Profitez des offres Memoirevive.ch!
Ne vous perdez plus grâce à TomTom Go, officiellement pour Mac

Je ne sais pas vous, mais chez nous, quand nous partons en voyage, il y a toujours un moment où ça devient tendu un max dans la voiture, c'est quand il fallait tourner à droite, là, pour sortir de l'autoroute, et que justement, et bien nous avons continué tout droit.

Dans ce genre de situation, c'est toujours de la faute au copilote, donc à Mme Cuk, qui me renvoie l'attaque vicieuse (et un poil paniquée) d'un revers lifté en pleine figure puisque je n'avais qu'à lire ce qui était écrit depuis trois kilomètres sur les panneaux indicateurs.

Bon, ça se calme assez vite, pour autant que l'on trouve un trajet alternatif, mais la plongée dans la carte (que personnellement, je n'arrive jamais ensuite à refermer en suivant les traits, ou alors au quatorzième essai, cela dit, c'est Mme Cuk qui s'y colle et elle est bien plus forte que moi puisqu'elle y arrive, elle, au troisième essai seulement) est un moment difficile pour tout le monde dans notre petit espace confiné, quand nous sommes dans la Clio, ou dans celui qui l'est un peu moins, (quand nous sommes dans... l'Espace Renault).

Tout ça pour dire que ça fait des mois, des années que j'en rêve moi, de ce truc. D'un petit GPS, qui me guiderait partout où je veux aller, sans jamais se tromper. Avec une voix douce, qui ne fait jamais de remarques sur la conduite, à laquelle je puisse désobéir sans qu'elle se fâche, recalculant alors un nouvel itinéraire dans la foulée, et si possible avec quelques gadgets rigolos, parce que j'aime ça.

Et bien c'est fait depuis quelques mois. J'avais à l'époque écrit une première mouture de cet article, puis une deuxième un peu plus tard. En cette fin du mois d'août, je me propose de vous faire découvrir une nouvelle mise à jour de l'article consacré à TomTom Go. En effet, la version 5.201 que j'ai téléchargée sur le site de TomTom est désormais compatible nativement avec nos Macs. Cela valait bien que l'on tienne ce test à jour non?

Je tiens à être très clair: si au niveau des tests Mac, j'essaie d'être le plus exhaustif possible, dans le cas présent, il va s'agit plutôt d'une prise en mains, de la description d'une "expérience de vie". Je sais qu'il y a d'autres marques, peut-être certains autres modèles sont-ils supérieurs. Je sais aussi qu'il y a des pros, des forums entiers consacrés à ce genre de petites choses.

Moi je vais vous parler du TomTom Go et puis voilà. Je ne connais pas les autres. Cela dit, je me réjouis de lire vos commentaires si vous avez des expériences en cours à faire partager.

Je vais parler du TomTom Go original.

Mais pour votre gouverne, sachez que les nouveaux modèles sont désormais vendus dans nos contrées:

  • TomTomGo 700 (qui apporte en plus du TomTom Go de base une connexion Bluetooth et un système main libres, ainsi qu'un disque dur de 2.5 Gb permettant d'installer des cartes pour toute l'Europe, et qui, à travers elles permet des planifications porte à porte interfrontières et l'USB 2.0)
  • TomTomGo 500 (qui apporte en plus du TomTom Go une connexion Bluetooth et un système main libre)
  • TomTomGo 300 (idem 500 sans mains libres)

Ces trois modèles intègrent le système TomTom Traffic , qui permet de charger des informations sur le trafic en temps réel. Mais attention tout de même:

  • ce service est payant (abonnement de 30 € par an pour la Suisse ou pour la France)
  • il faut passer par votre téléphone portable (Bluetooth et capable et GPRS), donc payer en plus la communication mobile. Au prix où elle est en Suisse, ce n'est pas rien. Visiblement, il n'est pas possible de passer par le PC ou par le Mac pour préparer un parcours en tenant compte du trafic, il faut charger tout ça directement sur le Tomtom.

Mais que ce soit bien clair, seul ce service est payant et n'est pas du tout obligatoire. La preuve, mon TomTom n'y a pas accès, et je ne m'en porte pas vraiment plus mal, même si je trouve assez pratique de pouvoir télécharger à la volée les dernières modifications du jour. Et mis à part quelques mises à jour de cartes à venir, ce TomTom ne me coûte plus rien. Il n'y a aucun abonnement à payer pour bénéficier du GPS. On m'a tellement de fois posé la question que je me permets d'insister sur ce point.

Juste en deux mots: c'est quoi le système GPS?

Hey, je vais pouvoir utiliser mon Encyclopaedia Universalis v10 pour copier-coller l'explication et un petit dessin. Génial, surtout que cela reste accessible il me semble.

Voici donc:

Initialement conçu à des fins militaires, partiellement déclassifié, le G.P.S., système américain de localisation par satellite est aujourd'hui accessible à un large public ; le matériel approprié est de moins en moins cher et de plus en plus facile d'emploi. Afin de permettre une utilisation globale (en tout lieu et à toute heure, quelles que soient les conditions météorologiques), il est constitué d'une constellation d'au moins 24 satellites orbitant autour de la Terre à une altitude d'environ 20 000 kilomètres. Ces satellites diffusent en permanence des informations de temps relatives au système G.P.S. en utilisant des signaux codés sur deux fréquences prédéfinies (1,6 et 1,2 GHz). Ces signaux sont reconnus par des récepteurs au sol qui sont actuellement de la taille d'un téléphone mobile. En observant au moins quatre satellites simultanément, le récepteur au sol est capable de déterminer sa position (latitude, longitude et altitude) ainsi que son heure exacte.

Conçu à la fin des années 1960, le système a connu ses premiers lancements de satellites en 1979 et n'a été déclaré entièrement opérationnel qu'en 1994. En mai 2000, les Américains ont supprimé une forme de dégradation volontaire du signal G.P.S. qui n'affectait que les applications civiles. Les utilisateurs civils peuvent désormais obtenir les mêmes performances de localisation que les militaires habilités, c'est-à-dire quelques mètres. Un important projet de modernisation, appelé GPS-III, est actuellement en cours. Il vise à définir les fonctionnalités de ce système à l'horizon 2015 (fréquences additionnelles, nouveaux signaux civils, nouvelles performances,...).
© Encyclopædia Universalis 2004, tous droits réservés

Image Encyclopaedia Universalis v10

Principe du système G.P.S. (Global Positioning System), système américain de localisation par satellite. Dès que le récepteur au sol (ici embarqué sur un véhicule) capte simultanément les signaux de quatre satellites G.P.S., il procède à des calculs permettant de déterminer les trois coordonnées de position de l'objet (la latitude, la longitude et l'altitude) ainsi que sa synchronisation précise. ;r1, r2,..., représentent les distances entre l'émetteur et le récepteur.
© Encyclopædia Universalis 2004, tous droits réservés

Merci EU, il y a encore tout plein d'explications sur tes écrans mais je m'arrête là, le principal étant exposé.

