Profitez des offres Memoirevive.ch!
Les souvenirs…

Essayez, à la pause ou avant une réunion, de poser la question en apparence banale, simple "et toi, tu aimes, les fêtes de fin d'année ?"

La réponse est - à tout le moins côté adultes - assez fréquemment une variation de "ça va mais je me passerais bien de ces trois repas gargantuesques qui m'attendent, chez mes parents, mes beaux-parents et ma tante Chantal qui répète en boucle les mêmes anecdotes", "cette année, ça va, on a décidé de ne pas rassembler tout le monde, on fait Noël en petit comité, ça sera plus simple", "c'est toujours stressant parce qu'au plus tard au dessert, mon père s'engueule avec mon fils et ma fille tourne comme une hélice pour qu'on ouvre les cadeaux, je déteste ça" ou encore "je ne suis pas fan mais bon, c'est presque le seul moment de l'année où je vois mon frère et ses enfants".

Même pour qui n'est pas chrétien, la période de Noël, difficile de la manquer : dès le 5 novembre, à peine les déguisements de Halloween rangés, les grands magasins tentent de nous convaincre qu'il est urgent d'acheter des décorations pour le sapin qui perdra paresseusement durant un mois ses aiguilles dans un salon surchauffé; dès le 15 novembre, on se promet que "cette année, je commence mes achats avant, exclu que je termine les dernières courses dans des centres bondés le 23 décembre, l'année passée, ça a été un cauchemar".

Lorsqu'on déambule dans les rues, par moments, on est pris par la magie des lumières qui illuminent les façades, les fenêtres puis on est submergé par une vague de sentiments très contradictoires : l'absence d'une amie, d'un cousin est particulièrement criante à Noël même si, devenus grands-parents, on se réjouit de la présence d'un premier petit-enfant dans l'assemblée du 24 ou du 25 décembre. Au moment où on emballe des cadeaux, achetés par convenance ou par plaisir, on pense à une famille qui n'aura pas ce bonheur d'être rassemblée, notamment parce qu'elle est en souffrance, confrontée à la maladie très grave d'un enfant récemment opéré et encore hospitalisé.

Bref, "'pas simple", cette période.

Essayez alors une autre question : "aviez-vous des traditions, dans ta famille, quand tu étais petit(e) ?" Et là, les réponses seront souvent bien plus douces.

Qui d'évoquer un grand-père avec qui se faisait chaque année l'achat du sapin, qui de parler du goût du biscôme du St-Nicolas, qui de se remémorer la balade dans la neige, dans les rues illuminées du village... Il n'est alors pas rare non plus d'entendre le récit d'un cadeau reçu après avoir été longtemps convoité, il est alors fréquent que vos interlocuteurs se souviennent en souriant de cette période où, enfants, ils s'interrogeaient sur l'existence ou non du Père Noël...

Je me demande donc ce qu'il s'est passé pour que d'un souvenir datant d'il y a parfois une vingtaine d'années, on passe ensuite à cette course, frénétique, aux cadeaux, à l'organisation, à la surabondance : le goût des choses simples aurait-il été englouti par le temps, par les convenances, par la pression mercantile, par les voisins qui ne cessent d'exhiber leur menu à rallonge et les achats effectués ?

Durant quatre ans, j'ai habité un appartement beaucoup trop petit pour avoir un sapin durant les fêtes. "Pas grave, les enfants en ont un chez leur père" ai-je pensé. J'ai découvert cette année, mon logement étant passé de très petit à gigantesque, qu'aller acheter l'arbre, le transporter, choisir les guirlandes, leur couleur, les boules et l'étoile qui orne le sommet, c'est sublime à faire avec les enfants : même Junior, baskets taille 45 et 1m73 de rage contre la vie et les contraintes existentielles, a poussé un "wouahhh, c'est super classe" une fois le travail terminé. Mini, bientôt 12 ans, est fier comme d'Artagnan de cette collaboration et Tom Pouce, 7 ans, me demande chaque jour s'il peut "arroser" le sapin "faut qu'il dure longtemps, c'est trop beau".

