Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le monde va mieux

Quand j’ai réalisé que cet article serait mon dernier (sur Cuk), je me suis demandé de quoi j’avais envie de parler. Et puis j’ai réalisé que mon projet initial, que j’avais déjà en tête avant l’annonce de la fermeture, était finalement tout à fait à propos. Tu vas voir.

J’ai commencé il y a quelque temps à écouter régulièrement certaines émissions de radio en podcast. Cela veut dire que je les écoute quelques jours, voire quelques semaines après leur diffusion. Début janvier, je me suis écouté une série d’émissions de la RTS (Radio Télévision Suisse), diffusées entre Noël et Nouvel’An, dont le titre était très provocateur. En cinq volets, du lundi au vendredi, l’émission Tribu se proposait de nous convaincre — accroche-toi — que Notre monde va mieux.

J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer ici ma conviction de la nécessité et de l’efficacité d’une vision positive de la vie. Notamment lors de mon article sur le film Demain. Pourtant, en lisant le titre de ces émissions, j’ai sursauté; je me suis dit que, à force d’entendre que

  • tout va mal,
  • on va dans le mur,
  • la violence et les fanatismes prennent de l’ampleur,
  • nous sommes en train de tuer la planète,
  • on va pas vers le beau,
  • Trump a été élu,
  • cuk.ch va fermer,

…eh bien, j’avais du mal à imaginer qu’on puisse faire une série d’émissions, cinq fois vingt-cinq minutes, sous ce titre. Même un 1er avril, j’aurais trouvé ça d’un goût douteux.

J’ai donc demandé poliment à mon iPhone de télécharger les cinq émissions et me suis mis à les écouter. Voici quelques unes des choses que j’y ai entendues:

  • Selon le rapport de l’UNESCO sur l’éducation pour tous (2000-2015), le taux de scolarisation au niveau primaire est en nette augmentation partout sur la planète et la parité filles-garçons est en augmentation. Ce taux est toutefois en diminution dans les régions touchées par la guerre, les massacres… Par ailleurs, l’invité de l’émission sur l’éducation (Abdeljalil Akkari, Professeur à la faculté de psychologie et des sciences de lʹéducation de lʹUniversité de Genève) reconnaissait que si la scolarisation est en augmentation d’un point de vue quantitatif, la qualité, elle, a tendance à en pâtir.
  • Olivier Guéniat, criminologue et chef de la police judiciaire neuchâteloise, nous a appris qu’en Suisse, la violence chez les jeunes âgés de 10 à 17 ans a diminué quasiment de moitié (-44%) entre 2009 et 2014. Les campagnes de prévention, la médiation, les outils pour réguler la violence sont efficaces. À Palézieux, une prison construite dans les années 2000, spécialement conçue pour faire face à l’augmentation de la délinquance des jeunes, est aujourd’hui en passe d’être réaffectée parce qu’aux deux tiers vide.
  • Ce recul de la violence n’est pas une spécialité suisse, il est constaté partout. Plus on va dans le nord, plus il est marqué. Une étude réalisée sur 20 ans en Angleterre fait apparaître des résultats scolaires meilleurs, les violences conjugales et la délinquance sont en baisse.
  • Au journaliste lui disant que l’on entend de plus en plus parler de la violence dans les couples, Olivier Guéniat a répondu que ce qui a augmenté c’est bien le fait qu’on en parle plus, mais pas la violence elle-même.
  • Concernant l’augmentation du sentiment d’insécurité dont certains bords politiques nous rebattent les oreilles: une étude de l’EPFZ (École Polytechnique Fédérale de Zurich) montre que si en 1991, 69% des personnes interrogées déclaraient se sentir en sécurité, en 2015 la proportion est passée à 90%! (En 2016, il y a eu un fléchissement en raison des attaques terroristes.) Par ailleurs, il semble que les études montrent que la délinquance chez les jeunes est, davantage que par le passé, le fait de jeunes Suisses; les jeunes étrangers se sont « mieux tenu », contrairement aux craintes de certains lors de l’afflux de réfugiés venant des Balkans.
  • Et en prenant du recul de manière un peu plus importante: en une année, dans l’Europe du Moyen âge, 24 à 40 habitants sur 100’000 étaient assassinés. En reportant ce taux à l’échelle de la Suisse romande d’aujourd’hui, cela donnerait 400 à 800 meurtres. Or nous en sommes à environ 45 meurtres au niveau du pays entier!

Bref, je ne vais pas te faire un résumé exhaustif des cinq émissions. Si tu as envie de les écouter, va sur le site de l’émission et à droite, sélectionne décembre 2016. Elles seront encore disponibles en streaming quelque temps.

