Profitez des offres Memoirevive.ch!
Mais où ai-je donc fait la mise au point?

Avant d'aborder le sujet du jour, je ne peux passer à côté du fait que je viens d’écrire mon dernier billet pour Cuk. Je souhaite exprimer ici ma sincère reconnaissance pour le travail exceptionnel de François, cheville ouvrière de ce blog depuis une quinzaine d’années. Par sa passion et sa capacité exceptionnelle d'écriture, il a su fédérer autour de lui une équipe d’auteurs d’horizons et de sensibilités très variés, qui ont à leur tour attiré beaucoup de monde, reflet de leur diversité. Qu’il en soit remercié sincèrement. Je suis heureux d’avoir contribué, même très modestement, à cette belle aventure et je remercie également nos lecteurs et contributeurs pour les nombreux échanges!

En lecteur attentif des travaux de Gilles Théophile, je lis chaque année le hors-série du "Monde de la Photo" consacré à Lightroom.
Dans l’édition de 2015 (n°23), un module externe ("plug-in") avait retenu mon attention, "Show Focus Points" (lightroomfocuspointsplugin.com). Ce module permet de repérer sur quel collimateur de l’appareil photo la mise au point a été effectuée. A signaler que cette méthode ne fonctionne pas si on pratique la technique de mise au point/recomposition, puisque là, on déplace le collimateur par rapport à la mise au point initiale.
Par contre, dans l'édition de 2016 (n°28) j'avais constaté que ShowFocusPoints n’y était plus renseigné, ce qui n’augurait rien de bon et laissait à penser que les nouveaux boîtiers ne seraient plus supportés.
Sinon, j’avais utilisé de temps en temps ce module externe avec mon ancien Nikon D5100, mais j’avais acquis entretemps un nouveau boîtier, le D5500. J’ai eu la désagréable surprise de constater que cet appareil n’était pas pris en charge, mais après un bref courrier avec le développeur en mars 2016, celui-ci m’envoya gentiment une version "beta" tout à fait opérationnelle, mais rien n’évoluait au niveau de la version publique du logiciel.
Entretemps, la nouvelle version, estampillée "2017", vient de sortir. Voici un exemple le résultat obtenu:

Mais cette "renaissance" n’est peut-être pas étrangère à ce qui suit: il y a quelques semaines, je suis tombé sur une courte communication du site DPReview consacré à un nouveau venu, Focus Point Viewer.
Malgré une disponibilité uniquement sur le Mac, FocusPoint Viewer présente l'avantage d'être open source: le code source du programme est disponible, et la seule chose à faire à est d’y adjoindre les coordonnées des collimateurs des boîtiers non encore supportés.
Piqué par la curiosité, j’ai lu attentivement les instructions données par le développeur du module et me suis lancé.
Pour la petite histoire, ces petits programmes sont écrits dans un langage assez confidentiel appelé "Lua", développé au Brésil, plus précisément à l’université pontificale catholique de Rio de Janeiro. Lua, en portugais, signifie "lune".
Mais mon billet n’est pas consacré à Rio ni à la lune: je télécharge le petit fichier zip (environ 11 Mo).
Conformément aux instructions, j’extrais le dossier "focuspoints.lrdevplugin", et le renomme en "focuspoints.lrplugin".
Le fait de renommer le suffixe .lrdevplugin en .lrplugin induit un changement d’apparence comme montré ci-dessous. Une icône ordinaire pour le premier, une icône "plug-in" pour le second.

Dans Lightroom, je vais dans Fichier > Gestionnaire de modules externes

Je sélectionne le bouton "Ajouter":

Je vais chercher le module externe "focuspoint.lrplugin" dans le dossier "Téléchargements", où je l’avais laissé:

L’écran suivant apparaît dans Lightroom, ce qui indique que l’installation s’est bien déroulée:


Ensuite, je me rends dans le menu idoine du module Bibliothèque > Module Externe - Extras > Show Focus Points

