Profitez des offres Memoirevive.ch!
Y a-t-il une vie après le déclic ?

Et si on changeait les rôles ?

D'habitude, dans l'univers bien réglé de Cuk, il y a des rédacteurs et des lecteurs.

Les rédacteurs, ce sont les forçats du texte. Des pousseurs de mots, des pondeurs de phrases, des jongleurs de verbes. Des aventuriers qui installent, aux risques et périls de leurs disques durs, des logiciels plus ou moins exotiques dans leurs machines pour vous faire le récit, plus ou moins humoristique, de leurs mésaventures.

Les lecteurs, c'est vous. Vous qui, chaque matin, allumez votre machine, vous connectez et commentez. Tiens, il ne s'est pas foulé, aujourd'hui ! Ou pire : mais non, crétin des Alpes, t'as tout faux. Heureusement que de temps à autres, on a droit à un c'est bien, merci. Et je ne vous dis pas le bonheur que donne un encore ! Pour un encore, on est prêt à encaisser dix mille bof… Le bof, ça vous tue son rédacteur mieux que tout autre commentaire.

Alors, puisque le chef n'est pas là, c'est le moment d'en profiter. Je vous propose un nouveau jeu : on prend les mêmes, mais on inverse les rôles. Aujourd'hui, on fait le jour des fous. Ce n'est pas moi qui vais vous faire découvrir des choses, mais vous qui allez m'en apprendre. C'est pas une bonne idée, ça ?

Cette série est morte ? Youpie !

Il y a deux mois, Nikon a remplacé le D70 par le D70s. Ne me demandez pas pourquoi ils ont ajouté un "s". Spécial ? Supérieur ? Super plus cher ? On s'en fiche1 ! Car, ce qu'il y a de bien quand une série s'arrête, c'est qu'il y a une fin de série. (Qui a dit pléonasme ?) C'est à dire des soldes. (Vous voyez bien que ce n'était pas un pléonasme !) Or, ça faisait un bon petit moment que je lorgnais sur le D70. Mon sang n'a pas fait un tour…

Je sais, je sais… Le Digital Rebel n'est pas mal, avec son gros capteur. Mais j'ai déjà des optiques Nikkor et 6 millions de pixels, ça me suffit. Donc ce n'est pas la question que je vais vous poser. De toute façon, c'est trop tard, je l'ai déjà acheté, avec une carte Flash 2 Go haute vitesse et une deuxième batterie. Non, Zitouna, je n'ai pas acheté de pied, j'ai déjà un monopied, c'est bien mieux pour la randonnée. Oui les autres, j'ai eu une très bonne réduction, merci.

Alors vous imaginez bien que je le teste à toutes les sauces. Sur tous les sujets. Dans toutes les circonstances. Que je relis le mode d'emploi. Bref, je me prépare au moment crucial de tous les photographes amateurs : les vacances en famille !

Mais quel est le rapport avec la choucroute ?

Avant ce superbe engin numérique, j'avais un F100. Un beau joujou, qui m'aura servi fidèlement et permis de faire quelques milliers de diapos. Rien d'extraordinaire, rassurez-vous. Je ne prétends pas à autre chose que le titre de photographe amateur du dimanche. J'essaye juste de le faire bien. De temps en temps, j'arrive même à faire un cliché décent.

J'ai dit décent. Pas génial !

Et puis, l'autre jour, j'ai eu besoin de faire tirer une de mes diapos sur papier. C'était un portrait, fait à la sauvette, d'un copain qui n'aime pas être pris en photo. Vous connaissez ce genre de monstre : dès qu'ils sentent l'objectif tourné vers eux, ils arrivent à se mettre dans positions telles que ça vous décourage l'index. Éclairage dégueulasse, rictus monstrueux, ils ne nous épargnent rien…

Alors on est forcé de les prendre au télé (un Nikkor 80/200 à pompe). En faisant semblant de viser ailleurs. Un petit coup de poignet et hop ! Ni vu, ni connu. Encore faut-il que ça marche… Parce qu'en général, c'est bien cracra. Et bien sûr, quand ils voient le résultat, ils en profitent pour vous enfoncer d'une voix désespérée : tu vois bien que je ne suis pas photogénique !