Pourquoi le TomTom? insistez-vous

Bien, je vais tenter de répondre. Installer de manière fixe un GPS dans UNE voiture coûte la peau des fesses. TomTom Go reste à un prix supportable, lui, et s'installe indifféremment dans mes deux véhicules, et peut même se porter à la main dans une ville.

Je ne voulais pas un "Palm modifié", comme on en trouve beaucoup actuellement. Je n'avais en effet pas envie de me payer toute une partie Palm que j'ai déjà dans mon Treo alors que je veux... un GPS.

Sans compter qu'il semble que pas mal de ces petits machins portables ne supportent que les cartes SD 256. Moi, j'ai besoin de mettre la France et la Suisse sur une de ces cartes, ce qui m'impose l'insertion d'une carte 512 Mb. Le TomTom supporte sans sourcilier les cartes jusqu'à 2 Gb à ce qu'il paraît. Une 1 Gb ne me pose en tout cas aucun problème.

J'avais besoin aussi d'un réglage efficace du guidage sonore, ce qui est le cas dans le TomTom, pas dans passablement d'autres petits GPS ultraportables.

Bref, ce petit jouet répondait de manière assez complète à mon cahier des charges.

Raison de mon achat.

Trois étapes dans mon apprentissage, quelques angoisses

J'ai déballé TomTom de son emballage assez rigolo (un gros cube en carton noir) et je l'ai mis à charger.

La petite chose est assez bien équipée: un support ventouse, un chargeur secteur, un chargeur à brancher sur l'allume-cigares, toutes sortes de prises pour les pays traversés dans vos voyages, un câble USB, un CD avec toutes les cartes des pays d'Europe de l'ouest (faites par TeleAtlas, gage de qualité puisque cette entreprise fournit ses cartes pour un très grand nombre de fabricants, de PDA ou directement de voitures), une petite carte SD de 256 Mb déjà équipée de la carte de Suisse et d'Autriche, une housse pratique pour protéger le précieux bijou, il y a même un petit chiffon en microfibres pour nettoyer son écran tactile.

Pendant la charge, j'ai jeté un coup d'œil sur le mode d'emploi assez bien fait. D'ailleurs ce n'est pas dur: on comprend en trois minutes comment fonctionne la chose. L'interface est d'une facilité déconcertante.

Moi qui craignais le pire, et bien non!

Une fois le TomTom capable de tenir un moment en toute autonomie, j'y insère la carte SD et je le sors pour essayer de recevoir un signal d'un satellite GPS. Là, première inquiétude: rien. Pas de réception.

Je rentre, reprends le mode d'emploi, et tombe sur un passage qui m'explique que la première fois, la reconnaissance du récepteur peut prendre quelques minutes, ce qui devrait être plus court par la suite.

En effet, après être ressorti, je constate qu'au bout de trois à quatre minutes, les satellites me voient et savent où je me trouve.

Je pose alors la petite chose sur dans le petit bac de dépose situé sur le tableau de bord de ma Clio et... en voiture Simone.

Un petit clic n'importe où sur l'écran pour afficher les options:

Un clic sur "Naviguer vers" pour voir l'écran dédié, puis un clic sur "Adresse"

Il ne reste plus qu'à taper les premières lettres de la ville directement sur l'écran:

Puis le début du nom de la rue:

Enfin le numéro de la rue:

 

Question toute nouvelle apparue avec la nouvelle version 5.0 (puis 5.1) du TomTom:

Le progrès apporté par l'apparition de ce dialogue est d'une importance primordiale! Imaginez que lors de la première mouture de cet article, il n'était tout simplement pas disponible. Désormais, tout est possible, vous le comprenez vous-même.

Un clic sur le bouton "Terminé" et le trajet est immédiatement calculé.

J'avais sur cette capture la version 4.42. Je suis passé sans encombre à la version 5.1 du logiciel. La preuve?

 

Toute cette procédure prend quelques secondes, et se trouve être totalement intuitive. Un très grand bon point pour TomTom.

Je clique encore une fois sur l'écran, et me voici en vue 3D, fort pratique et fidèle à ce que je vois dehors.

Dans le cas de cette capture, je suis dans mon chemin tout paumé.

Comme je n'ai pas commencé à rouler, le système ne sait pas dans quel sens je suis, et où je regarde.

Je démarre et je me laisse guider: la perfection, tout est juste, je suis enchanté.

Notez que vous pouvez désormais trouver l'adresse cible en entrant préalablement le code postal, et, si vous ne connaissez pas la ville, mais que vous savez simplement que vous allez la visiter, demander d'aller en son centre, ou vers un point d'intérêt (nous verrons plus bas de quoi il s'agit).

Le lendemain, (c'est la deuxième étape et là qu'interviennent les quelques angoisses du sous-titre qui précède) je prends un de mes gamins avec moi et je lui montre de quoi est capable le système. Et là, c'est de la folie. L'écran devient gris, signe que le signal GPS n'est pas assez fort et que le logiciel est tout perdu. Je me retrouve dans des champs (enfin, virtuellement) et rien ne va. Je précise que j'avais alors installé le TomTom sur son support à ventouse, collé au pare-brise.

C'était tellement nul que j'ai décidé de ramener TomTom au magasin. Mais juste avant, je l'ai reposé à la première place, sur le tableau de bord. Et miracle, il fonctionnait à nouveau.

Et là j'ai eu l'Illumination: mon pare-brise athermique empêche les cartes à télépéage sur l'autoroute de fonctionner. Et si nom d'une pipe c'était la même chose avec le signal GPS? En fait. sur la Clio, une petite fenêtre dépourvue de la feuille empêchant la chaleur d'entrer est située juste devant l'endroit où le TomTom repose quand tout fonctionne, dans son petit casier. Là, les signaux passent. Je déplace le TomTom de quelques centimètres: plus rien. Plus tard, j'ai lu sur le site, sections "accessoires", qu'une petite antenne externe est disponible pour les voitures dotées... d'un pare-brise athermique. Tu crois qu'ils l'auraient dit dans le manuel?

Bref, et là c'est la troisième étape de ma découverte: j'ai collé un petit velcro sur le bord du casier de la Clio, un autre sur le côté du TomTom, et tout est réglé. Mon GPS est définitivement opérationnel et, comme nous allons le voir, efficace.

Vue arrière, le haut-parleur, de très bonne qualité
Vous voyez à droite le petit velcro.

