Profitez des offres Memoirevive.ch!
Résultats financiers d’Apple, second trimestre 2005

Comme tous les 3 mois, j'interviens pour vous parler des finances d'Apple...

La société a annoncé les résultats financiers de son second trimestre 2005 le 13 avril dernier. Pour rappel, ce trimestre s'étend du 1er janvier au 26 mars 2005.

Comme toujours, c'est M. Peter Oppenheimer, Chief Financial Officer (CFO), qui, avec l'aide de M. Timothy D. Cook (vice-président des ventes mondiales et des opérations), a présenté ces chiffres via une conférence émise en QuickTime.

Pour ceux qui souhaitent avoir un historique ou une vue d'ensemble, je les invite à lire mes précédentes humeurs sur les résultats financiers d'Apple ici (Q1 2004), ici (Q2 2004), ici (Q3 2004), ici (Q4 2004) et ici (Q1 2005).

Cette humeur est subdivisée de la façon suivante:

  • Présentation objective des résultats.
  • Analyses subjectives des résultats par secteur d'activité.
  • Et puis, vous n'y couperez pas, je vais également essayer d'imaginer quels seront les prochains mouvements stratégiques de notre marque préférée.
Les résultats
Ça commence à devenir une habitude et on ne va pas s'en plaindre. Ce trimestre a encore une fois été couronné de succès pour la marque à la pomme toujours plus grosse. Comme vous l'avez tous vu ou lu, Apple confirme ses bons résultats du début d'année!

Pour résumer, Apple a généré un chiffre d'affaires de 3.24 milliards de dollars (+70% comparé à la même période 2004) et un bénéfice de 290 millions de dollars (+630% comparé à la même période 2004)! C'est, encore une fois, un des meilleurs résultats trimestriels de toute l'histoire d'Apple même s'il est un tout petit peu en retrait par rapport au premier trimestre 2005 (normal, Apple fait toujours très fort dans la période de Noël)! Comme référence, il est important de confronter ces résultats avec le passé, soit de faire un saut en arrière 2000 (année extraordinaire pour Apple et l'ensemble de l'industrie informatique):

Comparaison des seconds trimestres sur 6 ans

Dans le cadre des résultats en général, j'aimerais aussi relever que les ventes des machines ont été bonnes comparées à la même période l'année dernière (1.07 million de machines contre 749'000 machines l'année dernière, soit +42 %). Pour la première fois, les ventes de machines sont équivalentes au second trimestre 2000 (1.043 million).

Six ans ont donc été nécessaires pour atteindre une nombre égal de machines. Cet excellent résultat cache toutefois une anomalie que je développerai tout à l'heure.

Enfin, ce trimestre est le 9e consécutif qui se conclut par un bénéfice avec, de plus, une marge brute 29.8 %!!! Impressionnant lorsque l'on sait que l'iPod dépasse à peine les 20 %... Ce qui me laisse penser que la marge sur les machines doit être d'environ 35 % (Dell est, à titre de comparaison, autour des 19.4 % sur 2005). Dans une note moins drôle, je salue tous les revendeurs qui touchent sur certains produits Apple 2 % de marge.

Analyse des résultats

Voilà, voilà, vous savez que ces chiffres sont un résultat global. Il y a beaucoup à dire sur la mutation qu'Apple est en train de vivre et je souhaite commencer cette analyse par les ventes de machines. Ci-dessous, un graphique qui représente les ventes de machines (iMac/eMac/Mac mini, iBook, Power Mac/Xserve et PowerBook) pour ce second trimestre:

Comme déjà mentionné, le premier point mis en évidence sur ce graphique aux ventes totales de machines (1.07 million): il s'agit des meilleures jamais réalisées sur 6 ans (comparatifs des seconds trimestres uniquement).

Au delà de ce simple constat, un petit problème apparait tout de même à mes yeux.

Apple omet de détailler les ventes dans un secteur extrêmement important: l'iMac. Dans ce segment, Apple a regroupé les iMac, l'eMac et le tout nouveau Mac mini. Comparé au premier trimestre 2005 qui avait vu ce segment vendre 456'000 machines (Mac), le second trimestre n'a pas fait beaucoup mieux avec 467'000 machines vendues (+2.4%)... et cela, malgré l'introduction du Mac Mini, courant janvier 2005.

Que cela signifie-t-il? Le Mac mini ne se vend-il pas car tout le monde achète des iMac? Ou encore achète-t-on des Mac mini et des écrans d'autres fournisseurs au détriment des iMac? Enfin, le Mac mini est-il arrivé trop tard (fin janvier 2005) pour vraiment influencer les ventes de ce second trimestre?

