.02.2006 à 01:39
[modifier]

Nous français on connait la fed cup car on l’a gagnée! ;o)

6)
VRic
, le 21.02.2006 à 01:54
[modifier]

Je conseille fortement à tous ceux qui ne respectent pas les joueurs et les arbitres d’aller sur les bancs d’un match de foot… ils seront plus à leur aise.

Tu veux dire qu’ils n’avaient pas l’air parfaitement à leur aise? Alors vos gros cons à vous ne doivent pas être faits come les notres, qui semblent chez eux partout dès qu’ils sont groupés.

J’appuie d’un doigt vibrant la suggestion d’adopter « grand chelem » pour les francophones avant le réveil matinal des hordes de lecteurs.

Et tant que j’y suis, tu sais que tes images sont en PNG alors que ce sont des photos et sont donc maxi-trop-lourdes? Dans ma grâce infinie j’en fais des copies jpeg pendant la rédaction de ce commentaire (512 Ko au total au lieu de 5,6Mo). Je t’envoie le code adapté d’un coup de grep pour en faire ce que tu veux.

7)
ToTheEnd
, le 21.02.2006 à 01:57
[modifier]

Contrairement aux apparences, ce n’est pas de la faute à François mais la mienne puisque je suis l’auteur de cette humeur (l’âge, les enfants, la grippe aviaire… ça fait beaucoup pour un seul homme).

Pour la FedCup… c’est donc totalement de ma faute (sorry aux dames).

Enfin, pour le Grand Chelem, c’est tout simplement la version Française de Grand Slam… et chaque tournoi est un Grand Slam en Anglais.

T

8)
Serge
, le 21.02.2006 à 02:43
[modifier]

Ce genre de comportement n’est pas nouveau et pas exclusif à la Suisse. Il est notoire que les partisans du pays hôte, durant les matchs de la Coupe Davis, ne sont pas des modèles de civilité. Ce dont tu as été témoin n’est rien en comparaison à ce qui se produit lors de ces matchs dans certains pays d’Amérique du Sud.

9)
farinet
, le 21.02.2006 à 06:39
[modifier]

J’aime beaucoup ta facon de globaliser les supporter de foot, il est vrais que sur des miliers de suporters il y a plus de possibilté que sur une centaine de priviligié qui vont voir des spectacles aussi insipide qu’un matche de tennis.

10)
Inconnu
, le 21.02.2006 à 07:49
[modifier]

C’est super bien raconté, TTE :) On s’y croirait.
Le chauvinisme transcende les disciplines sportives. Pas plus tard que samedi, je suis allé à Toulon voir du rugby. Le Racing Club de Toulon, ancienne star du rugby il y a 20 ou 30 ans, face à Clermont-Ferrand. Clermont est 7 ou 8ème au classement du Top 14 et Toulon est 14ème (faut bien un dernier). J’y suis allé avec un ami supporter de Clermont, et nous avions des places dans un coin rempli de supporters du RCT (habillés en rouge et noir aux couleurs du club). Je vous fais grâce des insultes diverses et variées, souvent très vulgaires, proférées à l’égard des joueurs adverses et de l’arbitre. Personnellement, je n’étais pas particulèrement pour Clermont ou pour Toulon, j’étais la pour voir du beau jeu et j’appplaudissais les actions des 2 équipes, par fair play. Le jeu étant plié bien avant la fin de la 2e mi temps (36 à 7 en faveur de Clermont), nombre de supporters se sont barrés avant la fin du match, ce qui leur a fait loupé le superbe essai de Toulon à 3 minutes de la fin pour revenir à 36-14). Ce qui est marrant, c’est que la Fédé de Rugby a instaurée une coupe pour le public le plus fair play et qu’apparamment le public toulonnais doit y être au moins aussi bien classé dans le classement sportif (toujours 14ème).

11)
François Cuneo
, le 21.02.2006 à 08:40
[modifier]

Merci Noé d’avoir changé le nom de l’auteur de cet article (pour la petite histoire, je m’étais trompé en mettant en ligne et l’article apparaissait sous mon nom).