Le message suivant apparaît

Le message est clair: j’ai utilisé le collimateur C7, mais les coordonnées de celui-ci n’ont pas été répertoriées pour mon appareil photo, le Nikon D5500.
Je vais donc dresser une liste de tous les collimateurs de mon boîtier, trouver leurs coordonnées respectives et les inclure dans une liste que j’ajouterai au module externe FocusPointViewer.
Le Nikon D5500 comporte 39 collimateurs, et sur Internet, il est aisé de trouver un schéma de leur disposition. J’imprime ce schéma et attribue à chaque collimateur une ligne (A, B, C, D, E) et une colonne (de 1 à 11). Voici le résultat:

En pratique, je vais attribuer les coordonnées pour chaque point, mais je ne dois pas pour autant faire 39 photos: par exemple si je connais la position horizontale de B1, j’attribuerai à C1 et D1 la même position horizontale. Par un même raisonnement pour les verticales, je limite le nombre de points que je dois connaître. En reportant les valeurs sur la feuille, j’obtiens ceci:

Vous voyez que cela réduit le travail à 17 points, ce qui est toujours plus simple à déterminer que 39!
Je colle le «modèle» sur un plan vertical et approche l’appareil photo de telle manière à faire coïncider les collimateurs. Je prends la photo et l’ouvre dans Photoshop. Au moyen des repères, je détermine les coordonnées. Par exemple, pour B1, il s’agit de 1210 et 1560.

Je détermine ces valeurs pour les 17 points et, en fonction des positions relatives des points, j’étends les valeurs aux 39 collimateurs.
En suivant le modèle utilisé pour d’autres appareils (notamment le Nikon D7200), je reporte les valeurs dans un fichier texte nommé "nikon d5500.txt". J'y reviendrai plus loin.

J’insère le fichier "nikon d5500.txt" dans le dossier "focuspoints.lrdevplugin"> focus_points > nikon corporation:

Je dois encore répertorier l’appareil dans le dossier:

J’ouvre le fichier "NikonDuplicates.lua" avec TextEdit et j’y ajoute la référence du boîtier correspondant:


Je rebaptise à nouveau le dossier "focuspoints.lrdevplugin" en "focuspoints.lrplugin", puis je le charge à nouveau dans Lightroom.

Comme tout à l’heure, dans le module Bibliothèque > Module Externe - Extras > Show Focus Points


On note aisément le décalage, je retourne donc dans mon fichier ".txt" et modifie la valeur B1. Des coordonnées (1210, 1560), il passe à (1020, 1400).
Vous constatez maintenant comme moi la bonne correspondance:

Enfin, je modifie à nouveau les 38 autres collimateurs en leur soustrayant les mêmes valeurs qu’à B1 et j’obtiens un nouveau fichier texte qui contient les collimateurs avec leurs références respectives. Voilà le résultat au niveau du fichier .txt:

Entretemps, j'ai pris contact avec le développeur du module, Josh Musselwhite, pour lui transmettre le fruit de mon travail. Il l'a immédiatement intégré au module. Si vous avez donc la chance de disposer du même boîtier que le mien, vous aurez déjà un module fonctionnel!

De retour dans Lightroom, j'effectue encore le test sur un cas réel. Comme indiqué plus haut, sélectionner une photo, puis dans le menu Bibliothèque > Module externe - Extras > Show Focus Point. Le résultat est clair, la mise au point est proche de l'oeil:

Faites quand même attention à la grenouille: elle se trouve au Musée des Sciences de Bruxelles, dans le cadre d'une exposition temporaire intitulée "Poisons" avec quelques dizaines d'autres animaux venimeux. La prudence reste toujours de mise...

J'ai demandé chez Nikon s’ils rendaient disponibles pour chaque appareil les coordonnées (x,y) des collimateurs. La réponse a eu le don de me surprendre: ils considèrent ce genre d’informations "top secret". Ne comprenant pas pourquoi, je leur ai posé une seconde fois la question, leur réaction est sans appel: "Je vous confirme que cette information ne peut être divulguée aux personnes extérieures à Nikon." Etrange!...

En résumé, on peut dire que le module externe "Focus Point Plugin" fonctionne bien, à condition

  1. De ne pas recomposer après avoir fait la mise au point
  2. De disposer du fichier .txt correspondant aux collimateurs ou, dans le cas contraire, d'être prêt à passer une heure ou deux pour les cartographier

Même si on n'est jamais à l'abri d'un abandon de la part du développeur, on peut considérer le risque comme limité, étant donné le caractère collaboratif du module: le code source est ouvert, on peut toujours le modifier, et je ne serais pas étonné par exemple qu'il devienne tôt ou tard compatible avec la plateforme Windows.