Je pose ces questions parce que d'après moi, ces ventes auraient dû être meilleures. Le Mac mini et l'iMac sont en effet deux machines extraordinaires qui s'adressent à des clients très différents (tout en un ou éléments séparés). Ci-dessous, un historique, trimestre après trimestre, des ventes du segment iMac (iMac, eMac et Mac mini):

Coup de gueule!

Pour être tout à fait franc, je m'attendais à des ventes beaucoup plus importantes dans ce secteur. Malheureusement, les questions ci-dessus ne trouveront pas de réponses dans le futur car Apple a décidé de changer sa politique d'annonce des résultats.

En effet, Apple ne va plus donner ses résultats en fonction des modèles ou des groupes de machines. Elle va, dès le prochain trimestre, annoncer les résultats sous la forme de 2 familles de produits. La première, les modèles de bureau et la seconde, les portables.

Cette annonce a été mal reçue dans la communauté financière qui suit la marque et ce, pour une raison simple. Apple est une société très suivie pour ses nouveautés et ses résultats financiers parce qu'elle donne parfois le "tempo" à l'industrie informatique dite de "loisirs". Par conséquent, cacher le succès ou non du Mac mini ou autres modèles n'aide pas à comprendre les tendances actuelles ou futures de ce marché spécifique.

Je suis personnellement aussi déçu et fâché par cette décision. Tout d'abord parce qu'elle m'empêchera dorénavant de vous faire une humeur aussi détaillée que d'habitude. Ensuite, j'ai aussi l'impression que, pour avoir moins de "pression" dans le développement de ses activités (ou pour mieux "tester" certaines voies?), Apple cache des données qui permettraient de mieux comprendre sa stratégie à moyen et long termes.

Par conséquent, sans annoncer la mort de cette "chronique", j'ai peur qu'elle ne soit plus exhaustive à l'avenir.

Analyse des résultats, suite

Le tableau récapitulatif des ventes ne nous apporte pas que des bonnes nouvelles. En effet, on peut encore remarquer un fort ralentissement des ventes au niveau des Power Mac G5 (qui incluent les serveurs Xserve).

Ce produit ne semble plus être en phase avec les besoins du marché mais la raison en est difficillement compréhensible car s'il est un fait qui est indéniable, c'est bien que les ventes de cette superbe machine sont systématiquement en baisse depuis des années. Pour étayer un peu cette affirmation, je vous propose un tableau édifiant:

Je sais déjà ce qu'on va me dire: les gens achètent toujours plus de portables "professionnels" au détriment des grosses machines de bureau.

C'est vrai, mais ça ne répond pas directement à la question car les iMac et autres qui sont également des machines de bureau se vendent bien.

Serait-ce parce qu'Apple perd toujours plus de parts de marché dans son segment "art graphique"? Depuis 2001 en effet, les ventes sont irrémédiablement en baisse malgré des soubresauts liés aux nouveautés. Je ne pense cependant pas que la puissance des machines doive être remise en cause (quoique pour des nouveaux acheteurs le mythe du MHz est peut être encore un argument).

Une nouvelle machine pour de nouveaux besoins

Plus j'y réfléchis, plus je me dis que le problème est dans le prix. Un petit peu à l'image de mon essai sur le Dell d'il y a quelques jours, je pense que certains utilisateurs "switchent" vers d'autres machines. C'était un peu à prévoir avec l'introduction de ce nouvel iMac, voire du Mac mini, pour des possesseurs d'anciens Power Mac G4 qui sont cadencés sous le GHz.

Alors que devrait faire Apple devrait faire pour relancer les ventes d'une machine professionnelle avec un coût plus agressif?

Se poser cette question, c'est tout d'abord se demander ce dont les professionnels ont besoin. Or, aujourd'hui, la gamme des Power Mac G5 a des fonctionnalités chères et qui restent peu utilisées. Des exemples? Les slots PCI. Qui, encore aujourd'hui, a besoin d'autant de ports PCI? Il y a quelques années, quand il fallait chaîner 12 disques durs, un lecteur DVD, un scanner et je ne sais quoi, ça avait un sens.

Mais aujourd'hui, chez les possesseurs de Power Mac, qui utilise plus d'un port PCI? Et qui, en investissant un peu, pourrait n'en utiliser qu'un?

D'après moi, ça concerne pas mal de personnes et je me demande si Apple ne devrait pas lancer une machine du type mini-tower ou quelque chose de ce genre-là avec sans doute moins de possibilités d'extensions mais surtout un coût moindre.

