Profitez des offres Memoirevive.ch!
Joey Alexander, pianiste

Il y quelques mois, j'écoutais distraitement tout en travaillant les Grammy Awards 2016 du jazz. Comme souvent avec ce genre de bastringue ou tout est mélangé, c'est une espèce de fond sonore, avec beaucoup de blabla, qui ne retient pas vraiment l'attention. Idéal pour travailler sans être déconcentré…

Mais d'un seul coup, un pianiste a retenu mon attention: un groove hallucinant, une créativité incroyable, et je ne parle même pas de la virtuosité époustouflante! En plus un bassiste et un batteur d'un niveau exceptionnel, une complicité géniale entre ces 3 musiciens.

Bon, bien sûr, pour le coup je suis déconcentré, la séquence est terminée et j'entend juste ce nom: Joey Alexander, piano. Jamais entendu parler…

Je reviens en arrière et je me décide à regarder cette vidéo. Et là, je tombe de ma chaise… C'est un gamin! 12 ans…!

Evidemment, je recherche des vidéos, c'est pas possible un truc pareil, c'est une blague! Et bien non, il existe vraiment, il est génial, il est indonésien, ses parents sont musiciens, et le comble: il n'est pas issu d'une grande école de jazz, il a tout appris en famille et à l'oreille!

Sa trajectoire semble être passée par  le gospel…

Pas connu sur la scène jazz internationale? Normal à son âge, vu qu'il n'a enregistré qu'un seul CD (le 2e va bientôt sortir…)

J'ai écouté, réécouté, des dizaines de fois, des fois qu'il aurait tout appris par cœur. Mais non, c'est vraiment un génie de l'improvisation, que ce soit en solo ou en groupe… En plus, il a semble t-il intégré toutes les formes de jazz, que ce soit l'Old school ou le moderne. C'est d'ailleurs drôle de voir ses anciennes vidéos (quand il avait 10 ans!) accompagné de musiciens à peine plus âgés que lui, et complètement largués! Sa préférence semble aller vers le Hard-Bop, la forme la plus virtuose du jazz actuel, avec une très forte inspiration d'Herbie Hanckok et John Coltrane.

Sa personnalité est insaisissable, personnage très mystérieux à la voix hésitante, à la fois renfermé et joyeux. Un sourire d'enfant mais parfois un rictus qui confine à la rage quand il joue…

Il me fait rire quand il annonce au public qu'il va jouer quelque chose de très difficile et qu'il ne sait pas ce qui va se passer! Bien sûr, il s'en sort les doigts dans le nez. Standing ovation garantie.

La vidéo la plus drôle, c'est quand il passe une audition dans une université, alors que personne ne le connaît… Une certaine agitation se déclenche dans le studio!

On pourrait aussi croire qu'il se contente de jouer des compositions connues de grands jazzmen, tels qu'Herbie Hancock, ou Thelonius Monk, mais il joue aussi ses propres compositions, telles que l'extraordinaire «City lights» à paraître dans son prochain album, «Countdown», avec le prodigieux Ulysse Owens Jr à la batterie.

Je ne connais pas vraiment de précédents concernants des musiciens de jazz ayant commencé une carrière aussi tôt: peut-être Michel Petrucchiani ou Herbie Hancock? Mais ils étaient virtuoses classique dans leur jeunesse, ainsi que de nombreux musiciens qui ont commencé très tôt une formation académique pour se tourner ensuite vers le jazz. (Enfin pour Petrucchiani, je ne suis pas sûr).

Ce dont je suis sûr, c'est qu'on est dans ce cas loin du «bon élève» virtuose élevé à la dure et à 12 heures de piano par jour. Le plaisir de jouer, la créativité débridée sont au rendez-vous, à tel point que je pense que c'est là un futur géant du jazz, s'il ne l'est pas déjà!

Ce qui est extraordinaire avec ce garçon, c'est dès qu'il touche le piano, une sorte de magie s'opère: un sens du rythme et de la mélodie qu'on n'entend que chez les grands musiciens de jazz.

Quelques fois les accompagnants s'arrêtent et le laissent continuer tout seul: la tension ne se relâche pas d'un poil!

Arrivera t-il à gérer sa carrière avec autant de poids sur les épaules, à choisir les bons musiciens pour l'accompagner? Je n'en sais rien, mais je pense qu'il est bien entouré.

Il vit actuellement à New York, ce qui signifie qu'il est très demandé aux États-Unis, et parrainé par de grands maîtres du jazz, comme Wayne Shorter. J'espère bien qu'on le verra jouer bientôt en Suisse!

 

9 commentaires
2)
Gr@g
, le 30.08.2016 à 08:28
[modifier]

Complètement fou, cette technique, ce toucher,… à cet âge!!!!!

Sans compter qu’en effet, il paraît être complètement libéré dans sa manière d’improviser… Rythmiquement, harmoniquement et avec originalité.

Merci pour la découverte. On risque d’en entendre parler un moment, vu son âge!!

3)
tibet
, le 30.08.2016 à 08:29
[modifier]

Moi je viens de prendre ces 5 mn et même 10 et

Vive la musique,
Vive le jazz,
Vive Joey Alexander (un petit souvenir au passage de Monty Alexander à Montreux 1974)
Vive Tristan
Vive Cuk

Anda !!!!

Ah oui, vous avez vu ses mains !?

4)
guru
, le 30.08.2016 à 08:46
[modifier]

Et au passage, un petit hommage à mon vieux pote Toots Thielemans qui vient de laisser la planète jazz en deuil.
C’était un musicien incroyable, en plus d’être un homme exquis.

5)
jeanb
, le 30.08.2016 à 20:37
[modifier]

Là il faudrait que tu explique comment peut-il jouer du piano les doigts dans le nez ?

9)
Markinho
, le 03.09.2016 à 11:05
[modifier]

Superbe musique ! Il a un talent certain. Bravo !
C’est génial de voir les adultes perplexes et déconcertés par le show du jeune homme :-)

PhB merci pour ta remarque amusante.
Cela me rappelle que, cette année au Brésil, il y a eu une question posée lors d’un examen pour aller à l’université et elle (me) fait réfléchir !
L’énoncé citait deux textes pour expliquer les capacités morales et intellectuelles de l’homme.
En résumé rapide: – soit l’enfant apporte ces capacités d’une vie précédente – soit l’enfant nait avec des prédispositions biologique, c’est-à-dire que son corps a de meilleures facultés qu’un autre.

Voici un lien vers la question/réponse (désolé c’est en portugais du Brésil)
http://200.136.76.127/vestibular/resolucao_comentada/unesp/2016/2fase/11.gif