Je ne mentirai pas : leur plaisir me fait chaud au coeur et me permet de ne pas trop penser au fait que je ne pourrai pas choisir un vin que je ferais goûter à mon père, mort depuis bientôt 25 ans. Je prendrai quand même une très bonne bouteille, je la déboucherai en pensant avec reconnaissance aux moments partagés, gamine, avec ma soeur : qu'est-ce qu'on a pu rire, les deux, quand on voyait notre grand-mère chercher les cadeaux qu'elle avait trop bien cachés dans l'appartement !

J'espère surtout que chacun, ici, aura au moins un souvenir qui lui tiendra chaud, qui lui permettra de se rappeler un moment heureux, partagé : je sais que vous êtes nombreux ici à être plus seuls que souhaité, moins en forme qu'espéré... Puissiez-vous puiser dans ces instants la conviction que demain aussi, il y aura encore plein de belles surprises, d'excellents instants.

A tous, je souhaite une belle fin d'année 2016 !

 

 

 

35 commentaires
1)
M.G.
, le 12.12.2016 à 01:37
[modifier]

A tous, je souhaite une belle fin d’année 2016 !

Ton souhait me va droit au cœur. Merci.

Je suis sincèrement heureux de lire ton expérience. Oui, placer l’étoile qui orne le sommet, touche finale après la décoration du sapin, c’est sublime en compagnie des enfants.

Moi qui suis un vieux machin célibataire et sans enfants avec qui décorer un sapin, tu me donnes l’espoir et l’envie de le faire pour la première fois de ma vie. Je vais de ce pas m’enquérir d’une « famille d’accueil » qui voudra bien me faire participer à cet instant magique. En souhaitant que l’avenir soit plein de bonnes surprises et d’excellents instants.

2)
Mirou
, le 12.12.2016 à 08:00
[modifier]

Merci Mme Poppins pour ce joli texte encore une fois bien senti. Qui m’a d’ailleurs bien humidifié les yeux, tant il a évoqué en moi de jolis souvenirs.
Difficile, effectivement, en cette période, de ne pas succomber au stress ambiant, totalement irrationnel, au lieu de le vivre comme un moment de bonheur.
Je m’aide par deux citations. L’une d’un responsable culturel qui m’a dit s’être étonné du stress que s’infligent beaucoup en milieu professionnel: « on dirait que les gens veulent tout boucler avant les fêtes alors que ce n’est qu’une semaine de vacances. »
Et pour le privé, je me réfère à une phrase du personnage de Charlotte Gainsbourg dans La Bûche: « il y a déjà suffisamment de problèmes dans le monde sans encore se faire ch.. avec Noël »

Ou quand le cynisme mène à la joie.

Belles et sereines fêtes de fin d’année 2016 à toutes et tous!

3)
ToTheEnd
, le 12.12.2016 à 08:23
[modifier]

J’adore les fêtes et les grosses bouffes et faire le sapin… que je dois aller chercher ce weekend. C’est une période que j’affectionne et retrouver des cadeaux sous l’arbre, c’est quand même quelque chose!

Laisser son pick-up 4×4 au bord d’un chemin forestier, allez dans la forêt avec sa hache sur l’épaule, abattre plusieurs sapins pour voir lequel tient le mieux dans le coffre et enfin, accrocher des guirlandes « made in china » qui peuvent à tout moment déclencher un incendie et cramer la baraque.

Bref, c’est une période que j’adore.

T (qui déconne à bloc pour le second paragraphe)

4)
Madame Poppins
, le 12.12.2016 à 08:40
[modifier]

M.G, mes enfants n’ont plus de grand-père : je pense qu’ils en adopteraient bien un !

Mirou, je vois exactement la scène avec Charlotte, j’avais tout comme toi adoré ce passage (et le reste du film d’ailleurs).

ToTheEnd, c’est pour ça que le made in China a également prévu les guirlandes lumineuses qui ne mettent pas le feu à l’arbre, aux rideaux, aux tapis et au reste de la maison ;-) Prends une remorque, ça permet de n’abattre qu’un seul arbre :-)))

5)
Mirou
, le 12.12.2016 à 08:51
[modifier]

Mirou, je vois exactement la scène avec Charlotte,

Toi aussi tu l’appelles Charlotte ?