Que veulent les professionnels? Une machine puissante, silencieuse, extensible à 4GB de RAM (OK, peut être 8GB), une carte graphique sur port AGP 8x, un lecteur-graveur CD-DVD, des ports USB 2, des ports Firewire 2, un port PCI-X, une sortie/entrée son et une baie d'extension interne pour un disque dur ou un autre lecteur de CD-DVD.

Que coûterait une machine de ce type totalement repensée?

Je n'ai pas de réponse à cette question. Par contre, j'ai une réponse à un problème très simple: ce n'est pas en annonçant une nouvelle gamme professionnelle tous les 12, voire 15 mois, qu'on arrivera à satisfaire les besoins des clients professionnels. Ce cycle d'annonce est tout simplement trop long, beaucoup trop long (dernier update en date des Power Mac: juin 2004... le délire).

J'aimerais bien avoir l'avis d'utilisateurs Power Mac à ce sujet dans les commentaires (je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que je vais en avoir).

Analyse des résultats, encore la suite

Et j'enchaîne immédiatement avec un graphique qui représente les revenus liés aux ventes d'Apple tous secteurs confondus. Ci-dessous, les revenus par secteur (iMac/eMac/Mac mini, Power Mac, iBook, PowerBook, iPod, périphériques et softwares):

Encore une fois, les revenus générés par les iPod sont tout simplement renversants. C'est presque 33 % (le tiers!) des revenus de la pomme.

Toutefois, malgré plus d'unités vendues durant ce second trimestre 2005 (5.31 millions contre 4.58 pour le premier trimestre 2005), les revenus ont baissé. Ce n'est pas très surprenant: alors que le prix moyen par iPod vendu tournait depuis deux trimestres aux alentours de 265 dollars, on est tout d'un coup descendu à 190 dollars... À vue de nez, je pense que les ventes de l'iPod Shuffle ont représenté 20  % à 30 % des ventes d'iPod.

N'empêche, le succès des iPod ne se dément pas. Trimestre après trimestre, Apple vend toujours plus de petites boîtes blanches... même si on ressent un léger ralentissement des ventes (on n'est plus dans une ascension "verticale" des ventes, la courbe commence à s'aplanir). Mais bon, pour le plaisir des yeux, une petite courbe ne fait jamais mal:

Y a encore de la marge avant de redescendre

Beaucoup de gens (dont moi) se demandent si Apple arrivera à tenir ce rythme parce qu'à ce jour la marque a déjà vendu plus de 15 millions d'iPod. Beaucoup font le parallèle avec Sony qui a vendu plus de 340 millions de Walkman à travers le monde. Mais faire ce parallèle pour projeter les futures ventes d'iPod serait, d'après moi, biaisé par le fait qu'on ne parle pas de la même technologie et que, surtout, Apple est encore aujourd'hui relativement seul avec son iTunes Music Store et les iPod qui vont avec.

Toutes les marques concurrentes essaient de développer leur propre système, et pour le moment, elles n'arrivent pas à la cheville d'Apple. Mais comme tout dans cette industrie, il faut être extrêmement vigilant car les choses peuvent changer très rapidement. Pour l'instant, tout va bien parce que l'iPod Shuffle est passé, selon les dernières statistiques de février 2005, de 0 % de parts de marché à 43 % tout en continuant de largement dominer les lecteurs MP3 basés sur disque dur (plus de 70 % de parts de marché).

D'ailleurs, en parlant de l'iTMS, lui aussi se porte bien avec un chiffre d'affaires en hausse à 216 millions de dollars contre 177 pour le trimestre précédent. Avec plus de 350 millions de morceaux vendus et plusieurs rumeurs qui font état d'ouverture prochaine dans de nouveaux pays (sauf la Suisse bien sûr), tout devrait aller pour le mieux.

Enfin, on voit aussi que les nouvelles suites iLife 05 et iWork 05 ont également permis de réaliser de jolis résultats pour la partie software et périphériques (735 millions contre 634 au trimestre précédent en incluant l'iTMS). Bientôt, Tiger aussi apportera de l'eau au moulin...

Voilà, tous les résultats sont bons malgré le ralentissement des ventes dans certains segments. Et pour ceux qui attendent le G5 dans un portable, je pense qu'il faudra encore s'armer de patience parce que M. Timothy D. Cook a dit que l'intégration du G5 dans un portable restait "un sujet chaud"... À suivre.

Et les Stores Apple? On attend toujours!

Je sais, je suis pénible avec ce sujet, mais je suis repassé récemment devant deux revendeurs Mac, et à part des cartons vides en vitrine, il n'y avait pas grand-chose à voir.

Comme vous le savez, l'été dernier certains revendeurs nous ont annoncé de grandes choses pour la fin de l'année 2004. Mais à voir, il y a de l'eau dans le gaz... À part Londres, rien a été ouvert en Europe! C'est tout de même rageant.

