Profitez des offres Memoirevive.ch!
aquama: de l’eau, du sel, un coup de machine magique pour fabriquer la solution, et c’est tout propre

Je sais que je prends un petit risque en écrivant cet article.

Mais il faut vous l’avouer, j’adore ce genre de tests, et au final, eh oui, je suis assez content de moi.

Je ne sais pas par contre si vous connaissez le site Qoqa.ch.

Il s’agit d’un site qui vend 1 article par jour, souvent assez ingénieux, pas toujours très utile, à prix cassé.

Ils vendaient par exemple il y a quelques semaines des Tesla à 50'000 francs, lundi, ils vendaient des Audi Q2 1.4 TSFI 21'000 francs au lieu de de 44'000 francs, mais parfois, les articles coûtent moins de 20 francs.

Ils ont un stock, une fois qu’il est fini, c’est fini, faut attendre le lendemain.

Il s’agit d’un site assez marrant dans sa présentation, dans son accroche quotidienne, qui n’a rien à voir avec un télé-achat quelconque.

Les utilisateurs peuvent laisser des commentaires que l’on peut consulter avant de craquer, Qoqa répond aux questions rapidement, c’est assez intéressant.

Or l’autre jour, je suis tombé sur une offre qui a fait exploser le nombre de commentaires puisque 561 lecteurs se sont exprimés, parfois avec violence, parfois avec méchanceté, souvent avec humour.

Il s’agissait de vendre un set Aquama Freedom, une solution toute simple pour nettoyer votre chez-vous.

Mais pas n’importe comment.

Écologiquement, et nom de dzou, bigrement efficacement.

Je vous laisse lire ici dans le très sérieux journal Le Temps, qui a déjà fait confiance à aquama dans les entreprises ou les instances publiques. Nous trouvons l’aéroport de Genève qui en consomme en masse, la commune de Renens, celle d’Ecublens et bien d’autres encore.

Les entreprises «référence»

Utiliser des produits entièrement biodégradables a un impact conséquent sur notre environnement.

Pensez, chaque année, ce sont des millions de tonnes de produits chimiques qui sont rejetés dans l’environnement.

Alors, même s’ils sont partiellement biodégradables, ils font des dégâts.

Et qui dit biodégradable à 99% dit biodégradable dans un laps de temps défini. Dans l’intervalle, l’impact direct sur la nature est important.

aquama, c’est quoi?

aquama est une entreprise qui a mis au point un procédé d’hydrolyse. Voici ce qu’en dit l’entreprise:  «L’hydrolyse est un procédé de décomposition de l’eau (H2O) en oxygène (O2) et hydrogène (H) via un courant électrique. La technologie aquama® est un procédé électrique d’activation chimique, produisant jusqu’à trois solutions totalement écologiques. Un désinfectant, aquama® Red, un détergent aquama® Blue, et une solution combinée aquama® Indigo© simplement obtenus avec de l’eau, du sel et de l’électricité, grâce à l’exploitation d’un procédé breveté.»

Pour moi, c’est tout simplement un peu magique.

Tellement que j’avais un tout petit peu de peine à croire à la chose proposée par Qoqa.,

Il faut savoir cependant que Qoqa, qui voulait tenter une mise sur le marché en partenariat avec aquama, avait bien fait les choses puisqu’ils avaient tout d’abord demandé à 14 testeurs choisis suite à un concours dans lequel les participants devaient raconter leur manière de nettoyer (7 en Suisse romande, 7 en Suisse alémanique) de tester le produit, pour voir s’ils n’allaient pas vendre du vent. Préalablement, les gens de Qoqa avaient eux-mêmes essayé le produit.

Tout ce processus a pris un an.

Sur le site, tous les utilisateurs étaient enthousiastes, et je leur ai fait confiance face à beaucoup de commentateurs soudain devenus d’éminents chimistes, qui nous parlaient d’arnaque ou de profiteurs. Ou face  à de vrais chimistes qui semblaient avoir tous les arguments du monde pour dénigrer le produit, qui, avouons-le, pourrait risquer, à terme, de leur faire du tort.

Quand on voit l’importance qu’a prise aquama à l’aéroport de Genève, on peut se dire que ses fournisseurs de produits nettoyants chimiques de l’époque ont perdu un sérieux marché.

Alors on ne sait jamais, dénigrer ce type de produits ne peut pas faire de mal à l’industrie chimique.

Bon.

Trêve de polémique.

En ce qui me concerne, ça fait des années que je nettoie ma cabine de douche à l’aide de divers produits, de type Ajax ShowerPower ou équivalents. On vaporise, on attend que ça agisse, et puis on rince.

Sauf que moi, j’ouvre la fenêtre, je vaporise, je pars en courant, pendant que ça agit, je reviens et je rince. Mais même en prenant ces précautions, je respire du produit qui me prend les poumons.

Je le sens, c’est fort, ça dérange et ça ne doit vraiment pas faire du bien.

Sans compter que je pollue les eaux en pratiquant de la sorte.

Donc je me suis dit que ce que proposait Qoqa ce jour-là, ça pouvait être LA solution, si ça fonctionnait bien sûr.

J’ai donc acheté un set aquama, que j’ai reçu quelques jours plus tard.

Et j’ai testé moi-même, moi qui suis assez maniaque question nettoyage et désinfection.

Je vais donc vous expliquer comment ça fonctionne.

C’est quoi, l’aquama Freedom?

La carafe sur son socle

L’aquama Freedom est une petite carafe s’emboîtant dans un socle relié au secteur qui produit, à base de trois types de sels et d’eau du robinet, trois solutions:

  • une solution désinfectante, dite aquama© RED;
  • une solution détergente, dite aquama@ BLUE;
  • une solution qui combine les deux, dite aquama© INDIGO.

Le sel livré dans le set que j’ai acheté est celui qui me permet de faire de l’aquama© INDIGO.

La carafe est constituée d’une anode et d’une cathode et d’une membrane en céramique en nid d’abeille en son fond. Lorsque vous mettez l’appareil en marche, l’eau est en quelque sorte électrifiée par une sorte de vague électrique qui augmente le ph de l’eau, et de l’électrolyse est créée.

Désolé pour le sol: c’est ma buanderie, et les photos ont été prises à 23 heures avec l’iPhone, avec peu de lumière.

Ici, le fond de la carafe, on voit bien la membrane en nid d’abeille, en céramique.

Le fond de la carafe: vous voyez l’anode et la cathode.

Le socle de l’appareil, avec au centre, la diode qui projette de la lumière bleue dans l’eau du plus bel effet quand l’appareil est en fonction.

La suite n’est pas compliquée.

Vous mettez 1 litre d’eau à température ambiante dans la machine,  vous ajoutez 2 grammes de sel fourni par aquama à l’aide d’une toute petite mesure elle aussi fournie (1/2 mesurette), vous n’oubliez pas de brasser à l’aide de la cuillère en plastique du set (on fait 8 petits tours de la carafe et elle est belle), vous appuyez sur le petit bouton, l’eau commence à bouger dans la carafe, des bulles partent du bas, et quelques minutes après (environ 3 minutes, cela dépend de la quantité et de la température de l’eau), vous avez votre solution propre à l’emploi que vous transférez dans un vaporisateur très efficace, bien plus en tout cas que ceux que l’on trouve sur le marché qui font mal à l’index lorsqu’il s’agit de nettoyer une cabine de douche ou une baignoire par exemple.

Cette solution est entièrement biodégradable, sent très légèrement la javel lorsqu’on la transvase dans le spray.

Pour votre information, si le processus démarre, c’est que la quantité de sel par rapport à l’eau, la température, tout est bon. Sinon, elle ne part pas.

Je vous rassure, elle est toujours partie chez moi, parce que je respecte les quantités.

Donc plus simple, c’est difficile!

L’avantage absolument génial du produit, c’est que vous pouvez le vaporiser sur n’importe quelle surface qui tient un minimum l’eau.

À la cuisine par exemple…

Avant, j’éloignais les légumes ou toute nourriture avant de faire mes nettoyages.

Maintenant, ce n’est plus un problème, je vaporise, je sais que ce n’est aucunement toxique. Je passe très près de nourriture sans la moindre inquiétude puisqu’il est même possible de désinfecter ses salades par exemple avec le produit (bon, faut tout de même rincer derrière), et pas mal d’utilisatrices disent désinfecter le biberon de leur enfant avec le produit réalisé.

Typiquement, j’ai un plan de travail: avant, lorsqu’il fallait étendre de la pâte ou faire une tresse dessus, il fallait bien nettoyer ledit plan avant, mais avec quoi?

De l’eau, ça ne suffisait pas, et si j’utilisais du produit ou de ces lingettes imprégnées, je me disais qu’il restait quelque chose de toxique derrière, à moins de passer des plombes à rincer.

Là, je vaporise, je passe un coup de papier essuie-tout (Sopalin chez vous, en France, papier ménage chez nous, en Suisse) juste pour sécher, ou alors un coup de patte microfibre, et je peux immédiatement suivre derrière avec ma pâte à pain, la rouler, la taper sur mon plan de travail, sans le moindre souci de toxicité.

Pour moi, ça change la vie.

Donc, je me fais du bien (ou plutôt, je ne me fais pas de mal), et je ne fais rien de mal non plus à la nature, puisque le produit est entièrement biodégradable.

Bon, et ça marche, en plus, ou bien?

Alors?

Ça fonctionne au moins?

Effet Placebo ou réelle solution efficace?

Vous me connaissez, j’aime tester, mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que je n’aime pas me faire avoir.

Pour votre information, et pour l’anecdote, j’ai acheté un jour, il y a bien des années, un savon magique, au Comptoir Suisse, qui s’est avéré être une vraie arnaque. C’est le vendeur qui avait une chemise spéciale qui ne retenait pas les taches, je l’ai compris quand j’ai vu que tous les camelots qui vendaient ledit produit avaient exactement la même chemise. Eh bien j’y suis retourné chaque année pour leur dire devant tout le monde que leur produit était une arnaque, que je les autorisais à faire des tests sur mes propres habits devant tout le monde pour me prouver le contraire, ce qu’il n’a évidemment jamais accepté de faire. Et là, j’expliquais à tout le public (souvent 20 ou 30 personnes) que c’était un subterfuge. Du coup tout le monde partait, ce qui faisait un manque à gagner au gars d’au moins 300 francs, puisque lorsque je n’étais pas là, tout le monde se laissait avoir.

Eh oui, je suis teigneux, parfois. Chaque année, j’ai fait le même coup, et même plusieurs fois par jour.

Finalement, ce savon ne se vend plus. J’ose espérer que j’y suis pour quelque chose.

Alors si aquama ne fonctionnait pas, je me ferais un plaisir de ne pas y aller de main morte pour vous avertir.

Eh bien, c’est tout le contraire.

Je suis éberlué par l’efficacité de ce produit.

J’ai bien évidemment commencé par faire le test de la vaporisation du produit sur une goutte d’huile elle-même sur une plaque vitrocéramique. Vous vaporisez, et vous voyez la graisse se décomposer. Ah, elle ne fait pas la maline, l’huile, et d’un petit coup de patte, plus une trace.

D’ailleurs, moi qui suis très maniaque sur l’état de ma plaque vitrocéramique, comme beaucoup d’hommes, il paraît (on doit parfois avoir quelques petits soucis dans notre tête) j’ai essayé pas mal de produits. Eh bien pour dégraisser et ne pas laisser de traces, la solution INDIGO est juste la meilleure. Même avec les lumières dessus, vous n’avez pas de traces après nettoyage, c’est dingue. Pour la graisse brûlée, je ne sais pas, j’ai une Induction qui ne crame jamais rien sur la plaque. Trop top les Inductions!

Allez, vite fait, 3 photos d’une petite expérience que j’ai faite sur mon plan de cuisson.

Une belle tache d’huile d’olive, correspondant à deux cuillères à café de produit

Un ou deux pschit et la tache commence immédiatement à être rongée.

Trente secondes après, plus une seule trace sur la vitrocéramique, en lumière rasante. C’est magique, et totalement nouveau chez moi. Simplement dû au fait que le produit ne laisse aucun film après qu’on l’a essuyé.

À la cuisine, plans de travail, tables à manger, interrupteurs (bon, là je ne gicle pas directement sur l’interrupteur, mais sur la patte, on ne gicle pas des produits liquides sur de l’électricité) et mêmes murs, tout y passe.

La hotte d’aspiration, vaporisée, est impeccable en quelques secondes.

Et puis ce mercredi et ce jeudi, j'ai fait d'autres tests: j'ai confectionné des plaques de tuiles aux amandes. De temps en temps, ça coule à côté du papier sulfurisé. Si je laisse ces coulures, à la cuisson suivantes (j'ai fait 8 plaques), tout serait cramé, et difficile à nettoyer. Là, entre chaque plaque, quelques petits pschits  sur la plaque, un coup de brosse, la voilà totalement propre et dégraissée (et je peux vous dire que c'est gras, les tuiles).

Du coup, le soir, j'ai fait les gros ustensiles de vaisselle (type cocotte en fonte ayant contenu de la bolonaise, saladiers avec toute la sauce au fond et j'en passe. Je n'ai pas utilisé de produit spécifique à vaisselle, mais j'ai pschité aquama. J'ai ensuite nettoyé avec une brosse de cuisine comme je le fais normalement, et mes ustensiles ont terminé tout aussi propres qu'avec du produit vaisselle, sans polluer le moins du monde.

À la salle de bain aussi, la douche, le lavabo, les toilettes, tout est vaporisé et c’est tellement vite impeccable!

Mme K, le premier week-end, s’est même demandé si je n’allais pas craquer lorsque je n’aurais plus rien à nettoyer.

Bon, à la salle de bains, j’utilise le spray et une patte microfibre particulière pour la douche et les lavabos, et du papier ménage pour les toilettes. Même si la solution est désinfectante. On ne va pas tout de même pas utiliser la même patte pour la cuvette des w.c. et le reste, ou bien? Non, mais…

Le miroir de salle de bains (comme les autres miroirs d’ailleurs) est juste impeccable après un coup de vaporisation et un coupon ou deux de papier ménage (que je recycle ensuite).

Mieux, l’écran d’un iPad ou d’un iPhone est nettoyé bien plus efficacement qu’avec un bon produit de nettoyage pour les vitres. Un petit coup de vaporisateur, on essuie avec le papier ménage (toujours lui, toujours recyclé), et c’est parfaitement propre, sans la moindre trace.

Le secret de ses non-traces sur ce type de matériel (iPad, iPhone, Induction)? Toujours le fait que les solutions aquama ne laissent pas de film gras sur les produits nettoyés ce que font beaucoup d’autres produits.

J’ai également fait des essais du produit détergent sur les jantes alu de ma voiture: très efficace, étonnant, vraiment.

Bref, je suis totalement convaincu par les capacités détergentes du produit, et complètement rassuré par celles désinfectantes, puisque je fais entièrement confiance aux certifications suisses et européennes passées sans problème par aquama (CH 1650, EN 13697, EN 1276).

Le produit INDIGO est bigrement efficace, oui.

Et pendant combien de temps?