Mais si je te parle de tout ça, ça n’est pas pour faire de la pub à la RTS, mais parce que, en écoutant ces émissions et en laissant résonner en moi cette provocation (« Notre monde va mieux ») je me suis dit comme ça: en ces temps que l’on dit troublés, les auteurs de l’émission n’ont-ils pas raison? Ne serait-il pas urgent de nous sortir de cette vision du monde comme étant à coup sûr en train de sombrer?

Lorsqu’parle de positivisme, on s’entend souvent accuser de manque de réalisme. Comme si seuls les pessimistes étaient dans la réalité. Cela m’est arrivé il n’y a pas si longtemps. Nous débattions du fait que les informations sont généralement anxiogènes, parce que constituées essentiellement de mauvaises nouvelles; je disais avoir découvert récemment quelques sources de bonnes nouvelles. Des sites sur lesquels on s’employait à faire écho aux évènements qui donnent envie d’y croire, des fils RSS qui m’apportaient une certaine… comment dire… non une consolation à bon marché, mais une raison de ne pas désespérer. Eh bien, je me suis entendu répondre: « On ne vit pas dans un monde de Bisounours, la réalité est ce qu’elle est! »

La réalité est ce qu’elle est.

Et bien justement: et si elle n’était pas QUE catastrophique? Mmmmh?

Certes, le monde va mal. Mais pas que. Peut-être va-t-il AUSSI bien!

Trump est dangereux. Mais la réaction de ces villes (San Francisco, New York, Boston…) qui se dressent contre le décret présidentiel qui ferme les frontières aux musulmans (pour faire bref) est un mouvement que je trouve fantastique. Des villes de cette importance qui font de l’objection de conscience, c’est pas un petit peu dingue? Moi je dis que c’est la preuve que le monde ne va pas QUE mal.

Me viennent deux images:

  • On dit: « On va droit dans le mur ». Je ne dis pas que c’est faux. Mais je me suis dit que, peut-être, il nous manque une information pour appréhender la situation dans toute sa vérité: je suis convaincu que de nombreuses personnes sont en train de travailler d’arrache-pied, qui au perfectionnement des air-bags, qui à l’efficience des freins, qui à l’optimisation de la direction et l’adhérence des pneus… Et si ça se trouve, il y a une équipe d’ingénieurs qui est en train de modifier la structure dudit mur ou d’y percer une ouverture…
  • On raconte aussi l’histoire suivante comme étant une parabole de notre situation actuelle: Un homme est en train de tomber d’un gratte-ciel et dit, tous les dix étages: « Jusqu’ici, ça va… ». Une supposition comme ça: peut-être qu’il est en train de tester une nouvelle génération de parachute, invisible tant que pas déployé!

Oui, je sais. Ces historiettes ne valent peut-être pas grand-chose. Mais c’est pour moi une façon d’exprimer une conviction: le fait de vouloir accorder son attention à ce qui va bien n’est pas du bisounousisme, et les pessimistes n’ont pas le monopole du réalisme!

Non mais!

Je ne suis pas historien, ni sociologue, même pas en amateur, mais j’ai vu quand même de nombreuses fois passer des textes qui prédisaient le pire. Que ce soit à propos de la jeunesse, de l’économie, la sécurité, et je ne sais quoi encore. Nombre de ces textes dataient de plusieurs décennies, voire plusieurs siècles, et nous avons aujourd’hui le recul pour savoir que les catastrophes annoncées n’ont pas eu lieu. Il est vrai que dans certains cas c’est justement parce que ces discours ont été tenus qu’on a pu prendre des mesures pour éviter le drame. Cela me donne à penser que le fait de tirer la sonnette d’alarme est salutaire, mais l’affirmation — fréquente, il me semble — comme quoi il est déjà trop tard est, quant à elle, néfaste.

Je me rappelle avoir entendu souvent dire, s’agissant du trou dans la couche d’ozone: « Qu’est-ce que tu veux faire? Si ça se trouve, il est déjà trop tard! » Or on apprend qu’aujourd’hui ce trou se referme, parce que les mesures qui ont été prises ont été efficaces.

On parle aujourd’hui du réchauffement climatique. Et là aussi, il paraît que « c’est trop tard ». Je n’en sais rien, je ne suis pas compétent pour en juger. Ce que je sais c’est que, en de nombreux endroits, des gens font des choix qui vont dans le bon sens. Et les considérer comme « des petites initiatives locales sans impact » est une très grave erreur, dont le premier effet négatif est la démobilisation.