Je ne savais pas que TU pouvais le faire. Parce que moi pas!

C’est dur parfois d’être le chef et de devoir déléguer…:-)

12)
jeando
, le 21.02.2006 à 09:09
[modifier]

farinet +1

Après tous ces articles liés à l’économie, j’imaginais plutôt que ToTheEnd jouait du golf. Le tennis ne m’étonne ainsi qu’à moitié : Sport individualiste uniquement accessible aux personnes disposant d’un certain revenu ou d’un revenu certain.

La conclusion de la grande réflexion du précité : « Je conseille fortement à tous ceux qui ne respectent pas les joueurs et les arbitres d’aller sur les bancs d’un match de foot… ils seront plus à leur aise. » est affligeante. Elle transpire non seulement les préjugés, mais pire encore la condescendance.

13)
Inconnu
, le 21.02.2006 à 09:44
[modifier]

jeando: « Le tennis ne m’étonne ainsi qu’à moitié : Sport individualiste uniquement accessible aux personnes disposant d’un certain revenu ou d’un revenu certain. »
Sport individualiste certes, mais qui se joue au moins à deux, donc il faut trouver un partenaire de jeu. Le golf par contre est totalement individualiste, puisqu’on peut jouer seul.

14)
ToTheEnd
, le 21.02.2006 à 09:48
[modifier]

Je vois qu’on a des sensibles du bulb aujourd’hui…

Pour info, je hais le golf… mais je pense que ça ne compte pas et je ne sais pas pourquoi il y a cette image de « riche » qui colle à la peau du tennis puisque de fait, c’est un sport qui est plutôt bon marché.

Pour faire une saison, il faut compter sur une raquette (environ CHF 200.-), un abonnement à un club (dans les CHF 300.- par an pour un adulte et moitié moins pour les ados et enfants) et puis, en fonction de son jeu, sur 20 à 30 balles de tennis (entre CHF 50.- et 100.- par an). Enfin, le tamis de la raquette casse plus ou moins une fois par an en fonction du jeu et du nombre d’heures passées sur le court (entre CHF 50.- et 100.-).

En bref, un sport qui coûte entre CHF 400.- et CHF 500.- par an d’avril à novembre. Je ne vois pas trop où se trouve le luxe là-dedans.

Et puis je fais aussi du sport collectif (volley en 3ème ligue)… mais je pense que c’est aussi un sport de riche et de salaud?

Enfin, je m’attendais un peu à la remarque sur le foot et sur la généralisation du hooliganisme dans/sur les stades.

Je suis bien évidemment certain que pas tous les spectateurs de foot sont ainsi. Toutefois, ce sport est symptomatique d’une dérive qu’on a laissé faire puisque j’étais moi-même étonné de voir le public, depuis les années 20 jusqu’au années 50, rester sagement au bord du stade (assis sans barrière à même pas 2 mètres des lignes du terrain) alors qu’aujourd’hui, les débordements sont monnaies courantes.

Enfin, pour ceux qui ne voient pas de quoi je parle, je leur propose une photo de mon gamin que j’emmène au stade de foot tous les week-ends et où je lui apprends les bases de la camaraderie et du respect.

image

T

15)
Inconnu
, le 21.02.2006 à 10:00
[modifier]

Personnellement je joue au golf. On y croise des gens riches certes, puisqu’ils ont beaucoup de temps libre pour aller jouer. On y croise aussi des gens « normaux ».
L’important, c’est de se faire plaisir ;)
Sinon, en allant vers le toujours plus élitiste, y a le polo.

16)
psychros
, le 21.02.2006 à 10:18
[modifier]

De toute façon, le plus beau sport du monde c’est le basket! :-) …et juste après c’est le foot-tennis, faudrait vous y mettre ça réconciliera peut-être les pro- et les anti-foot et tennis! :-) (et c’est réellement un très beau sport, sans aucun débordement…mais faut avouer que y’a pas des masses de public, ça aide…).