Là, coup de bol, dans mes trois diapos, il y en avait une d'acceptable. La voici :

Je sais. Ça n'a rien de transcendant. L'enfant derrière perturbe la lecture, le sujet ne regarde pas devant lui, c'est un peu fadasse… Mais j'ai quand même réussi un exploit : il a l'air sympa. Et heureux. Vous ne connaissez pas le sujet, mais croyez moi, c'est pas de la tarte. Bref, c'est une photo de famille passable. Ce qui, vu mon petit niveau, est déjà une réussite.

Alors, fier comme Artaban, j'ai apporté mon œuvre au Labo Express d'une très grande enseigne proche de chez moi. Quelques heures plus tard, j'ai payé, je suis rentré et j'ai regardé. Arrrrrrrgh ! Tenez, jugez par vous-même de l'incroyable différence :

Tout a changé ! C'était une douce lumière d'après midi à l'ombre, c'est devenu une séance de pose sous des projecteurs au Xénon. Et que dire des arbres à l'arrière-plan… Qu'ils ont été passés à la peinture verte fluo ? Les couleurs, les contrastes et la netteté ont été poussés à mort…

Le reverse engineering paniquant

Alors pour voir, j'ai rallumé le scanner et ai refait le scan de la diapo. En faisant de lourdes corrections : violente augmentation de la netteté, corrections de courbe sur les trois couleurs, modification du contraste, poussage féroce du jaune, luminosité en inflation. Jusqu'au moment où je suis arrivé à quelque chose qui ressemblait au tirage du Labo Express.

Le problème, c'est que l'ampleur des changements que j'avais effectué me stupéfiait. Alors, j'ai essayé une seconde méthode : j'ai mis mes images côte à côte dans GraphicConverter et j'ai joué avec réglages de luminosité, de contraste et de teinte. Ma conclusion, ce deuxième test me l'a confirmée, est définitive : les logiciels du Labo Express ont modifié ma photo jusqu'à 25%. Dans toutes ses composantes.

Et ça, ça m'affole. Parce que ce n'était ni un tirage bas de gamme, ni un tirage "économique". Parce qu'il y avait un technicien derrière la machine (on ne voit même que lui). Et surtout parce que c'est la plus grande enseigne high-tech et culturelle française. Ils ont des magasins jusqu'à Fribourg, Genève et Lausanne. Où ils vendent, entre autres, les derniers fleurons de la technologie numérique et argentique.

Mais une fois qu'on a appuyé sur le déclencheur, qu'est-ce qu'on fait ? Où va-t-on ? Parce que si cette enseigne, réputée pour sa qualité et ses tests, commet de telles horreurs, elle n'est sûrement pas toute seule. Ce "trafiquage" des machines à tirer qui "poussent" les photos de 25%, je suis prêt à parier que tous les labos le font. Pour tous les types de photos. Sur le conseil des constructeurs ! Parce que ça "valorise" de tristes photos de vacances et que c'est vendeur. Oh, pardon, il faut dire : parce que c'est la demande du client…

Au secours !

À quoi bon s'acheter des appareils sophistiqués qui embarquent une électronique impressionnante, comme ceux que François teste dans ces colonnes, pour voir ses tirages massacrés par des machines qui ignorent tous les calculs faits par l'appareil photo, et appliquent leurs propres algorithmes sauvages ? Faut-il aussi s'acheter des imprimantes très haut de gamme, qui coûtent la peau des fesses en encres et papier, et gérer toute la chaîne ?

Je panique. Mes beaux clichés numériques, les inoubliables photos de mes enfants à dos de poney, que j'aurai éventuellement faites en RAW et chiadées à mort sur mon Mac chéri, comment je vais faire pour les sortir sur papier sans qu'une imbécile de machine et son opérateur endormi ne me les transforme jusqu'à les rendre méconnaissables ?