Ah, très bonne question! Les solutions aquama fabriquées chez vous sont efficaces 7 jours.

Mais que faire alors au bout d’une semaine s’il nous reste du liquide?

Eh bien c’est tout simple, on repasse la solution dans la machine, et paf, elle est repartie pour 7 jours.

Et contre le calcaire?

Ah ben non… contre le calcaire, aquama ne peut rien faire.

Alors que faire, si vous êtes touchés par cette plaie pour nos sanitaires?

Solution toute simple, un peu de vinaigre de nettoyage que l’on trouve dans toutes les grandes surfaces, dans un deuxième vaporisateur (1/3 de vinaigre, 2/3 d’eau), et elle est belle! On reste biodégradable, bon, ça pue le vinaigre quelques instants, mais aucun danger pour votre santé, et l’efficacité est excellente.

On vaporise rapidement un coup d’aquama derrière, et elle est belle.

Et combien ça coûte, tout ça?

D’après les calculs d’aquama, un litre de solution revient à 39 centimes.

Mais attention, sans compter le prix de la machine qui se monte tout de même à 299 francs avec du sel, une patte microfibre, le manuel, la mesure et la cuillère verte en plastique pour mélanger. Je l’ai payée quant à moi 100 francs moins cher en passant par Qoqa.

Lorsque je vois le prix des produits de nettoyage, je me dis que de toute façon, la machine est tout de même assez vite rentabilisée.

Donc ces 39 centimes le litre, c’est en fait le coût du sel.

Si je fais mon calcul, 39 centimes le gramme de sel, cela nous porte les 100 grammes à 39 francs. En fait, un coffret de nettoyage coûte 59 francs pour 300 grammes de sel.

En conclusion

Je suis, vous l’avez compris, immensément satisfait de mon système aquama.

Il est efficace, absolument non polluant et non toxique.

Il me fait gagner un temps précieux ne serait-ce que parce qu’il me permet de nettoyer des surfaces en ne déplaçant pas ce qu’il y a autour, même si c’est de l’alimentaire: il n’y a aucun risque à sprayer aquama sur de la nourriture.

Il évite des quantités de produits de nettoyage à la maison. Il ne me reste plus désormais que du produit vaisselle, du vinaigre de nettoyage que j’utilise toutes les deux ou trois semaines dans les douches et lavabos (j’ai de l’eau adoucie), et pour tout le reste, aquama.

Mieux, avec ce système, j’évite des emballages multiples à jeter bien trop souvent avec les autres produits.

Un investissement au départ certes, mais ensuite, plus de produits à acheter en dehors du sel qui prend très peu de place. Pensez, 100 petits grammes de sel représentent 50 litres de produit. Avec 100 grammes, vous en avez pour un moment (j’ai, en deux semaines, utilisé 3 litres, et pourtant, qu’est-ce que je l’utilise!).

Donc convaincu oui, je suis, et je ne peux que vous conseiller ce système.

Le seul problème que j’ai rencontré avec aquama, c’est que leur site ne répond pas tout à fait à toutes les questions que je me posais au niveau pratique. Raison pour laquelle j’ai rencontré le patron et cofondateur de l’entreprise, Willy Lionel Pomathios et lui ai demandé de m’apporter quelques compléments à ce que j’avais lu sur leurs produits.

Un certain nombre de renseignements que j’ai obtenus ont été directement intégrés à l’article ci-dessus, mais vous trouverez d’autres réponses à vos questions dans ce qui suit.

 

Interview de Willy Lionel Pomathios, fondateur d’aquama

Monsieur Pomatios

 

Monsieur Pomathios, pouvez-vous nous résumer l’historique d’aquama?

J’ai fondé aquama avec deux collaborateurs, désormais partis, il y a 13 ans suite à mes réflexions sur ce que j’allais laisser à mon fils. J’étais tombé un peu par hasard sur l’étiquette d’un produit de nettoyage que j’avais acheté. Sa composition m’a fait réfléchir, et j’ai compris que l’on allait dans le mur si l’on continuait comme cela. Parce qu’un produit donné pour 99% biodégradable l’est peut-être, mais au bout de combien de mois, d’années?

48 millions de tonnes de produit déversées dans nos rivières rien que pour le nettoyage, vous vous rendez compte?

aquama est la réponse que j’ai trouvée: un produit tout aussi efficace en matière de désinfection et de nettoyage, 100% biodégradable immédiatement.

Nous avons commencé par toucher l’industrie, parce qu’elle est garante d’une attention particulière dans le processus d’achat et la certification de la qualité. En ayant ces références, on peut toucher les privés. Mieux valait donc aller dans ce sens.

aquama veut révolutionner le nettoyage en supprimant la pollution silencieuse.

La Suisse est déjà en grande partie conscientisée, c’est pour cela que nous partons de chez nous, pour prospecter ensuite ailleurs.

aquama répond pour moi à un désir: ne plus être un consommateur, mais passer à la «consommaction»: mon achat va changer les choses durablement, et même permettre d’aller encore bien plus loin, à savoir faire de la «prosommation», c’est-à-dire «mon achat change les choses, mais je peux moi-même cette solution et je peux devenir distributeur tout en devenant consommateur».

Plusieurs de nos clients fabriquent leurs produits aquama, et la vendent aux sociétés qui travaillent avec eux: typiquement, Genève Airport vend ses produits à ses sociétés de nettoyage.

 

J’ai lu que Genève Airport utilisait 80% de solutions aquama, ces 20% restant, c’est quoi?

Typiquement, les produits décapants de sols (avant traitement des sols, une fois par année par exemple) et les produits anticalcaires ne sont pas produits par aquama.

 

Lorsque vous parlez de sels spécialisés, le rouge pour la solution désinfectante, la bleue pour la solution détergente, l’indigo pour une combinaison des deux, cela signifie-t-il que la rouge n’est pas du tout détergente et inversement, la bleue pas du tout désinfectante?

Actuellement oui, mais nous allons simplifier la chose en mettant de toute manière sur le marché des sels Indigo avec une spécialisation tirant soit vers la désinfection, soit vers le détergent, mais gardant de toute manière les deux propriétés. Ceci pour éviter que les gens se trompent, par exemple dans un cabinet médical. Quand le système sera bien compris, nous reviendrons à des produits vraiment spécifiques.

Votre sel Booster est-il particulier?

Oui, c’est un sel qui augmente le ph de l’eau, et qui donne un encore meilleur pouvoir détergent, toujours biodégradable. Le booster est un sel que l’on utilise à la place de l’Indigo par exemple, pas en plus de l’Indigo.

Cela dit, notre but est que l’utilisateur puisse pratiquer comme il le fait par exemple avec Nespreesso, il choisit sa solution comme il choisit son type de café.

Pour être franc, je ne vois pas comment vous allez pouvoir simplifier les choses!

Eh bien pourtant oui, c’est possible, en évitant tous les gestes dits «critiques» pour le bon fonctionnement (dosage, brassage, température), on y travaille, mais je ne peux pas vous en dire plus pour le moment. L’objectif, c’est que l’utilisateur n’ait plus rien à faire, pour éviter les erreurs.

La solution dure-t-elle vraiment 7 jours?

Non, elle pourrait durer plus longtemps, nous disons 7 jours pour avoir de la marge.

De toute manière, vous versez la solution «usée» dans la machine, et vous la recréez sans problème.

Peut-on mettre dans la machine de l’ancienne solution et la compléter par de l’eau et du sel, en respectant les proportions?

Bien sûr, aucun problème. De toute manière, si la machine détecte un problème, elle ne partira pas, ne vous inquiétez pas! Elle vérifie le taux de salinité.

À propos de vos sels parfumés: sont-ils également 100% biodégradables, et quel est leur principe?

Nos sels parfumés sont les mêmes, mais ils sont parfumés par des essences, en fait des distillats (surtout pas d’huile, qui perturberait le processus).

Une goutte parfume plusieurs kilos de sel.

Deux parfums sont disponibles pour l’instant, coton et romarin. Nous regardons avec des entreprises de la région spécialisées dans la distillation pour en créer d’autres.

Le sel parfumé n’est pas un ajout à un autre sel, c’est un sel que l’on utilise pour lui-même.

Pour les sols, comment peut-on faire? Il faut plusieurs litres pour remplir un seau!

D’abord, vous pouvez créer plusieurs litres de solution, en prenant juste garde d’attendre trois minutes entre les séances (NDLR la machine sonne quand elle est à nouveau prête pour repartir en «fabrication»).

Mais ce que je vous conseille, c’est de sprayer votre sol avec le produit, et de le sécher avec une microfibre que l’on fixe à un balai, plusieurs modèles dans le commerce sont prévus pour, par exemple un balai de Swiffer sur lequel on remplace la lingette par une microfibre.

L’avantage, c’est que la désinfection et le lavage sèchent très vite, et que l’efficacité est maximale.

Si vous avez une autolaveuse personnelle, vous pouvez fabriquer deux ou trois litres à l’avance, vous allez déjà faire un bon bout. De même pour une serpillière traditionnelle.

Et gros avantage de nos solutions: elles ne déposent pas sur le carrelage des traces de composés de pétrole, comme le font beaucoup les produits de nettoyage traditionnels, donc vous n’avez aucune trace après séchage. Notre système n’est pas «filmogène».

Pourquoi vos sels et pas un sel normal?

Il est clair que le sel standard est un sel d’adoucisseur normal, de Bex. Mais nous avons des solutions propres de type Booster ou Indigo par exemple, qui sont bien particuliers.

Alors oui, les gens pourraient mettre du sel «normal» dans leur machine, sauf que le sel normal, s’il est iodé ou fluoré va casser la membrane. Et ce type de pannes est parfaitement reconnaissable, et fait sauter la garantie.

De plus, le bénéfice que nous faisons sur le sel nous permet de continuer à développer nos solutions. Bien sûr, des gens iront chercher leur sel dans une grande surface, et cela fonctionnera très bien. Sauf qu’il ne faut pas se tromper de sel, et que ces gens ne profiteront pas des sels spécifiques.

Et contre le calcaire, toujours rien de prévu?

Non, il faut utiliser du vinaigre de nettoyage. Et comme je sais que vous n’aimez pas l’odeur de ce produit, un petit conseil: mettez un tiers de vinaigre de nettoyage et deux tiers d’eau dans votre bouilloire, faites chauffer. D’une part, ça nettoie votre bouilloire, et lorsque vous vaporisez le produit, comme il est chaud, il s’évapore beaucoup plus vite tout en restant aussi efficace.

En ce qui concerne vos certifications, vous avez le top?

Presque. Nous pourrions aller jusqu’à la désinfection des blocs opératoires et des instruments médicaux. Nous nous sommes arrêtés pour l’instant à la certification des cabinets médicaux, ce qui est déjà très élevé.

Les pattes microfibres sont-elles indispensables au bon fonctionnement?

Non, comme vous l’avez vu, vous pouvez travailler avec d’autres pattes microfibres, ou comme vous le faites, avec du papier ménage. À noter que nos pattes ne sont pas cher du tout (NDLR: je confirme!) et qu’elles sont d’excellente qualité, bordures doubles-fil ce qui fait qu’elles ne bougent pas après des centaines de lavage, et logo aquama brodé par exemple.

Pour nous, la qualité de ce type de produits augmente le plaisir et l’expérience vécue avec nos solutions.

Le conditionnement de vos sels est un peu particulier. On est obligés pour l’instant d’acheter des contenants (fort jolis d’ailleurs) en verre, avec un coffret en bois. Ne peut-on pas acheter des sachets de sel pour faire un remplissage?

Nous avons déjà des accords avec une société de vente en vrac: il sera possible d’aller chercher du sel chez eux… en vrac justement. Pour l’instant, vous pouvez passer chez nous pour faire du remplissage. Il ne faut surtout pas jeter les emballages, ils sont faits pour être remplis. Vous pouvez aussi nous les envoyer, nous les remplissons et vous les renvoyons.

Quant à nos contenants, nous allons encore les améliorer en notant plus clairement, dès février 2017, ce qu’ils contiennent comme sel. Pour l’instant c’est vrai, tout n’est pas encore clair.

Cette conversation s’est déroulée mardi 13 décembre en soirée, dans les locaux d’aquama, à Aubonne, Suisse.

 

S’en est suivi une conversation sur les projets d’aquama.

Mais de ça, je n’ai pas vraiment le droit de vous en parler. Soyez sûrs que je reviendrai sur leur réalisation dès qu’il sera possible de donner des informations sur ces futures solutions qui me semblent assez étonnantes, mais qui ne remettent pas en cause du tout l’utilisation du produit dont je vous ai parlé aujourd’hui.

Ce qui est sûr, c’est qu’aquama ne va pas s’arrêter là. Des idées concernant la lessive, les lave-vaisselle sont dans la tête de l’entreprise.

Le but final? Supprimer ces foutus détergents qui bousillent notre planète.

Il y a pire comme idéologie, non?

131 commentaires
1)
Lebarron
, le 16.12.2016 à 00:56
[modifier]

Cela ressemble à ce qu’utilise mon épouse, un mélange de bicarbonate vinaigre blanc et eau dans un vaporisateur.

2)
Dom' Python
, le 16.12.2016 à 07:43
[modifier]

J’avais hésité à craquer…
Du coup je regrette.
Message pour QoQa : après un article pareil, vous pourriez relancer une vente d’aquama, non?
Hein?
Allez…!
S’iiiiil vous plaîîît!

3)
Amely
, le 16.12.2016 à 07:56
[modifier]

Pour l’instant j’utilise du vinaigre de nettoyage et je rajoute du jus de citron dedans. Ça marche super bien dans mon village où l’eau est très calcaire. Même mon cher mari utilise ce mélange pour nettoyer les vitres de son tracteur.
Je suis justement pour ne plus utiliser de produits de nettoyage toxique chez moi, surtout quand on va avoir un bébé qui rampe parterre et qui va tout mettre à la bouche.
Donc ton système Aquama m’intéresse beaucoup!
J’ai l’application QoQa mais cette offre là je l’ai ratée.
Petite question sur les sols es-tu aussi satisfait du résultat ?

4)
Roger Baudet
, le 16.12.2016 à 08:40
[modifier]

Vinaigre blanc plus bicarbonate? Testé pour déboucher des w.c. (au pluriel). Excellent résultat et produit bon marché.
La machine proposée dans l’Humeur? Aucun avis, pas d’intérêt de ma part.
QuoQua? Site sympa, mais attention, le prix proposé n’est souvent pas le plus bas. Faire un tour sur la toile avant d’acheter.
Le ménage? François, j’ai un grand appartement qui ne demande qu’à être nettoyé.
Si ça te tente…

5)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 08:45
[modifier]

Amely, j’apprends ici une bonne nouvelle!:-) Félicitations à vous deux!

Sur les sols, utilisé comme expliqué dans l’article, c’est impeccable.

Lebarron: oui, mais sans l’odeur, et je crois savoir que c’est bien plus puissant encore en tant que désinfectant.

