Profitez des offres Memoirevive.ch!
Jean-Christophe Victor

Mercredi 28, dans l'après-midi j'apprenais avec tristesse le décès de Jean-Christophe Victor. Vous le connaissez sans doute grâce a son émission sur Arte "Le dessous des cartes" qui nous permettait de mieux comprendre les enjeux géopolitiques de notre monde.

Toujours limpide, son propos nous donnait l'impression de comprendre facilement les enjeux notre monde. Créateur et directeur scientifique de LEPAC il avait édité dernièrement "le Dessous des cartes Asie", un ouvrage riche de graphiques et de cartographie innovantes. Vous trouverez ici, sa dernière interview dans libération. Il participait également aux "Atlas du futur du Monde" de Virginie Raisson, ouvrages de référence pour qui s'intéresse à la géopolitique.

Ethnologue, journaliste, il était à l’origine du projet de l’Espace des Mondes Polaires, premier centre culturel français consacré aux pôles dans le Haut-Jura, région d’enfance de son père, l'explorateur Paul-Emile Victor. Je côtoyais Jean-Christophe Victor depuis 2012, étant en charge de la communication du futur Espace des Mondes Polaires et j'ai particulièrement apprécié de travailler avec lui.

 

Jean-Christophe Victor le 9 décembre aux Rousses.

 

Je vous laisse lire le dernier texte qu'il avait écrit pour le dossier de presse de l'Espace des Mondes Polaires.

"Paul-Émile Victor, souvent désigné par le terme poétique, mais désuet d’« explorateur polaire français », est mon père. Aîné de ses quatre enfants, j’ai longtemps tenté de formaliser ce qu’il m’avait transmis comme héritage intellectuel, éthique, humain, mais aussi comme vision du monde.

Ayant pendant plusieurs années, travaillé comme ethnologue auprès des Inuit de la côte Est du Groenland – on disait alors les « Eskimos » ! –, il m’a transmis, comme une nécessité, le sens de la curiosité pour les peuples autres, différents, et, avec lui, le respect évident qu’il convient de leur porter et l’envie constante de voir en eux non des étranges étrangers, mais des ambassadeurs.

Il a ensuite longuement séjourné dans l’Arctique et en Antarctique pour y mettre en place des bases scientifiques permanentes tournées vers les recherches fondamentales. De ses récits épars, mais répétés au fil des années, je voyais qu’il était possible d’ouvrir des routes, au sens figuré, mais aussi au sens propre ! Finalement, les pôles fabriquaient un regard très ouvert sur le monde, voire la conviction qu’il est possible de le transformer.

Les paysages polaires sont superbes, immenses, générant à la fois inquiétude, apaisement et poésie. Subtilité des teintes, entre les gris, les bleus pâles, les dorés, les blancs, et même plusieurs nuances de blanc.

Ces legs, les différents séjours, Nord et Sud, que j’ai pu entreprendre dans ces régions polaires, de son vivant ou ensuite, ainsi que la fréquentation de ces chercheurs des sciences de la terre, tous ces éléments m’ont sans doute peu à peu donné l’envie à mon tour de transmettre. Raconter et donner un peu de la richesse que j’ai eu la chance de recevoir, enfant, adolescent, adulte.

Voilà ce qui m’a amené à tenter de créer le premier centre culturel français consacré aux pôles. Et grâce à son cofondateur Stéphane Niveau, à de grandes équipes, au soutien financier des collectivités territoriales et à une persévérance à toute épreuve, l’Espace des Mondes Polaires ouvrira ses portes en décembre 2016 dans le Haut Jura français.

Pourquoi le Jura ? Tout simplement, parce que Paul-Émile Victor né à Genève y a passé une grande partie de son enfance entre Saint-Claude, Lons-le-Saunier et le Haut-Jura. C’est donc en partant de collections familiales, de reconstitutions, de regroupements d’archives, d’objets venant d’un premier petit musée jurassien qu’est né le concept d’un lieu centré sur les milieux et les climats polaires.

Émouvoir, tel est le premier souhait de ce musée. Faire ressentir la beauté de ces paysages et de ces lumières polaires, faire prendre conscience de la disproportion de l’Homme par rapport à la nature qui l’entoure.

Ensuite, faire comprendre comment les peuples autochtones de l’Arctique parviennent à vivre là depuis des millénaires dans ces climats extrêmes. Pourquoi les Européens ont-ils voulu découvrir ces espaces si inhospitaliers, puis les « conquérir » ?

Enfin, il y a la volonté d’expliquer l’importance scientifique de ces régions, les recherches conduites à échelle locale étant utiles à échelle globale : notamment biologie humaine et animale, magnétisme terrestre, physique du globe, astronomie, glaciologie, climatologie, bien sûr.

J’ai sans doute vu très tôt le monde dans son unité, donc dans sa finitude et sa fragilité. Compris que l’Homme n’était qu’une part minuscule de cette nature immense. Et détester qu’il s’obstine à vouloir en être le vainqueur. J’ai d’ailleurs retrouvé les mêmes leçons reçues, la même certitude chez deux des « fils spirituels » de mon père, Jean-Louis Étienne et Nicolas Hulot.