Quelques trajets pour tester

Vous n'auriez pas fait la même chose vous? Mais si. Vous auriez immédiatement testé votre GPS (ou vous l'avez fait si vous en possédez déjà un) sur un chemin que vous connaissez bien. Par exemple de votre chez vous à votre lieu de travail.

C'est en tout cas ce que j'ai fait moi-même. TomTom me propose un chemin qui... tient la route (celui qui est d'ailleurs proposé également par des autres aides à la navigation comme l'Atlas du CD Swisscom par exemple) mais que par expérience, je préfère ne pas prendre.

Je commence donc par désobéir, au bout de deux cents mètres de chemin, à la gentille dame (j'aurais pu choisir la voix d'un charmant jeune homme, mais voyez-vous, je ne l'ai pas fait) qui me dit de tourner à droite. Je tourne donc à gauche, et quelques secondes après, TomTom recalcule un itinéraire en tenant compte de ma rébellion.

J'ai agi plusieurs fois ainsi. Je précise qu'à chaque fois, TomTom me proposait des chemins tout à fait valables, mais que j'apprécie beaucoup moins que mon petit trajet quotidien, loin de la circulation. Il n'empêche, à une dizaine de kilomètres de mon lieu de travail, le TomTom trouve le chemin qui me convient parfaitement. J'obéis donc et une fois arrivée devant mon collège, j'apprends que je suis parvenu à destination.

Super, et franchement dit, impressionnant.

J'essaie ensuite TomTom en ville, sur des petits trajets. Parfait, toujours tout bon. Je ne perds pratiquement pas la communication avec les satellites, sauf lorsque je me trouve au centre d'Orbe, dans une petite ruelle très étroite. Là, comme tous les GPS, mon petit machin montre des signes de faiblesse, mais se reprend souvent très vite, au bout de quelques secondes.

Dans l'intervalle, lorsqu'il perd le signal donc, il passe en mode ASN (ces trois initiales pour Assisted Satellite Navigation clignotent sur l'afficheur) dont je n'ai trouvé trace sur aucun manuel, mis à part dans les données techniques. Si j'ai bien compris, il s'agit d'un mode ou l'appareil tient compte de la vitesse moyenne pour continuer pendant quelque temps à nous en sortir, même dans un tunnel. Ça fonctionne assez bien d'ailleurs, par exemple sur autoroute, quand la vitesse est stable, cela même sur des tunnels de plusieurs kilomètres.

Autre expérience: départ à Leukerbad, en pleine montagne. Là, le trajet est très simple, il faut suivre l'autoroute jusqu'à son terme, au fond du Valais. Mais après, je ne sais pas. Je me laisse guider par TomTom. À un embranchement, le panneau indicateur me dit de tourner à droite, alors que le GPS me demande de tourner à gauche. Il semblerait qu'il veuille prendre un raccourci. Lors de notre retour, nous nous rendrons compte que le chemin demandé, vu d'en haut, était très étroit et pas du tout déneigé. Heureusement que nous ne l'avons pas pris à la montée.

Les points d'intérêt, bien pensés et éditables

Pour le reste, j'avais demandé comme lieu d'arrivée mon hôtel. Pour ce faire, la nouvelle version du logiciel permet de choisir un centre d'intérêt dans la ville d'arrivée de manière toute simple, et non plus seulement à l'endroit où vous vous trouvez (une méthode bien compliquée était à l'époque disponible cependant, je l'avais donnée ici, mais elle n'a plus sa raison d'être, ouf).

Les centres d'intérêt sont les suivants (et bien plus nombreux depuis la version 5.1):

  • Aires de repos
  • Activités nocturnes (cabarets)
  • Ambassades
  • Bibliothèques
  • Bureaux de poste
  • Centres commerciaux
  • Centres de locations de voitures
  • Centres culturels
  • Cinémas
  • Centres d'exposition
  • Commissariats de police
  • Cols
  • Concessionnaires auto
  • Frontière
  • Gare
  • Hôpitaux
  • Hôtels/motels
  • Lieux de recueillement
  • Magasins
  • Musées
  • Lycées/Universités
  • Opéra
  • Palais de justice
  • Parcs d'attraction
  • Parkings couverts
  • Pharmacie
  • Réparation automobile
  • Restaurants
  • Salles de concerts
  • Sites touristiques
  • Sociétés
  • Sommet montagneux
  • Stade
  • Station essence
  • Syndicat d'initiative
  • Terminal de car-ferry
  • Terrain de camping
  • Terrain de golf
  • Théâtre
  • Zoo

Pas mal non? Notez que vous pouvez rajouter des catégories de centres d'intérêt, que vous pouvez éditer comme bon vous semble, contrairement aux catégories listées ci-dessus.

Vous pouvez encore choisir quels centres d'intérêts doivent s'afficher pendant l'itinéraire, et s'il ne faut signaler que les centres directement sur votre route, ou également ceux qui imposent un petit détour. Plus fort, vous pouvez demander désormais d'annoncer ces centres d'intérêts à l'avance, et même de choisir la distance du signalement.

Pour en revenir à mon trajet à Leukerbad, je choisis donc "Hôtel" et là, pas de problème, le mien s'y trouve;

Ensuite c'est très simple: Je reprends "Naviguer vers", j'ai choisi "Favoris" comme lieu de destination et j'ai cliqué sur mon hôtel qui est apparu dans la liste, comme il se doit.

Et voyez-vous, lorsque la dame m'a dit "vous êtes arrivés", la voiture se trouvait devant l'hôtel.

Dans la montagne, je n'ai jamais perdu les satellites à la montée, alors que je peux vous dire que l'on passe dans des gorges assez étroites. Par contre, à la descente, sur deux kilomètres: plus rien. Une explication? Nous passons devant des énormes paraboles (d'un opérateur? la SSR?) qui doivent brouiller le signal GPS. Mais alors pourquoi je n'ai rien constaté à la montée?

Autre exemple pour terminer: l'expérience de Mme Cuk. Faut vous dire que comme à peu près à chaque fois que j'achète un petit gadget, Mme Cuk n'est pas très chaude, malgré ce que j'essaie de lui expliquer. Mais voilà que l'autre jour, elle me demande de prendre le GPS pour essayer, puisqu'elle doit aller à Renens chez une de nos copines. Ceux qui connaissent un peu l'Ouest lausannois savent à quel point toutes les communes sont imbriquées les unes dans les autres, et à quel point c'est difficile parfois de trouver son lieu de destination.

