Profitez des offres Memoirevive.ch!
Désolé, retour sur Pages, mais il le mérite tellement…

Hier, comme vous le savez grâce à ma tendre épouse qui a lâché le morceau en commentaires, je me suis levé disons... tôt, pour toutes ces raisons qu'elle vous a données.

Il y en a une autre tout de même, de ces raisons, et pas des moindres. Au milieu des petites angoisses dont elle vous a parlé, j'en ai une autre qui me ronge un tout petit peu là... Je dois donner un cours d'informatique sur Educanet2.ch, un site Web qui permet de créer des institutions scolaires virtuelles, à mes collègues dès lundi prochain.

Le problème, c'est que j'ai appris mardi que mes collègues du cycle initial (ex école enfantine, ou école maternelle pour que tout le monde comprenne) sont (à choix multiples):

  • scandalisées
  • écœurées
  • révoltées
  • fatiguées

... de voir certaines relations "papier" risquer de passer peu à peu au virtuel de l'écran informatique. Ça me fait bien marrer quand je pense qu'une bonne moitié d'entre elles sont accros de leurs SMS (textos) et passent leur temps à en envoyer et à en recevoir.

Mais bon, lundi, il vaudrait mieux que je ne me plante pas et que j'assure. Donc depuis quelques jours, j'écris un petit soutien de cours d'une quarantaine de pages, parfois il est vrai à des heures un peu matinales.

Et, comme je l'ai dit d'ailleurs dans l'article qui lui était consacré, j'écris tout ça avec... Pages. J'ai déjà beaucoup parlé de ce logiciel ici, dans le test paru lundi sur Cuk.ch. Mais comme je viens ce jeudi de passer une quinzaine d'heures dessus, je me dois de revenir encore un peu sur cette petite merveille.

Avant toute chose, je voudrais remercier ici tous les lecteurs qui ont m'ont fait des montagnes de compliments justement à propos de ce test de Pages. Vraiment, ça fait plaisir, et ça donne envie de recommencer, mais pas tout de suite, quoique (rhaaa ce Keynote 2!).

Merci également à tous ceux qui m'ont envoyé un gentil mail suite à cet article. Je crois que je n'en ai jamais reçu autant. Ça fait très plaisir aussi.

Ce qui est amusant, c'est que je pensais avoir été assez exhaustif, mais bien évidemment, cela n'était pas le cas. J'aurais dû parler des fichiers images (et autres) qui viennent se glisser lorsqu'on les importe dans le package du document (vous savez, on Control-clique (une fois!) sur le document et on choisit "Afficher le contenu du paquet". C'est vrai que c'est immensément pratique. Tout est rassemblé avec le document, et au besoin, on peut tout de même éditer ces images.

J'aurais dû parler de ces petites attentions tellement sympathiques dont on a parlé avec Mathieu hier: avec la plupart des logiciels, on doit choisir entre voir ou ne pas voir les caractères invisibles. Avec Pages aussi si l'on veut, mais si on décide de les cacher (ce qui rend le texte bien plus lisible), lorsqu'on sélectionne un ou plusieurs paragraphes, ces caractères apparaissent en bleu, jusqu'à désélection. C'est-y pas adorable comme idée pour nous faire plaisir ça?

J'aurais dû parler de l'absence de publipostage. Ben non, yapas. Pas encore. Ben ça viendra!

J'aurais dû insister sur une chose fondamentale (je l'ai fait mais pas assez): l'extrême robustesse du programme. À part ce problème de césure en langue française (ça, il faut qu'ils corrigent vite fait), je travaille sur un document de quarante pages, avec pour l'instant 79 images intégrées: et bien ça baigne, Ça baigne je vous dis!

Mais vous savez ce que ça veut dire vous, "ça baigne"? Si vous utilisez Word pour faire la même chose? Moi je ne savais pas. Jamais, et encore moins avec cette épouvantable Microsoft Word 2004 qui est l'une des pires choses que j'aie vues mis à part Word 6.

Nom d'une pipe, avec Pages, vous décidez de faire un saut de colonne juste avant une image, de créer une disposition compliquée, ça fait ce que vous attendez, ça ne s'éclate pas partout sur la page après un retour de chariot, on ne sait pas pourquoi!

Certes, l'éditeur de tableau de Pages est excellent, mais il pourrait gagner encore en ergonomie. C'est vrai. Mais votre tableau ne va pas faire n'importe quoi tout soudain, parce que vous avez élargi d'un point une colonne dans laquelle deux cellules étaient fusionnées, comme le fait Word! Vous éditez le tableau comme bon vous semble, sans jamais avoir de surprises. Pas forcément vite, c'est vrai que les tableaux sont un peu lents, mais de manière très sûre.

