Profitez des offres Memoirevive.ch!
Un géant du Jazz s’est éteint…

Je ne savais pas vraiment quoi écrire pour mon dernier article sur Cuk. Et puisque nous en sommes aux veillées funèbres, la triste actualité m’a donné l’inspiration immédiate.

Bien sûr, vous avez compris de qui je veux parler: l’immense chanteur Al Jarreau, qui s’est éteint avant-hier à l’âge de 76 ans. En plus d’être un génie et une voix extraordinaire, peut être aussi un symbole d’une Amérique ouverte, créative, pluri-culturelle, enfin tout ce qui va peut-être subir un terrible coup d’arrêt ces prochaines années dans ce pays…

Géant du Jazz? Certains vont hurler en lisant cela, car Al Jarreau se foutait complètement des catégories musicales. Il était avant tout un chanteur de Gospel dans sa jeunesse, comme tant d’autres afro-américains qui ne pouvaient révéler leurs talents qu’à l’église, à cette époque, dans les années 1950-60… On devrait en fait plutôt le classer dans le Rythm’blues pour une partie de son répertoire.

Et pourtant, son groove légendaire, sa technique vocale et sa tessiture inouïes, son «scat» parfait, ses compositions élaborées, le rattachent principalement au Jazz. Et bien sûr le choix de ses musiciens: George Benson, Steve Gadd, Stanley Clarke, Marcus Miller, Herbie Hancock, et bien d’autres…

Je n’aime pas toute son œuvre, mais la période que je préfère, la plus prolifique, c’est à mon avis les années 70-80. À l’époque j’écoutais beaucoup Chick Corea, et j’ai bien sûr flashé sur la version de «Spain» chantée par Al Jarreau, avec Steve Gadd à la batterie, un truc de ouf!

Ses débuts ne sont pas vraiment surprenants: né en 1940, un père pasteur, une mère pianiste: tout ce qu’il faut pour commencer à chanter à l’église! Après, c’est plus insolite: études de psychologie avec diplôme, puis rencontre avec George Duke, qui a tout changé… Eh oui, Al Jarreau est psy! D’ailleurs, écoutez cette musique et dites-moi s’il n’y a pas des vertus thérapeutiques là-dedans!

La période triomphale, c’est vraiment les années 80, avec l’apogée du R&B. Les titres à succès planétaires se suivent… «Gimme What You Got ou Never Givin' Up», «Breakin' Away», «We're In This Love Together», «Roof Garden», «Mornin’», entre autres. Et bien sûr quelques reprises des grands classiques du Jazz: «Spain» (avec un solo de batterie délirant de Steve Gadd), «Summertime», «Take Five», «Tutu»…

S’il faut juger un chanteur/musiciens au nombre de récompenses, alors c’est un champion: pas moins de 7 Grammy Awards! Et dans 3 catégories différentes, Jazz, Pop, R&B, s’il vous plaît!

Je ne l’ai hélas jamais vu en concert, il passait pourtant souvent à Montreux. Une énergie incroyable, ses concerts étaient toujours un feu d’artifice! Et surtout cette fraîcheur magnifique… Mais vaut mieux ne pas s’y tromper: il y a un travail incroyable derrière tout ça… Des musiciens de très haut niveau.

Ce n’était certes pas un inventeur révolutionnaire, comme Miles Davis, il ne sortait pas un CD tous les 6 mois qui bouleversait le Jazz, mais aucun doute que son apport a été essentiel dans la chanson d’inspiration Jazz et R&B. Certainement une source d’inspiration pour de nombreux musiciens. Je retiens surtout cette souplesse vocale, qui lui permettait d’insérer des éléments espagnols, et parfois même asiatiques! (Vous savez, les bonzes qui chantent le om) Et bien sûr, le scat en improvisant avec une telle facilité.

