Profitez des offres Memoirevive.ch!
Visite de Guédelon (2ème épisode) en passant par la Bourgogne

Boujour à tous, chers lecteurs Cukiens... Une petite humeur "fouzytout" sans technique aucune, juste quelques impressions de vacances en images, agrémentées de deux propositions "coups-de-coeur" lecture.

Pendant mes trois semaines de vacances avec ma famille, on pensait ne pas bouger de notre petit "chez-nous", puis finalement on s'est dit qu'une semaine "ailleurs" ne nous ferait pas de mal. Nous ne voulions pas trop nous éloigner, c'est donc notre fils Noé qui a eu le dessus en nous proposant de retourner au chantier médiéval de Guédelon situé en Bourgogne, en région Puisaye-Forterre, dans l'Yonne près d'Auxerre (pour plus de détails, je vous renvoye au premier épisode paru sur old'Cuk en 2004).

On s'est dit que c'était l'occasion de mieux connaître la Bourgogne et qu'on allait surtout pas se presser en suivant les routes "normales" (en évitant les autoroutes et autres voies rapides). Comme on avait décidé de faire du camping, on a eu de la chance: le beau temps était avec nous !

La Bourgogne typique
Une région surtout reconnue pour ses vignobles et ses grands crus (pffffuuu....boujour les prix surfaits), comme c'était pas notre truc, pas de visite de cave et autres dégustations. La Bourgogne c'est aussi ses châteaux, ses canaux (navigables), ses petits lacs (et reservoirs artificiels) et ses parcs naturels. Les touristes ne manquent pas, preuve en est que cette région a pleins d'atouts.

Alésia est-ce vraiment en Bourgogne ?
C'est où Alésia ? Vous en avez sûrement déjà entendu parler de cette discorde: le lieu de cette bataille mythique qui a eu lieu en 52 av J-C. n'est toujours pas défini. Cette polémique existe depuis bientôt 150 ans, à part Alise-Sainte-Reine en Cote d'or (Bourgogne) qui est le soit-disant "vrai site", car déclaré officiel par Napoléon III; deux autres sites revendiquent cette "paternité": la Chaux-des-Crotenay en Franche-Comté et Alaise dans le Doubs. Comme le doute profite au doute, autant s'en servir !. De toutes manières, peu de personnes tentent d'approfondir cette discorde, souvent même, on s'en amuse beaucoup, comme ci-dessous (Astérix et le bouclier Arverne, p.19)

Après avoir encouragé les fouilles d'Alise-Sainte-Reine-Alésia, la «Commission de topographie de la Gaule» confirme que ce site a été le lieu de la bataille mais les méthodes et les conclusions autoritaires firent l'objet de vives critiques. Aujourd'hui, un musée et les restes d'une cité gallo-romaine, datant d'après Alésia, se visitent sur le site. Napoléon III a fait ériger en 1865 une statue de Vercingétorix haute de 7 mètres située tout près des fouilles, sur la pointe occidentale du Mont-Auxois.
Puisque nous n'avions pas le choix ;-) nous avons donc visité le site d'Alise-Sainte-Reine; pour plus détails (pour voir des reconstitutions en grandeur nature) nous vous conseillons de faire un détour par le parc archéologique «l'Archéodrome de Bourgogne» situé sur l'Aire de Beaune-Tailly près de Meursault.


La Bourgogne c'est aussi le boeuf Charolais; de beaux villages et de superbes paysages (ici Flavigny-sur-Ozerain)


Le chantier médiéval de GUÉDELON

2005 = 8ème année sur 25; le chantier sera terminé en 2023
Vous vous rappellez sûrement de la présentation de ce chantier que je vous ai produit ici il y a une année ? Si ce n'est pas la cas, merci de lire d'abord cet article en introduction, vous y trouverez les détails qui ne figurent ici.

Le but de ce deuxième épisode est de combler les lacunes du premier, car j'avais oublié de vous présenter quelques métiers importants. Je répare donc cet oubli avec une courte présentation en mode textes-images.