6)
fxc
, le 16.12.2016 à 09:10
[modifier]

Ah les suisses, chez eux on peut pas attraper de maladies, juste des médicaments… Coluche

8)
Thierry F
, le 16.12.2016 à 09:25
[modifier]

Je viens de lire l’article du journal le temps.
Cette petite machine permet de fabriquer une solution d’hypochlorite de sodium.
Sans cette machine les 25 kg coûtent 44€€.
Alors pour un usage domestique avec une utilisation régulière de petites doses pourquoi pas?

9)
Mirou
, le 16.12.2016 à 09:45
[modifier]

Ah c’est étonnant ce truc. Merci pour cette longue présentation !

Le commentaire de Thierry F répond partiellement à la question qui suit. Pardonnez-moi, je suis un bien piètre chimiste. Mais on là « un truc » qu’on mélange avec de l’eau.
Et ce truc avec l’eau, par hydrolyse, devient un autre « machin ».

Et on ne nous dit nulle part ce qu’est le « truc » (« sel », c’est vague. Quel sel ?), ni ce qu’est le « machin », si ce n’est que ce machin est biodégradable à 100%.
Il a beau être biodégradable, il dégrade en tous cas fort bien la graisse et apparemment les bactéries. C’est bien sur ce qu’on lui demande, mais ça veut bien dire que ce n’est pas juste de l’eau.

Je suis bien sûr favorable à ce genre de choses, mais cela me pose plusieurs questions:
– C’est quoi le « truc » (ie: composition du sel)
– C’est quoi le « machin ». (ie: composition du produit final)
– Il est biodégradable en combien de temps ? (parce que le déchet nucléaire aussi se dégrade, mais ça prend un certain temps).
– Combien de temps est garantie la machine (parce que s’il faut en changer tous les deux ans, autant acheter des bidons de produits en plastique recyclable ?).

Et j’ai de la peine à envisager qu’un truc désinfectant puisse être sprayé sans soucis sur une salade…

Et dernière question:
François, tu dors combien d’heures par nuit ? Comment tu fais pour faire le ménage, conduire des interviews, suivre Cuk et écrire des articles, lire tous ces bouquins de photos, faire des photos, courir autant (je te suis sur RK), tout en fabriquant des tuiles pour Noël ?

C’est en fait cette dernière question qui m’inquiète le plus..

10)
PhB
, le 16.12.2016 à 09:57
[modifier]

Une machine « propre » pour faire de l’eau de javel… François, tu aime les salades traitées à la Javel ?

Un pulverisateur, un compte goutte pour doser la javel, et basta… et un bon coups de pieds au derche aux charlatans avec leur charabia « eco-responsable »…

12)
jpg
, le 16.12.2016 à 10:23
[modifier]

Il serait intéressant de faire un test comparatif sur deux taches équivalentes
1. avec la solution aquama
2. avec de l’eau de javel à la même dilution

13)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 10:49
[modifier]

Et voilà, c’est parti avec les commentaires du type « ce sont des charlatans », comme sur Qoqa…

Etonnant comme des communes et des très grandes entreprises ont pu se faire avoir alors…

Et étonnant comme la chose est efficace quand on l’a essayée.

Parce que tu parles sans savoir PhB.

Ce que je commence à supporter avec peine, ce n’est pas que l’on ne soit pas d’accord avec ce que je dis (bien sûr!), c’est qu’on ne soit pas d’accord a priori, sans même essayer la chose.

Alors que moi j’ai testé longuement.

C’est exactement la même chose que ce qui se passe avec les MacBook Pro.

Avoir l’esprit critique, c’est bien, avoir l’esprit fermé à double tour, par principe, j’ai un peu de la peine.

15)
bernie14
, le 16.12.2016 à 10:55
[modifier]

Plus de Fr 300.- le kg de sel, c’est un peu abusé…

Cela se rapproche d’une démarche marketing bien faite !

Alors François, on attend le test comparatif avec une solution eau + eau de Javel. L’eau de Javel est un produit concentré désinfectant et nettoyant, qui une fois dilué revient à un prix minime.

Le chlore, c’est naturel, comme le soufre, le cuivre, l’or…et j’en passe. Cela ne veut pas dire inoffensif, donc prudence, prudence…(proverbe vaudois)

16)
Marc Sebanne
, le 16.12.2016 à 11:05
[modifier]

D’accord avec mirou et François! :-)

J’utilise déjà des nettoyants bio (et je m’en assure) mais cette solution m’intéresse au plus haut point!

17)
ftql
, le 16.12.2016 à 11:05
[modifier]

Personne ne dit que ce n’est pas efficace. Ce qu’on imagine c’est que ce n’est pas plus efficace que de l’eau de javel à la même (faible) concentration.
En quoi est-ce avoir l’esprit fermé?

Le fait que des communes et des grandes entreprises soient clientes ne prouve pas grand chose. D’une part elles peuvent prendre des décisions plus ou moins rationnelles, à fortiori sur ces sujets annexes qui ne sont pas le cœur de leur métier. D’autre part ça peut être intéressant pour eux d’un point de vue logistique vu les grandes quantités utilisées. Ça évite d’avoir à stocker d’immenses quantité de d’eau de javel diluée ou d’avoir à diluer de l’eau de javel concentré. C’est d’ailleurs bien pour ça que les propriétaires de piscines produisent leur propre eau de javel. Que ça fasse du sens pour une piscine ou une commune, ça ne veut pas dire que ça ait du sens pour un ménage.

18)
PhB
, le 16.12.2016 à 11:25
[modifier]

J’ai été « éduqué  » sur les charlatans longuement, cela a débuté par un bain complet dans l’eau de Lourdes (j’ai le certif..) et un exorcisme, depuis j’ai une raideur dans les genoux qui m’empêche toute génuflexion devant le charabia des « chapeaux pointus », même si il est très « soigné » et ripoliné a la sauce marcketing et « ressource humaine », c’est curieux, mais depuis la mode « eco-responsable » et les start-up, les génies des ressources humaines et du marketing se sont transmutés en « génie de la technologieet de la chimie », si c’est pas de l’alchimie, ça …
C’est ballot, mais une « bête » fiole de javel, du vinaigre blanc ( ça fait plus écolo que « acide acétique »), du savon, ou du bicarbonate, cela va se chercher chez son droguiste ( ou son officine ecolo ) n’a pas besoin d’être raccordé au réseau électrique, ni d’appli pour « device », c’est trop simple et forcement « sale »…

Allez François, encore un effort, et on va bien trouver une « formidable » eau de Ganz, avec le générateur « made in charlatan » pour nettoyer « ecolo » » ses écrans…

Idem, je ne dis pas que n’est pas efficace, mais faudrait arrêter de nous prendre pour des gogos.

Perso j’ai trois pulvérisateurs :
– Eau de javel diluée
– Vinaigre blanc + eau + savon ( ecolo le savon, pas la peine d’avoir colorant et agent moussant qui servent à rien).
– Un avec une solution au bicarbonate ( sinon il un produit de St Marc au bicarbonate qui diablement efficace, même bien dilué).

19)
lvme
, le 16.12.2016 à 12:19
[modifier]

Assez surprenant même si, comme beaucoup :
– je suis réticent à acheter (encore) une machine propriétaire supplémentaire
– j’aimerais en savoir un peu plus sur ce sel magique.
– j’utilise la chimie industrielle tant décriée pour, essentiellement, le linge et la vaisselle (nous sommes 5 à la maison). rien de prévu ?

En tout cas, je constate avec joie que je suis un ecocitoyen avant l’heure puisque cela fait depuis 2009 que je nettoie mes iPhone avec de la buée et un frottement énergique sur le jean que je porte !

20)
Lebarron
, le 16.12.2016 à 12:51
[modifier]

Le critère écologique peut être mentionné dans le cahier des charges d’un marché public, pour le choix d’une entreprise de nettoyage connaître les produits utilisés et la facilité pour le personnel à l’utiliser est un critère de choix.

21)
Alain Le Gallou
, le 16.12.2016 à 13:35
[modifier]

j’utilise la chimie industrielle tant décriée pour, essentiellement, le linge et la vaisselle (nous sommes 5 à la maison). rien de prévu ?

Pour le linge tu peux essayer copeaux-de-savon-de-marseille diluer dans l’eau très chaude, voir :
http://www.marius-fabre.com/fr/savon-de-marseille/78-copeaux-de-savon-de-marseille-750-g-dans-une-boite-3298652000241.html

– Faire dissoudre préalablement les copeaux (50g) dans 2 litres d’eau très chaude, dans une bouteille ou un ancien bidon de lessive liquide. Bien secouer.

– Verser la quantité d’un verre à moutarde (20 cl) dans le tiroir de la machine.

24)
Lemst00
, le 16.12.2016 à 15:09
[modifier]

Pour ma part, j’aimerai bien des articles/preuves/explications pour justifier les remarques du genre « ce produit n’est pas neutre/a un fort impact sur l’environnement » ou même en version opposée « ce produit est un miracle pour l’environnement », peu importe son auteur (dont François).

Moi aussi je peux balancer que ma voiture essence pollue moins qu’une électrique parce que j’en ai envie.
De vrais arguments, que diable. Sinon c’est du troll.

25)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 15:17
[modifier]

Ben… disons que du sel, je ne vois pas trop le côté polluant de la chose…

Le savon de Marseille par contre…

-sodium olivate (huile d’olive)
-sodium palmate (huile de palme)
-sodium cocoate (huile de coco)
-aqua (eau)
-sodium chloride (sel)
-sodium hydroxyde (soude caustique)

Ce n’est pas la cata, certes, mais ce n’est pas rien non plus.

26)
Lemst00
, le 16.12.2016 à 15:19
[modifier]

Tu veux me faire croire que ton sel « miracle » est juste du sel ? Si c’est le cas, je me range auprès des sceptiques.

Hem… Y a écrit quoi sur la composition chimique sur le paquet ?

28)
Iris
, le 16.12.2016 à 15:29
[modifier]

Merci pour cette intéressante alternative.

Un détail m’intrigue dans ton récit: tu dis que tu recycles ton papier-ménage. Peux-tu dire comment, sachant qu’il n’est pas à mettre au vieux papier?

29)
Tilékol
, le 16.12.2016 à 15:35
[modifier]

Bonjour à tous

Je profite de cette noble et docte assemblée pour poser une question chimico-tropicale :
J’habite à l’île de la Réunion, dans l’océan Indien (hémisphère Sud) et ici, il n’y a pas la moindre trace de roche calcaire.

Donc aucun problème lié aux traces de calcaire à nettoyer.

Mais, mais… les roches ne sont pas calcaires, mais basaltiques, transformation du magma du volcan qui a créé l’île.

Et qui dit basalte dit silice. Et donc, nous n’avons pas de traces de calcaire, mais des traces de silice. Sur le verre des pare-douche, par exemple, c’est abominable. Et ça tient à un point que vous ne pouvez pas imaginer. Même les pare-brises des voitures sont touchés.

Le PH est différent de celui du calcaire. Le jus de citron n’est d’aucun effet, pas plus que le vinaigre ni le bicarbonate ni le plus concentré des nettoyants chimiques. J’ai même essayé avec le gel de soude caustique des débouche-lavabos, sans succès.

Donc, si quelqu’un a une solution, qu’il n’hésite pas, je suis tout ouïe. Monsieur Aquama, vous n’auriez pas une machine et un sel qui puisse fonctionner ? Si c’est le cas, je viens en chercher une en Suisse s’il le faut !

30)
ToTheEnd
, le 16.12.2016 à 16:29
[modifier]

Ce que je commence à supporter avec peine, ce n’est pas que l’on ne soit pas d’accord avec ce que je dis (bien sûr!), c’est qu’on ne soit pas d’accord a priori, sans même essayer la chose.
Alors que moi j’ai testé longuement.
C’est exactement la même chose que ce qui se passe avec les MacBook Pro.

Bien essayé mais ce n’est pas la même chose. Ma taille de costume est 52, je n’ai donc pas besoin d’essayer un blazer taille 44 pour savoir qu’il ne me convient pas.

Pour le produit du jour, c’est intéressant et j’aimerais savoir ce que donne certains exemples donnés ici contre la solution testée. Je n’ai aucun doute sur le fait que tes essais étaient concluants.

T

31)
Amely
, le 16.12.2016 à 16:58
[modifier]

Si vous ne connaissez pas les produits pour le corps et les savons naturel de chez cocooning je vous recommande de jeter un œil sur leur site. Produits naturel non agressif pour la peau avec des huiles essentielles. Y a même une gamme pour les messieurs Avec le shampoing et le savon mousse à raser.

http://www.cocooning.ch

32)
PhB
, le 16.12.2016 à 16:58
[modifier]

Faudrait savoir…

Dans l’article du Temps.ch :

Extrait:
[Willy Pomathios, installé dans un café de l’Aéroport international de Genève, dépose une goutte d’huile d’olive sur son ordinateur portable. Puis, tel un démonstrateur sur un marché ambulant, il pulvérise la tache avec un liquide constitué uniquement d’eau et de sel. «Le produit est totalement naturel», explique-t-il, n’hésitant pas à en goûter un peu pour prouver ses dires. Les molécules se figent en quelques secondes. Un coup de chiffon et le gras est parti.]

MAIS, sur mode d’emploi en .pdf:
Extrait :
[3.1
Précautions usuelles
Utiliser uniquement sur une surface ou textile afin de nettoyer, désinfecter ou désodoriser. Ne pas utiliser dans un endroit trop confiné – Ventiler le local pendant l’utilisation. Ne pas sprayer dans les yeux – Rincer immédiatement à l’eau en cas de contact avec les yeux. Ne pas sprayer dans la bouche ou avaler – Demander l’avis d’un médecin en cas d’ingestion. Ne pas utiliser l’appareil vers une source de chaleur (feu) pendant l’utilisation. Laver les mains après utilisation – Certaines personnes pourraient avoir des sensibilités liés à la solution. Tenir en dehors de la portée des enfants et des animaux (aucun pictogramme de dangerosité). ]

Alors ?

33)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 18:56
[modifier]

Alors?

C’est comme certains produits, on est obligés de mettre une date de péremption, faut se couvrir. Sur la carafe, il est indiqué également « ne pas boire ».

J’imagine que l’idée est de se couvrir quoi qu’il a arrive.

Mais encore une fois, j’espère que M. Pomathios viendra ici demain.

34)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 18:59
[modifier]

Iris, je ne recycle pas le papier bien dégueux, mais celui qui a servi à sécher ma vitrocéramique, par exemple, après l’avoir nettoyée avec la microfibre et la solution (j’utilise le papier juste pour qu’il n’y ait absolument aucune trace), je le laisse sécher et je le mets au vieux papier.

35)
Scal
, le 16.12.2016 à 19:03
[modifier]

Super article. J’avais acheté le produit sur Qoqa car j’avais vu la démo sur une TV locale. ça a l’air top. Chez moi, il est encore dans le carton, mais je vais tester ce WE.

Merci François pour le partage. C’est ça que j’adore sur Cuk. De l’improbable mais du lourd, diablement bien traité :-)

36)
jpg
, le 16.12.2016 à 19:21
[modifier]

Le PH est différent de celui du calcaire.

Quel est le pH du calcaire ?