Et bien croyez-moi si vous voulez, j'ai reçu un téléphone de ma femme qui me disait: "Pas mal, je dois avouer. Sans ton TomTom, je pense que je n'aurais jamais trouvé sans téléphoner". Remarquez que ça revient au même puisqu'elle m'a téléphoné à moi pour me le dire! Mais pour que Mme Cuk fasse un compliment à un de mes appareils, au bout d'un seul essai, c'est qu'il ne doit pas être trop mauvais. J'oublie de dire que je n'avais pas laissé le mode d'emploi à disposition, et que ma femme qui n'avait jamais essayé le TomTom l'a programmé en quelques secondes ce qui prouve deux choses:

  1. Mme Cuk est loin d'être un manche au niveau électronique quand ça l'intéresse
  2. Que le TomTom Go est tout de même bien pensé

Les plus de TomTom

Le plus le plus plus, c'est tout de même le fait de pouvoir prendre cet appareil fiable dans ses mains, et de pouvoir à choix:

  • le mettre dans une autre voiture
  • le prendre avec vous en deux roues, en ce cas, TomTom vous permettra de choisir des routes appropriées (autoroute ou non, selon que vous êtes en moto ou en vélo)
  • le prendre avec vous lorsque vous êtes à pied. En ce cas, TomTom ne tiendra pas compte de la signalisation routière (vous pourrez passer par un sens interdit)

Ces deux dernières options sont disponibles depuis l'arrivée de la mise à jour 5.0, puis 5.1, qui peut s'effectuer sans problème et gratuitement, sur PC mais aussi sur Mac (voir plus bas la condition préalable).

TomTom Go regorge d'options faciles à mettre en œuvre. Les menus sont simples, logiques, il suffit de naviguer. Vous pouvez demander au calculateur de passer par un endroit précis, de choisir un itinéraire bis, d'éviter des travaux à X kilomètres (en cas de bouchon par exemple).

Vous pouvez désormais imposer plusieurs étapes pour une planification (une seule était possible en version 4.2). Vos itinéraires peuvent être sauvegardés et rappelés au besoin sur la carte.

Mieux! Vous pouvez demander une démo de votre trajet, que vous pouvez faire en temps réel ou en vitesse rapide (5X).

Vous pouvez aussi demander d'afficher un éclairage pour la nuit, régler le volume pour qu'il soit compréhensible, même en écoutant la radio (notez que le modèle 700 permet de régler ce volume automatiquement en fonction de la vitesse).

Vous pouvez afficher ou non la vue en 3D. Cette dernière est extrêmement bien faite. Elle complète toujours les indications vocales, même si celles-ci sont en général très précises. Du type," à 200 m, au rond-point, tournez à gauche à la deuxième sortie, puis prenez l'autoroute". Cette explication sera redonnée juste avant le rond-point. Presqu'impossible de se changer. mais de toute façon, vous voyez très clairement votre route et par où vous devez passer en regardant une flèche verte parfaitement claire. Un clic sur le bas de l'écran permet de répéter l'indication vocale à tout instant.

J'adore aussi l'indication qui nous permet d'un clin d'œil de savoir où et dans combien de kilomètre se trouvera le prochain changement de direction.

Il est même possible de demander que cette indication de changement de direction soit le seul renseignement donné, à partir d'une certaine vitesse (eh oui, le GPS sait de manière très précise à quelle vitesse vous roulez).

Mais j'insiste, le fait de pouvoir changer notre petite carte électronique de voiture et même de le prendre à pied, c'est assez génial.

À ce propos, il faut compter deux heures pour charger l'appareil, qui tient ensuite plus de cinq heures sans être remis en charge (pratiquement une heure de plus en version 5.2 qu'en version 4.X). Je rappelle qu'il est tout à fait possible de le brancher sur la prise allume-cigares de votre véhicule.

La version 5.201 règle le problème qui était jusqu'alors le plus ennuyeux. En effet, jusqu'alors, une fois éteint, il fallait (si l'on n'avait pas utilisé Tomtom depuis quelques heures), attendre environ 4 minutes pour que le GPS soit "vu" par les satellites, depuis que j'ai installé cette nouvelle version, il ne m'a jamais fallu plus de deux minutes pour retrouver mes chers satellites. Le plus souvent, il suffit même d'une minute.

Les petits moins

Petit défaut: lorsque l'on suit une route de montagne sinueuse, avec des épingles à 180° il faut souvent une à deux secondes pour que notre véhicule "virtuel" (une flèche bleue située toujours au milieu de l'écran, c'est la carte qui tourne autour) se retrouve parfaitement sur la route. Il me semble sur ce point avoir vu un progrès avec la nouvelle version 5.2 par rapport à la version 4.X.

La précision de 10 m peut également parfois jouer des tours: en effet, j'étais à pied sur un chemin parallèle à celui que je devais prendre, très proche. TomTom a mis un sacré moment pour se rendre compte que je n'étais pas sur la route qu'il me demandait de suivre. Cela dit, je pense que la plupart des GPS auraient connu le même problème.

Une mise à jour efficace!

Je parlais juste au-dessus d'une mise à jour: eh oui, le TomTom Go peut être remis au goût des dernières nouveautés via votre ordinateur, et une connexion Internet.

Vous pouvez commander aussi des mises à jour de carte pour être sûr d'être bien au top de l'actualité routière. Ces dernières sont payantes (une soixantaine d'euros pour l'Europe entière, rien à redire) et vous seront envoyées sur CD.

Mais tout n'est pas forcément payant. Par exemple, le passage de la version 4.2 à la 5.201 ne m'a posé aucun problème, et ne m'a rien coûté. Et les nouveautés sont importantes, ne serait-ce que le fait d'avoir pu profiter de toutes les avancées des futurs TomTom 300/500/700, mise à part la fonctionnalité Bluetooth. Oui, TomTom est évolutif, et c'est fort agréable de pouvoir en profiter, ce d'autant plus que c'est gratuit.

Par défaut, le Mac n'était malheureusement pas reconnu pour ces mises à jour, mais il y a pourtant une solution.

TomTom et le Macintosh, c'est tout bon et c'est "d'usine"

TomTom était vendu, au moment où je l'ai acheté, pour être installé sur un PC. Rien n'était prévu dans l'emballage pour qu'on puisse l'utiliser avec un Mac, ce qui était fort ennuyeux. En effet, si le GPS est installé avec les cartes de la Suisse (pour ceux qui y habitent) et peut être utilisé instantanément, il faut passer par un ordinateur pour charger une mise à jour ou une nouvelle carte.

À l'époque, l'utilitaireTamTam, était la seule solution disponible pour relier le Mac avec TomTom. Moi qui ai utilisé Windows XP et la version TamTam, je peux vous assurer que le fonctionnement de TamTam est pratiquement 100 % identique et fonctionne à merveille, et jusqu'à il y a peu, c'était très bien ainsi, même si la protection de cet utilitaire était assez lamentable (voir l'humeur que j'avais écrit à ce sujet ici).