Les charpentiers
Le chantier aura besoin encore cette saison de poutres pour la partie logis. Les charpentiers se sont donc mis à l'oeuvre; sans entrer dans les détails, pour tailler une poutre dans un tronc, il faut:
- dessiner le carré (ou rectangle) à partir du centre qui décidera de l'épaisseur-largeur de la pourtre (en général c'est le coeur / noyau central, qui le défini)
- enlever l'écorce sur les côtés pour tirer les longueurs au cordeau (corde humide teintée)
- tailler les longueurs-largeurs à la hache (la scie était connue, mais impropre à réaliser la découpe ou délignage de poutres)
Suivant la longueur et l'épaisseur, il faut une à deux journée/homme pour tailler une poutre.

L'atelier de vannerie
Le vannier fabrique toutes sortes de paniers utilisés pour transporter des matériaux (petites pierres, sable, mortier), entreposer des outils, etc...

La laine, la teinture et le filage
Pour l'instant encore en phase de démarrage sur le chantier; un petit métier à tisser est en fabrication. Les produits tissés serviront à produire des habits, de la literie et éventuellement des tentures (tapisseries).

La fabrication des tuiles
Actuellement en phase test. 80'000 tuiles entièrement "fait-main" devront être produites ces prochaines années. Sans entrer dans les détails, pour produire une tuile à partir de l'argile, il faut:
- la tapper/frapper pour la ramolir afin qu'il n'y ait pas de bulles d'air dans la masse
- l'étendre et la mouler dans un cadre en bois, puis la démouler
- la laisser sécher à l'abri pendant quelques jours
- la cuire au four (actuellement en construction et en test).
La cuisson dure plusieurs jours, pendant ce temps la température doit être en permanence comprise entre 1'000 et 1'100 degrés.


Mon épisode no2 de Guédelon se termine ici avec ces deux images "hors du temps"

Pour plus de détails Guédelon a un site web très bien documenté: http://www.guedelon.com


Musée de l'Aventure du Son


Le chantier de Guédelon se trouve à deux pas de la charmante bourgade de St-Fargeau, comme nous avions entendu parler du «Musée de l'Aventure du Son» (ou Musée de la reproduction du Son), nous avons donc fait un petit détour; avis aux passionnés.
Unique en Europe par ses collections publiques et son thème, le Musée de l'Aventure du Son expose une collection de plus de 1000 phonographes, radios et instruments de musique mécanique toujours en fonctionnement, aux premiers phonographes des années 1900 jusqu'en 1960. Réalisée en partenariat avec le musée Edith PIAF, une salle est dédiée à cette grande artiste de variétés. Le musée permet également au public de se plonger dans l'univers de la radio, des premières expériences aux transistors.


Deux coups-de-coeur lecture (à condition que vous aimiez rêver)
Je vous présente ci-dessous deux livres drôles et sympas (voire même délirant pour "les coloriés") que j'ai eu beaucoup de plaisir à lire pendant mes vacances.

Le Pape des escargots (de Henri Vincenot): Henri Vincenot est réputé comme l'infatigable conteur de la Bourgogne. Sa truculence jamais en défaut, une tendre nostalgie pour la simplicité des rapports humains de jadis, la franchise de l'expression et, par dessus tout, une poésie de l'authenticité épanouie et chaleureuse.
RESUMÉ:
Picaresque et savoureux, ce roman populaire et paysan met en vedettes un vieux cheminot plein de sagesse et de truculence, et un jeune sculpteur qu'il inspire selon des traditions "druidiques". Le truculent vagabond-cheminot prophète surnommé La Gazette entraîne le lecteur sur tous les hauts lieux de la Bourgogne, tandis que Gilbert, le sculpteur inspiré, déçu par un bref passage à Paris, regagnant la terre de ses origines, apprend à déchiffrer le symbolisme secret des grands sanctuaires de Bourgogne.