:-)

6)
Madame Poppins
, le 12.12.2016 à 09:00
[modifier]

Mirou, forcément : elle a le même sens du « spleen » que moi, ça crée comme un lien même si elle ne le sait pas ;-)

7)
M.G.
, le 12.12.2016 à 09:13
[modifier]

M.G, mes enfants n’ont plus de grand-père : je pense qu’ils en adopteraient bien un !

Tu as vraiment le sens de la formule pour émouvoir les gens. De tout mon cœur, merci à toi pour avoir eu cette idée.

8)
PSPS
, le 12.12.2016 à 09:49
[modifier]

Pardon de mon ignorance de Français du sud, mais comment se présent le « biscôme du St-Nicolas » ?

11)
Ritchie
, le 12.12.2016 à 10:40
[modifier]

Salut,

J’ai arrêté de faire quoique ce soit pour la(es) fête(s) de l’OMC, depuis près de 20 ans. Et je ne m’en porte pas plus mal.

1) je suis un chouia agoraphobe, donc ça m’arrange.
2) je déteste les obligations (donc pas de cadeaux à acheter etc), je préfère acheter des cadeaux quand j’en ai envie – et croyez-moi mes dernières copines étaient mieux servies de cette façon que par le calendrier imposé par l’OMC (25/12, 14/02).
3) en revanche, je fête les anniversaires.

Un peu d’histoire (que vous retrouverez ici –> http://www.bible.chez-alice.fr/ ) !

Historiquement, Noël était une fête religieuse (chrétienne, voir catho.) pour célébrer la venue de Jésus. Elle a été récupérée par l’OMC, déjà en partie par Coca-Cola d’où vient le Père Noël (vers 1930) pour faire marcher le commerce.

Si on retourne bcp plus en arrière, c’était une fête payenne, célébrant le solstice d’hiver (le 21/12) et surtout que vers le 25/12 on commence déjà à voir les journées se rallonger.

Le christianisme étant en hausse dans la population romaine, et le paganisme en baisse, l’état major de l’église chrétienne a converti la fête payenne en la fête annonçant la naissance de Jésus.

Sauf que, si on lit l’histoire (et la bible, n’est pas un livre d’histoire), Jésus n’a jamais existé (voir http://www.bible.chez-alice.fr/ encore une fois) !!!!

C’est comme ça qu’ils ont fait passé la pilule.

Ensuite, au 20ème siècle, comme les gens sont de moins en moins croyants d’une part, pire pas pratiquant pour 2 sous, et voulant intégrer aussi les gens d’autres religions (les musulmans en France par ex.), ils ont converti cette fête en une fête purement commerciale !

Demandez à vos connaissances musulmanes POURQUOI elles fêtent, juste pour voir ?

Donc, je ne participe pas du tout à quoique ce soit du 25/12, aucun message envoyé à cet effet et destruction systématique et aucune réponse aux messages reçus (il y en a qui commencent à comprendre, mais c’est dur et chiant).

En revanche, je participe au 31/12 pour le fêter le nouvel an, mais light.

12)
Marc Sebanne
, le 12.12.2016 à 10:42
[modifier]

Ritchie, je suis totalement d’accord avec votre commentaire :-)

Je me sens un peu moins seul pour le coup ;-)

Néanmoins, toujours fan de la plume de Madame Poppins qui devrait, selon moi, écrire des livres (si ce n’est pas déjà fait) :-)

13)
Madame Poppins
, le 12.12.2016 à 11:05
[modifier]

Ritchie, je me demande si tu es réellement agoraphobe ou si tu es plutôt démophobe, à voir ;-)

Marc, merci pour ce joli compliment, j’aimerais avoir un jour le courage d’envisager un recueil de nouvelles.

14)
PSPS
, le 12.12.2016 à 11:47
[modifier]

@Madame Poppins
@Quark
Mais ce biscôme à l’air délicieux ! Beaucoup plus que la modeste pompe à l’huile que les Provençaux consomment pendant les fêtes de fin d’année…

15)
Ritchie
, le 12.12.2016 à 11:50
[modifier]

Effectivement, ça serait plus de la démophobie. En revanche, ce n’est pas de la crainte/peur, mais le fait que je déteste quand il y a trop de monde et que les gens ne font pas attention et n’arrêtent de vous bousculer.