Le produit est totalement naturel

Il ne faut pas identifier naturel et inoffensif, il y a des produits naturels toxiques et des produits de synthèse inoffensifs.

37)
Jean-Yves
, le 16.12.2016 à 19:28
[modifier]

Rhâââ … Quelle galère, François ! Bashing ?
Un sujet offrant matière à réflexion, voire consensus sur des objectifs environnementaux, risque encore de nous fissurer gravement.
Pas tant par les avis émis, défendables, mais par leur ton péremptoire.
On se croirait dans une primaire franchissant le seuil du discutable.

Après lecture des pros et des antis, tous arguments confondus, j’attends d’autres avis, surgis d’ateliers encombrés …

38)
PhB
, le 16.12.2016 à 20:04
[modifier]

@JPG
Entièrement d’accord, j’enrage régulièrement contre ce slogan inepte = « du moment que c’est naturel c’est inoffensif ». Si on de a de réels problèmes environnementaux et que l’on s’intoxique avec nos m….., je n’oublie pas cependant que l’on a mis des milliers d’années à apprendre ne pas s’empoisonner avec des « produit naturels ».

C’est pas de mon cru! j’ai juste cité Mr Willy Pomathios.

Que les benêts ou les escrocs qui profèrent de telles inepties boivent une tisane de bouton d’or, se baignent dans des lacs volcaniques acides, etc… ;o)

En fait, indépendamment des qualités du produit (pourquoi pas ?), c’est cette réthorique qui me dérange le plus, et c’est vrai (Jean-Yves a raison) j’ai pas envie de prendre des gants avec les « bouches en cul de poule » qui usent de tels slogans.

40)
François Cuneo
, le 16.12.2016 à 21:56
[modifier]

Bien évidemment, mais de l’eau et du sel…

Cela dit, je plains personnellement ces gens qui ne peuvent croire en rien, qui commencent par dénigrer par défaut.

Encore une fois, l’esprit critique, c’est bien, mais il faudrait un minimum essayer avant.

Et si encore ces critiques n’étaient pas faites sur un ton tellement péremptoire!

41)
aquaman
, le 16.12.2016 à 22:01
[modifier]

Bonsoir à toutes et tous,

Je tiens d’abord à féliciter François, parce qu’il a beaucoup creuser le sujet, qui n’est pas nécessairement évident.

Effectivement aquama® à commencer sur la partie entreprise, avant de commencer sur le particulier. L’objectif pour nous est simple : réduire l’utilisation et l’emploi de chimie, qui est dévastatrice pour l’environnement.

Bien sûr, on peut faire sa mixture à la maison, acheter son vinaigre chez le voisin qui le fait dans sa cave et utiliser le bicarbonate (dont personne ne parle ici de la conception).

Bien sûr, on peut faire son café avec une bonne vieille machine italienne (ce que j’adore).

Mais il faut se rendre à l’évidence, aquama® est là pour démocratiser certains principes écologiques connus de longue date. L’électrolyse vient tout juste de passer le cap des 2 siècles d’invention. Mais la stabilité d’une électrolyse quant à elle n’a seulement que 6 ans.

Bien sûr, de l’eau du sel et de l’électricité, ça paraît trop facile. Et pourtant toute piscine moderne fonctionne grâce à ce principe.

L’article en tout cas est extrêmement bien fait. La simplicité dérange toujours.

Mes journées étant assez longues actuellement, je repasserai demain afin de répondre au interrogations. N’hésitez pas à chercher des articles sur aquama®, nombres de réponses (vidéos) ont été données/ postées par le passé.

PS : ceux qui prétendent que les Suisses sont crédules devraient un peu plus visiter notre beau pays. Parole de binational (Franco-suisse) ;-)

Excellente nuit.

Willy L.

42)
ggkrail
, le 17.12.2016 à 06:48
[modifier]

Loin de moi l’idée de remettre en cause l’efficacité du produit, et la qualité de l’article à nouveau très bon à mon sens, je tiens juste à revenir sur l’association eau sel produits naturels biodégradables donc inoffensifs.
À large échelle, le sel n’a pas un impact nul sur l’environnement. Pensez aux tonnes de sel répandues l’hiver sur nos routes et à l’impact de ce dernier sur la qualité des eaux et du sol, ce n’est de loin pas neutre.
Je ne dis pas que les produits chimiques sont meilleurs (on sait que les stations d’épuration laissent passer des molécules non neutres aussi et que les poissons et plantes du lac ingurgitent plein de micro-résidus de loin pas neutres), mais ce n’est pas pour rien que certaines communes remplacent le sel par des copeaux de bois et du sable.
Donc non, écologiquement, tout biodégradable qu’il soit, le sel n’est pas neutre sur l’environnement.

43)
jpg
, le 17.12.2016 à 08:28
[modifier]

Quelques remarques.

1. Un peu de précision serait utile. « sel » est un terme générique qui désigne un composé ionique. La composition chimique du sel est un élément important dans cette discussion. Le sel de cuisine est différent du sel de déneigement qui peut contenir différents chlorures (de sodium, calcium, magnésium).

2.

réduire l’utilisation et l’emploi de chimie, qui est dévastatrice pour l’environnement.

Il faut instruire le procès de la chimie à charge et à décharge. Il ne faut pas identifier chimie et pollution. Combien de vies ont été sauvées par les sels de déneigement (qui polluent l’environnement), par les médicaments (qui ont aussi des effets collatéraux négatifs) ? A une plus grande échelle, combien de vies ont été sauvées par le DDT (qui pollue l’environnement) ?
(voir http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2271)

3.

Mais la stabilité d’une electrolyse, quant-à elle n’a seulement que 6 ans.

Je ne comprends pas. L’électrolyse de l’eau donne de l’oxygène et de l’hydrogène et le mélange est stable indéfiniment (un peu moins si on fume pendant l’expérience).

44)
aquaman
, le 17.12.2016 à 09:52
[modifier]

Bonjour jpg,

Quand nous parlons de sel, nous parlons de NaCl pur. Pas de quoi que ce soit dedans.

Oui la chimie telle que nous la faisons aujourd’hui est dévastatrice. Ce n’est pas les usines de Toulouse, Shenzhen, BASF dans la Ruhr, et du nord du Japon qui me feront croire l’inverse. Pire, ils sont tous près de rivières (forcement il faut refroidir) ce qui nous impact instantanément. Nous devons changer, mais aquama® n’y arrivera pas sans vous.

La stabilisation d’une solution électrolysée sans changement de son environnement propre a bien 6 ans (en termes d’invention). Avant nous étions capable de créer, une base et un acide par un processus de séparation moléculaire. Maintenant on ne sépare plus. Ce qui nous permet de faire une base, avec une charge électrique importante. Cette charge est utilisée dans le fait de figer les bactéries, et autres spores, etc. afin de pouvoir les oxyder plus facilement. On ne parle pas ici d’électrolyse pour faire de l’hydrogène.

Tout n’est pas dans Wikipédia :-)

@ggkrail c’est tout à fait juste. Quand nous aurons remplacé les 48 méga tonnes annuelles de chimie pure, je pense que le Rhône vers Marseille ne s’en trouvera que mieux… Sans parler de la logistique induite qui n’existera plus ;-)

@François Cuneo c’est vrai que je les comprends. Tout le monde ne peut bien sûr pas être d’accord avec aquama®. Cependant, si on se posait autant de questions quand on fait sa salle de bains avec un produit chimique, ça serait génial. :-)

45)
Marc Sebanne
, le 17.12.2016 à 09:53
[modifier]

La simplicité dérange toujours.

Ah non au contraire, à mon sens certains lecteurs ont relevés des points importants :-)

Et c’est ce qui fait la force de ce site! Il y aura toujours des personnes qui vont se « contenter » de ce qu’elles lisent et d’autres qui vont aller chercher un peu plus loin (certes, parfois très loin) ;-)

46)
colonel moutarde
, le 17.12.2016 à 10:44
[modifier]

En tout cas, que ça fonctionne ou pas (je n’ai pas testé et je ne testerai pas parce, ce système n’étant qu’un électrolyseur d’eau de javel, la solution miracle qui en sort est de l’eau de javel, substance certe très efficace mais pas innocente pour deux sous comme certains semblent le supposer), François est le roi des gadgets ;-)

48)
François Cuneo
, le 17.12.2016 à 12:19
[modifier]

Bon, alors je vais essayer d’expliquer ce que j’ai compris.

aquama fabrique une solution 1500 fois plus puissante que l’eau de Javel, à quantité (ou dilution, vous me corrigez aquaman?) équivalente.

Il s’agit du même principe que l’homéopathie en quelque sorte.

Alors on y croit ou pas, à l’homéopathie.

Moi a priori, pas trop, sauf lorsque je me fais mal et je prends de l’arnica, et purée si c’est plus efficace que tout.

Ou lorsque je commence une crève, je n’ai rien de mieux que de’OSCILLOCOCCINUM, je n’ai rien vu d’aussi efficace.

Pourtant, comme un grand couillon, j’ai refusé d’en prendre jusqu’il y a deux ans.

Parce que je n’y croyais pas.

En fait, le but n’est pas d’y croire, mais de ne pas dire non parce qu’on ne comprend pas.

49)
M.G.
, le 17.12.2016 à 12:25
[modifier]

Il s’agit du même principe que l’homéopathie en quelque sorte.

Aïe ! Là, on est repartis pour un tour. Tu veux « faire » les 100 commentaires ou bien ?

Je sais que je prends un petit risque en écrivant cet article.

Au moins, tu annonçais la couleur !

Aquama ? Je reviens quand j’aurai compris quelque chose au procédé ;-)

50)
Marc Sebanne
, le 17.12.2016 à 12:41
[modifier]

aquama fabrique une solution 1500 fois plus puissante que l’eau de Javel, à quantité (ou dilution, vous me corrigez aquaman?) équivalente.

C’est ce que j’ai aussi compris :-)

51)
Pierre A Cordier
, le 17.12.2016 à 12:59
[modifier]

Etant sensible à la protection de l’environnement, j’ai suivi avec intérêt la présentation de ce produit.

Je peux comprendre son utilité dans certains domaines bien précis ainsi que dans le cadre de certaines entreprises.

Quels seraient les arguments prépondérants pour convaincre les particuliers dont les nettoyages et autres tâches ménagères sont effectuées par une personne externe?

En prenant en compte que cette dernière utilise pour son activité des produits qui ont fait la preuve de leur efficacité et de leur impact réduit au minimum, tels que vinaigre blanc, bicarbonate de soude et savon noir, par exemple?

Et sachant que la désinfection totale et hebdomadaire est considérée comme superflue dans un milieu domestique?

Au vu de ce qui précède n’est-il pas plus indiqué à ceux qui utilisent encore des produits chimiques, bien plus néfastes pour l’environnement et la santé des personnes, de passer à des produits écologiquement responsables, comme cités ci-dessus, à la place de aquama qui nécessite un investissement de base assez conséquent par l’achat d’un appareil électrique qui plus est, des produits salés bien plus cher que du sel non iodé de grande surface, qui exige une préparation avant utilisation et qui procure une désinfection qui n’est pas nécessaire?

52)
ftql
, le 17.12.2016 à 13:18
[modifier]

Ce dont peu de personnes semblent convaincues c’est cette histoire d’eau de javel plus puissante que de l’eau de javel.

Plus un fait est extraordinaire, plus il a besoin d’être appuyé de fortes preuves ; car, ceux qui l’attestent pouvant ou tromper ou avoir été trompés, ces deux causes sont d’autant plus probables que la réalité du fait l’est moins en elle-même.

53)
Zallag
, le 17.12.2016 à 13:44
[modifier]

Quant à moi, je me suis simplement adressé à la Fédération romande des consommateurs, une association de consommateurs comme il y en a, et souvent plusieurs, dans chaque pays.
Ces associations s’entourent de personnes compétentes, de laboratoires, dans tous les domaines nécessaires pour connaître et savoir ce que vaut un produit, un aliment, une filière alimentaire, les affirmations sur la composition, sa provenance, ou encore sur une prestation de services.

Elles collaborent souvent entre elles pour la réalisation d’enquêtes ou de tests.

Ce sont ces personnes-là qui donneront toutes les informations utiles au consommateur que je suis.

Parce que je suis très intrigué par le produit dont parle François, notamment par le pouvoir de nettoyage qu’il exerce sur les huiles ou graisses.

54)
Noisequik
, le 17.12.2016 à 14:11
[modifier]

QoQa ? C’était sympa au début, avec des produits pour geeks. Maintenant, entre les tirages au sort, les produits dignes de Pierre Bellemare et les prix qui correspondent au mieux à ceux de toppreise, je dis bof et je passe mon tour.

56)
jpg
, le 17.12.2016 à 14:56
[modifier]

aquama fabrique une solution 1500 fois plus puissante que l’eau de Javel, à quantité (ou dilution, vous me corrigez aquaman?) équivalente.

N’est-ce pas dû à la mémoire de l’eau (de Javel) ?

57)
PhB
, le 17.12.2016 à 17:28
[modifier]

Là, François, je serais Aquaman (et si le procédé tient debout au niveau électrochimique ) avec ton argumentaire « homéopathique » j’aurais des envies de meurtre … Tu viens de foutre en l’air tout leur argumentaire scientifique.

J’ai un peu « percuté » §mais pas tout compris) sur leur procédé quand je me suis souvenu de ma période préparateur en pharmacie ou je bossait dans un labo (Aguettant) ayant basé la qualité de leur solutés sur la qualité de leur eau (distillée/osmose) et rien a voir avec l’homéopathie.

Le môssieu Aquama t’essplique que ce serait une maÏtrise du procédé électrolytique enfin stabilisé, et toi tu tu sort du chapeau… les chapeaux pointus, et donne des arguments aux « pisse-froids », ces affreux qui ne « croient en rien ».

Procédé similaire mais n’ayant pas réussi ce que – semble – Avoir réussi Aquaman soit obtenir 1L de liquide selon son choix pour un litre d’eau, au lieu de 1/2 litre de solution acide, et 1/2 de solution basique (bleu et rouge) pour 1L (et 3grs de sel).

CLEANEA Procédé similaire

Je serais intérressé par les explications complémentaires d’Aquaman et sans ironie de ma part. En clair j’échange absence de sarcasme et d’ironie contre explications sans langue de bois ni charabia DRH ou marketing, c’est clair, c’est « propre », carré.

Mais au moins le fil prend une tournure concrète = Procédé scientifiquement démontrable VS homéopathie.

C’est nouveau = la crasse, le gras, les bactéries sont sensibles à l’effet placebo… là on tient la révélation scientifique du sciècle « le gras pense » ( défense de rire).

Encore merçi pour ce moment, vraiment ;o)))

58)
cukaboudesoufle
, le 17.12.2016 à 17:38
[modifier]

Bonjour aquaman,

La stabilisation d’une solution électrolysée sans changement de son environnement propre a bien 6 ans (en termes d’invention). Avant nous étions capable de créer, une base et un acide par un processus de séparation moléculaire. Maintenant on ne sépare plus. Ce qui nous permet de faire une base, avec une charge électrique importante. Cette charge est utilisée dans le fait de figer les bactéries, et autres spores, etc. afin de pouvoir les oxyder plus facilement. On ne parle pas ici d’électrolyse pour faire de l’hydrogène.