Amis lecteurs, si vous avez une solution, aidez-moi. S'il vous plaît. Parce que sans ça, moi, je revends tout et me mets au sténopé !

 

P.-S. En rédigeant cet article, j'ai découvert que je ne suis pas le seul mécontent. Jetez donc un œil sur l'édito de Guy-Michel, dans le Chasseur d'Images de juin. Décidément, c'est la fête des labos !


1 Les différences entre le D70 et le D70s sont : écran intégré un peu plus grand, angle du flash élargi et compatibilité télécommande. Le autres différences sont corrigées par une mise à jour du firmware déjà disponible.

22 commentaires
1)
k
, le 19.07.2005 à 00:17
[modifier]

Voici ma solution : Discuter avec le technicien et lui expliquer tes préférences. S’il ne comprend pas, changer de labo, discuter avec le technicien et lui expliquer tes préférences. Etc.

2)
Inconnu
, le 19.07.2005 à 00:39
[modifier]

Tu peux acheter une sonde pour étalonner ton écran et convertir tes images pour le profil colorimétrique de ton labo (demande au technicien du labo lequel il utilise pour sa tireuse).

3)
rhododindon
, le 19.07.2005 à 02:41
[modifier]

ben je sais pas mais je trouve quand même que la photo tirée par le labo est plus belle, faut pas critiquer pour critiquer quand même, si tu veux pas qu’ils l’améliorent, il suffit de le leur demander… avant

4)
ASPIC
, le 19.07.2005 à 06:02
[modifier]

L’échelle des densités d’une dia = 1/1000
celle du papier argentique 1/100 maxi (valable aussi pour les tirages d’après numérique)
donc entre le blanc et le noir y a pas bcp d’espace

5)
ASPIC
, le 19.07.2005 à 06:14
[modifier]

PS : la guéguère facile des photographes contre leur labo est un marronnier .
Le façonnage grand public est soumis à des critère de rentabilité, le labo professionnel est capable de rendre un tirage très proche de la dia originale, mais pas forcément pour du 10×15…
Il est de bon ton, même dans les revues, de jeter le discrédit sur un secteur d’activité parce qu’on va au fast food pour des question de PRIX et de RAPIDITÉ.

Aller dans un vrai labo, demander un agrandissement et surtout donner des clichés tirables et accepter de payer plus cher.

Et ne pas oublier que la valeur sentimentale d’une photo, comme il nous est longuement expliqué, ne fait pas sa qualité technique et que la tireuse automatique fait ce que fait toutes les cellules ttl : elle nivelle !!!

6)
pilote.ka
, le 19.07.2005 à 06:38
[modifier]

Les deux premiers paragraphes: Quel talent de narrateur. Décidemment tu m’épateras toujours.
Ceci étant je suis largué n’ayant jamais utilisé de labo.
Pour moi le logiciel de mon imprimante plus un petit coup de photochop aurait rendu la photo de ton ami (dont, hélas, je ne connais quee trop le comportement face à un appareil photo, combien j’en ai raté!) aussi bonne.
Mais je suis pas sûr d’avoir compris ce que tu as fait, car on ne fait pas de diapos avec un numérique, mais peut-être fait on des diapos avec un tirage numérique. Bref je délire.

Edit: en relisant, je suis à peine réveillé, c’est vrai qu’une bonne imprimante coûte cher, mais on a un ordinateur qu’on aime c’est peut être bien que ça vaut le coup d’investir,non?

7)
bernie14
, le 19.07.2005 à 07:44
[modifier]

Avec le Labo en ligne « Colormailer », il semble possible d’éviter ces modifications d’éclairage xénon, contraste, et autres. Dans le mode avancé du logiciel de tranfert d’image, ou dans les préférences, tu peux supprimer ce qu’ils appellent : COULEURS OPTIMISEES.

