Profitez des offres Memoirevive.ch!
Prise en main du Fuji X-Pro 2

Utilisateur d’un Fuji X-Pro 1 depuis 4 ans, j’apprécie ce boîtier en complément du Canon 5D. Les images issues du boîtier s’intègrent parfaitement dans mon  flux  de travail  et il m’arrive fréquemment d’emporter le X-Pro 1 à la place du Canon. J’apprécie le viseur optique en coin, bien que la parallaxe soit parfois trompeuse et m’ait fait rater quelques images, le viseur électronique est pratique, mais un peu trop contrasté et d’une résolution un peu  faible. Cependant un certain nombre de défauts m’agacent sur cette première version régulièrement, en vrac, l’autofocus vraiment mou et déficient en basse lumière, les ombres un peu trop bouchées et le correcteur d’exposition qui se dérègle  constamment.

Curieux de voir les évolutions de la version 2, j’essaye le boîtier depuis vendredi, ce sera donc un premier ressenti sur lequel je reviendrais plus tard.

Prise en main

On retrouve rapidement ses marques, le nouveau sélecteur de collimateur autofocus est très pratique. Pratique également le correcteur dioptrique du viseur. Le poids est quasiment équivalent, je n’ai pas ressenti de différence notable. Il y a maintenant 2 emplacements pour des cartes mémoires. Le grip est plus marqué, c'est plus agréable et permet de tenir le boîtier d'une seule main. La nouveauté c'est le réglage de la sensibilité à l'ancienne grâce à un disque intégré au sélecteur des vitesses comme au temps des Nikon FM et autres canon AE1. Les multiples touches tombent mieux sous ma main que sur le X-Pro1.

En bref c'est mieux.

Les petits trucs qui vont bien ou mieux

Le nouveau viseur électronique est plus défini et commence à devenir agréable à l’utilisation, sauf en cas de forte lumière comme pour la grande majorité de ces viseurs. Le doublement de la résolution est flagrant quand on passe rapidement du X-Pro 1 au 2.

L’ajout d’un mini-écran LCD dans le viseur optique est juste génial, il permet d’éviter les erreurs de parallaxe en contrôlant le cadrage. Il permet également, en mise au point manuel, de grossir le centre de la zone visée pour valider la mise au point (exemple de Fuji ci-dessous). Cet écran va certainement me faire plus utiliser le viseur optique.

pic_06

La visée télémétrique électronique (ERF) affiche la zone de mise au point agrandie

dans la visée optique ou le cadrage complet (image Fuji)

Le correcteur d’exposition me semble plus ferme , il n’a pas bougé depuis vendredi.

L’autofocus est enfin efficace et rapide pour le paysage ou le portrait; j’ai un doute pour des photos sportives, mais ce n’est pas la vocation de ce boîtier. Je ne l’ai pas encore testé dans des conditions difficiles de lumière, à voir plus tard. Fuji a rajouté la reconnaissance des visages, je ne sais pas si c’est un gadget ou pas, certains d’entre vous utilisent-ils cette fonction sur leurs boîtiers ?

La résolution, 24 Mpx c’est bien et toujours la matrice Xtrans (en version III) qui donne de très bons résultats, avec encore une légère préférence pour Capture One sur Lightroom pour le dématricage (un bémol, C1 ne sait pas lire les raw compressés du Fuji contrairement à Lr).

Les petits trucs qui sont toujours à revoir

Les menus.... Ne jamais laisser les ingénieurs concevoir les menus d’un boîtier (ou d’autres choses) laisser faire les ergonomes ou les designers d’interfaces ! Bref c’est touffu avec des fonctions importantes qui sont enfouies au plus profond des arborescences comme la personnalisation des viseurs EVF et OVF.

La touche menu rapide Q se retrouve toujours sous le pouce qui l’actionne en utilisation normale et bloque l’affichage.

dos-xpro

La touche Q

L'autonomie anémique, il faut au minimum 2 batteries pour tenir une journée si ce n'est 3!

La perte d’une fonction anecdotique, mais que j’aimais bien, les panoramiques automatiques. D’après Fuji nous n’en avons pas besoin, les montages panoramiques se faisant dans d’autres logiciels. Mouais, c’était quand même pratique.

