Profitez des offres Memoirevive.ch!
Réveil difficile

Sale temps pour les médias et instituts de sondage, le désaveu est cinglant. Le travail d’autocritique a déjà commencé là où d’autres refont désespérément l’élection à l’envers ou à l’endroit. Certains candidats aux présidentielles 2017 en France s’en réjouissent déjà.

Plutôt qu’un long discours rabâché ces derniers jours, sur la démocratie voici une satire en ligne très juste, pour celles zet ceux qui ne l’ont pas encore vue sur Facebook (en anglais et sous-titrée):

tout est dit

déjà le Brexit

Car le Royaume Uni l’a vécu à partir des années 70, les Etats-Unis sont en train de le vivre, et nous français y sommes déjà.

De quoi je veux parler? D’un mot à la mode, le déclassement.

Le déclassement est en sociologie le fait de descendre l'échelle sociale, cela pour un individu, un groupe ou une catégorie. Il peut concerner en particulier le marché du travail. Le déclassement est une composante de la mobilité sociale.

Le terme est employé à la fois pour traiter une perte d'emploi, de statut social, ou une situation dans laquelle l'emploi occupé n'est pas au niveau de ceux promis par son niveau de formation, et au niveau collectif et intergénérationnel il qualifie le fait pour une part des représentants d'une génération de ne pas parvenir à un emploi, une position sociale, une qualification ou seulement un pouvoir d'achat de même niveau que ceux des parents. Il est aussi appelé mobilité sociale descendante ou démotion sociale.


Et là aussi, tout est dit. Le changement à tout prix, quand on n'a plus grand chose à perdre, ni travail ni dignité... Face à leur désenchantement, Trump leur a parlé et opportunément servi une storytelling de l'espoir. Malgré ses "facéties" bien loin de "l'Elite" symbolisée par Hillary.

Et le déclassement peut s'étendre à toute une nation finalement, ce qui faisait son ciment et sa fierté: éducation et culture, système de santé, droits de l'homme, liberté-égalité-fraternité, influence et diplomatie, état-providence etc.

Rendez-vous dans 6 mois?

Mais ce n’est pas le plus triste à mes yeux. Souvenez-vous de George W Bush, ses bushismes et les néoconservateurs au pouvoir, rompant à l’époque clairement avec la politique du président démocrate Bill Clinton. Bref, un air de déjà vu.

Non, la baffe c’est Leonard Cohen qui s’en est allé.

24 commentaires
1)
ysengrain
, le 15.11.2016 à 09:27
[modifier]

je suis assez frappé par le fait, qu’en France – je ne sais rien de ce qui se passe ailleurs avec assez de détails – pour les politiques qui bavassent incessamment, le réel n’a pas lieu.
Le débat des primaires de la droite se focalise sur l’identité française – une définition quelqu’un ? – alors que le quotidien d’une massive majorité est ailleurs: la pauvreté, le chômage, le ressenti que les zélus sont sourds aux demandes de base. Et on ne dit rien, absolument rien, du système de santé qui va exploser, là encre en raison du grand écart entre les « décideurs » et le terrain des soins (qui eux aussi font un grand écart: on soigne les protocoles de soin en cochant des feuilles de protocole sans prendre soin des patients.
Les politiques sont schizophrènes.
La conséquence est la chute: le déclassement dont Drazam nous parle aujourd’hui.

Pour terminer, une petite pour la route

« Si nous ne réussissons pas, nous courons le risque d’échouer »

2)
Saluki
, le 15.11.2016 à 09:40
[modifier]

…système de santé qui va exploser

Madame Saluki vient de faire un séjour « opératoire » dans une clinique parisienne réputée. J’ai eu l’opportunité de l’accompagner de longues heures durant, chaque jour.
Sa chambre était face au poste des infirmier(e)s.
Sans (trop) exagérer, je crois que les personnels soignants passaient plus de temps devant leur(s) écran(s) à cocher des cases que dans les chambres des patients.

J’ai compris qu’ils soient à bout.

3)
ysengrain
, le 15.11.2016 à 09:43
[modifier]

@ Saluki: c’est exactement ce dont je veux parler. Mais il ne faut pas oublier que tous les établissements de santé sont soulis à l’obligation de la mise en oeuvre des protocoles de soin imposés par la so-called ‘Haute Autorité de Santé ». Mais, tous les établissements de santé (EPHAD par exemple) ne sont pas équipés d’ordinateurs. Donc on fait fonctionner la photocopieuse et le temps de photocopie.