Dans les années 90 et 2000, je regrette un peu cet égarement dans des catégories à la mode, genre «Smooth Jazz», et accompagnements de synthétiseurs. J’aurais aimé le voir revenir aux fondamentaux du Jazz, avec accompagnement acoustique. Mais il ne l’a hélas jamais fait.

Aujourd’hui je suis triste, j’aurais préféré en voir d’autres mourir, du côté du côté du bureau ovale, si vous voyez de qui je veux parler…

 

11 commentaires
1)
Aigle4
, le 14.02.2017 à 00:49
[modifier]

Hé oui, ça va swinguer un peu plus là haut et un peu moins en ici bas.
Merci à Al, cet homme instrument, de nous avoir fait partager son art.
Effectivement ce n’est pas bien de souhaiter le trépas pour quelqu’un…

2)
ZITOO
, le 14.02.2017 à 01:26
[modifier]

Terminer son ultime article en souhaitant la mort de quelqu’un, très triste Tristan de la mort.
Choquant (:-((

3)
Tristan Boy de la Tour
, le 14.02.2017 à 09:36
[modifier]

Oui, je sais… Honte sur moi. Des pensées funestes me tourmentent, ça doit être la fin prochaine de Cuk. Je finirai en enfer, mais là au moins j’écouterai du Jazz, et pas de la harpe et des chants célestes :-)

4)
djtrance
, le 14.02.2017 à 11:00
[modifier]

(…) mais là au moins j’écouterai du Jazz, et pas de la harpe et des chants célestes :-)

Et là au moins, tu n’entendras pas l’autre … à moumoute blonde :)

Merci pour ce petit hommage!

5)
Phil7
, le 14.02.2017 à 14:13
[modifier]

mais là au moins j’écouterai du Jazz, et pas de la harpe et des chants célestes :-)

ça me semble toujours très hasardeux d’affirmer des choses sur ce qu’on ne connaît pas. Tu as déjà testé l’après-mort pour mesurer la porté de tes propos?

Sachant que la vie a forcément une fin mais qu’au contraire l’après n’en na pas, ça vaut peut-être le coup de ne pas prendre de risque…

7)
Argos
, le 14.02.2017 à 16:43
[modifier]

Moi j’adore les chants célestes. Parce qu’on peut être athée et ressentir une émotion indescriptible à l’écoute du Misere d’allegri écrit pour le choeur de castrats de la Chapelle Sixtine, vous savez,celui que Mozart recopia après l’avoir entendu une seule fois. Al Jattrau c’est très bien, mais moi j’ai pensé à tous ces immenses musiciens de Jazz morts trop tôt, comme Mozart et Schubert, Coltrane et Parker – ils swinguaient tous – qui nous ont privés de tant de chefs-d’oeuvre.

Et Miserere, le titre se prête bien à la disparition de Cuk.

https://www.youtube.com/watch?v=4lC7V8hG198

8)
Dom' Python
, le 14.02.2017 à 17:07
[modifier]

Ah ben ouais, grand monsieur que ce monsieur! Je possède l’album enregistré avec George Benson, dont est tiré le magnifique « Tutu » que tu as mis en lien. J’y aime aussi énormément Let it rain, en duo avec une certaine Patti Austin, que je ne connais pas mais qui fait un très beau travail.

9)
François Cuneo
, le 14.02.2017 à 17:08
[modifier]

Merci Tristan pour toutes ces humeurs musicales (et les autres).

All Jarreau a eu également une grande force, celle de faire découvrir le Jazz, parfois par des à-côtés, à des gens un peu réfractaires comme moi.

Mais de nombreux autres artistes que tu nous as présentés m’ont également fait comprendre cette musique, en tout cas en partie.

11)
i-numerix
, le 15.02.2017 à 17:22
[modifier]

Ah… Al Jarreau, tant de souvenirs de jeunesse.
Son premier album est pour moi un des meilleurs « We got by ». Absolument rien à jeter.
Ecoutez moi donc « You don’t see me » ou encore « Agua de Beber » dans l’album « Glow ».
Adieu Al