Profitez des offres Memoirevive.ch!
Route du Champagne en Fête

Je me suis fait vigoureusement taper sur les doigts par le Maître de Céans: mes images n'étaient pas optimisées pour le gabarit de cuk lors de l'évaluation rapide de SpamSweep.

«Quatre cent soixante-quinze», pas un de plus, c’est le nombre de pixels tolérés et pas un de plus. J’en avais partout 25 de trop… Pour les mettre en conformité, il a dû faire un test complémentaire de DXO, le Sieur François!

NDLR: tout faux! Je n'ai jamais dit "Quatre cent soixante-quinze", j'ai dit "Quatre cent septante-cinq", moi, môssieur!"

Je le dis d’emblée, celles qui vont suivre le sont, scrongneugneu… Un petit coup de traitement par lot avec Firewire, et hop!

Mais ce n’est pas pour régler des comptes sordides – on verra bien à la cuk-day… – que je reprends la plume et le mulot: c’est pour vous faire part d’un événement presque aussi important que l’Apple Expo, sauf qu’on n’y boit pas que de la pomme, pour paraphraser «les Tontons Flingueurs».

J’ai parlé de «la Route du Champagne en Fête».

C’est presque de la tautologie: Champagne est indissociable de Fête, quoique j’aie déjà assisté à des repas après enterrement qui honoraient fort décemment le(la) défunt(e)…

Certains croient que le champagne pousse dans les champs, qu’il suffit de laisser les bouteilles prêtes pour recevoir en pluie le précieux breuvage.

Ceci, c’est une vision de parisien, pire de lausannois… D’autres ne connaissent qu’un seul contenant, la bouteille de 75 cl. Il en existe d’autres, dont le Salmamazar, douze bouteilles, soit huit bons litres. Nous préférons ce dernier, va savoir pourquoi ?

Le matériel pour traiter la vigne est adapté: les enjambeurs permettent de rogner jusqu’à quatre rangs simultanément, car ici, on fait profiter le cep de chaque rayon de soleil en enlevant les feuilles superflues, dès le mois de juillet. Profite, petit, profite!

Chez nous, dans la Côte des Bar, tous les ans par roulement, des villages font découvrir leurs vignerons et leurs productions. C’est généralement le premier ouiquende du mois d’août, d’une part quand les moissons sont terminées, et d’autre part, quand les vendanges ne sont pas encore à l’ordre du jour.

Ici, nous avons une chance insolente, il y a tout, ou presque: polyculture, céréales surtout, élevage, forêt, celle de Clairvaux est à deux pas, et vigne. Longtemps enclavée, la zone Bar-sur-Seine/Bar-sur-Aube bénéficie maintenant de l’autoroute A5 qui l’ouvre vers l’Est, l’Ouest mais aussi le Nord et le Sud avec l’A26 et l’A31.

Cette période est donc l’occasion pour les migrants du nord au sud de faire étape bombance par ch’nous. Même des Helvètes viennent s’égarer par ici.

Il y a deux ans, c’était dans notre village.

Google pointerait presque dans notre jardin!

Le zoom est moins puissant que si l’on vise Paris ou Genève, mais pour qui connaît les lieux, on retrouve bien les détails du finage: à l’est Vitry-le Croisé, au sud Chacenay, à l’ouest Bertignolles.

C’est l’occasion pour les artisans locaux d’exposer leurs productions, mais aussi pour des artistes amis de bénéficier d’une exposition de leurs œuvres, telle Bailly-Coulange qui nous a fait l’honneur de nous confier ses fragiles intailles dans des dalles d’Altuglass.

Alors comment fait-on ?

Il suffit d’acheter pour quelques Euros, une seule fois, un «passeport».

C’est un guide qui permet de trouver les producteurs, vignerons-manipulants ou coopératives, qui participent à la fête.

À l’intérieur, outre les commentaires sur les animations, expositions, description des productions de chacune des maisons qui nous accueillent, figurent des coupons à détacher pour obtenir une dégustation dans chaque cave visitée, de chaque village participant.

Ah, j’oubliais: avec chaque passeport, on donne une flûte, pas le sweat-shirt, qui sert à être remplie puis bue si vous le jugez bon, ou vidée dans un coin si le contenu ne vous convient pas.

Il en va du champagne comme des autres breuvages, il y en a de l’excellent et…d’autres. Le prix n’est pas toujours un facteur de qualité, cependant une maison qui a des stocks importants, qui garde son vin plus longtemps avant de le commercialiser ne vendra jamais au premier prix. Par ailleurs, chacun a ses préférences et tel qui plaît à l’un ne conviendra pas à l’autre. Ainsi va la vie et chacun peut trouver son bonheur.

Pour autant, il y a foule dans les caveaux, c’est donc que la majorité y trouve son compte:

La presse locale a fait un compte rendu dithyrambique des deux journées qui ont connu une affluence record.