Mais tout a changé désormais. Non pas que TamTam ne fonctionne plus! Mais bien plutôt parce que TomTom est désormais totalement compatible d'usine avec nos Macintosh. En effet, le GPS est désormais livré avec un utilitaire pour Mac. Ceux qui ont fait comme moi l'achat du TomTom il y a quelques mois peuvent faire le téléchargement gratuit du programme pour Mac ici.

Faites attention de bien télécharger la version Mac, et pas celle pour Windows (il faut scroller un peu).

Je remercie en votre nom la maison TomTom d'avoir fait l'effort de rendre leur génial petit appareil compatible avec nos non moins géniales machines. Oui, cela fait plaisir. Pourvu que le logiciel passe le cap du processeur Intel!

En conclusion

D'autres marques font peut-être aussi bien, voire peut-être mieux, allez savoir. Il n'empêche, pour environ environ 800  francs suisses (pour la version 300, équivalent en "mieux" de celui qui est testé ici, qui coûtait il y a quelques mois plus plus de 1100 francs!), TomTom vous évitera un certain nombre de scènes de ménage. Rien que ça, ça n'a pas de prix. Et je dois dire que je suis véritablement épaté par à la fois l'ergonomie et la fiabilité de ce petit engin, assez étonnant, il me faut bien l'avouer.

Comme en plus, je crois savoir que c'est le seul que l'on peut véritablement utiliser avec un Mac... Le bonheur est complet.

Ah, encore une chose: vous trouverez d'autres expériences de voyage avec TomTom ici, à travers la France, lors de nos vacances 2005.

47 commentaires
1)
Iris
, le 30.03.2005 à 00:23
[modifier]

Est- ce que Tom Tom fonctionne aussi dans le dédale du site de la HEP?
Comme ça tu devrais trouver sans problème la salle du cours… ;-)

2)
Mathieu
, le 30.03.2005 à 06:54
[modifier]

Salut,

Super ton article. Ca fait pas mal de temps que je me tate pour acheter un Tomtom mais je n’arrive pas à savoir si mon Picasso est « compatible », au niveau de son pare-brise. Comment le savoir ? Est-ce qu’il y a un site qui répertorie ce genre de détail car effectivement, si on se retrouve sans possibilité de capter (avec l’installation -et le coût – d’origine), il y a un peu arnaque !

Mat

3)
François Cuneo
, le 30.03.2005 à 06:58
[modifier]

Est- ce que Tom Tom fonctionne aussi dans le dédale du site de la HEP?
Comme ça tu devrais trouver sans problème la salle du cours… ;-)

Iris, bonne question! La réponse est non.

Il faudrait une carte SD de 4GB, ce qui n’existe pas à ma connaissance. Et puis, il faudrait la mettre à jour toute les semaines, vus les changements permanents de la HEP, et puis aussi, les chemins pointeraient toujours sur Bologne, et là, malgré toute la bonne volonté de Tomtom Go, qui peut être compatible Mac, il n’arrive pas à corriger les erreurs d’indication de la HEP qui vise toujours à côté.

Comprenne qui peut.

Et non, je n’ai pas bu.

4)
Okazou
, le 30.03.2005 à 06:59
[modifier]

« (j’aurais pu choisir la voix d’un charmant jeune homme, mais voyez-vous, je ne l’ai pas fait) »

Succulent !

« Et voyez-vous, lorsque la dame m’a dit « vous êtes arrivés », la voiture se trouvait devant l’hôtel. »

Voilà, Mister Gadget vient d’inventer le taxi mais il est son propre chauffeur et le tarif n’est pas le même. Normal, il se tape la conduite.

Alors, poussons les choses un peu plus loin. Imaginons un automate (un système automatique) qui pilote ta voiture sur les données du Tom Tom Machin que tu as choisies au départ et « Roule ma poule ! », tu te laisses guider et tu profites de ton trajet pour corriger les devoirs de tes élèves ou lire le mode d’emploi du dernier gadget que tu viens d’acquérir.

Bon, tu me diras que pour l’instant la précision du Tom Tom Truc est non seulement moyenne mais de plus variable et sans aucune garantie du gouvernement US.

C’est vrai, nos chers amis Yankees nous prêtent leurs services de positionnement en brandissant l’épée de Damoclès fatale du « Si ça me chante et quand ça me chante, je te débranche, mon p’tit gars. » Les Yankees, ils sont comme ça. GPS est un truc militaire pur jus, 100% défense nationale et au moindre haussement de sourcil d’un zozo de la CIA, Paf ! tu te retrouves avec une précision de 100 m et un service intermittent.

Bien sûr, et c’est heureux, Zorro est en train d’arriver avec sa brochette de 30 satellites civils qui vont autoriser une précision permanente de 1 m, qui se combineront avec à la fois l’antique GPS US et le trop peu connu, également suranné, Glonass russe.

http://europa.eu.int/comm/dgs/energy_transport/galileo/video/index_fr.htm

Tout ça pour 2008 et c’est l’Europe qui vous l’offre. Oui, vous savez, ce machin qui a tant de mal à faire de la politique et qui taille pourtant croupière sur croupière à nos si chers amis yankees qui le méritent tant.

On leur claque une grande famille d’Airbus (le plus gros s’envole bientôt), on les met grave avec quelques Ariane sans fil et maintenant ce qu’ils nous prêtaient à contre-cœur, leur fameux GPS dont ils étaient si fiers et si jaloux, on le déborde sur tous les plans et on discute avec les Russes et les Chinois.

Car Galileo, ce GNSS de tous les diables, il ne craint aucune concurrence parce qu’il tue toute concurrence. Et nous, Européens, avec un certain savoir-vivre, nous en ferons profiter l’Afrique, l’Amérique du Sud et même une grande partie de l’Asie.

Avec tout ça, François, je te vois mal refuser de tester un jour la bagnole dans laquelle tu ne seras plus qu’un passager exigeant confiant en Galileo et dans ton Tom Tom Bidule qui est déjà compatible. Et dans l’Europe, tu es confiant ?


Une Europe sociale est possible.

5)
François Cuneo
, le 30.03.2005 à 07:01
[modifier]

Mathieu, si jamais, il y a une antenne qui permet de passer outre ce pare-brise. C’est ton fabriquant qui t’a fait payer l’option « Pare-brise athermique ». A mon avis, c’est écrit quelque part. Et si c’est le cas, c’est quasi certain que tu as un petit rectangle dans le pare-brise différent du reste du verre. C’est l’endroit pour les cartes télépéage.