Juste pour dégoûter tout le monde, il y a, à l'heure où j'écris ces lignes, 100 magasins aux USA, 3 au Japon et un en Europe. La vieille Europe, c'est vraiment une seconde zone pour Apple. Je rappelle juste que la vieille Europe, c'est la seconde source de revenus pour Apple...

Et je n'en veux pas particulièrement aux revendeurs parce qu'ils font ce qu'ils peuvent avec ce qu'Apple leur laisse (et elle ne leur laisse pas grand-chose).

C'est tout simplement lamentable et me traiter d'enfant gâté ne changera rien à ça: aujourd'hui, on obtient plus rapidement un objet Apple par le Store que chez son revendeur où les délais sont souvent "fluctuants" parce qu'Apple privilégie son canal de vente/distribution.

Conclusions

Encore une fois, il y a une grosse différence entre l'Apple de 2000 et l'Apple de 2005. Pas seulement en terme de revenus, mais également sur la nature des revenus et c'est ça qui a mes yeux est très important. Trimestre après trimestre, Apple passe d'un simple constructeur d'ordinateurs à une entreprise "multimédia". Pour preuve, mon habituel petit graphique qui illustre le ratio entre les ventes Mac (iMac/eMac/Mac mini, iBook, Power Mac/Xserve et PowerBook) et le reste (iPod, périphériques et logiciels):

Pour le second trimestre consécutif de son histoire, Apple vend plus de "choses" (54 %) que de Mac (46 %).

Mais qu'est-ce qu'Apple souhaite faire à moyen et long terme?

Cette question, ça fait des mois que je me la pose au travers de rumeurs que j'ai pu lire ici ou là et en fonction des résultats que la société obtient. À ce jour, il m'est très difficile de comprendre si Apple considère encore l'ordinateur et son système comme le centre de ses préoccupations ou si la musique est devenue son nouveau cheval de bataille.

Oui, je sais, la musique et l'iPod sont considérés par beaucoup comme le cheval de Troie d'Apple pour conquérir des clients qui sont basés depuis peu ou toujours du côté "obscur de la force" (sur des PC quoi).

Mais est-ce qu'une stratégie comme celle-ci peut fonctionner si on est seul? Apple, pour le second trimestre consécutif depuis longtemps, a vendu plus d'un million de machines... Si la marque continue sur cette lancée, elle vendra un peu plus de 4 millions de machines cette année.... Mais ça reste peu face aux 27 millions de machines vendues par Dell ou aux 170 millions de PC qui sont écoulés chaque année par tous les constructeurs.

C'est avec les petites rivières qu'on fait les grands fleuves il parait. Je suis d'accord et je pose cette question: ne serait-il pas temps pour Apple de créer d'autres rivières avec des partenaires de poids? Je pense à Sony notamment qui est en concurrence que sur la musique et les portables avec Apple...

On peut aussi parler de cet accord avec HP qui ne fonctionne pas si mal puisque l'iPod d'HP a contribué à 3 % des ventes totales (ce qui représente tout de même 150 mille unités). Comme quoi, travailler avec un constructeur "ennemi" est possible et peut être payant.

Enfin, est-ce qu'Apple rêve d'être le prochain "Microsoft" de la diffusion d'images, de musiques et de films numériques avec son système PlayFair à travers Internet? Le DRM (Digital Right Management ou la gestion digitale des droits) d'Apple pourrait assez facilement être implémentée sur des images, voire même des films. Avec nos connexions toujours plus puissantes, il ne manque pas grand-chose pour pouvoir acheter des films au format numérique directement à travers le web... Je parle de télécharger un film, pas juste de commander le DVD.

Bref, dans cette humeur, je pose plus de questions que je n'apporte de réponses. C'est parce qu'Apple est en train de changer profondément et ça, c'est "nouveau"... Mais est-ce un changement profond? Est-ce que notre marque préférée n'est pas tout simplement en train de surfer sur une vague tout en sachant qu'elle retombera?

Pendant la conférence, M. Peter Oppenheimer a déclaré que les investisseurs (ou les marchés financiers en général) ne devaient pas s'attendre à voir Apple progresser autant dans l'avenir, que ces excellents résultats successifs étaient beaucoup basés sur l'iPod et que celui-ci n'aurait peut-être pas toujours autant de succès.

Ce genre de petites phrases anodines ne passe pas inaperçue sur un marché qui a beaucoup encensé la marque ces derniers mois et a anticipé d'excellents résultats (pour rappel, le titre AAPL est passé de 12.75 dollars en mai 2004 à 45.44 en février dernier). Ce qui devait arriver arriva, dans le jargon boursier, le titre a été corrigé ou "sanctionné".