Jean-Christophe Victor"

Je voulais simplement lui rendre hommage.

23 commentaires
2)
vincevn
, le 04.01.2017 à 03:51
[modifier]

Merci pour ce très beau texte.
+1 pour Jean-Louis Étienne. Il faut redécouvrir son livre « Le Pôle intérieur ».

3)
ToTheEnd
, le 04.01.2017 à 09:39
[modifier]

J’ai aussi appris ce décès avec tristesse car j’adorais le bonhomme et ses émissions! Un truc qui devrait passer obligatoirement 2x par semaine sur toutes les chaines à 20h00… l’exercice aurait pour but d’éduquer un peu les gens ou juste de bien leur faire chier au moment où la messe du téléjournal débute.

T

4)
Thierry F
, le 04.01.2017 à 10:09
[modifier]

J’apprends en lisant mon « Cuk » quotidien cette triste nouvelle.
Cela me fait tout drôle de voir qu’il était des Rousses et de Prémanon où j’ai eu mes premières émotions à ski étant enfant (qu’est ce qu’il faisait froid dans les années 60).

Les émissions qu’il proposait je les ai vu en DVD.
Après visionnage; on avait le sentiment d’être un peu moins stupide. Qu’il en soit remercié.

5)
PSPS
, le 04.01.2017 à 10:29
[modifier]

Fort attristé aussi par la disparition de ce vulgarisateur de haute volée.
J’ose espérer que Arte pourra lui trouver un remplaçant de même niveau pour perpétuer la diffusion de l’émission « Le dessous des cartes »…

6)
Sirrensis
, le 04.01.2017 à 10:55
[modifier]

Vraiment belles les émissions de Jean-Christophe Victor. Je rejoins le commentaire de ToTheEnd.

7)
tibet
, le 04.01.2017 à 11:24
[modifier]

Émission ovni du paf depuis longtemps, qui a un peu navigué entre quelques chaines un temps ou peu de gens y croyaient, pas plus dans le bonhomme qui semble d’une discrétion incroyable. On ne peut qu’aimer quelqu’un comme ça. Une autre façon de monsieur Cyclopède, tout aussi étonnant et surréaliste que l’autre dans le meilleur sens qu’on puisse lui donner.
Sur cette photo, je lui trouve ce sourire, comme un peu perdu et il semble déjà bien fatigué. J’avais entendu l’annonce sur France inter, avec un net pincement au coeur.
C’est un très beau texte. C’était une bien belle personne.

9)
myvista
, le 04.01.2017 à 16:41
[modifier]

Et sans aucunement dénier l’oeuvre de JCV et sa partie visible, en profiter pour se replonger dans l’oeuvre de PEV tant sur le « froid » que le « chaud » où il est moins universellement renommé mais tout aussi passionnant. Il est rarissime qu’une personnalité comme celle de PEV réussisse à transmettre à ses enfants ce qu’il était tout en leur permettant de voler de leurs propres ailes. Oui à la suggestion d’une rediffusion des prod. de JCV dans l’intérêt de tous.
Quant à lui trouver un « remplaçant », l’ambition d’un successeur semble déjà immense, quand on compare ses travaux et la vulgarisation à laquelle ils ont donné lieu et … aucun nom ni programme ne me vient à l’esprit. Et vous, que proposeriez vous pour (re)prendre le flambeau ?

10)
Laurent Vera
, le 04.01.2017 à 17:27
[modifier]

Pour répondre à vos questionnements sur la suite du « dessous des cartes », l’émission était le travail d’une équipe, les chercheurs de LEPAC. J’espère que Virginie Raisson, la compagne de JCV et directrice de LEPAC, reprendra la suite avec l’équipe. Pour ceux que la géopolitique intéresse, je vous engage à découvrir les ouvrages édités par LEPAC, et particulièrement le dernier ouvrage « 2038 LES FUTURS DU MONDE ». TTE, tu devrais adorer.

11)
NewAncien
, le 04.01.2017 à 18:15
[modifier]

Merci pour le conseil du livre 2038 Les futurs du monde que je viens de commander à mon libraire. Le dernier de ma commune (90 000 habitants).

12)
Sirrensis
, le 04.01.2017 à 19:14
[modifier]

@Laurent
2038 les futurs du monde a été découvert auprès d’un collègue avant Noël. Il a fait au moins deux heureux. Superbe graphisme, des cartes didactiques, très agréable à lire.

14)
M.G.
, le 04.01.2017 à 22:57
[modifier]

je vous engage à découvrir les ouvrages édités par LEPAC, et particulièrement le dernier ouvrage « 2038 LES FUTURS DU MONDE »

Merci. Je viens de le commander. Sera entre mes mains le samedi 7.

Edit : en mains depuis hier vendredi. Splendide.

16)
benoit
, le 05.01.2017 à 23:22
[modifier]

Extrait du blogtvnews :

« Ce samedi à 17h30 sur ARTE : Édition spéciale du Dessous des Cartes à la mémoire du créateur de l’émission géopolitique emblématique de la chaîne, disparu le 28 décembre 2016.