17)
Denis
, le 21.02.2006 à 11:30
[modifier]

Rien à voir, mais connaissez-vous le Sepak Takraw ? Ce sport asiatique mélange allègrement le volley, le tennis et le foot, et le résultat est plutôt impressionnant! L’adresse ci-dessus est celle de la fédération française, mais il y en a aussi une en Suisse (en allemand seulement).
image

Denis

18)
Roger Baudet
, le 21.02.2006 à 12:19
[modifier]

Football : Sport populaire.
Tennis : Sport pour argentés.
Golf : Sport de riche.

Moralité : Plus la balle est petite, plus le joueur à de fric !

Bon, je sors ;-)

20)
drazam
, le 21.02.2006 à 12:43
[modifier]

Finalement, Winston avait raison: sorry, no sport! Ah le fantasme de la baballe…

__________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

21)
alec6
, le 21.02.2006 à 12:47
[modifier]

Grille d’analyse du Sport :
– spectateur en tribune
– spectateur de salon
– joueur professionnel (qui gagne de l’argent avec)
– joueur amateur (qui dépense de l’argent pour)
– aucune de ces catégories (s’en fout quoi !)

et sur l’autre axe
– gratos
– pas cher
– peu cher (surtout à Marseille)
– cher (et même dans le Loiret)
– très cher(e)
– ma chère…

Exercice :
Faites vos grilles, comparez, analysez !
Ramasage des copies à 18h !

22)
drazam
, le 21.02.2006 à 12:52
[modifier]

ToZiEnd, je t’ai dégôté une place pour aller voir le PSG. Tu peux mettre ton t-shirt tendance CCCP si tu veux. Je t’en prie, ne me remercie pas, c’est normal…

__________________________________
signé encore ce « mudak » de drazam

23)
ToTheEnd
, le 21.02.2006 à 13:36
[modifier]

Héhéhéhé…

Il n’y a pas de bon sport ou de mauvais. C’est le public, donc les gens, qui peuvent être de gros nazes et c’est ça que je critiquais.

T

24)
Inconnu
, le 21.02.2006 à 15:24
[modifier]

Y a un sport dont on n’a pas parlé, c’est le curling.
C’est un sport abordable, il faut de la glace, un gros caillou et des balais brosses. Bon OK, c’est bien moins « excitant » que le football. Je sors.

25)
alec6
, le 21.02.2006 à 16:06
[modifier]

Il paraît même que la traversée des déserts ou des montagnes en katkat ou en mobilette est un sport !

…pour ceux qui courrent devant ou rampent dessous les jambes en bouillie sûrement !

Alexis qui n’en rate pas une !! à vélo même sous la neige !

26)
VRic
, le 21.02.2006 à 19:35
[modifier]

On n’a pas ces problèmes à la pétanque. Jovialité en amateur, concentration en pro, public toujours sympa.

Et c’est tout de même nettement moins chiant que le curling, qui fait sensiblement la même chose en occupant 10 fois plus de place plus des usines à glace. Un carreau au curling, franchement, tu peux aller te chercher une bière entre le lancer et l’impact.

Il y en a un autre dans le genre dont j’oublie le nom, avec des boules non sphériques lancées du département voisin. On dirait vraiment que les Anglais ont une meilleure vue. Ou alors ils ne boivent pas en jouant.

27)
VRic
, le 21.02.2006 à 19:54
[modifier]

Sinon, en allant vers le toujours plus élitiste, y a le polo.

Et je dirais même plus: la Polo (G40).

Le top du top de l’élitisme (si j’en crois mon copain Ju qui vient d’en trouver une, il y en a eu env. 500).

Pour 2200Eur (t’as même pas une Twingo à ce prix): micro-moteur 1300cc, compresseur, 115 Ch et 700 Kg.

Ça a 15 ans, ça ressemble à un yaourt 0% et ça ridiculise tout frimeur en « sportive » (à part la mienne, hein, mais je consomme comme 28 Polos G40 ;-).

28)
zitouna
, le 21.02.2006 à 21:03
[modifier]

Moi, d’abord, j’aime pas le sport…
Par contre, j’ai un moyen de transport…
Qui me fait faire de ces efforts…
Que j’en sue (parfois) par tous les pores.