Bref.

En ce début de règne de Donald Trump, il me plaît de penser que tout n’est pas perdu; qu’il ne tiendra pas 4 ans. Que tous les Américains ne sont pas dangereux (et d’ailleurs, la majorité des votants ne l’a pas élu) et que des trucs peuvent se passer. La réaction de San Francisco, New York, Boston et autres me semble en être la preuve.

En cette fin d'existence de cuk.ch, il me plaît de penser que tout n’est pas perdu non plus. Certes, il y aura un manque, mais cette aventure aura enrichi de nombreuses personnes; cette richesse demeure, ainsi que les liens créés à travers cette aventure. Et qui sait, peut-être que quelque chose de nouveau émergera, différent, qu’il s’agisse d’un nouveau site communautaire nous réunissant ou alors de la résurgence de certains blogs perso (dont le mien!), voire de la création de nouvelles choses dont nous, les cukiennes et cukiens, n’auront peut-être jamais connaissance.

Il y a quelques mois, des millions de feuilles ont perdu la vie. Elles sont tombées à terre, y pourriront, s’y transformeront en humus, lequel humus va nourrir les feuilles de demain. Et moi, je préfère dire "merci les feuilles" et me réjouir du printemps prochain.

A toutes et tous, lectrices et lecteurs anonymes, commentatrices et commentateurs, rédactrices et rédacteurs, François, Noé, je dis merci.

Beaucoup.

 

 

33 commentaires
1)
jpg
, le 09.02.2017 à 00:28
[modifier]

Remarquable ! Merci.
Ce dont nous avons le plus besoin actuellement, c’est de messages d’espoir, de constatations des progrès de notre société, tout en restant attentif aux problèmes et aux dangers qui existent. Positivons !

2)
Gr@g
, le 09.02.2017 à 06:52
[modifier]

Merci.
Que dire de plus? J’aime cette vision positive. J’en suis.
Rechercher ce qui va bien au lieu de focaliser sur ce qui va de travers ne signifie pas nier la réalité, mais l’approcher au plus près.
Et quel talent pour le dire!
Merci.

4)
ToTheEnd
, le 09.02.2017 à 08:25
[modifier]

Nous débattions du fait que les informations sont généralement anxiogènes, parce que constituées essentiellement de mauvaises nouvelles

C’est marrant de ne pas vouloir prononcer le mal… ne parles tu pas de ce que les médias publient/véhiculent au sens général?

C’est rigolo d’entendre qu’ils ne sont que les messagers alors que la plupart du temps, il ne savent que déverser des histoires sordides, pourries, affligeantes, tristes, etc. Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas de simples messagers mais ils font bien un choix rédactionnel… non?

Je suis parfaitement d’accord pour dire que le monde ne va pas si mal que ça. Je trouve par contre navrant que les médias ne parlent que de choses qui ne vont pas et je suis convaincu que cette approche biaisée nous influence tous. Combien de gens ne se lancent pas dans un projet ou dans une idée par peur de l’échec ou du jugement? Nous admirons les inventeurs ou les patrons extraordinaires car on sait à quel point c’est dur de sortir du lot, de tenter, de réussir.

Pour faire une analogie, essayez de prendre deux familles similaires et dans une, insérer des parents qui ne font que reprocher ce qui ne va pas, ne font que souligner les problèmes, ne mettent en exergue que les mauvais résultats, etc. et de l’autre côté, une famille qui fait tout le contraire. Faisons un point dans les deux familles après 20 ans de régime pour rire… voyons ceux qui sont le plus heureux et ceux qui s’en sortent le mieux.

T

PS:

En ce début de règne de Donald Trump, il me plaît de penser que tout n’est pas perdu; qu’il ne tiendra pas 4 ans.

Là par contre tu rêves… d’après moi il en fera même 8 avec l’excellente couverture médiatique qu’on lui donne.

5)
PhilSim
, le 09.02.2017 à 08:58
[modifier]

Je vais regretter infiniment la disparition prochaine de Cuk, que je suis depuis longtemps. Merci à tous les rédacteurs qui ont su nous informer, intéresser, divertir et surtout nous procurer du plaisir au fil du temps. Merci surtout au boss d’ici pour avoir permis tout cela.

[La seule chose que je ne regretterai pas : les élucubrations répétitives de « T » qui sait pourtant que ses prises de positions dogmatiques anti médias indisposent pas mal de gens sur le site, mais qui continue imperturbablement à les exposer. Je crois que, dans une autre vie, « T » ferait un excellent éditorialiste dans certains des médias qu’il vilipende].