16)
François Cuneo
, le 12.12.2016 à 12:09
[modifier]

Jolie histoire en effet!

Moi j’aime bien Noël, et ces retrouvailles. Mais oui, ça me stresse aussi, surtout quand c’est chez nous, mais j’aime bien.

Et cette année, les cadeaux pour les enfants sont organisés: que des livres, et chaque couple de parents a envoyé ce qui ferait plaisir à ses enfants aux autres. On est ainsi sûrs de ne pas tomber à côté.

Non, vraiment, j’aime bien cette ambiance.

Peut-être un bémol: Madame K, s’il te plaît, arrête de planter des clous partout pour suspendre les guirlandes, ça fait des trous après…

17)
jesopog
, le 12.12.2016 à 12:20
[modifier]

@Ritchie,
« pas de cadeaux à acheter »

Seriez-vous, sans le savoir, un adepte de cet auteur ?
Hubert Lucot. — Grands mots d’ordre et petites phrases, P.O.L. éditeur, 2007.
On peut y lire, en effet, ceci :
« Ne laissez pas Noël approcher. Vous aurez moins de frais. ;-)

Bon solstice d’hiver à tous !

18)
gece
, le 12.12.2016 à 12:28
[modifier]

fier comme d’artagnan,c’est voulu ou c’est le correcteur?🤔😜 bonnes fêtes à tous🎉

19)
Basalte68
, le 12.12.2016 à 12:29
[modifier]

Comme c’est bien dit. Noël est un point de repère qui nous permet de fixer des souvenirs encore plus sûrement, et comparer les époques. Le plus dur, adulte et parfois sans plus de parents, c’est de réaliser que l’on est plus le spectateur mais l’acteur, qu’il nous faut porter le monde sur nos épaules : la dinde, le sapin, les cadeaux ne viennent plus tout seuls.

20)
fxc
, le 12.12.2016 à 12:45
[modifier]

Beaucoup plus que la modeste pompe à l’huile que les Provençaux consomment pendant les fêtes

des grandes ou des petites, pour les fêtes j’opte pour les grandes (;D

21)
M.G.
, le 12.12.2016 à 14:44
[modifier]

Non, vraiment, j’aime bien cette ambiance.

On ressent parfois une pointe de jalousie dans certains commentaires devant ta propension à jouer les « Monsieur Gadget » qui a les moyens. En ce qui me concerne, je me contente d’apprécier l’enthousiasme que tu essaies de nous faire partager.

Ma jalousie à moi, c’est d’avoir constaté au fil des ans que tu as réussi une vraie vie, entouré de gamins géniaux. C’est cela, la vraie richesse.

Que ces fêtes qui arrivent ne soient que bonheur et plaisir d’offrir à ceux que tu aimes, dans la joie et la bonne humeur !

22)
Pierre A Cordier
, le 12.12.2016 à 14:49
[modifier]

Cette année c’est un peu particulier, jusqu’à présent nous partions chaque fin d’année en Finlande pour fêter Noël chez le seul, unique et véridique Père Noël.

Mais l’an dernier, il s’est passé un évènement qui m’a profondément bouleversé. A la place de retrouver comme chaque année le Père Noël pour nous accueillir avec les bras chargés de somptueux cadeaux, c’est un gars ayant trop forcé sur la vodka et en tenue d’Halloween qui nous a reçu. Un vrai cauchemar, pour moi c’est tout un monde de féerie qui s’écroulait.

Heureusement que cette année, on a pu se remonter le moral avec le Black Friday. Et bientôt ce sera le Boxing Day. Je sens que l’extase approche.