C'est d'ailleurs presqu'ennuyeux: les surprises, c'est fini. Tout fonctionne dans une certaine routine. Non je plaisante hein! Quand je vois Pages, je hais d'autant plus Word que je n'ai pas pu m'en passer pendant tant d'années.

Mais oui, mais oui, Word est intrinsèquement plus puissant que Pages pour l'instant. Il est plein de fonctions qui pour la plupart ne fonctionnent jamais comme on l'entend. J'exagère? Mais non, le pire, c'est que je suis lucide.

Pages est un outil tellement plus productif, et plus agréable à utiliser! Ah oui, vivement un correcteur grammatical pour lui, vraiment.

Et puis, je pense aux programmeurs du logiciel.

Non mais vous vous rendez compte? Ils sont combien? Dix? Cent? Cela fait combien d'années qu'ils travaillent sur ce produit?

En silence...

En ne disant rien de ce sur quoi ils étaient en train de travailler, peut-être même pas à leur femme?

En ont-ils une d'ailleurs?

J'imagine l'excitation de ces développeurs, qui voyaient leur produit évoluer dans le secret le plus total. Ils devaient ne plus en pouvoir! Être monstre frustrés aussi de ne pas pouvoir faire profiter plus vite du fruit de leur travail.

Résultat des courses, là où d'autres n'arrivent même pas à la cheville du texteur metteur en pages d'Apple, alors qu'ils sont en version 2, 3 voire 4, Pages arrive sur le marché, comme ça, sans avertir, en version 1.

Pas si bête en fait. Arriver sur le marché avec une version qui tient la route est certainement plus efficace que venir avec une version qui balbutie ses fondamentaux. Là, paf! Nous avons pratiquement tout ce dont nous pouvions rêver. C'est assez inhabituel dans le monde de l'informatique. Dans le même domaine, pensons à Adobe inDesign dans sa première version. Certes, elle était attendue, il y avait la pression sur Adobe qui devait absolument sortir son programme. Mais cette mouture a déçu, découragé pas mal de professionnels. Et si la version 2 d'abord, puis la CS ensuite sont venues corriger tout ça, et placer inDesign au rang de ce qui se fait de mieux au niveau PAO, la première impression reste encore bien trop souvent ancrée dans l'inconscient beaucoup de ces mêmes professionnels.

Bref, tout cela pour dire que je viens de passer plusieurs dizaines d'heures (en plus du test que je lui ai consacré) avec Pages, et que c'était un pur bonheur au niveau informatique. Je n'ai même plus eu besoin d'aller dans le mode d'emploi pour trouver comment fonctionnait la chose.

Oui, là, les gens d'Apple ont fait fort, vraiment très fort et je leur suis très reconnaissant de leur travail, car il rend le mien bien plus agréable. Et ça, ça n'a pas de prix. Enfin si, quasi rien en plus!

Vivement un tableur du même tonneau.

Cela dit, je vous souhaite à toutes et à tous un bon week-end.

Pensez à mettre des gants avant de déneiger. Parce que si en plus des courbatures il faut avoir des ampoules...

42 commentaires
1)
Yves
, le 28.01.2005 à 00:19
[modifier]

Merci François pour ton enthousiasme communicatif, j’attends avec impatience mes boîtes iWork ’05 et iLife ’05, ça fait presque 4×4 logiciels tout-terrain !

2)
Saluki
, le 28.01.2005 à 00:27
[modifier]

Là pour le coup, Monsieur François est déchaîné euh, non : déTraké.

Euh…C’est pas mieux.

OK, —> dodo et j’espère ne pas avoir à me lever cette nuit.

3)
G4Beige
, le 28.01.2005 à 03:10
[modifier]

Mais vas-tu arrêter? Je viens de faire 2 dossiers de presse qui bien sur étaient impossibles à faire avec Word sans vouloir foncer à Davos étrangler le gars qui le vend. J’ai du prendre Indesign pour le faire, je trouve ça tellement grave de devoir prendre un truc pareil juste pour mettre quelques photos au milieu d’un texte et en faire un PDF…. C’est comme prendre un bazooka pour aller à la chasse aux moustiques.

