Profitez des offres Memoirevive.ch!
2 concerts, 2 univers.

Cet été, nous sommes allés à deux concerts en amoureux. Ces concerts ont été très contrastés, de tout point de vue. J'avais envie de partager avec vous un peu de ces moments, sachant que je n'ai fait ni photos, ni vidéos, j'ai laissé mon attirail au repos.

 

Zazie à Rock'Oz'Arènes.

Le contexte:

Ce festival de plein air, dans le cadre somptueux de l'amphithéâtre romain d'Avenches (je précise cela pour nos lecteurs non-helvétes), accueillait ce soir-là sur la grande scène Raphaël, Patricia Kaas, Zazie et H.-F. Thièfaine. Le 1er ne nous intéressait pas du tout. La deuxième, pas vraiment, même si cela nous aurait rappelé que avions son 1er album le siècle dernier, et nous ne connaissons pas HF Thiéfaine.

Seulement, la météo est venu tout gâcher... c'est le seul jour de la semaine ou il a plu de manière démentielle. N'habitant pas trop loin d'Avenches, nous avons fait comme la majorité du public apparemment ce soir-là, c'est-à-dire que nous avons privilégié le seul concert qui nous intéressait vraiment. Car les conditions n'incitaient pas vraiment à flâner, et nous avons été vite trempés, malgré que nous y allâmes équipés. Cela nous a permis d'arriver après le rush du début, et donc d'accéder au parking très facilement. Et nous sommes partis rapidement après la fin du concert de Zazie, car trempés jusqu'aux os, et non décidés à découvrir dans ces conditions un artiste dont nous ne savions pas s'il allait nous convaincre ou pas.

Le public:

c'est dur de parler d'une véritable ambiance, avec les capuchons, le bruit de la pluie sur nous, mais nous avons pu nous retrouver quasiment près de la barrière, légèrement sur la gauche de la scène. Il y avait de l'ambiance malgré tout dans la fosse, mais j'ai déjà connu bien plus chaud comme public...

Le concert:

Zazie est une artiste que nous suivons depuis 1998, et nous l'avons vu lors de plusieurs tournées, en salle, comme en plein air. C'est à chaque fois un plaisir. Cette femme est juste simplement rayonnante sur scène, et elle présente toujours une setlist composée de morceaux judicieux, mélangeant des tubes, des chansons du dernier album et quelques perles de son répertoire. D'ailleurs, vu qu'elle a complètement changé ses musiciens, elle en a profité pour (re)donner un son plus rock pour cette tournée apparemment, avec une forte présence de guitare électrique, et moins d'effets électroniques, bien qu'il y en aie toujours. Mais nous avons pu voir à chaque tournée que ce mélange des sons a parfois penché d'avantage vers l'électronique et d'autres fois plus vers des sonorités plus rock'n'roll.

Elle a eu souvent des mots sympas pour le public, nous remerciant d'être là malgré les conditions. D'ailleurs, pour le rappel, joué avec tout le groupe équipé d'instruments acoustiques, elle a installé tout son petit monde sur l'avant scène, trempé, et à chanter sous pluie. Cela change de Patricia Kaas, dont nous avons vu les derniers morceaux, mais qui n'a jamais dépassé la limite de la zone sèche sur scène... En tout cas, cette "attention" de l'artiste a été fort appréciée par le public; un peu moins par ses musiciens, entre l'hilarité et la gêne de s'assoir dans des flaques sur le bord de la scène.

Pour vous faire une idée, un courageux en a filmé une partie et l'a partagé sur youtube.

En conclusion:

Bref, des conditions épiques pour notre 1er open-air depuis bientôt 10 ans... mais un super concert qui nous a fait redécouvrir certaines chansons du dernier album. C'est la preuve pour moi, car ce n'est pas la 1ère fois que cela arrive, que les concerts sont très différents des albums, certaines chansons se dévoilant davantage en live qu'en studio, alors que d'autres pas forcément. Et je reconnais également à Zazie le talent de toujours tenter de réinventer ses morceaux, en les modifiant à chaque tournée. Oh, pas forcément de manière toujours spectaculaire, mais juste ce qu'il faut pour les entendre différemment.