Et puis cette année on a décidé d’aller plus au nord, en Arctique, soyons fous. Bon il n’y a pas de sapins à décorer, de moins en moins de banquise et les ours se raréfient. Pour ces derniers, on nous a même dit qu’on pourrait peut-être en pêcher des vivants, oui oui pêchés et vivants, avec un peu de chance. Par contre pour le yacht c’est encore un peu trop tôt, faudra trouver des accords avec les futurs propriétaires de la région. Mais on nous a promis de pouvoir faire du jet-ski. Me réjouis déjà, j’espère que ça me fera oublier définitivement le Père Fouettard de l’an dernier.

L’an prochain, si tout va bien, on pourra sortir le yacht et aller faire notre shopping de Noël à New York. Accoster devant les boutiques de Manhattan c’est quand même plus classe qu’en taxi jaune. Mais ce que je souhaite le plus c’est de pouvoir jeter l’ancre au pied de la Tower du grand blond à la mèche folle et de le remercier d’avoir engagé un climato-sceptique pour gérer l’environnement.

C’est ceux qui croient encore au Père Noël et qui spéculent pour que les gros soucis futurs arrivent après leurs passages sur la planète, qui devront probablement revoir leurs plans de table et le menu des festivités.

Néanmoins bonnes fêtes à tous.

23)
Amely
, le 12.12.2016 à 14:51
[modifier]

Ce que j’aime dans cette fête, c’est la bonne odeur du sapin chez moi, préparer les décorations et de faire plaisir aux gens que j’aime.
On fait des cadeaux seulement aux enfants et on organise à tour de rôle le repas les uns chez les autres. J’aime les sourires de mes nièces émerveillées devant leurs cadeaux.
L’année prochaine tout va changer vu que nous ne serons plus que mon homme et moi dans la maison vu qu’ au printemps nous allons accueillir notre premier enfant, qui pour l’instant est loin de tout ça bien au chaud dans mon ventre. Je pense que cela va changer notre façon de fêter les prochains Noël.
Et que faire, lui laisser croire au père Noël ou briser le mythe directement comme mes parents l’avaient fait pour nous éviter une énorme déception en découvrant ce premier mensonge de nos parents. Pas facile.

24)
François Cuneo
, le 12.12.2016 à 16:02
[modifier]

Tu sais, M.G. le fait d’avoir des enfants, c’est vrai que c’est super, mais toi, tu as fait plein de choses que je ne ferai jamais parce que je les ai eus. Je dis ça bien évidemment sans regret et sans jalousie. Je suis trop content de les avoir, ces enfants.

Donc à mon avis, aucun regret à avoir, dans un sens ou dans l’autre.

25)
Madame Poppins
, le 12.12.2016 à 16:52
[modifier]

Amely, félicitations, c’est une si belle nouvelle ! J’espère que tout se passe bien et que les Noël seront magiques : dire ou ne pas dire la vérité sur le père Noël est un « problème » que les discussions entre enfants dans la cour de l’école résolvent souvent « très bien » !

Gece, les fautes d’erreur, comme je les appelle, c’est fréquent lorsque je rédige mes billets à 23h00 en me disant tout au long de la rédaction « merde, j’ai pas de quoi faire un sandwich à Mini demain » :-) J’écris, j’efface, je complète, je reprends, très frénétiquement, un oeil sur la montre…. Tu ne dis toutefois rien sur ta perception de Noël, dommage !

François, le livre, électronique ou en version papier encore ?

Basalte, ce qui rend Noël aussi magique, c’est d’offrir une petite attention à un adulte qui ne s’y attend pas du tout : je le fais régulièrement avec des personnes avec lesquelles je travaille avec plaisir et bonheur.

Pierre A Cordier, est-ce à dire que « tout fout l’camp » ?

26)
Tom25
, le 12.12.2016 à 17:30
[modifier]

Petit, on passait tous noël dans la grande maison des grands-parents. On décorait le sapin mais j’ai plus de souvenirs de quand on faisait la crèche sous les ordres du grand père : Mettez les rois-mages un peu plus loin, mettez l’âne et le bœuf tout près du petit Jésus, le monsieur avec les fagots plutôt dans ce coin, etc.. J’en ai d’excellent souvenir, sauf la messe le lendemain matin, obligatoire. Je devais abandonner mes nouveaux jouets. Ensuite ça s’est fait chez mes parents, toujours avec la famille. Je décore l’extérieur de la maison avec des guirlandes lumineuses, mais je ne fais pas de sapin vu que nous ne sommes pas là le soir de noël.