Alors n’en rajoute pas trop, je vais le prendre Pages, mais pas tout de suite, j’ai déjà craqué pour le Mac Mini et je l’attends, c’est vrai que ce n’est pas grand chose de plus, mais bon faut répartir les bonnes choses, je ne vais pas tout avoir en même temps tout de même… Je ferai quoi du reste de l’année ? D’ailleurs pour bien répartir, je ne vais installer qu’un élément de la suite iLife 2005 par mois…. Histoire d’avoir un nouveau produit par mois.

C’est bien d’avoir équipé tous les humains d’un cerveau, mais bon il aurait fallu livrer le mode d’emploi.

4)
MadMac
, le 28.01.2005 à 07:38
[modifier]

Aaah! J’avais écrit un long commentaire qui m’a pris presque une heure, et il a disparu parce que j’ai validé avant d’entrer mon mot de passe! Ça fait pas ça, d’habitude. Je vais pas tout recommencer mais, pour résumer, je me demande si, les qualités de Pages mises à part, Apple fait un bon calcul en risquant de s’aliéner Microsoft.
Je n’aime pas davantage que François cette usine à gaz que, pour tout dire, je n’utilise plus depuis plusieurs années, mais il se trouve que c’est un argument pour vendre des Mac, surtout pour les switchers chers à Steve, qui ne connaissent rien d’autre.
Si Pages se professionnalise trop, il ne fait guère de doute que Microsoft réservera à Office Mac le sort d’IE. Vu les volumes de vente actuels, je doute que la Mac BU soit la division la plus rentable de la boîte, et l’administration Bush ayant mis fin aux velléités de démantèlement de MS, la société n’a plus guère besoin d’un alibi antitrust.
Par ailleurs, au risque de te décevoir, François, je doute fort qu’Apple consente à investir dans un correcteur grammatical digne de ce nom. C’est une fonction très complexe à réaliser, elle nécessiterait sans doute une demi-douzaine de linguistes et programmeurs à plein temps. Et tant qu’à faire, je trouverais plus judicieux de l’ « implémenter » directement dans l’OS, de façon à ce qu’on puisse l’utiliser depuis les services dans toutes les applications, et non dans une seule.
J’ai lu hier deux longs articles sur Anandtech, qui a publié les sentiments d’un switcher ainsi qu’un essai fouillé sur le Mac mini et Pages, justement. Et le type trouvait très pratique qu’on puisse vérifier partout l’orthographe d’un mot sur Mac OS X.
Pour ceux qui ont le temps, voici le lien vers les articles orientés Mac d’ Anandtech . Ils sont en anglais, mais l’essai du mini, abondamment illustré, justifie à lui seul le détour puisqu’on voit les entrailles de la machine « sous toutes les soudures ». Pour rendre à César…, je précise avoir trouvé ce lien sur Macbidouille .
L’avis du switcher d’Anandtech sur notre plate-forme est intéressant parce qu’il a un regard objectif et sans complaisance. Ça fait pas forcément plaisir à lire, mais c’est instructif.

MadMac

5)
ericnicolier
, le 28.01.2005 à 07:52
[modifier]

Oui Pages est un outil assez inespéré et génial !!!!

Mais si l’on veut avoir tout de même un regard critique, il manque quelques trucs assez incompréhensibles :

1) Apparemment il n’est pas scriptable !!!!!!! C’est sans doute le manque le plus curieux… et très très ennuyeux…

2) Pas de possibilité d’assigner des touches du clavier à des fonctions : un style, un caractère, afficher les statistiques, etc…

3) Impossible d’ajouter ou d’enlever une page au milieu d’un document… Pourtant Keynotes d’inspiration assez identique le fait.

4) Je trouve finalement Pages assez fermé avec le reste de mac os x… à part évidemment avec iphoto ! Mais pas de lien avec le carnet d’adresses !!!!! Pourtant il aurait été tellement plus simple de l’utiliser depuis Pages pour insérer une adresse dans un courrier.

Je sais ce n’est que la première version, qui est déjà très bien, mais ce sont des petits manques assez agaçants…

6)
Crifan
, le 28.01.2005 à 08:19
[modifier]

Ce serait chouette si vous mettiez votre pas à pas Educanet2 sur la BDDP (la base de données de documents pédagogiques). Les enseignants vaudois vous en seraient reconnaissants… =-)

7)
benoit
, le 28.01.2005 à 08:40
[modifier]

Après la lecture de ces deux humeurs, je me réjouis d’autant plus de voir que ma boite iWork vient d’être expédiée. Y’a qu’un truc qui m’inquiète et si François pouvait confirmer ou infirmer ce propos, c’est ce que dit ericnicolier à propos des pages de milieu de document que l’on ne peut ni ajouter ni supprimer !