Exposition et colorimétrie

Les résultats me semblent meilleurs, avec des ombres (un peu) moins bouchées. La colorimétrie plus naturelle, moins marquée (plus de cyan pour le xpro-1).

Pour exemple ci-dessous, 2 images (désolé pour la lumière, je n'avais pas prévu les nuages sur Lyon ce lundi) la première au Xpro 1, la deuxième au Xpro 2. Même logiciel (lightroom) et même preset de développement. À vous de juger. N’hésitez pas à ouvrir ces 2 images pour juger également de la montée en résolution.

xpro_2

X-Pro-1

xpro_1

X-Pro-2

 

Des exemples

Vous trouverez ICI quelques images réalisées avec le X-Pro 2 ce week-end à Evian, il était équipé du 18-135. J'aime bien cette optique qui me permet de me balader sans trop de matériel (comme  cet été avec le X-Pro 1 dans les Pyrénées) pour un résultat tout à fait satisfaisant, bien que l'ensemble soit un peu encombrant.

La deuxième version du X-Pro amène des vraies améliorations qui en font un boîtier très agréable qui produit des images de qualité qui s'intégreront sans difficulté dans le flux d'image. Par contre le prix est vraiment élevé, 1 630 € prix de la rue, c'est cher.

5 commentaires
1)
lvme
, le 27.09.2016 à 08:17
[modifier]

Ah, je suis content, le « juste » est de retour sur Cuk ;-)

Sinon, mon Panasonic GF1 (de 2009) commence à montrer des signes de fatigue (bouton vidéo mort, balance des blancs fantaisiste, en fait très froide, dans les modes semi-automatiques). Cette durée de vie courte est énervante. 6 ans, c’est … juste …trop court.

Fuji fait bien entendu rêver vu la qualité d’images mais pour le renouvelmeent je pense tout de même rester chez les micro4/3 car le gap ne me semble pas justifier la différence de prix.

2)
François Cuneo
, le 27.09.2016 à 08:17
[modifier]

Bon.

Si l’autofocus est meilleur, c’est déjà ça!

Parce que le 1 était vraiment difficile à ce niveau, en tout cas avant la mise à jour, mais même après…

Cela dit, bien bel appareil.

3)
zit
, le 30.09.2016 à 08:52
[modifier]

Je l’ai eu en main, et il est vraiment très agréable : léger par rapport à son volume (c’est pas du laiton comme un bon vieux M), et le truc du PIP avec l’image agrandie de la zone de MAP dans le coin en bas avec la visée optique très lumineuse pour toute l’image, c’est vraiment absolument génial pour une mise au point précise en manuel.

D’ailleurs Fuji est aussi la seule marque à proposer un mode de MAP manuel qui découpe l’images en quelques bandes horizontales, le split focus, qui fait bien penser au stigmomètre de nos antiques réflex antéahèfiens et qui est très agréable à utiliser.

z (mais alors effectivement, les menus, chez Fuji… je répêêêêêêêêêêêêête : c’est pas les plus clairs)

4)
rolando
, le 30.09.2016 à 15:43
[modifier]

Je l’ai eu aussi en main. Je l’ai gardé, je le garde et je le garderai.
Je vais en faire hurler certains, mais après avoir ‘joué’ deux semaines avec cet appareil, j’ai décidé de revendre mon 5D3 et ses optiques. Je ne lui trouvais (au regard de mon usage et de mes capacités. Je ne généralise pas, hein !) plus de raisons d’être.

Avec un 23mm f1.4 dessus, il est 1kg plus léger que mon 5D3 équipé du 35mm f1.4.
Comme désormais, la qualité photo obtenue est très très proche (perso, je n’en perçois pas), le critère poids est déterminant pour moi. Au bout de 5 à 7 heures de marche quotidienne dans le Mercantour cet été, mon cou, mon bras et mon dos me l’ont confirmé. Seul regret, j’ai dû abandonner DXO Optics Pro. Et pour l’ergonomie des menus, en effet, il y a encore du boulot.

5)
Laurent Vera
, le 30.09.2016 à 18:33
[modifier]

PhB, je vais faire hurler également, je n’ai jamais réussi à me faire à Dxo même quand François me montrait ses images traitées pendant le festival. Je ne suis pas fan. J’ai fait des tirages 40x 60 sur ma 4900 des premières images du X-pro 2, c’est de haute volée .