6)
François Cuneo
, le 30.03.2005 à 07:04
[modifier]

Okazou, le pied, la voiture téléguidée.

Et tu es sûr que Tomtom bidule est déjà compatible avec ce que tu nous annonces? J’aurais même pô besoin de m’en acheter un autre?

Même pas un petit prétexte pour changer?

Je suis presque déçu!!:-)

7)
jibu
, le 30.03.2005 à 07:28
[modifier]

J’ai testé beaucoup d’autre gps autonome, ma conclusion; tomtomgo est le mac des gps, hypersimple à utiliser bien qu’un peu havard en options. Ayant eu un gps bardé d’options, j’ai constaté que je ne les changaient jamais…

Un défaut du tomtomgo, il ne permet pas la navigation entre cartes; si on a la france et la suisse, on ne peut créer un itinéraire de suisse en france. Un peu con quand même.

Jibu

8)
Okazou
, le 30.03.2005 à 07:31
[modifier]

La compatibilité entre Galileo et GPS suffit.

Mais tu pourras toujours te montrer généreux en offrant ton TomTom à quelqu’un. Tu es mieux placé que quiconque pour maîtriser à la perfection l’invention opportune de prétexte à l’acquisition de nouveaux gadgets ;-)


Une Europe sociale est possible.

9)
François Cuneo
, le 30.03.2005 à 08:32
[modifier]

Un défaut du tomtomgo, il ne permet pas la navigation entre cartes; si on a la france et la suisse, on ne peut créer un itinéraire de suisse en france. Un peu con quand même.

C’est vrai que ça m’énerve aussi. Mais il est possible d’utiliser les grandes routes européennes pour les trajets internationaux, et ensuite d’avoir préparé un favori dès qu’on est dans le pays d’arrivée, si j’ai bien compris.
Je testerai tout ça en été!:-)

10)
Franck_Pastor
, le 30.03.2005 à 09:40
[modifier]

Pour le coup, je me sens bien dans le rôle du gars rétrograde : alors fini le plaisir de s’égarer un peu, fini le plaisir de la découverte, le plaisir de discuter un peu avec des gens à qui on demande son chemin et à qui on n’aurait jamais parlé autrement ? Fini le plaisir de l’imprévu ? QUELLE BARBE ! Et puis, savoir qu’on est suivi à la trace par des satellites… Démoralisant.

S’il le faut, j’utiliserais ce machin pour un usage professionnel, si je dois absolument aller quelque part à telle heure bien précise pour mon boulot. Mais en vacances, en balade… Sûrement pas !

11)
Droopy
, le 30.03.2005 à 09:44
[modifier]

Bonjour Francois, bonjour à tous,
Si cela est possible avec le Tom Tom, essaie les cartes Navtec. Il y a deux fabricants au monde. Télé Atlas et Navtec. Dans ma voiture, j’ai un Becker, et il est compatible avec les 2 cartographies. Et sur ces machines, la supériorité de Navtec est évidente.
En ce qui concene d’autres GPS portables, il en existe d’autres, mais l’idéal serait de les comparer en effectuant un meme parcours. Mais j’en ai testé un dernierement (Garmin), et on a le choix « route rapide » ou « route courte », entre autres.
Sujet tres vaste que les GPS. Derniérement, j’ai testé, pendant plusieurs jours, une voiture de 40000 Euros avec GPS. Certes, le GPS t’amene ou tu veux, mais quand on connait le coin, et que l’on voit par ou il te fait passer, on a des doutes sur l’analyse du logiciel.
Et c’est là l’intéret d’un bon GPS.

patrick.wibo@wanadoo.fr

12)
ToTheEnd
, le 30.03.2005 à 10:01
[modifier]

Les mérites d’une navigation au GPS ne sont plus à démontrer en ce qui me concerne.

Perso, j’avais pris en option dans ma M3 la navigation (NavTech en OEM) par GPS et j’ai trouvé ça extra. Ca m’a rendu des centaines de services en Suisse, mais aussi à l’étranger.

Seul bémol, la carte par pays (ou par groupe de pays) coûte dans les CHF 250.-… juste exagéré si tu vas en vacances dans un coin pour quelques jours… Sans parler que tu n’as pas de mise à jour incluse dans ce prix (entre 2 et 3 par an).

J’aurais aimé avoir une mise à jour sur la base d’un abonnement par exemple… mais maintenant, j’ai plus ma bagnole alors… et sur ma moto, j’y vais à l’instinct parce que quand t’es à 250 en ville, tu n’as pas le temps de regarder un écran…

T

13)
Mirou
, le 30.03.2005 à 10:23
[modifier]

Super ce Tom Tom ! Et bravo pour l’article. Si j’avais une voiture, et donc les moyens, je m’en achèterais un, de ces trucs.

Une question François :
Si tu lui dis « Loèche-les-bains » au lieu de Leukerbad, il trouve aussi ? Parce que Leukerbad, c’est en allemand, et pas mal de nos concitoyens romands ne savent pas qu’ils y vont tous les moins en vacances !

Frank :
De quel plaisir de se perdre tu parles ? Moi je dis, la technologie c’est toujours utile, il faut savoir la débrancher. Comme avec les Natels (GSM), c’est hyperpratique, mais il y a toujours des gens qui n’en veulent pas (et donc qui se coupent de toute relation sociale) car soi-disant, « ils ne veulent pas être dérangés tout le temps. » Sur les natel, comme sur le tom-tom, il y a un bouton « off ! »

Imagine : tu programmes ton trajet jusqu’à Barcelone (ok, c’est loin, mais bon), tu trouves le parking de ton hôtel, tu ÉTEINS ton tom-tom et tu te perds joyeusement dans les dédales de cette ville magique !
(Je suis d’accord, Barcelone c’est moins cher d’y aller en avion qu’en voiture, mais pour se perdre joyeusement, je n’ai pas trouvé de meilleur endroit….)

14)
ptisuix
, le 30.03.2005 à 11:14
[modifier]

Tiens, un homonyme

Pour le coup, je me sens bien dans le rôle du gars rétrograde : alors fini le plaisir de s’égarer un peu, fini le plaisir de la découverte,

Exactement. Je désespérai d’être le seul vieux ronchon qui ne veut pas de GPS dans sa katsencisse.
Exemple contre l’utilisation du GPS. Dimanche, le long de l’Engadine, je roulais à l’aventure. Toutà coup, sans prévenir: la douane (autrichienne)… Nous sortons la carte, et hop, on décide de partir sur l’Autriche. Avec un GPS, on aurait planifié tout notre parcourt. Là, nous sommes parti à l’aventure.