Benoit

8)
Crifan
, le 28.01.2005 à 08:51
[modifier]

Le problème, c’est que j’ai appris mardi que mes collègues du cycle initial (ex école enfantine, ou école maternelle pour que tout le monde comprenne) sont (à choix multiples):
scandalisées
écœurées
révoltées
fatiguées
… de voir certaines relations « papier » risquer de passer peu à peu au virtuel de l’écran informatique.

Ce type de résistances se rencontre souvent. J’ai connu des situations où on a réussi à les surmonter.
1 Dans un cas, les responsables ont mis en oeuvre le principe de « contamination positive ». Il n’avaient pas imposé l’outil (le cas échéant : un ordinateur en fond de classe; mais il pourrait s’agir d’une adresse électronique officielle ou de la création du site de la classe) , mais l’avaient proposé. Ceci dans un certain cadre : les collègues avaient jusqu’à un certain délai pour déposer une demande et la justifier. S’ils ne le faisaient pas, ils devaient attendre une nouvelle échéance. Les responsables informatiques de l’établissement ont accompagné les volontaires en mettant tout en oeuvre pour que leur expérience soit positive. Des collègues ont été « contaminés » et ont déposé une demande par la suite.
2 Les formateurs ont présenté la publication sur Internet comme un vecteur de motivation pour les élèves et, partant, comme un moyen favorisant les apprentissages. Les élèves se sont, effectivement, pris au jeu quand ils se sont rendu compte que leurs créations (textes ou autres) produisaient de l’effet. Les visiteurs avaient, en effet, la possibilité de déposer un commentaire dans leur livre d’or ( exemple de site avec livre d’or ).
Les formateurs avaient choisi un générateur de site (Educanet) afin de limiter les apprentissages techniques.
Note : il est important de demander une autorisation aux parents si on souhaite publier les photos de leur enfant; cette publication doit respecter un certain nombre de précautions.

9)
ToTheEnd
, le 28.01.2005 à 09:37
[modifier]

MadMac: j’aimerais apporter un commentaire différent sur ta première partie.

Si on prenait le problème au niveau du navigateur, j’imagine que tu seras d’accord avec moi pour dire que d’avoir IE sur un Mac ou non ne change pas la volonté d’achat d’un client…

Dans le même registre, si les applications (tableurs, textes, etc.) reprennent un format de fichier standardisé style XML ou autre, alors encore une fois, l’application elle-même ne sera plus importante puisque chaque fichier sera affiché de la même manière (oui, comme IE/Safari il y aura toujours des petits trucs tordus), quelque soit l’application…

Pour moi, le futur est là, avoir des fichiers qui s’affichent à l’identique et ce, quelque soit l’application qui l’ouvre (ouais, ouais, un truc un peu appelé OpenDoc un temps)…

T

10)
JediMac
, le 28.01.2005 à 09:45
[modifier]

Arrête ou je vais finir par craquer et en ce moment, ben ce n’est vraiment pas le moment justement !
Pour le correcteur grammatical, là je rejoindrai mon propos sur le 1er test, à savoir que je verrai ça plus comme une option, parce que si Apple nous sort le même truc que dans word, ben j’en veux pas. Je préférerai de beaucoup qu’une boite sorte un correcteur grammatical compatible avec Pages, mais que seul ceux qui en ont vraiment besoin achèteraient.
Et sinon, une question m’est venue avec le document-pack. Si j’insère dans le document une chanson avec iTunes, elle va intégrer le pack. Si cette chanson vient de l’iTMS (désolé je ne devrai pas en parler sur un site suisse…), elle a donc des DRM, et si j’envoie par mél mon doc à une 100aine de personnes, quid de ces DRM ? Est ce que tout le monde pourra lire en même temps le document ? Et est-ce que le destinataire en « ouvrant le contenu du paquet » pourra récupérer la chanson ?

11)
François Cuneo
, le 28.01.2005 à 10:05
[modifier]

Si cette chanson vient de l’iTMS (désolé je ne devrai pas en parler sur un site suisse…), elle a donc des DRM, et si j’envoie par mél mon doc à une 100aine de personnes, quid de ces DRM ? Est ce que tout le monde pourra lire en même temps le document ? Et est-ce que le destinataire en « ouvrant le contenu du paquet » pourra récupérer la chanson ?