Mes études de physique et chimie datant de plus de 6 ans, je suis preneur de précisions sur les mécanismes physico-chimiques de la stabilisation d’une « solution electrolysée » , non pas pour juger du produit mais pour ma culture scientifique.
Un simple lien vers un site Internet autre que Wikipedia peut convenir aussi :-)

59)
Diego
, le 17.12.2016 à 17:50
[modifier]

M’est d’avis qu’y a quand même une forte recrudescence de grands malades sur ce site …

J’ai failli l’acheter ce truc, j’avais lu l’article dans le Temps, et quand je l’ai vu ensuite sur Qoqa, j’étais à un doigt de clicker sur « dans le sac ! ». Mais voilà, j’ai une femme de ménage, à qui j’ai beau expliquer qu’un bouchon de détergeant dans un saut d’eau, ça le fait largement, mais qui continue de me consommer une demi-bouteille de machin chimique par coup de panosse (ça va les Français ? vous commencez à parler Suisse ?) … donc bon, je renonce à cette action là pour notre nature.

François, ne fait plus jamais d’article sur des rasoirs, on va t’expliquer que la barbe, c’est vachement bon pour la santé ;)

Non, sans déconner, garde la flamme !

60)
PhB
, le 17.12.2016 à 18:14
[modifier]

Sinon, question « pratique » à Aquaman et désolé pour le coté humour (croyants Vs septiques)

SI efficience bactéricide ( JavelxX1500) recommandé ou pas pour ceux qui on une fosse septique ?
Il peut avoir confusion, soit « inoffensif » = OK, soit un produit puissamment bactéricide = NON.

61)
jpg
, le 17.12.2016 à 18:21
[modifier]

Mirou, le responsable d’aquaèa répondra certainement demain à tes questions, légitimes, elles.

Idem pour toi, jpg.

Je repose donc sur ma question.
Y a-t-il eu un test comparatif sur deux taches équivalentes
1. avec la solution aquama
2. avec de l’eau de javel à la même dilution, même salinité

Puisqu’on compare avec l’homéopathie, ces tests comparatifs ont été faits par une équipe de scientifiques australiens et montrent que le traitement homéopathique n’est pas supérieur au traitement par placebo.
http://www.huffingtonpost.fr/2014/04/10/lhomeopathie-est-elle-efficace-une-etude-australienne-ne-trouv/
On peut le voir positivement et dire que les deux sont efficaces pour ceux qui croient.

62)
Zallag
, le 17.12.2016 à 18:30
[modifier]

Va falloir trouver une forme de modération pour les commentaires sur Cuk, en 2017 …

Si ça continue comme ces dernières semaines.

Je crains que certains commentateurs — relativement nouveaux, il me semble — ne soient trop habitués à des forums différents, en termes de respect des opinions des autres, que la majorité de ceux qu’on croise sur Cuk.

Alors prenez-vous en aux faits, aux appareils photo, aux ordinateurs, aux rasoirs, au nettoyage des sols, à l’homéopathie, à tout ce que vous voulez, mais pas à quelqu’un.

63)
leronel
, le 17.12.2016 à 19:14
[modifier]

Je suis comme beaucoup de monde. Si je ne peux pas savoir de quelle sel(s) on parle, je ne peux faire confiance à ce produit.
Or si c’est effectivement de l’hypochlorite de sodium. C’est de l’eau de Javel que l’on finit par solutionner non ?

64)
Marc Sebanne
, le 17.12.2016 à 20:44
[modifier]

Zallag, il me semble pas avoir vu d’attaques personnes, du moins rien à voir avec celles vécues il y a quelques semaines, ou bien? :-)

65)
François Cuneo
, le 17.12.2016 à 21:08
[modifier]

Je serais intérressé par les explications complémentaires d’Aquaman et sans ironie de ma part. En clair j’échange absence de sarcasme et d’ironie contre explications sans langue de bois ni charabia DRH ou marketing, c’est clair, c’est « propre », carré.

Mais au moins le fil prend une tournure concrète = Procédé scientifiquement démontrable VS homéopathie.

C’est nouveau = la crasse, le gras, les bactéries sont sensibles à l’effet placebo… là on tient la révélation scientifique du sciècle « le gras pense » ( défense de rire).

Encore merçi pour ce moment, vraiment ;o)))

Toi, tu as le don de m’énerver.

Nom d’une pipe, c’est juste incroyable.

Tu me prends pour une pive ou bien?

J’utilise ce produit toute la journée, un jour comme ce samedi où je prépare une fête e Noël où nous serons 22 chez nous.

Bordel, tu crois que si c’était un effet placebo, je ne l’aurais pas au final remarqué?

J’ai utilisé aquama toutes les 10 minutes (voire plus, j’ai passé ma journée à la cuisine) sur le plan de travail, dans le four, sur mes plaques, sur mes casseroles, et j’en suis en permanence baba.

Et toi, qui ne l’as même pas essayé, tu essaies de nous prouver que c’est une arnaque.

J’espère que les autres lecteurs comprendront ce que je veux dire.

En fait, tu veux que je te dise? Je m’en contrefous de savoir ce qui fait que cet aquama fonctionne tellement bien.

Il fonctionne, je sais que c’est du sel et rien d’autre (tu crois que ça passerait, une arnaque pareille, si ce n’était pas le cas, en Suisse, avec tous ces journaux qui ont écrit un article sur le procédé)?

Alors maintenant, tu viens chez moi, toi passes chez aquama, je n’en sais rien mais tu ESSAIES.

Après, mais seulement APRES, tu pourras venir donner un avis sur l’efficacité de la chose.

Non mais…

66)
mff
, le 17.12.2016 à 21:24
[modifier]

Je n’ai pas tout bien lu dans les recoins n’étant pas une adepte féroce du nettoyage ;)

Avec le vinaigre-le sel-Le savon noir et Le bicarbonate (acheté en France, car en Helvétie il est exagérément cher !) je fais pratiquement tout !Y compris lessive.

Parfois j’utilise la machine à vapeur

C’est curieux comme le commerce des produits ménagers et des médicaments savent développer des choses plus ou moins utiles et parfois en prime dangereuse:(

François, pourquoi ne ferais-tu pas de ta passion pour les tests de matériel ta profession ?

67)
M.G.
, le 17.12.2016 à 23:08
[modifier]

Un dégraissant instantané ne peut se concevoir que s’il contient de la soude caustique. Le pH du liquide doit être très élevé pour que cela fonctionne.

Je lis dans un cours de chimie que la soude est couramment obtenue par électrolyse d’une solution aqueuse de chlorure de sodium NaCl. N’est-ce pas le process décrit par Aquama ?

François, il serait intéressant de mesurer le pH du liquide fabriqué par la machine Aquama. S’il est supérieur à 13, c’est qu’il est vraiment caustique et ceci explique cela. Personnellement, je ne chercherais pas à en boire une gorgée !

En revanche, normal qu’un tel liquide ne permette pas de débarrasser les surfaces des dépôts de calcaire. Pour cet usage, il vaudra mieux utiliser de l’acide chlorhydrique dilué.

69)
Tom25
, le 17.12.2016 à 23:20
[modifier]

Je ne sais que penser de ce produit.
Mais François, il me semble que personne ne remette en cause l’efficacité du produit. Ce que j’ai compris moi, c’est que certaines personnes se demandent quel est le produit obtenu. (Edit : Marc Sebanne a posté pendant que j’écrivais.)
Et je n’ai pas vu d’attaque personnelle. Tout ce que j’ai lu c’est que François est friand de gadget. Ce n’est pas l’insulter lui (peut-être le produit dont il question ici).

Ce qui m’a également interrogé personnellement, c’est pourquoi les deux co-fondateurs ont quitté le navire ? Ils sont co-inventeurs du produit miracle et se cassent ? Il peut y avoir plein de bonnes raisons, mais ça a éveillé ma curiosité autant que toutes les questions chimiques soulevées.

70)
Marc Sebanne
, le 17.12.2016 à 23:30
[modifier]

Ce qui m’a également interrogé personnellement, c’est pourquoi les deux co-fondateurs ont quitté le navire ?

Selon le Registre du Commerce, Willy, qui a répondu ici, ne serait que le gérant (avec la signature, que les 2 associé-e-s – dont une au Panama (!!) – n’ont à priori plus, mais qui restent selon le RC les responsables de l’entreprise).

Mais, c’est aussi chelou que d’avoir une adresse officielle à une adresse de correspondance privée (C/o…) plutôt que le site à l’Ouriette: tordu quoi :-)

71)
cukaboudesoufle
, le 17.12.2016 à 23:46
[modifier]

J’ai utilisé aquama toutes les 10 minutes (voire plus, j’ai passé ma journée à la cuisine) sur le plan de travail, dans le four, sur mes plaques, sur mes casseroles, et j’en suis en permanence baba.

72)
guru
, le 18.12.2016 à 00:18
[modifier]

Lors d’un diner officiel, il y a bien longtemps à Bruxelles on présente le Negus à une brochette de scientifiques et d’hommes d’affaire:

On arrive à Ernest Solvay.

« Sa Majesté Haïlé Sélassié »
« Ah bon. Solvay c’est la soude! »

Ok c’est bon, je sors encore…

73)
PhB
, le 18.12.2016 à 06:12
[modifier]

François, c’est assez simple:
– Soit c’est un procédé « technique » (chimie, physique, etc)
et Aquama se doit de donner des explications autre que leur charabia, très flou et parfois contradictoire et qui laisse planer un gros doute

– Soit comme TOI tu le pense, cela relève de l’homépathie, on y crois ou pas, mais c’est un autre domaine, et là, j’ai comme un doute et le faux chaman à grelots peut ne pas être très loin :o)

Que tu crois à l’homeo et soit satisfait du produit, pas de problèmes.
Tu as surement acheté très cher un générateur de soude caustique et de javel, la foi et l’huile de coude fait le reste,

Et le prend pas comme une attaque perso, mais si je suis virulent, c’est que je n’apprécie pas du tout – au cas où ce soit une entourloupe pseudo-scientifique, du green-wahsing ordinaire comme il y en a beaucoup trop, c’est que ces gens jouent la corde écolo et sauver la planête, et là ce n’est pas le produit qui est toxique, mais ces gens qui discréditent a long terme cette cause en abusant de la crédulité et dans ton cas, de ton enthousiasme.

Il y a assez de fins psychologues sur CUK qui pourraient expliquer ce qui devrait être dirigé sur ces camelots du green-washing le soit (ou interprété) contre toi, ton enthousiasme ( je peut?) souvent sous la forme « ravi de la crèche » étant la flèche, et eux l’arc, on s’en prend à la flèche et non à l’archer, réflexe humain très ordinaire …

74)
ggkrail
, le 18.12.2016 à 08:58
[modifier]

Bonjour François,
Autant au mois d’octobre j’ai pris votre défense face à un commentateur vraiment irrespectueux de vous-même et de l’esprit du site, autant je ne comprends pas votre réaction (65) à l’égard de PhB.
J’ai relu tous ses commentaires, ok il parle de charlatanisme, mais il ne fait que demander des explications scientifiques en dehors de ça.
Vous lui demandez (très fort) d’essayer, soit. Mais autant il est difficile de critiquer la (le?) touchbar sans l’avoir essayé, autant comprendre un procédé scientifique n’est pas en lien avec essayer un produit.
J’utilise aussi l’homéopathie, avec mes enfants de surcroît, et je me fiche de comprendre son fonctionnement (personnellement je suis convaincu de l’effet placebo, mais ce n’est que mon avis), et dans le cas de ce produit (auqama), j’aimerais bien comprendre le procédé aussi.
Je trouve dommage qu’aquaman n’ait pas répondu plus avant à toutes le questions posées, et il me semble qu’il n’y avait aucune attaque personnelle à votre encontre.
Je terminerai ce commentaire plus long que je ne le désirais en souhaitant pour 2017 que ce site perdure, que les commentaires restent courtois et respectueux, et enfin que chacun, sur ce site et ailleurs, trouve son bonheur.
Belles Fêtes à toutes et tous
Jérôme

75)
Marc Sebanne
, le 18.12.2016 à 09:10
[modifier]

Je trouve les derniers commentaires très justes (73 et 74). Je suis cuk.ch depuis fort longtemps et je constate que depuis une dizaine d’articles, le maître des lieux devient susceptible si les commentaires ne vont pas en son sens (c.f. poste 65).

Non pas de là une critique ou un jugement de personne ni quoi que ce soit: je pense qu’à l’époque, les gens appréciaient cette « folie » et s’en contentaient. 15-20 ans après, la donne a changée: les gens ont besoin de savoir, comment, pourquoi, quels impacts cela aura, etc. Ils ont besoin de plus que « tiens j’ai acheté ça c’est joli et ça fonctionne chez moi! ».

J’ai trouvé on ne peut plus pertinent tous les points qui ont été relevés par les plus connaisseurs: cela m’a permis moi aussi de ne pas m’arrêter au simple fait que l’appareil et joli et qui fonctionne… Alors, MERCI à vous :-)

Force est d’admettre qu’il n’y a pas eu de réponse (et ce n’est pas le commentaire fait à 22h par Willy qui en aura apporté). Lorsqu’on gère une entreprise, on soigne sa communication, surtout sur les réseaux sociaux… :-)

76)
jpg
, le 18.12.2016 à 10:29
[modifier]

Le beurre et l’argent du beurre (et le sourire du patron, pardon de la fermière).

D’accord avec les commentaires 73-74-75.
Le côté positif de cet intéressant échange est qu’il existe un produit qui fonctionne bien (quoique M. Propre a l’air encore encore plus efficace avec le sourire).
Quant à savoir comment, et si on peut avoir la même efficacité avec des produits beaucoup moins coûteux, nous ne le saurons pas.

Ce qui m’a gêné, c’est la haine de la chimie et des produits chimiques par aquaman.
L’industrie chimique est une activité qui a de grands côtés positifs, qui nous apporte du bien-être mais aussi, comme toute activité, de la pollution. Je crois que le bilan global est très positif.
Les engrais et produits phytosanitaires ont permis d’éviter des famines (le mildiou a tué un million de personnes (surtout les pauvres) en Irlande au milieu du XIXe siècle). En tant que jardinier, j’utilise parcimonieusement des produits phytosanitaires. Si cela n’est plus possible, j’achèterai mes tomates (sans goût) et mes salades dans la supérette.

77)
François Cuneo
, le 18.12.2016 à 11:27
[modifier]

Susceptible?

Peut-être.

Je ne m’énerve pas contre ceux qui se posent des questions légitimes, mais contre ceux qui viennent et qui, dans leur premier commentaire du jour, parlent de charlatanisme, comme ça…

Cela dit, on va bientôt trouver ici que les OGM sont la solution, déjà qu’on met en avant le nucléaire, les produits phytosanitaires…

J’ai vu le résultat de ces derniers lorsque j’étais responsable de l’eau dans ma commune. Une vraie saloperie.