Mais ne restons pas sur une note sombre ; comme le suggère le rédacteur de ce jour, le monde ne va pas si mal, de bonnes choses vont arriver, à découvrir.

6)
Costi
, le 09.02.2017 à 09:01
[modifier]

Juste 2 commentaires :
– On ne doit pas vivre dans le même monde…
– Trump a été élu, alors l' »objection de conscience », c’est un simple refus de la démocratie et jouer aux belles âmes. Et SVP, pas de comparaison avec « H a été élu aussi ».
J’arrête là.

7)
lnk
, le 09.02.2017 à 09:01
[modifier]

Merci de prendre le risque de passer pour un bisounours – cet argument du bisounours m’insupporte particulièrement. Et merci pour la belle photo d’or et d’azur.

8)
djtrance
, le 09.02.2017 à 09:31
[modifier]

(…) Trump a été élu (…)

Euh, pas par le peuple il me semble. Il n’y a pas une histoire que ce sont plutôt les « représentants » ou districts qui l’ont élu? Ou alors, j’ai pas du tout suivi :)

La seule chose que je ne regretterai pas : les élucubrations répétitives de « T »

Étonnamment, j’ai un regard totalement différent (peut-être parce que je le connais IRL) là-dessus.

Si la forme peut être discutable, sur le fond il a totalement raison. Il pousse (force?) la réflexion plus loin que sur ce qui est simplement écrit et ça, je pense que c’est une de ses plus grandes qualités.

D’ailleurs, T, au passage, faudra bientôt repasser si tu veux, ça va bientôt fermer… :(

Et Dom, merci pour ce billet très positif! Il faut toujours voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide, on l’apprend avec le temps ;)

9)
Saluki
, le 09.02.2017 à 10:15
[modifier]

Il faut toujours voir le verre à moitié plein qu’à moitié vide

C’est une meilleure tentation pour boire encore !
Exemple : l’arrêt de cuk-que-j’aime sera l’opportunité de voir (ré)apparaître des blogs issus de la plume des contributeurs actuels. Ils y ont pris goût et leur cartouche d’encre est à moitié pleine.

10)
djtrance
, le 09.02.2017 à 10:28
[modifier]

C’est une meilleure tentation pour boire encore !

je ne bois jamais à outrance…

D’ailleurs, je ne sais même pas où c’est!

11)
cukaboudesoufle
, le 09.02.2017 à 11:15
[modifier]

Attention, désolé, prenez le au deuxième degré : le dernier article de Saint Dom Python et les derniers commentaires cyniques de TTE… Effectivement le monde va aller mieux.

12)
zit
, le 09.02.2017 à 12:22
[modifier]

Merci Dom’ pour cette bouffée.

Quand on me demande si ça va, je réponds en général :

« Ha bin tu sais, quand je me réveille le matin, si je suis vivant, c’est déjà formidable ! »

c’est la différence entre les optimistes et les pessimistes :

Mic (pessimiste) : « Ça peut pas être pire ! »

et

Mac (optimiste, qui sait pertinemment que ) : « Ça pourrait être bien pire… »

z (Tant qu’il reste une goutte dans le verre, y’a encore à boire, je répêêêêêêêêêêête : et quand mon verre est vide, je le plains/pleins ;o)

PS : pour une fois que j’arrive à répondre à une chronique du reptile à sang chaud dès le premier jour, c’est pour l’ultime !

PS 2 : quand à la vindicte de TTE à l’encontre des mass media, si je partage son ire et son juste courroux (coucou ;o), je ne perds même plus mon temps ne serais-ce que par en parler (bin si, là c’est fait). Mais je ne pense pas que les journalistes soient tous des nuls incultes, ils sont complices.
Je me suis totalement déconnecté , tout au plus, les infos sur FIP (une minute par heure, comme on n’est pas nécessairement à côté quand c’est le cas, ça suffit largement à se faire une idée des tendances) et un feuilletage rapide d’un quotidien trainant sur un zinc une ou deux fois par mois. Je n’ai pas de temps à perdre avec la litanie sans fin des malheurs du monde (je suis un autre genre de reptile).

PS 3 : enfin ça ne va quand même pas si bien que ça, pour Gaïa : elle est confrontée à une espèce invasive très active dont elle peine à se débarrasser. Mais ce sinistre épisode est bientôt fini.

13)
Zallag
, le 09.02.2017 à 12:45
[modifier]

Pour faire une analogie, essayez de prendre deux familles similaires et dans une, insérer des parents qui ne font que reprocher ce qui ne va pas, ne font que souligner les problèmes, ne mettent en exergue que les mauvais résultats, etc. et de l’autre côté, une famille qui fait tout le contraire. Faisons un point dans les deux familles après 20 ans de régime pour rire… voyons ceux qui sont le plus heureux et ceux qui s’en sortent le mieux.

