Profitez des offres Memoirevive.ch!
Le patrimoine mène à Gallica

Il y a deux semaines, déjà, nous avons vécu les « Journées Européennes du Patrimoine ».

Ce fut une nouvelle fois une grande expérience qui m’a conduit, juste après, à aller fouiner à la Bibliothèque ! Et pas n’importe laquelle, la Nationale, s'il vous plaît.

img_8519

Cette grande affiche ne se lit bien…que de loin !

Petit retour en arrière : 

au début du mois d’Août, nous sommes allés visiter près de chez nous, en bonne terre champenoise, une demeure historique, le Château de Chacenay. En fait, du premier château, il ne reste que les tours Ste Parise enserrant la porte et le pont-levis : le logis fut remanié par Lassus, l’architecte de Notre-Dame de Paris.  Il le fut aussi par Violet-le-Duc ce qui signifie que, de la forteresse datée 1285, les éléments moyenâgeux ne sont plus légion…

img_8450

On est là assez loin de la forteresse…

Et c’est lors de cette visite que nous apprenons que la forteresse réputée inexpugnable fut en fait démantelée quand le roi Louis XI soumit la Bourgogne après avoir prouvé le parjure du Duc de Bourgogne.

img_8453

Fossés de 30 mètres de profondeur + muraille de vingt = imprenable à priori.

Or, qui avait la haute main sur les opérations militaires puisqu’il en assurait leur financement ?

Il s’agit de Jean Bourré, moins connu que Jacques Cœur sous un autre règne, qui était le Grand-Argentier de Louis XI.

Or, ce Jean Bourré, nous le connaissons un peu, mais grâce à ses traces en d’autres lieux, puisque sa première demeure « importante » a été patiemment restaurée par les derniers propriétaires, une œuvre qui a fêté trente années de patience et détermination à la relever lors des Journées 2016.

Ce diaporama vous relate la résurrection, passant de l’état de ruine à ciel ouvert à celle de demeure habitée.

Ce brave homme, fils de drapier « gens de moyen estat » a été « compère » de jeunesse du jeune Louis et le suit en exil en Dauphiné quand Charles VII l’exile pour avoir giflé Agnès Sorel, la maîtresse du Roi. Sa biographie mérite le détour.

Il y a fort peu d’études sur Jean Bourré, publiées à ce jour. On relève quelques mémoires, mais ils datent tous du 19e siècle selon les propriétaires du château. C’est donc avec des interrogations sur sa biographie que je me suis mis en chasse !

Le principal établissement de la BnF est la Bibliothèque François Mitterrand, située juste en amont de la capitale.

img_8295

Deux des quatre tours en forme de livre ouvert.

Mais il y a aussi Gallica !

C’est la suite logique et numérique de ce qui fut la bibliothèque royale créée au Louvre par Charles V et prolongée par François Ier qui créa le « dépôt légal » - obligation faite aux imprimeurs de déposer à Blois un exemplaire de tous les livres produits ou vendus dans le royaume.

Et c’est donc une belle application gratuite à installer sur vos iBidules…

img_0655

Sur mon iPad…

Le seul défaut est une délicieuse approximation dans le moteur de recherche : tu tapes « Jean Bourré » et l’automate est bien bourré !

 

 

img_0659

J'ai eu un doute et j'ai regardé si Jean de Reilhac, qui lui a succédé, mentionnait Jean Bourré dans ces documents. Nier.

Car le moteur de recherche permet aussi de rechercher dans les documents.

En allant plus avant, Eureka, mais sans mettre les " " autour du nom !

img_0645

Et il sort en premier…

img_0646

On peut feuilleter à souhait et le télécharger dans iBooks pour l'avoir hors ligne.

Bon, on y trouve nombre d'informations qu'Éric, qui a fait le site du château de Vaux, avait déjà compilées.

Conclusion :

C'est quand même un formidable outil qui permet d'accéder à plus de deux millions de documents, augmentés chaque jour de nouveaux entrants !

Pour terminer sur un clin d'oeil, j'ai aussi cherché avec le nom du grand-père de Madame Saluki et la moisson est intéressante. Un haut magistrat se changeait ainsi les idées au tournant du XXe siècle en mettant des paroles à la mode de l'époque sur une barcarolle !

----

Je ne serai malheureusement pas disponible pour répondre aux commentaires éventuels que vous voudrez bien poster : en effet, je serai en quête de matière pour mon prochain post du côté de Stratford -upon - Avon.

4 commentaires
3)
J-C
, le 06.10.2016 à 00:16
[modifier]

… Sur Gallica, je viens de retrouver mon grand-père, comme nouveau sociétaire de la Société Astronomique de France en 1934…

Merci !