 

Luc Arbogast à Bex

Le contexte:

Ce concert était donné en soirée d'ouverture du Festival Médiéval de St-Triphon, non pas dans la carrière comme le reste du festival, mais au Temple de Bex, bâtiment ancien, dans lequel il arrive à Luc Arbogast de se produire. Ma femme se demandait s'il fallait venir costumé, ce qui n'était pas notre cas, ce à quoi je la rassurait en disant que le public serait probablement bigarré. Seulement, en arrivant en avance à Bex, nous sommes allés pic-niquer dans le village, et au moment de se rapprocher pour un café sur une terrasse proche du temple, nous avons vu débarquer une vingtaine de personnes habillés comme au Moyen-Âge. Le doute s'est un peu glissé en moi, mais nous avons rapidement vu que s'entassait devant l'entrée du temple une grande majorité de personne en habits traditionnels du XXIè siècle, ouf... En fait, il s'agissait certainement de participants à l'ensemble du festival (qui prévoyait les 2 jours suivants, des reconstitutions, et autres tournois...).

En arrivant dans le Temple, nous nous sommes retrouvé presque derrière le sonorisateur, à une place plutôt idéale pour le son. Assis sur des bancs en bois, les habituels du temple, nous avons eu le temps de contempler l'intérieur. Avec un plafond en bois magnifiquement entretenu, j'ai pensé que le son allait être somptueux, ayant déjà assistés à des concerts dans des temples à l'acoustique épatante. De plus, en voyant une sonorisation sur scène, et au milieu de la salle sur les côtés, je m'attendais à être ravi, d'autant plus que sa musique peut être tour à tour joyeuse et festive, ou plus émotionnelle et introspective.

Ah oui, j'oubliai... ma femme est venu parce que j'ai insisté. Dans ce cas, au contraire de Zazie, je suis le seul des deux à écouter régulièrement cette musique. Et elle ne savait pas si elle allait y prendre du plaisir... mais la perspective de passer une soirée les 2 avait fini de la convaincre, j'imagine...

Le public:

Le temple était plein à ras bord! j'ignore le nombre exact de personne, mais une estimation se basant sur le nombre de rangée, et le nombre de personne par rangée m'a donné un chiffre proche de 300 personnes.

D'abord un peu distant, l'ambiance est montée petit à petit, parce que finalement, nous avons assisté à un concert plutôt festif. Luc Arbogast a beaucoup échangé avec le public, et est venu initié avec une complice une farandole en passant dans les rangées... par contre, j'imagine que c'est plus simple lors d'un concert debout qu'entre les rangées de bancs en bois prévus pour les cérémonies religieuses...

Aussi, j'ai eu la sensation que le public, très varié en âge (de 8 à 80 ans apparemment...) ne connaissait pas vraiment son répertoire, et sont venus grâce à sa visibilité gagnée lors de son passage par l'émission "The Voice". J'avoue que je l'ai découvert à cette occasion, mais je suis allé écouté ce qu'il fait vraiment et ai découvert que cela fait 20 ans ou plus qu'il chante ce type de répertoire.
Bref, j'ai l'impression que devant un public plus connaisseur, et un concert plus "debout", avec cette setlist et la formule de cette tournée, l'ambiance aurait pu être bien plus grande.

Le concert:

Nous sommes resté en tout presque 90 minutes assis à attendre, et à regarder les gens, le staff, le public, la scène vide, le plafond, en étant sur ces bancs, très beau, mais pas forcément prévus pour rester aussi longtemps assis dans un confort tout relatif. Les 25 minutes de retard sur l'horaire n'étaient pas nécessaires à notre sens.

Première surprise, la formation... alors que les instruments utilisés sur les disques sont généralement des instruments acoustiques, et/ou anciens, nous avions droit à une batterie (classique...), une basse électrique, et une guitare électrique, seule un musicien s'emparant tour à tour d'accordéon, de bignou, de cornemuse, de flutes ou autres instruments à vent de sa création. Luc Arbogast était quant à lui accompagné de son fidèle bouzouki.