On a créé une zone d’interdiction (zone zu), paf, l’eau est redevenue consommable en trois ans, le taux de nitrates a baissé lentement, mais sûrement.

Je trouve étrange tout de même, avoir un jardin, et ne pas profiter pour éviter ce type de produits.

Vive le BIO!

Cela dit aquaman, c’est avec plaisir que je vous cède la parole pour répondre à certaines remarques, ce serait une bonne chose que les réponses viennent de vous, je ne suis qu’un utilisateur, moi.

78)
François Cuneo
, le 18.12.2016 à 11:31
[modifier]

Marc, il y a 15 ans, je peux te dire que ça bardait pas mal par ici, et on s’énervait parfois déjà.

On n’était pas des grands naïfs…

79)
dpesch
, le 18.12.2016 à 12:12
[modifier]

Je ne vais pas prendre parti dans ce débat car je ne suis pas un « sanitaro-hygiéniste » acharné, ni un chasseur de micro-organisme expérimenté. Ici, on nettoie les sols à l’eau du robinet à laquelle on ajoute très peu (un bouchon par seau) d’eau de javel (déjà diluée). Du vinaigre blanc dans les WC 1 fois par semaine, idem pour le nettoyage de la douche, des lavabos et des éviers en cuisine. Les parois en verre de la douche sont raclées à chaque utilisation pour éviter les traces de calcaires. Un coup de « Vaporetto » par mois sur les sols. Acide chlorhydrique quand les WC se bouchent, mais c’est rarissime. Le seul produit industriel que nous utilisons est du nettoyant à vitre. Ah ! j’oubliais les pastilles pour le lave-vaisselle (doivent pas être bonnes à manger celles-là !) et celles (Skip) pour le lave-linge. Qu’utilisez-vous pour ce genre de bécanes ???

Le seul truc qui me gène dans le débat, c’est l’absence de réponse d’Aquaman qui ressemble à un aveu… Mais les réponses vont peut-être venir.

80)
flabb17
, le 18.12.2016 à 12:40
[modifier]

http://www.regul.fr/le-principe-en-details.html

J’ai trouvé cela sur internet ! est-ce crédible ? Je laisse les éventuels chimistes de la place donner leur avis !

Mais c’est vrai que de mon coté, lien directe, naturel = bon pour la santé est à mon avis utilisé à tord et à travers !

Je serrai plus sur un argument « 1000 ans de recul » / « nouveauté sans idée des effets à long terme »

81)
aquaman
, le 18.12.2016 à 13:06
[modifier]

Bonjour à toutes et tous,

Impressionnant ce que de l’eau, du sel et de l’électricité peut faire couler comme encre :-)

@flabb17 et oui en fait c’est même 2 siècles pour être précis, sans compter que les égyptiens galvanisaient déjà le métal par ce principe. Donc rien de nouveau sous le soleil. aquama® n’a pas inventé l’eau, ni le sel ni l’électricité.

En revanche, nous permettons à toute personne souhaitant utiliser se type de procédé de le faire chez soit. C’est biensur garanti par des normes, Européennes, Suisses, et UK.

Nous travaillons avec 3 laboratoires, et sommes entouré de PhD qui sont bien plus compétents que moi même d’un point de vue technique.

J’ai lu dans les différents commentaires des articles sortis du chapeaux. C’est bien va veut dire que les gens cherchent, et commencent a se poser des questions.

Nous, nous développons des procédés qui permettent de couper la chaine logistique, répondre à une logique du 21eme siècle et réfléchir un peu plus en avant que ce que nous faisons actuellement.

@jpg je n’ai pas de haine envers la chimie. J’en utilise aussi chaque jour malheureusement, en revanche je cherche à m’en passer autant que nous tous.

Je félicite Francois, parce que ce n’est pas facile de venir avec une nouveauté. Il s’agissait, je crois de partager son expérience d’utilisateur, il y en a des dizaines sur notre page Facebook, et des milliers de personnes satisfaites d’aquama®.

Excellent Dimanche.

82)
basil.lebrun
, le 18.12.2016 à 13:34
[modifier]

Bonjour,

J’écris rarement un commentaire même si je lis cuk.ch depuis l’époque où François signait encore ses articles « cuk ».
Je n’ai pas souvenir avoir été déçu une fois par un avis donné par François, même si bien sûr je ne craque pas à chaque fois qu’il nous présente un nouveau produit.
Je suis intéressé par aquama mais suite à cette discussion en commentaires, je commence à avoir quelques doutes:
– je veux bien croire que ce produit est efficace, mais j’aurais aimé avoir plus d’explications techniques ; si ce n’est que de l’eau, du sel NaCL et de l’électricité, pourquoi y a-t-il 3 types de sel disponibles ?
– je ne demande pas qu’on nous dévoile les brevets, mais si aquama travaille avec 3 laboratoires et est entouré de PhD, ça ne devrait pas être difficile de nous donner quelques précisions scientifiques
– un point qui me gêne un peu, c’est que François défend nettement plus le produit aquama que Mr aquaman qui est censé être un des fondateurs/dirigeants de l’entreprise!
Cet article qui était parti pour être une super pub pour aquama est en train d’avoir l’effet inverse suite aux faiblesses de la communication de Mr aquaman, un comble !

Cordialement

Basil

85)
Migui
, le 18.12.2016 à 14:49
[modifier]

Etant moi-même PhD, qui plus est, en chimie, je vous avoue ne pas avoir compris grand-chose jusqu’ici!

J’essaye néanmoins de résumer: il y a trois solutions différentes (désinfectante, détergente et mixte) contenant un (ou plusieurs?) sel(s).

Je n’ai pas encore vu de réponse à la question simple qui suit: pour la solution détergente, l’électrolyse est-elle nécessaire pour avoir l’effet désiré?

Une autre question simple: que génère l’électrolyse en présence de ces sels? De l’hydrogène et de l’oxygène, comme dans le cas de l’électrolyse « classique » de l’eau? Ou bien du chlore, par exemple au cas où des ions chlorure (sel de cuisine?) seraient électrolysés?

Dans le dernier cas, une combinaison avec de la soude générerait de l’eau de Javel (NaOH + Cl2 -> NaOCl + NaCl + H2O), probablement en faible concentration.

Dans cette hypothèse, je propose le raisonnement suivant: tenant compte de cette (probablement faible) concentration, que coûterait 1 L d’eau de Javel diluée à partir de ce qui est vendu dans le commerce et ce qui nous est proposé ici? (je lis que 300 g de sel coûte 59 Francs, on est donc autour de 200 Francs le kilo de sel)

Enfin, si le sytème est breveté, cela veut simplement dire qu’un concurrent ne peut pas fabriquer le même appareil et puis le vendre, mais ça ne veut pas dire que le système doit rester secret! N’oublions pas que des produits chimiques sont générés, le consommateur doit pouvoir en être informé!

Dans ce sens-là, je pense qu’il est du devoir de cette firme de répondre clairement à ces interrogations, et cela devrait être d’autant plus facile que des PhD sont impliqués dans la fabrication de l’appareil!

86)
Consul
, le 18.12.2016 à 15:02
[modifier]

Bonjour,

Je commente tellement rarement que j’en ai oublié mon identifiant/mot de passe :-)

D’abord merci pour ce test complet et convaincant! Sur le principe je trouve très bien d’utiliser des produits avec un impact réduit sur l’environnement, surtout s’ils sont efficaces. Ca me donne envie d’essayer!

Ce que je déplore, c’est le manque de transparence d’Aquama et les explications scientifiques totalement fumeuses (j’ai lu une partie des réponses d’aquaman sur Qoqa).
Pour ceux qui s’intéressent au côté technique, ce système équivalent donne un peu plus d’informations:
http://www.system-h2o.fr/converss.php

C’est le même procédé que celui décrit dans le lien de flabb17.

Le système est intéressant car il produit une solution avec une concentration faible en acide hypochloreux et en soude qui présente peu de risques pour la santé (mais je n’en boirais tout de même pas!), mais qui est suffisant pour le nettoyage à la maison.

Par contre inutile d’acheter le sel proposer par Aquama, du sel pur fera parfaitement l’affaire. D’ailleurs en cas de panne, impossible pour eux de prouver que ce n’est pas leur sel qui a été utilisé.

Sinon dernier point: je pense qu’il y a une petite erreur dans l’article. A mon avis, la machine Freedom ne permet pas de produire du aquama RED et BLUE, mais uniquement du aquama INDIGO.
(Il ne peut pas y avoir différentes sortes de sel. Soit c’est du sel, soit c’est du sel avec quelque chose en plus.)

87)
Marc Sebanne
, le 18.12.2016 à 15:31
[modifier]

D’ailleurs en cas de panne, impossible pour eux de prouver que ce n’est pas leur sel qui a été utilisé.

Pas impossible: si ils mettent un composant « signature » qui n’est pas présent dans le sel standard du commerce, celui-ci ne sera pas présent à la détection en cas de panne et hop, pas de garantie :-)

Sinon, vous me bluffez les gars :-)

J’en conclus qu’aquama ne propose pas une nouveauté (c.f. message 81) mais une machine permettant de faire très simplement une mixture chimique (apparemment secrète) existante depuis des siècles, ou je me trompe? :-)

88)
jpg
, le 18.12.2016 à 15:52
[modifier]

Merci Consul. Les explications techniques de Converss sont plus convaincantes que celles, fumeuses, d’Aquaman. Encore que écrire Ph au lieu de pH ou H20 à la manière ancienne avec le 2 en exposant montre que le texte n’a pas été relu par un scientifique. Mais il y a progrès, enfin.

89)
Caplan
, le 18.12.2016 à 16:33
[modifier]

Et toi, qui ne l’as même pas essayé, tu essaies de nous prouver que c’est une arnaque.

J’espère que les autres lecteurs comprendront ce que je veux dire.

François, je crois qu’il est temps de laver cet affront!

90)
Renaud LAFFONT
, le 18.12.2016 à 16:38
[modifier]

flabb17: on a un tel système pour la piscine de mes parents depuis une trentaine d’année. Moi qui ne supporte pas trop le chlore, je trouve ça génial. Et l’eau est aussi propre qu’avec du chlore, pas de souci de peau ou autre depuis le temps qu’on a ce système.

91)
aquaman
, le 18.12.2016 à 17:15
[modifier]

re bonjour,

@renaud Laffont : tout à fait le même principe.

@migui: effectivement il y a un création d’hypochlorite de sodium environ 200ppm / ensuite notre intérêt est plutôt focalisé sur la charge électrique, ou nous arrivons entre 800 et 1100mV. De là cette concentration en électricité nous sert à figer l’activité bactérienne, et l’hypochlorite à oxyder la batterie, ou le spore.

Le sel employé est du sel (je le dis pour la 10eme fois je crois :-) NaCl donc. La boutique en ligne sera revue, afin de mieux répondre au interrogation en début d’année.

En ce qui concerne les marques énoncées, certains utilisent des procédés vieux de 30 ans, d’autres travaillent avec nous.

@basil.lebrun : Tant pis pour la pub alors :-P. Francois est venu nous voir en temps que client, nous ne le connaissions pas avant. Il a souhaité faire un article sur les solutions aquama® ce pourquoi nous l’en félicitons. Ce n’est jamais facile de prendre le contre-pied de tout le monde.

@dpesch : c’est vrai que la communication n’est pas notre fort :-)

http://www.lematin.ch/economie/ecologieIl-revolutionne-la-poutse/story/18875632
(presque tout est expliqué)

https://www.letemps.ch/economie/2014/05/05/eau-sel-nettoyer-aeroport-geneve
Pour les machines B2B à l’aéroport de Genève

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/neophiles/7538159-d-eau-de-sel-et-d-electricite-aquama-09-03-2016.html
Sur la RTS

https://aquama.ch/portfolio-items/aquama-falcon-r/ lancement de l’aquama Falcon R

https://www.youtube.com/channel/UCyE8qULmE3hcVHduLNe0cfg Le Lien de la chaine youtube / Tutoriels / Business Model / Technicité etc.

Pour le reste, nous allons laisser passer les fêtes (il n’y presque plus de Freedom®) ensuite nous reviendrons vers la communauté aquama® en début d’année pour lancer les formations.

C’est mieux de voir les gens en vrai. Et de poser les questions en vrai :-)

93)
Jean-Yves
, le 18.12.2016 à 17:52
[modifier]

Vu le nombre de notifications qui arrivaient, j’avais décoché le suivi des commentaires en souriant au quarante-septième.

Alors que la centaine est en approche, dans le flot le 62 risque de passer inaperçu. Il mérite pourtant d’être lu…

Sur d’autres sites, certains ont pour habitude de commenter jusqu’à lasser, luttant jusqu’à l’obsession pour avoir le dernier mot, en oubliant dans le combat l’existence des dictionnaires. (Je crains de me faire descendre, là : ()

Mais qui pense que ce qu’on nous propose ici est parole d’évangile ?
Ce site existerait-il encore si c’était le cas ?
Les nombreux contributeurs, actuels et In memoriam, ont plutôt montré une joyeuse variété de sujets, souvent enrichis par les commentaires.
Et ça fait un bail qu’on peut s’en régaler.
Pourvu que ça dure !

PS : Merci et bravo pour l’humour de certains posts…
(47, 53, 56, 59, 71, 72). Franchement, ça détend.

95)
Consul
, le 18.12.2016 à 18:19
[modifier]

effectivement il y a un création d’hypochlorite de sodium environ 200ppm / ensuite notre intérêt est plutôt focalisé sur la charge électrique, ou nous arrivons entre 800 et 1100mV. De là cette concentration en électricité nous sert à figer l’activité bactérienne, et l’hypochlorite à oxyder la batterie, ou le spore.

Cette phrase ne veut strictement rien dire…
Autant je suis convaincu que votre système fonctionne, autant je suis atterré par ce genre de réponses.
Je conçois bien que vous n’êtes pas scientifique, mais demandez un petit briefing à vos PhD pour ne plus dire de pareilles énormités.
Pour info, une charge électrique s’exprime en Coulombs et pas en Volts.

96)
aquaman
, le 18.12.2016 à 18:19
[modifier]

@dpesh : copier coller, dans votre navigateur ca fonctionne.. ;-)

@Francois : j’ai raté un truc dans le lien ? ou bien ? :-)

97)
aquaman
, le 18.12.2016 à 19:12
[modifier]

@consul :

Pour atteindre un état de stabilité, les substances qui manquent d’électrons sont en quête continuelle d’électrons et vont les voler là où ils peuvent; ces substances sont appelées des agents oxydants. Au contraire, les substances qui ont un surplus d’électrons sont capables de faire don de leurs électrons supplémentaires; ces substances sont appelées agents réducteurs ou agents antioxydants (redox).

Le potentiel d’oxydo-réduction, ou potentiel rédox, est une mesure qui indique le degré auquel une substance peut oxyder ou réduire une autre substance. Le potentiel redox se mesure en millivolts (mV) en utilisant un rédox-mètre.

Une mesure de potentiel rédox positive indique qu’une substance est un agent oxydant. Plus la mesure est élevée, plus elle est oxydante. Une substance avec une mesure de potentiel redox de +400 mV est quatre fois plus oxydante qu’une substance avec une mesure de potentiel rédox de +100 mV.