A Biiiiicyclèèèèèèèèèèteuuuuu!

29)
Okazou
, le 22.02.2006 à 06:26
[modifier]

Il ne faut pas généraliser, disent certains. Voilà la réalité de l’action de « supporters » du PSG à l’endroit de leurs adversaires de Marseille :

image

Désolé pour les pupilles chastes mais quand on en est arrivé à ce point on est en droit de commencer à réagir en dénonçant ces comportements.

Je n’aime pas le sport, je lui préfère le jeu. Deux mondes opposés.


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

30)
Okazou
, le 22.02.2006 à 06:37
[modifier]

> VRic
Ne serait-ce pas la boule de fort ?
Une boule de bois plus ou moins oblongue, cerclée de fer, que l’on lance sur une piste de bois elle-même un tantinet de guingois.


Au nom de l’Europe, j’ai voté NON !
… et la gauche libérale aurait tort de l’oublier.

31)
TTR
, le 22.02.2006 à 14:23
[modifier]

citation de jeando:
« Le tennis ne m’étonne ainsi qu’à moitié : Sport individualiste uniquement accessible aux personnes disposant d’un certain revenu ou d’un revenu certain. »

ouaip, c’est vrai le tennis c’est hyper cher, comme l’a démontré TTE.
« En bref, un sport qui coûte entre CHF 400.- et CHF 500.- par an d’avril à novembre. Je ne vois pas trop où se trouve le luxe là-dedans. »

Bon CHF400.- me paraissent optimistes, mais possible.

A titre de comparaison, un paquet de clop par jour coute CHF2’200.- par année, de quoi se payer une saison de ski, une saison de tennis, ainsi que qq cinés. Sans parler du bénéfice que ces 2 sports apportent, comparé au futur cancer du fumeur qui coutera pas loin de 100’000.- aux couts de la santé.

Sinon un café et une bière tous les 2 jours coutent environ 700.- par année. De quoi, selon TTE faire une saison avec une nouvelle raquette chaque année.

Alors pour tous ceux qui taxe le tennis de cher, j’aimerais bien savoir lesquels fument. Meme 10clopes/jour coute 1’100.-/année.

Et pour ceux qui est du caractère individualiste de ce sport, sachez que dans un club il y’a des formules du genre « défis ». Cela consiste à s’inscrire sur une liste d’un tableau et à défier les autres du meme niveau. Ca permet de jouer contre 10-15 personnes différentes par saison, et sur le lot y’en a avec qui on tisse des liens, donc pas si individualiste que ca….

cucac666

32)
VRic
, le 22.02.2006 à 17:25
[modifier]

Ne serait-ce pas la boule de fort ?

Peut-être bien. Il y aura eu adaptation des règles pour le « spectacle » télévisuel, car il me semble avoir vu ça sur d’immenses pistes qui ne semblaient pas en bois, mais effectivement non planes (périphérie en pente douce).

Je tiens à préciser que même ça c’est plus trépidant que le Curling, car la « boule » aplatie avance presque « vite » en roulant sur son grand diamètre et stoppe abruptement et à côté de sa trajectoire en tombant comme un disque sur l’un de ses côtés.

Étant myope, je ne comprends pas quelle folie a pu pousser à placer le but sur ce qui à la pétanque serait considéré comme la piste du village voisin, mais au moins on peut y jouer en été sans produire de déchets nucléaires.

on tisse des liens, donc pas si individualiste que ca…

Quand on se fait des copains au club ou qu’on s’organise avec convivialité, c’est qu’on le veut bien indépendamment du sport choisi. Au tennis on ne joue certes pas tout seul, mais on joue CONTRE d’autres (à part en double, l’existence d’équipes est indépendante des règles). Aux sports collectifs tu joues AVEC les autres, ce qui est tout autre chose. Note que je n’ai rien pour les sports collectifs, mais la différence est évidente. Prétendre le contraire revient à négliger le caractère individuel de la boxe en vertu du fait que tu n’es jamais seul dans la salle, attitude qui s’autodétruirait au moment de compter tes bleus très très individuels.