16)
Hervé
, le 30.03.2005 à 11:18
[modifier]

—>TTE
C’est vrai que les cartes NavTec sont chères, mais ils viennent de sortir un pack « Europe » de 6 CD pour le prix de 2 cartes « normales ». Malheureusement, j’attends toujours la Grèce ! En préparation et prévu pour septembre, paraît-il. Ouf, fini les casse-têtes dans Athènes.

J’ai le GPS intégré depuis deux ans et cela m’a rendu bien des services, sauf quand il m’envoie à Nant près de Montreux alors que je veux aller à Nant à Vully ! Par contre, aucun problème avec les sens interdits dans Rimini.

—>ptisuix
Je ne mets pas le GPS quand je pars à l’aventure ! Mais si, au bout de l’aventure, on est complètement perdu … un petit coup de GPS pour retrouver son chemin, ça aide !

17)
JCP
, le 30.03.2005 à 12:02
[modifier]

C’est vrai que les cartes NavTec sont chères

Et je rappelle qu’il est parfaitement illégal de télécharger les cartes navtech sur les réseaux P2P.

JCP

18)
Blues
, le 30.03.2005 à 14:38
[modifier]

« Ouf, fini les casse-têtes dans Athènes. »

Comment ça Hervé … Facile Athènes, pas besoin de GPS pour se situer … Il suffit de lever la tête, y’a toujours une colline (Licavitos, Acropole, etc..) pour savoir où tu te trouves ?

A part ça … ce petit bidule TomTom-TamTam, c’est vraiment chérot … Ok, pour ceux qui n’ont aucun sens de l’orientation, il sera vite rentabilisé ! Mais pour nous, les autres… les « experts », on pas besoin de ça, il me semble ?

19)
pilote.ka
, le 30.03.2005 à 16:09
[modifier]

>> »Les mérites d’une navigation au GPS ne sont plus à démontrer en ce qui me concerne. »

Moi j’habite Paris et depuis que je n’ai plus de voiture je prends le taxi.
Une fois un taxi m’as pris avec son gps. Le problème c’est que Paris est constamment en travaux. Et le gps de mon taxi ne savait pas que ma rue avait changé de sens depuis 2 ans (qui oblige à un détour conséquent pour s’y rendre). Alors j’ai pris les choses en main et indiqué le chemin au chauffeur.
Paris, c’est aussi des travaux permanents, des bouchons impromptus,
des rues qu’il ne faut pas prendre à certeines heures ou bloquées etc.
Je crois que le gps c’est fait pour la route. dans une ville comme Paris son intêret est un peu moindre.

20)
alec6
, le 30.03.2005 à 18:58
[modifier]

Pilote.ka…

J’allais faire la même remarque, que je pourrais tansformer en conseil pour les étrangers en visite à la capitale :
Si vous voyez un taxi avec un GPS, ne le prenez pas ! vous êtes sûr de ne pas arriver dans les temps !!

Alexis… tous les défauts et à vélo !

21)
jibu
, le 30.03.2005 à 19:09
[modifier]

Je pense que l’usage d’un gps de ce type est excellent dans un cadre professionnel.

Pour le privé, la location est une super solution je trouve.

Jibu

22)
Hervé
, le 30.03.2005 à 23:14
[modifier]

Blues : dans Athènes, si tu lèves la tête, tu vois l’Acropole et le Lycabette. Ça t’avance à quoi si comme moi tu vas chez un médecin qui habite Kifissia ? Tu tournes, tu tournes, tu finis par planquer ta voirture et essaies d’arrêter un taxi …. tous pleins ou qui ne vont pas dans la direction et … tu arrives avec trois de retard à ton rendez-vous. Heureusement, en Grèce, c’est presque à l’heure !

23)
alec6
, le 30.03.2005 à 23:39
[modifier]

Trouvé sur le site de l’ESA (agence spaciale européenne)
esa
une info sur un système européen permettant d’améliorer le GPS américain dans le cadre du futur réseau Galileo

Alexis… tous les défauts.

24)
G4Beige
, le 31.03.2005 à 13:42
[modifier]

Pour les grosses antennes que tu as croisées au retour, elles ont été rachetées en 2000 par Verestar, une société américaine fortement soupçonnée de fournir des informations à la NSA dans le cadre du programme Echelon.

Donc en fait, ton GPS n’était pas brouillé, c’est juste qu’il transmettait toutes tes données persos à la station pour vérifier que tu te trouvais bien là ou tu disais te trouver ;-).

25)
le baron
, le 04.06.2005 à 17:21
[modifier]

Hello super article je suis très intéréssé par unde ces appareils.

De quel model s’agit il (TOMTOM Go XXX)

Merci
Salutations

26)
François Cuneo
, le 05.06.2005 à 08:22
[modifier]

Du tomtom go!:-)
Le mien n’a pas encore de numéro. C’est l’original, môssieur!
Je reviens sur ce sujet cette semaine puisque je vais mettre à jour l’article sur ce génial petit appareil.

27)
macman
, le 08.06.2005 à 02:42
[modifier]

Hello, com d’hab merci pour la mise à jour de l’article.
J’ai toutefois une petite question: est-ce envisageable d’utiliser le tomtom sans le son, car au vu de mes problèmes d’ouïe, je me fais pas mal de soucis sur la possibilité d’utiliser ce GPS, sans la voix qui va avec.

Merci
:)

A+
Macman

28)
François Cuneo
, le 08.06.2005 à 06:21
[modifier]

macman: oui bien sûr! Il faut le placer dans ton champ de vision, et c’est tout bon. Les indications visuelles sont excellentes.

29)
Manu75
, le 08.06.2005 à 14:19
[modifier]

Bonjour tout le monde,

J’ai vu récemment le Tomtom et compagnie sur le site de http://www.valcenter.ch. Aussi, je suis très heureux de pouvoir lire ce petit test sur cuk.

Mais est-il possible de synchroniser d’une manière ou d’une autre ce TomTom avec un carnet d’adresse ?

Bon d’accord, je pousse un peu. Cependant ce serait sympa de voir la photo de la personne qui nous appelle grâce à la connexion bleu-dentée … ;o)

30)
TOZ
, le 12.06.2005 à 16:52
[modifier]

Bonjour,

Nouveau sur ce forum, j’ai appris ici, l’existence de tamtam.
J’essaye de faire la MAJ en 5.1 mais je n’y arrive pas. Le fichier téléchargé est un .exe que tamtam ne reconnait pas.
Dans l’archive il n’y a que le setup.apk qui est reconnu, mais à première vue ça ne suffit pas, mon tomtom Go est alors inutilisable, il me dit que la carte SD est vide.
Comment faites-vous ?