Dans ce cas, je crois que le labo ne modifie en rien l’image digitale qu’il reçoit. Néanmoins, cela reste délicat, car les photos livrées sur papier sont moins lumineurses que celles que j’ai sur mon écran de mon Powerbook 15″.

Bernard

9)
Guillôme
, le 19.07.2005 à 08:29
[modifier]

Il est clair que le tirage photo peut changer de tout au tout une image! Quand j’en ai fais l’expérience grâce à un ami pro qui a fait mes tirages, je n’ai pas reconnu mes images tellement elles étaient devenues belles!!!

Résultat, je n’utilise les labos grands publics que pour un tirage rapide et pas cher… En général, ils ne massacrent pas le négatif (j’ai dis en général) donc c’est au final une sorte de planche contact en 10×15 par photo :D pour pas cher!

Pour du tirage de qualité, pas le choix, il faut passer par des labos pro qui ont un coût. J’en utilise un à Paris pour les 40×60 mais depuis pour les tirages plus petit j’ai trouvé un labo qui fait du bon travail : Négatif + et qui gére la commande par internet http://www.negatifplus.com/

10)
Inconnu
, le 19.07.2005 à 09:11
[modifier]

Pour ma part, je n’imprime quasiment jamais (ce qui fait râler pas mal de monde qui aimerait bien un p’tit tirage de la dernière photo de @$#£€, là où l’on découvre qu’il/elle a grandi, etc.).
Je préfère mettre en ligne un paquet d’images via iView…

Sinon je passe par un gros labo, type RainbowColor à Paris…

MacDigit

11)
Saluki
, le 19.07.2005 à 09:57
[modifier]

guillôme
Moi aussi je rôde rue Lafayette…
En lisant l’humeur et les remarques sur les labos qui entourent Olivier, je pensais poster…ton post.
Leurs épreuves numériques en 8×12, margé de blanc, à partir d’argentique valent tous les minilabs du monde…Il ne manque que le coup de cisaille crantée de mon papy.

On n’est jamais aussi bien servi que…par soi-même.
Quand on a mis pas mal d’Euros, ou à la rigueur de CHF, dans un beau Mac, un boitier super S (je ne sais pas souligner), une brouette d’optiques L, et même un monopode, il devient accessoire de s’offrir une imprimante vraiment dédiée à la photo, avec le papier idoine.

Olivier:
PS: comment fais tu avec ta tête panoramique Manfrotto et un monopode ;°)


Du MacPortable à l’Alubook, en quinze ans je suis devenu plus sage.

12)
Olivier Pellerin
, le 19.07.2005 à 10:18
[modifier]

Bof.

Tu dis encore cela 9 999 fois et j’arrête d’écrire !

…comment fais tu avec ta tête panoramique Manfrotto et un monopode ?

Je fais pas. Je suis spécialisé dans la marmotte au télé (à contre-jour de préférence, comme tous les amateurs).

13)
julien
, le 19.07.2005 à 18:56
[modifier]

Comme déjà dit, la solution simple est de trouver un labo qui permette de désactiver toutes ces modifications de couleurs. Personnellement, j’utilise photoweb.fr, labo purement en ligne, et qui laisse le choix à l’utilisateur de faire un traitement automatique ou non de la photo. De plus, ils proposent même le profil colorimétrique de leur imprimante.

Mais il est vrai qu’une grande partie des labos « grand public » que j’ai testé font tous une correction automatique de la photo. :-/

julien – un photoblog inutile de plus…

15)
JCP
, le 19.07.2005 à 22:36
[modifier]

Toute plaisanterie mise à part, de nombreux labos en ligne, dont colormailer, communiquent abondamment sur leur profil colorimétrique et fournissent un fichier étalon qui te permettra de faire un calibrage à peu près coorect.

MAIS,

et là, je sais, je me répète, tous (même Colormailer Pro) travaillent dans un espace colorimétrique réduit concoté pour Windows 3.x (sRGB).

Tant que cela sera le cas, inutile d’espérer concurrencer l’argentique au niveau des tirages.

Allez, bonne nuit!