C’est bien vu.
J’ajoute que chacun de ces comportements se vérifie tout autant pleinement dans le milieu professionnel.

14)
François Cuneo
, le 09.02.2017 à 13:25
[modifier]

J’essaie aussi de ne pas tomber dans le pessimisme à tout crin.

Une anecdote me le rappelle en sourdine: la mort annoncée des forêts dans les années 80 dues aux retombées acides.

Elles n’ont jamais été aussi en forme qu’en cette année 2017 (je ne parle pas de la forêt tropicale, malheureusement).

Cela dit, comme tu l’écris Dom’, on a agi, et le résultat est là.

Le réchauffement climatique pourrait donc être limité si l’on fait quelque chose. Et pour que les choses bougent, il faut faire un peu peur, à juste titre dans ce cas.

Merci pour cet article et pour tous les autres! Au plaisir de te retrouver ici.

15)
Pierre A Cordier
, le 09.02.2017 à 14:10
[modifier]

Comme d’hab, théories, métaphores, paraboles, méthode Coué, béatitude, etc., etc.

Dommage, pour votre dernier article sur cuk, j’aurais espéré enfin quelque chose de plus concret, comme nous en avions discuté par mails il y a quelques temps.

Si chaque personne sur notre chère planète avait la possibilité de bénéficier de ce fameux verre à moitié plein ou du moins avec suffisamment de liquide pour vivre dignement et bien on vivrait dans un monde presque parfait. Malheureusement sans être pessimiste la réalité est tout autre.

Simplement un exemple concret : en Suisse, le pays dans lequel nous (vous et moi) vivons, personne n’est laissé avec un verre vide, bien-entendu comme partout il y a des gens qui font avec peu de liquide et d’autre avec beaucoup de liquide. Cependant avec des disparités raisonnables contrairement à bien d’autres contrées.

Autre exemple : savez-vous que la Suisse pourrait être un des pays les plus impactés par le réchauffement climatique et que si tous les autres pays vivaient comme nous c’est trois planètes comme la nôtre qu’il faudrait?

D’où ma question simple : que faites-vous concrètement, sans compter toujours sur les autres, pour que notre planète et les gens de passage puissent évoluer du mieux possible ou avec le moindre mal?

Ca changerai un peu que de presque toujours montrer sur cuk qui a la plus grosse, la plus belle, la plus neuve, la plus design, la plus performante, la plus chère ou la plus mieux ou encore la +++, non?

Pierre A Cordier
Pour la planète
Ici et maintenant

16)
djtrance
, le 09.02.2017 à 14:41
[modifier]

Si chaque personne sur notre chère planète avait la possibilité de bénéficier de ce fameux verre à moitié plein ou du moins avec suffisamment de liquide pour vivre dignement et bien on vivrait dans un monde presque parfait.

Là n’est pas la question ni le concept de cette phrase… La vie, elle est ce qu’elle est, c’est pareil pour tout le monde. A toi de choisir si tes problèmes te poussent vers le bas ou au contraire te poussent vers le haut, forçant à te battre, à te dépasser pour que ces problèmes ne soient plus.

17)
Pierre A Cordier
, le 09.02.2017 à 15:15
[modifier]

En réponse au commentaire qui précède : j’ai simplement pris comme exemple la métaphore basique et incomplète du « verre d’eau » pour donner une explication concrète différente, plus proche de la vie de tous les jours sur l’ensemble de la planète.

Ce n’est pas une constatation personnelle ni de medias mais celle d’un nombre important d’ONG, associations, initiatives diverses « sur le terrain ».

L’un des problème fondamental est la vision volontairement (ou pas) réduite de la chose pour ne pas dire égoïste. Donc il faut moins de matérialisme et beaucoup plus de solidarité. Car l’union fait la force et aide à régler les vrais gros problèmes.

Et je dis simplement qu’il faut aller à l’essentiel, agir sur le long terme pour le plus grand nombre et non seulement pour soi et ses proches à court terme.

Plus généralement la méthode Coué ça peut être utile mais ça ne suffit pas, loin de là. Quand à la béatitude naïve, chacun son avis, personnellement j’ai de sérieux doutes sur son efficacité.

18)
M.G.
, le 09.02.2017 à 17:29
[modifier]

Très beau texte et belles pensées, merci.

Je ne trouve pas autre chose à dire.