4)
seob6473
, le 15.11.2016 à 11:24
[modifier]

Allez, mon cher Drazam !
On va essayer de ne pas tomber dans la déprime…

Je te propose de bien rigoler à la lecture de cette déclaration solennelle de John Cleese, qui prend les décisions qui s’imposent suite à l’élection de Trump.

http://cogink.com/cleese/

5)
matsax
, le 15.11.2016 à 11:52
[modifier]

Et dans l’éducation nationale aussi, on commence à remplir des cases et des cases, et à faire des réunions et des réunions. On appelle ça l’évaluation par compétences… On pousse à inter changer les profs, l’essentiel étant que les enfants soient bien gardés. Instruire ? Apprendre des choses ? Bah, des trucs de réacs…

6)
ToTheEnd
, le 15.11.2016 à 13:10
[modifier]

La presse fait son introspection… c’est beau. Surtout ne rien changer, courrons après l’audience, le lectorat et les déclarations sensationnelles… après 8 mois harassants, on va nous gaver jusqu’aux oreilles des élections françaises… quel beau écosystème.

T

8)
Franck Pastor
, le 15.11.2016 à 14:04
[modifier]

Je ne suis même pas sûr d’être réveillé, j’ai encore l’impression d’être plongé dans un mauvais rêve…

9)
lilou
, le 15.11.2016 à 14:18
[modifier]

Sans entrer dans cette polémique, je pense que les systèmes majoritaires style USA ou France portent en leurs seins ce genre de risques. Je préfère de loin les systèmes proportionnels qui poussent aux compromis et qui permettent à toutes les minorités même les plus extrêmes à être représentées. En Suisse l’UDC avec 30 % des voix ne peut pas gouverner seule. Elle doit faire des alliances. De même les Socialistes avec seulement 20 % du corps électoral peuvent faire entendre une musique différente et saine pour la démocratie.

10)
Jean Claude
, le 15.11.2016 à 15:15
[modifier]

En fait, le plus triste c’est quand même la disparition de Léonard Cohen…
You Want It Darker.

PS. :
Et pour reprendre le titre de Drazan comprenons bien que les votes de protestations que nous avons tendance à faire lors d’un premier tour risque de nous amener à un « réveil difficile » au second tour…

11)
ToTheEnd
, le 15.11.2016 à 16:43
[modifier]

Le problème est quand même là… si dans une cale de bateau il y a 100 personnes et que 51 décident de faire un trou dans la coque pour se rafraichir un peu les pieds, faut-il que les 49 autres attendent de mourrir noyés avec les 51 autres cons?

T (en mode délire démocratique)

13)
ZITOO
, le 15.11.2016 à 17:43
[modifier]

Toujours est-il que la IV ème République, sous René Coty, nous a envoyé dans le mur avec son régime proportionnel dont les multiples gouvernements successifs duraient le temps d’un été…Compromissions et bons arrangements.
Le général de Gaulle a institué un système majoritaire, dévoyé aujourd’hui ( et depuis qq. temps déjà) par des mauvais en tout et des bons à rien…

…Il se dit que l’on a ce que l’on mérite.

Effectivement, le réveil sera difficile.

14)
ToTheEnd
, le 15.11.2016 à 17:51
[modifier]

C’est exactement la réaction que des démagos recherchent: appliquer une solution simple à un problème simple! Les réfugiés? Yaka faire un mur! Les illégaux? Yaka les mettre en prison et/ou les expulser! On ferme les mines à charbon? Y a qu’à rouvrir les centrales électriques à charbon! Etc.

Il peut faire chaud dans cette cale et l’idée de se rafraichir les pieds est bien entendu attrayante. Toutefois, faire un trou dans la coque avec une mèche (cloche) de 50mm, c’est assurément la mort pour tous.

La question n’est donc pas de savoir si 49% des gens feraient un meilleur trou que 51% mais bien de trouver une autre solution pour tous s’en sortir vivant.

T

15)
Ellipse
, le 15.11.2016 à 17:52
[modifier]

@lilou

Petite vidéo explicative :

http://www.dailymotion.com/video/xjyeja_reflexions-autour-du-systeme-electoral-juste_news

La Suisse applique essentiellement le scrutin proportionnel, mais il y a des subtilités (quorum, apparentement …), et le scrutin majoritaire.

Pour les votations suisses, c’est le scrutin majoritaire, mais les résultats sont, parfois, relativisés. Un vote remporté à 51%, n’a pas le même effet sur le parlement et les politiques qu’une victoire nette à 60% et plus, sans compter que lorsque le résultat n’est pas celui attendu, la mise en application prend plus ou moins du temps avec une interprétation plus ou moins large.

Après le type de système électoral retenu, évolue en fonction d’un grand nombre de facteurs (sondage, majorité parlementaire …).

Que le lecteur ne se méprenne pas, mon commentaire est neutre et explicatif.

17)
ZITOO
, le 15.11.2016 à 22:35
[modifier]

@PhB

Dans mon esprit, mon propos se voulait plus contemporain…1940.

“Les français sont des veaux.”

Dans son livre « De Gaulle, mon père « , Philippe de Gaulle indique que le général à prononcé ces mots en 1940 à Londres, après la signature de l’armistice entre la France de Pétain et l’Allemagne.
Le général aurait dit : « Ce sont des veaux. Ils sont bons pour le massacre. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. »

…Et le réveil fut effectivement difficile, mais ensuite le salut, puis l’espoir.