Une mesure de potentiel rédox négative indique qu’une substance est un agent réducteur. Plus la mesure est basse, plus elle est antioxydante. Une substance avec une mesure de potentiel rédox de -400 mV est quatre fois plus antioxydante qu’une substance avec une mesure de potentiel rédox de -100 mV.

La plupart des types d’eau, y compris l’eau du robinet et l’eau embouteillée, sont des agents oxydants et la valeur de leur potentiel rédox est positive.

Toute personne travaillant dans le domaine de l’eau sait cela.

Donc nous avons un facteur redox (puisque vous voulez être précis) compris entre 800 et 1100mV.

Bref, aquama® fonctionne, et fonctionne même très bien. La solution aquama® blue a un potentiel redox négatif de -400mV la solution aquama® Red, positif (comme mentionné plus haut) ainsi que l’indigo©.

Mais vous l’aurez noté, le pouvoir d’échange est donc important, mais nous arrivons à garantir une stabilité notamment sur aquama® Red de plusieurs mois grâce notamment à un pH neutre. Et ce avec un seul réacteur, puisque nous ne rejetons pas de base, ni d’acide dans cette version. Donc, nous arrivons à augmenter le pH, développer le facteur redox, maintenir ainsi une bonne détergence, et pousser la désinfection.

Plus le potentiel redox est élevé, plus la solution est désinfectante. Plus il est bas, plus la solution est détergente.

J’espère que cela vous convient, en revanche on a perdu tout le monde :-)))

Je vous laisse, je dois me faire de la solution avec mon Freedom® pour nettoyer ma salle de bains :-))

98)
Consul
, le 18.12.2016 à 19:23
[modifier]

:-)
C’est pas bien de faire du copier-coller sans citer ses sources:
http://www.produitsaquasante.com/le-ph-et-le-potentiel-doxydo-réduction

Pour atteindre un état de stabilité, les substances qui manquent d’électrons sont en quête continuelle d’électrons et vont les voler là où ils peuvent; ces substances sont appelées des agents oxydants. Au contraire, les substances qui ont un surplus d’électrons sont capables de faire don de leurs électrons supplémentaires; ces substances sont appelées agents réducteurs ou agents antioxydants (redox).

Le potentiel d’oxydo-réduction, ou potentiel rédox, est une mesure qui indique le degré auquel une substance peut oxyder ou réduire une autre substance. Le potentiel redox se mesure en millivolts (mV) en utilisant un rédox-mètre.

Une mesure de potentiel rédox positive indique qu’une substance est un agent oxydant. Plus la mesure est élevée, plus elle est oxydante. Une substance avec une mesure de potentiel redox de +400 mV est quatre fois plus oxydante qu’une substance avec une mesure de potentiel rédox de +100 mV.

Une mesure de potentiel rédox négative indique qu’une substance est un agent réducteur. Plus la mesure est basse, plus elle est antioxydante. Une substance avec une mesure de potentiel rédox de -400 mV est quatre fois plus antioxydante qu’une substance avec une mesure de potentiel rédox de -100 mV.

La plupart des types d’eau, y compris l’eau du robinet et l’eau embouteillée, sont des agents oxydants et la valeur de leur potentiel rédox est positive.

Toute personne travaillant dans le domaine de l’eau sait cela.

Donc nous avons un facteur redox (puisque vous voulez être précis) compris entre 800 et 1100mV.

Bref, aquama® fonctionne, et fonctionne même très bien. La solution aquama® blue a un potentiel redox négatif de -400mV la solution aquama® Red, positif (comme mentionné plus haut) ainsi que l’indigo©.

Mais vous l’aurez noté, le pouvoir d’échange est donc important, mais nous arrivons à garantir une stabilité notamment sur aquama® Red de plusieurs mois grâce notamment à un pH neutre. Et ce avec un seul réacteur, puisque nous ne rejetons pas de base, ni d’acide dans cette version. Donc, nous arrivons à augmenter le pH, développer le facteur redox, maintenir ainsi une bonne détergence, et pousser la désinfection.

Plus le potentiel redox est élevé, plus la solution est désinfectante. Plus il est bas, plus la solution est détergente.

J’espère que cela vous convient, en revanche on a perdu tout le monde :-)))

Je vous laisse, je dois me faire de la solution avec mon Freedom® pour nettoyer ma salle de bains :-))

99)
PhB
, le 18.12.2016 à 19:23
[modifier]

@ Caplan, consul et Migui (merçi à eux) on lavé l’affront, je vais de ce pas mettre un savon au charlatan qui m’a vendu mon détecteur de charlatan, je l’ai dégainé trop vite ;o)

Me voilà confus, et néanmoins content d’avoir eu ENFIN des explications, re-merci à Migui & Consul, et heureux d’avoir appris que ce type de système fonctionne et soit efficace, car au fond je préfère nettement que des avancées de ce genre se concrétisent, que d’avoir le dernier mot, ce type de solution me semble préférable dans bien des cas à l’infect Grésyl.

101)
aquaman
, le 18.12.2016 à 20:06
[modifier]

@Consul:

pas tout le texte consul pas tout. Je suis déçu de votre manque de précision :-)

En tout cas, je vous souhaite à toutes et tous de belles fêtes de fin d’année, et remercie sincèrement francois Cueno, pour cet article sur la solution Freedom® aquama, qui grâce à l’équipe de QoQa a rencontré un très joli succès.

Nous sommes déjà à l’oeuvre pour de nouvelles aventure éconologiques pour 2017.

Excellente soirée à toutes et tous.

102)
Consul
, le 18.12.2016 à 20:36
[modifier]

@aquaman:
Oui, merci tout de même pour les explications.

Toute personne travaillant dans le domaine de l’eau sait cela.

En tout cas en matière scientifique, vous nous avez montré vos talents de rameur ;-)

Quoiqu’il en soit je vous souhaite de belles fêtes et beaucoup de succès avec votre produit.

103)
Tom25
, le 18.12.2016 à 20:46
[modifier]

Et le vin qui se transforme en eau, vous en êtes où ? Jésus l’a fait il y a plus de 2000 ans.

104)
Consul
, le 18.12.2016 à 21:11
[modifier]

Et le vin qui se transforme en eau, vous en êtes où ? Jésus l’a fait il y a plus de 2000 ans.

C’était plutôt de l’eau en vin, ce qui est tout de même plus intéressant :-)
D’autant que si le résultat de l’opération tourne au vinaigre, on peut l’utiliser contre le calcaire, ce qui en fait un parfait complément à aquama.

105)
Migui
, le 18.12.2016 à 21:34
[modifier]

Le sel employé est du sel (je le dis pour la 10eme fois je crois :-) NaCl donc. La boutique en ligne sera revue, afin de mieux répondre au interrogation en début d’année.

Donc, vous vendez du sel de cuisine (environ 50 centimes/kg?) à environ 200 Francs. Bravo!

Concernant vos 200 ppm, j’effectue un calcul rapide: cela fait une solution à 0,02%, ce qui veut dire qu’avec 1 L d’eau de Javel à 10% en hypochlorite de sodium, on fait…500 L de votre solution!

ensuite notre intérêt est plutôt focalisé sur la charge électrique, ou nous arrivons entre 800 et 1100mV. De là cette concentration en électricité nous sert à figer l’activité bactérienne, et l’hypochlorite à oxyder la batterie, ou le spore.

Ce genre d’explication est complètement foireuse: il n’y a pas de charge électrique dans une solution aqueuse au repos. Et si vous voulez parler du potentiel redox, cela veut simplement dire que le mélange est oxydant (en fait, avec 200 ppm, il est oxydant, mais très faiblement), exactement comme l’eau de Javel!

Et parler de « figer » l’activité bactérienne: soit une bactérie est vivante (donc, encore dangereuse), soit elle est morte et inactive!

Je me demande sincèrement dans quelles conditions vos clients ont effectué l’évaluation scientifique du système. Ne les oublions pas!

106)
Tom25
, le 18.12.2016 à 21:54
[modifier]

@Consul, ohlala oui. Et pourtant je n’avais abusé ni de vin ni de bière, mais d’eau peut être :-)

107)
Zallag
, le 18.12.2016 à 22:06
[modifier]

En bactériologie, on parle soit d’effet bactériostatique, soit bactéricide, point barre.
On trouve des infos bien vulgarisées sur Wikipedia sur ce sujet.
Figer ? C’est pas un terme scientifique utilisé en bactériologie, mais sans doute dans le discours d’un spécialiste de la gélatine …

108)
Saluki
, le 19.12.2016 à 00:08
[modifier]

Chers amis,
Pensez bien que c’est le dernier jour pour faire – à temps ! – votre foie gras de Noël.

109)
Argos
, le 19.12.2016 à 16:59
[modifier]

Après avoir lu toutes les interventions, je suis tout de même surpris par la promotion d’un produit équivalent, si j’ai bien compris, à du sel de cuisine et vendu au alentours de CHF 200 le kilo.

Il se trouve que récemment, une vieille amie de 78 ans me raconte qu’elle vient de commander un truc fabuleux pour la santé : six flacons de 98 cl. de jus de grenade pour 180 francs.
– Euh, que le lui fais, tu sais combien ça coûte chez moi un litre de pur jus de grenade ? deux francs. Je t’envoie la quantité que tu veux.

Donc, téléphone pour utiliser le délais de rétractation et décision de renvoi. Et là, étonnement. Au téléphone une dame explique que la commande est ferme et elle fait écouter, mais oui, l’enregistrement de la conversation. Elle rajoute qu’il s’agit d’un produit 100 % pur, écologique aux très nombreux effets bénéfiques pour la santé qui et a subi de nombreux tests tous laudatifs. D’où son prix tout à fait justifié. Mes souvenirs de juriste me remontent, j’explique qu’il s’agit d’abus de faiblesse, c’est tout. Le colis est bien sûr renvoyé, histoire terminée.

Alors, au fond, je me demande si la pratique pour envoyer du sel n’est pas la même que pour expédier de la grenade.

110)
Renaud LAFFONT
, le 19.12.2016 à 17:22
[modifier]

Je garde l’esprit ouvert sur ce genre de solution. Ce qui me fait tiquer c’est le prix du sel. 200 francs le kilo. OK le packaging est luxueux avec le bois et le verre. Mais tout de même.

111)
Marc Sebanne
, le 19.12.2016 à 18:16
[modifier]

OK le packaging est luxueux avec le bois et le verre. Mais tout de même.

Il y a aussi le design de la machine, voyons… :-)

112)
FromStart
, le 19.12.2016 à 20:10
[modifier]

Ce qui me fait tiquer, c’est surtout cette approche anti-chimie, soit-disant pro-écolo juste pour s’en mettre plein les fouilles. Le site regorge de phrases creuses, ou sans information pertinente, exactement dans la même veine que les réponses d’Aquaman ci-dessus… Alors que la machine ne fait rien d’autre que de produire de la javel et de la soude caustique par un processus électro-chimique….tant décrié. Ok le processus est réversible et on se retrouve à terme de nouveau avec une solution saline. Mais de là à laisser croire que le produit « activé » est inoffensif, cela est criminel. Combien de personnes ne se soucient pas d’oublier ces produits chimiques à portée de leurs bambins ou de les utiliser près de la nourriture car ils sont « naturels ».
NB: à ceux qui sont équipé d’une aquama, sachez que le sel adoucissant n’est ni iodé, ni fluoré.

114)
François Cuneo
, le 20.12.2016 à 18:33
[modifier]

Argos, si tu as bien lu l’article et l’interview, tu verras qu’aquaman nous explique que du sel pur trouvé dans le commerce fonctionnera très bien. La seule chose, c’est qu’il risque de faire sauter la garantie.

Personne ne force personne à acheter du sel à 200 francs le kilo.

Et oui, FromStart il a même parlé de sel adoucissant (mais c’est vrai que ça ne paraît pas dans ma retranscription de l’interview).

Dois-je signer « un pigeon »?

115)
Marc Sebanne
, le 20.12.2016 à 19:57
[modifier]

du sel pur trouvé dans le commerce fonctionnera très bien. La seule chose, c’est qu’il risque de faire sauter la garantie.

Il a été démontré qu’il est impossible après dissolution de le savoir, à moins d’y rajouter un colorant, identifiant ou toute autre chose. On parle donc bien de sel modifié dans ce cas :-)

Personne ne force personne à acheter du sel à 200 francs le kilo.

Du coup, si, un petit peu quand même.

116)
Vindicatifredo
, le 21.12.2016 à 09:04
[modifier]

Bonjour mesdames et messieurs
votre insistance a défendre ce produit me met le doute…
auriez-vous quelque intérêt a ce que cedit produit soit « blanc comme le sel a 200 francs le kilo qu’ il utilise »!!!
On peut mettre en doute ,ou pas ,le fait que ce produit soit »écolo «  »efficace »,mais défendre becs et ongles un produit marchand ,en invitant son responsable a expliqué en copier/coller des principes chimiques plutôt alambiqués pour justifier la vente de ses produits, votre site deviendrait il une sorte de télé-achat déguisé .
Vous êtes le boss,cela ne vous permet pas de dire tout et n’importe quoi.
Continuez à faire de l’excellent travail, votre site est super.
fred

117)
Sylvain-
, le 21.12.2016 à 17:20
[modifier]

Bonjour à tous,

Même si je lis Cuk.ch depuis très longtemps, je n’ai que très peu commenté et que très récemment. Ce qui ne m’empêche pas d’exprimé un commentaire je l’espère. A la vue de certains posts, on pourrait en douter… Bref.

Article intéressant dans le sens où le teste est complet, approfondi et enrichi d’une interview du responsable. Il sort de l’ordinaire si j’ose dire.

Les commentaires partent dans tous les sens, mais je les trouve fort intéressant. N’en déplaise à François ou à quelques « anciens », il n’y a pas d’attaques personnelles. Très peu de personnes mettent en doute l’efficacité du produit, mais plutôt sa composition et le discours plutôt obscur du responsable de la marque.

Je me permets de citer quelques morceaux de l’article ou des commentaires et d’y ajouter une note personnelle :

Un ou deux pschit et la tache commence immédiatement à être rongée.

Je ne suis certes pas Docteur en Philosophie de Chimie, mais j’ai peine à croire que du sel « normal » tout mélangé à de l’eau et tout électrifié qu’ils dissoudent à ce point une goutte d’huile. Les réponses d’Aquaman tendent à me faire penser que leur solution produit de l’eau de Javel. Ce qui expliquerait le phénomène.

Maintenant, ce n’est plus un problème, je vaporise, je sais que ce n’est aucunement toxique. Je passe très près de nourriture sans la moindre inquiétude puisqu’il est même possible de désinfecter ses salades par exemple avec le produit (bon, faut tout de même rincer derrière), et pas mal d’utilisatrices disent désinfecter le biberon de leur enfant avec le produit réalisé.