Alors là c’est la question qui tue! Aucune idée, et ce n’est pas moi qui vais pouvoir répondre, pauvre Suisse que je suis…

12)
ericnicolier
, le 28.01.2005 à 10:08
[modifier]

en effet pas mal la question qui tue!

je veux bien envoyer ce matin à qui le souhaite un doc Pages contenant un fichier itunes que j’ai acheté sur le store!!!!!

;-)

13)
Leo_11
, le 28.01.2005 à 11:25
[modifier]

Ben voilà encore une raison de plus pour que Monsieur Cuk ne se mette pas à LaTeX…

Ok je vais voir dehors le temps qu’il fait :)

14)
Robin
, le 28.01.2005 à 11:26
[modifier]

Bonjour,

Pour ceux qui sont inquiets de la remarque No 3 d’ericnicolier, il est tout a fait possible d’insérer une page en milieu de document. Il suffit de placer son curseur sur la page précédente et la nouvelle page se mettra en place juste en dessous. Pour supprimer une page en milieu de document, il suffit d’effacer tout son contenu.

Robin

15)
MadMac
, le 28.01.2005 à 11:33
[modifier]

TTE, bien d’accord avec toi sur les formats de fichier standardisés. J’en ai encore fait le test hier, quand j’ai sauvegardé mes fichiers html du test d’Anandtech. Je navigue par défaut sur IE pour OS9, parce qu’il permet le glisser-déposer d’images, au contraire de Netscape, mais IE n’affichait pas les images. J’ai donc sauvegardé les images sur Netscape, avant de les ouvrir sur Safari pour OSX, et de les sauvegarder en PDF.
Pour ceux qui ne comprendraient pas, je précise que mon modem ne fonctionne pas sous OSX, sans quoi je ne m’emmerderais pas avec cette daube d’OS 9.2.
Avant de passer à l’ADSL, j’avais brièvement essayé Safari, qui ne m’avait pas convaincu pour cette question de glisser déposer d’images ‘(ça marchait, mais il fallait la télécharger une deuxième fois, au lieu de sauver le cache, comme sous IE), et puis sauvegarder un paquet est tellement plus pratique qu’un ficher plus un dossier contenant les images.
Si Apple a compris ça pour Pages, (et c’est une grande idée, puisque même InDesign ne le fait pas), ils ont peut-être adopté cette méthodee aussi pour Safari depuis.
Je ne sais pas pour vous autres, mais je sauvegarde souvent des articles du web. J’en ai des milliers, en fait. Dont beaucoup sous IE, que je dois convertir à la main pour les pérenniser. Mais quelle corvée!
Maintenant, quand c’est le texte seulement qui m’intéresse, je sauve en txt, sinon en PDF. On fait pas plus compatible.

Sur le fond, Office Mac argument pour switcher, je maintiens que ce serait un gros handicap pour le Mac si MS laissait tomber. C’est peut-être (de plus en plus) injustifié, mais Office est le standard, et le switcher ne veut pas bouleverser ses habitudes. Une question bateau du Pécéiste est justement: Ça existe sur Mac, Office? On m’a posé la question plusieurs fois, et les gens sont tout surpris quand je leur réponds qu’Office a d’abord été développé pour Mac OS, avant même la version pour Windows.
La disparition d’IE n’était pas un problème, parce qu’un navigateur, c’est simple à utiliser, et IE était si lent sur Mac OS. Mais se former à un autre traitement de texte « metteur en pages », c’est autre chose.
Quand je suis passé au Mac, en 99, il m’a fallu un bon mois pour m’habituer à l’interface, et encore autant quand j’ai acheté Jaguar. Changer de plate-forme, c’est déjà bien assez déroutant comme ça, alors retrouver ses logiciels favoris, ça rassure.

MadMac

16)
Mirou
, le 28.01.2005 à 11:45
[modifier]

Nous avons le plaisir de vous adresser cette notification d’expédition concernant votre commande sur l’Apple Store. Votre commande a été expédiée et vous sera livrée à l’adresse que vous nous avez indiquée. Veuillez conserver cet e-mail car il contient votre numéro de commande et le numéro de d’expédition/livraison.

Youhou !

Ils arrivent !!!

C’est koi ? Ben iLife et iWork !

Youhouhouhouhouhou !

