Profitez des offres Memoirevive.ch!
Un été avec le Sony a6300

Cette Humeur vous relate mon expérience concrète, sur le terrain. Pour les amoureux de spécifications techniques pointues, plusieurs excellents descriptifs ont été publiés sur internet, dont celui de focus-numérique que je vous laisse découvrir ici.

Le Sony a6300, c’est quoi ?

Nous sommes en présence d’un boîtier compact non reflex et à objectifs interchangeables, dont le capteur est au format APS-C. Il est le successeur théorique du Sony a6300, mais, dans la réalité, c’est un tout nouvel appareil qui rend également totalement obsolète le Sony NEX-7 que je possédais jusqu’ici. Pour se convaincre de la différence, sachez qu’aujourd’hui, avec le prix d’un boîtier a6300, vous en avez deux labellisés a6000 ! Cela en vaut-il la peine ? Nous allons le découvrir.

a6300

Le sony a6300

Pourquoi un APS-C

Même si les appareils dits « plein format » ont potentiellement des capacités plus grandes que les « petits » APS-C, ceux-ci ont le très gros avantage du poids et de l’encombrement moindre. Personnellement, je désirais un objet réellement transportable. J’ai trop de copains qui ont fini par n’utiliser que leur smartphone, leur « monstre » dédié leur sciant trop l’épaule !

tartuffe

En promenade, mieux vaut voyager léger (photo prise avec l'a6300)

Le 4K

Là, si on est puriste, il faut plutôt parler de format UHD (ultra haute définition), soit 3 840 × 2 160 pixels contre 1 920 × 1 080 pixels pour de la vidéo HD. C’est donc 4 fois plus gros… en théorie ! Le problème, c’est qu’il y a également la compression d'image qui entre en ligne de compte. Un iPhone récent filmant en 4K fera toujours moins bien qu’une bonne caméra dédiée en « simple » HD (mais j’avoue que l’image des nouveaux iPhone 7 est bluffante). Sur l’a6300, on a vraiment 4 fois plus d’informations que sur la HD d’un NEX-7 (le codec utilisé sur le a6300 est le XAVC S). Cela a tout de suite deux inconvénients : non seules les cartes SD les plus puissantes et de génération récente sont acceptées par le a6300, mais celles-ci se remplissent également 4 fois plus vite. Autre problème : seul un ordinateur puissant sera capable de monter l’image. Exemple : mon Mac-mini pourtant pas vieux (2011 tout de même) ne suit pas le rythme et saccade l’image. Tout cela en vaut-il la peine ? Patience, on y arrive !

sein

Image tirée d'une prise de vue en 4K (île de Sein)

La rapidité 

Son nouveau moteur s’appelle « BiONZ X™ ». Ce qui nous intéresse, c’est surtout que tout va vraiment plus vite ! La mise au point, en plus, devient difficile à piéger, mais rassurer-vous, en vous entraînant un peu, vous arriverez quand même à la surprendre et le flou involontaire est encore possible, mais rare !

La sensibilité

De 100 à 25 600 iso (sans compter qu’on peut encore aller plus haut si on veut) et ceci avec un bruit de fond très modeste, cet appareil fera pour sûr le bonheur des addicts de concerts en caves obscures.

Un exemple de la sensibilité de l'a6300

Le son

Cela partait bien pourtant : enregistrement en PCM linéaire 16 bits (d’accord, une caméra pro travaille plus généralement en 24 bits aujourd’hui) avec un convertisseur assez propre. Vu-mètre dans le viseur (enfin !), mais que demander plus? IL N’Y A PAS DE SORTIE CASQUE ! En gros, c’est comme un appareil photo sans viseur ! Adieu les interviews proprement enregistrés. C’est d’autant plus impardonnable qu’il est pourtant possible de fixer sur l’appareil un adaptateur pour prises symétriques et alimentation fantôme : le XLR-K2M. Mais on peut surmonter l’obstacle, voir plus loin.

Le WIFI

Il a deux rôles : transférer les images sur votre ordi (oubliez, cela va beaucoup plus vite en sortant la carte SD et en la mettant dans votre lecteur) et pour utiliser un iPad par exemple en écran déporté. C’est beaucoup plus intéressant, car l’image sur votre lecteur sera plutôt bonne. Bémol : connecter les deux appareils sur ce mode est un peu lent et compliqué.