Les Coloriés (d'Alexandre Jardin): auteur du Zubial et du Zèbre, Alexandre Jardin nous offre là son roman le plus déroutant et le plus drôle. Une véritable invitation à se hisser à la hauteur si dépaysante de l'enfance. Un monde commun à chaque être humain mais trop souvent délaissé pour la société des adultes.
Est-il possible de vivre sans adultes ? De dire non à l'univers raisonnable et sérieux des grandes personnes ? Au fond, les parents sont-ils nécessaires ?
RESUMÉ:
Un monde sans adultes est possible. À des milliers de kilomètres de la France vit un peuple qu'aucune carte n'a jamais répertorié : les Coloriés. Turbulents, sincères et gobeurs d'instants, ils vivent dans un univers sans adultes où l'enfance et le jeu sont devenus une culture à part entière.
En 2003, l'ethnologue Hippolyte Le Play rencontre à Paris Dafna, une jeune et ravissante représentante du peuple colorié. Imprévisible, gouvernée par ses émotions et ses désirs fantasques, cette « grande petite fille » le bouleverse immédiatement. Mais les Coloriés ne sont pas oiseaux que l'on apprivoise facilement. Et voilà Hippolyte embarqué dans une course-poursuite imprévue qui l'entraînera bien loin de chez lui.


A propos de photos et de tirages papier
• Toutes les photos produites ici ont été prises avec mon D70 avec son objectif vendu en kit, le 18-70.
----------

• Tirage sur papier photo, sans entrer en polémique ;-) et contrairement à Olivier Pellerin dans son article Y a-t-il une vie après le déclic? je ne suis pas (ou, ai rarement été) déçu de mes tirages sur papier photo que j'effectue à partir des mes images numériques, je suis juste conscient que :

- pour un job type "pro- donc sensible" (=tirages + chers) je travaille avec un écran calibré (avec une sonde système Eye-one monitor dans mon cas), mes images sont profilées comme conseillé par le labo de destination par exemple ici le profil ICC sRGB IEC61966-2.1 proposé par ColorMailerPro

- pour un job type "famillial-sans prétention" je travaille avec ColorMailer de la même façon qu'avec la version pro; expérience faite: on peut aussi englober un profil traditionnel comme l'Adobe RGB 1998, cela fonctionne pas si mal.
----------

• A propos de tirages on-line, vous trouverez quelques détails intéressants dans l'article que j'avais produit sur l'old-Cuk nommé: photo numérique et laboratoire: envoyez vos images à tirer sur papier photo


Voici mon humeur arrivée à sa fin, je vous souhaite à tous un bel été (ou ce qu'il en reste). BLUES

12 commentaires
1)
Hervé
, le 28.07.2005 à 00:15
[modifier]

Je ne connaissais absolument pas ce site. Et comme ma femme et moi sommes des passionnés d’histoire (on vient de visiter le site viking de Leijr au Danemark – en fait un centre de recherche), je sens qu’il ne va pas faire long avant qu’on y fasse un saut !

Petite question technique, Blues, ton D70, tu l’as programmé sRGB ou Adobe RGB 1998.

2)
Blues
, le 28.07.2005 à 07:43
[modifier]

Mon D70 est en sRVB, Hervé… Alors que le AdobeRVB pourrait être mieux ?

Pourquoi ?
– comme mon but premier est de faire de la galerie web et/ou du tirage Labo, c’est l’espace couleur qui convient le mieux pour ces 2 cas
– le Adobe RVB convient mieux à ceux dont les images seraient orientées graphisme-pao et/ou destinées à la quadri-cmjn = parution journal (imprimerie) et éventuellement tirage numérique sur machine laser PostScript.

—————-
Comme le dit si bien « senbei » (commentaire: « tout dépend de la destination de sortie »)
http://www.photim.net/nci/discu.php3?code=20050630230945Luca#O2

Sa conclusion ? En sRVB = « pour la simplicité et l’absence de surprises »

3)
Inconnu
, le 28.07.2005 à 08:13
[modifier]

Très belles photos, merci.
Je te recommande l’Eco-musee (ou eco village ?), du cote de Mulhouse, si tu ne connais pas.

@ Work || @ Home

6)
Inconnu
, le 28.07.2005 à 09:14
[modifier]

Salut Roland… Pour ma part, je passe tout en Adobe RVB… Du coup, quand j’utilise des images pour des missions client, c’est juste à la dernière seconde qu’elles passent dans l’espace CMJN. Bref, je suis — sur ce point — les explications de Gérard Niemensky sur les profils ICC. Pas de surprises désagréables, tout s’avère correct et surtout moins consommateur de RAM !
Bonnes vacances et merci pour cet épisode 2 !

MacDigit

7)
Blues
, le 28.07.2005 à 11:24
[modifier]

Pour ma part, je passe tout en Adobe RVB… Du coup, quand j’utilise des images pour des missions client, c’est juste à la dernière seconde qu’elles passent dans l’espace CMJN.