16)
nlex
, le 20.07.2005 à 08:41
[modifier]

dans quel espace colorimétrique espererais-t les voir travailler ? (c’est une vraie question, pas de l’ironie)

17)
Vincent B le Belge
, le 20.07.2005 à 10:22
[modifier]

… Celui du périphérique de sortie, pardi !

18)
nlex
, le 23.07.2005 à 11:44
[modifier]

je dois être bête mais je ne comprends pas ce que tu dis… Qu’elle est l’espace colorimétrique utilisé par les appareils photo numeriques ??

Je suis allé voir les specifications de mon appareil (en l’occurence un Coolpix 5000, pour l’exemple) et je n’ai trouvé que ça :

There are no ICC profiles available for the Coolpix range of cameras. This is because such images are produced by an in-camera processing system that is targeted to generate an image in an optimal color space according to the particular color range and composition of each shot; the color space is approximately that of standard RGB (or sRGB). http://support.nikontech.com/

19)
Olivier Pellerin
, le 23.07.2005 à 14:15
[modifier]

je dois être bête mais je ne comprends pas ce que tu dis… Qu’elle est l’espace colorimétrique utilisé par les appareils photo numeriques ?? Je suis allé voir les specifications de mon appareil (en l’occurence un Coolpix 5000, pour l’exemple) et je n’ai trouvé que ça :
…jargon anglophone…

Si je traduis, ça dit à peu près que ton Coolpix n’a pas de profil ICC et qu’il génère du sRVB plutôt approximatif.
Mon D70, si j’en crois iView, a un profil RVB incorporé. Vérifie pour le tien !

Dans tous les cas, si tu veux aller plus loin, tu auras intérêt à passer par le RAW (et le NEF) pour éditer et incorporer des profils avec Nikon Capture. Cf cette page : <http://nikoneurope-fr.custhelp.com&gt;, question « gamme de couleurs » ou « ICC ».

20)
nlex
, le 23.07.2005 à 18:29
[modifier]

je prends ttes mes photos en RAW (apres j’utilise Photoshop et pas Nikon Capture) mais je comprends pas bien le rapport avec l’espace colorimétrique utilisé…

En tout cas iView me dit que le profils de mes images est le sRVB IEC61966-2.1… et toi ?

21)
Olivier Pellerin
, le 24.07.2005 à 01:02
[modifier]

Tu es sûr que tu n’as pas déjà passé ton image dans la moulinette PhotoShop ? Mon D70 produit des images avec un profil incorporé RVB spécifique à l’appareil (PS ne précise rien sur le profil) et le « sRVB IEC61966-2.1 » est celui dans lequel PS me propose de convertir mon image…
En théorie (du moins à ce que j’ai compris), la conversion de profil ne dégarde pas le fichier. Mais franchement, je suis un tout petit photographe du dimanche, et tu atteins mon seuil d’incompétence. Tu sais, je travaille en jpeg. Mes 6 millions de pixels, j’ai déjà du mal à bien les saisir… Alors le RAW, c’est pour quand je ne prendrai plus les marmottes à contrejour !

22)
FT'e
, le 24.07.2005 à 23:25
[modifier]

Alors perso, j’utilise les services de plusieurs labos online, en décochant l’optimisation des couleurs lorsque c’est possible, avec des résultats moyens voire très moyens, mais moins mauvais qu’avec la coche optimisation. Ceci pour les tirages courants.

Pour des tirages léchés, je vais là ou je peux discuter avec l’opérateur pour les questions de calibrage. Par exemple Photo Hall à Genève, au centre-ville. Ou, mais alors là on entre dans le petit monde des labos ultra-pro, Autenticolor à Carouge (Genève encore). Cher. Mais beau.

J’encourage tout le monde à calibrer proprement son écran, à retravailler ses images avec un éditeur supportant les profiles, à sauver l’image avec son profile et de le faire tirer chez un labo qui les respecte ou chez un pro. Juste pour voir la différence. Ça vaut le coup, vraiment.