Globalement, j'ai beaucoup apprécié les ré-arrangements, dans cette formule un peu plus électrique que les albums. Certaines chansons ont été ralenties, d'autres accélérées, ou encore complètement revues. Parfois avec beaucoup de réussite, parfois non (selon moi, évidemment), je reste au final avec une très belle impression. Par exemple, le générique de Games of Thrones figurant sur l'album ne me plaît pas du tout. Pourtant, j'aime bien le générique original, mais cette version me donne l'impression d'avoir juste collé la voix sur la musique pour surfer sur le succès de la série, comme un morceau de "commande" fait à la va-vite. Alors que la version jouée sur scène, très saturée, réarrangée, bien plus énergique est une réussite!

Toutefois, alors que les 3 premiers morceaux m'ont tirés les larmes aux yeux, de même que cela m'arrive en écoutant les versions studio, par la suite, plus du tout. La faute à ces versions "plus festives"? peut-être. J'ai également senti ma femme décrocher après 1 heure de concert (ce qu'elle m'a confirmé par la suite), alors que le concert à duré 1h45.

Si vous ne connaissez pas Arbogast, voila quelques liens, illustrant les styles qu'il affectionne:

Et sa particularité est de capable de chanter très haut, avec une technique hallucinante permettant de chanter avec clarté et distinction, soit en puissance, soit en douceur. C'est cette voix qui me touche le plus. Il y a un côté magique, spirituellement très puissant dans ses chansons. Et je n'ai pas forcément retrouvé cet aspect-là durant le concert. Par contre, j'ai découvert un artiste simple, proche du public, blagueur, très énergique.

Par contre, ma grosse déception... le son. Je n'ai ni compris, ni adhéré sur:

  • certains choix de son sur la guitare électrique (une sorte de de synthé des années 80 sur certains morceaux au lieu d'assumer l'instrument avec de la distorsion bien utilisée - ce qui est arrivé également durant le concert...),
  • le fait que le son de la basse est quasi inexistant,
  • la batterie n'avait aucune pêche, dans le sens qu'elle semblait lourdingue, alors qu'apparemment, ce n'était pas le jeu de la musicienne qui était en cause. Ça me donnait l'impression d'une sorte de bouillabaisse dans les graves... ce qui explique peut-être la disparition de la basse, c'est qu'elle était noyée dans le machin sonore de la batterie.
  • les bidouillages du sonorisateur, et j'étais bien placé, le voyant officié. Il a mis très trop souvent des effets de réverb, d'autant plus que c'était pour donner un écho à des parties de chant de Luc Arbogast, parfois avec un délai d'1 seconde ou plus après la fin du chant, ce qui provoquait un dédoublement de ce que nous venions d'entendre...

Heureusement que nous dinstinguions ce que chantait Arbogast, car sa voix ressortait heureusement bien. Mais c'était vraiment dommage d'avoir le reste aussi peu distinct...

En conclusion:

Il s'agit au final d'un concert que je suis heureux d'avoir vécu, car j'ai découvert un artiste très plaisant à voir sur scène. Après, tout n'était peut-être pas réuni pour un concert parfait (le son, le public peu réactif globalement, un cadre parfait pour un concert plus apaisé, mais pas pour une setlist aussi festoyante). Si j'ai l'occasion de le revoir, je sais déjà que ce sera un plaisir solitaire, ma femme ne souhaitant pas renouveler l'expérience. Pour elle, ses musiques se répètent trop souvent, ce que je reconnais. Et il y a un gros problème pour elle, il s'agit des paroles. Lorsqu'il chante en latin, celte, germain, occitan, ou autre, elle ne peut en saisir le sens et son rapport à la musique s'en trouve diminué, car elle aime comprendre ce qu'elle écoute. De mon côté, tant que la musique me touche, je m'en fiche du texte, quitte à passer à côté de qqch.

6 commentaires
1)
lvme
, le 22.08.2016 à 09:07
[modifier]

Bonjour, et merci pour ce compte rendu complet.