En hommage à Jean-Christophe Victor, Émilie Aubry évoquera, depuis la Bibliothèque Nationale de France, son parcours avec quatre invités :

– Virginie Raisson, épouse de Jean-Christophe Victor et directrice du Laboratoire d’études politiques et d’analyses cartographiques (Lepac), qu’elle avait cofondé avec Jean-Christophe Victor en 1992 et dont les analyses nourrissent Le Dessous des Cartes ;

– l’ancien ministre des Affaires étrangères Hubert Védrine ;

– le climatologue français Jean Jouzel, vice-président du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) ;

– l’ex-président de Médecins sans Frontières Rony Brauman. »

17)
NewAncien
, le 06.01.2017 à 09:36
[modifier]

Je viens de commencer à lire « 2038 les futurs du monde » que je trouve exceptionnel car il n’est pas du tout rébarbatif comme peuvent l’être certains ouvrages. Les problèmes sont posés de manière claire avec des graphiques très lisibles qui illustrent à merveille le texte.

18)
M.G.
, le 07.01.2017 à 07:58
[modifier]

« Ce samedi à 17h30 sur ARTE : Édition spéciale du Dessous des Cartes à la mémoire du créateur de l’émission géopolitique emblématique de la chaîne, disparu le 28 décembre 2016.

Noté sur mon agenda. Merci.

Dieu sait si je ne suis pas d’obédience socialiste mais je note que M. Hubert Védrine a certainement été le meilleur ministre des Affaires étrangères français de ces trente dernières années. C’est toujours un plaisir de l’entendre exposer sa vision de la géopolitique avec calme et compétence. Sûrement la raison pour laquelle il est régulièrement invité sur les plateaux de télé depuis un bon moment quel que soit le pouvoir en place.

19)
M.G.
, le 07.01.2017 à 19:12
[modifier]

Je viens de regarder sur la TNT HD l’édition spéciale du Dessous des Cartes en hommage à Jean-Christophe Victor, présentée par Émilie Aubry.

Une vraie claque ! Le rêve de tous les étudiants : avoir eu un tel prof d’Histoire-Géo… J’ai une pensée émue pour Virginie Raisson. En compagnie d’un tel bonhomme, sa vie a dû être un vrai bonheur.

N’ayant pas accès de manière simple à Arte là où je vis, je ne connaissais pas cette émission.

Merci à Laurent Vera et Benoît de nous avoir mis le doigt dessus.

Une fois de plus, c’était sur Cuk.ch et nulle part ailleurs.

20)
Jean-Yves
, le 07.01.2017 à 19:52
[modifier]

Dieu sait si je ne suis pas d’obédience …

:D … Preuves à l’appui ? En tout cas, bonheur partagé !

M. Hubert Védrine, dont les qualités d’analyse sont largement reconnues, a, comme Jean-Christophe Victor, une forme d’élégance rare, l’humilité.

Au cours de l’émission, les étudiants de Jean-Christophe Victor en dressent un portrait émouvant et respectueux, supposé largement partagé par les simples spectateurs un peu orphelins que nous sommes.

Cet humaniste discret, convaincu et convaincant, pouvait même sans risque démontrer l’approche très géopolitique de certains grands acteurs du Net adaptant les frontières aux besoins de leurs ambassadeurs en postes.

Grosse émotion avec la présentation de son dernier voyage aux îles Kouriles en septembre 2016 …

A revoir sur Arte+7.
Ou directement ici

21)
M.G.
, le 07.01.2017 à 22:10
[modifier]

Cet humaniste discret, convaincu et convaincant, pouvait même sans risque démontrer l’approche très géopolitique de certains grands acteurs du Net adaptant les frontières aux besoins de leurs ambassadeurs en postes.

« Google Maps nous ment » est en effet une émission remarquable, qui confirme le talent pédagogique hors-pair de Jean-Christophe Victor.

Aucun jugement de valeur dans cette émission. Aucune porte ouverte à la polémique. Les faits, rien que les faits.

22)
ToTheEnd
, le 08.01.2017 à 15:31
[modifier]

Je viens de mater l’émission en Memoire du bonhomme, très bien. La rediffusion de l’épisode sur Google maps est peut être le seul truc que je n’ai pas trop aimé car on dirait presque du journalisme… pour le reste, c’est clairement une grande perte.

Je note aussi un autre truc dans les portraits et les témoignages: il a toujours été guidé par une volonté de donner une plus large vision que les bouts de lorgnette des infos de 20h… quel dommage de ne pas avoir plus de personnes de cette trempe dans les médias.

T

23)
M.G.
, le 08.01.2017 à 19:50
[modifier]

il a toujours été guidé par une volonté de donner une plus large vision que les bouts de lorgnette des infos de 20h…

En partant de la planisphère vers les cartes qu’il nous présentait, qu’il annotait et qu’il commentait pour expliquer un phénomène, il jouait en effet tout le contraire de l’effet petit bout de la lorgnette détestable des journaux télévisés. Du grand art, une grande perte.