Concernant les cadeaux, ça me gave. Autant j’adorais en recevoir enfant et j’adore leur en faire, mais aux adultes …. Les gosses ils te disent ce qu’ils veulent, et même si parfois le jouet ne dure pas longtemps, au moins il leur a plu au moment du déballage. Avec un adulte tu n’es même pas sûr de ça. Du coup me concernant, je vais à ma distillerie habituelle acheter quelques bouteilles, et ça fait l’affaire. Si eux n’aiment pas, ils trouveront quelqu’un qui aime.

27)
ToTheEnd
, le 12.12.2016 à 19:27
[modifier]

Demandez à vos connaissances musulmanes POURQUOI elles fêtent, juste pour voir ?

Quelle façon marrante de voir le problème…

Moi je pense que si tout le monde allait dans les malls à la place des lieux de culte et que tout le monde fêtait les jours commerciaux plutôt que leurs jours saints, et bien je pense que le monde irait un peu mieux. Ecologiquement ça serait peut être différent…

T

28)
gece
, le 12.12.2016 à 19:37
[modifier]

« Tu ne dis toutefois rien sur ta perception de Noël, dommage » !

Avant , je m’en foutais royalement, noël dernier , j’étais à « gustave roussy » cette année , je savoure et les années suivantes si possible…..🎄🍾

29)
Pierre A Cordier
, le 12.12.2016 à 20:12
[modifier]

Madame Poppins,

Oui tout à fait, entre la saturation commerciale, l’alibi religieux et se sentir obligé de faire dans la fête programmée, je dois dire que je suis réticent de prime abord.

Après pour les enfants d’un certain âge, le sapin et les cadeaux ne me dérangent pas du tout. Au contraire on est tous passé par ça, comme enfant évidemment mais aussi éventuellement comme parent. Du moins c’est ce que je souhaite pour tous les enfants.

Mais en dehors de ça, franchement si on réfléchit un peu, il y a d’autres priorités bien moins futiles.

Attention ne croyez pas que je suis un moine morose, ça ne veut pas dire que je ne vais pas me distraire à la fin de ce mois. Seulement ce ne sera pas parce que c’est Noël ou Nouvel an mais par une envie spontanée, comme durant les autres mois de l’année.

Idem pour les achats utiles, on s’en fait assez, réciproquement ou pour soi-même, le reste de l’année pour pouvoir s’éviter la corvée de fin d’année. Donc pas de cadeaux spécialement pour Noël entre adultes.

Et puis après ces fêtes programmées, il faut encore garder un peu d’énergie et de monnaie pour les SALE en magasins. Tout un commerce auquel je ne vais évidemment pas participer. Je préfère shopper toute l’année sur internet des trucs propres et/mais décents, je précise au cas où ma chère et tendre me relis.

Vous voyez je ne fais pas que dans l’humour noir ou le deuxième degré.

30)
Ritchie
, le 12.12.2016 à 22:10
[modifier]

@TTE

C’est une autre façon de voir.

En revanche, si tout le monde établissait une liste de « SES BESOINS » et pas de ses désirs, on aurait bcp moins de m…es à la maison !!!

Et là, oui, la fête commerciale, pourquoi pas !

31)
Argos
, le 12.12.2016 à 22:32
[modifier]

Dans mon coin du Caucase, on aime tellement Noël qu’on le fête trois fois.
Il y a d’abord « le Noël catholique » célébré traditionnellement la nuit du 24 au 25. C’est avant-tout pour les expats, mais les locaux aiment aussi participer. Et quelques jours plus tôt la grande vente de charité organisée par le corps diplomatique – l’ambassade de Suisse a proposé une grande soirée raclette – a lancé les festivités.

Le deuxième Noël se fête le 31 décembre, eh oui. Sous la période soviétique, la référence à Noël était interdite, mais le 31 décembre, qui ne pouvait qu’annoncer un avenir radieux, n’est-ce pas, était devenu un stratagème pour évoquer Noël et dès la fin du communisme, un immense arbre de Noël ornait à cette occasion dans la capitale la Place de la liberté, auparavant place Lénine. C’est le jour où l’on offre les cadeaux et où chacun allume des feux d’artifices.