Depuis le 13 avril, date de l'annonce des résultats et de cette petite phrase, le titre a perdu plus de 10 % de sa valeur.

Mais il n'y a pas trop de soucis à se faire. Si Apple arrive à tenir le cap et qu'elle ne trébuche pas, le titre reviendra à ses niveaux les plus hauts d'ici à juin 2005.

14 commentaires
1)
Théodore Besson
, le 22.04.2005 à 00:24
[modifier]

Merci pour votre article TTE,

C’est un plaisir de lire cette analyse trimestrielle avec ces habituelles questions perspicaces.

A bientôt j’espère!

Théo

2)
Guillôme
, le 22.04.2005 à 00:51
[modifier]

Ouf, j’ai eu peur pendant un instant qu’il n’y aurait pas la traditionnelle analyse de TTE ! (Impatient je suis, il faut bien que tu écrives l’article :D)

Il faut dire que depuis que les résultats de la pomme ont le vent en poupe, je m’y intéresse beaucoup ;)

Allez pour te faire plaisir mon avis sur les PowerMac :
Moi, j’ai un PowerMac G4/733 (acheté neuve à l’époque) donc une machine pro! Et bien, je ne suis pas comme toi, moi je trouve qu’il n’y a pas assez d’emplacements/extensions possible… Bref, mon G4 a une carte raid, une carte d’acquisition, des boitiers externes (car je peux pas mettre 1 graveur, 1 DVD… en interne), 4 disques interne (mais si je pouvais en mettre 6 je serai ravi), tous les slots mémoires pris…
Bref, tant que le G5 n’aura pas de place pour des DD, des lecteurs optiques… je n’achéterai pas!

Sinon, c’est dommage qu’Apple arrête de communiquer sur les ventes de ses modèles. J’espère que ta chronique évoluera en conséquence et que tu trouveras un nouvel angle d’analyse et de présentation des chiffres propre à éclairer nos lanternes.

Dingue ces ventes de Ipod, comme dis sur mon Blog, rien que les ventes du Ipod d’Apple dépassent le marché mondial des ventes de PDA tous modèles confondus!

guillôme

3)
Okazou
, le 22.04.2005 à 06:34
[modifier]

Apple ne veut pas que ses concurrents lisent dans le marc de café de ses chiffres pour développer des produits succédanés des meilleurs produits vendus. Normal.

Ce qui est vraiment regrettable c’est de considérer machines de bureau et portables alors qu’il serait plus intéressant de connaître la progression des « machines professionnelles » (PowerMac et PowerBook) et celle des « machines grand public » (les autres).
Car ce qui est remarquable dans ton tableau c’est bien la faible progression des ventes des « machines pros » et la forte progression des ventes des machines « grand public ».
C’est bien sur le grand public qu’Apple développe, pour l’instant, ses efforts et obtient sa réussite (hors iPod).

Ce qu’il serait intéressant de connaître également c’est la part de progression des ventes des logiciels pro et grand public, même si, là-dedans, le système est identique pour les deux catégories. De plus, les chiffres mèlent les logiciels aux périphériques — l’iPod n’est pas considéré comme un périphérique et avec le Mac mini, il va se vendre des périphériques. Comme si tout ça c’était que du pognon, après tout. Tu parles d’une logique !

Enfin, quid des serveurs ? Où sont-ils classés ?


Au nom de l’Europe, je vote NON !

4)
elektrikpepper
, le 22.04.2005 à 08:30
[modifier]

Toujours très clair tes exposés financiers, merci TTE.

J’ai une question de « plouc » financier. Je crois en Apple depuis ses débuts. Dès que j’ai eu un peu d’argent à côté, j’ai acheté des actions aapl. Ce que je ne comprend pas, c’est pourquoi après tant d’années, Apple ne paye toujours pas de dividende? Est-ce qu’il y a une raison rationnelle?

elektrikpepper

5)
Zitoune
, le 22.04.2005 à 08:35
[modifier]

Pendant longtemps, si on voulait un grand écran, il fallait acheter un PowerMac.
Est-ce que l’apparition de l’iMac 20″ n’a pas aussi contribué à l’effritement des ventes de PowerMac ?

6)
fricotin
, le 22.04.2005 à 11:42
[modifier]

Merci TotheEnd

Obscure communication d’Apple bien mise en évidence, les prises de bénéfice, soit-disant, ne sont-elles pas la conséquence des problèmes cachés ?
Qu’est-ce qu’une machine pro sinon une machine utilisé par un professionnel. Donc la présentation gamme publique -gamme pro n’a plus lieu d’être, j’en conviens. Cependant ne pas savoir le taux de cannibalisation de l’imac par le macmini par exemple me semble des plus spécieux.
Apple brouille sa communication financière pour embêter TTE, il fallait le courage de le dire, c’est fait.