19 commentaires
1)
Aigle4
, le 13.02.2017 à 01:34
[modifier]

Chapeau l’artiste, joli travail hyper technique et très intéressant.
Je ne savais pas que l’on pouvait identifier le collimateur responsable de la mise au point.
D’un autre côté j’utilise DXO Optics Pro et pas Lightroom, donc ça ne me sert à rien mais j’apprécie la curiosité dont vous avez fait preuve et la méthode déployée.

4)
djtrance
, le 13.02.2017 à 07:59
[modifier]

La réponse de Nikon est hallucinante.

Il faudrait leur écrire en mettant en lien ton article ;) Histoire de les faire rager!

Je ne dirais pas moins et mieux qu’Aigle4 :) Bravo! Merci pour l’article!

5)
Hervé
, le 13.02.2017 à 10:45
[modifier]

Chapeau pour le travail, mais comme ShowFocusPoint 2017 intègre mon 5D IV,je vais le conserver : il fait aussi très bien son boulot

6)
guru
, le 13.02.2017 à 10:52
[modifier]

Oh la la quel boulot !
Dommage que cet apport soit ton dernier, mais ce genre de travail de Bénédictin me plait vraiment beaucoup. Et dire que tu n’est pas dans un monastère…

8)
Migui
, le 13.02.2017 à 11:59
[modifier]

Le Bénédictin vous remercie ;-)

@Noisequik C’est vrai pour les Nikon, mais il y a tant d’autres marques qui, semble-t-il, ne sont pas moins « cachottières ».

J’essayerai de me renseigner à l’occasion, par exemple lors de visites sur les stands des constructeurs lors d’un prochain Salon de la Photo (il y en a un je crois en mars à Bruxelles).

9)
jpg
, le 13.02.2017 à 12:42
[modifier]

Impressionnant. Merci pour tout ce travail admirable.
Et dire que c’est le dernier. Quoique…

10)
fxc
, le 13.02.2017 à 15:43
[modifier]

Suis déjà content quand c’est net, alors savoir ou…. (;D

Quel boulot réalisé, MERCI pour celui-ci et tous les autres.

11)
Gr@g
, le 13.02.2017 à 17:14
[modifier]

Truc de dingue!!!
Pas certain d’utiliser cette fonction… dans tous les cas, bravo pour cette personnalisation du plugin! Vive l’open source !

Et merci!

12)
M.G.
, le 14.02.2017 à 00:31
[modifier]

À genoux et tête découverte !!

Je ne pourrais mieux dire !

En prime, la fin annoncée de Cuk.ch m’amène à lire ou relire les articles des uns et des autres. C’est ainsi que je viens de découvrir que Migui nous avait servi un excellent tutoriel rapide de WordPress 3. C’était le 21 janvier 2011 : « Systèmes de Gestion de Contenu (II): WordPress »

C’était sur Cuk et nulle part ailleurs !

Aujourd’hui Cuk est passé sous WordPress 4.7.2 par la grâce de Noé. En tant que rédacteur, je constate que la page de l’éditeur a conservé nombre de similitudes avec celle de la version 3. C’est un bon début pour mon apprentissage en vue de créer quelque chose ;-)

Une référence de bouquin d’apprentissage sur la Version 4 serait la bienvenue. Merci d’avance à ceux qui savent.

13)
François Cuneo
, le 14.02.2017 à 16:58
[modifier]

Migui, merci infiniment pour cet article. Je vais installer la chose sur mon Lightroom même si, contrairement à ce que préconise Jean-François Vibert, j’ai tendance à mettre au point au centre et recadrer ensuite.

Merci pour tous ces articles qui, tous les 4 mois, régulièrement, sont venus nous apporter ton savoir.

14)
Gilles Theophile
, le 14.02.2017 à 17:47
[modifier]

Bravo à migui pour cet article fouillé et documenté.

Parallèlement, je viens de publier un tour d’horizon des utilitaires d’affichage AF et de vérification de netteté pour Lightroom avec une question : est-ce vraiment utile ?

Mon article inclut un lien vers le tien.