Les peuples se ressaisirent.
Les colonels grecs sont chassés, au Portugal idem, en Roumanie itou, le mur tombe, etc.
Et reviennent les « pas drôles », nous les connaissons bien, tous les jours présents dans les journaux à la rubrique politique étrangère et même nationale.

Alors, on fait quoi ?
Et bien on vote.
Le vote blanc n’étant pas reconnu, nous avons bien ce que nous méritons car nous choisissons, chez nous, en France, au suffrage universel.

Je ne vois pas d’autres méthodes, sinon celle de 1789, ou celle plus soft : renverser la table à Bruxelles pour qu’enfin les technico-penseurs immobiles se réveillent en fédérant les volontés pour discuter avec Poutine & autre Trump de ce que nous voulons ou pas.

Alors, il y a encore un petit espoir.

18)
François Cuneo
, le 16.11.2016 à 07:46
[modifier]

drazam, oui, j’aimerais bien qu’Anne et Okazou reviennent…

Mais bon, j’ai déjà écrit ici qu’en ce qui me concerne, je ne parlerai plus trop de politique ici. J’en ai marre des polémiques, des commentaires incendiaires, de ceux tellement injurieux qu’il faut qu’on les efface, enfin… tout ce qu’on a vécu quand on parlait des précédentes élections.

Alors oui, c’est un cauchemar, et j’ai peur surtout pour l’environnement.

Et le pire, c’est que j’ai bien peur que ce type de cauchemar continue chez vous, ne serait-ce qu’au premier tour des primaires… Ça y est, Nicolas remonte… Et si ce n’est pas lui, ce sera son premier ministre, selon les derniers sondages de ce matin.

Je n’y crois pas…

19)
François Cuneo
, le 16.11.2016 à 07:48
[modifier]

TTE, je ne comprends pas qu’avec la haine que tu as des journalistes, tu ne sois pas l’instigateur d’un de ces sites de réinformation dont on a parlé hier soir, sur Forum.

Avec des gars comme Slobodan Despot, tu vas trouver ton bonheur!

20)
ToTheEnd
, le 16.11.2016 à 08:11
[modifier]

Je n’ai pas les capacités financières et intellectuelles d’endiguer les médias et son armée de journalistes prêts à tout pour payer les factures au nom du droit à l’information.

T

22)
M.G.
, le 16.11.2016 à 09:47
[modifier]

Mais bon, j’ai déjà écrit ici qu’en ce qui me concerne, je ne parlerai plus trop de politique ici. J’en ai marre des polémiques, des commentaires incendiaires, de ceux tellement injurieux qu’il faut qu’on les efface, enfin… tout ce qu’on a vécu quand on parlait des précédentes élections.

Tu as dû remarquer que je ne parle jamais de politique sur Cuk. Cela ne m’empêche pas d’avoir une opinion assez tranchée sur le sujet. ,Je préfère suivre la règle qui veut qu’entre amis deux sujets soient exclus des conversations : la Politique et la Religion.

23)
Tom25
, le 16.11.2016 à 11:56
[modifier]

la Politique et la Religion.

Le sexe peut également être un sujet sensible. On dit toujours qu’on se fâche avec ses amis pour une de ces 3 raisons : la politique, la religion ou le sexe.

Je ne crois pas que seuls ceux qui ont voté Trump soient à blâmer, tout comme il ne faudra pas seulement taper sur les prochains électeurs du FN en France. A ne pas écouter quelques revendications de plus en plus persistantes, on finit par prendre tout un lot de revendications. Ces partis font passés des idées malsaines que partagent une minorité en ralliant un plus grand nombre grâce à des sujets sur lesquels les autres partis refusent tout compromis.

Pour reprendre l’image du bateau, c’est autrement que je vois ça personnellement. Ceux en fond de cale qui font le trou se doutent sans doute (je ne les pense pas si cons) qu’ils seront plus mal une fois le bateau coulé. Seulement, ceux qui sont sur les ponts supérieurs seront au même niveau qu’eux, dans l’eau.

Une amie me disait que le succès des séries comme Walking Dead où le monde a sombré dans le chaos et où les survivants avaient tous la même chance de rester en vie, qu’ils aient été tout en haut de l’échelle social ou SDF, plaisent justement à cause (ou grâce) à ça, cette remise à plat.
Chacun espère un monde meilleur après ce déluge, mais je note que ces séries n’ont pas de fin, les héros continuent d’avancer dans un monde à l’agonie.

24)
Saluki
, le 16.11.2016 à 21:49
[modifier]

Bonsoir à tou(te)s.

Un des graaaands avantages de cuk est la retenue assez constante de chacun des contributeurs, sauf peut-être quand on évoque une certaine boîte de logiciels.
Quand on constate les dérapages des commentaires du « Monde », malgré les (ou à cause des ??) modérateurs, nous pouvons nous féliciter, nous congratuler.

Brindate !

Parmi les absents, outre Okazou et Anne, il manque le bruit de la « barre à mine » d’Alec6 et peut-être aussi le glou-glou de ses cubitainers…

Longue vie à CUK ! (Merci Patron)