7)
zmodem
, le 22.04.2005 à 15:09
[modifier]

Merci pour cette analyse.
Une petite contribution:
Une petite estimation à la louche pour le split iMac G5/Mini, basé sur les prix moyens constatés à l’unité Q1 (1360$ rien que iMac G5) et Q2(1034$, mix d’iMac G5 à 1360$ (?) et de mini à 550$ (?)) donne pour Q2 188k unités et 103k$ pour le mini et 279k unités et 380k$ pour l’iMac G5.

Pas mal (plus d’unités que Q2/2004), sans être enthousiasmant pour l’iMac ! (cannibalisation?)

Sinon d’accord avec toi pour le besoin d’un « gros mini » ou mini-tour entre le mini et le PowerMac – à un prix modéré (700-900$?) (G5, disque dur « standard » 3.5″, 1 slot pci, 1 CG séparée, etc.. bref, un MacIIcx ou IIsi moderne, qui avaient eu un énorme succès en entreprise. La machine la plus proche actuelle est le mono-G5 1.8GHz, mais elle est bien trop chère… (et qui a besoin d’une tour avec tous ces slots et.. ses 9 (?) ventilateurs??

8)
ToTheEnd
, le 22.04.2005 à 15:38
[modifier]

Merci pour ces remarques… c’est calme aujourd’hui!

guillôme: si tu achetais une nouvelle machine aujourd’hui, tu aurais ton CD-DVD R et tu pourrais jeter 2 disques puisque tu pourrais mettre toutes tes données sur un, voire deux disques en interne. Et les slots mémoires? Si tu remplis les slots à coup de 256MB, ça sera jamais assez… Ce que je veux te faire comprendre, c’est qu’il faudrait que tu « rationalises » un peu les éléments connectés à ton ordi car plus ton Mac sera « grand » (beaucoup de baies d’extensions), plus il sera cher… Et aujourd’hui, avec 100 Euros, tu as un 200GB! Alors? Il vaut mieux récupérer 12 disques au fil des années ou racheter tout à neuf et moins s’énerver?

Enfin, si Apple vend plus d’iPod que tous les PDA vendus dans le monde, la marque est encore loin des 670 millions de téléphones mobiles qui ont trouvé preneur l’année dernière… Tu imagines pouvoir acheter un morceau via ton téléphone??? Et pouvoir l’écouter dessus et/ou le transférer sur ton ordi et/ou chaîne HiFi?? Juste bestial.

O: oui, mais cette opacité n’est pas bonne d’une manière générale parce qu’elle démontre aussi clairement une volonté d’Apple de ne pas à avoir à répondre à des « critiques ». Tout mettre dans le même bain permet mieux dissimuler ses erreurs… de plus, ça permet aussi de changer profondément de stratégie sans rien dire à personne. Après il ne faut pas t’étonner que les « pros » quittent le navire…

Enfin, pour ce qui est des serveurs, ils sont dans les statistiques des Power Mac (je commence même à me demander si Apple ne vend pas plus de serveurs que de PM).

elektrikpepper: en fait, la raison est assez simple. C’est un choix. Microsoft, jusqu’à l’année dernière, à fait de même… ils ont commencé à distribuer des dividendes seulement parce que des gens ont dit: « Avec 45 milliards de dollars en cash, ne serait-il pas le moment de faire profiter vos actionnaires??? » Pour mieux réaliser l’énormité de cette somme, il faut savoir que Altria (Philip Morris, Kraft, etc.) qui a été créée en 1847 et qui vend des clopes depuis ce moment-là ont 75 milliards de dollars en cash…

Bref, pour répondre à ta question, les différentes sociétés présentes dans l’informatique préfère mettre les sous de côté histoire d’avoir un matelas en cas de coup dur (rachat, pertes, amendes, etc.). Pour info, Apple bénéficie de pratiquement 7 milliards de dollars en cash ou investissements à court terme. C’est un joli trésor de guerre que j’aimerais voir utiliser pour des rachats « fracassants » et utile, bien sûr…

Zitoune: ou bien est-ce que le Mac mini a détourné les acheteurs potentiels de Power Mac pour réutiliser leur vieux écran?

fricotin: c’est tout ce qui me gêne, je pense qu’Apple cache les résultats pour mieux faire passer les succès ou échecs de la marque… Et à tous les coups que l’idée vient de Steve (il n’a jamais aimé être critiqué et c’est pas aujourd’hui que ça va changer).