L’ergonomie

Chez Sony, ce n’est pas leur point fort ! Va encore pour le boîtier et ses boutons dédiés. Mais là déjà, il faudra se faire à l’idée que le bouton rotatif est également poussoir sur 4 axes. En appuyant à peine sur celui-ci, paf, vous changez de menu au lieu d’incrémenter un paramètre. Mais où cela se gâte vraiment, c’est dans le menu interne. Là c’est vraiment compliqué et vous pouvez oublier le petit mode d’emploi livré. Le vrai, le gros, il est ici et il est plutôt consistant !

la-chevre

Il devient "presque" difficile de rater une photo

Sur le terrain

Nous y voilà ! j’ai commencé par rater pas mal de prises de vue. En cause, le fait qu’il faut s’adapter à une ergonomie très spécifique, surtout si on veut majoritairement utiliser comme moi l’appareil en mode manuel. Mais il faut bien le reconnaître, le boîtier est très agréable à tenir et très stable. Avec pas mal d’apprentissage, les bonnes images vont commencer à sortir et là, ce sera le choc. En photo, c’est déjà pas si mal, mais en vidéo, on doit vraiment être dans le top actuel des meilleurs appareils du marché ! Le 4K version Sony, c’est vraiment un grand pas en avant ! Mais tout n’est pas simple. Le viseur et l’écran (inutilisable en extérieur), sont vraiment très moyens. Heureusement que la fonction « zébra » (l’indicateur de saturation de lumière) aide un peu, mais cadrer devient vite difficile si on veut obtenir un angle original.

Heureusement, il y a les trucs sur internet

Le Sony a6300 a déjà tapé dans l’œil de bon nombre de vidéastes. Ceux-ci ont vite trouvé des astuces pour déjouer certains problèmes : la limitation à 30 minutes de captation imposée par les États-Unis ? Un petit logiciel fait sauter le blocage (pas essayé). Un mauvais écran et pas de son témoin ? On fixe un moniteur déporté avec prise casque utilisant la sortie mini-HDMI du Sony. Et ainsi de suite…

Quand un artiste se saisit de l'a6300 (plus d'une petite DJI Osmo), cela donne ça!

Les Conclusions

Cher ? Si c’est juste pour de la photo, oui !

Compliqué ? Oui, c’est certain, mais c’est ce qui permet d’aller très loin dans les réglages.

Peu pratique ? Au début, oui. Mais avec un peu d’habitude, on découvre que cet appareil est vraiment très rapide à utiliser, même en « tout manuel ».

Et encore ? Une qualité d’image vidéo exceptionnelle, une sensibilité incroyable, un outil au rapport poids-encombrement-puissance hors-norme, mais à deux conditions : l’équiper d’un bon objectif et d’un micro digne de ce nom pour le son vidéo.

Alors ? Non, je n’échangerai pas mon a6300 contre deux a6000 ordinaires !

Note: les prises de vue ont été réalisées avec un objectif Zeiss 16-70 ouvrant à f4 en continu.

12 commentaires
1)
lvme
, le 17.11.2016 à 07:35
[modifier]

Bonjour,

1- pourquoi le Nex7 serait obsolète ?
2- ok, il est compact sans objectif !! Mais quid avec ?

2)
ToTheEnd
, le 17.11.2016 à 07:38
[modifier]

(oubliez, cela va beaucoup plus vite en sortant la carte SD et en la mettant dans votre lecteur)

Juste pour être certain qu’on parle de la même chose: tu parles bien du lecteur interne du nouveau MBP? Ah merde, il n’est plus équipé de ce port utilisé que par une partie des clients… c’est pas grave, y a les lecteurs externes! Quel bonheur de prendre un boîtier en plus pour voyager…

T

3)
Roger Baudet
, le 17.11.2016 à 08:27
[modifier]

Ivme, en fonction de ce que tu veux faire, le NEX7 n’est absolument pas obsolète.
Pour les objectifs, c’est une question de choix et de compromis. Mais c’est quand même globalement plus léger avec un APS-C qu’avec un plein format.

ToTheEnd, bien vu, j’adore :-)
Que veux-tu, un vieux croûton comme moi a encore un MacBook avec lecteur de certes SD!

4)
Borak
, le 17.11.2016 à 09:52
[modifier]

L’emballement pour la 4K m’amuse toujours un peu.
La 4K c’est bien si on a une TV qui fait au moins 1,5m ou 2m de large. Sinon ça ne sert à rien. On ne verra pas de différence de qualité avec une simple full HD et à condition de ne pas être trop loin de la tv (Sony le disait à l’époque, mais bizarrement n’en parle plus trop).