15)
Gilles Theophile
, le 14.02.2017 à 17:49
[modifier]

François, je suis assez d’accord avec ce que préconise JF. Faire le point puis recomposer n’est pas sans problèmes, et le pilotage des collimateurs actifs permet de s’en passer dans bien des cas.

16)
Migui
, le 16.02.2017 à 21:55
[modifier]

Merci pour vos gentils compliments, qui me touchent particulièrement en la circonstance.

Nous aurons certainement l’occasion de nous (re)voir!

17)
nic
, le 17.02.2017 à 17:03
[modifier]

Ah la mise au point! beau sujet! Merci pour cet article! Encore un excellent article sur ce site qui va me manquer…
J’ai tendance, comme François, à utiliser la mise au point au centre et ensuite recadrer avant de déclencher. Mais dans cela ne me conviens pas dans certaines conditions, comme en photo de sport. Le sujet bouge, rapidement, et la mise au point n’est pas assez rapide, mon recadrage encore moins… Dans ce cas, quels modes de mise au point préconisez-vous? Je n’ai pas trouvé un bon article qui explique cela. Je fais des tests avec la totale des collimateurs actifs, mais ce n’est pas encore cela.
J’ai un Olympus E-M10.
ciao, n

18)
Gilles Theophile
, le 18.02.2017 à 09:48
[modifier]

Je ne pense pas que le M10 soit un foudre de guerre côté AF, ce qui est le cas de quasiment tous les hybrides.

À l’inverse, sur un Canon ou un Nikon, la sélection automatique de groupes de collimateurs est très performante, l’AF déporté est en général très précis et très rapide.

Après, tout dépend de ce qu’on appelle photo de sport ou photo d’action. Si l’AF est faiblard, mieux vaut revenir aux méthodes traditionnelles de pré-mise au point.

19)
Migui
, le 18.02.2017 à 11:36
[modifier]

Pour information, voici une liste complète des mes articles sur Cuk depuis 2009:

1) Gestion des références bibliographiques (I): EndNote
http://www.cuk.ch/articles/4177

2) Gestion des références bibliographiques (II): Papers et Zotero
http://www.cuk.ch/articles/4193

3) Gestion des références bibliographiques (III): Bookends et Sente
http://www.cuk.ch/articles/4287

4) Gestion des références bibliographiques (IV): Mendeley Desktop
http://www.cuk.ch/articles/4375

5) Vos documents longs avec Word
http://www.cuk.ch/articles/4452

6) Une interface revisitée pour vos courriels?
http://www.cuk.ch/articles/4513

7) Systèmes de Gestion de Contenu (I): WordPress
http://www.cuk.ch/articles/4594

8) Références Bibliographiques (V): plus loin avec Papers et Mendeley
http://www.cuk.ch/articles/4656

9) Systèmes de Gestion de Contenu (II): WordPress
http://www.cuk.ch/articles/4731

10) Logiciels de Prise de Notes au Présent et au Futur
http://www.cuk.ch/articles/4800

11) Magic Launch pourrait vous rendre bien des services…
http://www.cuk.ch/articles/4888

12) Scrivener pour écrire un article… ou un roman!
http://www.cuk.ch/articles/4968

13) Les Caves du Cyclotron et le Cardinal
http://www.cuk.ch/articles/5067

14) Evernote: un logiciel, une entreprise et un patron qui évoluent…
http://www.cuk.ch/articles/5168

15) Précédent, 1, 2, 3, 4, 5, suivant: le syndrome du saucisson
http://www.cuk.ch/articles/5310

16) Adieu, Google Reader, bonjour Feedly!
http://www.cuk.ch/articles/5405

17) Plus loin avec Feedly
http://www.cuk.ch/articles/5579

18) Le Kindle au quotidien
http://www.cuk.ch/articles/13614

19) Une « conversion » inattendue: de l’iPhone 5 au Lumia 830
http://www.cuk.ch/articles/15961

20) Helicon Remote et Helicon Focus: la paire pour le « focus stacking »
http://www.cuk.ch/articles/20094

21) Photos sous contrôle de l’iPad avec Helicon Remote
http://www.cuk.ch/articles/22474

22) Salon de la Photo: Paris ou Cologne?
http://www.cuk.ch/articles/24883

23) Mais où ai-je donc fait la mise au point?
http://www.cuk.ch/articles/27027