Le troisième Noël. l’orthodoxe celui-là, suit le calendrier julien, pour nous le 7 janvier. Il est essentiellement religieux, ce que le précédent est bien moins ; églises et cathédrales sont pleines, il est presque impossible d’y entrer, et une vraie ferveur religieuse s’exprime.

Si l’on est loin des fureurs consommatrices de l’Occident, quelques jours avant la fin de l’an le bazar des produits alimentaires est pris d’assaut, les prix doublent quasiment car ne pas organiser un repas d’apparat où des dizaines de toasts s’enchaineront, serait vu comme un déshonneur. Avec l’occasion enfin de rappeler que c’est là que le vin a été inventé.

En gros, les célébrations de Noël s’étendent sur près d’un mois. Espérer pendant cette période une véritable activité est illusoire et « les Fêtes » prennent tout leur sens.

32)
Saluki
, le 13.12.2016 à 00:46
[modifier]

Les enfants étaient petits.
Ceux de nos bons amis aussi. Ils nous avaient conviés à passer Noël dans leur chalet de Super Besse, en Auvergne.
En ces temps là, nous couvrions nos gamins de cadeaux…en fait on devinait le sapin derrière les paquets.
J’exagère à peine.
De bon matin les quatre gamins se précipitent sur les paquets et les papas jouent du Voïgtlander pour l’un, du Leica pour l’autre. Ça mitraille et on change de rouleau. Et on change de rouleau (bis).

Moins de deux heures plus tard, les gros jouets sont un peu délaissés pour des constructions – aujourd’hui on dirait « genre Lego » – soigneusement édifiées avec les boîtes jaunes des pellicules Kodak.
Les années suivantes nous avons été plus raisonnables, voire pingres.

33)
Dom' Python
, le 13.12.2016 à 12:29
[modifier]

Je me demande donc ce qu’il s’est passé pour que d’un souvenir datant d’il y a parfois une vingtaine d’années, on passe ensuite à cette course, frénétique, aux cadeaux, à l’organisation, à la surabondance : le goût des choses simples aurait-il été englouti par le temps, par les convenances, par la pression mercantile, par les voisins qui ne cessent d’exhiber leur menu à rallonge et les achats effectués ?

Il me semble qu’une partie de l’explication se trouve dans le fait que comparer les souvenirs d’enfance (vacances, aucune responsabilité, capacité d’émerveillement…) avec la réalité de l’adulte que nous sommes aujourd’hui (en charge de l’organisation de la fête en plus d’un travail prenant…) est un peut biaisé.

Cela dit, il est vrai que la dimension commerciale de ces fêtes a pris des proportions démesurées, me semble-t-il.

Perso, j’aime les fêtes. Un peu d’agoraphobie, beaucoup de goût pour une certaine sobriété, envie de rencontres humaines avec du sens plutôt que de grandes bastringues avec joie obligatoire…

34)
M.G.
, le 13.12.2016 à 17:49
[modifier]

Perso, j’aime pô les fêtes. Un peu d’agoraphobie, beaucoup de goût pour une certaine sobriété, envie de rencontres humaines avec du sens plutôt que de grandes bastringues avec joie obligatoire…

Cet avis est celui qui correspondrait le mieux à ce que je ressens moi-même.

35)
Madame Poppins
, le 13.12.2016 à 20:54
[modifier]

Argos, ta description de Noël dans ton coin du monde est intéressante, j’ignorais tout cela ! En janvier, les rues doivent sentir l’encens à plein nez, non ?

Saluki, je me souviens encore à quel point Tom Pouce, 7 ans maintenant, a pu jouer avec… les ficelles des cadeaux !

Dom, je suis parfaitement d’accord avec toi : je préfère les pâtes improvisées parce que l’ambiance s’y prête, spontanément, au foie gras imposé parce que c’est le 31 !

Belle suite d’Avent, au plaisir de vous retrouver après !