Tous n’y vont pas «que» pour boire, c’est aussi une occasion de compléter sa collection de muselets ou de capsules. Madame Saluki est une féroce collectionneuse.

Il serait bien trop facile pour elle de se contenter des supports trouvés dans le commerce pour disposer ses trouvailles. Ils ont souvent la forme d’une bouteille ou d’une grappe.

Cependant, le recyclage de planches à découper délaissées se fait avec un simple foret de diamètre adéquat et aussi l’huile de coude d’une victime toute désignée, puisqu’elle se fait déjà taper sur les doigts par Monsieur François (tiens, ne l’ai-je pas déjà dit ?)

Il existe des stocks dûment répertoriés (voui, classeur Excel, M’sieurs, Dames…) afin de permettre l’échange avec toutes les subtilités d’une négociation levantine presque digne de Volpone. Et que je te donne deux de celles-ci contre trois de celles-là…

Comme pour les timbres de collection, il existe une cote, des catalogues, des foires et bourses d’échange. Notre voisine et amie possède plus de 4000 pièces qu’elle range dans un meuble de numismate, sachant qu’il en existe au bas mot plus de dix mille sortes. Non pas de maisons de champagne, mais de sortes de capsules: année, cuvée, etc.

D’autres utilisent tout ce qui leur tombe sous la main pour conserver leur magot.

Si, l’envie vous en prend: à vos Palm et autre Clié pour noter qu’en 2006, ce sera les 29 et 30 juillet, et peut-être aurez-vous la chance d’être servis par ce sourire.

16 commentaires
1)
Saluki
, le 17.08.2005 à 00:40
[modifier]

François !

Ta vengeance est mesquine !
Tu as étrangement reformaté mes photos !!!

Je te les renvoie illico !

sans rancune,
Saluki


Du MacPortable à l’Alubook, en quinze ans je suis devenu plus sage.

2)
François Cuneo
, le 17.08.2005 à 06:53
[modifier]

Mon petit Saluki,
Ça fait juste 4 ans qu’en gros, quand il y a beaucoup d’images sur une humeur, nous mettons des vignettes, qui peuvent être agrandies lorsqu’on clique dessus.

En tests, il arrive souvent que je laisse les grosses images directement parce qu’on doit pouvoir lire le texte des boutons ou des fenêtres, et qu’on doit de toute façon cliquer dessus pour les voir, alors on charge la vignette PLUS la vraie image.

Ici aussi tu me diras. La différence, c’est qu’un lecteur normal va venir tous les jours, et charger 5 fois toutes les images (19 je crois) en 475 pixels de large, j’ai bien vu l’effort!. Ça ralentit tout chaque fois. De plus, tu me les avais mis en 475, mais lorsqu’on les prends avec SnapzPro, l’ombre ajoute une vingtaine de pixels.

Tu constateras que cette semaine, il y a aussi d’autres humeurs (celle de Caillebotte, où l’on devait voir des tableaux et là plus c’était grand, plus on se rendait compte), et celle de ToTheEnd, qui prennent déjà beaucoup de place et qui alourdissent l’accès à notre page d’humeurs. Demain, il y a une autre humeur illustrée. Eh oui, tout le monde n’a pas encore l’ADSL, malheureusement.

Moi je les trouve très jolies ces vignettes, et celui qui veut voir en grand clique simplement dessus. Elles ne perdent pas trop par rapport à l’original!

Et il n’y a aucune vengeance là derrière;.): faire une vignette, les liens vers la grande photo, passer tout ça dans SmallImage, mettre en page, cela prend gentiment un peu plus d’une heure. Donc plus simple aurait été pour moi de balancer directement les images originales, qu’on se le dise!:-)

3)
Blues
, le 17.08.2005 à 08:05
[modifier]

Merci pour ce « reportage » de la route du Champagne, Saluki … Perso, si j y viennais un jour, ce ne serait pas pour boire, car dommage pour moi, depuis quelques années, ce breuvage me fait mal à la tête ;-)

Sympa les collections de capsules …

———————————-
« Un petit coup de traitement par lot avec Firewire, et hop! »

Je ne connaissais pas ce nouveau logiciel Firewire :-P

FireWire est une norme de câblage développée pas Apple, qu’on appelle aussi IE1394 ou iLink
Le seul « FireKekchoz » que je connaisse qui traite les images est FIREWORKS (de MacroMedia) serait-ce par hasard lui ?

4)
coacoa
, le 17.08.2005 à 08:40
[modifier]

Hmmmmm, le Champagne… Je me souviens d’un réveillon splendide passé à boire du Champagne (toujours le même et uniquement du Champagne), et d’un lendemain incroyable, puisque je me suis levé sans le moindre mal de t^te, ce qui semblait impossible au vu de la quantité ingurgitée…

S’il n’était son prix, le Champagne serait ma boisson de table !