Ah si ! Ce matin, le ciel est splendide, les petits oiseaux chantent et les carottes poussent sur ma terrasse :-)

Et aussi « Merci les feuilles »… Dommage que les trolls renaissent aussi en cette belle journée.

19)
Dom' Python
, le 09.02.2017 à 17:44
[modifier]

Merci à tous! Heureux de voir que nous sommes plusieurs ici à être sensibles à cette approche. Toutefois…

TTE: En écrivant certains passages de mon billet, j’étais à peu près que tu interviendrais. Je sais ce que tu penses des médias, je sais aussi ce que je pense de ce que tu penses et surtout de la manière fréquemment agressive avec laquelle tu interviens sur ce sujet. Cela dit, je ne suis pas sûr d’avoir envie d’entrer en débat avec toi sur ce thème. D’autres, plus compétents que moi en la matière, s’y sont cassé les dents. Et dans l’état où sont les miennes, je m’abstiendrai.

Cela dit, je serais quand même curieux de savoir le sens de ta première phrase: “C’est marrant de ne pas vouloir prononcer le mal…

Quant au “rêve” de ton PS, peut-être. On verra. Mais je crois que les raisons de le destituer ne sont pas que d’ordre humain, éthique, tout ça… Il me semble bien que, même d’un point de vue de la rentabilité commerciale et politique, ses décisions soient autant de balles dans le pied. Mais là aussi, je ne suis pas spécialiste.

Costi: Comme le dit djtrance et comme je l’ai également évoqué dans mon billet, il a été élu par le système politique et pas par le peuple. Cela dit, il est vrai que, selon les règles de la démocratie américaine, il a bel et bien été élu. C’est pourquoi il s’agit bien selon moi d’objection de conscience, ou de désobéissance civile. Et le fait que cela se passe à cette échelle me semble relativement rare.

zit: Dis donc, c’est la douche écossaise, ton com’! Tu commences par une vision plutôt positive, et tu finis en disant que la fin est proche… À moins que justement, tu penses que l’extinction prochaine de l’humanité serait une bonne nouvelle?

Merci François pour le rappel de l’histoire des forêts!

Et oui, au plaisir de te retrouver, et aussi “là” (je te laisse mettre le lien?!).

Pierre: Vous auriez voulu “plus concret”? Vous auriez voulu que j’énumère concrètement mes pratiques en matière écologique? Pourquoi pas, mais en fait ce n’était absolument pas le sujet, donc je ne comprends pas votre “déception”.

Par ailleurs, l’image du verre d’eau à moitié vide/plein n’a pas — non plus — de rapport avec le problème de l’accès à l’eau que vous évoquez. Vous faites un lien que je ne comprends pas et que votre réponse à djtrance dans le commentaire 17 n’explicite pas.

Et enfin, votre dernier paragraphe… Pouvez-vous s’il vous plaît préciser concrètement en quoi je tente de montrer que j’ai la plus grosse (etc.)?

20)
djtrance
, le 09.02.2017 à 17:52
[modifier]

Pouvez-vous s’il vous plaît préciser concrètement en quoi je tente de montrer que j’ai la plus grosse (etc.)?

Ben, chépa, Dom, tu chausses du combien? (RIRES!!) :)

Non mais, sérieux, l’histoire du verre moitié plein/vide, c’est juste une question de philosophie, qu’est-ce que l’écologie a à voir là-dedans? On parle de positiver… Enfin, il me semble…

21)
Roger Baudet
, le 09.02.2017 à 18:21
[modifier]

Joli débat, et j’avoue ne pas trop savoir si « ça va mieux » ou « ça va moins bien ».
Mais celui est sûr, c’est qu’il y’a encore suffisamment de gens magnifiques et passionnants sur cette terre pour se dire que vivre sur notre planète à quand même de bons côtés.

22)
bobi
, le 09.02.2017 à 18:28
[modifier]

@Djtrance
effectivement ce n’est pas le peuple qui a élu Trump. Aux dernières nouvelles, Clinton l’a battu de 3 millions de voix
« Ah quand même »
Hé oui
Mais ce n’est pas le premier président états uniens à ne pas avoir été élu !

23)
fxc
, le 09.02.2017 à 18:28
[modifier]

Joli débat, et j’avoue ne pas trop savoir si « ça va mieux » ou « ça va moins bien ».

Ca dépend.

Merci Dom pour tes chroniques.