31)
léo
, le 12.06.2005 à 21:48
[modifier]

Cher Tous…

Ce dont personne ne parle ici, et c’est un scandale au même titre que pour les grand constructeur de GPS, c’est qu’aucun de ces appareils n’est réelement compatible MAC!!!!
ET CA, CA ME GONFFFFLE!

Garmin les premiers, leader mondiaux du gadget gps et incapables de faire que leurs cartes (sur CD) soient chargeable sur l’engin via un mac, des vrais ploucs!

Tome-Tome (de Rougemeont?) a trouvé la parade avec les cartes SD, ok pas mal pour des choses simples mais dès que tu cherches à faire un poil plus dur, t’es obligé de passer par virtual PC, et ça Monsieur, pour avoir tenté la chose, non merci.

Alors? A quand la pression sur les constructeurs de gps?

32)
François Cuneo
, le 13.06.2005 à 09:23
[modifier]

Mais Leo, je parle justement de l’utilitaire tamtam qui permet de tout faire pour que ça fonctionne nickel avec ton Mac! Sans jamais avoir besoin de vpc.

33)
François Cuneo
, le 13.06.2005 à 09:27
[modifier]

Toz. il faut bel et bien sélectionner le fichier .apk, et puis normalement ça baigne tout seul, en tout cas chez moi. Mais attention, il faut recharger les cartes après. Tout est effacé sur le Tomtom, c’est indiqué dans la démarche, même sur PC.
Un p’tit mail à l’éditeur de tamtam peut-être si ça ne va pas?

35)
TOZ
, le 13.06.2005 à 12:40
[modifier]

J

J’ai fait la mise à jour sur un PC.
Vous savez dans quels fichiers sont sauvegardées les préférences systèmes et les adresses.

36)
léo
, le 16.06.2005 à 11:01
[modifier]

oui françois, j’ai bien lu… et j’ai surtout, qu’il est payant! (bien tiens, bonne poire qu’on est)

Il n’empêche que j’ai claqué plus de mille balle pour un garmin (j’avais besoin d’autres fonctions, non dispo chez tom tom) et qu’ils ne feront jamais rien pour les macs. Qu’avec VPC, même sur un G5, ça prend 12 plombes. Et si tu regardes bien, dans les gps un poil pointus, y’a rien pour mac, chez aucune marque, pour rapatrier sur ton mac les données (ça ça existe) et surtout et par-dessus tout, les cartes du constructeurs, màj des cartes etc…

Donc moi je dis que c’est maintenant de faire pression, ou d’attendre intel pouisqu’on sera tous finalement sur PC :( pouark!

37)
Pampelune
, le 18.06.2005 à 11:45
[modifier]

Je ne comprends plus, sur le site de tomtom ils disent que c’est compatible MAC….???

39)
Pampelune
, le 19.06.2005 à 11:47
[modifier]

Pas avec les nouveaux apparemment…??

« TamTam is not yet compatible with the new TomTom Go series 300/500/700 but we are working on it. Until then, we do not recommend that you try TamTam with these new TomTom GO models. We do not take responsibility for damages to your TomTom GO 300/500/700 which may result from using TamTam »

J’ai lu ça sur le site de tomtom :

Le programme d’installation figurant sur votre CD-ROM et disponible également sur notre site Web prend en charge MS Windows 2000 et versions plus récentes, ainsi que le système d’exploitation Mac OSX 10.3.

C’est quoi ce programme d’installation ? j’avais compris qu’il n’y avait pas d’installation justement, je suis un peu paumé là…

40)
François Cuneo
, le 19.06.2005 à 17:21
[modifier]

Il y a un programme d’installation qui permet… d’installer les mises à jour ou les cartes, ou les voix, et j’en passe.
Ce programme serait-il compatible Mac avec les nouveaux Tomtom? Etonnant… mais bon, ce serait génial.
Et Tamtam n’est pas encore compatible avec les nouveaux Tomtom à voir? Pas encore trop grave, ils ne sortent officiellement en Suisse que la semaine prochaine je crois savoir:-)

41)
Pampelune
, le 25.06.2005 à 08:08
[modifier]

http://www.versiontracker.com/dyn/moreinfo/macosx/27199

A lire le premier commentaire :

« aweinand: The recent TomTom Upgrade GO already includes the management software for Mac OS X. I’ve used it under 10.4.1 and it works fine.  »

En bref, maintenant tomtomGO est compatible Mac OSX Tiger par défaut.

Bonne nouvelle donc !

42)
Jaxom
, le 22.07.2005 à 16:42
[modifier]

Je viens de voire que TomTom allait sortir TomTom Rider, la version pour la moto. Reste plus qu’à espérer que Equinox amènera le support de TamTam pour cette version et j’envisagerai sérieusement un achat.

43)
gbuma
, le 22.08.2005 à 08:09
[modifier]

Quelques artistes travaillent avec le GPS. Le travail de Christian Nold est très intéressant :

biomapping

44)
monmac
, le 22.08.2005 à 10:44
[modifier]

Bonjour,

Est-ce que quelqu’un a eu l’occasion d’essayer un TomTom Bluetooth pour Palm (par exemple le modèle pour Palm Zire 72) ? Ce modèle n’est vendu que par Palm et pas directement par TomTom.

Merci d’avance

45)
GP
, le 26.08.2005 à 16:19
[modifier]

utilisateur MAc depuis 20 ans et motocycliste, j’aimerai une opinion sur le Tom Tom Rider.
J’ai utilisé fort longtemps un Garmin Street PilotIII, lourd et encombrant, ne se connectant que sur PC (et je n’en ai pas), pas montable sur ma nouvelle moto.
Et si accessoirement le Tom Tom peut se loger sur le tableau de bord de ma Smart roadster, ce serai encore mieux

46)
torvtich
, le 17.09.2005 à 14:39
[modifier]

J’ai acquis un palm tungsten E2 avec gps et TomTom Navigator. J’en suis très satisfait. Le palm peut contenir une carte SD de 1go donc je peux voir venir… Par contre je suis très satisfait de lire que TomTom s’ouvre au Mac… Quelqu’un sait-il si c’est valable pour TomTom Navigator ?

En fait depuis hier, je n’arrive pas à me connecter sur le site de TomTom ??

Torvitch

47)
torvtich
, le 20.09.2005 à 20:34
[modifier]

Voilà, c’est fait : quel plaisir d’enfin pouvoir utiliser TomTom par le biais de son mac. J’ai fait la mise à jour vers Navigator 5.12 sans problème par le mac et oh surprise, fonctionnent sans encombre ce qui n’avait jamais marché, à savoir l’utilisation du carnet d’adresse qui fait calculer un itinéraire dès qu’on sélectionne une adresse… et une fois de plus vive mac

Torvitch