Pour la majorité des personnes, ça ne sert à rien. Les tv ne sont pas assez grande. C’est un simple appel à changer de TV comme on a déjà essayer de le vendre avec de la 3D.

Parce qu’il faut la caser une grande TV, et moi je n’ai pas assez de place à cause des enceintes. Je préfère avoir un beau son et une grande tv, qu’une très grande tv 4K.

Bref, pour moi, la 4K c’est de l’arnaque…

5)
tibet
, le 17.11.2016 à 10:16
[modifier]

Bref, pour moi, la 4K c’est de l’arnaque…

Ça pousse commercialement, c’est sûr, c’est d’ailleurs plutôt là que je verrais une « obsolescence programmée ». Mais que ça ne fasse pas une différence de qualité, je ne suis pas sûr. Au début du travail sur les photos, on utilisait lors du scan un coefficient dit : Screen factor (x1,5 environ). On montait à 300 dpi alors que 215 auraient largement suffit pour les linéatures d’impressions classiques, car dans le travail de correction, le ré-échantillonnage vers une résolution moindre permettait d’éliminer quelques défauts dus a la retouche.

6)
Roger Baudet
, le 17.11.2016 à 10:51
[modifier]

Le 4K est en effet le plus souvent un argumentaire publicitaire.
Mais il ne faut pas confondre prise de vue et diffusion. La prise de vue en «vrai» 4K (c’est à dire sans compression excessive) est très intéressante pour le montage et l’édition. Même si ce format est fortement réduit pour la diffusion comme c’est le cas pour internet, il en reste quand même quelque chose. C’est comme pour le son. On écoute le plus souvent du MP3, mais tous les enregistrements pros sont réalisés aujourd’hui en 24bits à souvent 96 kHz, c’est-à-dire avec des définitions beaucoup plus précises. Il en reste toujours un petit quelque chose, même en diffusion basique.

7)
ysengrain
, le 17.11.2016 à 11:16
[modifier]

Que veux-tu, un vieux croûton comme moi a encore un MacBook avec lecteur de certes SD!

Quoiqu’un peu aussi vieux crouton, mon MBP de 2010 n’a pas de lecteur de cartes SD, ce que je regrette souvent. À l’heure où beaucoup tirent à vue sur les nouveaux MBP sans lecteur de carte, il faut rappeler qu’on arrive (très bien) à gérer cette absence.

N’ayant jamais eu aucun goût pour la video – je ne me suis jamais servi de celle de mon EOS 5D Mk II, ni maintenant de celle du Mk III.

Cher ? Si c’est juste pour de la photo, oui !

Dans le genre voici quelqu’un qui a fait encore mieux avec un a6300 « un peu » équipé

8)
Roger Baudet
, le 17.11.2016 à 13:25
[modifier]

Dans le genre voici quelqu’un qui a fait encore mieux avec un a6300 « un peu » équipé

Quand on voit la qualité des images du photographe, on peut dire « qu’il le vaut bien »!

9)
dpesch
, le 17.11.2016 à 15:32
[modifier]

a6000 = 566 €
a6300 = 1122 € (2 x a6000, mais tellement mieux)
a6500 = 1700 € (3X a6000, mais encore tellement plus que mieux)
Les prix sont ceux qu’affiche Amazon.
Je ne nie pas les progrès réalisés entre ces différentes versions, mais je garderai mon a6000, car le prix demandé pour ces progressions est (très) prohibitif). D’autant que la vidéo ne m’intéresse pas sur ce type d’engin. Pour faire de la vidéo, je prendrais plutôt un caméscope.
Si un jour je devais, pour me faire plaisir, changer d’appareil, autant alors regarder du côté des a7.

10)
slimblackboogie
, le 17.11.2016 à 16:38
[modifier]

Quoiqu’un peu aussi vieux crouton, mon MBP de 2010 n’a pas de lecteur de cartes SD, ce que je regrette souvent.

Ben moi j’ai des lecteurs SD sur tous mes macs mais n’ai que des cartes CF… Le monde est mal fait :(

12)
dpesch
, le 18.11.2016 à 17:57
[modifier]

@ysengrain
Les images sont belles, mais il est assez compliqué d’en apprécier les qualités techniques. Ce qui aurait été très intéressant, c’aurait été de faire le même type d’images (même lieu, même espace temps, mêmes conditions) avec les boîtiers a6000, a6300 et 6500 et avec le même parc d’optiques.
Ici, des images issues du a6000.