1. Je tenterais bien de laver ma laitue la prochaine fois avec du liquide vaisselle (bio bien évidemment). Je n’oublierai pas de bien la rincer avant. Je suis fou dîtes-vous ? Pourtant, tout le monde utilise ce produit pour nettoyer ses ustensiles de cuisine qui sont au contact de la nourriture, non ?…
2. Et en même temps, je bois parfois du Coca-Cola tout connaissant son grand pouvoir de décapage. Si votre plat ou votre casserole est difficile à récurer, versez dedans un peu de Coca, 1cm environ, et faites chauffer le récipient sur une plaque. Vous verrez que très rapidement, votre récipient sera soit nickel, soit très facile à récurer. Donc le Coca doit être un peu toxique, non ?…
…Pourquoi ces deux exemples ? Parce-qu’on peut dire tout et son contraire et pourtant avoir raison. J’exprime très mal ce que je souhaite démontrer et j’en suis désolé.

Étonnant comme des communes et des très grandes entreprises ont pu se faire avoir alors…

Pardon François, mais cet argument est purement risible. Sans se faire avoir le moins du monde, des communes et de très grandes entreprises peuvent très bien avoir sélectionnées ce produit pour leurs besoins, sans qu’il soit le plus efficace du tout. Le critère numéro 1 est souvent celui du moins-disant. Dans un autre monde, celui de l’informatique, on pourrait prendre l’exemple de toutes les applications pro. qui n’ont fonctionné pendant des années qu’avec IE6. Est-ce parce-que c’était le meilleur navigateur ? Absolument pas. Les raisons étaient tout autre.

Ce que je commence à supporter avec peine, ce n’est pas que l’on ne soit pas d’accord avec ce que je dis (bien sûr!), c’est qu’on ne soit pas d’accord a priori, sans même essayer la chose.

Donc, si je comprends bien, il faut absolument toutes nos expériences et obligatoirement testé absolument tout pour avoir un avis/commentaire ?

Pour ma part, j’aimerai bien des articles/preuves/explications pour justifier les remarques du genre « ce produit n’est pas neutre/a un fort impact sur l’environnement » ou même en version opposée « ce produit est un miracle pour l’environnement », peu importe son auteur (dont François)

Entièrement d’accord !

Cela dit oui, ce sont des sels naturels.

La source de ce « sel » est certainement naturelle, mais sont-ils purs, c’est-à-dire sans additifs ? Ça ne me choquerais pas outre mesure qu’Aquaman ajoute quelque chose.

Quand nous parlons de sel, nous parlons de NaCl pur. Pas de quoi que ce soit dedans. […] Alors oui, les gens pourraient mettre du sel «normal» dans leur machine, sauf que le sel normal, s’il est iodé ou fluoré va casser la membrane. Et ce type de pannes est parfaitement reconnaissable, et fait sauter la garantie.

Alors comment vous est-il possible de voir qu’une personne a utilisé autre chose que votre sel ? La réponse est qu’il y a obligatoirement un ajout quelconque.

Bon, alors je vais essayer d’expliquer ce que j’ai compris. aquama fabrique une solution 1500 fois plus puissante que l’eau de Javel, à quantité (ou dilution, vous me corrigez aquaman?) équivalente.

Un truc 1500 fois plus puissant que la Javel, jamais je ne l’utiliserais à proximité ou sur des aliments ou sur des récipients pour cuisiner !!!

Un dégraissant instantané ne peut se concevoir que s’il contient de la soude caustique. Le pH du liquide doit être très élevé pour que cela fonctionne. Je lis dans un cours de chimie que la soude est couramment obtenue par électrolyse d’une solution aqueuse de chlorure de sodium NaCl. N’est-ce pas le process décrit par Aquama ?

Bon résumé M.G. ! Il me semble bien que c’est ce process.

En résumé, ce qui chagrine bon nombre d’entre nous, ce n’est pas l’efficacité du produit/de la solution. Non, c’est plutôt l’absence de réponse claire quant à la composition de la solution. Encore une fois, ça ne me choquerais pas qu’Aquama ne vende pas du sel « normal », mais du sel « amélioré » par leurs soins. Ça me semblerait même assez logique. Toutefois, quand le dirigeant clame haut et fort « à mort l’industrie chimique » et « nous, c’est 100% biodégradable/100% naturel and co. », il vaut mieux qu’il soit carré dans ses explications et il vaut mieux être capable de décrire le contenu réel du produit. Malheureusement Aquama nous a dit « la communication n’est pas notre fort », ce qui s’est vu profondément. C’est dommage pour l’entreprise. Et c’est grossière erreur à notre époque où la communication est si importante. Pas nécessairement pour enrhumer les potentiels clients, mais pour au moins les informer correctement et répondre clairement à leurs questions légitimes.

119)
François Cuneo
, le 21.12.2016 à 22:21
[modifier]

On peut mettre en doute ,ou pas ,le fait que ce produit soit »écolo « »efficace »,mais défendre becs et ongles un produit marchand ,en invitant son responsable a expliqué en copier/coller des principes chimiques plutôt alambiqués pour justifier la vente de ses produits, votre site deviendrait il une sorte de télé-achat déguisé .
Vous êtes le boss,cela ne vous permet pas de dire tout et n’importe quoi.

Alors ça, c’est le bouquet, on ne me l’avait jamais fait.

Vous remettez mon honnêteté en doute si je comprends bien.

Après 15 ans…

Merci beaucoup.

120)
François Cuneo
, le 21.12.2016 à 22:22
[modifier]

Sylvain, je suis fatigué, vous m’excuserez, mais je n’ai plus envie de justifier quoi que ce soit.

Tout a été dit.

Si j’en rajoute, en plus, je suis un vendu.

121)
M.G.
, le 22.12.2016 à 07:54
[modifier]

Si votre plat ou votre casserole est difficile à récurer, versez dedans un peu de Coca, 1cm environ, et faites chauffer le récipient sur une plaque. Vous verrez que très rapidement, votre récipient sera soit nickel, soit très facile à récurer. Donc le Coca doit être un peu toxique, non ?…

Le Coca Cola est en effet le seul soda commercial qui contienne de l’acide phosphorique (E238 dans la nomenclature des additifs alimentaires), un excellent dégraissant qui transforme les graisses en lipophosphate. À conseiller après un repas très gras pour faciliter la digestion. J’en bois d’ailleurs toujours une canette après la dégustation du « Riz au poisson », plat vedette de la gastronomie sénégalaise, traditionnellement très gras.

Les femmes sénégalaises s’en servent pour nettoyer leurs bijoux en or. Une nuit dans un bol en plastique rempli de Coca Cola, il ne reste plus qu’à les rincer à l’eau claire pour qu’ils retrouvent tout leur éclat ;-)

122)
Marc Sebanne
, le 22.12.2016 à 07:55
[modifier]

auriez-vous quelque intérêt a ce que cedit produit soit « blanc comme le sel a 200 francs le kilo qu’ il utilise »!!!

Cette allusion n’est pas terrible effectivement: cela n’est pas le cas du tout. Si il faut reconnaître qu’il n’y a absolument pas eu d’attaques personnelles dans ces échanges, François est un homme qui adore partager, c’est tout.

Dans ce fil, j’ai adoré le passage d’un produit « fabuleux » à un produit vraiment pourri finalement :-)

Sans compter tout ce que j’ai appris en chimie! Alors, merci à vous, contributeurs! :-)

123)
M.G.
, le 22.12.2016 à 08:17
[modifier]

Allez, ça fait quoi de vaporiser ses légumes de javel? :-)

J’ai été élevé dans la hantise de la pollution des légumes et des salades par des germes divers (fécaux, en particulier). L’ajout de quelques gouttes de Permanganate de Potassium dans l’eau de lavage-rinçage des légumes était la règle familiale. La couleur violette intense du produit le rendait visuellement facile à doser.

Aujourd’hui, le « progrès » aidant, on ne trouve plus facilement du Permanganate de Potassium en pharmacie (pousser des boîtes est plus facile pour les officines commerciales). La règle ménagère est devenue : une cuillerée à café d’Eau de Javel du commerce à 6° ajoutée dans une bassine d’eau de la ville avant d’y faire tremper les légumes et la salade pour éliminer les germes éventuels. Aucun cas de gastroentérite autour de moi depuis des années, ni de choléra (!) en période d’épidémie avouée.

124)
Tom25
, le 22.12.2016 à 08:31
[modifier]

…Pourquoi ces deux exemples ? Parce-qu’on peut dire tout et son contraire et pourtant avoir raison. J’exprime très mal ce que je souhaite démontrer et j’en suis désolé.

Non, moi j’ai trouvé ça clair.

C’est vrai que François est tellement passionné par les nouvelles technologies, notamment celles pouvant « sauver le monde » qu’on pourrait croire qu’il a d’autres intérêts. Mais si je ne suis parfois pas d’accord avec toi François, je t’assure que je continue de penser que tu n’as pas d’intérêts financiers dans tes articles.

Dites, juste un truc, la vinification ce n’est pas de la chimie ? Si oui le prochain qui critique la chimie je le tape :-)

126)
M.G.
, le 22.12.2016 à 09:32
[modifier]

C’est vrai que François est tellement passionné par les nouvelles technologies, notamment celles pouvant « sauver le monde » qu’on pourrait croire qu’il a d’autres intérêts. Mais si je ne suis parfois pas d’accord avec toi François, je t’assure que je continue de penser que tu n’as pas d’intérêts financiers dans tes articles.

C’est joliment écrit et je souscris totalement !

127)
PhB
, le 22.12.2016 à 11:02
[modifier]

Comme Tom et MG, je n’ai aucuns doutes sur l’honnêteté de François, et j’irais même plus loin, il serait légitime qu’il en tire quelques bénéfices.

Parce que, quand même : il paye fort cher ses jouets, fait des articles léchés, se prend les sarcasmes des mal embouchés dans mon genre, etc.

Je ne lui ferais jamais ce mauvais procès.

128)
Zallag
, le 30.12.2016 à 11:06
[modifier]

J’ai voulu m’informer à une source indépendante, parce que je ne saisissais pas bien tant la (les) composition(s) des produits, leurs effets etc.

Comme le gras semble disparaître sous l’effet du produit, on peut imaginer qu’un liquide très basique se forme, à pH très haut (genre NaOH de forte molarité), ce qui pourrait peut-être saponifier les acides gras des lipides présents. Et le savon ainsi synthétisé serait alors éliminé par rinçage (milieu aqueux).

Pour moi, le fonctionnement chimique du produit est des plus nébuleux, ainsi que son côté, plutôt ses côtés vantés comme étant écologiques et biodégradables.

Je me suis adressé à la Fédération Romande des Consommateurs, je cite ci-dessous :

Bonjour,

Merci d’avoir fait appel à nous. Vous n’êtes pas le premier à vous interroger sur ce produit. Etant chimiste de formation, ma collègue a évalué pour vous le site de cette entreprise.

Elle peut déjà vous dire que le procédé utilisé n’a absolument rien de révolutionnaire. Electrolyser de l’eau salée revient en effet à fabriquer… de l’eau de Javel! L’eau de Javel est quant à elle un désinfectant notoire, mais pas un détergent. Par-dessus tout, son utilisation est fortement déconseillée pour des raisons écologiques…

Ils vendent aussi des sels dit « boosters », contenant un détergent et des parfums. Même si ces sels sont bien 100% biodégradables, un fois mélangés à l’eau et électrolysés, l’eau de javel créée rend ce produit non dégradable.

Pour conclure ce chapitre, je vous déconseille ce produit, comme je vous déconseille l’eau de Javel. Pour avoir une maison propre, il faut avant tout enlever régulièrement la saleté et le calcaire, qui sont des nids à bactéries.

Voici un document qui devrait vous éclairer sur les produits de nettoyage en général:

http://www.energie-environnement.ch/entretien-nettoyage/produits-de-nettoyage

Et si vous vous intéressez aux méthodes de nettoyage écologiques, je vous recommande l’écoute de l’émission On en parle consacrée à ce sujet:

http://www.rts.ch/la-1ere/programmes/on-en-parle/6684482-nettoyage-de-printemps-1-2-22-04-2015.html

Bien cordialement,

Lionel Cretegny
Responsable des tests comparatifs

021 331 00 96

LA FEDERATION ROMANDE DES CONSOMMATEURS

LE POUVOIR D’AGIR

Rue de Genève 17, case postale 6151,1002 Lausanne, Suisse

T. +41 (0)21 331 00 90 I http://www.frc.ch I Facebook I Twitter

129)
jpg
, le 30.12.2016 à 12:01
[modifier]

Voilà des informations très éclairantes, qui semblent scientifiquement bien fondées et indépendantes.
Bravo et merci, c’est ce type d’information que beaucoup attendaient.

130)
François Cuneo
, le 30.12.2016 à 12:34
[modifier]

Comme indiqué en commentaire dans le post du 26, suite à deux commentaires (celui de Zallag est recopié en commentaire 128) je réponds rapidement ici.

Comme vous, j’aimerais qu’aquaman soit un peu plus explicite scientifiquement pour que vous puissiez lever quelques doutes.

Je suis bien incapable de le faire moi-même.

Deux choses: je ne me fais pas trop de souci quant aux qualités du produit, puisqu’il a obtenu toutes les certifications nécessaires suisses et européennes, et que ce n’est pas simple.

En ce qui concerne le biodégradable à 100%, j’imagine mal un produit l’annoncer aussi fièrement partout et continuer à pouvoir le faire quelques années après!

Enfin, en ce qui concerne la réponse de la FRC, eh bien elle me déçoit.

Cela ne me poserait aucun problème si la collaboratrice de Lionel Cretegny était allé un peu plus loin que lire simplement le site d’aquama.

Je précise que oui, l’électrolyse de l’eau est très ancienne, aquama le dit haut et fort sur son site et lors des réponses sur Qoqa.

La collaboratrice n’a absolument rien testé, rien analysé, elle a juste lu, et je n’aimerais pas que ses conclusions soient prises comme « scientifiques » et surtout finales sur ce produit.

J’espère que la FRC va plus au fond des choses lorsqu’elle déconseille un produit dans son journal.

Enfin, en ce qui concerne l’eau de Javel, eh bien croyez-le ou non, j’en ai utilisé dans ma vie!😉

L’odeur est épouvantable, lorsque je nettoyais avec de l’eau avec un peu de ce produit, mes mains puaient pendant des heures.😤

Et si j’avais l’impression de bien désinfecter, je ne l’utilisais pas pour dégraisser.

Ici, rien à voir, de temps en temps, une légère effluve lorsque l’on vaporise, puis plus rien immédiatement.

Et pourtant, mon plan de travail est désinfecté (si j’en crois les certifications obtenues et les entreprises qui l’utilisent), et super bien dégraissé, en tout cas aussi bien qu’avec des produits habituels violents.

Voilà.

131)
topoman
, le 30.12.2016 à 21:44
[modifier]

Aujourd’hui, le « progrès » aidant, on ne trouve plus facilement du Permanganate de Potassium en pharmacie

En Russie, ce produit se trouve encore très facilement. Il y est utilisé entre autres pour se rincer la gorge quand on a un rhume. Ça n’a pas l’air de vraiment bien marcher pour soigner un rhume (sinon ça se saurait!), mais la couleur violette est en effet du plus bel effet.