(je n’ai pas de voiture donc j’ai pas pu acheter les chaussettes à pneu. Mais j’ai les chaussettes à iPod)

17)
Inconnu
, le 28.01.2005 à 11:52
[modifier]

Je sais pas si ca manquera vraiment Office sur Mac, si Microsoft se décide à l’abandonner. D’ici la, on aura Open Office. Et puis, si on se concentre sur le marché des particuliers, l’argument de la compatibilité avec l’outil qu’on utilise au bureau me semble un peu limité.
Je fais peu de traitement de texte sur Mac, je me sers surtout des iApps. J’ai bien essayé Office X, mais je le trouve pas terrible (comme la version PC, que je suis contraint d’utiliser chaque jour pour échanger des fichiers Word, PowerPoint et Excel avec mes collègues).
Si on regarde du côté du marché professionel, c’est un autre problème. Mais AppleWorks existe depuis des années, et ca n’a pas empéché Microsoft d’updater régulièrement Office.

18)
François Cuneo
, le 28.01.2005 à 12:38
[modifier]

Ericnicolier, insérer une page est très facile: tu vas sur Insérer Page, et ça t’en met une juste après celle qui est active!

D’accord pour regretter les raccourcis personnalisables sur les styles.

Ce serait chouette si vous mettiez votre pas à pas Educanet2 sur la BDDP (la base de données de documents pédagogiques). Les enseignants vaudois vous en seraient reconnaissants… =-)

Crifan, je vais le faire dès que j’aurai terminé.

Benoit: pas de panique: on rajoute une page sans problème. Pour la supprimer, c’est vrai qu’il faut effacer tout ce qui est dessus d’abord

Dommage que tu ne sois pas resté jusqu’à la fin. Les petits fours et le petit blanc, avaient également belle allure. ;-)
Editer

Donc je t’ai vu, mais je ne sais pas qui tu es!!! T’étais où par rapport à moi? (tu dois savoir qui j’étais toi, vu que je suis le seul à avoir dû partir au milieu de la séance):-)

19)
ericnicolier
, le 28.01.2005 à 12:51
[modifier]

ok mea culpa pour l’info sur l’ajout et la suppression de page!!!!!

Au passage je voulais dire un truc : j’adore lire les commentaires de ce site!!!!! C’est l’un des seuls où les gens ne se balancent pas des noms d’oiseau à la figure et où règne une amosphère de respect et de savoir vivre!!!!!!

Vive la Suisse!!!! Même si je ne suis pas très loin de chez vous : Dijon en Côte d’Or…

20)
coacoa
, le 28.01.2005 à 13:13
[modifier]

C’est l’un des seuls où les gens ne se balancent pas des noms d’oiseau à la figure

Espèce de gypaète barbu !!

21)
Franck_Pastor
, le 28.01.2005 à 13:32
[modifier]

Ben voilà encore une raison de plus pour que Monsieur Cuk ne se mette pas à LaTeX…

Ok je vais voir dehors le temps qu’il fait :)

On finira par l’avoir à l’usure, tu verras ! Ne relâchons pas la pression, et un jour prochain, il craquera ! Au fait, savez-vous qu’on peut remplacer aussi les PowerPoint/Keynote par LaTeX ? Il y a des paquets LaTeX de présentation très efficaces (Beamer, par exemple, je viens de tester).

Hein ? Heu… Bon… Attends-moi, Leo_11 !! :-)

22)
Yves
, le 28.01.2005 à 14:06
[modifier]

Petit sondage à propos de Pages:

Prononcez-vous son nom à la française ou à l’anglaise ?

23)
benoit
, le 28.01.2005 à 15:02
[modifier]

Cà y est la petite boite avec sa lampe jaune vient d’arriver sur mon bureau. Délai tenu !

Benoit

24)
alec6
, le 28.01.2005 à 16:40
[modifier]

Ben moi je dis Page à la française… enfin ou à la suisse ou belge ou quebecoise,

Sinon j’aimerais bien qu’Apple nous sorte un « Mail » un peu plus performant, genre « Entourage ». Ben, oui, je sais ! mais après avoir essayé d’autres trucs (thunderbird…) j’en reviens tjs au même Entourage.

Alexis… tous les défauts

26)
Yves
, le 28.01.2005 à 17:18
[modifier]

Ben moi je dis Page à la française… enfin ou à la suisse ou belge ou québécoise

Intéressant, parce qu’on prononce PageMaker à l’anglaise.

Ça me fait bizarre de devoir dire: «Tu utilises Pages pour ta mise en pages?» plutôt que: «Tu utilises Pedgiz pour ta mise en pages?»

27)
Okazou
, le 28.01.2005 à 22:28
[modifier]

« Mais se former à un autre traitement de texte « metteur en pages », c’est autre chose. »

Aller du problème vers la solution ou de la solution vers le problème, tout dépend de la direction du changement, non ?