zmodem: j’ai essayé de faire ton calcul, mais il n’est pas assez « fiable » pour l’exposer puisque tu oublies une composante importante d’après moi: l’eMac… même si la machine est un peu vieille, elle doit quand même être vendue à pas mal d’exemplaires…

T

9)
al1
, le 22.04.2005 à 16:33
[modifier]

Si Apple lâchait un peu ses marges au profit des revendeurs, il y aurait plus de revendeurs donc plus de visibilité donc plus de ventes !
J’ai honte à le dire, mais mes deux derniers switcheurs ont acheté sur l’AppleStore sur mes conseils, alors qu’à Angers nous avons un très bon revendeur (Micro-Concept, un peu de pub ça mange pas de pain). Ils vendent plus cher et en cas de panne ils ne sont pas mieux servis pour les pièces (bon finalement pour le coup d’pub j’suis pas sûr!;)). L’aide à l’utilisateur c’est moi qui m’en charge, bénévolement bien sûr !

Les boites de vente/réparation info ont tout intérêt à ne vendre que du PC sous Windows, ils vendent le matériel qui rapporte le mieux et sont assurés d’avoir du boulot en SAV.
Voilà, c’était pas une analyse pro à la TTE, juste un témoignage en direct-live d’Angers-city, à vous les studios, AVOUE, COGNAC J’AI !

10)
JMeng
, le 22.04.2005 à 16:52
[modifier]

Pour mon usage personnel, j’ai un Powerbook.
Sur mon bureau, mon employeur a posé un Mac mini.

Il y a comme une confusion des famille Pro et Grand Public, même si mon achat est un peu un cas à part (tout le monde n’investit pas dans un PB pour la maison).

Le Mac mini est très intéressant pour les entreprises : notre service R&D en a acheté cinq autres pour ses développeurs (PHP, Web Objects, etc…) en plus de celui qui me sert au studio graphique. A noter : ils ont tous été upgradé avec une barette de 1 Go et l’achat a été réalisé chez un fournisseur pro.

11)
startoof
, le 22.04.2005 à 19:06
[modifier]

Toujours une très bonne annalyse.
Cependant, j’émmeterai une réserve quant aux Powermacs. Je travail dans l’architecture. J’ai un powerbook 1Gh mais si je dois acheter une machine de bureau, je ne pense pas acheter un powermac car si elle ont un rapport puissance/prix correct à mes yeux. Je les trouve bien trop chère et trop puissante pour mes besoins.
Je n’ai pas l’impression que le graphisme exige les derniers machines. Elles sont pour moi, plus destinées au chaine de montage video.
Pour en revenir à ton annalyse, une mini tour pour professionnel, moins puissante et moins chère éviterai que je me tourne vers un imac.

12)
Guillôme
, le 22.04.2005 à 20:58
[modifier]

guillôme: si tu achetais une nouvelle machine aujourd’hui, tu aurais ton CD-DVD R et tu pourrais jeter 2 disques puisque tu pourrais mettre toutes tes données sur un, voire deux disques en interne. Et les slots mémoires? Si tu remplis les slots à coup de 256MB, ça sera jamais assez…

Ben non, dans mon cas, ce n’est pas satisfaisant! ;)

Avoir deux lecteurs ou plus de CD/DVD c’est très pratique pour copier deux disques, ou graver et lire en même temps, utiliser différents formats/lecteurs… Je suis très frustré sur mon G4 avec un seul lecteur CD-DVD-R justement (un 107).

Actuellement, j’ai 1.2Go de mémoire sur mon G4/733 et 420Go de disque! Si j’achète un G5, ce sera pour 0.5 à 1To de disque.
Et oui, la vidéo prend une place folle!
Bon, c’est clair dans mon cas je devrais me pencher sur une solution tour de disque externe mais c’est très cher et pénible d’avoir un module externe. Franchement avoir 2 disques même de 200 Go, c’est trop peu.

En tout cas, je ne suis pas le marché, je parle juste pour moi en tant que consommateur, je n’acheterai une prochaine machine pro que s’il y a plein d’extension possible et je suis prêt à payer pour ;)

guillôme

13)
Nian
, le 23.04.2005 à 02:07
[modifier]

Concernant les PowerMacs: pour notre agence de com, j’ai du en acheter 6 depuis qu’ils sont sortis, du 1,6 GHz au 2x 2,5 GHz. Les bipro sont au niveau performance à la hauteur de toutes attentes. À travailler tout les jours avec la Creative Suite d’Adobe, on ne remarque pas si on est sur un bipro 1,8 ou sur un 2,5. Imprimer un boulot complexe, qui aurait pris des dizaines de minutes sous OS 9, grâce au « monotasking » à ne rien faire d’autre qu’attendre, ne prend que quelques secondes, temps pendant lequel on peut aisément faire autre chose sans apercevoir de ralentissement. Au niveau pro (je ne parle pas de vidéo), depuis que Mac OS X est sorti et les machines assez puissante pour un feeling à la OS 9, il n’y a pas de raison de changer de PowerMac.