Il me semble que l’article mérite une petite relecture pour corriger les coquilles suffisamment voyantes pour me frapper (l’histoire de l’hôpital et de la charité…)

Par ailleurs l’utilisation du terme (adverbe ou adjectif ???) « juste » semble devenir la signature du Cuk. C’est juste incroyable.

Sur le fond, j’ai arrêté d’écouter Zazie après la publication de son premier Live comme on disait à l’époque. Cet album était si insipide, ennuyeux, et terrifiant que même nos enfants ne voulaient plus l’écouter avec nous (ils devaient avoir entre 5 et 10 ans). Depuis, nous sommes passés à autre chose, et il ne me viendrais pas à l’idée d’aller l’écouter en concert. Comme quoi, un concert pressé pour surfer sur la vague du succès fait perdre 5 clients ….

Pour Luc Arbogast, il use le parvi de la cathédrale de Strasbourg depuis plus de 15 ans et nous le connaissons relativement bien. Depuis son passage à la teloche il bénéficie d’un public tres fourni et il est devenu difficile de l’écouter (malin, le gars se produit seul sur son tabouret le samedi après midi par beau temps – succès garanti devant l’emblème de la ville)

2)
Gr@g
, le 22.08.2016 à 09:35
[modifier]

Pourtant je l’ai passé dans Antidote!😅
M’en vais voir…

Quant au juste… Pourrais-tu préciser? Je sais que ce peut être un tic de langage quand c’est utilisé de cette manière: « c’est juste que … » Qui veut plutôt signifier « cela veut simplement dire que… ». Je l’ai corrigé au cas où…

Màj de 9h52:
Oula en effet, j’ai été trop confiant en la technologie… J’étais en bisbille avec les s et les é/er !!!!
J’espère les avoir toutes vues…

3)
lvme
, le 22.08.2016 à 11:15
[modifier]

Le tenancier use et abuse de ce « juste » dans ces articles. Ça m’amuse. Je constate simplement que cela se propage.

Et c’est surprenant sur un site qui prône l’excellence, car c’est un tic qui me semble relever du langage oral obligatoire pour les moins de 25 ans.

D’ailleurs, encore tres utilisé par mes enfants (oui, je sais 😀) il y a 2-3 ans il semble complètement être a passé à la trappe.

Tiens je vais tester à table ce midi pour voir si j’aurais droit à un roulement de yeux ou haussement d’épaules (dans les meilleurs des cas) comme cela m’arrive souvent quand je ve faire jeune.

Nb. Je précise tout de même qui so je me permet ce type de commentaires alors que je maitrise très mal la langue française, c’est que l’on m’a déjà envoyé des messages privés pour corriger mes erreurs alors que j’interviens finalement peu ici.

4)
Gr@g
, le 22.08.2016 à 11:22
[modifier]

Et vu que j’écris comme je parle…😁

Mis à part cela: dommage pour ta mauvaise expérience avec Zazie. Je t’assure qu’elle vaut la peine de se plonger dans sa discographie…

Et pour Arbogast, tu ne dis pas si tu apprécies… Mais j’ai vu les vidéos de ses prestations solo…. J’aime bien!

5)
Amely
, le 23.08.2016 à 17:47
[modifier]

J’étais aussi à Avenches avec mon homme, on a bien aimé Patricia Kaas pour sa voix puissante. Zazie super et on est resté pour tiefaine mon cher mari étant fan depuis son jeune âge, on était plus beaucoup pour le dernier concert et du coup on a senti la démotivation du chanteur fasse à ce minuscule public. Alors que nous l’avons vu à plusieurs reprises dans des salles où en plein air du coup on a été déçu de sa prestation. On est rentré trempé mais on a vite séché

6)
lvme
, le 31.08.2016 à 08:12
[modifier]

C’est juste parfait, et c’est juste un atout. Encore deux références cette semaine sur justecukit.ch.
C’est juste incroyable 🍺

Pour Arbogast, ce n’est pas vraiment ma tasse de thé. C’est agréable à écouter mais je n’aime pas cette ambiance pseudo-médiévale. Disons, 2-3 morceaux et après je décroche.