24)
Dom' Python
, le 09.02.2017 à 18:34
[modifier]

Concernant le système des élections américaines: Nous avons nous aussi (en Suisse) un système de votations (et non d’élections) qui nécessite la majorité du peuple ET des cantons. Ainsi un sujet peut-il être refusé même si le peuple l’a accepté, parce que la majorité des cantons n’est pas atteinte…

25)
zit
, le 09.02.2017 à 18:44
[modifier]

C’est pas pour casser l’ambiance, mais : à lire si vous êtes vraiment trèèèès optimistes, assez long, mais à mon avis très pertinent.

z (je suis hyper optimiste, je répêêêêêêêêêêêêête : je sais que ça va être de pire en pire, alors…)

PS : et effectivement, j’ai beaucoup de mal avec l’anthropocentrisme, bien que j’en fasse partie, je ne suis pas très fier de l’homme et de son « progrès ». Et il semble bien que nous sommes en plein dans la sixième extinction massive des espèces vivantes peuplant cette planète, vous croyez vraiment de le primate bipède va s’en sortir sans dommages ?

26)
Pierre A Cordier
, le 09.02.2017 à 20:17
[modifier]

Je n’ai pas trop de temps à consacrer à vos circonlocutions « stériles », moi ma « tasse de thé » c’est le simple, clair, précis, direct et surtout l’efficacité de l’action dans le concret. Je vous ai déjà dit ce que je pense de la (vos) théorie(s) il y a quelques semaines, je ne vais pas revenir sur le sujet. Je vous laisse « tourner en rond » tout seul.

Encore une fois je me suis permis, à partir de votre « métaphore » du verre à moitié plein/vide , de dévier sur un sujet « concret » différent (qui me tient à cœur) mais toujours en relation avec « le monde va mieux(?) ». Je précise encore que par « liquide » il fallait comprendre au sens figuré. Il me semble que ça allait de soi. Une relecture de mes deux commentaires précédents est peut-être nécessaire pour en saisir le sens?

D’ailleurs je ne comprends pas non plus pourquoi vous parlez du grand blond à la mèche folle? Quel rapport avec le « verre à moitié plein/vide » ou le positivisme? Ah parce que vous avez évoqué l’élection américaine dans votre article? Et vous n’avez pas parlé de réchauffement climatique, par hasard aussi?

Enfin je constate tout simplement un bel exemple de déni du débat publique ainsi que de la démocratie selon que ça vous/nous arrange ou pas.

27)
Tom25
, le 09.02.2017 à 20:29
[modifier]

Je ne sais pas pour le reste, mais pour ce qui est du pseudo, ToTheEnd a été un visionnaire et avait raison depuis le début !

Je me souviens avec un collègue, on avait discuté avec un restaurateur chez qui nous mangions. Il disait « Je me casse le cul à me lever aux aurores, je vais au marcher, chez le boucher, puis j’épluche mes légumes etc. etc. . Tout ça pour sortir des menus fait maison à 17 € (ou plus je ne sais plus). Le gars d’à côté remplit son restau avec ses pizzas à 15 € garnies de saucisson de grandes surfaces et de sauce tomate en boîte. Putain, je vais me mettre à faire des pizzas comme lui ! »

Je pense que pas mal de journalistes ont la même réaction.

28)
ggkrail
, le 09.02.2017 à 21:56
[modifier]

@Pierre Cordier

Je vous cite : « D’où ma question simple : que faites-vous concrètement, sans compter toujours sur les autres, pour que notre planète et les gens de passage puissent évoluer du mieux possible ou avec le moindre mal? »

À part théoriser sur l’ennui (de votre point de vue, pas du mien…) des théories des autres, vous faites quoi de concret??? À part pondre une autre théorie?

Il y a un proverbe qui parle de poutre, d’œil,… Bien à vous

29)
Soheil
, le 10.02.2017 à 01:52
[modifier]

Comme d’hab, théories, métaphores, paraboles, méthode Coué, béatitude, etc., etc.

On trouve paraît-il maintenant, dans certaines pharmacies, des placebos vendus comme tels dans des emballages en tous points semblables à de vrais médicaments. Il y a le Placebo simple, pour un effet normal, et le Placebo-Plus, vendu un peu plus cher, pour un effet plus puissant. C’est de la méthode Coué sous emballage médicalisé, certes, mais ça marche (et sans effets secondaires).

Cela dit, nous serons tous d’accord ici pour reconnaître que ces placebos ne soigneront pas les blessés d’Alep et ne ressusciteront pas les morts des prisons syriennes, pour ne citer que deux exemples de lieux où il valait mieux ne pas se trouver. La méthode Coué ne pourra rien non plus pour les villageois mexicains victimes de la surconsommation d’avocats bourrés de pesticides, pour citer un exemple où nous pouvons agir en tant que consommateurs.