Passer de Word à Pages, ce n’est un problème pour personne, c’est LA solution. LE problème, c’est bien Word (imaginons le passage de Pages à Word ). Prendre la solution pour le problème est pour le moins cocasse et vouloir faire croire qu’il est problèmatique de se débarrasser d’une usine à gaz pour un logiciel clair et d’emploi naturel qui rend d’ores et déjà la plupart des services qu’on lui demande est — je ne parle que pour moi, bien sûr :-) — fort difficile à comprendre et défie toute logique (cf. la chaussette à pneu). Quand il suffit de lever le cul de sa chaise bancale pour aller le poser dans son fauteuil moelleux, on le fait sans douleur et l’effort fourni dans l’instant est largement compensé par le confort qu’on en tire dans l’avenir.


« Fiat lux ! »

28)
MadMac
, le 28.01.2005 à 23:41
[modifier]

Okazou,

Je me plaçais du point de vue du switcher moyen, c’est-à-dire le grand public. Pour le reste, si les gens étaient logiuques, ils n’utilisieraient pas Windows! ;-)
En admettant qu’ils ont fait le premier pas, tu ne peux pas leur demander de rretrouver le bon sens d’un coup. Regarde Alec6, il a du mal à se passer d’Entourage. C’est pas qu’il manque de bon sens, c’est qu’il est difficile pour tout le monde de se passer d’Office. Surtout si l’on utilise des fonctions pro de Word (du style publipostage), ou d’autres outils de la suite: comme Excel, etc.

30)
alec6
, le 29.01.2005 à 09:58
[modifier]

Merci Rio (ou R 10) pour l’adresse, je vais essayer.

Pour ce qui concerne mail, je lui reproche principalement le carnet d’adresse qui ne permet pas d’affecter une couleur et une catégorie à chaque personne ce qui est très pratique pour trier d’un seul coup d’œil ses courriers, je lui reproche d’autre part la difficulté à mettre un texte en page avec des retraits, des listes, du gras du maigre, etc.
La barre supérieure ds Entourage est bcp plus simple…
Quant à l’import des adresses d’Entourage… un vrai poème. Mais je suis peut-être passé à côté de certaines fonctionnalités…

Alexis… tous les défauts

31)
rIO
, le 29.01.2005 à 16:31
[modifier]

c’est bien rio ;-)

GNUMail a des fonctions sympas pour les filtres, tu peux lui indiquer de filtrer par groupe de ton carnet d’adresse si je ne dis pas de bêtise (par contre, pas par personne… bon tu peux toujours te créer un filtre par personne, mais c’est valable aussi dans Mail.app)

Par contre rien pour la mise en forme — c’est un logiciel de Mail, pas un traitement de texte… (ouaip bon ok, mais je suis vraiment pas fan du HTML dans les mails…)

D’un autre côté j’avais écrit un pti bundle pour GNUMail qui mettait en gras les textes encadrés par ‘*’, en italique les textes encadrés par ‘/’, en souligné les textes encadrés par ‘_’ … ;-)

M’enfin bon.. pas eu un grand succès, et je l’ai pas recompilé sur osx.
(http://www.roard.com/fontify/)

32)
ducran
, le 29.01.2005 à 20:51
[modifier]

Le manuel d’utilisation de Pages a été réalisé avec FrameMaker !
Pourquoi pas avec cette application elle-même ?

33)
François Cuneo
, le 29.01.2005 à 21:37
[modifier]

Le manuel d’utilisation de Pages a été réalisé avec FrameMaker !
Pourquoi pas avec cette application elle-même ?

Simplement parce que Pages ne sait pas gérer les signets PDF ni les liens hypertextes dans Aperçu.

Je l’ai d’ailleurs regretté dans le test.

34)
carabas
, le 30.01.2005 à 15:59
[modifier]

Pourquoi le manuel de Pages a-t-il été réalisé avec FrameMaker? Parce que c’est la meilleure application jamais inventée pour publier du texte structuré!
…et donc, ce manuel n’a non seulement pas été fait avec Pages, mais même pas sous OSX! Parce que, n’est-ce-pas, la marâtre qui a racheté FrameMaker n’a pas jugé utile de poursuivre le développement de cette application PAO essentielle sous Mac…

(A l’attention des non initiés: quiconque a vu fonctionner FrameMaker entre traitement de texte et PAO intégrée, ne peut que pleurer en voyant les enfantillages adipeux auxquels se livrent désormais les éditeurs de logiciels dans ce domaine…)

35)
François Cuneo
, le 30.01.2005 à 19:46
[modifier]

carabas, nous avons beaucoup parlé sur Cuk.ch de la disparition de Framemaker sur OSX.