Oui je suis aussi ok avec toi ;-)
Mais la question posée par Hervé est celle que pose Mr et Mme tout le monde qui possèdent un APN… Donc, à mon avis, ta (notre = ceux du métier) façon de faire ne s’adresse pas à « la masse », qui elle ne va pas vers la PAO et le CMJN (ou évent. des amateurs « éclairés ») mais plutôt vers la galerie web, le tirage labo-photo et éventuellement le tirage jet d’encre non-PostScript (= image rvb non convertie)… Pour ces cas (qui n’ont rien à avoir avec le graphisme-print-pro), je conseille le sRVB, je pense que c’est moins « soucis ».

8)
Hervé
, le 28.07.2005 à 13:50
[modifier]

Merci à JCC et Blues pour leurs réponses. Mais, personnellement, ce n’est pas l’impression ou le Web qui m’intéresse, mais les photos/diaporamas à passer sur la télé. J’en ai marre des diapositives qu’on ne sort qu’une fois ou des photos de famille qui s’entassent au point qu’on ne sait plus à quelle occasion elles ont été prises.

Alors, triées et classées par iView, visionnées quand on veut (le Mac Mini est connecté en permanence sur la TV comme enregistreur avec EyeTV) et si quelqu’un veut une copie : un CD ça coûte moins d’un franc.

Alors, je vais me lancer dans une série d’essais avec la même photo et toutes sortes de réglages différents pour voir ce qui me convient le meux.

9)
pat3
, le 28.07.2005 à 14:37
[modifier]

personnellement, ce n’est pas l’impression ou le Web qui m’intéresse, mais les photos/diaporamas à passer sur la télé. J’en ai marre des diapositives qu’on ne sort qu’une fois ou des photos de famille qui s’entassent au point qu’on ne sait plus à quelle occasion elles ont été prises.

Alors, triées et classées par iView, visionnées quand on veut (le Mac Mini est connecté en permanence sur la TV comme enregistreur avec EyeTV) et si quelqu’un veut une copie : un CD ça coûte moins d’un franc.

Alors, je vais me lancer dans une série d’essais avec la même photo et toutes sortes de réglages différents pour voir ce qui me convient le meux.

Ben quand t’auras fini ton test, tu pourras le publier? En effet, depuis mon passage à l’APN, je peine à retrouver quelques… réflexes acquis en argentique. Faut dire que je suis vraiment photographe du dimanche (et même du dimanche férié), et que les conseils éclairés d’ici ou de Mac Digit passent largement au-dessus de mes finances. Mon boîtier argentique était un Olympus OM10, si vous voyez ce que je veux dire… Et mon APN, non reflex, est un Canon A95. Je viens d’en découvrir quelques débrayages (priorité vitesse et diaphragme, ça me rappelle l’Olympus), mais je n’ai eu qu’une séance photo pour les explorer, et je n’ai pas encore tenté le tout manuel…

Côté diffusion, je ne ferais de tirage que sur ma Canon Pixma IP4000 (oui, j’ai un faible pour Canon, qui date de mon premier camescope, un A1 acheté d’occase). Ce que j’aimerais trouver, c’est un guide de calibrage bien fait et compréhensible, qui prend en compte le fait que je n’ai pas de sonde pour calibrer mes écrans…
Avec ça, déjà, je serais le plus heureux des amateurs du dimanche (férié).

10)
Yves
, le 28.07.2005 à 17:38
[modifier]

A paraître à la rentrée:

Les vacances de François Cuneo à Fabregas

image

12)
Iris
, le 31.07.2005 à 15:11
[modifier]

Merci BLUES, une visite par là-bas me ferait bien envie.

Concernant l’écomusée d’ Alsace, je vous le recommande vivement. Nous y sommes allés 3 fois en famille et c’est vraiment épatant.
Enfin un endroit où le visiteur n’est pas le « cochon de payant » et où on ne nous fourgue pas de la camelote et des BigMac à chaque tournant! C’est vraiment bien fait, bien pensé, et c’est l’idéal avec des gamins. Nous avons logé au musée dans des petites maisons charmantes .
Ça fait une chouette sortie avec un budget raisonnable, ce qui devient rare par les temps qui courent…