Un autre point à ne pas négliger, c’est que l’OS gagne en réactivité à toutes les mises à jour. Du temps de MacOS 9 c’était pas le cas. Pourquoi alors changer de machine, si elle devient plus rapide en 2 ans et 2 mises à jours majeures? (C’est le cas d’un 2x 2.0 GHz G5 acheté Août 2003, donc avec Mac OS 10.2.8 qui va reprendre une jeunesse dans quelques jours).

Du temps des G4/G3 et autres PowerPC 604, 603, 601, je faisais en sorte que tout nouveau Mac rentrant dans l’agence, fasse parti des plus puissants disponible. Et nous effectuions un roulement pour placer la machine la plus puissante chez les graphistes qui léguait son Mac au secrétariat, et le 8100 finissait chez les stagiaires. Et lorsque les iMacs sont apparus, ils avaient des processeurs à peine moins puissant (si ce n’est plus puissant) que les machines pros. Et pour bien moins cher. Du coup, le roulement n’est plus à l’ordre du jour. On achète maintenant des machines « grand marché » pour le secrétariat (2 iMac 1,25 GHz G4 à 17″ pouces — ils ne bougeront plus pendant au moins 2 ans encore). Et récemment même un Mac mini en remplacement d’un Cube qui n’était plus assez puissant pour bien faire tourner Office 2004… (!) Qui a vraiment besoin de plus d’un G4 pour s’amuser sur Internet, écrire…

Tout ça pour dire que les roulements ne se font plus qu’à l’intérieur des sections, le Mac mini remplacera un Cube, le G5 DualCore le G5 mono-processeur. De plus ces Macs sont devenus assez chics pour qu’ils restent quelques années sur les bureaux…

Quant au G5 dans une boite plus petite (un monoprocesseur mais DualCore) avec 4 emplacements RAM, un disque dur, un DVD-RW DL (pourquoi pas, ils sont vraiment pas cher…) dans une forme plus compacte… Oui, je pense que c’est une très bonne idée. Des 18 emplacements PCI sur les G5 de l’agence (c’est bien 3 qu’ils ont les Powermacs G5?), seulement 2 accueillent une carte, graphique en l’occurrence, à défaut d’adaptateur ADC-VGA, ADC-DVI ou DVI-ADC, on a pris une vieille carte traînant dans un coin. 16 emplacement sur 18 vides. Les périphériques sont raccordés soit par FireWire, soit par USB. Ou bien si ils existent toujours, ils sont raccordés à des « vieux » PowerMacs (G4 par ex.)

Et puis ces DualCore… Va t’on en avoir vraiment besoin? Depuis les G5 bipro, je suis arrivé à un point où c’est moi qui ralenti la machine, plus le contraire. Il n’y a que pour quelques travaux que je souhaiterais avoir une machine plus puissante (qu’un dual 2,5 G5), mais généralement, ils sont si vites passés, qu’un instant plus tard, je n’en ai plus besoin ;-)

Salut,

Nian

14)
G4Beige
, le 23.04.2005 à 22:35
[modifier]

L’an dernier, j’ai du changer de machine, après de longues réflexions, j’ai préféré un G4 MDD un peu trop bruyant mais ou je pouvais mettre 3 à 4 disques durs pour au moins pouvoir faire du raid 1 et avoir un peu de sécurité à un coût raisonnable (bien que ces radins n’aient même pas mis 2 ports ATA 133…) plutôt qu’un G5 qui m’aurait coûté le double vu que j’aurais du prendre les disques durs en externe.

D’autant que la puissance du G4 me suffit pour le moment…

En plus pourquoi Apple s’obstine à mettre 3 ports PCI alors que la plupart du temps le premier est inutilisable à cause de la carte graphique, c’est du gaspillage. Sans compter que lesdites cartes graphiques sont hors de prix et obsolètes.

Et puis avec tout ce pognon, Apple aurait bien pu racheter Macromedia au lieu de laisser Adobe le faire, cette erreur risque de leur coûter très cher….

Je viens de racheter une machine, un Mac Mini et j’en suis très content… J’aimerais bien une machine intermédiaire entre le mini et le G5…. Un plus gros G4 avec un port PCI et Une carte graphique interchangeable…. Et le même silence que le mini…. Je ne suis pas près de le voir arriver….