En effet, il manque.

Cela dit, pleurer son ergonomie, non! Le but, c’est une ergonomie à la Pages ou à la inDesign, ou encore à l’XPress, et la puissance de Frame.

Parce que pour l’interface, excuse-moi, mais c’était un peu rude!

37)
carabas
, le 30.01.2005 à 22:49
[modifier]

carabas, nous avons beaucoup parlé sur Cuk.ch de la disparition de Framemaker sur OSX. (…) Cela dit, pleurer son ergonomie, non! Le but, c’est une ergonomie à la Pages ou à la inDesign, ou encore à l’XPress, et la puissance de Frame. Parce que pour l’interface, excuse-moi, mais c’était un peu rude!

Justement: interface négligée parce que secondaire! Il n’avait pas besoin d’interface, FrameMaker: tout était faisable par les raccourcis clavier (dont, en passant, toi-même déplores l’inexistence sur Pages ;-)). Fallait un peu plus de mémoire chez l’utilisateur, et beaucoup moins dans la machine!
Et puis, hein, la possibilité d’importer des formats d’un document à l’autre, tous les formats; et l’imbrication de documents en abyme? Et les variables à l’infini?
Hein? Pas génial, ça? Qui y a repensé depuis? Y songent plus qu’à nous infantiliser avec des interfaces façon reflet de néon sur pâte dentifrice…

39)
Emix
, le 31.01.2005 à 16:23
[modifier]

J’ai reçu iWork il y a environ 1 heure.

Keynote: je dois apprendre, connais pas bien ce genre d’application.

Page: époustouflant, jamais eu un traitement de texte (ou texteur) aussi intuitif et productif si rapidement. J’ai travaillé jusqu’à maintenant avec AppleWoks 6 que je n’ai jamais beaucoup aimé, j’aimais mieux la version 5 sous avant X.

Word (utilisé comme ouvreur de .doc): viré avec coup de pied au c…l.

De Microsoft, je ne garde plus qu’Excel, en attendant la tableur iXX.

40)
coldlab
, le 31.01.2005 à 17:25
[modifier]

découverte de votre site suite au test de PAGES
oui PAGES mérite d’y revenir!

C’est en lisant votre test très éclairé, sérieux et vos conclusions enthousiastes que j’ai commandé iWork. Encore toutes mes félicitations pour ce test
Suis pas décu. Magnifique!
PAGES mérite des améliorations mais déja c ‘est déjà une pure merveille de puissance , bien dans la démarche d’Apple et de la suite iLife

enfin mes gamins pour leur rédaction de travaux suite à des navigations Web, à la pêche de textes et d’images , ont un soft à disposition pour monter le tout
car WORD = trop lourd pour ce type de démarche quand il s’agit de mélanger textes et images
car InDesign = super soft aussi mais trop Pro pour ce type de démarche
HEHE = Espere qu’Apple vous offrira un rabais lors d’un prochain achat de leurs produits

cordialement

42)
carabas
, le 04.02.2005 à 11:49
[modifier]

Bon, ben je l’ai commandé pour finir! A cause de Mlle I., essentiellement, qui veut publier un journal pour enfants. InDesign était un peu lourd pour ça…

Eh bien, je suis surpris en bien par des choses fondamentales: la vitesse de défilement; la stabilité; l’habillage et la typo. Irrité par des poussées d’infantilisme: les polices livrées avec, l’interface à tiroirs et boutons pour systèmes cérébraux réduits à la communication tactile. Et puis les (rares) raccourcis impraticables sur clavier suisse romand…

Comme François l’a souligné, l’impossibilité de modifier et d’ajouter des raccourcis (notamment liés aux styles) est rédhibitoire pour une utilisation « sérieuse » en traitement de texte. Cependant, chers amis, ce dernier point trouve son remède — en partie du moins. Il existe des utilitaires pour cela, comme iKey, de Philippe Hupé.
iKey permet d’assigner des raccourcis à toute sélection par menus (entre autres choses). Le hic, avec Pages, c’est que les styles ne sont pas accessibles via menus, mais par leur tiroir ou par le bouton déroulant de la barre d’outillage.
Ici encore, je propose une panacée: dans iKey, j’ai programmé un mouvement de souris suivi d’un clic faisant dérouler ledit menu. Ce qui réduit considérablement — sans l’éliminer tout à fait — le recours à la souris.