7)
Emilou
, le 17.08.2005 à 09:09
[modifier]

Avec ce breuvage, on se rince (R…) le palais qui, dilaté par le CO2, prend soudain des allures de cathédrale.
Aube nouvelle pour les gens du cru et les helvètes dans ce pays plat presque d’eux méconnu. Déguster au passage du Renoir.

8)
Saluki
, le 17.08.2005 à 14:01
[modifier]

François!

Je me suis mal exprimé, (tu as vu qu’il était 1 heure du matin passé) et je venais de terminer 84 ravioles à l’andouillette pour le repas de ce soir: six heures de boulot en tout, y compris la pâte.

En fait, les vignettes, et les vignettes seulement, sont distordues, à l’affichage, chez moi.

Puis, Firewire pour Fireworks MX 2004, c’est grave. Pourtant je suis sobre, même si, pour ce soir:
• Muscat, 1983, Müller-Koeberlé à Saint Hippolyte, ça, c’est avec la soupe de légumes du jardin
• Pinot Noir, 1988, Clos des Bernardins, Müller-Koeberlé à Saint Hippolyte, avec les ravioles
• Saint Estèphe, 1975, Chateau Latour-Vachon avec les fromages.

C’est chouette, les vacances !

Amitiés à tous et à chacun.


Du MacPortable à l’Alubook, en quinze ans je suis devenu plus sage.

9)
coacoa
, le 17.08.2005 à 14:12
[modifier]

Saint Estèphe, 1975, Chateau Latour-Vachon avec les fromages.

Eh beh, j’aurais bien aimé être là :-)

11)
ocas
, le 17.08.2005 à 19:19
[modifier]

et ce qu’arrive à Champagne Vaud, ça ne vous interpelle pas?

Cet incroyable acharnement vous laisse froid?

Pour ma part, je ne bois que du mousseux, si possible chinois ou chilien

12)
Yves
, le 17.08.2005 à 19:45
[modifier]

et ce qu’arrive à Champagne Vaud, ça ne vous interpelle pas?

Cet incroyable acharnement vous laisse froid?

Pour info (france3.fr):
Le Comité interprofessionnel français du vin de Champagne vient de déposer plainte contre la boulangerie suisse Cornu qui commercialise des biscuits salés à base de pâte feuilletée sous l’appellation « Recette de Champagne » sous prétexte que cette mention dénature la marque « Champagne » qui est protégée dans toute l’Europe. suite du texte

14)
ocas
, le 18.08.2005 à 17:20
[modifier]

La boulangerie qui commercialise ces produits depuis 1934 avec cette indication de provenance est installée dans la commune de Champagne, dans le canton de Vaud, non loin du lac de Neuchâtel, qui compte 670 habitants et est connue pour son vin : depuis 885, ses 39 vignerons y cultivent 280 000 m² de vignes et mènent actuellement une action devant la Cour européenne de justice pour préserver le nom de leur village sur leurs bouteilles de blanc. En attendant le résultat de cette action, ils ont, par prudence, le vendre sous l’appellation « Libre-champ ».
Pour eux comme pour Marc-André Cornu, le dirigeant principal de la boulangerie incriminée, les Français « leur reprochent d’habiter un village qui s’appelle Champagne et d’en utiliser le nom ».

Voilà le rapport!
source FR3

15)
Saluki
, le 19.08.2005 à 09:53
[modifier]

Pour ma part, je ne bois que du mousseux, si possible chinois ou chilien

Ben… libre à toi.
Moins cher encore: SanPellegrino.
Plutôt que de rouler en Benz ou BMW tu peux aussi aller voir du côté de l’Inde et prendre une zoulie Mahindra ou une encore une Tata…

Le CIVC intervient toujours et sur tout: souvenez-vous de l’affaire Yves Saint-Laurent qui avait appelé un parfum « Champagne » et a du le débaptiser, tout au moins dans les pays où l’appellation d’origine était protégée et protégeable.
Ici, et pourtant nous sommes en Champagne (région) , les entreprises doivent être extrêmement vigilantes sur la manière dont elles font usage de leur origine géographique et ne pas se trouver en infraction ou susceptibles de se faire attaquer. Il existe le même problème pour ceux de Champagne-sur-Seine.

Pour ma part, je ne connaissais pas Champagne/Helvétie. Leur cas est plus subtil, mais « Champagne » est une AOC, appellation d’origine et, c’et comme pour Feta, appellation grecque… Tu peux donc faire du fromage de brebis frais au Danemark, mais l’appeler…autrement.


Du MacPortable à l’Alubook, en quinze ans je suis devenu plus sage.

16)
Yip
, le 23.08.2005 à 01:16
[modifier]

Salmanazar, pas Salmamazar, encore une goutte de trop je vois ;-)