Mais, si j’ai bien lu et si j’ai bien compris, ce n’était pas le sujet du jour — qui cherchait plutôt les raisons que nous aurions d’agir positivement (“tirer la sonnette d’alarme est salutaire”), et pour agir il faut d’abord espérer.

30)
ToTheEnd
, le 10.02.2017 à 08:38
[modifier]

En écrivant certains passages de mon billet, j’étais à peu près que tu interviendrais. [] Cela dit, je ne suis pas sûr d’avoir envie d’entrer en débat avec toi sur ce thème.

Nul besoin de débattre avec moi… j’aurais tout simplement apprécié que tu creuses pourquoi on a l’impression que tout va mal. Ce n’est tout de même pas anodin de faire ce constat. Ce n’est tout de même pas sans conséquence d’avoir l’impression de vivre dans l’insécurité et donner du crédit à des groupes extrémistes qui font >20% aux élections sur des arguments tout bonnement faux.

Cela dit, je serais quand même curieux de savoir le sens de ta première phrase: “C’est marrant de ne pas vouloir prononcer le mal…”

Bah c’est exactement ce que je disais: pourquoi ne pas porter une réflexion ou une réponse à comment ça se fait qu’on soit comme ça? Je trouve tout de même que la question n’est pas anodine.

T

31)
Dom' Python
, le 10.02.2017 à 15:58
[modifier]

j’aurais tout simplement apprécié que tu creuses pourquoi on a l’impression que tout va mal. Ce n’est tout de même pas anodin de faire ce constat.
[…] Pourquoi ne pas porter une réflexion ou une réponse à comment ça se fait qu’on soit comme ça? Je trouve tout de même que la question n’est pas anodine.

Effectivement, pourquoi pas. Ça n’était pas mon propos au départ, mais tu as raison, la question n’est pas anodine. Je n’ai personnellement pas fait d’études sur la question, mais voici ce qui me semble émerger de ce que j’ai lu et entendu:

Il est dans notre nature d’être plus “réceptif” aux signes de danger qu’à ceux de sécurité. Nos très lointains ancêtres étaient programmés pour ça, pour une question de survie. Ou plutôt: ceux qui survivaient étaient ceux qui étaient programmés ainsi. Les autres périssaient, faute d’avoir anticipé le danger et d’y avoir répondu à temps par la fuite ou le combat.

De nos jours et sous nos latitudes, pour la majorité d’entre nous, le danger n’est plus aussi permanent qu’il l’était pour nos ancêtres des cavernes. Mais nous avons conservé cette sensibilité plus aiguisée au danger qui fait que nous sommes naturellement enclins à être plus réceptifs aux mauvaises nouvelles.

Tout cela, semble-t-il, serait aux origines du fait que mettre une mauvaise nouvelle “à la une” une fera vendre le journal plus facilement. Et la méfiance vis-à-vis d’une erreur d’appréciation nous fait qualifier de “réalisme” l’état d’esprit qui consiste à être à l’affut du danger plutôt que je croire se croire en sécurité.

Les connaissances en neurosciences viennent confirmer scientifiquement ce que certaines sagesses enseignent depuis longtemps, à savoir que porter notre attention exclusivement sur les aspects sombres de la vie est, à la longue, toxique pour notre psychisme et notre organisme.

Voilà.

32)
M.G.
, le 10.02.2017 à 20:00
[modifier]

Tout cela, semble-t-il, serait aux origines du fait que mettre une mauvaise nouvelle “à la une” fera vendre le journal plus facilement.

Cela peut aussi devenir insupportable à certaines personnes.

Ma mère nous a quittés en septembre dernier à 94 ans, la nuit dans son sommeil, dans une paix intérieure que reflétait son visage de défunte. Deux jours auparavant, j’avais eu avec elle une longue conversation qui mêlait sérieux et drôlerie. Ses relances, en particulier, m’avait ému. Ce n’étaient que conseils d’une mère à son fils pour sa vie future.

À la fin de sa vie, elle n’allumait sa télé qu’à 13h15 ou 20h15 pour regarder le journal télévisé. Elle évitait ainsi, disait-elle, toutes les horreurs que montrent systématiquement les JT dans les quinze premières minutes.

Peut-être avait-elle acquis une certaine sagesse avec l’âge…

33)
Madame Poppins
, le 12.02.2017 à 11:22
[modifier]

Comment dire, Dom… tout ça, encore ceci, un zeste de cela et un big merci pour tes billets qui m’ont souvent fait cogiter, parfois rire, toujours intéressée.